Modérateurs: Staff Bla Bla, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 38 invités

Espace de discussion général et aussi sur le home-cinéma (avec respect de la netiquette, de la politesse et hors sujets sensibles). Les threads uniquement destiner à "faire du post" de type "Fil rouge" ne sont plus autorisés.

Voyage dans le temps, mythe ou future réalité ?

Message » 24 Oct 2019 16:38

griosu a écrit:
wopr a écrit:
L'Effet papillon, l'Armée des 12 singes, Looper, Edge of tomorrow :love:

Il y a un film à très petit budget Primer sorti en 2004 qui est pas mal dans le genre machine à voyager dans le temps et conséquences .



Edge of tomorrow .. j'attends le 2 avec impatience :D
Ralala...

La configuration dans mon profil


I am Analogeek, and I approve this message.
Avatar de l’utilisateur
Analogeek
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 1182
Inscription Forum: 25 Oct 2007 12:09
Localisation: France d'en bas
  • offline

Annonce

Message par Google » 24 Oct 2019 16:38

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 24 Oct 2019 16:39

Un autre film culte: Nimitz, retour vers l'enfer avec Kirk Douglas .. je me le refais 1x/an
griosu
 
Messages: 985
Inscription Forum: 17 Oct 2007 1:04
Localisation: Belgikistan du centre
  • offline

Message » 24 Oct 2019 16:59

griosu a écrit:Un autre film culte: Nimitz, retour vers l'enfer avec Kirk Douglas .. je me le refais 1x/an


J'aimais assez étant plus jeune .

Il y a eu aussi Philadelphia Experiment au début des années 80 .

On pourrait aussi ajouter les Planètes des singes, Un jour sans fin, Predestination, Source code, Donnie Darko, Deja vu, Interstellar .
wopr
 
Messages: 5344
Inscription Forum: 08 Avr 2004 19:51
  • offline

Message » 24 Oct 2019 17:48

griosu a écrit:


Insupportable sa façon de parler et ce petit accent (belge ? ) . :x
wopr
 
Messages: 5344
Inscription Forum: 08 Avr 2004 19:51
  • offline

Message » 24 Oct 2019 17:58

Disons que nous voyageons dans le temps à chaque fois que nous levons les yeux vers le ciel pour contempler les étoiles : le reste, c’est de la sf …

La configuration dans mon profil


JVC X7900 + Vertex HD Fury + Lumagen 4k 011020 + Panasonic DMP-UB9000.
Le Hobbit...................La trilogie..................Vive le home cinéma !
13/11/2015 fluctuat nec mergitur /// charliehebdo.fr/
Avatar de l’utilisateur
opbilbo
Administrateur Forum Œuvres & Multimédia
Administrateur Forum Œuvres & Multimédia
 
Messages: 46101
Inscription Forum: 12 Juil 2006 11:56
Localisation: Cul-de-sac
  • offline

Message » 24 Oct 2019 17:59

wopr a écrit:Le "voyage dans le temps" est déjà possible et même dans le futur comme le démontre notamment la Relativité restreinte .
En prenant un avion de ligne quelques heures par exemple, ton temps propre se sera ralenti quelques milliardième de seconde, en d'autres termes tu auras fait un saut vers le futur .

si vous vous déplacez à 800 km/h (vitesse de déplacement d’un avion de ligne), 1s pour vous serait perçue comme 1,0000000000003 s pour un observateur resté immobile sur la Terre.
si vous vous déplaciez à 30 000 km/h, 1s pour vous serait perçue comme 1,0000000004s pour un observateur resté immobile.
si vous vous déplaciez à 10% de c, 1s serait perçue comme 1,005 s pour un observateur resté immobile.
si vous vous déplaciez à 90% de c, 1s serait perçue comme 2,3 s pour un observateur resté immobile.
si vous vous déplaciez à 99% de c, 1s serait perçue comme 7 s pour un observateur resté immobile.
si vous vous déplaciez à 99,99% c, 1s serait perçue comme 1 min 11 s pour un observateur resté immobile.


Voir le paradoxe des jumeaux de Langevin :wink:


Ça reste une question de point de vue.

La configuration dans mon profil


JVC X7900 + Vertex HD Fury + Lumagen 4k 011020 + Panasonic DMP-UB9000.
Le Hobbit...................La trilogie..................Vive le home cinéma !
13/11/2015 fluctuat nec mergitur /// charliehebdo.fr/
Avatar de l’utilisateur
opbilbo
Administrateur Forum Œuvres & Multimédia
Administrateur Forum Œuvres & Multimédia
 
Messages: 46101
Inscription Forum: 12 Juil 2006 11:56
Localisation: Cul-de-sac
  • offline

Message » 24 Oct 2019 18:13

opbilbo a écrit:
wopr a écrit:Le "voyage dans le temps" est déjà possible et même dans le futur comme le démontre notamment la Relativité restreinte .
En prenant un avion de ligne quelques heures par exemple, ton temps propre se sera ralenti quelques milliardième de seconde, en d'autres termes tu auras fait un saut vers le futur .



Voir le paradoxe des jumeaux de Langevin :wink:


Ça reste une question de point de vue.



Que nenni ça c'est prouvé par la relativité générale d'Einstein qui n'est pas remise en question.
griosu
 
Messages: 985
Inscription Forum: 17 Oct 2007 1:04
Localisation: Belgikistan du centre
  • offline

Message » 24 Oct 2019 18:18

griosu a écrit:Un autre film culte: Nimitz, retour vers l'enfer avec Kirk Douglas .. je me le refais 1x/an


C'est un gros nanard :o .
poilau
 
Messages: 3995
Inscription Forum: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • offline

Message » 24 Oct 2019 18:23

opbilbo a écrit:Disons que nous voyageons dans le temps à chaque fois que nous levons les yeux vers le ciel pour contempler les étoiles : le reste, c’est de la sf


Plusieurs expériences ont confirmé les effets de la Relativité restreinte et relativité générale sur le temps.
Sans les corrections apportées notamment sur les satellites, point de GPS ( 7 microsecondes de retard par jour à cause de la vitesse et 45 microsecondes d'avance quotidiennement à cause de la gravitation moindre par rapport au sol ).
Dernière édition par wopr le 24 Oct 2019 18:30, édité 1 fois.
wopr
 
Messages: 5344
Inscription Forum: 08 Avr 2004 19:51
  • offline

Message » 24 Oct 2019 18:25

Temps1a.jpg


REPÈRES
Comme il n'existe pas de temps absolu, nous vivons tous des durées différentes, de sorte que nous effectuons tous des voyages vers le futur sans nous en rendre compte. On peut tout à fait concevoir théoriquement une machine nous permettant de visiter les siècles ou les millénaires futurs. Seules des contraintes techniques nous en empêchent. Le voyage vers le passé est en revanche une opération beaucoup plus délicate: en l'état actuel des choses, il semble impossible.

Avant même qu'Einstein n'élabore sa théorie de la relativité, plusieurs auteurs de fiction ont abordé le voyage temporel. H. G. Wells, pionnier de la science-fiction, a ainsi écrit en 1895 La Machine à explorer le temps, où le narrateur raconte à ses amis comment il a exploré le futur et en est revenu. Même si le voyage temporel n'était dans ce cas qu'un artifice narratif visant à exacerber les différences sociales, cette satire a ouvert le champ à un pan entier de la science-fiction traitant du voyage dans le temps.
Dans ces oeuvres, le voyage lui-même n'est pas toujours bien défini, pas plus que le temps, d'ailleurs. Ce qui est normal, puisque les physiciens ne s'accordent pas eux-mêmes sur une définition du temps. Par ailleurs, ces ouvrages mettent en avant des paradoxes liés aux voyages dans le temps, comme la possibilité de se tuer soi-même. Si par paradoxe on entend une chose étonnante, inhabituelle, ce n'est pas gênant. En revanche, les conséquences de ces voyages doivent respecter la logique, même si elles peuvent heurter la physique actuelle. Autrement dit, il faut respecter la cohérence interne, même si notre vision de la causalité peut être bouleversée.
Avec cela en tête, on verra qu'en théorie on peut facilement visiter le futur. Ce n'est pas à proprement parler un voyage « dans le temps », puisqu'il n’y a pas un seul temps. Mais tout retour paraît impossible. Pour aborder la problématique du voyage temporel, il est cependant nécessaire
d'appréhender d'abord la différence fondamentale qui existe entre temps et durée. La durée — la durée propre dans les théories einsteiniennes — d'un processus, c'est ce que l'on mesure. Le temps n'est alors qu'une reconstruction à partir des durées. Autrement dit, tout ce que l'on appelle « mesure de temps » est en réa-lité une mesure de durée. Ainsi, une horloge n'in-dique pas un temps, mais la durée qu'elle a elle-même vécue depuis le moment où elle fut mise à l'heure. Il se trouve que la précision temporelle limitée de notre vie courante nous permet d'oublier cette distinction, et de faire comme si une horloge mesurait un laps de temps.
UN AGENCEMENT D'ÉPISODES
De deux choses l'une. Ou bien les durées des différentes histoires peuvent être harmonisées de manière à constituer une grandeur que l'on appelle « le temps ». C'est ainsi que nous voyons les choses autour de nous, et cela correspond aux prescriptions de la physique newtonienne; mais cela interdit quoi que ce soit que l'on pourrait appeler «voyage dans le temps », puisqu'il n'y a qu'un seul et même temps pour tout le monde. Ou bien cette reconstitution est impossible. Cela interdit de définir une grandeur qu'on pourrait appeler « le temps », mais ouvre la possibilité du «voyage temporel » (bien mal baptisé, puisque précisément il n'y a pas de temps). Quoi qu'il arrive, les instants de ma vie s'écoulent les uns après les autres. Ils sont marqués par des
Temps2a.jpg

La série télévisée Doctc • Who, diffusée depuis 1963 a largement contribué à populariser les récits d'expéditions dans le temps

événements physiques, physiologiques et psychiques dont la succession continue constitue mon histoire: battements de coeur, respiration et échanges cellulaires, mouvements de mon corps, pensées et émotions... Cette histoire, que nous considérons comme balisée par l'écoulement du temps, est représentée par notre ligne d'univers dans l'espace-temps. Et chaque portion de mon histoire possède une durée - ou plutôt une durée propre- bien définie: c'est cette durée propre que j'éprouve, que je mesure avec ma montre... Autrement dit, ma vie est un agencement de petits épisodes aux durées propres bien définies, et c'est ce qui forme mon histoire. À partir de ces durées propres, il me suffit d'avoir choisi une origine pour définir mon « temps propre ».
Ce dernier ordonne tous les événements qui me concernent: ma mémoire me permet d'évoquer, à un instant donné. ceux qui appartiennent au passé de cet instant_

RIEN N'EMPÊCHE DE VISITER L'AN 3000
Mon temps propre est une grandeur fondamentale pour moi_ Mais il s'agit d'une grandeur purement personnelle. Il ne balise que les événements de mon existence et il n'a rien à avoir avec le temps propre de tel collègue que lui seul peut éprouver. Toutefois, au prix d'une approximation largement suffisante pour la vie courante, on peut rassembler nos temps propres, (du moins ceux de certains d'entre nous) et fabriquer ainsi un « temps universel » et même un « temps cosmique » qui concerne l'Univers entier (lire p. 72). Ces ersatz de temps newtonien ne sont que des approximations de la réalité, et ni nos temps propres ni le temps cosmique ne possèdent les propriétés que l'on prête habituellement au temps. C'est bien pour cela que le « voyage temporel » est envisageable. En simplifiant à outrance, j'en distinguerai deux sortes, aux statuts très différents : « voyage vers le futur » et « voyage vers le passé ». Malgré son caractère contraire à l'intuition, le voyage vers le futur est la règle dans l'espace-temps, quelle que soit sa géométrie, même la plus simple imaginable (par exemple sans courbure). Physiciens et astronomes en enregistrent sans ambiguïté d'innombrables réalisations chaque jour, mais d'une manière que seul un appareillage de précision peut rendre mani-feste. De fait, nous vivons tous des voyages vers le futur, mais ils nous affectent d'une manière trop imperceptible pour que nous nous en rendions compte.

Ni nos temps propres ni le temps cosmique ne possèdent les propriétés que l'on prête au temps. C'est pour cela que le « voyage temporel » est envisageable

Le physicien Paul Langevin et d'autres avaient forcé le trait pour faire comprendre la situation, sous forme de l'histoire des « jumeaux » (lire p. 54), dont je présente ici une variante. Nous sommes le ler janvier 2000 (en temps universel) sur Terre, et vous rêvez de connaître l'an 3000 : vous montez dans votre « machine temporelle »; puis, après un voyage de quelques mois, vous en ressortez le ler janvier 3000. Vous avez vraiment, dans tous les sens du terme, vécu quelques mois pendant que la Terre, avec ses habitants, a vécu un millénaire. Fiction? Pas du tout. Entre le 1er janvier 2000 sur Terre et le ler janvier 3000 sur Terre, il existe dans l'espace-temps une infinité d'histoires possibles: autant de lignes d'univers (plus ou moins courbes) entre ces deux événements dans l'espace-temps que de trajets (plus ou moins courbes) entre deux points arbitraires dans l'espace. Chacune de ces histoires possède sa durée propre et celles-ci se répartissent entre une fraction de seconde et mille années. Choisissez une de ces histoires, de la durée que vous souhaitez (par exemple, six mois), et suivez-la! Aucune difficulté de principe. La limitation vient de ce qu'une histoire dont la durée diffère sensiblement de celle de la Terre exige la capacité d'atteindre une vitesse (par rap-port à la Terre) très rapide, comparable à celle de la lumière. Cela requiert une accélération colossale, hors de portée des moteurs que notre technologie nous permet de construire. Mais si l'on oublie cette limite pratique, technique, la performance est possible. Autrement dit, rien n'empêche d'aller visiter l'an 3000. La réalité de cet effet découle de la nature même de l'espace-temps, tel que le décrit la théorie relativiste. Nul besoin d'invoquer un dispositif particulier, ou quoi que ce soit de bizarre. Et cet effet se manifeste sans arrêt. La plupart du temps indirectement. Il intervient par exemple dans toute expérience ou observation concernant des parti-cules rapides (relativistes), dans tout phénomène astronomique, dans l'utilisation du GPS... Toutes ces situations sont impossibles à comprendre et à analyser sans tenir compte des différentes durées propres qui résultent d'histoires différentes.
SE RENCONTRER SOI-MÊME PLUS JEUNE
Cet effet a également été observé de manière directe lors d'expériences de précision spécifiquement conçues pour cela. L'une a fait inter-venir deux avions supersoniques effectuant des vols circumterrestres en sens opposés. Les horloges atomiques embarquées, au départ synchronisées, ont bien montré des décalages conformes aux prédictions: elles ont vécu des histoires de durées propres différentes. Un autre exemple plus récent met en jeu deux horloges atomiques de grande précision, au départ synchronisées (0). L'une reste immobile, tandis que l'autre est transportée de quelques mètres seule-ment, puis ramenée vers la première : elles sont désynchronisées car leurs deux histoires ont des durées propres différentes à cause de la variation du champ de gravité terrestre. Cette expérience souligne que les horloges ne peuvent pas mesurer
Temps4a.jpg

le temps (ou un temps) : elles mesurent les durées propres de leurs histoires. La question du voyage vers le futur est ainsi entendue: c'est la manifestation directe de la structure de l'espace-temps, une banalité dans le monde de la physique de précision. La seule restriction pour l'accomplir à nos échelles est de nature technique. Souvent, des comptes rendus d'expériences ou d'observations utilisent le terme de « paradoxe » (et l'on voit parfois évoqué le « paradoxe » des jumeaux de Langevin) pour décrire de telles situations. Pourtant, celles-ci ne présentent aucune incohérence logique, au contraire. Elles sont certes en désaccord avec notre intuition. L'impression de paradoxe provient des tentatives de les concilier avec l'idée de l'écoulement d'un « temps » (universel ou non), ce qui n'a aucune signification dans ce contexte. Cela conduit parfois à des formulations telles que « contraction » (ou « dilatation ») du temps, qui n'ont pourtant aucun sens. La question du «voyage dans le passé » est plus subtile et bien plus déroutante. Que pourrait être un voyage dans le passé? Plutôt que de me référer à la science-fiction, je préfère emprunter une situation à l'écrivain argentin Jose Luis Borges qui, dans sa nouvelle L'Autre, se décrit se rencontrant lui-même plus jeune. Pour la discussion, précisons un peu les choses: un personnage baptisé P est assis sur un banc. Il est âgé de 40 ans et cette version de lui est P40. Il voit s'asseoir à ses côtés un jeune homme qui se révèle être une version de lui-même à l'âge de 20 ans. P20. Cette rencontre est-elle possible dans la réalité? P40 et P20 peuvent-ils se croiser? Telle est la question du voyage dans le passé. Quoiqu'il arrive, le déroulement de la vie de P, de son histoire, est décrit par sa ligne d'univers, de sa naissance à sa mort. Chacun de ses points représente un instant de sa %te: P20 à 20 ans, P40 à 40 ans, etc. Le voyage temporel décrit par leur rencontre correspondrait à une ligne d'univers qui dessinerait une « boucle temporelle » telle que les points P20 et P40 se trouvent suffisamment proches l'un de l'autre dans l'espace-temps pour pouvoir communiquer entre eux .

LA CONTRAINTE DE LA RELATIVITÉ
Dans un espace-temps de chrono-géométrie simple, tels ceux que nous avons l'habitude de considérer (comme les modèles cosmologiques de Big Bang), de telles boucles ne peuvent pas exister. Mais un bon géomètre peut tout à fait imaginer un espace-temps de forme géométrique particulière incluant de telles courbes. Un tel espace-temps peut-il avoir un sens physique? Sa géométrie peut-elle être conforme à la théorie, c'est-à-dire obéir aux équations d'Einstein de la relativité générale? Le premier à montrer cette possibilité fut le logicien austro-américain Kurt Gôdel (1906-1978).

Son intention première était tout autre: il cherchait à rendre manifeste l'impossibilité de définir le temps dans l'univers de la relativité générale. Pour cela, en 1949, il a trouvé une solution aux équations d'Einstein correspondant à un « univers » au sein duquel existaient des boucles temporelles. Sa solution était tellement réaliste qu'il s'est longtemps demandé si l'univers réel n'était pas conforme à son modèle. Ce n'était pas le cas, mais de nombreux auteurs ont décrit depuis des solutions de la relativité générale autorisant des boucles temporelles.
DÉTERMINISME ET LIBRE ARBITRE
La plupart de ces solutions impliquent des situations bizarres, comme des cordes cosmiques ou des trous de ver, ou l'existence de substances étranges dont rien ne garantit l'existence (du même genre que celles qui sont invoquées pour justifier une « inflation cosmique » ou une « énergie sombre »). Bien qu'on ne puisse pas dire si ces substances ou de telles situations existent dans l'Univers, rien ne permet de rejeter rigoureusement ces possibilités. La question de la pertinence dans le monde réel du voyage dans le passé reste donc ouverte jusqu'à nouvel ordre. Elle divise les physiciens. Le Britannique Stephen Hawking s'est montré plutôt frileux en suggérant de rajouter aux lois physiques un « principe de censure chronologique » prohibant toute solution où un tel voyage serait possible (lire ci-dessous). D'autres estiment que, tant qu'elle n'aura pas été montrée absurde, la possibilité mérite d'être étudiée. Admettons qu'un tel voyage soit possible. Quelles seraient les conséquences d'une telle situation? Comme tout un chacun, voyageur temporel ou non, P décrit sa ligne d'univers, de sa naissance (événement initial P0) à sa mort (événement

UNE DECOUVERTE DU FUTUR
On ne peut préjuger de l'avenir: dans un futur lointain, les connaissances scientifiques pourraient-elles être tellement avancées qu'une machine temporelle permettant de voyager vers le futur et le passé soit inventée? Mais si une telle machine doit être inventée un jour, où sont les voyageurs arrivant du futur? Certains ont imaginé des machines permettant de reculer dans le passe mais pas plus qu'à la date de construction de la machine. D'autres ont imaginé des voyageurs qui se "cachent » de nous. Mais la réponse la plus simple est bien entendu que de telles machines n'existeront jamais.


Temps5a.jpg

En 1956, le roman de H. G. Wells est adapté en BD dans la collection américaine Classics lllustrated. Un an plus tard, la traduction française est déjà sur le marché.

final P100, en l'imaginant centenaire), en parcourant successivement les instants Pl, P2... (et tous les instants intermédiaires). En particulier, il vit une durée (propre) de vingt ans entre sa naissance (P0) et son 20e anniversaire (P20) ; il vit une durée de vingt ans entre son 20' et son 40e anniversaire (P40). La rencontre particulière que nous avons évoquée ne change rien à cela. Et si elle se produit sans reconnaissance mutuelle, notre voyageur n'aura rien ressenti de spécial. Mais si les deux versions se reconnaissent, par exemple sur un banc comme dans la nouvelle de Borges, elles se voient tout d'abord comme deux individus distincts à cet instant! Pour P40, les vingt années qu'il vient de vivre (l'histoire de P entre 20 et 40 ans) font partie de son passé: il s'en souvient. En revanche, elles font partie du futur de P20: il n'en a pas connaissance, il ne les a pas encore vécues. Imaginons (un peu comme chez Borges) que P40 présente à P20 une petite liste lui décrivant cette portion d'histoire entre 20 et 40 ans : P20 reçoit le récit de ce qu'il va vivre dans ses vingt prochaines années! Choquant!

Choquant vraiment? Toute la question est là. Déroutant sans aucun doute. Mais cela ne présente rien qui contredise la logique (à condition, encore une fois, de s'interdire toute référence à une notion de « temps »). Le point le plus surprenant est sans doute que cela semble heurter notre libre arbitre. La liste indique par exemple à P20 qu'il va se marier dans deux ans. A-t-il le choix? Peut-il décider de ne pas s'y conformer, de ne pas vivre « son futur» et de déjouer ainsi le déterminisme? C'est le thème de nombreux récits de science-fiction. Et l'on sait qu 'OEdipe n'a pas réussi à modifier son destin! La question du libre arbitre dépasse le champ de la physique. C'est pourquoi le physicien russe Igor Novikov a eu l'idée de proposer une situation simplifiée présentant la même problématique, sans que notre libre arbitre soit mis à contribution. Imaginons qu'une boule de billard soit envoyée dans une direction qui la conduise, au bout de vingt secondes (B20), à entamer un « voyage dans le passé » ; qu'elle accomplisse alors son voyage pendant vingt secondes; et que ce dernier la ramène (alors dans sa version B40) à proximité de B20 dans l'espace-temps, c'est-à-dire d'elle-même alors qu'elle entame son voyage. Imaginons alors que B40 entre en collision avec B20, d'une manière qui la conduise à éviter le trajet menant au voyage. Ce dernier n'a donc pas lieu. Mais si B40 ne heurte pas B20, alors le voyage peut se dérouler! Là, il y aurait vraiment paradoxe!

À L'ÉCHELLE MICROSCOPIQUE
L'étude de ce cas mène à conclure que la théorie interdit de telles situations: si B40 revient choquer B20, le choc envoie précisément B20 dans le tunnel temporel !La physique relativiste est une théorie cohérente: elle admet des solutions contraires à notre intuition, mais jamais à la logique. Quant à notre voyageur hypothétique, tout humain qu'il soit, il doit obéir (comme nous) aux lois de la physique. Il n aurait donc pas le choix: il doit accomplir ce qui est écrit. Il lui est impossible de ne pas se conformer à la liste; impossible par exemple de décider de ne pas se marier. Qu'est-ce qui va l'en empêcher? l'histoire ne le dit pas mais de nombreux ouvrages de science-fiction ont imaginé des réponses possibles! Cela constitue-t-il vraiment une limitation à son libre arbitre? Une question pour philosophes! Mais peut-être les lois physiques imposent-elles une limitation moins drastique que le principe de censure chronologique de Hawking.

Le voyage dans le passé serait possible pour un objet physique « simple »

Le voyage dans le passé serait possible pour un objet physique suffisamment « simple », mais pas pour un objet complexe; en particulier suffisamment complexe pour être doté de mémoire, de conscience, de volonté et... de libre arbitre. Cela fait sens car la configuration tourmentée de l'espace-temps qui pourrait autoriser un tel voyage aurait toute chance de dissocier les lignes d'univers de la multitude de particules qui nous constituent. Autrement dit, un voyage de ce type serait possible pour certaines de ces particules, mais pas pour toutes. La configuration spatio-temporelle dissocierait notre organisme (ou tout corps suffisamment complexe), qui perdrait ainsi son identité. Cette conjecture que je propose, moins stricte que celle de Hawking, laisse ouverte la possibilité de boucles temporelles à l'échelle des particules élémentaires. Une particule élémentaire n'a pas de mémoire: si elle effectuait un voyage de cette sorte, « elle ne s'en rendrait pas compte ». Mieux encore, aux yeux nui observateur, son comportement pourrait paraître tout à fait normal, même si nous interagissions avec elle. Cela laisse la possibilité, soutenue par certains, que de telles boucles temporelles existent effectivement à des échelles microscopiques indécelables. Stephen Hawking déclarait lui-même que, même s'il l'estimait irréalisable, la possibilité méritait d'être étudiée, ne serait-ce que pour ce qu'elle peut nous apprendre sur la nature du temps. Aujourd'hui, l'un des buts de la physique théorique consiste à chercher une nouvelle théorie qui irait encore plus loin que notre relativité générale (par exemple la gravité quantique). Si une telle théorie existe, elle devra très probablement bousculer nos conceptions de l'espace-temps. L'idée que sa structure aux très petites échelles puisse être suffisamment « biscornue » pour abriter des boucles temporelles à l'échelle des particules élémentaires reste une possibilité fascinante. ■

Pour en savoir plus :
James Gleick, rime Travel: a History, Pantheon, 2016. Marc Lachièze-Rey, Voyager dans le temps: la physique moderne et I( temporalité, Seuil, 2013. Paul Davies, Comment construire une machine à explorer le temps? EDP Sciences, 2007.

(LaRecherche, HS n° 20)
A+
Dernière édition par Robert64 le 24 Oct 2019 20:02, édité 9 fois.

La configuration dans mon profil


Robert
...la raison est une frêle chandelle... pour nous éclairer dans le monde actuel où les charlatans sont légion qui nous susurrent sans cesse à l'oreille: "Souffle cette chandelle, tu y verras bien mieux"
(H. Broch)
Avatar de l’utilisateur
Robert64
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 4690
Inscription Forum: 12 Sep 2006 15:40
Localisation: Sud Ouest
  • offline

Message » 24 Oct 2019 18:33

griosu a écrit:
opbilbo a écrit:
Ça reste une question de point de vue.



Que nenni ça c'est prouvé par la relativité générale d'Einstein qui n'est pas remise en question.


Oui mais la relativité ce n’est pas le voyage dans le temps à proprement parler.

La configuration dans mon profil


JVC X7900 + Vertex HD Fury + Lumagen 4k 011020 + Panasonic DMP-UB9000.
Le Hobbit...................La trilogie..................Vive le home cinéma !
13/11/2015 fluctuat nec mergitur /// charliehebdo.fr/
Avatar de l’utilisateur
opbilbo
Administrateur Forum Œuvres & Multimédia
Administrateur Forum Œuvres & Multimédia
 
Messages: 46101
Inscription Forum: 12 Juil 2006 11:56
Localisation: Cul-de-sac
  • offline

Message » 24 Oct 2019 18:39

poilau a écrit:
griosu a écrit:Un autre film culte: Nimitz, retour vers l'enfer avec Kirk Douglas .. je me le refais 1x/an


C'est un gros nanard :o .


Je m'insurge :grad: .. pourtant tourné sans véritable effets spéciaux en 1980 ce film est excellent :D
griosu
 
Messages: 985
Inscription Forum: 17 Oct 2007 1:04
Localisation: Belgikistan du centre
  • offline

Message » 24 Oct 2019 18:40

wopr a écrit:
opbilbo a écrit:Disons que nous voyageons dans le temps à chaque fois que nous levons les yeux vers le ciel pour contempler les étoiles : le reste, c’est de la sf


Plusieurs expériences ont confirmé les effets de la Relativité restreinte et relativité générale sur le temps.
Sans les corrections apportées notamment sur les satellites, point de GPS ( 7 microsecondes de retard par jour à cause de la vitesse et 45 microsecondes d'avance quotidiennement à cause de la gravitation moindre par rapport au sol ).


Absolument, mais cela n’a rien à voir avec un voyage dans le temps.

La configuration dans mon profil


JVC X7900 + Vertex HD Fury + Lumagen 4k 011020 + Panasonic DMP-UB9000.
Le Hobbit...................La trilogie..................Vive le home cinéma !
13/11/2015 fluctuat nec mergitur /// charliehebdo.fr/
Avatar de l’utilisateur
opbilbo
Administrateur Forum Œuvres & Multimédia
Administrateur Forum Œuvres & Multimédia
 
Messages: 46101
Inscription Forum: 12 Juil 2006 11:56
Localisation: Cul-de-sac
  • offline

Message » 24 Oct 2019 19:02

Pour les references cinema comment avez vous pu oublier cela ????? :o
Ou alors dans "votre" espace-temps ce film n'a jamais existé ??? :siffle: :ane:

Image

La configuration dans mon profil


Son 9.2.4 (proc. 7.1.4): Marantz 7009 + Lexicon CX-7 / Monitor Audio Gold GX (300+C350+S12+S2+S2) [9 bas dont 4 surrounds] + moniteurs Bose 101 [4 hauts] / Klipsch R 115 + Sydney AR12
Video UHD: Panasonic UB700 + Epson 9300
(Détails de ma pièce dédiée)
Avatar de l’utilisateur
pasender
Relations PROs
Relations PROs
 
Messages: 5017
Inscription Forum: 01 Avr 2004 10:41
Localisation: 91
  • offline

Message » 24 Oct 2019 19:32

ha ben bravo ! voilà ! avec vos conneries d'histoires de voyage dans le temps vous nous avez tout excité le Robert et ce qui devait arriver est arriver, il à bogué ! :mdr:

La configuration dans mon profil


HC :TV LG oled C9,sony x800, marantz ud 7007,denon X4500H,dali ikon mk2,HIFI :magnepan MG1.7,xindak PA1-CA1,yamaha S2000,denon 3520 EX, Hifiman edition X v2, schiit magni 3
laurent martiarena
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2421
Inscription Forum: 12 Aoû 2013 13:07
Localisation: vernegues, bouches du rhône
  • offline


Retourner vers Bla bla et Home-Cinema

 
  • Articles en relation
    Dernier message