Test HCFR du Fostex T60RP, casque audio

Test HCFR du Fostex T60RP, casque audio

Compte-rendu d’Eric_dub: Fostex, mais vrai Festin?

Fostex est un bon vieux constructeur issu des années 70, qui a déjà commis un certain nombre de casques (et d’enceintes, de DAC, etc.) bien connus des amateurs. Le modèle T60RP (RP pour “Regular Phase”), procédé de fabrication et d’implantation des drivers, de type orthodynamique, se positionne dans le haut d’une première gamme en tarifs d’entrée, autour de 300€. Cher “pour un casque”, aurait-on dit il y a 15 ans, mais plus de nos jours; bref : un produit encore accessible, par exemple pour célébrer Noël ou son anniversaire. Les oreillettes servant de charge semi-ouverte, sont en bois (de ton acajou, peut-on lire sur le site de Fostex), les coussinets amovibles, en simili cuir (et mousse anallergène), et le casque est livré avec deux câbles, un de 3m à jack 6.35 et un, plus court : 1,2m à jack 3.5 (d’autres câbles, symétriques ou non, sur fiches XLR ou jack 2.5 ou 4.4 sont disponibles chez le constructeur : de quoi assurer toutes les connexions possibles selon votre matériel). Packaging impeccable, donc, et où rien ne manque.

Cela étant, ce casque a beau annoncer une faible impédance (50 O.), sa sensibilité très moyenne (stipulée à 92db) rendra hasardeux son mariage avec un smartphone et si son accouplement avec un baladeur n’est pas interdit, il faudra tout de même vérifier sa capacité à l’alimenter (sur mon petit iBasso DX50, le réglage de gain étant positionné sur “high”, j’ai obtenu des résultats corrects). L’orientation n’est donc pas ici spécialement nomade, mais bien sédentaire (en clair, c’est moins pour fait pour écouter de la musique en faisant son jogging en forêt à 5 heures du matin que chez soi, le soir, confortablement vautré dans son fauteuil préféré, avec un petit verre de Coal Ila d’un côté, et les œuvres de Dumas dans la pléiade de l’autre). Quoi qu’il en soit, je dois préciser que je n’écoute pas à fort volume, mais plutôt à volume faible (comparativement à presque tous les amateurs que j’ai pu rencontrer). D’autre part, que mes premières écoutes ont été faites sur mon préampli/ampli-casque à transistor de marque Audio-GD (plus pratique car il est doté d’une télécommande) et que je n’ai pas eu spécialement à monter le volume (plus que pour un Odin, mais bien moins que pour un K340 et juste un peu moins qu’avec un DT990 version 600 O.).

 

Let’s have some baroque :

 

Pour ce petit test – impressionniste, car j’avais, je l’avoue, la flemme à l’idée d’un tronçonnage stochastique des hertz en multiples parties non sécantes –, j’ai commencé par une petite orgie de baroque, en me passant des pièces entières : le coffret de quatre disques consacrés à Vivaldi-Corelli par Amandine Beyer dirigeant, du violon, Gli Incogniti et proposé par Zig-Zag Territoires (ZZT349) venait justement d’arriver à la maison, en même temps que les deux CD des Belcea (sorti il y a une dizaine d’années chez EMI, ensuite absorbé dans le catalogue Warner Classics) et offrant l’intégrale des quatuors de Bartok (on peut trouver ces deux coffrets à vil prix sur internet chez les principaux vendeurs de CD ou, pour les amateurs de fichiers, chez qobuz). Je ne saurais trop recommander d’aller écumer les bacs, solides ou virtuels, à la recherche des enregistrements tant d’Amandine Beyer que du Quatuor Belcea , en écumant le catalogue de chez Zig Zag qui contient de nombreuses perles. Les écoutes ont été faites sur mon préampli/ampli Audio-GD Phœnix alimenté par ma source habituelle (un macmini, un player audirvana, etc.).

L’écoute est très douce et très agréable sur la durée, elle ne présente pas de trace d’agressivité particulière et me rappelle furieusement celle du petit frère du T60RP, le T50RP dont j’ai possédé un exemplaire, avec un côté feutré dans le haut médium ou dans l’aigu, comme on préfère (disons, à la louche, vers 2/3kHz) mais un médium un peu insistant qui donne beaucoup de présence. On aimera, ou pas, selon les personnes, car c’est audiblement un casque “typé” – à quoi s’ajoutent une pression d’arceau prononcée (qui sent le monde du studio, autant que le réglage destiné à coupler les coussinets pour produire du grave: l’exemplaire étant neuf, il s’assouplira à l’usage) et une petite tendance du mécanisme à bruiter quand on bouge (il faudra sortir l’huile de machine à coudre). Pour ma part, je préfère tout de même, parce qu’il me laisse une plus grande impression de linéarité dans le médium/haut médium, mon bon vieux HD600. Reste que, en comparant instantanément avec mon Kennerton Odin, le Fostex n’est pas ridicule : d’une part, l’Odin présente, lui aussi, une matité sinon identique, du moins analogue, et s’il explore le registre grave de façon plus organique, le T60RP ne démérite pas. Autrement dit, si l’on considère le tarif, l’ensemble s’avère d’un bon niveau et propose une écoute très “années 70” (pour le dire par métaphore: une signature en V, voire en W), pas fatigante et qui invite à monter le volume.

 

Et il y aura plus, si affinité, en ajoutant un peu d’équalisation – ce qui est devenu très facile (j’emploie le petit plug-in CurveEQ de chez Voxengo, qui est directement intégrable sous la plupart des players). J’ai, pour ma part, diminué le volume de 3db entre 50 et 1000 Hz et remonté le gain de 6db entre 2 et 3kHz, puis baissé le général de 6db : méthode brutale au doigt mouillé, car, je l’ai dit, j’avais la flemme, et qui demandera un peu plus de recherche et de soin. Mais qui m’a permis malgré tout d’apercevoir un potentiel : les quatuors de Bartok en sortent à leur avantage, avec un éclaircissement global du message et beaucoup plus de détail et de vivacité. Donc, moyennant un peu d’huile de phalange (pour pianoter sur son clavier), l’amateur informatisé pourra très nettement améliorer les choses selon son goût. Si l’on utilise un système de lecture dit “dématérialisé”, et, vu le tarif du Fostex et celui du plug-in, on reste malgré tout sous la barre des 400€, pour goûter une écoute de type orthodynamique de grande qualité.

Sur la question de l’amplificateur à employer : il faudra prendre soin d’en choisir un capable de sortir une certaine puissance, voire une puissance certaine (le casque est censé pouvoir admettre 3W: je pense qu’un bon ½W sera ici nécessaire) – donc, regarder de près les spécifications des modèles actuellement commercialisés (et qui ne sont pas toujours “à la hauteur”, malheureusement). Un ampli de chez Amity ou de chez Lake People (depuis les G100 et G109, jusqu’au RS02). Un point cependant: il est probable que le Fostex présente une impédance très régulière, ce qui le rendrait moins sensible à l’impédance de sortie de l’ampli (celle du RS02 me paraît trop élevée, là où les performances et le tarif de l’Amity sont excellentes!) – pas d’importance, donc, si l’on compte n’utiliser que ce casque, mais déterminant si l’on veut aussi y brancher des électrodynamiques (autre que le K701 d’AKG, comme les Senn et Beyer).

Let’s have some ROCK :

Pour la suite des écoutes que j’ai faites, j’ai remis le compteur Voxengo à zéro et changé et de disques et de système, en branchant le Fostex sur mon RKV en mode OTL (la source étant la même, elle a, petite modification réalisée il y a peu, été reliée, via un câble USB, une interface Stello et un câble coaxial, à l’une des entrées du DAC MSB Gold Link III que j’emploie dans mon système dédié aux casques).

 

Liste suivante : d’En remontant le fleuve à Lobotomie Sporting Club, les lives Homo Plebis Ultimæ Tour et VIXI Tour XVII d’Hubert Félix Thiéfaine, qui datent respectivement de 2012 et 2016 (CD, 33t et coffret DVD disponibles chez Columbia). Puis, pour finir, un petit passage par le Live à FIP de Musica Nuda, sorti en 2007 chez Bonsaï Music et le coffret de 3CD Radical Action To Unseat the Hold of Monkey Mind qui, en 3CD (+un BR), donne accès à la tournée 2015 de King Crimson et aux concerts de Takamatsu au Japon (tous disques également disponible chez qobuz).

 

 

 

 

 

 

 

La signature en V du Fostex triche un peu en atténuant certaines zones dans le médium et le haut médium: du moins est-ce l’impression que j’ai eue en comparant l’écoute proposée par le Fostex à celles de mon HD600 puis de mon HD800 (tweaké Super Dupont). En gros, les chutes dans le haut médium et dans une certaine zone du médium (à moins qu’il n’y ait un petit excès quelque part dans ce registre) incitent à monter le volume, pour récupérer du niveau, et donc, à accentuer le gain dans le grave et dans l’aigu – vieux truc des signatures en V et W, dont certains constructeurs très connus ont déjà fait usage, qui donne une écoute spectaculaire, certes loin de la neutralité espérée en hifi, mais qui peut être tenue pour subjectivement agréable par certains audiophiles.

 

En Conclusion: Let’s have some fun!

Force m’est donc de reconnaître que, pour de la pop et du rock, beaucoup plus que pour de la musique classique ou baroque, la recette du Fostex fonctionne très bien et l’écoute est très démonstrative, sans pour autant devenir lassante ou fatigante. Au total, ce casque propose, me semble-t-il, une écoute pleine de séduction, et qui devrait convaincre les amateurs de la marque. Par ailleurs, pour ceux qui ne sont pas emballés par cette signature très typée, il y aura la possibilité de jouer de l’équalisation pour tendre vers plus de conformité ou de naturel en fonction leur goût: le casque offre, de ce point de vue, un potentiel intéressant dans sa gamme de prix, qui permettra de goûter aux joies du planar. Si je me fie à ma mémoire, laquelle n’est quand même plus ce qu’elle était, le T60RP me semble accentuer la présentation “en W” du T50RP version mkIII (j’ai regretté de n’avoir pas pu faire la comparaison directe, mais le mien est décédé il y a déjà quelque temps), tout en explorant un peu plus le registre grave: on aimera, ou on détestera, selon les cas, mais je ne pense pas que ça puisse laisser indifférent tant l’écoute est démonstrative. Un Fostex susceptible de proposer un vrai festin, si j’ose dire.

 

Eric_dub
HCFR – Septembre 2018

 

– lien vers le sujet HCFR dédié au Fostex T60RP : http://www.homecinema-fr.com/forum/casques-sedentaires/fostex-t60rp-casque-techno-regular-phase-a-349-t30087197.html

 

 

 

 

Partager :