L’image d’abord!

Installations — publié le 2 septembre 2004
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)
© Texte : Bastien Cluzet ,Photos : Antonio de Magalhaes . (Septembre 2004)
Voici l’installation d’un jeune home-cinéphile avant tout passionné par les grandes images : il en est en effet déjà à son quatrième vidéoprojecteur ! Le son n’est toutefois pas en reste, et l’ensemble est homogène et de qualité…on visite !

Cliquez pour voir une version plus grande...
Vue avant écran baissé
Une chose est sure : une installation home-cinéma avec son en 5.1, projecteur et électroniques, çà prend de la place ! Nous avons, une fois encore, pu nous en rendre compte immédiatement en arrivant au domicile de notre ami Minh, notre hôte de ce jour. Minh est un jeune pharmacien récemment établi dans sa propre officine, dans une petite commune du nord de la région parisienne. Il vit depuis peu en couple dans cet appartement d’une résidence récente proche de son travail, et après avoir pris pendant un (long) moment ses aises de célibataire, il a déjà dû faire quelques concessions à sa passion : fini les câbles qui traînent, les piles de DVD qui s’entassent par terre, et le projecteur posé vite fait sur un carton pour une projection ! Malgré tout, il faut bien avouer que ce système lui prend encore de la place au sein de son salon, une pièce d’une vingtaine de mètres carrés…
LIENS INTERNET
Toute la gamme actuelle des enceintes acoustiques du constructeur stéphanois est sur Internet, à cette adresse :
Web :

http://www.focal-tm.fr

Minh s’intéresse au home-cinéma depuis un peu plus de trois ans. Initié par un père connaisseur qui lui a d’ailleurs « légué » son vieux lecteur de laserdiscs que Minh n’utilise plus guère, notre ami s’est en fait réellement lancé dans le cinéma à domicile à l’avènement du DVD, en gros il y a trois ans. Concernant les lecteurs de DVD, il n’a eu pratiquement que des Pioneer : un DV-535, pour commencer, puis un DV-747 et enfin aujourd’hui un DV 868 AVi, le haut de gamme de la marque, un lecteur universel qui lit aussi les SACD et les DVD Audio et qu’il a acheté principalement pour sa sortie vidéo numérique HDMI, ce qui lui permettra de réaliser une liaison vidéo sans conversion analogique avec le vidéoprojecteur…nous en reparlerons un peu plus tard

Sherwood / JMLab : une belle association !

L’installation de Minh:
Salon d’environ 20 m2 (5 m x 4 m)
Sources :
Lecteur de DVD Pioneer DV-868 AVi
Magnétoscope Hitachi VTF 462ELN
Lecteur de CD Pioneer L304
Lecteur de laserdiscs Pioneer CL-D315
Amplificateurs intégré:
Sherwood NewCastle R863R
Enceintes :
Principales : JM Lab Chorus 725 (x2)
Centrale : JM Lab LCR 700 (x1)
Surrounds: JM Lab Chorus 706 (x2)
Caisson de graves : Audience CGA 30 (x1)
Diffuseur vidéo :
Vidéoprojecteur Sharp XV-Z200
Ecran :
Toile occultante sur cadre bois, 2 mètres de base au format 16/9.
Coût total de cette installation :
moins de 8000 €
Cliquez pour voir une version plus grande...
Le meuble avec les électroniques
à droite le lecteur de DVD Pioneer
au centre l’intégré Sherwood
et juste sous l’écran
la centrale JM Lab Chorus 700.

Ce lecteur, ainsi que le reste des électroniques et la large collection de CD et de DVD, est installé dans un meuble bas qui, avec les enceintes, occupe pratiquement tout un mur à l’avant de la pièce. Outre un lecteur de laserdiscs Pioneer, que nous avons déjà mentionné, ainsi qu’un lecteur de CD aussi de marque Pioneer et un magnétoscope Hitachi, nous découvrons bientôt ce qui est le « centre nerveux » de toute installation home-cinéma, à savoir un intégré 7.1 Sherwood NewCastle R863.

Cliquez pour voir une version plus grande...
L’une des enceintes
principales JM Lab 725

Cet processeur /amplificateur multicanaux a succédé chez Minh à plusieurs intégrés de marque Pioneer, d’abord un VSX-609, qui a été le premier ampli home cinéma dont Minooh a fait l’acquisition, suivi par un VSX-839, un modèle agréé THX Select, et enfin cet intégré Sherwood. Celui-ci développe 7×100 W sous 8 Ohms, et il décode aussi bien le Dolby Digital EX que le DTS ES Matrix et Discrete. Il dispose des modes Dolby Prologic II et DTS-Neo6 pour les sources stéréo… Venons en maintenant aux enceintes : il s’agit de l’ancien pack JM Lab Chorus (désormais remplacé par la nouvelle gamme Chorus « S »), que Minh a acheté d’occasion un très bon prix suite à une petite annonce sur un forum Internet. Nous trouvons en principales les colonnes Chorus 725 : il s’agit de solides colonnes 3 voies / 4 haut-parleurs, chargées en bass-reflex. Les boomers sont des modèles de 165 mm de diamètre qui utilisent la fameuse membrane Focal Polyglass (pulpe de cellulose chargée de microbilles de silice enrobées de résine). Bien entendu, nous

Cliquez pour voir une version plus grande...
Le caisson de graves
Audience CGA 30

retrouvons au sein de ces 725 le fameux tweeter Focal à dôme titane inversé de 25 mm de diamètre. L’enceinte

Cliquez pour voir une version plus grande...
L’une des enceintes
surround JM Lab 706

centrale est une LCR700, il s’agit d’une « deux voies et demi » : cette enceinte utilise en effet les mêmes transducteurs d’aigu (le tweeter de 25 mm à dôme inversé) et de graves (deux 165 mm à membrane Polyglass) mais, petite particularité, ces derniers fonctionnent sur une gamme de fréquence différente, avec le même volume de charge (fréquences de coupure à 350 et 2400 Hz). Les enceintes surrounds sont des « bookshelfs » ( enceintes bibliothèque) JM Lab Chorus 706, parfaitement appariées avec les principales, puisqu’elle sont équipées du même tandem boomer 165 mm Polyglass / tweeter dôme titane 25 mm. Elles sont fixées sur le mur arrière, de part et d’autre de la porte fenêtre. Enfin le caisson de grave a, quant à lui été acheté neuf chez Hifissimo : il s’agit d’un Audience CGA 30, qui a pris place sur le coté de la pièce, au coté du canapé.

Déjà quatre projecteurs !

Cliquez pour voir une version plus grande...
le projecteur
Sharp XV-Z200
Passons maintenant à l’image, qui est donc le domaine de prédilection de notre hôte. Après s’être initié au tout début avec un Sharp XVC-20E, un projecteur mono-LCD de 192000 pixels développant 70 lumens, Minh l’a rapidement remplacé par un Sony HS1, un tri LCD de résolution 800×600 délivrant 700 lumens : un sacré bond qualitatif par rapport à son premier Sharp ! Puis Minh achète son premier mono DLP : un Sharp XVZ-90, un projecteur de résolution 800×600 (1xDMD DDR 12°), doté d’une roue chromatique 6 segments tournant à 5 fois la cadence image. Il sera donc récemment remplacé par ce Sharp XV-Z200, un modèle DLP équipé d’une puce DMD Matterhorn de résolution 1024×576, donc idéalement adapté aux sources 16/9ème PAL. Un projecteur qui ne manque pas d’attraits, et que l’on voit, hélas,

Cliquez pour voir une version plus grande...
Vue avant générale

trop rarement, que ce soit chez les particuliers ou dans les show-rooms. Il projette ici une image de deux mètres de base sur un écran fait maison, constitué d’une toile occultante tendue sur un cadre bois. Les bords noirs ont été réalisés à l’aide de velours autocollant Vénilia, et le tout pour un prix de revient dérisoire. Le Sharp est pour l’instant connecté en analogique (composantes YUV en mode progressif) directement au lecteur de DVD Pioneer. Minh a commandé un câble HDMI-DVI de 10 mètres qu’il devrait recevoir courant Septembre, et qui lui permettra de réaliser une liaison full numérique avec le Pioneer 868… à suivre, donc !

© Texte : Bastien Cluzet ,Photos : Antonio de Magalhaes

Nos impressions :
Cliquez pour voir une version plus grande...
Vue générale arrière

Lorsque le projecteur est installé sur son support, il faut baisser un peu la tête, quand on est assis dans le fauteuil, pour ne pas gêner le passage du faisceau lumineux vers l’écran… pourquoi ne pas installer l’appareil au plafond ? Notre ami Minh n’en voit pas l’utilité pour l’instant, ce mode d’utilisation (il repositionne le projecteur face à l’écran avant chaque séance) lui convient. Nous le laissons faire le noir dans la pièce, et nous insérons notre DVD de séquences tests dans le lecteur Pioneer. Le volume sonore est modéré : Minh ne veut pas gêner ses voisins et, encore une fois, c’est plus l’image qui le fascine, que le son. En tous cas, même à niveau relativement faible, on perçoit bien toutes les subtilités des bandes sonores de Vertical Limit, ou du Pacte des Loups. Le son très clair, très détaillé des JM Lab donne une belle présence aux voix. Les effets de graves sont certes un peu timides, mais ils sont bien présents. C’est plutôt les enceintes surrounds, positionnées très en retrait tout au fond de la pièce, qu’on a du mal à entendre. Il aurait mieux fallu les positionner de part et d’autre de la position d’écoute, voire légèrement en arrière, mais en tous cas sur les murs latéraux. Certes, elles auraient été beaucoup moins discrètes … Minh nous déclare aussi avoir fait les réglages de niveau « à l’oreille » : dommage ! Faites vous prêter, ou investissez dans un petit sonomètre analogique (moins de 30 €), et réglez très précisément les niveaux de chaque voie à 75 dB(C) sur le lieu d’écoute… çà en vaut vraiment la peine ! L’image restituée par le Z200 est suffisamment lumineuse, piquée, bien contrastée et les couleurs sont denses.

Cliquez pour voir une version plus grande...
Vue générale arrière

Le lecteur de DVD Pioneer 868 est excellent en vidéo, la qualité de son désentrelacement, sur les sources films est sans reproche, et, en tout cas, très supérieur au traitement interne réalisé par le projecteur Sharp ! L’ensemble est toujours fluide, sans défaut de crénelage, effets escaliers, saccades et autres joyeusetés qui témoignent d’un mauvais traitement vidéo. Nous remarquons toutefois un bruit vidéo sensible (grain) persistant, surtout visible sur les scènes sombres… la liaison analogique en est peut-être la cause. Effectivement, Minh envisage de réaliser une liaison entièrement digitale HDMI-DVI entre le lecteur et le projecteur…certainement une voie d’amélioration !