Modérateurs: Staff Haute-Fidélité, Staff Univers Casques, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: andrex1965, BaaM, gsans, guyniol, MickeyCam, philoupaty, Sdsil, vindermere et 57 invités

Toutes les enceintes HiFi

Enceintes bibliothèques très haut de gamme

Message » 29 Nov 2019 19:27

jeoffrey59 a écrit:
tonylb a écrit:


C'est ça ! c'est bien lui...180 euros pièce, pour une enceinte à 1200 la paire, c'est pas mal du tout ! surtout pour un modèle amplifiée.


+1
T pas volé avec ce tarif pour une enceinte amplifié équipé de ce coax..
tonylb
 
Messages: 1372
Inscription: 21 Déc 2016 16:33
  • offline

Annonce

Message par Google » 29 Nov 2019 19:27

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 29 Nov 2019 19:29

pm57 a écrit:Je pense que la connaissance et la pratique de l'audio sur autant d'années par JPL, devrait plutôt amener à l'écouter et pas à le contredire constamment, qui ici à le quart de son expérience ?.

C'est pas le bon dieu, mais bon sang il sait de quoi il cause.


Moi je dois avoir 2% de son savoir.. Mais des bons 2% essentiels... Objectivité et compréhension de ce qu'on achète.. Ça me suffit
tonylb
 
Messages: 1372
Inscription: 21 Déc 2016 16:33
  • offline

Message » 29 Nov 2019 20:22

pm57 a écrit:Je pense que la connaissance et la pratique de l'audio sur autant d'années par JPL, devrait plutôt amener à l'écouter et pas à le contredire constamment, qui ici à le quart de son expérience ?.

C'est pas le bon dieu, mais bon sang il sait de quoi il cause.


Ma grand mère disait toujours ; "ne jamais confondre éducation et instruction". Pour être écouté, encore faut-il y mettre la forme, au bon endroit et quand il le faut. Et sans insinuer quoi que ce soit, ça serait bien aussi :D
jeoffrey59
 
Messages: 3564
Inscription: 30 Mai 2011 20:55
  • offline

Message » 29 Nov 2019 20:30

Et ma grand-mère disait; la connaissance, c'est comme la confiture, moins on en a plus on l'étale :oldy: :mdr:

Cédric

La configuration dans mon profil


For the love of music...
cédric1
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 5818
Inscription: 07 Avr 2007 18:26
Localisation: En Suisse au bord du lac Léman
  • offline

Message » 29 Nov 2019 20:34

Merde, la mienne disait les même choses.. Y a une époque qui s'en va..
tonylb
 
Messages: 1372
Inscription: 21 Déc 2016 16:33
  • offline

Message » 30 Nov 2019 5:20

Igor Kirkwood a écrit:
roland_de_lassus a écrit:Faut pas oublier non plus que les fameux 80% dépendent quand même fortement du signal initial...
Ce n’est pas le local qui génère le son...


moby2004 a écrit:A quand un grand débat entre un constructeur d enceintes et un acousticien .

On y est
tovarich007 a écrit:Les 20 % qui restent conservent toute leur importance.

Et ne pas oublier que le pourcentage de 80 % est une moyenne statistique issue de mesures par modélisation, ce n'est pas un pourcentage absolu et intangible, car personne n'a mesuré la totalité des lieux d'écoute de la planète ni la totalité du mode de diffusion dans l'espace de toutes les enceintes existantes. Quand j'écoute mes petites monitors de proximité à volume modéré à moins d'1,5 m, le son réfléchi fait bien moins que 80%. Si en revanche j'écoutais un gros système à haut volume et à réponse très importante dans l'extrême grave à 3 m (distance maxi de ma petite pièce) le son réfléchi ferait peut-être 90 % du total et je n'entendrai qu'une bouille sonore envahissante et éprouvante pour mes oreilles et celles de mes voisins.

Donc ne pas ressasser un chiffre qui n'est pas significatif de tous les cas de figure. Il suffit de dire que l'acoustique de la pièce a une grande importance ce qui, en revanche, est toujours vrai, mais avec une magnitude plus ou moins grande.


+2 avec tovarich

Il faut aussi considérer les fréquences : Dans le grave les 80 % sont généralement dépassés . Mais pas dans l'aigu.

Si dans les 80 % on compte aussi la source..... l'acoustique cela fera moins de 80 % (importance de la prise de son ).

Un point d'interrogation :wtf: : entre l'acoustique du local d’écoute et l'enceinte comment situes tu tovarich la correction éventuelle par égalisation ou convolution ? (mais c'est peut être HS)
J ai pas vu(lu) d intervention d un éminent constructeur d enceintes mais j ai pas relu le thread depuis le début.

Sent from my SM-N9500 using Tapatalk
moby2004
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 102
Inscription: 31 Aoû 2008 17:08
Localisation: HONG KONG
  • offline

Message » 30 Nov 2019 11:34

Jean-Pierre Lafont a écrit:A propos de linéarité, je suis prêt à parier sans prendre de risque que la mesure "in situ" de n'importe quelle enceinte citée dans les pages précédentes affiche des écarts d'amplitude de 20 à 30 décibels et des taux de distorsion élevés (*).
(*)= mesure non pondérée, à 2m minimum de l'enceinte dans une pièce d'habitation meublée et non traitée.
20 décibels représentent un écart d'intensité sonore de 1 à 100. 30 décibels = 1 à 1000. (en watts/m²)

L'enceinte n'est certes pas en cause mais l'environnement acoustique qui représente statistiquement 80% du son perçu n'est pas du tout pris en compte.

En somme, on discute l'aspect gustatif de divers jus d'orange sans tenir compte des 80% de vinaigre que la pièce ajoute.
Cela peut paraître excessif mais techniquement parlant, c'est hélas la triste réalité, mesures à l'appui.

Mesures techniques et écoute n'appartiennent pas au même univers.
Le seul endroit où l'on peut comparer à l'écoute deux enceintes en réduisant à 0% toute réflexion d'un local c'est la chambre sourde.

Mais ces conditions idéales :siffle: peuvent-elles être réunies dans la vie courante ? Evidemment non.

Si le triangle stéréophonique optimum pour chaque paire d'enceintes est respecté, je ne crois pas du tout que lorsque deux paires enceintes dans un même local banal sont appréciées à l'écoute de manière différente — et donc qu'une paire est meilleure que l'autre — le classement s'inverse dans un autre local (sauf exception peut-être). En tout cas, je ne l'ai jamais constaté (et ne me dites que c'est de la psychologie... :lol:)
C'est l'enceinte qui fait le son, pas le local, quelque soit l'importance des résonances de celui-ci.
padcost
 
Messages: 2239
Inscription: 08 Sep 2014 9:19
  • offline

Message » 30 Nov 2019 14:01

padcost a écrit:
Jean-Pierre Lafont a écrit:A propos de linéarité, je suis prêt à parier sans prendre de risque que la mesure "in situ" de n'importe quelle enceinte citée dans les pages précédentes affiche des écarts d'amplitude de 20 à 30 décibels et des taux de distorsion élevés (*).
(*)= mesure non pondérée, à 2m minimum de l'enceinte dans une pièce d'habitation meublée et non traitée.
20 décibels représentent un écart d'intensité sonore de 1 à 100. 30 décibels = 1 à 1000. (en watts/m²)

L'enceinte n'est certes pas en cause mais l'environnement acoustique qui représente statistiquement 80% du son perçu n'est pas du tout pris en compte.

En somme, on discute l'aspect gustatif de divers jus d'orange sans tenir compte des 80% de vinaigre que la pièce ajoute.
Cela peut paraître excessif mais techniquement parlant, c'est hélas la triste réalité, mesures à l'appui.

Mesures techniques et écoute n'appartiennent pas au même univers.
Le seul endroit où l'on peut comparer à l'écoute deux enceintes en réduisant à 0% toute réflexion d'un local c'est la chambre sourde.

Mais ces conditions idéales :siffle: peuvent-elles être réunies dans la vie courante ? Evidemment non.

Si le triangle stéréophonique optimum pour chaque paire d'enceintes est respecté, je ne crois pas du tout que lorsque deux paires enceintes dans un même local banal sont appréciées à l'écoute de manière différente — et donc qu'une paire est meilleure que l'autre — le classement s'inverse dans un autre local (sauf exception peut-être). En tout cas, je ne l'ai jamais constaté (et ne me dites que c'est de la psychologie... :lol:)
C'est l'enceinte qui fait le son, pas le local, quelque soit l'importance des résonances de celui-ci.


1) Se contenter d'écouter, le plus souvent rapidement dans des conditions largement sub-optimales, sans chercher à se documenter un tant soit peu sur les techniques audio, l’acoustique et les caractéristiques d'une enceinte, c'est s'exposer à de sérieuses déconvenues une fois le matériel installé chez soi. Vouloir séparer totalement univers d'écoute musicale et univers technique me semble donc encore plus absurde qu'adopter une démarche purement théorique sur les mesures, qui est effectivement elle aussi trop restrictive.

2) Différent ne veut pas dire nécessairement meilleur. Il est évident que même écoutées dans la me^me pièce, me^me avec une part très importante de sons réfléchis, avec les me^mes électroniques, deux enceintes, aussi excellentes soient-elles, ne délivreront pas exactement le me^me rendu sonore. mais de là à les hiérarchiser. C'est sur cette partie de différences perçues, psychologiquement ou physiologiquement, qu'intervient la subjectivité inévitable et nécessaire, à partir des goûts de chacun, de l'oreille, de l'éducation musicale, et de beaucoup d'autres facteurs.

3) Oui, c'est l'enceinte qui émet le son, d'où la part de différences constatées entre chaque modèle et d'où mon relatif agacement sur la ritournelle trop systématique des "80% liés à l'acoustique", mais comme tu le dis on n'écoute pas en chambre sourde (d'ailleurs si tu fais l'expérience d'aller dans une chambre sourde écouter ne serait-ce que des voix et des bruits, tu constateras que le résultat est très mauvais et même perturbant) donc isoler le système d'écoute de son environnement est artificiel.

C'est un tout que l'on écoute, tout qui peut s’analyser ainsi :

- le système d'écoute : plus ou moins performant, neutre, transparent, dynamique et à la gamme de fréquence plus ou moins étendue

- la pièce d'écoute : plus ou moins résonnante et en général pas ou peu traitée acoustiquement chez les particuliers, et dont l'importance considérable, est cependant variable en fonction de la distance d'écoute, des fréquences et du niveau sonore d'écoute

- notre propre physiologie auditive : on l'oublie, mais c'est pourtant un facteur essentiel -discuter pendant des heures des nuances de l’extrême aigu de deux enceintes si on entend plus rien à partir de 10 Khz, c'est tout simplement grotesque

- notre conditionnement éducatif et autres biais cognitifs qui nous amènent chacun à entendre de façon différente, parfois à soi-même entendre de façon différente en fonction des moments. Ce sujet est désormais abondamment documenté et l'on sait que ces facteurs ont une importance considérable dans la perception d'écoute.

En toute rigueur, il est vain de vouloir isoler a priori l'un quelconque de ces 4 facteurs essentiels.
tovarich007
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 1405
Inscription: 05 Jan 2010 21:51
  • offline

Message » 30 Nov 2019 14:50

bravo pour ta réponse très argumentés a une personne qui préfère rester arque-bouté sur des certitudes basées sur un pathétique folklore audiophile suranné .
je lui aurais bien donnés un liens qui peut servir de référence sur ce sujet mais il ne prendra jamais la peine de le lire et encore moins de l’assimiler .
https://www.harman.com/sites/default/files/LoudspeakersandRoomsPt2_0.pdf
fredoamigo
 
Messages: 3723
Inscription: 04 Déc 2010 10:21
Localisation: aix en provence
  • offline

Message » 30 Nov 2019 16:10

tovarich007 a écrit:
padcost a écrit:Mesures techniques et écoute n'appartiennent pas au même univers.
Le seul endroit où l'on peut comparer à l'écoute deux enceintes en réduisant à 0% toute réflexion d'un local c'est la chambre sourde.

Mais ces conditions idéales :siffle: peuvent-elles être réunies dans la vie courante ? Evidemment non.

Si le triangle stéréophonique optimum pour chaque paire d'enceintes est respecté, je ne crois pas du tout que lorsque deux paires enceintes dans un même local banal sont appréciées à l'écoute de manière différente — et donc qu'une paire est meilleure que l'autre — le classement s'inverse dans un autre local (sauf exception peut-être). En tout cas, je ne l'ai jamais constaté (et ne me dites que c'est de la psychologie... )
C'est l'enceinte qui fait le son, pas le local, quelque soit l'importance des résonances de celui-ci.


1) Se contenter d'écouter, le plus souvent rapidement dans des conditions largement sub-optimales, sans chercher à se documenter un tant soit peu sur les techniques audio, l’acoustique et les caractéristiques d'une enceinte, c'est s'exposer à de sérieuses déconvenues une fois le matériel installé chez soi. Vouloir séparer totalement univers d'écoute musicale et univers technique me semble donc encore plus absurde qu'adopter une démarche purement théorique sur les mesures, qui est effectivement elle aussi trop restrictive.

2) Différent ne veut pas dire nécessairement meilleur. Il est évident que même écoutées dans la me^me pièce, me^me avec une part très importante de sons réfléchis, avec les me^mes électroniques, deux enceintes, aussi excellentes soient-elles, ne délivreront pas exactement le me^me rendu sonore. mais de là à les hiérarchiser. C'est sur cette partie de différences perçues, psychologiquement ou physiologiquement, qu'intervient la subjectivité inévitable et nécessaire, à partir des goûts de chacun, de l'oreille, de l'éducation musicale, et de beaucoup d'autres facteurs.

3) Oui, c'est l'enceinte qui émet le son, d'où la part de différences constatées entre chaque modèle et d'où mon relatif agacement sur la ritournelle trop systématique des "80% liés à l'acoustique", mais comme tu le dis on n'écoute pas en chambre sourde (d'ailleurs si tu fais l'expérience d'aller dans une chambre sourde écouter ne serait-ce que des voix et des bruits, tu constateras que le résultat est très mauvais et même perturbant) donc isoler le système d'écoute de son environnement est artificiel.

C'est un tout que l'on écoute, tout qui peut s’analyser ainsi :

- le système d'écoute : plus ou moins performant, neutre, transparent, dynamique et à la gamme de fréquence plus ou moins étendue

- la pièce d'écoute : plus ou moins résonnante et en général pas ou peu traitée acoustiquement chez les particuliers, et dont l'importance considérable, est cependant variable en fonction de la distance d'écoute, des fréquences et du niveau sonore d'écoute

- notre propre physiologie auditive : on l'oublie, mais c'est pourtant un facteur essentiel -discuter pendant des heures des nuances de l’extrême aigu de deux enceintes si on entend plus rien à partir de 10 Khz, c'est tout simplement grotesque

- notre conditionnement éducatif et autres biais cognitifs qui nous amènent chacun à entendre de façon différente, parfois à soi-même entendre de façon différente en fonction des moments. Ce sujet est désormais abondamment documenté et l'on sait que ces facteurs ont une importance considérable dans la perception d'écoute.

En toute rigueur, il est vain de vouloir isoler a priori l'un quelconque de ces 4 facteurs essentiels.
Tout à fait en ligne avec cette réponse. D ailleurs n est-ce pas ds cette même étude que les ingénieurs d Harmann avaient établi (empiriquement) que changer de pièce d ecoute n inversait pas l ordre de préférence des enceintes ?

Sent from my SM-N9500 using Tapatalk
moby2004
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 102
Inscription: 31 Aoû 2008 17:08
Localisation: HONG KONG
  • offline

Message » 30 Nov 2019 17:24

moby2004 a écrit:n est-ce pas ds cette même étude que les ingénieurs d Harmann avaient établi (empiriquement) que changer de pièce d ecoute n inversait pas l ordre de préférence des enceintes ?

C'est exactement ce que j'ai écrit. Je suis donc d'accord avec les ingénieurs d'Harmann...

Pour ce qui est du pré-conditionnement de l'écoute. Il existe bien sûr. Je ne l'ai jamais nié.
Mais pour moi, le pire est celui qui consiste à écouter après lecture de mesures qui auraient-déjà-permis-d'effectuer-un-tri ( :o ). C'est un faux raisonnement et un leurre. Le pire des conditionnements car la technique est étrangère à l'écoute cognitive et/ou esthétique. Comme celui qui consisterait à vouloir connaître absolument la marque l'instrument et de l'archet d'un violoniste avant de l'écouter en concert ou à partir d'un enregistrement, au risque de se trouver dans l'incapacité d'en apprécier le jeu esthétique et sa proposition musicale.
Grosso modo, il y a deux manières d'écouter (que j'ai déjà détaillées ici d'ailleurs je ne sais où), qui écartent les problèmes de résonances les plus courantes d'un local :
— Cognitive : l'objet sonore, timbres, espace, dynamique, etc. ;
— Esthétique : le plaisir, l'émotion : l'objet musical lui-même.
Pour ce qui nous occupe la première manière, savante, méthodique est très sûre. Au reste pratiquée par l'immense majorité des essayeurs du monde entier à la satisfaction générale. On se demande même comment quelque chose d'aussi banal pourrait ne pas fonctionner. :lol:
padcost
 
Messages: 2239
Inscription: 08 Sep 2014 9:19
  • offline

Message » 30 Nov 2019 18:26

Il me semble que tu confonds écoute musicale et écoute sonore. Je ne dis pas qu'elles n'interfèrent jamais, bien sûr que si (cf mon post sur le conditionnement et les biais éducatifs, esthétiques, etc.) mais néanmoins ce n'est pas la même chose.

Et quant à faire un tri préalable, bien sûr que c'est utile et même indispensable, pour ne pas dire inévitable, vu la pléthore de modèles et la diversités des technologies et des mesures. Les spécifications constructeurs, du moins les sérieux, donnent déjà une idée (rendement, réponse dans le grave, niveau SPL, etc.). Un ou plusieurs banc d'essai sérieusement fait c'est encore mieux (il y a en malheureusement peu de nos jours).

Comment savoir quoi écouter si on ne fait pas de tri préalable ? Tu en as bien fait toi aussi avant de choisir tes LS 50 Wireless, tu n'es pas allé les écouter après les avoir tirées au sort parmi les milliers de modèles existants, je suppose ?
tovarich007
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 1405
Inscription: 05 Jan 2010 21:51
  • offline

Message » 30 Nov 2019 19:53

tovarich007 a écrit:Il me semble que tu confonds écoute musicale et écoute sonore. Je ne dis pas qu'elles n'interfèrent jamais, bien sûr que si (cf mon post sur le conditionnement et les biais éducatifs, esthétiques, etc.) mais néanmoins ce n'est pas la même chose.

C'est la méthode d'écoute utilisée et les documents sonores sélectionnés lors d'une comparaison qui détermineront de fait la concentration sur l'objet sonore, plutôt que sur l'objet esthétique. Je ne dis nulle part que ces deux manières n'interfèrent pas lors de toute écoute. Au contraire, pourrait-on dire, mais ça n'empêche pas de se prononcer.
Et quant à faire un tri préalable, bien sûr que c'est utile et même indispensable, pour ne pas dire inévitable, vu la pléthore de modèles et la diversités des technologies et des mesures. Les spécifications constructeurs, du moins les sérieux, donnent déjà une idée (rendement, réponse dans le grave, niveau SPL, etc.). Un ou plusieurs banc d'essai sérieusement fait c'est encore mieux (il y a en malheureusement peu de nos jours).

Comment savoir quoi écouter si on ne fait pas de tri préalable ? Tu en as bien fait toi aussi avant de choisir tes LS 50 Wireless, tu n'es pas allé les écouter après les avoir tirées au sort parmi les milliers de modèles existants, je suppose ?

Après lecture d'un compte rendu de presse (sérieuse), ce même compte rendu d'écoute (avec tous ses biais culturels et tous ceux que l'on voudra) peut être vérifié par une autre écoute similaire ou non effectuée par un sujet lambda (avec tous ses biais culturels et tous ceux que l'on voudra). Pas les mesures techniques que ce même sujet n'est pas... "en mesure" de vérifier.
C'est là toute la différence...
padcost
 
Messages: 2239
Inscription: 08 Sep 2014 9:19
  • offline

Message » 30 Nov 2019 21:06

padcost, j'ai jamais compris si tu es pour une écoute plaisir ou une écoute fidèle
Dans le cas d'écoute plaisir, on peut privilégier ce qu' on veut : un grave qui tape, des timbres charnus, une image 3D ...on jongle avec le matos comme un luthier ou un joueur à la recherche de la martingale
Dans l' autre cas, les mesures restent la voie royale : les enceintes sont des convertisseurs (d'énergie ) qui se doivent d' être les plus précis possibles au même titre que des convertisseurs DAC ou ADC, malheureusement ils sont mécaniques, donc très imparfaits
rha61
 
Messages: 1671
Inscription: 11 Mar 2003 0:34
Localisation: Paris
  • offline

Message » 03 Jan 2020 15:55

Bonjour, nouveau sur votre forum et très peu de connaissance, je souhaiterai un renseignement:
Actuellement j’ai un ampli HC ARCAM et un ampli DEVIALET D220 pro. Mes enceintes droite et gauche sont branchées sur le Devialet et la centrale, les arrières ainsi que le caisson sont branchés sur le ARCAM. J’ai donc une écoute stéréo en n’allumant que le Devialet, et le HC en allumant les 2. Tout cela fonctionne correctement grâce au bypass du Devialet.
Il y a peu, J’ai eu la chance d’avoir une écoute chez moi avec les enceintes KII THREEE :love: :love: . Cela m’a scotché et de plus, il possible de faire du bypass (c’est parfait). Mais avant tout achat, j’aimerai pouvoir faire une écoute comparative avec les D&D. Est-il possible d’avoir cette fonction sur les D&D : bypass avec le ARCAM et me séparer du Devialet ?
Merci
pasdur27
 
Messages: 2
Inscription: 25 Sep 2019 12:02
  • offline


Retourner vers Enceintes

 
  • Articles en relation
    Dernier message