Test HCFR du Denon AH-D7200, casque audio

Test HCFR du Denon AH-D7200, casque audio

Compte-rendu de Julien_cleriensis

Chers amis casqués, je vais vous parler aujourd’hui du dernier né de chez Denon le D7200, un luxueux casque fermé résolument haut de gamme. La proximité avec le constructeur Fostex est grande, pendant longtemps les casques Denon étaient équipés de drivers construits par Fostex. Il semble que cette fois-ci ceux ci soient construits par Denon, bien que la chose soit un peu floue, mais la parenté avec mon Fostex TH-610 reste visible, dans la construction et les choix techniques, bien que le rendu diffère légèrement entre ces deux protagonistes. Nous allons voir cela plus après.

 

Présentation générale

Les deux drivers sont de type “électro-dynamique”, l’un, le Fostex, en biocellulose “bio-dyna” (mélange de bio-cellulose avec des fibres inorganiques, le papier est à forte teneur en cellulose, mais ici cette bio-cellulose est réalisée par des acetobacters) l’autre en nanofibre constituée notamment de papier…. Il y a comme un air de famille.

Il est aisé de trouver l’éclaté du Denon sur le net , rien du côté du Fostex par contre, le mystère reste entier, car je ne suis pas chaud pour démonter le mien. La sensibilité est proche mais légèrement supérieure pour le Denon à 105 dB/mW contre 98dB/mW pour le Fostex, l’impédance est la même pour les deux 25 ohms, il est à noter que la courbe d’impédance du Fostex est remarquablement plate pour un edyn, les mesures de la courbe d’impédance du Denon consultées sur SBAF semblent indiquer la même chose, les deux casques sont des casques faciles à alimenter et se contenteront de n’importe quel ampli convenablement construit. Les pads sont identiques, les arceaux ont le même mécanisme de coulisse, bien que la finition du Denon soit plus luxueuse. Il est à noter que l’isolation est légèrement supérieure sur le Denon face au Fostex, en effet il serre un peu plus la tête, ce qui provoque une meilleure isolation mais du coup une rehausse logique des graves.

 

Le protocole de mesure.

Le matériel utilisé se compose du banc de mesure de chez miniDSP EARS. Les casque sont alimentés par un DAC/ampli Grace Design M902. Le protocole de mesure est calibré sur un niveau à 80dB à 500hz, qui correspond à un niveau moyen à l’écoute. Plus le niveau calibré est fort plus la distorsion et les résonances seront prononcées, j’ai choisi ce niveau de calibration parce que je trouve qu’il correspond au niveau réaliste d’écoute dans une configuration de tous les jours, là ou le niveau régulièrement utilisé de 100dB me semble inapproprié. Le lissage est un lissage psychoacoustique, qui supprime bien tous les artefacts de mesure pour ne garder que la réponse perçue. J’ai du adapter les micros du miniDSP Ears car les résonances présentes dans le canal tubulaire au bout duquel sont les micros masquaient la précision du C.S.D, notre cerveau compense ces résonances, mais l’ordinateur lui non et notre canal auditif est tout sauf un tube parfait. J’ai donc avancé les micros jusqu’au début du conduit auditif et adaptée une courbe de compensation qui tient compte de la calibration brute (RAW) des micros du EARS. Cette courbe est le fruit de longues écoutes, de linéarisation subjective et de comparaison avec les résultats obtenus ci et là sur le net. Mon casque de référence pour fixer cette courbe a été le HD600, stock et linéarisé.

Le résultat présente des mesures avec une répétitivité stable et cohérente sur le rendu perçu. Néanmoins et c’est important de le dire, elles restent mon analyse personnelle et doivent être prises comme tel, et non comme une vérité absolue. Ce que l’on peut dire également, c’est que la mesure fréquencielle entre 50hz et 2khz est stable et précise car les variations fréquencielles compensées n’entrent en jeu qu’à partir de 2khz. Certains trouvent nécessaire de réhausser le grave dans la compensation, je ne partage pas cet avis. Par contre les différences observées entre les deux casques, obéissant au même protocole et à la même compensation, peuvent être considérée comme “justes”.

J’ai procédé à 10 mesures par casque, comparant ainsi les différences et ne retenant que les courbes qui présentent des résultats répétables sans artefact irrégulier et proches de la courbe de moyenne, je ne poste pas cette courbe, car alors celle-ci ne correspondra pas à la mesure du CSD ni à celle de la THD. En effet REW ne peut pas calculer des moyennes de THD ou de CSD.

 

 Les mesures

Réponse fréquencielle, Denon D7200, lissage psychoacoustique, 70 dB rang

Réponse fréquencielle, Fostex TH610, lissage psychoacoustique, 70db range

 

Le Denon et le Fostex sont assez proches, la réponse fréquencielle donne le même grave généreux, bien qu’il soit un peu plus contenu et linéaire sur le Fostex, sans aucun doute dû au serrage plus léger sur ce dernier, l’appairage est bon dans la zone critique (300hz-4khz) sur les deux exemplaires, un peu plus rigoureux sur le grave pour le Denon.

 

 

Réponse fréquencielle, Denon D7200, lissage psychoacoustique, 70db range, sample 2

 

Le Fostex montre une légère imbalance présente sur la majorité de mes mesures, c’est donc bien un fait dû au casque (du moins cet exemplaire) et non un artefact de mesure, en ce qui concerne l’imbalance de l’aigu du Denon elle semble elle aussi répétitive mais plus ou moins prononcée, néanmoins toujours en faveur du canal droit, mais c’est à prendre avec précaution car les variations de mesure sur cette partie du spectre sont assez changeantes en fonction du casque et particulièrement sensibles pour les fermés.

 

On voit bien l’évidente parenté entre les deux protagonistes, on voit bien aussi la propention plus marquée du côté du Denon pour des graves opulents. L’avantage du Fostex c’est sa plus grande linéarité.

 

Total Harmonic Distortion (THD), Denon D7200, 80 dB pour 500hz.

Cumulativ Spectral Decay (Waterfall), Denon D7200. Canal gauche

Cumulativ Spectral Decay (Waterfall), Fostex TH-610. Canal gauche

 

 

 

 

Le taux de distortion est bien contenu pour un fermé, sur ce point c’est à souligner avec un taux inférieur à 0.5% sur la majeure partie du spectre, les quelques pics dans le graves sont dus au bruit ambiant lors de la mesure, en effet l’isolation est plus effective sur l’aigu que sur le grave.

 

 

 

L’amortissement est bien maitrisé également mais un peu moins bien géré dans la zone médiane autour de 600-700hz pour le Denon qui résonne un peu plus, ceci confirmé par plusieurs mesures. c’est la principale différence qui donne à mon sens un rendu qui se démarque entre les deux.

 

 

 

De manière globale, le Fostex sonne un peu plus équilibré, de par sa plus grande linéarité médiane et par un médium plus “propre”, moins coloré, là où le Denon en rajoute un peu…

En gros le Denon D7200 est difficilement attaquable sur le plan technique, on voit qu’on a à faire à une marque qui n’est pas débutante et qui connait bien son affaire dont le long partenariat avec Fostex est évident, mais il est discutable d’un point de vue purement esthétique et dans son positionnement.

 

Analyse d’écoute.

A l’écoute, ce casque met selon moi trop sa patte sur tous les enregistrements qu’on lui présente, il est trop typé à mon goût. Certes les fermés apportent toujours et c’est une des contraintes de leur état “résonnant” car clos, leur lot de coloration, le Fostex n’échappe pas à la règle, mais je trouve que c’est moins marquant, plus discret. Ce jugement reste néanmoins purement subjectif, certains sans aucun doute se régaleront avec ce casque car bien que typé, il est objectivement performant. On a donc un rendu très rond, presque lourd, et pourtant pas totalement bouché, non,l’aigu est bien là et pas inintéressant d’ailleurs, c’est même si on rééquilibre le casque à l’aide d’une EQ, un point fort. Il est à la fois précis sans être trop incisif, le CSD montre d’ailleurs une absence de résonance et un aigu très propre même au dessus de 10khz. Le Fostex montre plus de résonance autour de 8khz, ce que l’un cède au médium l’autre le cède sur l’aigu. Le grave est très profond, c’est un edyn fermé, pas de doute là dessus, mais trop présent, il masque le reste. Là encore une fois linéarisé ce casque montre toute l’étendue de sa performance avec un grave profond et propre, impactant comme seuls les électro-dynamiques peuvent l’être. C’est vraiment le médium qui selon moi “pêche” un peu, trop épais, il manque de transparence et cela même égalisée, une EQ ne change pas intrinsèquement les performances d’un casque, cet état sera particulièrement audible sur des masses chorales ou sur un piano.

Par ailleurs je ne comprends pas bien les choix de Denon.. On a là deux casques très proches.. qui mis à part une finition un peu plus luxueuse pour le Denon, ne se distinguent pas vraiment en terme de gamme. Deux frères quasi jumeaux en quelques sorte, mais leur tarif n’est pas tout à fait de cet avis. Denon se trompe à mon avis en assumant pas d’avantage sa différence vis à vis de Fostex et ne justifie sur aucun point purement performatif la différence de prix certes mesurée, une centaine d’euros, mais non négligeable.

 

 Conclusion

Pour conclure, ce casque n’a pour moi d’intérêt que pour les amateurs de suavité bien marquée, où rien ne vient chatouiller l’oreille et tout passe dans une confondante, et je dois bien l’avouer pour mes goûts ennuyeuse homogénéité. Face au Fostex, qui présente un rendu un peu différent, avec un peu plus d’équilibre, tout en restant un peu descendant, un médium un peu plus lisible et précis, plus linéaire, un grave aussi étendu mais plus linéaire, quoique je suis bien persuadé qu’un assouplissement de l’arceau du Denon et un serrage moins important les rapprocherait grandement sur ce point, certes une esthétique un peu moins luxueuse, mais une qualité de fabrication irréprochable. Une fois égalisé, ces deux casques présentent un rendu très proche, avec un petit plus sur l’aigu pour le Denon et sur le médium pour le Fostex. Le rendu du grave est identique. Vous l’aurez compris, ce n’est pas ce Denon qui me fera mettre au placard mon TH-610.

Le Denon est une alternative au Fostex, que vous choisirez de considérer ou non, surtout pour l’aspect bel objet et le rendu un peu plus conciliant que le 610 si vous n’êtes pas un adepte de l’égalisation, je vous le dis tout net c’est un casque très typé, exclusivement réservé aux amateurs du genre. Pour ma part il y a bien d’autres candidats qui attisent d’avantage ma curiosité, comme un certain Sennheiser HD820… certes on ne boxe pas dans la même catégorie. J’attends encore le candidat qui pour des casques fermés autour de 600 euros bouleversera la donne, car il faut bien l’avouer, on tourne un peu en rond.

Suite au prochain épisode mes amis. D’ici là profitez bien et “musique” !!

Liste des titres écoutés :

Trio Les esprits : Brahms, Dvorak, label Mirare
Julie Fuchs : Yes !, label DG
Daft Punk : Random Access Memory, label Columbia
Bertrand Chamayou : Maurice Ravel, Complete Works for piano solo, label Erato.
Choeur Mikrokosmos : Jumala, Label Ad Vitam Records.
Philippe Berrod, Alexis Ciesla : Clarinet Fantasia, à paraître, label Ad Vitam Records.

 

Julien_cleriensis
HCFR – Septembre 2018

 

– lien vers le sujet HCFR dédié au casque Denon AH-D7200 : http://www.homecinema-fr.com/forum/casques-sedentaires/denon-ah-d7200-t30074240.html

 

 

Partager :