Modérateurs: Staff Bla Bla, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: adpcol, brugam, FGO, johannes83, killi13011, Kolian, lyksyr, oyo, P.LM, pepelomas84, robob, TELLOUCK et 60 invités

Espace de discussion général et aussi sur le home-cinéma (avec respect de la netiquette, de la politesse et hors sujets sensibles). Les threads uniquement destiner à "faire du post" de type "Fil rouge" ne sont plus autorisés.

Comment sont choisis les noms des cyclones ??

Message » 22 Sep 2005 19:02

:o Non sérieux l'autre fois c'était Katrina, la c'est Rita, y'a une règle qui régit tout ça (comme les chiens :lol:) ou c'est au pif ?? :wink:
Avatar de l’utilisateur
esteban
Membre d'Honneur - Contributeur
Membre d'Honneur - Contributeur
 
Messages: 6142
Inscription Forum: 09 Nov 2002 18:29
Localisation: Strasbourg
  • offline

Annonce

Message par Google » 22 Sep 2005 19:02

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 22 Sep 2005 19:06

Depuis près de deux siècles, on donne un nom à chaque cyclones.

Dans les régions hispanophones, il correspondait au nom du saint du jour.

En 1896, un météorologiste leur donna des noms de politiciens. Suite à des plaintes, ce fut le nom de leur femmes et plus généralement des prénoms féminins qui furent employés.

Depuis 1979, l'Organisation Météorologique Mondiale pépare une liste annuelle de prénoms masculin et féminin, anglais, français et espagnol en alternance. Les prénoms sont réutilisés à intervalle de temps régulier sauf ceux donnés à des cyclones particulièrement dévastateurs.
Elwood_BE
 
Messages: 177
Inscription Forum: 26 Oct 2004 17:51
Localisation: Courcelles - Région de Charleroi - Belgique
  • offline

Message » 22 Sep 2005 19:08

Et plus complet

La petite HISTOIRE des PRENOMS...
De tous temps, en tous cas depuis près de 2 siècles, peut-être plus, on a ressenti le besoin de distinguer chaque cyclone tropical, sans confusion possible. Jusqu'au début du XXème siècle, les ouragans qui frappaient les îles espagnoles des Caraïbes étaient nommés selon le saint patron du jour. Ainsi, à Porto Rico par exemple, on perpétue les souvenirs malheureux de " Santa Ana " le 26 juillet 1825, de " San Felipe " le 13 septembre 1876, et puis à nouveau du terrible second " San Felipe " de 1928, celui-là même qui venait de dévaster la veille, le 12 septembre 1928, la Guadeloupe, y faisant au moins 1200 victimes, et où on s'en souvient comme étant le " Grand Cyclone " de 1928.

Il a été rapporté aussi qu'au début du siècle, un météorologiste australien de renommée, Clemente WRAGGE, nommait les cyclones de sa région du nom de certaines personnalités politiques qui n'avaient pas l'heur de lui plaire ; légende amusante ou exacte vérité, on ne sait vraiment. Mais c'est dans ces contrées que le terme de " willy-willy ", diminutif de William, fut parfois attribué à quelques phénomènes tourbillonnaires, en fait, plutôt à des tornades ou tourbillons terrestres ...

En tous cas, plus certainement, les véritables initiateurs de l'emploi de ces prénoms pour les phénomènes naturels, et notamment les cyclones, sont probablement les marins américains. Du début du siècle jusqu'à la seconde guerre mondiale, et de façon assez officielle, les services de l'armée avaient imaginé d'utiliser l'alphabet phonétique, celui employé dans les services de transmission notamment : A comme ABLE, B comme BAKER, C comme CHARLIE, etc ...

Mais de manière moins officielle, quoique très répandue, les " marines " ont rapidement pris l'habitude de personnaliser les dépressions ou tempêtes qu'ils rencontraient. Si elles faisaient peu de gros temps et que le vaisseau s'en sortait bien, l'équipage avec, on leur attribuait rapidement le prénom de la " girl friend " (petite amie) de l'un, de l'épouse de l'autre. Bref, un amalgame s'établissait entre l'être cher qui manquait, l'envie d'y penser tendrement, et la perturbation météorologique que l'on rencontrait sur sa route, pour peu que cette dernière se montrât finalement douce et compatissante. Si la mer était démontée, les hommes malades, certains angoissés, le premier prénom féminin peu sympathique permettait alors de les baptiser ...

Ainsi l'usage des prénoms, le plus souvent féminins car donnés par des sociétés exclusivement composés d'hommes, les marins, a commencé à se généraliser dans les milieux des transmissions militaires de certains pays, là où la fréquentation des mers tropicales faisait parfois subir le passage de phénomènes cycloniques. Le principe de base était simple : donner aux cyclones tropicaux des noms courts et familiers, faciles à mémoriser, afin de pouvoir communiquer plus facilement avec des millions de personnes menacées et d'éviter toute confusion provenant de la présence d'autres phénomènes, parfois d'autres cyclones, dans la zone. Et cette pratique fut bientôt couramment utilisée dans tout l'hémisphère occidental.

En 1949, on décida de l'officialiser dans la vaste zone atlantique et 1950 fut la première année où furent effectivement baptisés les cyclones de l'Atlantique et de la Caraïbe : la liste reprenait alors l'alphabet des transmissions en cours dans l'armée américaine. Naquirent cette année-là, ABLE, BAKER, CHARLIE, DOG, EASY, FOX, GEORGE, HOW, ITEM, JIG, KING et LOVE. Durant 3 années, la même liste fut reprise et on pensa vite à renouveler cette liste lassante. Les prénoms féminins furent donc utilisés, pour reprendre une habitude historique. En 1953, on baptisa ALICE le 25 mai, puis plus tard dans la saison BARBARA, CAROL, DOLLY, EDNA virent le jour. Si en 1954, on reprit cette liste, on imagina ensuite de changer de liste chaque année.

Cependant, à la fin des années 70, il y eut un changement plus radical. En effet, les cyclones qui sont toujours des phénomènes naturels dangereux, dévastateurs et redoutés, causant donc beaucoup de malheur, ont aussi des comportements que certains jugent " fantasques ", " capricieux ", avec une façon d'" errer sans but ", de " changer fréquemment d'avis ", expressions jugées particulièrement désobligeantes par les mouvements féministes de l'époque. Ceux-ci, aux Etats-Unis, les fameux et actifs Women's Lib', s'en émurent, protestèrent énergiquement et ont alors obtenu que la liste des noms des cyclones tropicaux comprennent aussi des prénoms masculins.

C'est en 1979 que les listes, telles qu'on les connaît actuellement, furent créées. Les prénoms étaient alors alternativement masculins et féminins, rangés par ordre alphabétique, le premier de la liste annuelle commençant toujours par A. Les années paires, le premier prénom est masculin (ALLEN, ALBERTO, ARTHUR, ...) ; les années impaires, il est féminin (ANA, ARLENE, ALICIA, ...). Dans notre zone, c'est le centre régional responsable techniquement, le N.H.C. de Miami (National Hurricane Center ou T.P.C. pour Tropical Prediction Center) qui propose ces listes aux membres du Comité des Ouragans de la région, comité qui regroupe en fait tous les directeurs des services météorologiques des pays de cette région. Six listes ont été établies et sont reprises cycliquement tous les 6 ans. La liste de 2000 est ainsi la même que celle de 1994 ; celle de 2001 reprend les prénoms de 1989 et 1995. Elle sera de nouveau utilisée en 2007.

Toutefois, lorsque, par sa violence, les victimes qu'il a entraînées, les dégâts provoqués, un cyclone a acquis un renom particulier et fâcheux, son nom est généralement retiré de la liste et remplacé par un autre du même genre et débutant par la même lettre. Ainsi, ALLEN et ALICIA ont-ils été vite remplacés par ANDREW et ALLISON. Il n'y aura plus de DAVID, après son parcours catastrophique de 1979, remplacé par DANNY en 1985, ni de GILBERT, remplacé par GORDON en 1994, de HUGO dont HUMBERTO a pris la place en 1995. Après l'année 1995, si violente et meurtrière avec LUIS, MARILYN, OPAL et ROXANNE, la liste de l'année 2001 utilisera d'autres prénoms comme LORENZO, MICHELLE, OLGA et REBEKAH. De même le prénom ANDREW qui a dévasté la Floride en 1992 fut abandonné et remplacé par ALEX dans la liste de 1998. De la liste 1998, GEORGES a été retiré, place prise par GASTON en 2004. De la liste de 1999, on a retiré FLOYD et LENNY, remplacés en 2005 par FRANKLIN et LEE.

Encore une dernière chose : les listes prévoient 21 prénoms de A à W, les lettres Q et U n'étant jamais employées par manque de prénoms et ... d'imagination. Pourtant, on utilise des prénoms d'origine américaine, française et espagnole, afin de " contenter " toutes les communautés de la région, mais les prénoms commençant par ces 2 lettres sont rares. On n'a pas encore dépassé la lettre T, c'était TANYA en 1995, année record de nombre de cyclones baptisés depuis 1950. Mais on a prévu, au cas où l'activité cyclonique l'exigerait, d'utiliser, une fois le prénom W attribué, les lettres grecques ALPHA, BETA, etc ...

On peut consulter les 6 listes de prénoms utilisés dans la zone de l'Atlantique (et des mers adjacentes) sur ce site

Cela, c'est la pratique de la vaste zone contrôlée par le centre de prévision cyclonique de Miami, celle que l'on connaît aux Antilles, mais il faut savoir que dans d'autres océans, les centres météos spécialisés utilisent parfois d'autres méthodes pour baptiser leurs cyclones.

Quelquefois, on ne revient pas à la lettre A en début d'année, surtout là où la saison cyclonique est " à cheval " sur 2 années civiles, comme dans l'hémisphère sud. On continue parfois la liste jusqu'à épuisement de toutes les lettres de l'alphabet, et on recommence ensuite ...

Dans certaines régions du globe, on utilise seulement l'année et le rang du cyclone, tel 9025, qui fit tant de dégâts en 1990 aux Philippines (et 500 victimes) qu'il fut baptisé MIKE. Parfois, on fait précéder cette symbolique en 4 chiffres par un prénom : exemple BOB 9101, 1er cyclone de l'année 1991 dans le Golfe du Bengale, qui fit plus de 120 000 morts au Bangladesh ! D'ailleurs, dans ces régions du nord de l'Océan Indien, on distingue les cyclones du Golfe du Bengale, prénom commençant par B, de ceux du Golfe d'Arabie, prénom commençant par A. Dans la partie sud de cet Océan Indien, là où nos amis du centre de La Réunion ont officiellement la responsabilité technique et décident de la liste, on a repris la procédure employée dans l'Atlantique ; mais là-bas, l'île voisine de Maurice tient encore à ses anciennes prérogatives, et ce n'est pas simple !
Elwood_BE
 
Messages: 177
Inscription Forum: 26 Oct 2004 17:51
Localisation: Courcelles - Région de Charleroi - Belgique
  • offline

Message » 22 Sep 2005 19:30

bonsoir.


merci pour la réponse car moi aussi je me posais la même question :wink:
Nono
 
Messages: 26364
Inscription Forum: 09 Avr 2004 19:56
Localisation: 2.8 en BEAUCE
  • online

Message » 22 Sep 2005 20:38

MErci pour ces réponses trés détaillées ;-)
Avatar de l’utilisateur
esteban
Membre d'Honneur - Contributeur
Membre d'Honneur - Contributeur
 
Messages: 6142
Inscription Forum: 09 Nov 2002 18:29
Localisation: Strasbourg
  • offline

Message » 22 Sep 2005 21:15

esteban a écrit::o Non sérieux l'autre fois c'était Katrina, la c'est Rita, y'a une règle qui régit tout ça (comme les chiens :lol:) ou c'est au pif ?? :wink:


Bonne question parce que là on avait l'impression d'avoir a faire à une bande de folles hystériques. :mdr:
karyboue
 
Messages: 5238
Inscription Forum: 02 Aoû 2001 2:00
  • offline

Message » 22 Sep 2005 21:26

karyboue a écrit:
esteban a écrit::o Non sérieux l'autre fois c'était Katrina, la c'est Rita, y'a une règle qui régit tout ça (comme les chiens :lol:) ou c'est au pif ?? :wink:


Bonne question parce que là on avait l'impression d'avoir a faire à une bande de folles hystériques. :mdr:


:mdr: :mdr:
Lylas
 
Messages: 1301
Inscription Forum: 10 Sep 2005 21:39
  • offline

Message » 22 Sep 2005 22:00

le pourquoi? le point commun entre une femme et un cyclone c est apres un divorce une fois que la femme est passé il te reste plus que les murs pour pleurer :mdr:
patatrack
 
Messages: 174
Inscription Forum: 31 Aoû 2005 22:34
Localisation: loin de mon grizzli
  • offline

Message » 22 Sep 2005 22:13

le pourquoi? le point commun entre une femme et katrina/rita c'est qu'elle arrive toute chaude et humide, et qu'elle repart avec ta bagnole et ta barraque...


(je suis déjà parti)
abricot
 
Messages: 695
Inscription Forum: 18 Jan 2004 4:43
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 22 Sep 2005 22:17

Plus sérieusement, les noms à venir pour le bassin Atlantique:

2005

Arlene
Bret
Cindy
Dennis
Emily
Franklin
Gert
Harvey
Irene
Jose
Katrina
Lee
Maria
Nate
Ophelia
Philippe
Rita
Stan
Tammy
Vince
Wilma

2006

Alberto
Beryl
Chris
Debby
Ernesto
Florence
Gordon
Helene
Isaac
Joyce
Kirk
Leslie
Michael
Nadine
Oscar
Patty
Rafael
Sandy
Tony
Valerie
William

et caetera

(source: http://www.nhc.noaa.gov/aboutnames.shtml)
abricot
 
Messages: 695
Inscription Forum: 18 Jan 2004 4:43
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 22 Sep 2005 22:34

Image

Pour allonger leur liste de noms de cyclones, ils devraient venir faire un petit tour sur HCFR, il y a ici une belle brochette de pseudos qui méritent de se retrouver en tête de liste :roll:
Positronic
 
Messages: 3927
Inscription Forum: 01 Déc 2000 2:00
Localisation: Liège
  • offline

Message » 23 Sep 2005 9:47

n'importe quoi vos infos: en fait, ce sont les prénoms de mes ex :mdr:

La configuration dans mon profil


Attention, il se peut que ce post comporte des private joke navrantes, des poils de troll, voire des morceaux de boulets. Employé de l'année 2015. Aussi connu comme Admin dada. M'embêtez pas.
Avatar de l’utilisateur
Betekaa
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
 
Messages: 52151
Inscription Forum: 15 Jan 2002 2:00
Localisation: omnichiant
  • offline

Message » 23 Sep 2005 10:23

y compris enersto et oscar ?
abricot
 
Messages: 695
Inscription Forum: 18 Jan 2004 4:43
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 23 Sep 2005 10:36

et pourquoi pas comme nom, kyoto 1, kyoto 2 , etc... :mdr:
406
 
Messages: 676
Inscription Forum: 31 Mai 2005 9:45
Localisation: un pommé dans le neuf trois

Message » 23 Sep 2005 10:46

Tiens, ils ont pas prévu Btk comme nom de cyclone ... :roll:
Dommage 8)
Salvor Hardin
 
Messages: 23719
Inscription Forum: 27 Oct 2004 11:21
Localisation: A droite en sortant du frigo...
  • offline


Retourner vers Bla bla et Home-Cinema