HCFR reportage : interview de Ken Ishiwata, Marantz Brand Ambassador

HCFR reportage : interview de Ken Ishiwata, Marantz Brand Ambassador

L’interview de Ken ISHIWATA traduite en Français

Autour de la table:
  • Ken Ishiwata, Marantz Brand Ambassador,
  • Oliver Kriete, Product Manager Europe, Sound United,
  • Patrice_laric, Administrateur HCFR,
  • Hugo_Hugo S, Administrateur HCFR, Président du Bureau de l’Association des Membres,

 

HCFR_Hugo: Bonjour Ken Ishiwata-san, Marantz Brand Ambassador. Maintenant et avant toute autre chose, pourriez-vous je vous prie, nous indiquer que représente votre titre?

Ken: J’étais le premier à porter ce titre. Savez-vous comment il a été reçu ? Je ne sais pas si vous le savez. Précédemment chez Marantz je n’avais aucun titre particulier. C’était pendant les années ’80 et une partie des années ’90. Je n’avais pas de titre et je n’en avais pas besoin. Puisque chacun savait qui j’étais et ce que je faisais. Puis Marantz a été racheté par Philips et comme vous le savez, une telle grande entreprise a besoin d’une structure des plus organisée, aussi ai-je reçu la visite de quelqu’un qui a commencé à me poser des question.

La toute première question a été quelle est votre titre? J’ai dit “Je n’en ai pas et je n’en ai pas besoin”. Mais il a continué en me disant de façon étonnante “Oui, mais lorsque l’on regarde votre autorité, vous vous situez à un niveau très haut niveau, vous devez avoir un titre” puisque c’est à ça qu’il était habitué. Aussi ai-je dit “Non, je n’ai pas besoin d’un titre. Tout le monde me connaît et je n’ai pas besoin de me présenter”. Et il m’a répondu “Hm, hm, puisque Philips a investi dans Marantz, nous devons vous donner un titre. Aussi que faites-vous?”. Et lui ai expliqué tout ce que je faisais. Il m’a alors regardé et m’a dit “Wow. Effectivement nous n’avons pas un tel titre”.

“OK, aussi qu’allons-nous faire?” ai-je dit. “Nous allons étudier votre cas et reviendrons vers vous” fut sa réponse. Et pendant 3 mois, je n’ai pas eu de nouvelles. Puis soudain j’ai reçu un appel d’une personne qui m’a dit “Nous avons réfléchi, réfléchi, mais n’avons pas de titre pour vous. Aussi avons-nous pris contact avec une agence externe afin qu’elle vous trouve un titre. Et ils sont venus avec une réponse, ainsi maintenant vous êtes Brand Ambassador

C’est comme ça que j’ai reçu mon titre. Avant je n’en avais pas besoin d’un. Marantz était une entreprise relativement petite et tout le monde me connaissait. Mais c’est comme ça que j’ai acquis mon titre.

HCFR_Hugo: Waouw, merci. Maintenant quel a été votre parcours avant d’arriver chez Marantz?

Ken: En 1968, Pioneer m’a envoyé en Europe.

HCFR_Hugo: OK, mais comment êtes-vous arrivé chez Pioneer?

Ken: OK, à cette époque, je ne savais pas encore que les entreprises Japonaises étaient en train de devenir populaires, non à cause de la qualité de leurs produits, mais à cause de leurs rapports qualité/prix, où les Japonais étaient exceptionnels. Leurs parts de marché augmentaient. Mais le problème auquel ils faisaient face était que leurs ingénieurs ne parlaient pas Anglais, quelque chose qu’il était très rare de trouver. Maintenant au même moment, j’étais Officier de Radio  Communications internationales dans la marine marchande.

Et comme ceci était du transport maritime international, bien évidement je me devais de connaître l’Anglais. Ainsi comme j’avais une formation d’ingénieur, qu’en même temps je parlais Anglais, et que je participais également à des échanges sur la HiFi au Japon, où j’avais écrit quelques articles. D’où le fait que lorsque Pioneer m’a contacté, ils savaient qui j’étais et je leur ai dit “OK je peux venir, mais à une condition, envoyez moi en Europe.”

Et j’ai accepté car ceci n’était pas un problème, puisque nous avions trouvé un accord avec M. Matsumoto, le fondateur de Pioneer, une personne très agréable. Aussi ai-je rejoint Pioneer et ils m’ont envoyé en Europe en ’68. J’étais une des premières personnes à établir Pioneer Europe en 1970 à Anvers en Belgique, sachant qu’avant cela nous avions un bureau de liaison à Zurich en Suisse. C’est comme ça que tout a commencé.

Ainsi vous savez maintenant comment je suis arrivé en Europe. Ainsi depuis ’68 je suis resté en Europe et j’ai rejoint Marantz en ’78, il y a maintenant exactement 40 ans.

HCFR_Hugo: Qu’est-ce qui vous a amené à changer d’entreprise? Était-ce parce que Marantz représentait quelque chose de particulier?

Ken: Dans les années ’60 quand j’étais au Lycée j’ai eu l’occasion de découvrir le préampli Marantz Model 7C. Cela m’avait impressionné car l’ampli à tubes Model 7C était un produit réellement unique. A ce propos, je ne connaissais pas du tout ce produit, mais le père d’un de mes amis était un réel audiophile au Japon et en possédait un. Il me l’a donc montré et réellement fait écouter. Un impressionnant son produit par le Marantz Model 7C, qui est toujours aussi plaisant.

Pour moi, ceci représente la caractéristique du son Marantz. Ainsi aujourd’hui encore, fais-je toujours référence à cette sonorité-là, une incroyablement vaste image_scène sonore, avec de la largeur, de la profondeur et de la hauteur, correspondant à une image sonore réellement 3D. Maintenant comme vous le savez probablement déjà, un préampli à tubes, à cause même du bruit non constant des tubes, produit une profondeur accrue qui est artificielle, mais à l’écoute, cela donne une impression des plus agréable.

HCFR_Hugo: C’est euphonique.

Ken: Bien évidemment cela a aidé le Model 7C. Cette image de la scène sonore était tellement impressionnante que je n’ai jamais pu l’oublier. Alors même que les médiums, particulièrement les voix, étaient envoûtantes, très envoûtantes. Oui lorsque j’ai écouté des disques de Judy London, sa voix était si sexy, c’était juste incroyable et quelque chose d’impossible à oublier. Alors avant de rejoindre Marantz, je savais ce qu’était Marantz.

Bien sûr dans ma jeunesse, je n’avais pas les moyens d’acquérir un tel son, car c’était bien trop cher. D’autant plus qu’à cette époque les Japonais étaient pauvres, à l’image de la Chine d’aujourd’hui. Aussi ai-je fait une copie du Model 7C.

HCFR_Hugo: Vous avez fait une copie?

Ken: Oui, parce que je voulais ce son.

HCFR_Patrice: La réalisation d’une copie était dans vos moyens?

[00:09:43] Ken: Oui, puisque près de Yokohama il y avait une base Américaine, une base de la Navy. J’avais des amis là-bas et je pouvais y trouver tous les composants pour ma copie. J’étais si excité, j’allais finalement avoir obtenir ce son.

Et ce fut un désastre!

D’abord à la mise sous tension, rien ne s’est produit, car le circuit Marantz était des plus élaboré. C’était une amplification à trois étages, avec la possibilité de rotations de dingue. Si on n’y faisait pas attention, le montage pouvait osciller. Et ma copie  oscillait, la raison pour laquelle elle était muette. Très probablement l’oscillation se situait autour de 20kHz ou quelque chose de similaire. De ce fait on n’entendait rien, car l’amplification ne donnait rien.

Bien sûr à cette époque j’étais lycéen et je ne savais pas ce qui se passait à l’intérieur, je l’ai donc appris à mes dépens. De toutes les façons ma copie avait des problèmes de câblage, car le câblage générait une capacité induite au sein du circuit, ce qui le faisait également osciller.    

C’est ce genre de choses qu’il m’a fallu apprendre à mes propres dépens. En effet après que ma copie ait commencé à fonctionner, le son était totalement différent entre le Model 7C d’origine et ma copie. Alors je me suis dit “what the Hell”, c’est exactement le même schéma.

Alors la première chose que j’ai faite a été de changer de tube. C’était un tube ECC83, alors que l’initiale référence Américaine utilisée était 12X7. Le ECC83 que j’ai utilisé était d’origine Toshiba et la différence entre ces tubes produisait un son complètement différent. C’était le jour et la nuit.

Toujours est-il qu’avec le même tube que celui équipant l’original, le son était encore complètement différent. Alors j’ai commencé à changer les résistances et aussi les condensateurs. Mais avec chaque “goddam” composant que je changeais, le son changeait. C’est comme ça que j’ai appris l’importance de chaque composant et ceci était pendant ma période au lycée.

HCFR_Hugo: Ce qui voudrait dire qu’un produit n’est pas la simple somme de ses composants, mais correspond en fait au doigté qui est inscrit au sein de leur mise en œuvre.

Ken: Je dis toujours que si l’on essaye d’inclure tous les meilleurs composants au sein de quelque chose, ne garantit pas que l’on sera gagnant. Pas vrai?

HCFR_Hugo: Oui, c’est vrai.

Ken: Le “Teamwork” (Travail d’équipe) est la clé et il faut arriver à faire que cette équipe travaille ensemble, ce qui est la principale clé du succès également en HiFi. Maintenant ceci n’est pas facile à réaliser car entre un produit et un autre, c’est tout différent.

HCFR_Hugo: Oui, bien sûr et ce qui nous amène à ma prochaine question : à votre avis, quelle est la finalité d’un tweaking?

Vous savez, bien malheureusement, il n’y a pas d’objectif final car comme vous le savez et à l’image de notre vie, d’une personne à l’autre les goûts sont différents. Il n’y pas lieu de dire, ceci est le meilleur. Et jamais, jamais je ne dis le son Marantz est le meilleur. Non cette part-là dépend et dépendra toujours des goûts propres à chacun.

Ainsi et par exemple, vous aimez un certain type de Femme et votre ami, lui il apprécie un autre type de Femme. Que pouvons-nous y faire?

Mais lorsque l’on aborde comment les divers tweakings peuvent impacter l’image sonore d’un enregistrement, ça c’est concret. Aussi ce genre de chose doit être fait de façon adéquate.

Maintenant lorsque l’on aborde les caractéristiques sonores, l’une pourra être qualifiée de “riche” ou ayant une certaine précision, ceci en fonction des goûts de chacun.

Mais pour l’image sonore, j’y prête beaucoup d’attention. Ainsi lorsque pour tous les produits, nous faisons nos “tunings” ici, nous prêtons une très grande attention à l’image sonore. Je vous montrerai tout à l’heure comment nous réalisons cela, de façon à ce que vous vous fassiez une idée. Nous avons une pièce dont l’environnement est contrôlé, de façon qu’avec une paire d’enceintes, nous pouvons générer ce type de résultat.  (voir la video HCFR)

HCFR_Hugo: Si ce n’est pas du domaine du secret, pourriez-vous s’il vous plaît nous indiquer comment vous arrivez à traiter ou modifier une image sonore? Ou comment vous arrivez-vous à créer une image sonore?

[Ken: Je ne la fais pas. Comme je l’ai dit, c’est dans l’enregistrement. Si vous avez un enregistrement pourri, il n’y aura pas d’image sonore.

HCFR_Hugo: OK, je re-phrase ma question. Disons que vous avez une image fantastique, un fantastique enregistrement avec une image sonore exceptionnelle. Je comprends qu’un produit du type pré-ampli ou ampli puisse ruiner cette image sonore, mais comment l’améliorez-vous et comment réalisez-vous une forme de transparence?

Ken: Ça c’est notre spécialité Marantz!

HCFR_Hugo: OK, je comprends. C’est un savoir-faire accumulé tout au long de bien nombreuses années, vrai Ken?

Ken: Oui. Vous voyez lorsque nous sommes passé du stade LP (disques vinyles) au compact-disc, nous étions intégrés au sein de Philips. Et Philips comme vous le savez très probablement, avait seulement un convertisseur DA de 14bits, mais doté d’un over-samplig de 4 fois. Un over-samplig de 4 fois qui en fait aidait l’image sonore. Je remets ceci en perspective avec la tradition du Marantz Model 7C doté de sa superbe image sonore et ce qui se produisait également avec le CD, avec la technologie d’over-sampling 4 fois. Ainsi nous pouvions faire bien mieux que les autres, puisqu’aucun des autres constructeurs Japonais ne faisait d’over-sampling.

Et comme vous le savez, avec l’over-sampling nous n’avions pas dans de filtres à pentes raides dans le domaine temporel (time-domain), ce qui comme vous le savez, est toujours un problème. C’est la clé, le domaine temporel, pas le domaine de l’amplitude. Ainsi vous devez avoir un domaine temporel correct, et là vous arrivez à quelque chose.

HCFR_Hugo: OK et un petit complément. Lorsque nous avons testé le prémpli-processeur Home Cinema Marantz AV8805, nous avions trouvé qu’il se caractérisait par une transparence de type audiophile dans un produit audio/video.

Ken: Ce qui est très rare.

HCFR_Hugo: Ce qui est absolument rare, en effet.

Ken: En fait à cause de cette raison-même.

HCFR_Hugo: Waouw, merci pour cette transparence, Ken. Aussi allons un peu plus loin: avez-vous été impliqué dans les modules HDAM?

Ken: Vous voyez, tout a  commencé à l’époque de Philips. Nous avions le compact-disc, où bien évidemment nous utilisions les op-amps. Et le problème majeur des op-amps était la vitesse.

HCFR_Hugo: Quand vous parlez de vitesse, vous parlez de slew-rate?

Ken: Oui, du slew-rate. Le slew-rate est la limitation, oui. Dans un op-amp standard, on pouvait avoir autour de 15 V/μs. Ce qui n’était pas assez. En d’autres termes ce que nous obtenions, c’est ce qu’en interne, nous appelons slew-rate distorsion. Aussi ce que nous recherchions était d’arriver à concevoir quelque chose comme un op-amp, mais doté d’une vitesse supérieure. Et nous avons ainsi créé plusieurs op-amp différents avec une vitesse plus élevée. C’était le début de nos expérimentations en vue d’une utilisation dans les lecteurs CDs. C’est comme ça que nous avons commencé.

Nous avions ainsi plusieurs concepts et comme vous le savez peut-être, aujourd’hui encore, nous avons divers types de modules HDAM. Leurs fonctions sont toutes différentes, aussi ai-je discuté avec les ingénieurs Japonais comment nous devrions faire tout cela, y compris en utilisant les éléments initiaux obtenus des laboratoires Philips, qui disposaient de certaines études concernant la “slew-rate distorsion”. Nous avons ainsi discuté comment intégrer tous ces éléments en vue de développer le concept des modules HDAM.

HCFR_Hugo: Ce que l’on peut donc comprendre ici est que tout ceci se traduit par quelque chose qui peut s’identifier comme une approche globale. Au départ il y a la recherche de la “slew-rate distorsion” minimale, au travers d’un slew-rate le plus élevé possible, puisque tout ceci crée un contexte vous permettant d’obtenir la meilleure réponse possible dans le domaine temporel (time domain) au sein du projet_produit que vous réalisez.

Ken: Oui.

HCFR_Hugo: OK et je tiens à vous remercier pour ces éléments. Puisque pour tous les passionnés Membres du Forum HCFR, ceci représente un témoignage extraordinaire quant à ce qui constitue le son Marantz, comment ceci est créé et comment et pourquoi les personnes entendent ce qu’elles entendent, lorsqu’elles écoutent un produit Marantz.

Ken: Vous savez, tout à fait au départ Marantz était un constructeur dont la technologie était essentiellement analogique, avec Saul Marantz, le Fondateur, qui en était un immense spécialiste. Non pas en contexte transistor, puisque l’initial ampli à transistors réalisé par Marantz était vraiment mauvais, je dois dire. Vous savez le Model 7P avait une affreuse sonorité. Mais nous étions dans le contexte d’un changement générationnel, aussi et spécifiquement pour le marché Anglais, Marantz a-t-il créé un produit étonnant, mais seulement à base de tubes.

Quand nous avons commencé avec Philips en ’80, Saul m’a appelé en me disant “Ken, vous savez, j’ai tout fait avec les tubes et les LPs (vinyles). Maintenant c’est à votre tour de réaliser quelque chose avec les CDs”, car il ne voulait pas utiliser cette nouvelle technologie. Et j’ai dit OK je vais essayer, mais ce n’est pas facile, puisqu’à cette époque les CD produisaient un son des plus affreux. Vous savez les débuts du CD n’étaient vraiment pas faciles du tout.

Aussi me suis-je dit “Bon sang, que vais-je faire?”. Par chance on a pu foncer et nous avons commencé à changer de nombreuses choses sur les principes de base, mais le plus important a été que Marantz n’était plus un constructeur local, ce qui nous a permis de produire des lecteurs CD adéquats.

Ainsi aujourd’hui encore, de nombreuses personnes ont tendance à continuer à penser que Marantz est un spécialiste CD, pas un spécialiste amplis. Nous avons pu faire transiter la marque Marantz du tube à un niveau technologique complètement différent, je dois dire. Nous avons été chanceux.

HCFR_hugo: Vous voulez dire l’image technologique perçue?

Ken: Oui, la capacité de l’entreprise. En effet si nous n’étions pas devenus une partie de Philips, je suis sûr que Marantz n’aurait pas pu évoluer au niveau du savoir-faire technologique qui est aujourd’hui le sien. Et ce que je voudrais dire est que très heureusement cette technologie CD nous a permis de réellement apprendre dans le contexte du savoir-faire digital, dont nous continuons à bénéficier encore aujourd’hui. Puisque comme vous le savez, nous en sommes au streaming de la musique et tout le processing que nous y faisons, correspond à des conversions ADA (Analogique-Digital-Analogique). Ceci est fait en contexte digital ayant pour base les débuts du CD. Ce qui correspondait à un moment particulièrement important.

HCFR_Patrice: En tant que Marantz Brand Ambassador, vous êtes une sorte de “guardien” de l’identité et design audio. Aussi aujourd’hui, comment procédez vous pour gérer le design produits?

Ken: Avant le rachat par Philips, Marantz était une très petite entreprise. En d’autres termes nous n’avions pas autant d’argent que Sony, Technics, Panasonic ou d’autres. Nous n’avions pas les moyens pour la promotion_publicité. Aussi me suis-je demandé, comment pourrions- nous faire afin de faire connaître notre marque Marantz auprès des divers leaders d’opinions, de mêe que d’être accepté par ces leaders d’opinions. La seule façon était de m’atteler moi-même à la tâche, en faisant des choses étonnantes, de façon à ce que l’on me regarde et que l’on s’interroge mais qui est ce gars? C’est ce que j’ai fait.

HCFR_Hugo: Est-ce pour cette raison qu’à un moment, des séries de produits badgés Marantz KI (KI = initiales de Ken Ishiwata) ont été et continuent encore aujourd’hui à être réalisées?

Ken: Ceci était déjà le cas à l’époque du CD, puisque comme je l’ai précédemment indiqué, Marantz possédait une très spécifique identité avec son image sonore, aussi ai-je conçu ces produits sur la base de cette particularité, qui est ainsi la caractéristique sonore des séries KI.

En effet lorsque vous interrogez un constructeur, souvent leur réponse est “notre son est neutre”, c’est ce qu’ils disent. Mais qu’est-ce que “neutre”? Puisqu’à l’écoute, le son des produits est toujours différent. Aussi comment définir “neutre”?

Spécifiquement dans le contexte digital comme vous le savez probablement. Au début de l’ère “digital audio”, les ingénieurs du son ont fait des erreurs de fond. En effet ils n’ont pas changé les positions micros utilisées lors des enregistrements en analogique. Or comme vous le savez, le digital est plus rapide, plus linéaire. Aussi si vous rapprochez votre micro du musicien ou de l’instrument de musique, c’est comme si vous rapprochiez votre oreille plus près du musicien ou de l’instrument de musique, et vous obtenez une impression de plus d’agressivité.

Ceci est ainsi dû à une différence dans la distance, puisque lorsque les enregistrements ont commencé à être réalisés, la distance entre micro et musicien ou instrument de musique, aurait dû être augmentée, or ceci n’a pas été fait. Aussi souvenez-vous, au début du CD, beaucoup d’enregistrements se caractérisaient par un son très dur.

HCFR_Patrice: Oui ceci était effectivement une des caractéristiques du CD à ses débuts.

Ken: En créant un son plus chaud, puisque c’est ce dont on est en train de parler, a beaucoup aidé. Ainsi et comparativement aux autres lecteurs CD l’écoute est plus facile avec un lecteur CD ayant un son plus chaud, aussi puisque nous arrivons à équilibrer nos lecteurs d’une telle certaine façon, même avec des CDs durs, la sonorité était acceptée.

Maintenant un point important à mentionner ici concernant la notion de “chaleur” est que ceci ne veut pas dire qu’il a une perte de résolution. Ainsi de nombreuses personnes pensent qu’il faut un son agressif pour avoir de la résolution, or ceci n’est pas le cas. En effet si vous équilibrez le son de façon adéquate, vous obtenez les deux.

HCFR_Hugo: C’est pourquoi de mon point de vue, la caractéristique principale devrait être un son perçu comme non-agressif. Vous voyez ce que je veux dire? Puisque comme vous le disiez précédemment, entendre quelque chose se caractérise par le fait que nous sommes tous des individus différents. Ainsi et particulièrement avec les notions liées aux HRTF, personne n’entend la même chose, vous, moi, nous tous ici ou tout autre individu.

Alors la gamme Marantz est aujourd’hui composée de nombreux produits tant audio, qu’audio/video. Aussi pourriez-vous nous dire comment votre travail initial et actuel sur la signature audio s’insère au sein de chacun de ces produits?

Ken: A chaque fois que nous mettons au point un nouveau produit, ses écoutes se font ici (à Eindhoven), ceci individuellement pour chaque produit, que celui-ci soit audio ou audio/video.

Ceci requiert beaucoup d’efforts et nous transmettons au Japon nos remarques, puis par des itérations successives plus ou moins nombreuses, nous arrivons à mettre en place la caractéristique sonore recherchée, ceci individuellement pour chaque produit.

HCFR_Hugo: Individuellement chaque produit?

Ken: Oui, individuellement chaque produit.

Oliver: Comme vous le savez, le critère fondamental c’est toujours la recherche d’un beau processing audio ou d’une belle qualité sonore, puisque c’est ce que nous sommes, c’est ce qu’est Marantz. C’est par là que nous commençons, y compris pour les produits A/V. Nous commençons en stéréo et si ce contexte bi-canaux est adéquat, si nous sommes satisfaits du résultat de ce que nous avons réussi à obtenir, nous passons alors à l’étape suivante correspondant aux écoutes en multi-canaux. Car si nous avons réussi à rendre le contexte stéréo_bi-canaux adéquat, ensuite le contexte multi-canaux est des plus facile.

HCFR_Hugo: Même si le contexte stéréo est bien évidemment différent du multi-canaux?

Ken: La base c’est toujours une stéréo que développons ensuite en multi-canaux. C’est une approche différente de celles pratiquées par nombre de nos compétiteurs, puisque je sais comment procèdent Yamaha ou Pioneer et ils le font de façon complètement différente.

HCFR_Hugo: En fait Patrice ici possède un pré-ampli processeur Yamaha CX-5100.

Ken: Comme vous le savez Yamaha est à l’origine des possibilités DSP à cause même de leurs instruments à base digitale. Aussi du fait même de leur savoir-faire technologique du contexte du processing DSP, ils leur a été facile de passer à un niveau plus élevé. Ils pouvaient faire et ceci est leur spécialité. Je ne sais pas si vous vous en souvenez, il y a de nombreuses années de cela, ils ont sorti le DSP-1 (1985 😉 ).

HCFR_Hugo: Oui, je m’en souviens effectivement. A ce moment c’était quelque chose qui représentait une sorte de révolution, mais si ceci était un petit peu trop tôt. En effet quelques années plus tard, mon propre tout premier pré-ampli Home Cinema a été un Marantz AV600 associé à 5 amplis mono Marantz MA500, tous portant une certification THX précoce.

Ken: En fait Marantz a été le tout premier constructeur à proposer le processing Dobly Surround (l’initial, pas l’actuel 😉 ). Ainsi pour chaque produit AV produit, nous en faisons les tests ici et si nécessaire, nous en y faisons quelques modifications. Nous en parlons avec le Japon et au besoin, nous continuons nos modifications, jusqu’à l’obtention de la sonorité que nous recherchons.

HCFR_Hugo: Sans rentrer dans des secrets, y-a-t-il des fois où c’est bon dès le tout premier essai?

Ken: Très rare. C’est très, très rare, je dois dire.

Oliver: Et il y a des fois où c’est très, très compliqué ou nécessitant de très longs tests.

Ken: Malheureusement cela dépend du produit, puisque parfois certains produit sont difficiles. Si je me souviens bien la série produit 17 a été difficile. En effet j’ai eu un problème avec la caractéristique sonore du lecteur CD de la série 17. Je n’arrivais pas à trouver ce qui était en cause, aussi a-t-il fallu creuser, creuser, creuser. Puis j’ai trouvé que c’était le flux d’air à l’intérieur, lorsque le CD tournait.

HCFR_Patrice: Le flux de l’air lorsque le CD tournait?

Ken: Oui, c’est ce qui influençait la sonorité. J’ai dû faire des trous à l’arrière du produit pour modifier le flux de l’air.

HCFR_Hugo: Waouw. Ca c’est fascinant!

Ken: C’est ce que j’essaye d’expliquer, jusqu’à quelles extrémités il nous faut parfois aller. Particulièrement si l’on se considère plus spécifiquement les nouvelles technologies comme les réseaux ou les nouvelles classes d’amplification comme la classe D, que nous intégrons désormais dans notre catégorie de produits Premium Plus. En effet dès que vous commencez à faire quelque chose de tout nouveau, ça devient un travail d’enfer.

Un autre point que je voudrais mentionner est que lorsque l’on y pense, nous avons tel produit cette année et l’année suivante son successeur, aussi nous pourrions simplement en faire un copier_coller. Mais ceci n’est pas le cas puisque continuellement de petits changements ont lieu, par suite de composants qui ne sont plus disponibles, de même que la fabrication des cartes de support composants évolue continuellement. Tout ce qui modifie l’équilibre sonore.

Peu de gens s’en rendent compte, mais c’est un vrai cauchemar. Alors même qu’un seul petit changement de composant peut détruire le son d’un produit!

HCFR_Hugo: This was actually my question concern avec les differences entre le Marantz AV8802A et AV8805 où de mémoire, il y a eu 170 changements entre ces deux générations Marantz de processeurs Home Cinema Haut de Gamme, un cauchemar, de ce que vous nous en avez dit.

Pourtant tous ces changements que vous avez faits au sein du 8805, comparativement au 8802A, produisent un résultat sonore des plus intéressant. Puisque ce qu’il est possible d’obtenir avec ces 2 canaux supplémentaires et ces divers tweakings complémentaires est réellement impressionnant d’un point de vue sonore, un grand “tweaking”.

Aussi quand vous dites que juste faire quelques trous peut transformer, bon transformer est un peu trop fort, mais peut modifier la perception sonore, alors oui, je peux parfaitement comprendre tout votre travail!

Ken: Ceci est en fait juste un petit exemple que je donne ici. Car il y a tellement de choses, le domaine HiFI, c’est un vraiment, vraiment un mode de “oufs”.

HCFR_Patrice: Juste une anecdote à propos de ce sujet en particulier. J’ai travaillé sur quelque chose développé sur notre Forum HCFR. C’était une sonde colorimétrique permettant la mise en œuvre sure des couleurs, permettant la mise en œuvre adéquate d’un projecteur via la version initiale du soft ColorHCFR, développé en interne. Pendant 4 ou 5 ans nous avons ainsi utilisé une sonde Texas Instruments. Puis à un moment donné ils nous ont envoyé un papier indiquant le changement de construction de cette pièce. Désormais celle-ci est meilleure, plus fiable et produite dans un endroit différent… et tout, tout a été détruit dans notre travail.

Sachant que si sur le papier, les caractéristiques n’étaient pas les mêmes, mais très similaires, dans la réalité le produit final était en fait totalement différent. Ainsi nous avons dû refaire tout notre travail et tous les algorithmes élaborés initialement ont été adaptés pour être compatibles avec le nouveau produit, puisque nous n’avions pas d’autre choix, les anciens produits n’étant plus disponibles.

Ken: Oui ceci a vraiment été une découverte incroyable. Ainsi et par exemple les tubes Telefunken ECC83 continuent à être les meilleurs en termes de rendu sonore, même ceux d’occasion. Aussi vous avez intérêt à les utiliser, plutôt que d’acheter un ECC83 produit en Chine ou en Russie, je peux vous le dire.

HCFR_Patrice: OK et désolé, mais nous avons des questions concernant Sound United, aussi abordons ce sujet. Il y a un an, Sound United a acquis D&M, la compagnie possédant Marantz. Maintenant Sound United a un large portefeuille de marques, Denon, Marantz, Classé Audio, Polk, Boston Acoustics. Aussi prévoyez-vous de réaliser quelques travaux transverses avec ces autres marques?

Ken: Non. Mais vous venez de l’indiquer, cela fait juste un an. Toutefois et graduellement, une intégration est en train de se produire, mais elle nécessitera un certain temps.

HCFR_Hugo: Mais dans le précédent contexte D&M (Denon_Marantz), vous aviez réussi à maintenir deux identités séparées, n’est-ce pas?

Ken: Oui c’était le cas, mais c’est parce que chacun de son côté était têtu. Au Japon les personnes de Denon et Marantz pouvaient en arriver aux mains. Ce qui dans les faits a rendu chacune de ces marques d’autant meilleure, non seulement son identité, mais déjà dans tout ce qui représentait cette identité. Et cette compétition nous a beaucoup aidés sur le marché domestique Japonais.

Denon et Marantz vont chacun dans leur propre direction. Autrement regardez juste, et je suis désolé de le dire, regardez le contexte actuel Onkyo et Pioneer, c’est comme c’est, les mêmes projets.

Le fait que nous ne nous aimions pas, nous a en fait aidés.

HCFR_Patrice: Je suppose que Sound United veut donc conserver cette identité forte.

Ken: Vous voyez maintenant, nous travaillons sur des marchés différents. Comme vous le savez Denon possède un portefeuille plus étendu que Marantz. Marantz est une entité à l’orientation très ciblée, alors même que Denon est orientée vers une audience plus étendue. Nous savons tous quelle est notre groupe cible. Ainsi et pour Marantz nous avons un groupe cible et c’est la même chose pour Denon, mais avec un groupe cible différent. Et c’est la même chose avec Sound United, puisque chaque marque du groupe, possède un management de groupe et tout est complétement harmonisé.

HCFR_Hugo: HCFR a eu la possibilité de tester le nouveau pre-ampli processeur Home Cinema doté de 13 amplis Denon 8500 et comme je vous l’ai dit, nous avons également testé le nouveau pre-ampli processeur Home Cinema Marantz 8805. Pour ce qui me concerne, je n’ai pas eu la possibilité d’écouter le Denon 8500, toutefois pour les personnes qui ont eu le privilège de pouvoir écouter ces deux produits, elles ont été réellement surprises de trouver qu’il y avait des différences.

Rires.

Ken: Il est très important pour nous de conserver des différences dans ces deux identités de marques. Bien sûr il y a des synergies lorsque l’on regarde les cartes HDMI, cartes réseaux, DSPs. Il n’y a pas grand-chose que l’on peut différentier à ce niveau-là, toutefois lorsqu’on en vient aux alimentations, étages de pré-amplification, étages de sorties, là bien sûr, il est possible à chacun d’exprimer sa différence afin de conserver ainsi la pleine identité de chaque marque.

HCFR_Patrice: Marantz n’est plus présent sur le marché des enceintes acoustiques. Aussi quel type de produit est-ce que vous recommanderiez ou associeriez avec chacune de vos familles de produits?

Ken: Je vais le dire à nouveau, testez le son. A nouveau il s’agit là d’un contexte d’autant plus important. Puisque nous ne pouvons pas vraiment dire que notre amplificateur nécessite une association particulière, ce n’est pas quelque chose d’envisageable, et je pense que ce n’est même pas nécessaire, car les enceintes sont toutes différentes. Aussi tout dépend de la musique que vous écoutez et de la taille de la pièce, l’acoustique de la pièce étant aussi très impactante.

Aussi n’y a-t-il pas de réponse facile à votre question. Nous ne pouvons pas dire, ceci, ceci ou ceci est notre recommandation, non, malheureusement.

L’utilisateur final doit donc prendre du temps pour écouter et ainsi trouver, ce qu’il apprécie. Maintenant si moi ou vous, disons ceci est le meilleur, puis si une personne écoute cela et elle apprécie cela ou pas, c’est son propre goût qui est le juge final. Je dis toujours que lorsque vous allez à un show, assurez-vous d’emporter avec vous votre musique favorite, pour vos propres écoutes.

SI vous trouvez quelque chose qui vous plaît, peu importe son prix élevé ou bas. Si un des produits touche votre cœur à cause de la caractéristique sonore ou de la musique que ce produit est en train de reproduire, c’est ce produit-là qui a de la valeur pour vous.

C’est ce que je dis toujours, vous devez le faire vous-même. Ne demandez à personne quoi acheter, cette décision doit venir de vous.

HCFR_Hugo: Vous avez dit et je vais le conserver comme un slogan “toucher votre coeur”, le plaisir d’écouter et apprécier la musique par le biais de la reproduction du son.

Ken: Oui, nous avons tous une relations particulière avec la musique. Cela commence généralement dès que l’on est un petit enfant, avec la musique reçue des parents. Puis on rencontre tellement de musiques différentes et nos souvenirs sont associés à ces musiques. Cela fait partie de soi et de la relation que l’on entretient avec la musique, chacun ayant la sienne propre et personne ne possédant la même. C’est pour ça que Marantz dira toujours “because music matters”.

HCFR_Hugo: Oui.

Ken: C’est le cadre qui m’a permis de mettre en place le slogan “because music matters” en ’80. J’ai défini ce slogan.

HCFR_Hugo: Vous avez inventé ça?

Ken: Oui, ce “because music matters”.

HCFR_Hugo: Etait-ce votre idée ou celle du marketing?

Ken: Non, j’ai dit à l’agence en Angleterre “because music matters” est le slogan que nous voulons vraiment et ils ont dit “Oui, c’est un bon slogan à utiliser, faisons le”.

HCFR_Patrice: Cette relation particulière de chacun d’entre nous avec sa propre histoire musicale est quelque qui génère des débats passionnés sur nos forums. Les personnes parlent de leurs choix, expériences, et nous essayons tous d’influencer les autres ou de donner notre propre opinion. C’est pour cette raison   d’important qu’en tant que modérateurs nous disons “Ce n’est pas parce que vous appréciez quelque chose, que d’autres vont également le faire. Vous devez admettre que quelqu’un peut préférer quelque chose de différent. Ceci ne veut pas dire que c’est meilleur ou plus mauvais, c’est seulement différent”.

HCFR_Hugo: Puisque nous parlons d’opinions, puis-je ajouter une petite question ici. Avec les caractéristiques du son Marantz que vous nous avez décrites, de votre point de vue est-ce que vous recommanderiez, mais peut-être que “recommander” est un peu trop fort avec ce qui a été dit plus haut, aussi diriez-vous que des enceintes de rendement moyen ou bas…

Ken: Que voulez-vous dire par moyen ou bas?

HCFR_Hugo: Un rendement bas est @ 82dB / 1W, moyen étant @ 88dB / 1W.

Ken: Ce qui correspond à des enceintes “normales”.

HCFR_Hugo: Tout à fait. Je dirais également que le haut rendement commence @ 92dB, avec le très haut rendement au-delà de 95dB. Maintenant et de votre point de vue, qu’est ce qui serait meilleur? Alors je comprends les notions liées aux choix personnels, mais selon vous, qu’est-ce qui serait le plus adapté à l’image sonore Marantz décrite auparavant? Sachant que derrière cette question nous avons les notions liées aux sonorités East et West Coast.

Ken: Une sonorité East Coast est plus proche du son British. Alors même que les marques West Coast JBL ou Altec Lansing ne prêtent aucune attention au domaine temporel (time-domain), zéro.

HCFR_Hugo: OK et merci, puisque maintenant j’ai ma réponse.

Ken: Regardez juste les moniteurs de studio du type 4343. Le HP de grave est de 15, voire même 16 pouces de diamètre (38 ou 41 cm), puis vous avez le HP de medium-bas, ce qui fait un système à 4, voire 5 voies. Il est impossible d’intégrer un tel système. Dans le domaine de l’amplitude (amplitude domain), on peut être OK, mais dans le domaine temporel (time domain) c’est décalé.

Il est ainsi possible de générer une magnifique pression sonore, particulièrement en utilisant des pavillons, puisque vous savez que le rendement des HP à pavillon est très élevé. D’où le fait qu’il est possible d’obtenir une pression sonore élevée, toutefois si vous désirez obtenir notre image sonore, vous devez avoir des enceintes ayant été adéquatement alignées d’un point de vue temporel. Pour moi l’amplitude représente 30% du besoin réel, ce qui fait que 70% peuvent parfois faire défaut.

HCFR_Hugo: OK permettez-moi de rajouter quelque chose au contexte de cette notion de domaine temporel. Je vous ai dit que dans mon expérience il y a eu une augmentation dans la perception de la transparence sonore avec le Marantz AV8805, ceci comparativement au Marantz AV8802A. Aussi diriez-vous que l’alignement temporel est mieux réalisé dans le 8805? Et diriez-vous que l’applet Audyssey Editor participe accroit cela en accomplissant une sorte d’alignement complémentaire dans le domaine temporel?

Ken: Oui, quand vous écoutez ces produits, puisque j’écoute ces produits en stéréo, et j’ai été réellement impressionné à quel point c’était bon, d’où un “Waouw”. Ces produits ont été énormément améliorés et effectivement cette amélioration concerne le domaine temporel.

Oliver: A cela je vais ajouter que si vous améliorez le grave, comment vous le contrôlez, comment il est précis_délié, vous allez également gagner en termes de résolution. Ce n’est pas forcément ce à quoi vous vous attendez, mais plus le grave est précis, plus la résolution de votre image sonore (soudstage) sera élevée.

HCFR_Hugo: Vous voulez dire un grave en dessous @ de 100Hz?

Oliver: Oui, également. Ainsi même si vous utilisez un sub, vous pouvez ajuster la distance et si vous vous “amusez” à optimiser l’ajustement de cette distance, vous arriverez à déterminer un réglage où le grave devient réellement précis_délié, e vous noterez que même votre image ainsi que la transparence sonore deviennent meilleures. Mais ce n’est pas très facile à faire.

HCFR_Patrice: Singulièrement en contexte domestique. Et plus particulièrement si vous avez plusieurs sièges, parce qu’il absolument impossible d’optimiser plus que, je dirais un ou peut-être deux sièges. Nous sommes constamment en train d’expliquer que la pièce joue un énorme rôle dans l’utilisation de l’audio domestique.

Le second point concerne les nouveaux formats. Et comme nous le savons il y a une forme de différence tant culturelle, que du point de vue des marchés, entre l’Europe, l’Amérique du Nord et l’Asie, particulièrement le Japon. Ainsi aujourd’hui les fichiers audio conservés localement ou le streaming audio sont acceptés et établis. Ils représentent désormais la nouvelle norme, alors même que le CD est de moins en moins utilisé.

Ken: Je dirais que le streaming est très populaire en dehors du Japon, mais la musique stockée devient de plus en plus populaire au Japon. Mais les Japonais apprécient particulièrement de pouvoir posséder un objet_une boîte aussi acheter des éléments physiques est toujours important pour eux.

HCFR_Patrice: Je pense qu’en Europe nous sommes entre les deux, puisque les deux aspects co-existent en Europe.

Ken: Principalement une affaire de groupe d’âge. En effet les jeunes ont des valeurs qui leur sont propres.

HCFR_Hugo: Oui mais je dirais que plus particulièrement “les jeunes, plus jeunes, la génération des 20-25 ans est en train de revenir au vinyle. Ils reviennent aux platines tourne-disques. Ai si notre fille vient juste d’acheter une platine et elle a des disques LPs! Mais ceci est-il une sorte de nostalgie ou est-ce une tendance?

Ken: Il s’agit d’une tendance. Comme on peut l’observer, le marché du Haut de Gamme ne se développe pas du tout sur le vinyle. C’est le bas de gamme qui est en augmentation, et c’est ce qui crée les grands nombres. C’est ce qui est en train de se passer et vous serez étonné par quel niveau de marché Amazon US peut avoir dans le domaine des LPs. C’est fou. Mais il n’y a aucune garantie que ceci perdure.

HCFR_Hugo: Qui aurait pu prévoir cela il y a 10 ans? Personne. De mon point de vue ceci indique qu’il ne s’agit pas là d’une création marketing, mais correspond plutôt à une création de notre monde connecté d’aujourd’hui.

Ken: Comme mentionné précédemment, la mémoire informatique devient désormais de plus en plus bon marché. Aussi nous n’avons plus besoin de compresser la musique. C’est pourquoi lorsque le MP3 est arrivé en son temps avec le Walkman, un contexte où Sony est ensuite passé au MiniDisc, il a été nécessaire de compresser, parce que la capacité mémoire étant le facteur limitatif. Il n’était pas possible d’avoir la même qualité que le CD, car il aurait fallu avoir plus d’espace mémoire. Or il n’y avait pas moyen de faire cela, d’où la compression.

Le MP3 a été ainsi créé car la mémoire était trop chère. Mais aujourd’hui nous n’avons plus besoin de nous préoccuper du coût de la mémoire. Nous devrions promouvoir la haute résolution. Je fais confiance dans la nature Humaine, ce qui veut dire qu’à chaque moment nous voulons ce qu’il y a de meilleur. Aussi sur le long-terme, je suis sûr que les gens découvriront à nouveau le plus haut niveau de qualité qu’il est possible d’obtenir avec la haute résolution.

HCFR_Patrice: Oui c’est un point intéressant. Aujourd’hui Qobuz offre un sampling de haute qualité, mais qui n’est pas très populaire, car les gens achètent seulement du low-samplig, à la qualité très inférieure.

Ken: Parce que la majorité des personnes est contente avec le simple Spotify. Car ils n’y voient que la facilité d’utilisation de la musique qu’ils souhaitent avoir. C’est leur préoccupation principale. La recherche de la qualité sonore n’intervient pas dans leur démarche, pour le moment. Aussi la question qui se pose est-elle aurons-nous un jour où les gens commenceront à prêter attention à la qualité sonore? Ça c’est un grand point d’interrogation.

Oliver: Si on regarde en arrière, nous avons eu cela tout au long du passé. Il y a ainsi eu des personnes dépensant 500€ pour un système incluant leur ordinateur, alors que d’autres vont dépenser 5000€ pour un système audio spécifique. Ainsi il y a des personnes satisfaites avec ce que 500€ peuvent leur offrir, alors que d’autres demandent une qualité supérieure.

HCFR_Patrice: Vrai, mais pour le CD, il y a la limitation 16bits et 44kHz.

Ken: Bien sûr, mais ceci est désormais du domaine du passé, puisque aujourd’hui dans n’importe quel format, nous pouvons aller bien plus loin avec avec la haute résolution. On n’a pas besoin d’un autre disque. En effet aujourd’hui avec le streaming et la musique stockée, peu importe le format et il est possible d’avoir de la très haute qualité, à partir du moment où l’enregistrement a été fait de façon adéquate.

Et un autre point, voyez-vous quelque chose que j’ai toujours dit depuis les débuts, y compris lors des discussions internes au sein de Philips, puis avec les Japonais où j’ai toujours que le PCM est le chose la plus stupide pour un système d’enregistrement. Savez-vous pourquoi?

Parce qu’à chaque instant vous avez la pleine résolution. Ainsi si vous définissez une base à 16bits, même les silences seront interprétés en 16bits, d’où pendant 90% du temps, ceci ne sert à rien. Puisque la musique change continuellement.

Aussi pendant nos conversations j’ai suggéré pourquoi n’allouons-nous pas le nombre de bits, en correspondance avec la dynamique de la musique, donc un bit rate variable. Ce qui aurait été bien plus logique pour l’enregistrement, que le “stupid PCM”, je pense.

HCFR_Patrice:  C’est bien que nous soyons revenus à la musique, puisque ceci correspond au dernier point que nous souhaitions voir avec vous, aussi quells sont vos actuels enregistrements favoris?

Ken: Pour moi, un magnifique enregistrement avec une musique ennuyeuse est un problème. Malheureusement, le fait d’avoir les deux ensemble n’arrive pas souvent. Aussi même aujourd’hui, j’écoute tout ce que je peux trouver, et pouvez-vous l’imaginer, toutes les semaines, je continue à acheter des CDs, juste pour découvrir de nouvelles musiques.

Et je suis toujours étonné combien est grand le progrès que nous avons fait depuis les débuts du CD. Je dois dire que bon nombre de nouveaux musiciens ne font plus de CDs. Aussi est-il très difficile d’apprécier leur travail car nous ne connaissons pas la réelle qualité de l’enregistrement d’origine. A l’image de ce que l’on peut découvrir sur Spotify, où il est possible d’entendre de la belle musique, mais dont on ne connaît pas la qualité de l’enregistrement initial, d’où le fait qu’il est difficile de pouvoir réellement apprécier. Aussi peut-on chercher à aller plus loin dans la découverte, en essayant de trouver le CD, mais un CD n’est malheureusement pas dispo.

Mais ici, je me dois de dire que sur de nombreuses bandes-son de films, l’enregistrement a été énormément depuis les années ’80, ’90.

Certaines bandes-son sont ainsi sublimes, car leur musique composée et exécutée pour une bande-son est incroyable, et ce qui m’impressionne réellement est l’image sonore (sound stage) qui peut être créée. Des images sonores réellement tridimensionnelles crées dans ces enregistrements pour des bandes-son cinema, sont vraiment de haut niveau, je dois dire.

Il y a ainsi une réelle évolution singulièrement au niveau de l’image sonore, avec la largeur, la profondeur, la hauteur, tout. Aussi si vous avez un vraiment bon système stéréo… vous n’avez pas besoin du surround.

Rires.

HCFR_Hugo: Laissons ces mots être les derniers de cet échange. Et je tiens à particulièrement vous remercier Ken et Oliver, pour la transparence singulièrement appréciée lors de chacune de vos réponses, à toutes nos questions; transformant notre conversation ici, en une interview des plus fascinantes.

Merci BEAUCOUP.

Hugo_Hugo S
HCFR – Septembre 2018

 

 

– lien vers le sujet HCFR dédié à Ken Ishiwata-san :  http://www.homecinema-fr.com/forum/materiel-haute-fidelite/ken-ishiwata-qui-est-ce-t29959846.html

 

 

Partager :