Kaleidescape Cinema One : un serveur audio­-vidéo à domicile !

News — publié le 16 décembre 2013
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

 

Avec ce système Kaleidescape Cinema One, le rêve de tous cinéphiles et audiophiles devient réalité : pouvoir accéder facilement à l’ensemble de ses contenus. Il suffit d’une simple télécommande pour parvenir à lire toute sa bibliothèque de films DVD ou Blu­ray ou écouter l’intégralité de sa discothèque de CD audio

Kaleidescape-Cinema-One-4

 

Ceci n’est évidement possible qu’après avoir passer l’étape de la dématérialisation et de leur stockage sur le disque dur du Kaleidescape… Cette solution permet de partager sur tous les écrans du foyer l’ensemble de sa collections de films ou de musique. L’idée est également de proposer une interface ludique pouvant être utilisée par n’importe qui sans connaissance particulière ainsi que des enfants.

L’entreprise Kaleidescape, distribuée en France par B&W Group, n’est pas une inconnue pour ceux qui suivent cette tendance au passage au tout numérique. Situé en Californie, cette société américaine planche depuis 2001 sur des solutions de serveurs audio et vidéo en direction des amateurs de home­cinéma et d’audio. Jusque là, des serveurs haut de gamme comme la série Premiere, des lecteurs de disques ou des dispositifs pour ripper à grande vitesse étaient présents au catalogue de la marque. La grande nouveauté cette année du Cinema One est de tout proposer dans un seul élément.

Kaleidescape-Cinema-One-1

 

Plus qu’un simple serveur : ce “tout ­en ­un” permet en effet de tout faire, il stocke les données, les diffuse et fait le travail de dématérialisation.

 Autonome, il ressemble fortement à un simple lecteur Blu­ray de salon doté d’un esthétisme dans l’air du temps avec du blanc et des rondeurs que ne renieraient pas Apple. Ce serveur arbore une face avant très zen, avec seulement un bouton sensitif servant à l’éjection des disques, la mise en marche et l’accès au menu. A côté de ces commandes, le logo de l’entreprise et la fente du slot­in servant à la lecture des supports optiques.

A l’arrière du Cinema One, la connectique comporte une sortie HDMI 1.3, une sortie numérique audio coaxiale, une sortie audio stéréo, une prise Ethernet et une entrée USB. Le système se branche sur un téléviseur et sur Internet via le port Ethernet ou en Wi­Fi à l’aide d’un dongle inclus. Cette capacité à se connecter lui permet d’aller récupérer sur le site de Kaleidescape des informations et des jaquettes de films ou de CD Audio, la base de données est régulièrement mise à jour et complète.

Kaleidescape-Cinema-One-2

 

Ripper, stocker et diffuser

La grande force de ce serveur est sa capacité de stockage, on peut ripper sur le disque dur interne jusqu’à 100 Blu­ray, 600 DVD et 7 150 CD. Et si cela ne suffit pas, un second Cinema One peut être ajouter en réseau afin de doubler la capacité de stockage et commencer à lire un film dans une pièce et le terminer dans une autre. La dématérialisation des sources se fait bit à bit à partir des CD, DVD et Blu­ray, pour un CD il faut compter entre 10 et 15 mn et jusqu’à 2 heures pour un Blu­ray. La récupération des jaquettes et des informations est quasi instantanée. C’est ensuite un vrai bonheur de surfer sur un mur de jaquettes dynamique, le tout avec la télécommande et en toute fluidité. On peut présenter ses disques par liste, collections, genres, par durée etc. c’est très simple et ludique. L’interface est colorée, en mouvement et se charge par exemple de vous donner d’autres pistes dès que vous sélectionnez un film. C’est remarquable et cela donne envie de retrouver tel ou tel morceau ou film.

Les enfants ne sont pas oubliés avec une personnalisation de l’interface pour eux et même une télécommande spécifique (Kid) optionnelle.

 

Un accès direct aux films

Kaleidescape-Cinema-One-3

Cette facilité d’utilisation est aussi accentuée par la capacité du système à zapper les publicités, les avertissement et les bandes­annonces contenus sur les disques. On lance directement le film ! Si tout cela respire le confort, on est un peu plus sceptique sur les restrictions imposées sur les Blu­ray. Pour des histoires de protection des données, les compagnies de cinéma ont imposé à Kaleidescape de devoir introduire le disque Blu­ray dans le lecteur malgré sa dématérialisation sur le disque dur, il faut donc avoir à portée de main ses films Blu­ray. Il existe une parade, sous la forme d’un carrousel de 320 disques (Vault) mais le prix 8 495 euros est dissuasif. Les Blu­Ray 3D ne sont pas lus par le serveur, c’est dommage. Pour le reste, la qualité audio et vidéo est sans faille avec du piqué, le décodage des formats audio HD et de la fluidité dans les mouvements.

Ce Cinema One est un vrai régal, on est vite sous son emprise. Reste quand même un prix élevé, des menus en anglais et l’aspect restrictif de la lecture des Blu­ray qui peuvent être des freins à son adoption par certains. Pour les autres, le bonheur est à la pointe de la télécommande…

 

 

VERDICT

Un serveur tout en un accessible aisément et simple à utiliser grâce à une interface ludique et colorée. Ce sont les deux arguments principaux de ce système Kaleidescape, au creux de son canapé muni de la télécommande on est rapidement pris de l’ivresse du surf sur ses contenus multimédia. Ce serveur permet de passer de l’écoute de sa discothèque au visionnage de ses films préférés en DVD ou Blu­ray en naviguant dans un univers fluide et simple. La qualité audio et vidéo est au rendez­-vous et malgré un prix élevé et certains griefs comme des menus en anglais et la protection liée aux disques Blu­ray on est néanmoins sous le charme de cette solution unique au monde.

Kaleidescape-Cinema-One-5

 PLUS

  • La simplicité d’installation et de fonctionnement
  • L’interface très ludique et colorée
  • Les qualités audio et vidéo du système

 

MOINS

  • Le prix trop élevé
  • La vidéo 3D n’est pas prise en charge
  • Les menus sont en anglais

 

Caractéristiques techniques Kaleidescape Cinema One

  • Compatibilité vidéo : Blu­ray, BD­R, BD­RE, DVD, DVD­R/W, DVD+R/W, CA Audio, CD­ R/W
  • Compatibilité audio : Dolby True HD, DTS Master Audio, Dolby Digital, DTS, Mpeg Audio
  • Capacité : 100 Blu­ray, 600 DVD et 750 CD
  • Connectique : 1 HDMI, 1 coaxiale, 1 RCA stéréo, 1 Ethernet, Wi­Fi (dongle)
  • Divers : télécommande, application iOS pour iPad
  • Dimensions (L x H x P) : 432 x 71 x 254 mm
  • Poids : 4,6 kg

Prix Public Conseillé du Kaleidescape Cinema One : 4 250 euros

 

Jean-Pierre LABRO