Test HCFR du Sony VPL-VW760ES, projecteur video 4K_laser

Test HCFR du Sony VPL-VW760ES, projecteur video 4K_laser

Performances et possibilités du moteur optique

 

Le bloc optique du VPL-VW760ES n’est pas une nouveauté puisqu’il est emprunté aux séries VPL-VW2xxES/3xxES et 5xxES dans sa version la plus aboutie, intégrant motorisation et mémoire de zoom. Comme ces petits frères, le VPL-VW760ES ne dispose pas de cache optique motorisé. Nous avons donc un bloc hybride plastique / verre qui a déjà fait ces preuves mais qui n’est pas sans défaut.

1. La correction des convergences

Le premier point à aborder nous conduira aussi à définitivement éliminer une croyance qui dure depuis l’arrivée de cette optique sur le VPL-VW500ES et qui concerne l’impossibilité d’afficher une mire 4k native à 1 pixel, qu’il s’agisse d’un damier ou de lignes verticales ou horizontales. Penchons nous sur les convergences, c’est à dire l’alignement optique des matrices. Le VPL-VW760ES est soumis à une certaine inconnue comme tous les vidéoprojecteurs tri-matriciels. Il se peut que l’alignement des panneaux dans le chemin de lumière ne soit pas parfait. Afin d’y remédier SONY propose un ajustement complet des matrices, global et par zone. On trouve ce type de correcteur dans tous les vidéoprojecteurs tri-matriciels modernes. Les vidéoprojecteurs 4K Sony présentent un réglage de correction fait en usine, l’ajustement des convergences n’est donc jamais neutre. Il faut savoir qu’il s’agit d’une correction électronique et non optique : Un processeur applique une inflexion dans les composantes rouge et bleu afin de livrer une image déjà convenablement convergé. C’est ce preset électronique et la correction de convergence manuelle qui provoque les problèmes d’affichage des mires à 1 pixel.

Mire 4k 1 pixel damier

Mire 4k 1 pixel ligne verticale

mire 4k 1 pixel ligne horizontale

Mire 4k 1 pixel ligne horizontale correction preset

Mire 4k 1 pixel horizontale correction manuelle

Si on bascule du mode de correction présélectionné au mode manuel, l’anomalie chromatique change. Cela confirme bien une incidence électronique et non optique.

Vous pouvez remédier à ce problème en accédant au menu usine et en y appliquant les modifications adéquates. Vous trouverez sur internet les informations nécessaires à cette opération. Vous pourrez également faire appel à un installateur agréé ou à un calibreur professionnel compétent. Toutefois, supprimer le preset d’alignement des matrices n’est pas forcément une solution. Si par chance les convergences sont bonnes et ne nécessitent pas de correction, alors c’est gagné. Si vous devez les corriger, alors le problème réapparaîtra avec la correction manuelle. Mais comme nous regardons des films et non des mires, est-ce un réel problème ?

L’exemplaire du VPL-VW7690ES livré pour ce test nécessitait quelques corrections. Une globale et une autre par zones dans certaines parties de l’image.

Convergences avant corrections

Convergences après corrections

2. Netteté et piqué

La netteté et le piqué sont deux éléments fondamentaux dans une optique en particulier s’il s’agit d’un vidéoprojecteur 4k natif. Voici quelques tests fait sur des mires de netteté en 4k natif :

Cette mire ne présente pas de gros problèmes.

Mire 4k native de test de reproduction des fréquences vidéo

Cette mire sert à tester la capacité d’un vidéoprojecteur à reproduire les fréquences vidéo, c’est à dire les détails. Nous observons des problèmes d’affichage qui sont lié à la correction de convergence. Observons plus en détail les différentes parties de cette mire.

Seules les très hautes fréquences (lignes fines) présentent des défauts. Cela confirme l’incidence du correcteur de convergence.

Observons ces mêmes mires mais générées en 1080p, le VPL-VW760ES fera alors la mise à l’échelle 4k.

 

Bien qu’encore imparfaite aux hautes fréquences, les mires en 1080p passent mieux. La mise à l’échelle à partir d’un élément 1080p est donc toujours soumis à dérive chromatique du correcteur de convergence, mais dans une moindre mesure.

Dans la pratique ce problème sera imperceptible dans un film. A l’exception peut être d’images composées de  fines lignes comme une calandre de voiture ou une grille d’aération. Par exemple l’aération du capot du hummer dans le film “Billy Lynn’s Long Halftime Walk”.

Observons la capacité de reproduire les détails dans une image d’un film en Bluray Ultra HD.

Le VPL-VW760ES dévoile une capacité impressionnante à délivrer les détails d’une image 4k native. La MTF (Modulation Transfer Fonction) bien que non évaluée sur ce test semble être d’un bon niveau pour un vidéoprojecteur tri-matriciel. L’optique du VPL-VW760ES est donc de bonne facture, elle est capable de reproduire la forte densité d’information contenue dans une image 4K.

3. Homogénéité lumineuse et colorimétrique

Lorsque vous installez un vidéoprojecteur chez vous il n’est pas rare que l’axe de son optique ne soit pas parfaitement alignée avec le centre de votre écran. Dans tous les cas la position haute du vidéoprojecteur n’est presque jamais idéale. Bien qu’il soit recommandé de placer au mieux un vidéoprojecteur, ce qui est évident avec un produit du niveau de gamme tel que le VPL-VW760ES, on est presque toujours contraint d’utiliser le Lens Shift. Dans mon cas la position de la potence date d’un vidéoprojecteur JVC dont l’optique était déportée. De nos jours tous les vidéoprojecteurs HomeCinema performant ont une optique centrée. Je suis donc obligé d’ajuster la position de l’image au Lens Shift. Cet ajustement n’est pas sans contrepartie en ce qui concerne l’homogénéité de l’image.

Relevé d’uniformité en basse lumière (20 IRE) (cliquez pour agrandir) :

Relevé d’uniformité en forte lumière (80 IRE) (cliquez pour agrandir) :

Les mesures indiquent clairement une perte d’uniformité de luminosité, cette perte se voit d’ailleurs sur une mire de contraste ANSI à damiers 4×4.

 

Cette perte d’uniformité correspond au déplacement du raster image sur la surface de l’optique et la déformation irréguliaire du faisceau de lumière qui en résulte. La perte mesurée est assez importante et nous indique un élément de faiblesse de cette optique. Heureusement les composantes RGB ne sont que très peu impactées en comparaison avec les luminances. Cela veut dire que cette perte d’uniformité ne sera pas perceptible, du moins sur l’échelle de valeur constatée sur notre banc d’essai.

Nous pouvons pointer le défaut majeur de l’optique du VPL-VW760ES et des autres vidéoprojecteurs Sony qui l’exploitent. Cette optique est petite pour un vidéoprojecteur 4k natif. Elle ne pêche pas par sa résolution mais par la surface optimale exploitable sur son jeu de lentille. La concavité fait rapidement ressentir la dérive d’uniformité car dans notre banc d’essai, le Lens Shift est relativement peu sollicité. Il faut aussi noter l’usage du zoom qui va également contribuer à accentuer la perte d’uniformité lumineuse.

Le VPL-VW760ES est bel et bien un vidéoprojecteur fond de salle qui bénéficiera d’un usage très modéré de son zoom et de son Lens Shift. Il faudra retenir ces éléments afin d’intégrer au mieux ce vidéoprojecteur et en tirer le plus de performance.

4. La gestion des ratios (formats d’image)

Le VPL-VW760ES affiche une résolution native de 4096×2160 au format 1.9:1 (DCi) (format 4k de tous les vidéoprojecteurs Sony 4k). Il s’agit donc d’un format compris entre le 1.78 (16/9) et le cinémascope 2.35. Contrainte ou choix judicieux ? Après avoir expérimenté le VPL-VW760ES je suis convaincu que ce format est un avantage d’un point de vu confort de visualisation plus proche du champ de vision naturel. Le VPL-VW760ES dispose de nombreux outils qui permettent une gestion rapide et optimisée des différents formats d’image.

En complément le VPL-VW760ES propose cinq mémoires de zoom qu’il faudra combiner à la gestion des formats d’image si on souhaite assurer un affichage en plein écran quelque soit le film. Evidemment il conviendra d’ajuster le Lens Shift, le zoom et le focus à chaque format et les programmer dans les mémoires.

Le Lens Shift simplifie l’installation du VP¨L-VW760ES et sert à positionner l’image sur l’écran même si le vidéoprojecteur est légèrement hors axe. Le Lens Shift vient compléter les outils nécessaires aux mémoires de zoom, puisqu’il en fait partie intégrante.

La gestion des formats d’image du VPL-VW760ES dispose de six positions :

  • 1.85:1 Zoom : Une image à rapport de format 1,85:1 s’affiche dans son rapport de format original, élargi pour qu’aucune bande noire n’apparaisse en haut et en bas de la surface de projection.

  • 2.35:1 Zoom : Une image à rapport de format 2,35:1 s’affiche dans son rapport de format original, agrandi pour limiter au maximum la taille des bandes noires en haut et en bas de la surface de projection. Lorsque vous sélectionnez « Zoom 2,35:1 » à partir de « Sélect. déclench. 1/2 » dans le menu Installation , le connecteur TRIGGER 1 ou TRIGGER 2 reproduit un signal 12 V.

  • Normal : La vidéo d’entrée s’affiche dans son rapport de format original, élargi pour remplir toute la surface de projection. Ce mode convient au visionnage de vidéos 1,78:1 (16:9) et 1,33:1. Il s’agit également du mode natif sans mise à l’échelle par le VPL-VW760ES.

  • Etirement V : Mode le mieux adapté à un écran 2,35:1 pour visionner une vidéo 2,35:1 avec un objectif anamorphique disponible dans le commerce. Lorsque vous sélectionnez « Etirement V » à partir de « Sélect. déclench. 1/2 » dans le menu Installation , le connecteur TRIGGER 1 ou TRIGGER 2 reproduit un signal 12 V.

  • Serrer : Avec ce réglage, les vidéos 1,78:1 (16:9) et 1,33:1 (4:3) s’affichent dans leur rapport d’aspect correct lorsque vous utilisez un objectif anamorphique en vente dans le commerce.

  • Etirer : Affiche une vidéo serrée à 1,33:1 (4:3) comme rapport de format 1,78:1 (16:9).

En complément, le VPL-VW760ES propose de sélectionner deux types de lentilles et prismes anamorphiques avec les taux de transformation horizontaux 1.24x et 1.32x.

Tableaux récapitulatifs des différentes possibilités de format d’image :

Calcule des distances du VPL-VW760ES à l’écran :

L’optique du VPL-VW760ES bien qu’imparfaite (ce qui est prévisible sur un produit ayant cette déclinaison technique) offre une belle performance dès lors que l’on respecte une bonne rigueur appliquée à l’intégration. Il est impératif de comprendre pourquoi ce choix porté sur une optique qui combine verre et plastique. Au delà d’une conséquence avantageuse sur le coût de revient, nous obtenons un élément plus compact et plus léger. Le VPL-VW760ES fait déjà 20kg, une optique entièrement en verre comme celle qui équipe les VPL-VW1000/1100ES donnerait de meilleurs résultats mais ajouterait poids et volume. L’impact sur le prix de vente du VPL-VW760ES s’en ferait aussi ressentir.

Le piqué et les détails sont reproduits à un très bon niveau, la motorisation est exemplaire et permet un ajustement tout en souplesse et avec une grande précision. Cet aspect est important, car de nombreux concurrent livrent encore des optiques dont la vitesse de déplacement n’est pas parfaitement maîtrisée ni la finesse de déplacement moteur. Ajuster le Lens Shift est alors délicat. Chez SONY rien de cela, le Lens Shift, le zoom et le focus, réagissent à merveille et permettent un ajustement très précis.

Les possibilités d’intégration sont aussi très vastes pour un produit cette catégorie avec un zoom permettant un placement à distance d’écran facile et avec une bonne amplitude.

A nouveau, il faut garder en tête que le VPL-VW760ES profitera d’une intégration optimisée qui impose de suivre une certaine rigueur. D’après ce postulat on perd en souplesse d’intégration, mais au prix du VPL-VW760ES je pense que l’on se doit d’en tirer toute la substantifique moelle quitte à repenser l’agencement de la salle.

 

 

– lien vers le sujet HCFR dédié au projecteur Sony VPL-VW760ES : http://www.homecinema-fr.com/forum/projecteurs-uhd-4k/sony-vpl-vw760es-projecteur-laser-4k-hdr-hlg-t30082337.html

 

 

Partager :