Pour la passion du cinéma !

Installations — publié le 2 mai 2004
VN:R_U [1.9.22_1171]
Note: 0.0/5 (0 votes)
© Texte : Bastien Cluzet ,Photos : Antonio de Magalhaes . (Mai 2004)
Voici l’installation audio-vidéo d’un professionnel du 7ème art : un metteur en scène dont nous respecterons l’anonymat, mais dont vous êtes nombreux à appréciez les films. Et sachez que c’est un amoureux du cinéma, véritablement passionné par son métier !

Cliquez pour voir une version plus grande...
Vue générale avant écran baissé
Paris, par une douce soirée d’Avril. Ces vieux immeubles haussmanniens ont vraiment beaucoup de charme. Nous passons devant la porte de la concierge, traversons le vaste hall d’entrée, puis nous parvenons devant un escalier à tapis rouge retenu par des barres cuivrées qui s’enroule autour d’une minuscule cage d’ascenseur…Quelques minutes plus tard un peu essoufflés après avoir monté à pied (la porte de l’ascenseur était mal fermée ?), nous sonnons à la porte de l’appartement de M. B., notre hôte de ce soir. Affable, M. B. nous invite à rentrer chez lui. Nous y retrouvons Raphaël, l’installateur de Laserland, sur place depuis quelques minutes, un verre à la main. Nous faisons d’un coup d’œil le tour des lieux : les pièces sont vastes, les plafonds sont hauts et moulurés avec, au sol, un

Cliquez pour voir une version plus grande...
Une belle collection de DVD !

beau parquet de chêne. Dans l’un des salons, une belle cheminée en marbre, surplombée d’un grand miroir à glace …l’appartement de M. B. est vraiment superbe ! Il est sobrement meublé : une table basse, quelques fauteuils et canapé en cuir modernes, et, sur l’un des murs du salon, un immense meuble réalisé sur mesure, qui intègre tout le système audio-vidéo. Sur la droite, un autre meuble, qui contient une abondante collection de DVD. Quelques figurines, plaques et affiches de cinéma, complète la décoration. Découvrons avec M. B. son « parcours » dans le home-cinéma, et les caractéristiques de son très beau système…

Professionnel et passionné

L’installation de M. B. :
Salon d’environ 20 m2 (5 m x 4 m)
Sources :
Lecteur de DVD Sony DVP-S7700
Lecteur de DVD Pioneer DV-444
Magnétoscope JVC S-VHS
Amplificateur intégré :
Onkyo TX-DS989 THX Ultra
Enceintes :
Principales : M&K 750 THX Select (x2)
Centrale : M&K 750 THX Select (x1)
Surrounds latérales: M&K 550 THX Select (x3)
Surrounds arrières: M&K 750 THX Select (x2)
Caisson de grave: M&K V-1250 THX Select (1x)
Diffuseur vidéo :
Vidéoprojecteur Marantz VP12-S2
Ecran :
Da-Lite Cosmopolitan Electroil 2.34 de base au format 16:9.
Coût total de cette installation :
environ 30000 €
Cliquez pour voir une version plus grande...
Vue générale arrière

Le métier de M. B., c’est donc de faire des films, et les films, il aime aussi beaucoup les regarder ! Il dispose, chez lui et cela depuis fort longtemps, d’un système audiovisuel de qualité, toujours à la pointe de la technique… D’ailleurs, historiquement, les premiers possesseurs de systèmes de « home-cinéma » ont été les producteurs et metteurs en scène d’Hollywood, qui souhaitaient disposer, chez eux, de véritables petites salles de cinéma pour visionner leurs films ou rushes en compagnie d’amis, d’acteurs ou d’autres professionnels. Bref : joindre l’utile, et l’agréable ! A cette époque, il ne s’agissait pas, bien sûr, de vidéo ou de DVD : ces salles de cinéma privées étaient équipés de « vrais » projecteurs de cinéma 35 mm…En France, le home-cinéma a aussi démarré à la fin des années 80, principalement dans le milieu des comédiens, des producteurs et professionnels du « show-biz », et cela bien avant que les DVDs n’envahissent les linéaires des supermarchés…A cette époque, quelques rares boutiques parisiennes importaient directement des laserdiscs NTSC principalement des Etats-Unis, alors seul support de qualité qui permettait de satisfaire une clientèle aisée mais difficile, avide de visionner à domicile les dernières productions américaines en Dolby Surround et sur grand écran. Depuis plus de quinze ans, M. B. a donc connu tous les supports du home-cinéma, depuis la cassette vidéo en stéréo, le laserdisc en stéréo Dolby Surround, puis Dolby Digital, jusqu’au DVD. L’impressionnante collection de cassettes vidéos d’origine, qui

Cliquez pour voir une version plus grande...
En bas
le caisson de graves
au dessus l’une
des enceintes principales
M&K 750

comportait des centaines de titres, a d’abord été remplacée par des centaines de laserdiscs, et aujourd’hui par des centaines de DVD, principalement issus de la zone 1 ( M. B. est parfaitement bilingue) et en perpétuel renouvellement : notre hôte est en permanence à la recherche des meilleurs « masters » … Le matériel a lui aussi suivi cette évolution : en partant d’un téléviseur grand écran Philips et d’un système audio Bose, M. B. a ensuite été l’un des premiers à s’équiper d’un téléviseur 16:9 ème, toujours de marque Philips. Encore plus tard, ce sera le passage à la rétroprojection, avec un modèle tritubes toujours de marque Philips au format 16 :9 ème, complété pour la partie son par le fameux ensemble Onkyo/ Jamo (ampli-tuner TX-DS 919 THX / pack d’enceintes THX One). Puis ce sera la vidéoprojection frontale, avec un projecteur DreamVision 505 Ultra, un tritubes 7 pouces inspiré d’un modèle Seleco et intégrant un doubleur de lignes. Et enfin, l’installation actuelle. A chaque fois, le mobilier est renouvelé, pour intégrer au mieux le nouveau système… et les nouveaux médias !

Un système simple, mais efficace !

A propos de ….
Laserland
Nous retrouvons pour ce système home-cinéma l’installateur parisien « Laserland », qui a conseillé, fourni, réglés et intégré les différents appareils. Installé depuis maintenant 8 ans au n° 66 du Boulevard Malesherbes à Paris, le magasin Laserland est resté fidèle à l’esprit de ses débuts : il continue d’offrir à ses clients un choix important de films en DVD, dont beaucoup d’imports issus de la « zone 1 » en version originale. Jacques, le responsable, est à la fois un vrai professionnel et un passionné de home-cinéma de très longue date. Il met en avant, dans son activité le « conseil et le service », bien plus que la simple « vente » de produits et de matériels.
Laserland :
66, Boulevard Malesherbes
75017 Paris
Contact :
Tél : 01 45 22 46 20
Cliquez pour voir une version plus grande...
L’ensemble des électroniques
avec de haut en bas
l’intégré Onkyo TX-DS989 THX
le lecteur de DVD Sony DVPS-7700
le lecteur de DVD Pioneer DV-444
le magnétoscope JVC S-VHS.

Toutes les électroniques de cette installation home-cinéma techniquement assez « simple » mais remarquablement efficace (voir notre encadré « Nos Impressions), ont été regroupées sur des étagères sur la gauche du vaste meuble. Véritable centre névralgique de tout le système : un amplificateur intégré Onkyo TX-DS989 THX Ultra. En attendant la sortie imminente du TX-NR1000 (cf. notre reportage au dernier « MIPS » dans le précédent numéro de Cinéma Chez Soi), le « 989 » reste pour l’instant le navire amiral de la gamme d’amplis-tuners Onkyo, même s’il est désormais quasiment épuisé. M. B. est donc resté fidèle à Onkyo et, il faut bien l’avouer, cet intégré est une valeur sûre : 7×160 W RMS sous 8 Ohms, THX et Dolby Digital Surround EX, et DTS ES 6.1 Matrix, il peut même encore être upgradé en THX Ultra 2 grâce à sa prise RS232, et « récupérer » au passage les formats DTS ES Discrete et Neo:6. Quant aux enceintes, ce sont des M&K, référence 750 MKII , agréés THX Select. Miller and Kreisel (M&K) est une marque américaine d’enceintes acoustiques semi-professionnelles, largement utilisées outre-atlantique dans les studios de mixages et d’enregistrement. Le légendaire système 5000 THX Ultra, ou le très compact ensemble THX Ultra S-150, qui existe en version « active » auto-amplifiée, ont largement contribués à faire la réputation de la marque. Le pack 750 est donc agréé THX Select, une déclinaison moins rigoureuse de la norme THX, en fait adaptée aux pièces de dimensions moyennes. Les trois enceintes

Cliquez pour voir une version plus grande...
L’enceinte centrale M&K 750

avant sont toutefois toujours identiques, mais la configuration d’Appolito n’est plus imposée, comme en THX Ultra. Elles conservent une directivité marquée, imposée par le label Lucasfilm, qui vise à minimiser les réflexions vers le sol et le plafond et, au contraire, à donner le maximum d’ouverture frontale pour que tous les spectateurs, même ceux qui sont assis sur les cotés de la pièce, perçoivent avec acuité tous les détails de la bande son. Pour garantir une cohérence tonale parfaite, le pack M&K 750 utilise les mêmes haut-parleurs de grave/médium (13cm) ainsi que le même tweeter à dôme d’un pouce sur toutes les enceintes : les principales disposent de deux médiums et d’un tweeter, et les enceintes surrounds d’un médium et d’un tweeter. Cet excellent tweeter à dôme est d’ailleurs le même que celui qui est utilisé au sein du système de référence M&K S-150P THX Ultra.

Une image DLP de grande qualité…

Liens internet…..
Miller and Kreisel
Retrouvez sur le Web l’intégralité de la gamme d’enceintes Miller and Kreisel :
Web :

Miller and Kreisel

La marque M&K est désormais importée et distribuée en France par :
Monitoring Company
39, chemin des îles,
06160 JUAN LES PINS
Contact :
Tél. 04 93 67 47 60
Web :

Monitoring Company 

Cliquez pour voir une version plus grande...
Vue arrrière des deux enceintes
surrounds back
encadrant le projecteur Marantz

Le caisson de grave, également de marque M&K référence V-1250, intègre un haut parleur de 30 cm (12’’) poussé par un amplificateur intégré de 125 W. Il a ici été positionné à l’avant et intégré au sein du meuble, en bas à droite. Les enceintes surrounds sont quant à elles fixées au mur, sur des supports orientables, dans les angles arrière de la pièce. Cette installation fonctionnant en 7.1, deux enceintes centrales supplémentaires, ont été placées au plafond pour la voie EX/ES, au dessus des spectateurs. Les sources sont peu nombreuses, mais de qualité : deux lecteurs de DVD, dont un Sony DVPS-7700, là encore une valeur sûre malgré qu’il ne soit plus « tout jeune », et un Pioneer DV-444 en dépannage, et un magnétoscope JVC S-VHS 6800, qui n’est guère utilisé que pour son tuner TV et les quelques chaînes du câble « de base » auquel est abonné M. B. Enfin le projecteur : un « classique », que nous retrouvons régulièrement sus ce type d’installation plutôt haut de gamme : il s’agit d’un Marantz VP-12S2. Suspendu au plafond grâce à sa potence d’origine, il s’agit d’un mono-DLP intégrant un chip Texas Instruments DMD « HD2 » de résolution 1280×720 pixels. La roue chromatique est une six segments RVBRVB tournant à cinq fois la fréquence image. L’optique est signée Minolta, et le traitement vidéo Faroudja DCDi. Bref, un projecteur d’exception, qui délivre ici une image de 2m34 de base sur un écran Da-Lite électrique 16:9 dont le carter est intégré dans le haut du meuble. Le projecteur est relié en s-vidéo à l’intégré Onkyo, qui commute également en s-vidéo les différentes sources.© Texte : Bastien Cluzet ,Photos : Antonio de Magalhaes

Nos impressions :
Cliquez pour voir une version plus grande...
Des livres … sur le cinéma bien sûr!

Voilà une installation qui a bénéficié d’une intégration légère mais réussie. Légère car les câbles n’ont pas été encastrés, mais simplement passé dans des goulottes au niveau du plafond. Le travail réalisé est cependant très soigné, l’installateur ayant su tirer profit des moulures et des plinthes pour rendre quasi invisible tous ces passages de câbles. Une petite astuce classique, mais qui mérité d’être rappelée : quand vous passez ainsi des câbles dans des moulures plastiques, posez en sur toute la longueur de la pièce, et sur toute la hauteur du sol au plafond, même si par endroit, les moulures restent vide : elles seront beaucoup plus discrètes, et bien mieux intégrés dans le décor au final. Nous commençons par la bande annonce de Vertical Limit, issue du DVD promotionnel d’un magazine anglais. Première impression : ça dépote ! M. B. aime bien pousser le volume, et le système M&K nous a immédiatement soufflé par sa dynamique et sa précision, ainsi que par la qualité du grave issue du caisson qui pourtant n’a rien d’exceptionnel « sur le papier » ! Vraiment impressionnant, surtout (ce qui est rare !) qu’aucune résonance parasite ne vient troubler le rendu

Cliquez pour voir une version plus grande...
Détail du projecteur Marantz VP12-S2
et
de l’une des enceintes surround back

de l’ensemble ! Ca cogne fort, çà descend bas sans traînage, la bande son est claire mais jamais agressive, avec en permanence beaucoup de relief sans jamais donner une impression de fouillis, et, très important, les voix et les dialogues sont bien perçus, toujours compréhensibles et intelligibles. Les effets arrières sont enveloppants à souhait, bien que les enceintes surrounds latérales soient un poil trop basses à notre avis. Bref, voilà bien un système « qui marche » ! Sur les extraits suivants, issus cette fois de notre DVD de test habituel, nous avons bien apprécié aussi la qualité des images du projecteur Marantz, notamment sur Star Wars : Episode II, où son piqué exceptionnel lors de la scène de poursuite sur la ville-planète Coruscant nous permettait d’apercevoir mille détails sur les arrières plans nocturnes des façades d’immeubles… Ensuite, la fameuse scène des citrouilles issues du Pacte des Loups, à laquelle le Marantz donnait un aspect quasiment « 3D », presque en relief ! Et même si ce projecteur donnerait à notre avis encore une meilleure image, connecté en numérique à un

Cliquez pour voir une version plus grande...
Et de bien jolies figurines …

lecteur à sortie DVI ou HDMI…mais la grande longueur de câble qui serait nécessaire risque de poser un problème ! Enfin pour finir, M.B. a tenu à nous montrer les qualités de son projecteur et de son système sonore sur un « vieux » film en noir et blanc, et en mono. Il s’agissait en l’occurrence de « In Cold Blood », en DVD Zone 1, un grand classique du polar noir américain, un film de Richard Brooks (1967). M. B. a bien pris soin, au passage, de rétablir le bon niveau de noir en sélectionnant le réglage adéquat de son projecteur (il est plus élevé -7.5 IRE – en NTSC qu’en PAL). Le Marantz délivrait sur ce film un très beau noir et blanc, bien nuancé dans les scènes sombres, et sans aucun résidu de couleur parasite. Le son pourtant mono nous est apparu très clair, les dialogues bien en avant, bref une démonstration plus que probante ! Merci M.B. pour votre accueil et votre gentillesse, et pour la passion du cinéma qui vous anime !