Pioneer/TAD – “Espace Cinema” à Mouroux

Comptes-Rendus, Haute-Fidélité — publié le 7 octobre 2007
Précédente Suivante
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)

ImageEspace Cinema (Mouroux – 77) et TAD/Pioneer nous ont proposé, le 29 septembre 2007, de découvrir les nouveautés suivantes :

- tout d’abord en hi-fi, la démesurée TAD R1

- ensuite en home cinema, l’ensemble d’enceintes Pioneer S3-EX et S7-EX (en centrale) + l’intégré HC Pioneer LX70, pour la partie sonore et le plasma Kuro PDP LX 508D, de 60”, pour la partie vidéo, le tout ayant pour source un lecteur Blu-Ray Pioneer BDP-LX70A.

Ce magasin réputé n’en est pas à sa première journée portes ouvertes, et comme les précédentes, tout fut remarquablement orchestré, de manière à la fois technique et conviviale.

Plusieurs sessions d’écoute, d’à peu près une demi-heure, ont eu lieu dans la journée, présentées par le staff Pioneer, afin de nous expliquer les choix technologiques engagés dans la construction des enceintes et de nous éclairer sur les qualités acoustiques que cela apporte à l’écoute.

La journée s’est terminée sur un apéritif-cocktail permettant d’échanger nos différents points de vue. Puis, le point d’orgue aura été donné par l’artiste pianiste Fabrice Eurly, qui a joué pour nous un sacré numéro sur un Stenway B211.

CR TAD R1

Découverte physique…

J’ai pu écouter ces grosses colonnes de 170kg (250 avec la caisse de livraison) à deux reprises, bi-amplifiées par deux blocs Classé CA 2200. Le rendement étant de 90dB, il y a de quoi animer une soirée dans une salle de grande dimension.
Préampli et source étaient également issus de la gamme Classé.

Avant même que le son envahisse la pièce, ces enceintes sont déjà impressionnantes à regarder :o
Elles sont volumineuses, vraiment.

Cependant, la forme générale de l’enceinte, qui s’évanouit à l’arrière, avec un plan facial incliné de 15°, lui donne suffisamment de fluidité pour se fondre au sein d’un intérieur chic.
La finition est remarquable. L’arrière de l’enceinte est en bois style « ronce de noyer vernis », du plus bel effet.
Le baffle est de couleur noire, sans cache intégral en tissu, permettant donc de voir les différents HP. Pour leur protection, on peut y placer des grilles fines, ne dépareillant pas l’esthétique de l’enceinte.

… et première écoute

La première écoute a eu lieu lors d’une session organisée par le staff Pioneer.
Les auditeurs n’avaient à ce moment-là pas la possibilité de choisir la programmation musicale.
Nous avons assisté à deux interprétations de deux musiques classiques : un opéra et une symphonie puissante.

Ce genre de musique me permet difficilement de juger la qualité d’un matériel car j’en écoute très peu.

Je note néanmoins que la voix féminine très aigüe de la cantatrice est malgré tout assez douce. Les aigüs semblent bien maîtrisés. Quelques attaques de clochettes et de triangles permettent également de constater que la précision est vraiment au rendez-vous. Les timbres sonnent justes et leur aération est bien prononcée.
Le tout est parfaitement bien accordé au médium.

La scène sonore est large mais semble manquer un peu de profondeur. Là aussi, il semblerait que la pièce soit en cause.
Pour des raisons évidentes de logistique, il était impossible de monter cette enceinte dans l’auditorium de l’étage, plus spacieux et mieux maîtrisé.

du côté de la technique

ImageUn mot technique pour préciser que l’ensemble aigu et médium provient d’un ensemble haut parleur coaxial : un HP médium, avec en son centre un tweeter, à l’image du système Uni-Q de Kef.
Ce procédé permet d’éviter les déphasages de fréquence : les 2 hauts parleurs étant placés strictement sur le même plan, l’intégralité des aigüs et des médiums arrivent aux oreilles de l’auditeur sans décalage temporel.

Ce HP, de haute technicité, voit ses membranes vaporisées de béryllium sur fin film.
Le béryllium est déjà utilisé par une autre marque (Focal), mais uniquement pour le tweeter.

TAD est la seule marque à utiliser ce matériau également pour le HP de médium.
Pour le tweeter, même si ce matériau n’est pas aussi rigide que le « diamant » utilisé par B&W (30% moins rigide), il est néanmoins nettement plus léger. Et son manque de rigidité intrinsèque est compensé par une forme spécifique de la membrane.

La partie basse du spectre sonore est confiée à 2 gros HP de 25cm, de conception plus classique. Ils prennent le relais sur le médium à partir de 250hz, avec un filtre passe-bas ayant une pente d’ordre 4 (-24dB par octave).

Précédente Suivante
Tags: , ,