Test HCFR du casque nomade Master & Dynamic MH40

News, Tests et Bancs d'Essais — publié le 10 octobre 2017

MH40_black_gallery_1_1024x1024_eab7dad7-7c1e-4963-9d17-1d72f02b1428_1024x1024

Master & Dynamic MH40

Test HCFR

par

Julien_cleriensis

Préambule :

Le temps est venu pour moi de vous faire découvrir ou redécouvrir un casque de la marque américaine Master&Dynamic, le MH40. D’une impédance de 32ohms et conçu pour un usage nomade, d’un poids de 360 gr, il fonctionnera de manière optimale couplé à un DAP ou un smartphone.

Pour mon test, j’ai utilisé mon propre smartphone ( Samsung Galaxy S7 edge ) et mon interface professionnelle Merging Hapi. Je dois dire que le smartphone ayant tendance à être moins rigoureux sur les extrémités du spectre ( basses un peu faiblardes et aigu avec un léger roll-off ) , la cohérence d’ensemble m’a paru meilleure sur le smartphone que sur la prestigieuse interface professionnelle. C’est somme toute logique vu la destination première du produit.

Le produit :

La qualité de construction est en tous points admirable, un savant mélange de rustique ( un peu comme les Jeep d’autrefois, ou les tracteurs Ford des années 20.. ) et de solide. Quasiment tout en métal, aluminium et cuir pour les pads. Il se situe dans un segment tarifaire milieu de gamme pour un système nomade puisqu’on tourne autour des 350 €. Une coquette somme pour des balades nature ou métro.

Il est livré avec un câble télécommande et un autre nu (avec un adaptateur jack 3.5 -> 6.35), celui là même permet soit detailboutonMH40de s’affranchir de la télécommande, soit de lier deux casques ensembles, pour une écoute nomade à deux… Pas mal vu !

La qualité audio du câble télécommande est désastreuse… A se demander si je n’ai pas mal branché un truc quelque part, mais après concertation de la notice et vérification des branchements.. Et bien non.. On perd sur tous les paramètres, largeur stéréo ( on est quasi en mono ), bande passante, définition.. Bref.. A part pour de la conversation téléphonique, ce câble est inutilisable en audio pur. Je m’attendais à une dégradation du signal audio, mais à ce point…

Un bouton “mute” est disponible sur l’oreillette droite, pour le cas échéant couper le son arrivant au casque(conversation impromptue, ou autre.. ). Toutefois, cela ne met pas en pause l’appareil relié au casque… Etrange choix de la part du constructeur.

L’isolation sonore est dans la moyenne haute, avec une belle absorption des fréquences médiums et aiguës. Le grave lui reste perceptible, mais c’est tout à fait logique.

Passons aux choses sérieuses, comment qu’il sonne le bougre?

La première impression générale est plutôt correcte. Certes, on a affaire à un casque avec un parti pris très clair de la part du constructeur, charmer… Point de rigueur fidèle ici, mais une interprétation pour le moins personnelle du message sonore qui, dans certains cas de figure, est plutôt agréable.

L’image est de relativement bonne facture, assez latéralisée. Ce qui est normal pour un casque supra-sural fermé de surcroît. On manque donc assez cruellement de profondeur et de recul face aux musiciens, que ce soit dans le cadre d’une prise stéréophonique pure, binaurale ou multimicrophonique. La comparaison directe avec un casque HDG ouvert est assez cruelle.. Mais tout ceci semble bien normal, tant par l’écart tarifaire entre de tels casques que par la conception fermée et supra-aurale. Rien de bien grave donc.. Sur ce point, je trouve que les intra-auriculaires font un meilleur job. Mais en comparaison avec le Focal Spirit Pro, si celui recentre un poil l’image, il offre moins d’ouverture et on se situe donc dans la même gamme de performance.

Plus en détail maintenant, ce MH40 est un casque pour les musiques modernes… C’est net et sans appel. Le rendu sur un enregistrement classique trahit trop les timbres. Ceci du à trois éléments : un bas-médium trop en avant, un médium autour de 500 Hz creusé et un haut-médium aigu trop accidenté, bien que relativement correct en niveau.. On a donc la sensation d’un son qui manque de centrage, ceci est d’ailleurs à mon avis directement la cause d’une image très latéralisée.

Le piano sonne très maigre mais également un peu sourd, avec des artefacts photoMH40étranges sur les harmoniques supérieures, car le bas-médium n’est pas à sa place..  Les cordes de l’orchestre grattent trop, le noyau timbral est trop en retrait sur les pupitres supérieurs et l’image se trouble dès que le tutti arrive, car le bas-médium prend toute la place. Sur le quatuor de guitare, instrument médium par excellence, on a plus l’impression d’avoir affaire à des guitares folk amplifiées que des guitares classiques.. Sur l’orgue tout devient brouillon et le grave domine les débats, au détriment de la lisibilité du message, certes complexe dans les acoustiques chargées en réflexions.

Ceci est dommage, car c’est avant tout le problème d’un choix de signature sonore, de déséquilibre fréquentiel. Les HP sont plutôt réactifs, le grave est un peu flou, plus par effet de masque du bas-médium, la THD semble pas mal ( mesurée à 5% de moyenne environ pour 87db, là où mon LCD-2-F est mesuré à 2% ), le casque ne manque pas de mordant et de réactivité, si on isole les registres les uns des autres.

graphRFMH40

mesure de 20hz à 20 000hz lissage à 1/12. (courbe bleue canal droit, courbe verte canal gauche)

.Toutes les mesures sont à prendre de manière relative car je n’ai pas un banc de mesure professionnel. Elles sont plus à titre indicatif. Néanmoins, elles sont calibrées et réalisées avec un même micro in-ear, soundmann OKM II studio pro. D’autre part, elles semblent correspondre avec mon ressenti à l’écoute. Les creux et les bosses en dessous de 50 hz semblent être des artefacts de mesures ( variables d’une mesure à l’autre ).

L’équilibre des canaux me semble perfectible. Cela contribue, à mon sens, à fausser un peu la cohérence dans l’image, par micro stéréo d’intensité. En effet, sur une même plage de fréquence, si la gauche donne plus que la droite, alors sur cette plage de fréquence le son se trouvera orienté à gauche. Alors que dans l’enregistrement il n’en est rien, si on considère que ce phénomène n’est pas homogène sur toute la plage fréquentielle… Alors imaginez ce que ressent notre cerveau… Il pédale un peu dans la choucroute.

Sur de la musique électronique, où la notion de timbre acoustique reconnaissable est moins fondamentale, la modification timbrale peut d’ailleurs être un vecteur de création artistique. Ça passe mieux, le bas-médium est toujours trop envahissant, mais dans une balade en milieu bruyant, celui-ci ayant tendance à être mangé un peu, l’équilibre devient relativement satisfaisant. L’image assez latéralisée met bien en valeur les effets de stéréo d’intensité dominants dans ce style.

Sur la pop, ou musique produite, on va dire que le casque est relativement conciliant avec les qualités variables des enregistrements. On a toujours ce manque de corps, de centrage, mais l’aigu étant d’une qualité plutôt bonne et pas trop rugueux, malgré son manque de linéarité, on garde nos tympans relativement intacts quand la source se gâte avec un bon niveau sonore.

De manière générale je trouve que ça manque un peu de vie, de punch. Car il ne faut pas oublier que quelque soit la musique écoutée, le noyau sonore est le médium, si on veut de la pêche, ce n’est pas en réduisant cette zone du spectre que l’on va servir son propos. L’usage de compression assez prononcé dans ce genre de musique réduit un peu le côté envahissant du bas-médium.

 

Pour résumer :

On a un casque très bien construit, des matériaux de qualité, un câble télécommande catastrophique, une signature sonore typée… trop typée.. J’aime bien les casques funs, mais là c’est trop boursoufflé, trop rondouillard, ça manque d’impact de corps.. Surtout compte-tenu du prix qui n’est pas anodin.

 

A titre de comparaison :

graphRFcompareMH40-LCD2

Réponses fréquencielles superposées du LCD-2 (marron et bleue ) et du MH40.

voici superposées les RF du LCD-2 et du MH40.. on remarque un meilleur appairage des canaux sur le LCD2 ( heureusement vu la gamme tarifaire ) mais aussi du Focal Spirit Pro. Bien que celui-ci présente un léger décentrage droite-gauche, mais homogène sur la plus grande partie de son spectre. L’oreille est particulièrement sensible à l’homogénéité fréquencielle et tolère mal les grandes variations de niveau entre deux fréquences voisines, surtout sur la partie médiane du spectre ( de 150 à 5000 hz environ ) où se situe le coeur du timbre de la plupart des instruments.

 

graphRFFocalPro

Réponse fréquentielle du Focal Spirit Pro, on remarque une légère imbalance gauche droite, mais homogène sur l’ensemble du spectre… On a surtout une belle linéarité sur la plage médiane, même si le casque présente une signature légèrement descendante et un pic assez prononcé à 5khz qui perturbe le rendu d’un piano par exemple.

 

 

 

Pour conclure :

De mon point de vue… On a affaire à un casque correct, mais à ce niveau de prix, j’attendais mieux dans les performances sonores. Je ne trouve pas qu’il franchisse un cap face à mon Focal Spirit Pro qui coûte 2 fois moins cher, à moins que la différence de prix ne soit justifiable que par la qualité de fabrication et des matériaux employés. Dans ce cas je dis OK. Je précise que j’attends d’un transducteur une relative justesse, j’aime entendre un piano et pas un piano passé dans le filtre d’un parti pris esthétique de la part d’un constructeur. C’est un point de vue personnel.

Néanmoins si on recherche un son “basseux”, très typé et que l’on écoute essentiellement de la musique qui cogne et que l’on cherche avant tout un produit solide et de très belle facture, alors notre choix pourrait se porter sur ce casque MH40 de Master&Dynamic.

 

Julien_cleriensis
HCFR – Octobre 2017

 

- lien vers sujet HCFR dédié aux casques Master & Dynamic : http://www.homecinema-fr.com/forum/casques-sedentaires/master-dynamic-t30083024.html

- lien vers la partie du site constructeur Master & Dynamic dédiée au casque MH40 : https://www.masterdynamic.com/products/mh40-over-ear-headphones

Liens des CD écoutés pour le test :

Worldes Blis, label BNL

Pulse, label Ad Vitam Records

Amy Beach, Gaelic Symphony, label Naxos

Jean-Louis Florentz, l’Anneau de Salomon, label Art et Musique

Quatuors de Mendelssohn,  label Erato

Bach, Concertos Brandebourgeois, label Alpha

Hiromi The Trio Project, Alive

Ozric Tentacles, Spiral in Hyperspace

Mike Oldfield, Incantations

Mickael Jackson, Dangerous

Jacob Collier, In my room