Modérateurs: Staff Bla Bla, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 36 invités

Espace de discussion général et aussi sur le home-cinéma (avec respect de la netiquette, de la politesse et hors sujets sensibles). Les threads uniquement destiner à "faire du post" de type "Fil rouge" ne sont plus autorisés.

"philosophie de bazar"

Message » 13 Juin 2013 3:36

finalement c'est un peu "Au théatre ce soir"
on est dans Feydeau do : des portes qui claquent.
Papinova disparait coté jardin alors que peg-harty apparaissent coté cour.
doucement le gain sur le micro : la mezzo braille tellement qu'on va droit au larsen...
j’espère qu'il n'y a pas de marrons à l'entracte ?
baldabiou
 
Messages: 1755
Inscription Forum: 15 Mai 2011 4:38
Localisation: choucroute / noix / cassoulet / pin o bè
  • offline

Message » 13 Juin 2013 3:55

Chapitre deux : La Vanité et les Interrogations.

Mesdames, messieurs. Je tenais tout d'abord à vous féliciter d'être présent ici, avec nous, en communion, prêt à participer dans la mesure des blancs disponibles à ce grand débat sur le questionnement. Qu'est ce que la philosophie ? de Philo, amour et de Sophie, prénom. L'amour du prénom ! Ce prénom qui nous caractérise tous, cette incursion dans l'intime.
Qui parmi nous ne se prénomme-t-il pas ? personne. Cette universalité est à la fois personnelle, LE je me prénomme, et collective, Tu, comprendre tous, en globalité, te prénomme. La philosophie est aussi personnelle que collective. Pas d'un sans l'autre et réciproquement.

Qui s’intéresse à la philosophie sera très rapidement face à une perplexité. Un gouffre. Un abîme. C'est normal. Avant sa réponse, l'interrogation est forcément devant un champ immense qui représente en quelque sorte l'immensité de tous les possibles. Lorsque je dis "Sa" réponse j'induis la notion de choix. Il convient de différencier LA réponse, de SA réponse.

Si nous revenons au fondement de la philosophie, l'amour du prénom, il faut convenir que l'enveloppe est LA réponse, donc LE prénom, mais qu'on ne peut pas - sauf à s'éloigner du sujet - considérer que Jacques, Pierre, John ou Achraf voire Gudrun apporte une quelconque meilleure précision à la question primordiale. Même Sophie, et c'est un grand mystère, ne peut se prévaloir d'une quelconque prédominance théorique dans cette recherche sur le prénom idéal. Il y a prénom, il n'y a pas prénom idéal.
peg-harty
 
Messages: 740
Inscription Forum: 01 Mar 2004 17:27
  • offline

Message » 13 Juin 2013 4:19

Chapitre trois : Utopie ou Pragmatisme.

On a l'habitude de confronter ces deux points de vue. Certains, pas très philosophes, nous demandent aujourd'hui de nous positionner pour appliquer à la lettre une politique qui répondrait à l'un ou l'autre de ces concepts. Selon ces faux sages, l'un annihilerait forcément l'autre. Il y aurait les rêveurs aériens contre les laboureurs de la terre.

Comme si le rêveur n'avait pas faim, comme si le laboureur se contentait de manger.

Les amoureux du prénom, les philosophes, préfèrent se référer à la Nature. Inspiration, expiration, pied gauche, pied droit, branchage et réseau racinaire. Le fruit est aérien mais le jardinier arrose le sol.

Au bruit des bottes répond le clapotage des tongs. Selon les circonstances la botte se révélera pratique... ou non. A l'aise en terrain boueux on ne peut que signaler son inadéquation sur terrain ensoleillé (attention à la transpiration, aux mycoses). D'où l'intérêt de disposer d'informations fiables sur la météorologie. Il y a chez le philosophe une logique qui lui fait multiplier ses sources d'informations.
Le bulletin radiophonique et télévisé, certes, mais aussi son regard par sa fenêtre personnelle et l'observation du ciel.
La philosophie est une expérience qui permet de comprendre pourquoi les vendeurs de parapluie se réjouissent quand il pleut. Qu'ils exultent lorsque, malgré une météo très agréable, le client potentiel "croit" qu'il pleut ou qu'il va pleuvoir.

Le risque de la pluie est une théorie très en vogue depuis de nombreuses années. Pour jouer au tennis, il faudra des bottes, nous dit-on.

Nous en arrivons au rapport entre le soleil et la pluie. (le soleil serait bien, la pluie, pas terrible, associée à temps pourri qui gâche les vacances). Le philosophe ne joue pas au tennis quand il pleut, préférant le tarot entre amis sous la véranda protectrice. Il n'a pas "peur" de la pluie car il connait son action bénéfique sur le melon que l'on a coutume de qualifier de gorgé de soleil alors que, de toute évidence, il y a surtout de l'eau.
peg-harty
 
Messages: 740
Inscription Forum: 01 Mar 2004 17:27
  • offline


Retourner vers Bla bla et Home-Cinema