IFA2011 – La gamme de vidéo projection JVC

IFA, News — publié le 6 septembre 2011
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

PRESENTATION DE LA GAMME 2011

La gamme JVC 2011 :

Le JVC DLA-X30
> Panneaux DILA Full HD ( 1980×1080 pixels )
> Compatibilité 3D ( 120hz ) et système d’amélioration de la diffusion 3D
> Convertion 2D – 3D
> Alignement des pixels ( au pixel )
> Objectif motorisé ( zoom et focus ) et 3 positions enregistrable
> Lens shift motorisé : 80% Vtcl, 34% Hztl
> Lampe 220W, 1300 lm, Contraste 50 000:1
> 2 HDMI ( 3D / Deep color / CEC ), 1 RS-232, 1 RJ45
> Bruit : 20 Db lampe en mode normal
> Poids : 14,9 kg, Dimmension : 455x179x472 mm
> 2990 euros dispo en novembre 2011 en blanc et noir ( mat )

 

Le JVC DLA-X70R ( différence avec le X30 )
> Panneaux DILA Full HD ( 1980×1080 pixels )
> Technologie pixel-shift pour la convertion des sources 2D à une résolution de 3840×2160 pixels
> Compatibilité 3D ( 120hz ) et système d’amélioration de la diffusion 3D
> Convertion 2D – 3D
> Certification ISF et compatibilité THX 3D
> Objectif motorisé ( zoom et focus ) et 3 positions enregistrable
> Lens shift motorisé : 80% Vtcl, 34% Hztl
> Alignement des pixels ( au 1/16è de pixel )
> Lampe 220W, 1200 lm, Contraste 80 000:1
> 2 HDMI ( 3D / Deep color / CEC ), 1 RS-232, 1 RJ45, 1 Sub-D15
> Bruit : 20 Db lampe en mode normal
> Poids : 15,4 kg, Dimmension : 455x179x472 mm
> 6990 euros dispo en novembre 2011 en noir brillant

Image

Le JVC- DLA-X90R ( différence avec le X70R )
> Panneaux DILA Full HD 2K
> Technologie pixel-shift pour la convertion des sources 2D à une résolution de 3840×2160 pixels
> Compatibilité 3D ( 120hz ) et système d’amélioration de la diffusion 3D
> Convertion 2D – 3D
> Certification ISF et compatibilité THX 3D
> Mode calibration et espace colorimétrique editable
> Objectif motorisé ( zoom et focus ) et 3 positions enregistrable
> Lens shift motorisé : 80% Vtcl, 34% Hztl
> Alignement des pixels ( au 1/16è de pixel )
> Lampe 220W, 1200 lm, Contraste 120 000:1
> 2 HDMI ( 3D / Deep color / CEC ), 1 RS-232, 1 RJ45, 1 Sub-D15
> Bruit : 20 Db lampe en mode normal
> Poids : 15,4 kg, Dimmension : 455x179x472 mm
> 9990 euros dispo en novembre 2011 en noir brillant

Les nouveautés technologiques de la gamme 2011

Image

>Technologie pixel-shift pour la convertion des sources 2D en 4K :
Les vidéos projecteurs DLA-X70R et DLA-X90R sont donc équipés du système pixel-shift qui combine algorithme et lentille pour up-scaler tout signal 2D à une résolution de 3840×2160 pixels. Par défaut toute source 2D ( DVD, BD, Box, … ) arrivant au vidéo projecteur sera donc automatiquement diffusée en 4K. Concrètement, un nouvel algorithme à été développé par JVC pour identifier les corrélations entre pixels des signaux vidéos 2D. Ensuite, JVC a intercalée entre l’objectif et les panneaux DILA-RVB, une lentille de précision qui, tout en laissant passer le flux lumineux full HD projetées par les matrices DILA, décale ce même flux pour afficher les pixels nécessaires à l’obtention de la résolution de 3840×2160 pixels. Cette nouveauté ne s’applique évidemment pas aux signaux en 3D qui sont diffusés eux en résolution 2K. A noter que les sources professionnelles 4K ( de résolution 4096×2160 ) ne sont pas acceptées par ces vidéos projecteurs.

Convertion 2D-3D:
Un système de convertion 2D-3D fait son apparition sur la nouvelle gamme 2001. L’utilisateur peut ainsi régler le niveau de profondeur simulé. De plus JVC a pensé à implémenter une correction des sous-titres qui pourraient être déformées par cette convertion 2D-3D.

Image

Amélioration de la diffusion 3D:
Parmi les algorithmes ajoutées par JVC, citons le contrôle du parallax qui permet à l’utilisateur d’accentuer ou diminuer le contrôle horizontal des images gauche et droite de façon à fournir l’effet 3D qui vous convienne le mieux. De plus un algorithme analyse la synchronisation des images gauche et droite de façon à réduire le phénomène de crosstalk.

Le lens memory :
L’utilisateur peut désormais enregistrer 3 formats de diffusions et s’offrir le luxe d’une vidéo projection en 2,35:1 ou en 2,35:1 avec sous titres par exemple. Bien entendu cela signifie que l’objectif est motrisé ( zoom et mise au point ).

Image

Réglage d’alignement des pixels :
Un nouveau système d’alignement ( uniquement sur DLA-X70R et DLA-X90R ) autorise une parfaite convergence des pixels avec une précision qui passe de 1 pixel à 1/16ème de pixel. Il est aussi possible de diviser l’écran en 121 cases pour régler chaque case individuellement. L’exploitation combinée de ces deux systèmes annule définitvement tout phénomène de halo et de couleurs qui “bavent”.

Réglage colorimétriques :
En plus des paramètres pré-définis de réglage des couleurs, il est possible désormais ( uniquement DLA-X90R ) de règler son propre espace de couleur via une application PC. Une fois raccordé en RJ45, on peut télécharger son espace de couleur dans le vidéo projecteur ou enregistrer les paramètres utilisateurs ( 5 au total ) vers son PC. L’application PC sera téléchargeable depuis le site web JVC.

Mode calibration :
Le DLA-X90R possède un mode calibration qui affiche une série de nuanciers à l’écran ( pilotable ) lorsqu’il est nécessaire de réaliser une calibration ( après 1000 heures d’utilisation par exemple ). Cette opération requiert une sonde Spyder 3 ( pro ou elite ) ainsi que l’application PC qui sera téléchargeable depuis le site web JVC.

La télécommande :
JVC a pensé utile de rajouter deux boutons supplémentaires permettant de choisir le format 3D ( top-bottom, side by side, … ) ainsi que d’accéder aux réglages 3D ( ajustement du parallax, de la profondeur, … ).

Image

Les accessoires :
L’emetteur synchronisateur 3D ( référence PK-EM1 ) ainsi que les lunettes actives 3D ( références PK-AG1B et PK-AG2B ) restent des accessoires optionnels. A noter que contrairement à leurs concurrents qui augmentent la fréquence de fonctionnement des lunettes actives 3D, JVC conserve une fréquence de 120hz de façon à garantir la compatibilité des lunettes ( y compris le nouveau modèle PK-AG2B qui a perdu quelque grammes au passage ) avec la nouvelle et les anciennes gammes de vidéos projecteurs 3D.

 

La démonstration

Image

C’est dans une salle dédiée située côté presse que nous avons pû assister à cette démonstration.

Les forces en présences sont :
– un DLA-X30,
– un DLA-X70R,
– un DLA-X90R,
– un DLA-X7 ( gamme 2010 ),
– un lecteur Blu-Ray Pioneer haut de gamme,
– un écran de 3m de base.

Extraits :
– 3D film d’animation : La légende des gardiens.
– 2D séquences d’images prévues pour la démonstration par JVC

Image

Les impressions de Safe

C’est avec un certain à priori mélangé à de la curiosité que je suis rentré dans la salle de démonstration. En effet, il faut bien reconnaître que JVC n’a jamais été une marque à laquelle je me suis intéressé pour la vidéo projection, considérant ses produits bien trop haut de gamme à juste titre. La séance a donc commencée par une présentation powerpoint des différents modèles et évolutions de la gamme 2011 par l’ingénieur responsable produit de chez JVC. Bien évidemment, au regard des éléments techniques transmis et des tarifs annoncés, je me suis dit que JVC avait de potentielles bombes à disposition et que le marché des VP 3D autour des 3000 euros allait battre son plein en fin d’année. Mais qu’en est il de visu ?

Image

Le premier extrait est en 3D ( sur le DLA-X30 ) avec un passage du film d’animation la légende des gardiens. Les lunettes 3D ne sont pas désagréables à porter, sans non plus être les plus confortables que j’ai pû essayer. L’image est assez sombre mais en retirant et remettant les lunettes je constate que la perte de lumière est minime, la scène de nuit offre de très beaux niveaux de contrastes. L’hibou apparaît alors à l’écran ( voir image ci dessous ) et la dynamique est impressionante, ce dernier étant parfaitement mis en valeur avec beaucoup de “peps”. La fluidité n’est pas sans reproches car on sent bien que les 120hz théoriques sont juste suffisants pour ne pas afficher de ghosting génants ( je n’en ai pas vu ) mais on est pas au niveau des meilleurs vidéos projecteurs ( sur ce critère fluidité ) vu à l’IFA2011. Je n’ai décelé que quelques saccades erratiques mais qui ne sont pas vraiment génante. L’image est très convaincante : la 3D n’est par forcément démonstrative en terme de profondeur ou de jaillissement mais l’image a une pêche incroyable avec un très beau piqué ce qui autorise le spectateur à rentrer rapidement dans le film visionné. Ahhh …. dommage la démo 3D est terminée alors que je commençais à apprécier.

Image

On passe alors sur les deux grands frêres que sont les DLA-X70R et DLA-X90R que les ingénieurs vont switcher à la demande pour pouvoir comparer les images 2D d’un disque de démo JVC. Le 4K est activé automatiquement sur les deux vidéos projecteurs et on commence avec un travelling très lent sur un “blue-jean” ( voir image ci dessous ). Le piqué est absolument remarquable avec un niveau de détail à l’image tout simplement éffarant. En switchant sur le X90R on observe de suite un meilleur réalisme du fait de l’amélioration visible du niveau de contraste ( et en conservant ce fabuleux piqué ) malgré la luminosité globale de la scène qui semble un poil moins dynamique et démonstrative ( surement lié aux réglages ). Il est clair que c’est le plus beau piqué d’image vu à ce jour, aucun autre concurrent ne pouvant actuellement rivaliser avec ces modèles “grand public” 2011 de chez JVC. Deuxième exemple de travelling lent sur une scène statique ( les pellotes de laines ) et la c’est tout bonnement exceptionnel : pour la toute première fois, j’ai l’impression d’être devant un téléviseur LED ultra dynamique et non plus devant un vidéo projecteur. L’image a une pêche extraordinaire avec toujours ce niveau de détails impressionnant. Aucun problème de fluidité mais cette séquence 2D n’est pas adaptée pour juger des qualités de ces produits sur ce critère. De nouvelles scènes passent devant nos yeux, plus personne ne dit rien dans la salle, tout le monde se regarde à la fin de la démonstration avec le sentiment d’avoir assister à une démonstration à peine croyable puisque ce sont bien des futurs produits qui ne laisseront personne indiférent.

Les impressions de DJ Dactylo

Comme certains le savent déjà, je joue au grognon devant les images 3D. Etant extrêmement sensible aux problèmes de fréquences/scintillement (c’est médical et pas juste un état d’esprit), j’ai toujours une critique assez sévère envers les tests en 3D. Dans ma conception des choses, on doit pouvoir bénéficier d’une qualité aussi élevée en 3D que celle que l’on a en 2D. Pour faire mon analyse 3D, je me base sur plusieurs critères majeurs :
1 – L’absence de scintillement et le côté reposant de l’image.
2 – Le maintient d’une parfait fluidité d’image en 3D.
3 – L’absence de défaut majeurs de ghosting.
4 – Une luminosité suffisante pour un bon confort de vision et des noirs bien débouchés.
5 – Un confort des lunettes qui permet de les oublier.
6 – La notion de profondeur de champ

La démonstration du X30 en 3D m’a fortement impressionné dans les premiers instants mais j’ai vite relativisé. Sur le point 1, j’ai vite senti que les lunettes tournaient à 120 Hz au lieu de 240 Hz chez Epson. La sensation de repos est immédiatement affectée. Autant sur un trailer de 5 minutes, on ne sent rien mais quid au bout de deux heures de projection ? D’un autre côté, je suis fort critique sur ce point et je pourrais comprendre qu’une grande majorité de personnes pourraient s’en satisfaire. La fluidité d’image est globalement bonne mais Sony et Epson ont toujours eu une guerre d’avance sur ce terrain et cette année, la hiérarchie reste la même. Pour la luminosité et le ghosting, ce JVC X30 marque des points car il est excellent. Aussi, la profondeur de champ est à tomber avec un piqué remarquable. Un petit bémol pour finir concerne les lunettes. Leur confort global n’est pas mauvais mais le bloc de plastique entre les deux yeux est vraiment désagréable. Il m’a donné l’impression de loucher pendant la projection. Ceci a surement du être accentué par mes lunettes car Safe n’a pas constaté ce problème.

J’en viens à la démonstration du X90. Les personnes de JVC nous ont montré des images en 4K natif. Les images étaient quasi sans mouvement et ce fut une grande claque en matière de piqué. Là, je me suis dit que JVC tenait THEprojecteur de l’année. Non content de voir ces images, j’ai demandé à placer un Blu-ray standard pour voir l’effet de conversion du 1080p vers le 4K. J’attendais clairement à rentrer dans un autre monde et…. non.. l’image était excellente certes mais rien de transcendantal par rapport à un Sony VW95 ou un Epson EH-R4000. Bien que la technologie de ce X90 soit largement supérieure à la concurrence, sans signal de très haute qualité (çàd. du 4K), elle perd immédiatement toute sa raison d’être. Et malheureusement, il y a zéro contenu dans ce format.

Pour conclure, je dirais que JVC a travaillé de façon merveilleuse pour sortir de très beaux projecteurs. Cependant, pour arriver à la perfection, il est urgent qu’ils améliorent leur moteur de frame interpolation et qu’ils l’accompagnent du 240 Hz en 3D. Avec, en prime, un ergonomie améliorée de leur lunette, ils tiendraient une gamme de projecteurs absolument sans aucune concurrence.

Image

Image