Modérateurs: Staff Son, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 20 invités

Toutes les sources hifi ( lecteur CD, SACD, TD, Tuner )

Quel intérêt du 24/96 en hifi ?

Message » 06 Sep 2008 22:32

CA Y EST ! Victoire ! ABX 10/10.

Bon, alors je vous donne la recette, c'est extrêmement simple, c'est l'approche de la force brute. J'ai mis le volume à fond et j'ai écouté le bruit de quantification, dans le fondu initial avant que le morceau ne démarre :mdr:

Avec un sonomètre, et en comparant le niveau casque et enceinte sur un bruit rose en dB(A), j'évalue mon règlage de volume à 113 dB(A) pour du 0dB numérique.
Le morceau a un niveau RMS de -23.5 dB, et un niveau de crête de -1 dB.

Par conséquent, j'évalue mon volume d'écoute, au casque, à 90 dB RMS, et 112 dB en crête.

Evidemment, je n'ai pas écouté les crêtes, je n'ai écouté que la première seconde (silencieuse). Il y a un fondu depuis du silence numérique, et le bruit de fond de l'enregistrement (bruit du local + souffle des micros) s'établit progressivement.

On perçoit difficilement le bruit 16 bits derrière le souffle des micros, avant qu'il ne s'établisse pleinement. Normalement, le bruit 16 bits est à -96 dB. Ce qui signifie que je le joue à un volume sonore de 18 dB. Ce qui est tout juste au-dessus de la limite de mon audition. L'usage du casque fermé, qui isole complètement du bruit de l'ordinateur, aide pas mal. J'ai du aussi décompresser mes oreilles (comme les plongeurs) plusieurs fois pour rester au max de ma sensibilité auditive.

Dans l'ordre, on a
-Le bruit 16 bits (et encore, sans avoir fait l'ABX contre le 24 bits, je n'aurais jamais cru qu'il soit audible).
-Le bruit de fond de la salle et des micros. Le bruit 16 bits n'est pas tout-à-fait recouvert, je pense.
-Les bruit de respiration et de mouvement des interprètes, largement au-dessus des précédents.
-La musique, encore largement au-dessus.

EDIT :
Fichiers lus avec Foobar2000 version 0.8 en 24 bits (note : le module ABX de cette version égalise les niveaux RMS).
Fichiers 44100 Hz 16 bits et 96000 Hz 24 bits créés avec Voxengo R8brain depuis le 192 kHz 24 bits.
Carte son Marian Marc 2. Sortie analogique. Drivers MME sous XP.
Casque Superex Pro-B VI.
Pio2001
 
Messages: 5195
Inscription: 07 Oct 2003 11:50
Localisation: Lyon
  • offline

Annonce

Message par Google » 06 Sep 2008 22:32

Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 06 Sep 2008 22:35

Pio2001 a écrit:Ce dont je parle est un phénomène supplémentaire. Le "zero order hold", qui consiste à tenir le niveau à plat pendant la durée qui sépare un échantillon du suivant est un moyen technique simple de passer du numérique à l'analogique, mais mathématiquement c'est une hérésie. Mathématiquement, le vrai signal numérique, c'est une série d'impulsion instantanées. Les marches d'escalier, ce serait une convolution entre ce signal numérique pur et une fonction rectangulaire. Cette convolution a des effets inattendus sur la courbe de réponse, elle atténue le 12 kHz de quelque chose comme 1 dB, et à 20 kHz on est vers -3 dB, je crois (GBO avait posté le graphe complet).


D'accord. Mais la partie que je comprends pas c'est:
Pio2001 a écrit:Pour éviter cela et avoir une réponse en fréquence correcte jusqu'à 20 kHz, les puces de suréchantillonnage suppriment et recalculent les données situées aux emplacements des paliers, ce qu'un filtre analogique ne peut pas faire.

Parles-tu de la décimation que l'on peut faire dans certains cas suite au filtrage avant que signal rentre dans le D/A lui même ?
nidsee
 
Messages: 2144
Inscription: 24 Déc 2006 19:42
Localisation: Switzerland
  • offline

Message » 06 Sep 2008 22:40

J'ai pas tout compris :mdr:


Et en écoute normale pour des situations normales avec des gens normal... heu normaux... ça donne quoi ? :mdr:
rycil
 
Messages: 1043
Inscription: 22 Juin 2006 15:04
  • offline

Message » 06 Sep 2008 22:49

C'est une façon imagée de représenter le filtrage numérique : le suréchantillonnage génère un signal vierge cadencé plus rapidement que l'original. Il recopie les valeurs d'origine dedans, et il insère des zéros entre, dans les nouvelles places : il a donc alors généré les fameuses "impulsions instantanée" au lieu des marches d'excalier.
Ensuite, il passe un algorithme passe-bas, tout simplement. Cet algorithme, appliqué à un signal haché comme le précédent, a pour effet de boucher les trous.

Exemple :
Original : 2 - 3 - 4
Suréchantillonnage x4 vierge : . - . - . - . - . - . - . - . - . - . - . - . -
Recopie des originaux : 2 - . - . - . - 3 - . - . - . - 4 . - . - .
Insersion des zéros : 2 - 0 - 0 - 0 - 3 - 0 - 0 - 0 - 4 - 0 - 0 - 0 (modèle d'impulsions)
Filtrage passe bas : 2 - 2.25 - 2.5 - 2.75 - 3 - 3.25 - 3.5 - 3.75 - 4 - 3 - 2 - 1

Un modèle avec marches d'esclalier aurait donné : 2 - 2 - 2 - 2 - 3 - 3 - 3 - 3 - 4 - 4 - 4 - 4, ce qui est une méthode mathématiquement incorrecte de procéder.
Pio2001
 
Messages: 5195
Inscription: 07 Oct 2003 11:50
Localisation: Lyon
  • offline

Message » 06 Sep 2008 22:50

rycil a écrit:Et en écoute normale pour des situations normales avec des gens normal... heu normaux... ça donne quoi ? :mdr:


En ce qui ME concerne moi, cela ne donne pas de différence.

Mon approche a été vraiment bourrine. Je met le son à fond entre les morceaux jusqu'à ce que j'entende le bruit de fond. Il est plus fort en 16 bits qu'en 24 bits.
Pio2001
 
Messages: 5195
Inscription: 07 Oct 2003 11:50
Localisation: Lyon
  • offline

Message » 06 Sep 2008 23:47

En ABX j'en suis à 3/3. J'ai dû arrêter cet après-midi (j'avais testé beaucoup de protocole et d'extraits aujourd'hui avant d'arriver à ce premier succès)

J'ai procédé différemment de Pio (c-à-d que j'ai écouté la musique :mdr: )
Mais je n'y arrivais pas en ABX normal (Foobar joue un des deux extraits au hasard et je dois dire si c'est le 24/192 ou le 16/44.1).
Je dois dire que là j'ai été vexé. Un moment j'ai douté : est-ce que la différence est uniquement psychologique et dans ma tête ???
Pourtant il me semble bien entendre une différence quand je compare les deux : le 24/192 est meilleur, plus "vrai".

Alors j'ai mis "Repeat all" sur Foobar et à chaque fois je commençais au hasard par l'un des deux extraits (16 bit ou 24 bit) avec un random (mon extrait est court, moins de 30 secondes) : j'écoute donc à la suite les deux extraits autant de fois que je le veux, sauf que je ne sais pas si c'est le 16 bit ou le 24 bit qui a commencé. Au bout d'un moment (2 ou 3 répétitions), j'arrive assez facilement à savoir lequel est le 24 et lequel est le 16; enfin tout ce que je peux dire c'est que mes 3 premiers et seuls essais ont été des succès - à suivre et à confirmer donc). Mon critère : sur le 24/192 je "vois" mieux le violon et l'aigu est plus incisif, plus agréable à l'oreille. Mais c'est très ténu. Il a fallu que je sois très motivé pour trouver. et je n'arrivais pas quand j'essayais d'écouter des détails. J'y arrive mieux quand c'est en boucle et que je me concentre sur l'impression, sur la musique dans sa globalité.

Même si la différence est plus faible que ce que je pensais au début (et que ce que j'ai cru entendre hier soir) je ne pense pas que la différence soit négligeable pour autant : sur 9 minutes de morceau, toutes ces petites différences finissent par faire que la version 24/192 est vraiment plus agréable à écouter que la 16/44.1.

Pour être sûr que je ne délire pas, je vais essayer d'aller au 10/10. Mais il faut que la maison soit vide, sinon les autres deviennent fous avec ce violon aigu assez fort répété des dizaines de fois. Et il faut aussi que je repose mes oreilles de temps en temps. J'ai aussi préparé deux autres extraits de ce morceau : j'aimerais voir si j'arrive à différencier les deux échantillonnages sur ces extraits-là aussi.

Ma conclusion provisoire (sous réserve que je confirme ce 3/3 en arrivant aussi à 10/10) est que l'on peut apprécier l'amélioration du 24/192 en écoutant la musique à volume normal sur des enceintes.
Il sera intéressant, après ces ABX, d'écouter à nouveau le morceau en entier en 16/44.1 et en 24/192 pour décrire le plus précisément possible l'amélioration apportée sur ce morceau par le 24/192 : ça devrait être plus fiable après des ABX sur 3 extraits différents.

En tout cas il est certain que l'on peut vivre uniquement en 16/44.1 (je n'en étais pas convaincu avant ces tests) : sur une très bonne source (lecture sur disque dur + carte son Lynx), le 24/192 ne change pas la vie car le 16/44.1 est déjà excellent. Pourtant j'entends une différence plus grande entre le 16/44.1 et le SACD quand c'est sur ma platine : je pense que c'est parce que le 16/44.1 est moins bien traité quand il est lu sur CD à partir de ma platine que quand il est lu sur disque dur et converti avec le DAC de la Lynx.

Evidemment il faut voir aussi sur d'autres morceaux : j'aimerais voir ce que ça donne quand on a vraiment des extinctions de notes, avec des percus aigues (cloches), avec de la guitare, bref, avec des instruments qui ont de l'attaque. Ca sera peut-être plus flagrant.
corsario
 
Messages: 2207
Inscription: 01 Fév 2005 17:39
Localisation: Paris
  • offline

Message » 07 Sep 2008 0:24

corsario a écrit:Pour être sûr que je ne délire pas, je vais essayer d'aller au 10/10. Mais il faut que la maison soit vide, sinon les autres deviennent fous avec ce violon aigu assez fort répété des dizaines de fois. Et il faut aussi que je repose mes oreilles de temps en temps.


Oui, c'est la bonne méthode. Beaucoup de patience, et ne jamais, jamais répondre quand on a un doute.
La tentation est grande, à 8/8, de bâcler les deux derniers parce qu'on a réussi les 8 précédents et qu'une erreur ne sera pas fatale. C'est exactement la méthode pour tout foirer.

corsario a écrit: (j'avais testé beaucoup de protocole et d'extraits aujourd'hui avant d'arriver à ce premier succès)
[...]
J'ai aussi préparé deux autres extraits de ce morceau : j'aimerais voir si j'arrive à différencier les deux échantillonnages sur ces extraits-là aussi.
[...]
Evidemment il faut voir aussi sur d'autres morceaux : j'aimerais voir ce que ça donne quand on a vraiment des extinctions de notes, avec des percus aigues (cloches), avec de la guitare, bref, avec des instruments qui ont de l'attaque. Ca sera peut-être plus flagrant.


Attention, chaque tentative avortée et chaque essai sur une partie différente divise par autant le coefficient de réussite.
Par exemple, 3/3, c'est une chance sur huit. Si par exemple tu as échoué trois fois auparavant, obtenir ensuite un tel score s'inscrit dans le hasard total.

Tu peux conserver ce 3/3 et choisir de poursuivre jusqu'au nombre d'essais de ton choix, comme 10 (à condition de le choisir ce total avant de poursuivre). Tu peux même changer d'extrait pour les 7 suivants, ou même faire les 7 suivants sur 7 extraits différent.

Ce qui est essentiel, c'est, après un peu d'entrainement (genre sur cet extrait, j'ai fait 4/4, je me sens prêt), de choisir si une réponse comptera pour de vrai ou non, et s'y tenir, même si elle est fausse (ce qui donnerait alors un score de 3/3 + 0/1 = 3/4, car les 4/4 d'essai ne comptent pas).
Pio2001
 
Messages: 5195
Inscription: 07 Oct 2003 11:50
Localisation: Lyon
  • offline

Message » 07 Sep 2008 0:30

corsario a écrit:les autres deviennent fous avec ce violon aigu assez fort répété des dizaines de fois.


Ah oui, je vois d'ici la scène :mdr:

Image
Pio2001
 
Messages: 5195
Inscription: 07 Oct 2003 11:50
Localisation: Lyon
  • offline

Message » 07 Sep 2008 0:40

Pio2001 a écrit:
corsario a écrit:Pour être sûr que je ne délire pas, je vais essayer d'aller au 10/10. Mais il faut que la maison soit vide, sinon les autres deviennent fous avec ce violon aigu assez fort répété des dizaines de fois. Et il faut aussi que je repose mes oreilles de temps en temps.


Oui, c'est la bonne méthode. Beaucoup de patience, et ne jamais, jamais répondre quand on a un doute.
La tentation est grande, à 8/8, de bâcler les deux derniers parce qu'on a réussi les 8 précédents et qu'une erreur ne sera pas fatale. C'est exactement la méthode pour tout foirer.

corsario a écrit: (j'avais testé beaucoup de protocole et d'extraits aujourd'hui avant d'arriver à ce premier succès)
[...]
J'ai aussi préparé deux autres extraits de ce morceau : j'aimerais voir si j'arrive à différencier les deux échantillonnages sur ces extraits-là aussi.
[...]
Evidemment il faut voir aussi sur d'autres morceaux : j'aimerais voir ce que ça donne quand on a vraiment des extinctions de notes, avec des percus aigues (cloches), avec de la guitare, bref, avec des instruments qui ont de l'attaque. Ca sera peut-être plus flagrant.


Attention, chaque tentative avortée et chaque essai sur une partie différente divise par autant le coefficient de réussite.
Par exemple, 3/3, c'est une chance sur huit. Si par exemple tu as échoué trois fois auparavant, obtenir ensuite un tel score s'inscrit dans le hasard total.

Tu peux conserver ce 3/3 et choisir de poursuivre jusqu'au nombre d'essais de ton choix, comme 10 (à condition de le choisir ce total avant de poursuivre). Tu peux même changer d'extrait pour les 7 suivants, ou même faire les 7 suivants sur 7 extraits différent.

Ce qui est essentiel, c'est, après un peu d'entrainement (genre sur cet extrait, j'ai fait 4/4, je me sens prêt), de choisir si une réponse comptera pour de vrai ou non, et s'y tenir, même si elle est fausse (ce qui donnerait alors un score de 3/3 + 0/1 = 3/4, car les 4/4 d'essai ne comptent pas).


je suis d'accord avec toi sur tout :D

(Mais échecs précédents étaient sur l'autre protocole : je jouais un extrait au hasard et je devais dire si c'est le 192 ou le 44.1 : pour le moment comme ça je n'y arrive pas).

Avec le nouveau protocole - répétitions en boucle des 2 extraits jusqu'à identification - (et qui apparemment est le bon, ouf), j'ai eu 3 succès direct et je me suis arrêté. Je veux arriver jusqu'à 10. Quand je réponds, je marque ma réponse sur un papier : pas moyen de revenir en arrière après : un échec sera un échec et sera compté.

Par contre je n'ai pas compris :
Pio2001 a écrit:ne jamais, jamais répondre quand on a un doute

Pio2001 a écrit:Attention, chaque tentative avortée et chaque essai sur une partie différente divise par autant le coefficient de réussite

On a le droit de "passer" ou pas ? si on a un doute (parce qu'on fatigue, parce qu'on n'en peut plus, etc...) on peut arrêter (faire une pause) ?, ou alors il faut décider de faire la pause avant de lancer une nouvelle tentative, parce que quand la tentative est lancée on ne peut plus s'arrêter et il faut répondre ??
On devrait pouvoir dire "stop, là j'arrête, je ne réponds pas à celui-là je n'y arrive plus".

EDIT: en 2004 Pio nous disait dans ce super post tout ce que l'on veut savoir sur le test ABX, et notamment qu'il ne peut pas prouver qu'il n'y a pas de différence : la charge de la preuve est du côté de celui qui pense qu'il y a une différence : je me faisait justement cette remarque cet après-midi : si je n'arrive pas à réussir le test ABX ça ne montre pas qu'il n'y a pas de différence en 24/192 et 16/44.1, mais seulement que je n'ai pas réussi à la mettre en évidence.
Mais, pour revenir à ma question, ce n'est toujours pas clair pour moi si, une tentative étant en cours, on peut l'avorter pour cause de fatigue ou autre dérangement.
corsario
 
Messages: 2207
Inscription: 01 Fév 2005 17:39
Localisation: Paris
  • offline

Message » 07 Sep 2008 1:00

corsario a écrit:(Mais échecs précédents étaient sur l'autre protocole : je jouais un extrait au hasard et je devais dire si c'est le 192 ou le 44.1 : pour le moment comme ça je n'y arrive pas).


Tout dépend dans quel intention c'était fait. Si un succès s'était produit et que tu l'avais gardé, cela multiplie par deux la possibilité de faux succès. Par trois si tu avais fait deux autres protocoles auparavant. Mais rassures-toi, un 10/10 te donne une proba de faux succès de 1/1000, donc fois deux, ça fait encore 1/500, ce qui est largement significatif.

Et si ce n'était que des essais que tu n'aurais pas gardé quoi qu'il arrive, alors cela ne compte même pas.
C'est ce que je fais toujours : j'essaye d'abord rapidement pour de faux pour voir si ça marche, et dès que ça marche un peu je recommence à zéro pour de vrai.

corsario a écrit:Par contre je n'ai pas compris :
Pio2001 a écrit:ne jamais, jamais répondre quand on a un doute


Simple conseil pour ne pas se planter. Quand on a un doute, mais qu'on se dit que "ça doit être ça", c'est en général qu'on est en pleine fatigue auditive et qu'on répond de toutes façon n'importe quoi.
Ca veut dire que c'est l'heure de la pause 8)

corsario a écrit:
Pio2001 a écrit:Attention, chaque tentative avortée et chaque essai sur une partie différente divise par autant le coefficient de réussite

On a le droit de "passer" ou pas ?
[...]
On devrait pouvoir "stop, là j'arrête, je ne réponds pas à celui-là je n'y arrive plus".


Absolument. Sinon on s'en sortirait jamais.

Il est même essentiel d'avoir le droit de stopper afin de pouvoir tirer un enseignement d'un échec. Sinon, en cas d'échec, on se dit qu'on aurait pu faire mieux, mais on ne peut plus recommencer sans augmenter significativement le nombre d'essais à cause des probabilités qui se multiplient.
Tandis qu'en s'arrêtant au moindre doute, au moins, on n'a pas de regret. On sait qu'on a fait de notre mieux à chaque réponse.
Pio2001
 
Messages: 5195
Inscription: 07 Oct 2003 11:50
Localisation: Lyon
  • offline

Message » 07 Sep 2008 1:09

corsario a écrit:EDIT: en 2004 Pio nous disait dans ce super post tout ce que l'on veut savoir sur le test ABX, et notamment qu'il ne peut pas prouver qu'il n'y a pas de différence : la charge de la preuve est du côté de celui qui pense qu'il y a une différence : je me faisait justement cette remarque cet après-midi : si je n'arrive pas à réussir le test ABX ça ne montre pas qu'il n'y a pas de différence en 24/192 et 16/44.1, mais seulement que je n'ai pas réussi à la mettre en évidence.


C'est assez réducteur comme point de vue. Dans les faux débats actuels sur l'accélérateur de particules LHC, on dit qu'il est impossible de prouver qu'il n'y a pas de danger parce que la science ne sait pas tout.
J'ai vu très joliment rétorquer sur un forum qu'on avait tout de même en sciences certaines certitudes : par exemple, celle que la Lune n'est pas un fromage !

On peut souvent arriver, dans un ABX échoué, à la conclusion que la différence qu'on entendait avant le test ne venait pas de l'élément testé. C'est particulièrement clair si par chance on l'entend au moment où on se plante : X=A c'est sûr. En pan, c'était B.
On démontre ainsi que ce qu'on croyait être le son de A est une sensation auditive qui ne vient pas de A.

C'est un cas de figure dans lequel l'ABX, il est vrai, ne prouve pas qu'il n'existe pas de différences, mais il prouve tout de même que la différence qu'on entend est fausse.
Après, savoir si une différence que personne n'a entendu pour de vrai peut exister quand même (ce que l'ABX ne réfute effectivement pas) est une question que je laisse aux philosophes.
Pio2001
 
Messages: 5195
Inscription: 07 Oct 2003 11:50
Localisation: Lyon
  • offline

Message » 07 Sep 2008 10:18

J'ai fait quelques tests en environnement calme (soir une fois que tout le monde est couché et que les bruits de la ville se sont apaisés).

Je n'ai pas fait de tests poussé ABX. J'ai juste écouté le morceau en entier plusieurs fois (peut-être 6 ou 8 fois en tout) en 96khz et 44. Alors je ne sais pas si c'est psychologique (ça doit être un peu le cas) mais je décèle une meilleur image d'ensemble en 96 qu'en 44 et il est plus facile d'isoler un instrument lorsque tous les instruments jouent.
C'est loin d'être évident et je suis sûr que sur un test ABX je n'arriverai pas à le décerner à chaque coup.

Je dirai donc que ça apporte un petit plus (meilleur lisibilité, confort accoustique) lorsqu'on écoute de manière très attentive dans un environnement très calme. En condition "normale" avec un peu de bruit autour, pas de différence.
rycil
 
Messages: 1043
Inscription: 22 Juin 2006 15:04
  • offline

Message » 07 Sep 2008 20:18

Merci, vraiment passionant ce post.
sanfrancisco
 
Messages: 129
Inscription: 28 Mai 2006 11:11
Localisation: Paris
  • offline

Message » 09 Sep 2008 12:01

Bon. J'ai refait des comparaisons ce week-end (pas assez mais bon).

Je suis sur le cul : j'ai échoué aux tests ABX, sur 3 extraits différents. Soit mes 3 premiers succès étaient de la chance, soit j'étais en meilleure forme. Mais peu importe en fait. L'important est que la différence, si différence il y a, est faible, puisqu'elle peut être masquée par de la fatigue. Ou tout simplement il n'y a pas de différence audible. Et que, en toute bonne foi, j'avais entendu le contraire !
Bien sûr ceci ne concerne que cet enregistrement particulier (la sonate pour violon de Mozart), et les résultats seraient peut-être différences sur un autre morceau, une autre musique, etc... Ce n'est pas l'enseignement le plus important pour moi. L'enseignement le plus important c'est la manière dont j'ai été abusé par un effet placebo (la supériorité du fichier 24/192 sur le fichier 16/44.1) pour cet enregistrement en particulier, alors même que je pensais être de la plus grande objectivité !

Parce que quand même, il y a quelques jours, voilà ce que j'écrivais, en toute bonne foi :

corsario a écrit:je suis convaincu qu'il y a une différence entre le 16/44.1 et le 24/192 : c'est la même différence qu'entre la couche CD et la couche SACD d'un disque (sur les disques classiques enregistrés récemment (donc où le master est le même), où on compare vraiment le même enregistrement à la base dans deux échantillonnages différents).


corsario a écrit:
rycil a écrit:Bravo ! Maintenant, il faut un environnement très calme (pas une mouche qui pète, ni cafard qui ronfle), une concentration optimale (4 heure de yoga sont nécessaires) et en avant les tests comparatifs !
A oui j'oubliais, il faut aussi prévoir les Nurofens pour après la séance d'écoute :mdr:


si c'est aussi évident qu'une différence CD/SACD, il n'y aura pas besoin de tout ça :mdr:


corsario a écrit:
rycil a écrit:C'est là qu'on va avoir la preuve que sur le même enregistrement (min max et valeur RMS égale,donc même dynamique et même niveau sonore) la fréquence d'échantiollonnage (le pas comme tu dis) n'a pas d'importance.


C'est la méthode Coué :mdr:

ne vends pas la peau de l'ours....

Je suis quasi sûr que l'on peut entendre la différence (et je sais où écouter...).


corsario a écrit:Je viens juste de commencer une préécoute, mais je suis venu vous dire tout de suite le résultat tellement c'est évident à l'oreille :

la différence entre le 24/192 et le 16/44.1 sur le Mozart est énorme, inratable. Je ne me fait aucun souci pour le test ABX.
Je détaillerai plus tard mais c'est vraiment beaucoup mieux et plus vivant en 24/192 :

Je ne suis pas surpris : c'est exactement ce que j'avais constaté en comparant SACD vs. CD sur des enregistrements de classique de labels de confiance :
extinction des notes qui disparait quasi complètement avec le 16/44.1 (ça c'est vraiment le plus audible), et du coup une bonne partie de la vie et de la beauté s'en va avec. La dynamique en prend un coup aussi (c'est subjectif, ce n'est p-ê pas la dynamique en tant que telle).
En un mot il y a plus de vie avec le 24/192.

Et c'est encore plus visible que ce à quoi je m'attendais : pas besoin de concentration, ni de paracetamol.

J'aurais dû parier tiens :mdr:


corsario a écrit:La différence est bien audible à la fin du morceau sur le quasi solo de violon : je savais que c'est dans l'aigu et sur les extinctions de note que l'on entend le plus de différence entre CD et SACD donc je suis allé directement cherché la partie où on avait un instrument soliste. En plus ce violon est superbe.


corsario a écrit:Regarde entre 7'39 et 8'02 : les extinctions de note, les doubles notes (qui deviennent très fade en 16/44.1), et l'extinction de note finale (qui s'éteint beaucoup trop vite en 16/44.1). Tu devrais entendre la différence sans beaucoup de mal.


Ensuite je commence les tests en aveugle :

corsario a écrit:Bon, je suis en train de préparer des écoutes en aveugle, et je dois avouer que là je fais déjà beaucoup moins le malin. Pour faciliter les choses j'ai isolé un extrait de 30 secondes en 24/192 kHz, que j'ai downsamplé en 16/44.1. Ce n'est pas du tout pareil de comparer deux extraits en sachant qui est qui et d'avoir un extrait sans savoir d'où il vient et de devoir l'identifier...

Finalement la concentration, et peut-être le paracétamol, seront nécessaires ;)

Mais je vais y arriver ! :mdr:

Enfin... j'espère



Et bien non. Sur cet enregistrement je n'y suis pas arrivé pour le moment, alors que j'y ai passé du temps, et que j'ai mis toutes les chances de mon côté. J'ai essayé sur 3 extraits, j'écoutais tranquillement.

Heureusement que je n'ai pas parié :mdr:

Conclusion :

en écoute non aveugle je déclare : "c'est évident à l'oreille. la différence entre le 24/192 et le 16/44.1 sur le Mozart est énorme, inratable. Je ne me fait aucun souci pour le test ABX. C'est vraiment beaucoup mieux et plus vivant en 24/192"

en écoute aveugle sur le même morceau je déclare : "c'est très difficile, je n'y arrive pas. Je n'ai pas encore abandonné mais pour le moment je n'y arrive pas".

La différence entre les deux c'est l'effet psychologique, l'auto-suggestion, l'effet placebo, tout ce que l'on veut : j'avais dit "c'est facile, la différence est très audible", c'était faux. C'est mon cerveau qui inventait les différences très audibles !!!

Incroyable... Je suis vexé de m'être laissé piéger par l'auto-suggestion alors même que j'étais averti et que je voulais me prémunir de cet effet, et je suis impressionné par la force de l'auto-suggestion : c'est une chose de lire que ça existe et de l'expérimenter à ses dépends. Quand on lit ça sur des forums on se dit "ouais, mais c'est les autres. Moi je ne suis pas assez bête pour me laisser berner par de l'auto-suggestion, faut vraiment être naïf...". Et puis un jour on fait un test en aveugle et.... On est tout dépité :lol:

Heureusement j'avais prévu le coup pour me consoler :

corsario a écrit:moi je n'ai pas peur de la conclusion ;) :

- soit il n'y a pas de différence, et ça veut dire que l'on peut se passer définitivement de SACD, Blu-Ray, etc... : génial :D
- soit il y a une différence, et vu qu'il y a déjà des enregistrements excellentissime en CD, ça va être jouissif en 24/192 : génial :D



Cela dit, cette mésaventure démontre certes la force de l'effet placebo, mais elle ne démontre pas encore qu'il n'existe jamais de différence entre le 24/192 et le 16/44.1 ;)

Je n'abandonne pas ! Je vais essayer sur d'autres morceaux, d'autres instruments, peut-être enregistrés différemment. J'espère toujours arriver à trouver.
Au bout de 4 ou 5 enregistrements différents, de labels dont je sais qu'ils soignent leur prises de son, bon, là j'arrêterai :P (parce que ça voudra dire qu'il y a peut-être une différence entre le 24/192 et le 16/44.1 mais pas sur les morceaux que j'écoute tous les jours, et pas avec les techniques d'enregistrement pratiquées aujourd'hui).

Et finalement, après ces futures écoutes, si elles se soldent encore par un échec, alors c'est Rycil qui aura raison quand il écrivait plus haut :
rycil a écrit:C'est là qu'on va avoir la preuve que sur le même enregistrement (min max et valeur RMS égale,donc même dynamique et même niveau sonore) la fréquence d'échantillonnage n'a pas d'importance.


En tout cas je serai beaucoup beaucoup plus prudent à l'avenir, et ne me prononcerai qu'après des tests en aveugle...
corsario
 
Messages: 2207
Inscription: 01 Fév 2005 17:39
Localisation: Paris
  • offline

Message » 09 Sep 2008 12:14

merci ! Dire que la différences entre des amplis bien construits n'est peut-être pas plus grande à l'aveugle..... :o

:wink:
RIP ABBADO 1933/2014
Mahler
 
Messages: 12937
Inscription: 19 Mar 2006 17:27


Retourner vers Sources intégrées Haute-Fidélité

 
  • Articles en relation
    Dernier message