Modérateurs: Staff Bla Bla, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: alain_38, Robert64 et 19 invités

Espace de discussion général et aussi sur le home-cinéma (avec respect de la netiquette, de la politesse et hors sujets sensibles). Les threads uniquement destiner à "faire du post" de type "Fil rouge" ne sont plus autorisés.

Gauche... Droite... quelles sont aujourd'hui les différences

Message » 23 Fév 2007 11:29

Nick Cave a écrit:
poilau a écrit:La crise quand faut s'y prendre 2 mois à l'avance pour avoir un rdv dans certaines spécialités? :o. Eh ben vous devez pas savoir ce que c'est que la crise ... :-?


Bah c'est ce que mon ami, Jacques, m'a dit y'a quelques temps. Il était medecin à Nice dans les années 80, il connaît bien le problème. En partant il m'avait dit qu'on perrat les dégats et ça s'est vérifié.

Je te le dis c'est la crise.



Son père Jean a aussi été médecin à Nice.
Son grand père aussi d'ailleurs (Jacques).

Ils ont été médecins de père en fils.

ed
Eldudo
 
Messages: 7565
Inscription: 23 Jan 2003 15:10
Localisation: Paris dans les Alpes Maritimes
  • offline

Annonce

Message par Google » 23 Fév 2007 11:29

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 23 Fév 2007 13:32

Betekaa a écrit:automédication responsable de 8,9% des hospitalisations: d'un coté on économise sur les consults, de l'autre... :lol:


Ben justement y a des mecs la bas dans le coin à droite qui voudraient favoriser le dévellopement de l'auto médication....... 8) .............. :roll: .......c'est pas des potes à toi par hasard? :mdr:
Murphy'S
 
Messages: 1677
Inscription: 17 Jan 2002 2:00
  • offline

Message » 23 Fév 2007 14:21

Betekaa a écrit:automédication responsable de 8,9% des hospitalisations: d'un coté on économise sur les consults, de l'autre... :lol:


tu en pense quoi de ça

http://www.web.ordre.medecin.fr/rapport/automedication.pdf
langmc
 
Messages: 662
Inscription: 01 Mai 2003 17:12
Localisation: Tremblay 93
  • offline

Message » 23 Fév 2007 15:04

de mémoire ce rapport a été en partie réactualisé

ça correspond à ce que les médecins disent, mais ça manque de bases scientifiques sur la connaissence réelle de l'automédication (les patients d'en ventent pas auprès de leur médecin... si tu rajoutes que selon certaines enquètes les prescriptions ne sont pas suivies correctement à 40%... on est dans le bricolage le plus total

pour les incidences éco la sécu est contente :lol:
et ... les hopitaux moins

pour ce qui est de la qualité des soins, ben comment dire, ceux qui l'utilise n'ont qu'à assumer

(remarque, les plus mals soignés sont souvent les médecins eux-mêmes , soiit parce qu'ils s'estiment intouchables, soit parce qu'ils ne s'arrêtent pas pour bosser (libéral) soit parce quils deviennent hypocondriaques qand ils ont un trucs grave :lol: )

La configuration dans mon profil


Attention, il se peut que ce post comporte des private joke navrantes, des poils de troll, voire des morceaux de boulets. Employé de l'année 2015. Aussi connu comme Admin dada. M'embêtez pas.
Avatar de l’utilisateur
Betekaa
Membre d'Honneur - Administrateur Forum Bla Bla
Membre d'Honneur - Administrateur Forum Bla Bla
 
Messages: 52151
Inscription: 15 Jan 2002 2:00
Localisation: omnichiant
  • offline

Message » 23 Fév 2007 20:13

Betekaa a écrit:automédication responsable de 8,9% des hospitalisations: d'un coté on économise sur les consults, de l'autre... :lol:


Faut savoir, y a pas assez de médecins, ils sont pas assez payés ... donc les consultations "banales" sont expédiées à 100 à l'heure, voir même les patients renoncent tout simplement à consulter vu les condtions. L'automédication ne ferait qu'officialiser ce problème, et aussi déchargerait les médecins pour les consultations réellement importantes.
poilau
 
Messages: 3961
Inscription: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • offline

Message » 23 Fév 2007 21:30

Il suffit d'une petite formation complémentaire pour que les infirmièrs puissent gèrer le médical courant, cela valoriserait tout le monde et avec des gardes-fou facilitant les avis en cas de doute ou si ça traîne il n'y aurait pas de problème.
Si les medecins generalistes veulent un CS il serait bien d'en passer par là.
AMA aucun risque pour les patients. Et les medecins pourraient gérer les patients importants en passant plus de temps.
double6
 
Messages: 581
Inscription: 14 Juin 2002 13:57
Localisation: Montpellier
  • offline

Message » 24 Fév 2007 13:04

poilau a écrit:Faut savoir, y a pas assez de médecins, ils sont pas assez payés ...


C'est les deux drames de la médecine actuelle, on ne s'imagine pas à quel point ces deux choses sont liées. Désolé pour les gauchistes du forum mais c'est une illustration parfaite de ce qu'un système social peut donner à terme:

- numerus closus de première année et places d'internats définis par arrêté, sans aucun rapport avec les besoin réels du "marché" mais par politique politicienne.

- priorité au traitement "social" de la maladie, libre accès de n'importe quel malade à n'importe quel médecin, dans n'importe quelle condition (on peut vous attaquer de ne pas vous être déplacé pour à peu près tout et n'importe quoi, même si ce que fait le medecin n'a aucun rapport avec le problème en question).

- ce qui entraîne bien sûr beaucoup de consultations, donc peu payées (car nombreuses, peu utiles, et pas de participation pécunière du patient)

- donc des medecins devant faire des journées à rallonge pour avoir un revenu correct (qui passera en Urssaf et Carmf mais c'est un autre problème) donc qui n'ont plus le temps et l'energie de se former correctement ou de faire de la prévention (le plus utile à mon sens).

- de plus à force de voir des examens normaux on en oublie le vrai pathologique et on abaisse son seuil de vigilance.

Aux USA par exemple le nombres de consultation par jour est plus réduit (pour un "salaaire" à quelques zero de plus), les gens se forment, les patients sont en général mieux pris en charge.
Beaucoup de medecins peuvent se permettre alors de travailler quasi non rémunérés dans des centres pour défavorisés. La médecine américaine est devenue notre référence en medecine ces 30 dernières années et ce n'est pas pour rien.

En France on veut (re)créer un parcours médical cohérent mais on a toujours pas compris qu'il ne pourra pas se réaliser sans deux conditions préalables: un paiement digne de ce nom (et qui profitera directement au patient par une consultation qui sera sereine) et des médecins en quantité suffisante et surtout en qualité adaptée aux réels besoins.
On va continuer à privilégier une medecine sociale à une medecine performante, tout simplement parceque les gens ne veulent pas payer et que les politiciens ont besoin d'une medecine surtout sociale, nous serons tiers-mondisés dans 20 ans.

Les medecins qui ont beaucoup appris au cours de leurs études et de leurs expériences continueront à voir une majorité de "tout venant" pour la plupart, sans aucune rentabilité pour le système, avec peu de transfert de tâche et toujours beaucoup de paperasse.
double6
 
Messages: 581
Inscription: 14 Juin 2002 13:57
Localisation: Montpellier
  • offline

Message » 24 Fév 2007 13:51

Betekaa a écrit:de mémoire ce rapport a été en partie réactualisé

ça correspond à ce que les médecins disent, mais ça manque de bases scientifiques sur la connaissence réelle de l'automédication (les patients d'en ventent pas auprès de leur médecin... si tu rajoutes que selon certaines enquètes les prescriptions ne sont pas suivies correctement à 40%... on est dans le bricolage le plus total

pour les incidences éco la sécu est contente :lol:
et ... les hopitaux moins

pour ce qui est de la qualité des soins, ben comment dire, ceux qui l'utilise n'ont qu'à assumer

(remarque, les plus mals soignés sont souvent les médecins eux-mêmes , soiit parce qu'ils s'estiment intouchables, soit parce qu'ils ne s'arrêtent pas pour bosser (libéral) soit parce quils deviennent hypocondriaques qand ils ont un trucs grave :lol: )



Ce n'est pas vraiment dans ce sens que je te demendais ton avis, lorsque j'ai entendu l'info à la radio et lu un article dans le Canard... il parle surtout d'une économie de 2,5 M€ pour la sécu mais pas des risques de l'automédication.

Y a pas un peu du foutage de gueule, là !
langmc
 
Messages: 662
Inscription: 01 Mai 2003 17:12
Localisation: Tremblay 93
  • offline

Message » 25 Fév 2007 13:03

langmc a écrit:Ce n'est pas vraiment dans ce sens que je te demendais ton avis, lorsque j'ai entendu l'info à la radio et lu un article dans le Canard... il parle surtout d'une économie de 2,5 M€ pour la sécu mais pas des risques de l'automédication.

Y a pas un peu du foutage de gueule, là !


Les arguments contre l'automédication seraient valables si notre système était parfait. Or ce n'est pas le cas car la pénurie de médecins volontairement organisée par les gouvrnements successifs depuis une bonne quinzaine d'années pose de sérieux problèmes : délais d'attente incroyablement longs dans certaines spécialités, et donc soit des pathologies qui s'aggravent, soit carrément des patients qui renoncent à se faire soigner, consultations expédiées pour tenir la cadence (et donc forcément parfois des erreurs) ... En outre quand on voit ce qu'est devenu la médecine de ville, on peut se demander s'il est logique que le seul boulot d'un médecin soit de prescrire des arrêts maladie et les traitements les plus banals, et comment il fait pour ne pas perdre son niveau à force.

L'automédication aura peut-être un coût dû aux risques, mais s'il permet d'un autre côté de réduire les problèmes actuels, ça ne serait pas plus mal.
poilau
 
Messages: 3961
Inscription: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • offline

les dangers de la sémantique

Message » 25 Fév 2007 15:33

a la lecture des derniers posts je constate quelque chose d'étonnant... et d'effrayant...
La vision de la médecine pourrait, pour certains, se résumer à une histoire "économique". (cf : les références toutes les lignes quasiment, à "l'argent" - "le salaire"...)

pourquoi pas. Mais à condition que, pour contrebalancer un tout petit peu, il soit fait mention de la "matière humaine", de la souffrance que le médecin est sensé, par vocation, soulager.

mais non. Je découvre que la vocation "sociale" de la médecine n'est évoquée par certains que pour être "dénoncée". L'accès des soins pour chacun, voire les plus pauvres ?
une ineptie... un gros illogisme... qui contribue à plomber les revenus du docteur...

Hyppocrate doit se retourner dans sa tombe.

pendant un court instant, j'ai cru que gauche et droite commençait à se ressembler. Dans le fond, non. les "gauchistes" me comprendront...
peg-harty
 
Messages: 732
Inscription: 01 Mar 2004 17:27
  • offline

Message » 25 Fév 2007 21:14

Pour ma part je suis absolument contre ce principe de santé gratuite. Non pas qu'il faille laisser mourir les gens qui n'ont pas de quoi se soigner (ce qui n'était déjà pas le cas avant la CMU et tout le reste), mais dans la pratique on ne peut que constater que la gratuité engendre forcément des comportements irresponsables. Et puis pourquoi faudrait-il absolument que la santé, la chose la plus précieuse s'il en est, soit totalement gratuite? Pourquoi les gens n'acceptent plus de devoir avancer 5€ pour des médocs dans une pharmacie alors qu'ils se surendettent jusqu'à la moelle pour des achats autrement plus futils? :-?
poilau
 
Messages: 3961
Inscription: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • offline

Message » 25 Fév 2007 23:02

peg-harty a écrit:a la lecture des derniers posts je constate quelque chose d'étonnant... et d'effrayant...
... il soit fait mention de la "matière humaine", de la souffrance que le médecin est sensé, par vocation, soulager.

pendant un court instant, j'ai cru que gauche et droite commençait à se ressembler. Dans le fond, non. les "gauchistes" me comprendront...



Il y a longtemps que d'autres que medecins prennent en charge la souffrance, la medecine est avant tout là pour guerir ou du moins orienter vers ce qui a le plus de chance de le faire ou de prolonger la vie en l'état actuel des connaissances.
Ceci non au niveau individuel mais collectif.
Après derrière tout le rationalisme médical il faut un peu de compassion (pas trop si on veut tenir la distance) et du respect (en fait de l'empathie) pour la souffrance des autres.
En tant que medecin je ne suis pas là pour faire du social ni du soukagement psychologique, d'autres sont plus qualifiés que moi pour cela, je suis là pour essayer de donner le maximum de chance à un patient.
C'est une nuance mais qui a d'énormes conséquences, et qui explique pourquoi ta vision des choses est erronée.
double6
 
Messages: 581
Inscription: 14 Juin 2002 13:57
Localisation: Montpellier
  • offline

Message » 25 Fév 2007 23:17

peg-harty a écrit:La vision de la médecine pourrait, pour certains, se résumer à une histoire "économique". (cf : les références toutes les lignes quasiment, à "l'argent" - "le salaire"...)
...
mais non. Je découvre que la vocation "sociale" de la médecine n'est évoquée par certains que pour être "dénoncée". L'accès des soins pour chacun, voire les plus pauvres ?
une ineptie... un gros illogisme... qui contribue à plomber les revenus du docteur...


Ce qui est vraiment effrayant c'est la défiance permanente dans notre pays dès que l'on parle de revenu, de paiement ...
Oui on peut vouloir être rémuneré même pour soigner, non l'altruisme n'est pas un mode de fonctionnement économiquement viable.
Il est plus rentable pour les patients de traiter correctement ses medecins que d'attendre que la vocation en elle-même crée des émules en nombre et force suffisante pour s'adapter au meilleur des monde socialiste.
Je ne sais plus qui disait (Voltaire il me semble) à quelqu'un lui faisant remarque de ses largesses financières envers les personnes qui s'occupaient de lui: s'il faut payer quelqu'un c'est bien son medecin. Qu'il n'ait ni soif ni faim ni soucis d'argent afin que son esprit par mes seuls problèmes soit accaparé.

Médite là dessus.
double6
 
Messages: 581
Inscription: 14 Juin 2002 13:57
Localisation: Montpellier
  • offline

la méditation

Message » 26 Fév 2007 3:14

je vais suivre vos conseils et méditer.
Sur ce point nous sommes d'accord. Prendre par moment un peu de distance et méditer sur le sens de la vie, de sa vie, est indispensable.
Un forum tel que celui de HCFR n'est rien d'autre que la continuation moderne d'un concept né en Grèce il y a très longtemps. Un lieu où des idées parfois contradictoires émergent et servent, paradoxalement, aux uns et aux autres.
Je ne voulais froisser personne en particulier et vos réactions - tout aussi épidermiques que la mienne - prouvent que l'on peut se cacher aussi bien derrière des discours pragmatiques que derrière des discours philosophiques.
l'économiste explique le monde par l'économie, le philosophe par la philosophie. Et les deux ont tort et raison.
Lorsque l'on privilégie systématiquement l'intérêt du collectif au détriment de l'intérêt de l'individu, on s'égare, comme lorsque l'on se concentre uniquement sur l'individu... cqfd
Ni la société libérale, ni la société socialiste n'ont malheureusement jamais réussi à concilier harmonieusement les deux. (individu et collectif)

Depuis Aristote la reflexion humaine n'a pas fait un énorme bond en avant. On a peaufiné par ci, par là mais rien d'extraordinaire. Idem pour les discours politiques...
La monnaie, l'argent fût inventé comme un moyen bien pratique (et pragmatique) d'échange entre les humains. Par une étrange malédiction nous avons très vite réussi à le créditer d'un pouvoir qu'il n'a jamais eu : celui de nous rendre heureux.
Je sais qu'il se trouvera parmi les lecteurs des personnes très équilibrées qui sont prêtes à démontrer le contraire.

Vu que nous sommes en pleine méditation, je propose de comparer la valeur de l'argent pour accéder au bonheur et la valeur de la santé, par exemple.

Connaissez-vous des personnes riches, malades et heureuses ?

C'est avec cet état d'esprit que j'observe le médecin : comme une personne qui, par ses études, ses facultés intellectuelles et techniques, réussit parfois à "ramener" du bonheur vrai chez ses patients. En les guérissant parfois. En leur prodigant des soins et de l'attention, toujours.
Ces médecins sont riches. Très riches et pas uniquement financièrement. Ils méritent notre estime, notre respect et notre reconnaissance.
C'est la raison pour laquelle, sauf erreur, notre société les protège. Je ne connais pas de médecin SDF. J'en connais même qui sont propriétaires de forts belles villas et qui cotoient la bonne société. Certains ont même une voiture et une résidence secondaire. Chez un autre, il m'est même arrivé de boire de l'excellent champagne.

ceci ne doit pas occulter le fait qu'il existe de par le monde des êtres qui ont besoin de notre attention et qui, malheureusement ne disposent même pas d'un accès internet pour - à l'occasion de certains de nos discours - hurler à l'indécence.

La gauche a le tort de vouloir les "assister", la droite le tort de les accuser d'être pauvre.

et hop, on tombe dans l'idéologie militante.
peg-harty
 
Messages: 732
Inscription: 01 Mar 2004 17:27
  • offline

raffraichissons certaines mémoires

Message » 26 Fév 2007 3:48

serment dit de "Montpellier"
En présence des Maîtres de cette Ecole, de mes chers condisciples et devant l'effigie d'Hippocrate, je promets et je jure d'être fidèle aux lois de l'Honneur et de la Probité dans l'Exercice de la Médecine.

Je donnerai mes soins gratuits à l'indigent et je n'exigerai jamais un salaire au-dessus de mon travail.

Admis dans l'intérieur des maisons, mes yeux ne verront pas ce qui s'y passe ; ma langue taira les secrets qui me seront confiés, et mon état ne servira pas à corrompre les moeurs ni à favoriser le crime.

Respectueux et reconnaissant envers mes Maîtres, je rendrai à leurs enfants l'instruction que j'ai reçue de leurs pères.

Que les hommes m'accordent leur estime si je suis fidèle à ses promesses ! Que je sois couvert d'opprobre et méprisé de mes confrères si j'y manque !
peg-harty
 
Messages: 732
Inscription: 01 Mar 2004 17:27
  • offline


Retourner vers Bla bla et Home-Cinema