Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités

Conseils, Guides et Tutos pour la correction acoustique passive

Quels sont les modes les plus méchants ?

Message » 22 Sep 2010 18:00

Nexus.6 a écrit:1.0.0, 0.1.0 et 0.0.1
Car ils impliquent moins de reflexions et donc semblent être plus puissants..?
Oui, c'est ça.

A chaque fois que l’onde se réfléchit sur une paroi, elle perd une partie de son énergie. Les modes axiaux ont besoin de deux réflexions pour accomplir un cycle, les modes tangentiels ont besoin d’au moins 3 réflexions (souvent 4) et les modes obliques demandent généralement 6 réflexions. Les modes axiaux sont donc les plus agressifs. On verra qu’on donne un coefficient à chaque type de mode pour quantifier son importance.
JPL
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Annonce

Message par Google » 22 Sep 2010 18:00

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 22 Sep 2010 18:19

j'aurai dit que ça dépend de la forme de la pièce, certains modes pouvant coïncider au même endroit
thebustre
 
Messages: 242
Inscription Forum: 13 Sep 2008 23:28
Localisation: Marseille
  • offline

Message » 22 Sep 2010 18:32

thebustre a écrit:j'aurai dit que ça dépend de la forme de la pièce, certains modes pouvant coïncider au même endroit

Surtout si ton salon c'est un cube.
Avatar de l’utilisateur
Nexus.6
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3653
Inscription Forum: 09 Oct 2006 19:45
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 23 Sep 2010 6:23

Nous avons vu comment déterminer les résonances dans le mode axial en commençant avec f1 = 344 / 2L, puis en ajoutant la valeur de f1 à chaque nouvelle harmonique. C’est un peu plus compliqué en ce qui concerne les modes tangentiels et obliques. La formule de Rayleigh est généralement utilisée :

............................................Image
c = célérité du son : 344m/s
X, Y, Z = longueur, largeur, hauteur des axes de la pièce.
a, b, c = nombre entier définissant l’ordre du mode sur son axe.

Bon, je vois que ça devient trop compliqué pour certains, alors je vais citer un exemple concret. Supposons une pièce qui mesure 7,5m x 5m x 2,5m.
Sur l’axe longitudinal on trouve un premier mode à 23Hz (1) puis un second à 46Hz (4) , un troisième à 69Hz (6), etc.
Sur l’axe transversal on trouve un premier mode à 34Hz (2).
A ceux-ci viennent s’intercaler des modes tangentiels à 41Hz (3) et 57Hz (5). Ils sont horizontaux puissent qu’ils utilisent seulement les axes X et Y. Le plafond n’est donc pas concerné.

Image

Ainsi on peut dresser une liste en indiquant le numéro d’ordre du mode par fréquence croissante, la fréquence et l’identification du mode. Ceci permet de voir d’un simple coup d’œil où vont se situer les problèmes.
Par exemple, un mode tangentiel 3,0,1 ou un mode oblique 4,3,1 révèlent immédiatement que le plafond est trop bas. En effet la première résonance verticale intervient au 3e ou 4e ordre harmonique longitudinal.

Toutes les combinaisons sont possibles et doivent figurer dans la liste de calcul.
La plage de calcul commence avec la première fondamentale dans le mode axial et se termine avec la fréquence de coupure de la pièce.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 23 Sep 2010 10:53

Bonjour du fond de la classe.

J'ai tout bien compris l'explication...
sauf les derniers mots :oops: :

"la fréquence de coupure de la pièce"

C'est quoi?

Merci
saveriancouty
 
Messages: 1730
Inscription Forum: 18 Sep 2005 22:05
  • offline

Message » 23 Sep 2010 12:18

ClementW
Pro-Divers.
Pro-Divers.
 
Messages: 638
Inscription Forum: 09 Mar 2007 10:23
Localisation: Ile de France
  • offline

On compte les modes jusqu’à quelle fréquence ?

Message » 23 Sep 2010 12:51

ClementW a écrit: "On en a parlé dans ce fil de discussion"
???
J'ai pas bien compris le lien entre les 2 sujets.
Concernant les limites du régime modal, voici ce que je peux dire:

Le comportement acoustique d’une pièce dépend pour une grande part du rapport entre la fréquence émise et les dimensions de la pièce. Cependant, aucune méthode d’analyse ne permet de couvrir seule, l’ensemble du spectre audible. Alors nous l’avons divisé en quatre bandes distinctes (pour les pièces rectangulaires).

La méthode d’analyse des réflexions dépend de la bande dans laquelle elles se trouvent. Les fréquences qui délimitent les bandes sont fonction des dimensions de la pièce. Je n’en citerai que deux pour l’instant.

La première bande est celle dont les longueurs d’ondes sont inférieures à la première fréquence de résonance. Il peut y avoir du son mais aucune résonance n’apparaîtra dans cette bande de fréquence. Le son sera tout de même différent du plein air car des réflexions existent, même si elles n’entraînent pas de résonance.

La deuxième bande englobe les fréquences dont les longueurs d’onde sont voisines des dimensions de la pièce. Sa limite basse est celle de la première résonance et sa limite haute correspond à la fréquence de coupure de la pièce ou fréquence de Schroeder.

Kekseksa encore ?
A partir d'une certaine fréquence il est inutile d'identifier les modes car notre cerveau ne sait plus reconnaître les réflexions quand elles sont trop rapprochées. Or, leur densité croit avec le carré de la fréquence. Il est donc plus facile de trouver une densité élevée dans les hautes fréquences que vers le bas du spectre.
Il reste à déterminer cette fameuse fréquence de coupure. Elle dépend du volume de la pièce (plus la pièce est grande, plus les modes sont rapprochés) et de la réverbération.

Si on appelle V le volume de la pièce en mètres cubes et RT le temps de réverbération en secondes, on peut calculer la fréquence de coupure à partir de la formule :
Fc=1900 x racine (RT/V)

Exemple : Pour une pièce qui mesure 5,5 x 3,5 x 2,5 m, le premier mode axial sera à
344 / 2x5,5 = 31,2Hz. On ne rencontrera pas de résonance en dessous de cette fréquence.
La pièce possède un volume de 48 m3 et le temps de réverbération souhaité est de 0,5s. La fréquence de coupure de la pièce sera donc :
fc = 1900 x racine (0,5 / 48) = 193Hz.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 23 Sep 2010 13:16

Bonjour,

Ainsi on peut dresser une liste en indiquant le numéro d’ordre du mode par fréquence croissante, la fréquence et l’identification du mode. Ceci permet de voir d’un simple coup d’œil où vont se situer les problèmes.
Par exemple, un mode tangentiel 3,0,1 ou un mode oblique 4,3,1 révèlent immédiatement que le plafond est trop bas. En effet la première résonance verticale intervient au 3e ou 4e ordre harmonique longitudinal.


Quel que soit les dimensions d'une pièce, il y aura toujours une/des fréquence(s) de résonnances. Il est clair que certaines proches (+/- 3-5 Hz) "s'aditionneront" à l'oreille (amplification du phénomène). Souvent un indice/ordre est associé à ces fréquences (dans une colonne supplémentaire), afin d'identifier les plus génantes (prioritaire pour la correction). Savez-vous comment il est défini/calculé, afin de compléter ma feuille excel.

J'adore les maths appliqués.
MarYves
 
Messages: 11
Inscription Forum: 16 Aoû 2010 19:58
  • offline

Message » 23 Sep 2010 13:27

Fc=1900 x racine (RT/V)...

Il faut donc d'abord définir le temps de réverbération souhaité pour l'application? Cela donnera la limite du traitement des modes de la pièces..?
Avatar de l’utilisateur
Nexus.6
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3653
Inscription Forum: 09 Oct 2006 19:45
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 23 Sep 2010 14:07

MarYves a écrit:
Quel que soit les dimensions d'une pièce, il y aura toujours une/des fréquence(s) de résonnances. Il est clair que certaines proches (+/- 3-5 Hz) "s'aditionneront" à l'oreille (amplification du phénomène). Souvent un indice/ordre est associé à ces fréquences (dans une colonne supplémentaire), afin d'identifier les plus génantes (prioritaire pour la correction). Savez-vous comment il est défini/calculé, afin de compléter ma feuille excel.

On va y venir.

Nexus.6 a écrit:
Il faut donc d'abord définir le temps de réverbération souhaité pour l'application? Cela donnera la limite du traitement des modes de la pièces..?

Oui. C'est logique car la réverbération est associée à l'absorption des surfaces. Donc, les modes de rang supérieur (fréquences médium) seront plus puissants dans une salle réverbérante que dans une salle plus matte.
Cette notion a ses limites. Par exemple, on peut très bien rencontrer une pièce hyper absorbante dans les aiguës (avec de la moquette, des rideaux, des panneaux minces en mousse ou en laine), puis rien pour absorber les fréquences médium vers 300-400Hz et passer à coté de réflexions modales gênantes.
Dernière édition par Jean-Pierre Lafont le 23 Sep 2010 14:10, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 23 Sep 2010 14:08

Jean-Pierre Lafont a écrit:Ainsi on peut dresser une liste en indiquant le numéro d’ordre du mode par fréquence croissante, la fréquence et l’identification du mode. Ceci permet de voir d’un simple coup d’œil où vont se situer les problèmes.
Par exemple, un mode tangentiel 3,0,1 ou un mode oblique 4,3,1 révèlent immédiatement que le plafond est trop bas. En effet la première résonance verticale intervient au 3e ou 4e ordre harmonique longitudinal.

En quoi peut on déduire que le plafond est trop bas?

001 c'est mieux que 301 pour une première résonance?

pourtant on a vu que 301 sera moins intense du fait des reflections multiples..?

je ne saisis pas bien la cause dans "En effet la première résonance verticale intervient au 3e ou 4e ordre harmonique longitudinal".

Un petit éclairement me serait utile (j'applique en direct sur les dimensions de ma future salle... 8) )
Avatar de l’utilisateur
Nexus.6
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3653
Inscription Forum: 09 Oct 2006 19:45
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 23 Sep 2010 14:20

En quoi peut on déduire que le plafond est trop bas?
001 c'est mieux que 301 pour une première résonance?
pourtant on a vu que 301 sera moins intense du fait des reflections multiples..?
je ne saisis pas bien la cause dans "En effet la première résonance verticale intervient au 3e ou 4e ordre harmonique longitudinal".

Un mode 3.0.1 nous renseigne sur les points suivants:
- Les réflexions empruntent l'axe longitudinal (1er chiffre) et l'axe vertical (3e chiffre).
- Comme il contient 2 axes, c'est un mode tangentiel (sur un plan vertical dans la cas présent). Dans le cas d'une pièce rectangulaire le son se réfléchit sur 4 parois.
- Le chiffre 3 dit qu'il s'agit de la 3eme harmonique dans le sens longitudinal tandis que le chiffre 1 correspond à la fondamentale (ou 1ere harmonique) dans le sens vertical.
La juxtaposition d'une fondamentale et d'une harmonique de rang élevé montre que la pièce est plus longue que haute.
Un mode 36.0.1 correspondrait à un tuyau étroit.
Et ça, c'est pas bon, nous le verrons. (A moins qu'on veuille se construire un orgue).
JPL
Dernière édition par Jean-Pierre Lafont le 24 Sep 2010 6:17, édité 2 fois.
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 23 Sep 2010 14:21

Dans la littérature la fréquence de coupure de la salle est plutôt donnée par Fc=2000√(Tr/V) au lieu de Fc=1900√(Tr/V) comme vous l’indiquez. Certes, cet écart sur la valeur du coefficient en amont de la racine indique bien que la fréquence de coupure de salle est à prendre comme un ordre de grandeur et non comme une valeur absolue.
Néanmoins, je souhaiterai connaître l’origine de cette différence  :-?
:) 8)
Bachi
Bachibousouk
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 1837
Inscription Forum: 06 Juin 2009 13:25
Localisation: Besançon
  • offline

Message » 23 Sep 2010 14:25

Néanmoins, je souhaiterai connaître l’origine de cette différence

La formule originale de Schroeder était: fc = (c. 4/√(pi . A))- (S/16V)
c=344m/s
A= S x moyenne des coefficients d'absorption (à quelle fréquence puisqu'on ne la connait pas encore?).

devenue fc= 2000 x √(RT/V) plus pratique. (Encore faut-il savoir comment on détermine RT). Mais on peut le choisir.

Le coefficient initial de 2000 a été remplacé par 1900 il y a quelques années. J'ai le texte justificatif quelque part, mais il faut que je cherche dans mes archives.

On s'écarte de la formule initiale de +3,4% avec 2000 et de -1,75% avec 1900.
De toute façon, la coupure n'a rien de brutal, c'est plutôt une transition.
JPL
Avatar de l’utilisateur
Jean-Pierre Lafont
Pro - Contributeur HCFR
Pro - Contributeur HCFR
 
Messages: 2815
Inscription Forum: 27 Mar 2007 10:48
Localisation: Région Parisienne
  • offline

Message » 23 Sep 2010 19:08

Désolé messieurs mais la ,avec toutes ces formules et la meilleurs volonté ,je commence a séché :oops: :cry:
J'arrivé mieux a suivre dans l'autre topic :x
warrior
 
Messages: 4152
Inscription Forum: 20 Déc 2003 23:34
Localisation: ISERE
  • offline


Retourner vers Correction Acoustique Passive

 
  • Articles en relation
    Dernier message