Test HCFR du Final Audio D8000 : le tout premier casque Planar Magnetic de la marque nippone

Articles, Editorial, News, Tests et Bancs d'Essais — publié le 13 novembre 2017

pm_D8000_images_products-02D8000 : le premier casque

Planar Magnetic

FINAL AUDIO

Test HCFR

par

Jeff_jacko

Enfin un casque Planar Magnetic chez Final Audio Design

 

Si vous ne connaissez pas Final, il s’agit d’une marque originaire du Japon, spécialisée dans la construction de casques audio de type circum-aural ou intra-auriculaire. Au fil des ans, Final s’est illustré par de nombreuses innovations ou encore en élaborant des produits en exclusivité mondiale. Par exemple le Sonorous X, un casque dont les coques sont construites en acier inoxydable, Les séries F les plus petits intra-auriculaires au monde ou encore le Lab II l’intra-auriculaire à la construction la plus innovante et la plus complexe au monde.

Jusqu’à présent, la marque utilisait des transducteurs dynamiques ou des armatures équilibrées. Il manquait au catalogue des casques Planar. La technologie Planar Magnetic est pourtant la coqueluche de la majorité des marques de casques haut de gamme comme Audeze, JPS Labs, MrSpeakers, HIFIMAN et j’en passe. En effet, la technologie Planar Magnetic permet d’obtenir quasiment le même comportement qu’une membrane électrostatique, qui est à ce jour ce qui se fait de mieux pour un casque. Mais à la différence d’un électrostatique, il n’est pas nécessaire d’utiliser un amplificateur spécifique. Le Planar Magnetic joue sur le principe des forces électromécaniques par opposition, la contre réaction de la membrane est compensée et maîtrisée par une force opposée. Le système utilise un réseau d’aimants disposés des deux côtés de la membrane. La conception est donc très différente d’un transducteur dynamique, qui utilise une bobine mobile. Il existe déjà de nombreux haut-parleurs Planar proposés en OEM, ou spécifiquement étudiés pour un casque précis. Mais comme à son accoutumé, Final opte pour un transducteur propriétaire de conception innovante et unique. Le D8000 est le premier casque équipé de ce nouveau transducteur “AFDS“, première référence d’une prochaine série complète de produits Final.

 

Le D8000 est présenté depuis plusieurs mois déjà entre Canjams et autre salons. Nous avons pu l’écouter au Festival Son et Image 2017 sur le stand iDV importateur de la marque. Au départ du Festival, iDV nous a confié un exemplaire qui fera l’objet de ce test.

 

Spécifications techniques :

  • Type : Circum-aural ouvert
  • Coque : Alliage aluminium magnésium
  • Transducteur : AFDS Planer Magnetic
  • Sensibilité : 98 dB/mW
  • Impédance : 60 Ω
  • Poids : 523 g
  • Accessoires : câble jack 3,5 mm 1.5 m, câble jack 6,35 mm 3 m, support de casque
  • Prix : 3499€ TTC
  • Disponibilité : Novembre 2017

 

D8000, analyse technique : Entre acquis et innovations

L’exemplaire du D8000 qui nous a été confié est un modèle définitif, destiné à la presse et au marketing avant lancement. Nous ne disposons donc pas du packaging ni de tous les accessoires. Néanmoins, nous connaissons la liste des petites choses qui seront livrées avec ce nouveau casque Final.

_1050058

Le D8000 sera fourni avec deux câbles de nouvelle conception, à disposition pour ce banc d’essai. Le premier câble est destiné aux dispositifs sédentaires, comme les amplificateurs dédiés aux casques et les appareils équipés d’une sortie adéquate. Il s’agit d’un câble assez épais, composé de deux conducteurs torsadés. Chaque conducteur correspond à un canal auditif. La torsade a pour rôle de maintenir les deux conducteurs ensemble sur toute la longueur, mais aussi de réduire les phénomènes d’induction et de diaphonie. La prise de liaison est un jack TRS 6,35 mm plaqué or de très bonne qualité. Les terminaisons finales au casque se font par des prises jack propriétaire 3,5 mm de grande longueur disposant d’un dispositif de verrouillage. Ce qui évite les déconnexions accidentelles et assure une parfaite insertion dans les écouteurs. Ce câble de 3 m est complété par son petit frère de 1,5 m dont la prise de liaison est un jack de 3,5 mm classique destiné aux appareils nomades, les PC et les micro DAC. L’âme des conducteurs de ces câbles est réalisée en cuivre plaqué argent afin d’optimiser la conductivité et la qualité du signal. Bien entendu, il sera possible d’utiliser ces nouveaux câbles sur les autres produits de la marque, dont les casques Sonorous, équipés des mêmes connecteurs jack 3,5 mm à verrouillage.

Le dernier accessoires qui sera livré avec le D8000 est une nouveau support de casque. Ce support est réalisé en aluminium usiné et se présente sous un bel effet. Le dispositif de fixation du casque est spécifique au D8000, mais d’après moi et au vu de certaines similitudes, les Sonorous pourront certainement y reposer.

Le D8000 se présente comme un casque au design unique qui sort du lot et ne trouve pas de points communs avec ce qui a déjà été réalisé dans le monde du Planar Magnetic. Cette démarche audacieuse est une coutume chez Final, pour qui l’innovation et la singularité est une réelle tradition. Toutefois, ceux qui les connaissent reconnaîtront quelques principes de conception empruntés à la série Sonorous. Commençons par les acquis.

Le confort est un aspect primordial pour un casque et plus il sera lourd et plus le confort sera difficile à assurer. Final a une longue expérience dans ce domaine qui trouve son apogée dans le très haut de gamme Sonorous X. Il s’agit d’un des casques les plus lourds au monde mais aussi le plus confortable. Il n’est pas nécessaire de changer une formule gagnante, Final transpose donc ses acquis sur le D8000. Nous retrouvons alors le même système de maintien des écouteurs déjà présent sur la série Sonorous. Le dispositif très élégant et minimaliste est en réalité très élaboré. Tout commence par un principe évident : Répartir les forces sur la surface la plus large possible afin de les rendre presque imperceptible. Le cerceau est donc très large et capitonné de cuir. Étonnamment, la mousse utilisée est fine et très souple. En effet la surface de contact avec le haut de la tête est tellement confortable qu’il n’est pas nécessaire d’employer une mousse plus épaisse. L’autre élément est constitué d’une coulisse libre et d’une fixation sur rotule. La coulisse permet de positionner les écouteurs avec une précision sans compromis qui offre une infinités de positions. L’absence de crémaillère ou de crans de position est donc un grand avantage. La conception est d’une qualité exemplaire et irréprochable. Malgré le poids conséquent des écouteurs, la coulisse offre un parfait maintien, l’ajustement ne pourra pas changer même si on bouge la tête. La rotule fixée au centre des écouteurs offre également une infinité de positions, ainsi le D8000 peut s’adapter à toute morphologie de visage et n’importe quel tour de tête. Nous pouvons supposer un confort sans compromis et c’est le cas.

L’innovation du D8000 se situe sur la conception de ses écouteurs et principalement des transducteurs Planar Magnetic propriétaires Final. En avant propos il faut noter une particularité chez Final. Ce spécialiste des casques suit rarement les sentiers battus et préfère attaquer les problématiques en cherchant des réponses là où les autres marques se contenteront d’explorer des solutions conventionnelles. Ainsi le D8000 utilise des transducteurs Planar totalement novateurs qui puisent leur conception sur les recherches particulières de Final dans le domaine de la maîtrise de la pression de l’air dans un casque. Ceci a un impact direct sur la reproduction du son et principalement la reproduction des graves. D’ailleurs l’objectif avoué de Final est de proposer avec le D8000, un casque Planar capable de reproduire les mêmes graves dque l’on constate sur un casque dynamique. Pour se faire Final a identifié les avantages mais aussi les défauts des transducteurs Planar Magnetic traditionnels. La membrane est prise en sandwich par un champ magnétique attractif et répulsif. Cette méthode permet de réduire considérablement la distorsion de surface, mais lors de son mouvement la membrane ne restera pas linéaire. De plus l’excursion étant faible, la reproduction des graves sera dépendante de la taille de la membrane. Afin de résoudre ses deux contraintes, Final a mis au point un procédé AFDS : Air Film Damping System (dispositif d’amortissement par film d’air). L’objectif mécanique est d’arriver à élaborer un système qui empêche la membrane de rentrer en contact avec le réseau d’aimants. Pour se faire, Final a ajouté des plaques perforées entre la membrane et les aimants. Ainsi la pression de l’air est contrôlée et agit comme un dispositif d’amortissement. La pression est répartie sur toute la surface de la membrane, qui se déplace alors à l’horizontal sans courbure et ne rentre plus en contact avec les aimants. La fine membrane est couverte en surface par une bobine en spirale et les aimants sont en forme de doughnut (ça ne s’invente pas). Ainsi les forces magnétiques agissent de manière circulaire sur la surface de la membrane. Le résultat est étonnant car la performance est effective alors que le diaphragme ne fait que 50 mm. Bien entendu, la performance du transducteur Planar de Final dépend aussi de la coque dans laquelle il est logé. Ce logement de forme ergonomique et originale, est réalisé à partir d’un alliage d’aluminium et de magnésium. Il se compose d’une section massive ou reposera les coussinets, puis d’une structure ouverte sur laquelle reposent de deux grilles positionnées à différents niveaux. Le centre constitue la fixation des rotules arrimées aux coulisses de l’arceau.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Voici une série de mesures fournie par les techniciens de Final Audio Design. Ces mesures ont servi à valider la conception du D8000 et connaissant le sérieux de Final, nous pouvons les prendre en considération. La courbe verte correspond à une utilisation type du D8000, la courbe bleue correspond aux mesures faites sous norme IEC (volume mesuré à 1 mW).

D8000thd 6981

Les mesures de la distorsion nous donnent un aperçu du comportement de la membrane. D’une manière générale, la valeur mesurée est très basse et régulière en dehors de rares pics de hausse (toujours de valeur modérée) qui coïncident avec les fluctuations de la réponse en fréquence. La performance est exemplaire et rejoint les scores des meilleurs casques du marché.

D8000 fq 6981

Les mesures de réponse en fréquence affichent des courbes très valorisantes. Nous sommes en présence d’un casque très linéaire jusqu’à 1 kHz y compris dans les basses fréquences. Avec une unique perte d’énergie progressive comprise entre 150 Hz et 850 Hz et une amplitude de seulement 4 dB. Cela génère une reproduction équilibrée des graves et des médiums, à l’image des meilleurs casques ortho-dynamiques. La mesure du reste du spectre démontre une atténuation moyenne proche du type de roll off que l’on applique en correction acoustique afin d’adoucir la perception des hautes fréquence. Cette atténuation est généralement constatée sur la majorité des autres casques de bonne qualité mais elle est souvent plus abrupte. On y trouve de nombreux accidents, ce qui est normal et généralement constaté. Avec le D8000 les amplitudes sont remarquablement modérées, nettement plus que ce que l’on constate d’habitude. Cette réponse en fréquence indique une grande précision des aigus, sans fatigue auditive ni agressivité (distorsion très basse et accidents à faible amplitude). Les écoutes nous en diront plus, car seul un banc d’essai en situation et sur de la musique peut nous permettre d’évaluer totalement un casque. Toutefois, nous pouvons déjà retenir ces mesures remarquables.

Le D8000 est donc un casque ouvert dont l’objectif est de reproduire une image sonore ample et aussi vaste que possible. Afin d’en accentuer l’effet et d’affirmer encore le confort du D8000, Final opte pour des coussinets de conception unique. Il s’agit de large coussinet dont l’ouverture libère entièrement le transducteur. La structure est composée d’une mousse aérée recouverte d’une fibre micro-tissée. Il s’agit donc de coussinets ouverts peu isolant, ce qui tranche avec la conception traditionnelle d’un casque Planar. Ceci s’explique par l’efficacité des transducteurs AFDS dont la performance dans la reproduction des graves est déjà suffisante. La conception technique du D8000 n’impose pas de coussinets fermés comme le font ses concurrents. Un autre avantage au confort et à la performance de reproduction sonore par l’intermédiaire de coussinets novateurs et parfaitement adaptés.

_1050066

 

 

Ecoutes du D-8000, une nouvelle référence !

 

Compatibilités et facilité d’amplification

Le D8000 affiche une sensibilité conséquente de 98 db pour une impédance de fonctionnement de 60 ohm, des valeurs supposant une facilité d’amplification relative et une compatibilité avec de nombreux appareils audio du marché. Je dispose de plusieurs amplificateurs pour casque ainsi que d’appareils non dédiés ayant une section annexe destinée aux casques. Les tests du D8000 ont permis d’établir le tableau suivant :

tableau

 

Ces ajustements sont purement indicatifs et ont pour seule vocation à situer le mode d’utilisation du D8000 sur une électronique donnée. Il faut également retenir que la puissance délivrée par un amplificateur casque n’est pas proportionnelle à l’impédance demandée par les transducteurs. Il convient aussi de raisonner en terme de réserve de puissance (la tenue en ampère est plus importante que les watts). Si certains relevés de ce tableau ne semblent pas logique, c’est donc tout à fait normal. Pour rappel le D8000 affiche une impédance de 60 Ohms, et nous ne disposons pas des puissances correspondantes des appareils impliqués dans cette évaluation.

Le D8000 est un gros casque dont la vocation est principalement sédentaire. De conception ouverte et non isolée, les bruits environnants seront gênant tout comme le son issu des transducteurs Planar s’entendra dans l’assistance. Toutefois, le D8000 se démontre très efficient à l’image de la majorité des casques Final, notamment le sommet de gamme Sonorous X. Ainsi les tests sur des dispositifs d’amplification modestes comme le TEAC AX-501 ou le Geek Out GO2A SE en mode 100 mW sont très concluants. Les écoutes sur un simple smartphone Samsung S7 ont été également satisfaisantes. Ceci indique clairement une demande en puissance très modérée ce qui est un avantage. Le D8000 pourra servir aussi bien sur un amplificateur dédié, que sur une sortie annexe d’un appareil non spécifique ou encore un dispositif mobile même si celui-ci ne dispose pas d’une forte puissance d’amplification.

Cette vaste compatibilité et cette polyvalence démontre un gros avantage. Bien que le D8000 ne soit pas conçu pour devenir un compagnon de voyage, il n’est pas indispensable d’utiliser un amplificateur sédentaire puissant. Ainsi le choix du partenaire du D8000 pourra se concentrer principalement sur la qualité musicale. Cela inclut le décodage audio numérique dans le cas de DAC et la conception des étages analogiques d’une manière générale.  Aussi l’amplification n’étant pas fortement sollicitée, la distorsion électronique restera sur des taux très bas.

Les écoutes sur ces nombreux appareils ont tout de même indiqué qu’il sera impératif de sélectionner un très bon dispositif en amont. Dire qu’un casque est facile à amplifier ne veut pas dire que celui-ci n’est pas transparent et qu’il gomme les défauts de l’électronique du système sur lequel on va l’utiliser. Dans le cas du D8000 ça sera tout le contraire. Ce casque dispose d’un très fort potentiel et il va retranscrire toutes les subtilités du signal y compris les défauts. Par conséquent, je retiendrai le système le plus qualitatif dont je dispose pour approfondir mes écoutes.

_1050067

 

Système d’écoute et playlist

  • Stockage : NAS Synology DS214 sur alimentation linéaire
  • Réseau : Switchs Netgear GS108 sur alimentations linéaire
  • Source : PC customisé (SOtM entre autre)
  • DAC : OPPO HA-1 SE (Audiocom)
  • Amplificateur : Modwright TRYST
  • Secteur : Filtre Isotek Sigmas GII, PS Audio Dectet, câbles DIY cuivre OCC
  • Liaisons numériques : USB Wireworld Platinum Starlight + filtre D1 TOTALDAC

 

L’idée d’un tel dispositif est d’éliminer le maximum de pertes. Comme il s’agit d’un chaînage complexe, les liaisons sont nombreuses. Ce qui impose de très bons câbles et un ajout de filtrage.

 

Pomme – A peu près – 24 bits / 44.1 kHz - sur Qobuz

0060255779220_600

Marilyn Manson – Pale Emperor – 24 bits / 44.1 kHz - sur Qobuz

0711297510287_600

One – Sonoma Master Series – DSD64 – sur PS Audio

one-sonoma-psaudio

Mogwai – Every Country’s Sun – 24 bits / 96 kHz – sur Qobuz

5051083120142_600

Hiromi – Live in Montreal – 24 bits / 192 kHz – sur Qobuz

0088807203724_600

Kinga Glyk – Dream – 24 bits / 96 kHz – sur Qobuz

0190295757533_600

Coco Scott – Smolder – DSD256 – sur Blue Coast Music

Coco-Scott_Smolder_Cover

Jenna Mammina – Close your Eyes – DSD256 – sur Blue Coast Music

6p-DADC working5

Kuniko – Xenakis IX – 24 bits / 192 kHz – sur Linn Records

CKD_495

Kyle Eastwood – In Transit – 24 bits / 44.1 kHz – sur Qobuz

3149027003513_600

Cette sélection musicale très personnelle puise dans des titres récents et quelques classiques remastérisés ou dans leur format d’origine. L’objectif est de fournir un panel d’écoutes typées “test”, qui se focalise sur certains aspects de ces genres musicaux et interprétations. Bien entendu, ces albums sont fait pour être écouté même si certains n’ont pas de vocation audiophile.

 

Confort, sur les traces des Sonorous

Tout casque haut de gamme se doit être d’un confort à toute épreuve, mais croyez moi sur parole, cette évidence n’est pas toujours implicite. De même, un casque doit pouvoir s’adapter à toute morphologie et c’est sur ce point que le D8000 profite de sa conception exclusive empruntée aux Sonorous. Final ne prend pas de risque, puisque de mémoire, il n’y a pas de casques plus confortables et plus faciles à porter que les Sonorous. D’un autre côté, pourquoi faudrait-il changer une formule gagnante ? Le principe est finalement logique. Les écouteurs montés sur rotules libres permettent une inclinaison dans toutes les directions, plus une rotation partielle mais d’assez grande amplitude. Les coulisses permettent un placement en hauteur d’une précision millimétrique. Ainsi le large arceau capitonné repose en douceur sur la tête. La large surface de contacte contribue à une meilleure répartition de la masse. Du coup, le porteur du casque a véritablement l’impression d’un casque très léger alors que celui dépasse le demi kilogramme. Enfin les coussinets de gros diamètres entourent l’oreille confortablement. Le cerclage est également large afin d’optimiser la surface de contact et la répartition des forces en pression qui ne sont même pas perceptible. Le choix de la fibre micro-tissée comme revêtement poursuit un objectif acoustique mais renforce encore la sensation de confort. Le contact sur la peau serait entre la neutralité thermique du cuire de synthèse et la douceur du velours. Comparée aux revêtements traditionnels, la fibre micro-tissée serait un choix idéal qui frise la perfection. Il s’agit d’une première sur un casque de ce type, ici remarquablement bien mise en oeuvre, ce qui ne gâche rien. Ce choix est certainement lié au design de ce coussinet qui entoure l’oreille sur une grande circonférence. D’une part les coussinets correspondront à toutes tailles d’oreilles, et l’aération de “l’enceinte” délimitée par le coussinet sera plus grande et donc plus confortable. A l’usage en tout cas, le D8000 s’oublie très rapidement et ne va pas créer la moindre gêne. Un judicieux compromis dont l’objectif technique et acoustique a aussi une finalité très heureuse en ce qui concerne le port du D8000.

Il faut tout de même garder à l’esprit que ce coussinet n’est pas occultant et qu’il laissera passer le son. Cet aspect découle également d’une technicité acoustique. Cela veut dire qu’un environnement bruyant pénalisera vos écoutes. Le D8000 étant un casque ouvert, cette contrainte était déjà bien comprise et acquise : le D8000 n’est pas fait pour être utiliser en présence d’autres personnes, il lui faut du calme et s’assurer qu’il ne perturbera pas le calme d’autrui.

D8000 : l’écoute

Après le long travail d’analyse technique, place aux écoutes ! Et quelles écoutes !

Il ne faut pas très longtemps pour se rendre compte que le D8000 a l’étoffe d’un grand casque dont la performance signe à nouveau une réussite Final. D’une manière générale, le D8000 s’accommode de tous les genres musicau. Ce qui tranche avec la majorité des casques haut de gamme souvent ancrés dans l’excellence de la reproduction d’un style bien précis. On ne peut pas dire non plus que le D8000 s’oriente plus vers une grande famille de genre musical ou de compositions typées d’une manière ciblée. La polyvalence est bien le maître mot qui défini ce casque, car en toute circonstance le D8000 sera capable de reproduire la musique sans aucun parti pris ni coloration insidieuse. Les données techniques du D8000 présagent une reproduction équilibrée sur tout le spectre avec une reproduction des graves soutenue sans excès et à juste niveau. Cet objectif principal dans la composition du D8000 est atteint avec maestria, une performance qu’il convient de souligner. En effet, Final annonce un casque Planar capable de contrer les limites techniques dans le bas du spectre et qui serait capable de reproduire les basses fréquences avec la performance d’un casque dynamique. La membrane des écouteurs des casques dynamiques est soumise à moins de contrainte et ont plus de facilités à reproduire les graves. La parade des Planar Magnetics est d’utiliser une grande membrane et ce n’est pas toujours un franc succès. La membrane du D8000 ne fait pourtant que 50 mm, ce qui serait standard pour un écouteur dynamique (et encore, il y a plus grand), mais petit pour un Planar. L’écouteur propriétaire du D8000, fort de son système AFDS arrive alors à reproduire des graves précis, tendus et parfaitement équilibrés avec le reste du spectre. Cette performance est remarquable car de nombreux casques dynamiques pourtant haut de gamme de s’en sortent pas avec un tel brio. Le Fostex TH-900 par exemple, développera un grave plus prononcé qui sera une dominante dans l’écoute. D’un autre côté cette coloration est volontaire sur ce casque. Un Sennheiser HD-800 aura une très belle prestation, mais sera légèrement en retrait. le Sony MDR-Z1R, un excellent casque, arrivera à ce niveau de maîtrise tout en affirmant une aération exemplaire et une scène sonore magistrale, mais il s’agit de membranes déjà de 70 mm. Nous pourrions également comparer le D8000 avec le Focal Utopia, un des meilleur casque Dynamique au monde actuellement sur le marché, mais là encore le D8000 affinera son écoute sur d’autres registres qui s’accentueront davantage sur la neutralité et la douceur, notamment dans le haut du spectre. Ceci dit, certains pourront préférer l’écoute des casques que je viens de lister. C’est la principale beauté des écoutes au casque : la subjectivité et le plaisir d’écoute est l’élément primordial que la diversité des produits pourra toujours satisfaire.

Cette reproduction des graves n’est pas la seule qualité du D8000, la liste est en fait bien longue. Toujours dans un registre situé dans le bas du spectre, les bas médium puis les médiums suivent cette même logique de production franche et précise marquée par une exactitude dont le naturel ne s’exerce qu’avec les meilleurs transducteurs existant. Cette performance ce confirme sur les attaques et la limpidité des percussions de “Xenakis IX” de Kuniko qui vogue des graves les plus profonds aux aigus les plus incisifs. La performance décomposée est reproduite à la perfection, mais il faut avouer que la technicité de cet album ne se base pas sur une complexité tonale. Pour cela ce que fait Marilyn Manson se place en totale contradiction. Avec cet artiste atypique, tout est contaminé par les distorsions et les effets numériques. Si rien n’est naturel dans ses compositions, il n’en demeure pas moins une vraie volonté artistique, mais qui va mettre à mal bon nombre de systèmes audio. En effet, plus une musique est complexe dans son registre et plus un transducteur est sollicité. Une mauvaise enceinte comme un mauvais casque dénotera immédiatement. A contrario, un bon dispositif de reproduction du son permettra une intelligibilité intégrale de ce mélange synthé, instruments électriques et vocalise déformée. Sans oublier l’énergie massive insufflée dans le bas du spectre, imposant des basses furieuses et des vrombissements subtils mais saisissants en arrière plan. Étonnant de donner ce genre de lettre de noblesse à MM même en étant un inconditionnel. Et pourtant, c’est ainsi que “Pale Emperor” est reproduit par le D8000 qui me montre aucune faiblesse même lorsque la rythmique s’emballe en dehors de toute conception académique. Sur le même banc d’essai un Audeze LCD-XC pourtant très bon ne s’en sort pas aussi bien. Les graves sont en retrait et le rendu global table davantage sur la dynamique et la précision. Ce qui peut convenir à certains types de musique, mais dans tout les cas l’équilibre tonal est loin d’égaler celui du D8000. Un concurrent relativement proche serait le HIFIMAN HE-1000 V2. Les graves sont à nouveau moins soutenus et moins percutant. Par contre, l’équilibre des transferts d’énergie est plus constant. Cependant, le D8000 affiche une réelle supériorité d’efficience et dévoile une dynamique plus affirmée et sans aucune agressivité. En comparaison le HE-1000 V2 semble trop doux voir mollasson alors que ce casque recèle des qualités indiscutables. Le LCD-XC passerait pour un casque agressif … n’accusons pas le TRYST dont l’étage à tube est compensé par d’excellent transformateurs d’isolement et dont la puissance est largement suffisante pour tout casque. Il y a bel et bien une distinction de supériorité chez le D8000. En fin d’analyse de la reproduction du spectre, les aigus glissent sur un velouté et une superbe texture précise et d’un naturel exemplaire. La courbe de réponse en fréquence nous annonçait déjà la donne, le roll-off de l’atténuation moyenne correspond au psycho acoustique presque idéal. Les accidents démontraient des amplitudes modérées sur des plages contenues. Cela implique un haut du spectre régulier, ou du moins remarquable dans le cas d’un casque. La transition des médiums aux aigus est donc d’un niveau de performance exceptionnel. Cela s’entend principalement sur les voix, surtout lorsque la modulation d’octave pousse vers le haut soutenant de belles envolées lyriques, puis descendent brusquement. Pour cela “A peu près” de Pomme est un bel exercice, d’autant que l’enregistrement en 24 bits 44.1 kHz est d’une précision et d’une dynamique faite pour les vrais systèmes audiophiles qui profitent d’une de compression de dynamique absente ou très modérée. Si vous avez de quoi lire du DSD256 alors l’écoute de “Close Your Eyes” de Jenna Mammina récemment remasterisé dans ce format est très révélateur. La reproduction des instruments comme des vocalises y est presque hypnotique tant le naturel est affirmé. Avec le D8000 cette immersion frise le surréel, on ferme les yeux et nous sommes plongé au sein même du groupe. Il est vrai que cet album est d’un tel qualité d’enregistrement que la plupart des systèmes sont mis en valeur pour peu qu’ils soient de bonne qualité. Mais avec le D8000, je retrouve cette exactitude et cette plénitude que j’ai en écoute sur mon gros système à base de B&W 803 et de deux amplificateurs Modwright KWA150SE utilisé en mode monophonique et modifié à plusieurs reprises par Daniel Wright en personne, afin d’explorer le plein potentiel de leur schéma électronique originel. Je commence à avoir une petite collection de casques et jusqu’à présent, aucun n’a reproduit “Close Your Eyes” avec une telle maestria. Dans un registre plus pop mais toujours aussi exemplaire dans son enregistrement et sa reproduction, Coco Scott “Smolder” est à écouter. Sur le D8000 tout est présent et c’est un peu déconcertant. Le souffle de la prise de son au micro et l’étape sur bande analogique s’entend comme si le master était lu à même la table de montage. Chaque subtilité est donc reproduite avec autant de franchise et d’affirmation que les notes dominantes. On ne peut pas dire que le D8000 cache les détails. Au contraire, il va les chercher au tréfonds du signal pour nous les dévoiler sans ambiguïté et dans un naturel époustouflant.

pm_D8000_images_products-01

Si l’on cherche une belle reproduction des instruments à cordes alors le D8000 brillera d’un naturel saisissant. Un album jazz comme celui de Kinga Glyk “Dream” sonne avec une superbe et un tonus qui confère au réalisme de grands moments d’écoute. Tout y est reproduit avec précision et décomposition. Chaque instrument s’écoute mêlé à la performance mais suffisamment bien exprimé pour être entendu individuellement. Tout comme sur l’album de Jenna Mammina, le moindre frémissement de corde est reproduit avec une précision étonnante. D’ailleurs pour tout instrument, à chaque note et quelque soit la rythmique, le D8000 délivre une reproduction sans faille de l’enregistrement. Rien n’est oublié, rien n’est tronqué … à mesure que les écoutes s’enchaînent et se prolongent, je redécouvre les subtilités de ses albums que j’ai pourtant bien pratiquées avant ce test. Dans son dernier album “In Transit”, Kyle Eastwood nous offre un jazz rythmé, marqué par un héritage musical acquis dès son plus jeune âge. A nouveau le D8000 dévoile tout son potentiel et offre une reproduction rarement atteinte avec un casque Planar de ce gabarit. Si je devais lister les genres musicaux propices au D8000, je serai bien ennuyé. Car tout passe sans broncher à l’image des meilleures enceintes du marché. Je pourrai difficilement faire un constat concernant les casques. En effet les casques véritablement bons sur tous les genres musicaux sont finalement très rares, ce que l’on peut comprendre vu les réponses en fréquences généralement mesurées en particulier dans la partie haute du spectre. Le D8000 affiche une réponse en fréquence presque idéale pour un casque et dont la tendance va s’approcher des systèmes d’écoute les plus agréables et les plus performants. La réponse en fréquence n’est pas le seul élément primordial. Le D8000 affirme une forte efficience et cela malgré un gabarit plutôt imposant. Cette efficacité à transformer le signal en énergie sonore explique aussi ce rendu puissant et dynamique. La maîtrise de la distorsion et de l’équilibre tonal aide à atteindre un niveau de performance audible tout simplement exceptionnel. Ainsi même l’électro très dynamique sonne à merveille. Même si une dominent tonale prend le dessus et s’exprime durant un morceau, la moindre subtilité ou intrusion d’un instrument partiellement masqué sera reproduite sans encombre et s’entendra. Là aussi le D8000 confirme à l’écoute une définition technique aboutie et parfaitement fonctionnelle. Ce qui est promis par Final est superbement délivré par le D8000.

A cet reproduction exemplaire dans laquelle l’aération des notes et la justesse des transitions est définitivement affirmée, il nous faut aussi noter une magnifique ouverture de la scène sonore. La technicité du D8000 tend vers une conception ouverte jusqu’aux coussinets dont l’objectif est d’assurer une scène sonore la plus ample et la spacieuse possible. Cet élément est un point délicat pour les casques, car le champ sonore est reproduit au plus proche des oreilles et créer une ouverture dans l’espace est un challenge difficile à réaliser. C’est le but des casques ouverts, mais le D8000 n’est pas tout à fait comme les autres. Dans tous les cas, Final a pour tradition d’aborder les problèmes à sa manière, c’est aussi ainsi que la marque arrive à innover sans cesse. Le D8000 utilise des ouvertures sur sa coque sur deux niveaux ainsi que des coussinets de conception atypique en fibre micro-tissée. Cette conception additionnée au système AFDS, permet d’obtenir une scène sonore la plus ouverte possible sur un casque. Evidemment, même si nous tentons d’analyser les éléments indépendamment, tout est lié. L’ouverture de la scène sonore reproduite par le D8000 figure parmi ce que j’ai écouté de plus confortable et aéré sur un casque dans la gamme de prix du D8000 voir plus cher.

 

 

Conclusion, le D8000 le casque audiophile ultime ?

 

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Le D8000 serait-il le meilleur Planar au monde ? Voir le meilleur casque du marché ? Si il s’approche d’une certaine perfection (ou d’une perfection certaine), il faut tout de même compter sur la concurrence. Sans considération de prix, le monde de l’électrostatique arrive à faire de bien belles choses. Accordé au bon amplificateur on peut atteindre des niveaux d’écoute qui tiennent du sublime voir du subliminal. Du côté du Planar Magnetic, d’autres marques proposent des produits d’exception et face à la diversité toujours croissante de référence, il est difficile d’introniser un roi des casques sans que celui-ci ne soit déjà détrôné sur certains critères.

Néanmoins, sur l’ensemble de ses prestations, le D8000 fait tout de même très fort. Certes, nous nous trouvons déjà dans les produits compris entre 3000€ et 4000€ et nous sommes en droit d’attendre une prestation à la hauteur. Sur ce créneau, il y a déjà quelques candidats, mais d’un point de vue reproduction musicale, il va être difficile de supplanter le D8000. A moins de chercher un casque typé avec une coloration affirmée ou subtile, le D8000 n’est pas fait pour vous. Par contre, si on cherche un casque transparent, précis, naturel et neutre sans parti pris, alors le D8000 n’a pas d’équivalent. Sa performance musicale est exemplaire et s’approche réellement des préceptes de la Haute Fidélité : Reproduire le signal avec le plus d’exactitude possible. A ce niveau, le D8000 a tout ce qu’il faut sur tout les registres. Une telle polyvalence combinée avec une telle performance est assez rare. Souvent, si un dispositif sonore passe tout, c’est parce que tout passe moyennement bien. Avec le D8000, tout est sublimé et reproduit avec un respect inouï de l’enregistrement. Il va s’en dire qu’un mauvais mixage ou un enregistrement de mauvaise qualité sera inévitablement souligné par l’impartialité du D8000 qui se montre intransigeant.

On pourrait imaginer un casque parfait, mais le D8000 a aussi ses petits défauts. La construction ouverte jusqu’aux coussinets permet d’obtenir une scène sonore remarquable, mais c’est aussi un désavantage. Tout bruit environnant s’entendra, c’est le problème le plus courant des casques ouverts. Il faudra donc prévoir des écoutes dans un endroit très silencieux pour profiter au mieux des performances du D8000.

Pour résumer, le D8000 est un casque qui s’affirme par sa neutralité et une capacité exemplaire à reproduire la musique en étant le plus exact possible et le plus précis dans les timbres. Cette neutralité n’est pas sans assurer une certaine personnalité, car même en étant si proche de l’enregistrement, le D8000 puise son ADN dans la tradition Final. C’est peut être ça la signature Final : Etre au service de la musique pour les audiophiles ? Par le biais d’une présence remarquable et d’une efficience défiant toute concurrence ! Dans tous les cas, si vous recherchez un casque capable de sublimer la musique sans apposer de coloration et que vous pouvez vous offrir cette merveille, alors foncez l’écouter, ça sera peut-être le début d’une belle histoire d’amour musicale.

 

- PPC : 3499€

- le sujet HCFR dédié au casque Final Audio Planar Magnetic D8000 : http://www.homecinema-fr.com/forum/casques-sedentaires/final-audio-planar-magnetic-d8000-t30083732.html