Modérateurs: Staff Haute-Fidélité, Staff Univers Casques, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: choky, dfranck, dodoche1, Laurent Dupont, Maitre H, Nicol@s95, ROTH Olivier, xerxes10 et 57 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

A la recherche du Graal, souvenir de votre meilleure écoute

Message » 18 Jan 2020 20:01

J'oubliais :oops: une de mes meilleures écoutes: l'installation à Bruxelles d' Olivier le Daim.

Un local traité, de 90 m2 et un volume "idéal" (?) de 350 m3 avec un haut plafond :o :bravo:

Cette installation DIY à base de chambre de compression TAD 4002 possède un rapport ampleur de reproduction/clarté rare. Et ne pensez pas que c'est une installation pavillonée uniquement bonne pour le jazz; la Musique Classique y est reproduite de façon exemplaire, en particulier les prises de sons à 2 micros :wink:
Me suis rendu compte, particulièrement, chez Olivier de importance, pour écouter en Haute Fidélité de la qualité du local d'écoute traité , et en particulier du volume et de la hauteur des plafonds. Le choix du nouveau local de Briare a été influencé... par celui d'Olivier.
Roland_de_Lassus a lui aussi entendu et grandement apprécié cette exeptionelle installation, avec un pavillon multicellulaire pour le médium récent que je ne connais pas.
J'ai entendu l'installation d'Olivier, une fois avec 1 seul sub et la 2ème fois avec 2 subs de 46 cm montés dans un grand volume.
Pour le problème de linéarité de la reproduction du grave soulevé par l'indien, je n'ai pas entendu les derniers ajustements réalisés par Olivier, donc pas d'avis tranché sur cette question.
Dernière édition par Igor Kirkwood le 19 Jan 2020 18:43, édité 2 fois.

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
4.3 Local d'écoute traité 130 m3 + QSC Q-SYS Core 110f +4 NS-1000x +4 subs SVS by Ohl
general-haute-fidelite/sys-igor-kirkwood-by-ohl-q-sys-core110f-4-subs-ns1000x-t30094413.html
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8943
Inscription: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 19 Jan 2020 14:34

Merci Igor et merci Jean-Luc d’avoir mis mon installation sur l’éventaire de ce marché de l’excellence.

Je me souviens, malgré le temps qui passe et est passé longuement depuis, de l’installation d’Igor à Eaubonne où je me suis rendu deux fois avec mes amis Paul (Jf Acoustics) et Robert (qui a d’excellentes oreilles mais qui refuse obstinément d’écrire quoi que ce soit). Je me souviens d’avoir demandé à Igor de nous faire entendre certains de ses enregistrements que je possédais et que je considérais comme des tests très discriminants à cause de leur excellente prise de son : les ANTIENNES de la nonne von BINGEN par la cantatrice SCHROEDER dans son conteste moyenâgeux et l’acoustique d’une église romane, le piano de Pascal AMOYEL dans des NOCTURNES mélancoliques mais très bien éclairées de CHOPIN, le concerto pour deux mandolines de Vivaldi, et aussi évidemment la MUSIQUE POUR CORDES, CELESTA ET PERCUSSIONS (et harpe) de BARTOK, disque souvent cité par moi et d’autres comme étant une référence dans l’art de la prise de son. Sans doute également d’autres œuvres qui ont moins marqué ma mémoire.


En écoutant à Eaubonne le piano d’ AMOYEL, j’avais apprécié la cohérence des registres, l’homogénéité dans les parties du tissu sonore dont aucune ne se faisait entendre au détriment des autres, ce qui permettait de saisir à travers le délicat touché du pianiste le sens de de ces pièces mélancoliques comme un élément naturel du discours de Chopin.


En écoutant le concerto de VIVALDI, j'ai compris pourquoi Igor tenait à faire écouter cet enregistrement : la clarté évanescente des notes pincées sur les mandolines volaient légères et immatérielles dans l'acoustique de la pièce grâce à un tweeter magnifique. La voix de la cantatrice SCHROEDER était celle d'une tessiture bien rassemblée de soprano autour de laquelle il manquait peut-être un peu de l'atmosphère médiévale du lieu de l'enregistrement.


Autre facette mémorable de l’installation d’Igor, l’œuvre de BARTOK. Avec ce disque, l’installation mettait en évidence par sa clarté combien la spatialisation de la prise de son était en adéquation avec la partition, avec le dialogue des cordes scindées en deux parties dont on percevait bien qu’elles se répondaient, avec des crescendos très tendus mais parfaitement détourés (notamment ceux du 3ème mouvements le plus révélateur et le plus inspiré de l’œuvre) succédant à des parties fouillées tout en nuances (où l’on entend le celesta se confondre avec la harpe et le Xylophone), avec des percussions étalées dans l’espace derrière des cordes où l’on distingue les roulements des tambours et des caissons de la batterie, le coup de mailloche de la grosse caisse et l’onde tellurique du tamtam.


C’est en écoutant ce disque chez lui que j’ai pris réellement conscience des grandes qualités des prises de son d’Igor et que je me suis évertué à les reproduire chez moi. Mes visité chez Igor auront été un ferment dans la recherche d’une meilleure qualité de ma propre installation.


Voilà ce que j’avais apprécié en écoutant mémorablement l’installation eaubonnaise d’Igor. Je n’ai malheureusement pas eu l’occasion d’entendre sa nouvelle installation après son déménagement. Mais je ne doute pas que cette nouvelle installation soit à la mesure de la précédente encore plus remarquable.


Je n’ai pas lu de compte-rendus de l’installation de l’Indien. Sans doute, les ai-je manqués. Il voudra donc bien m’en indiqué la référence. A bientôt donc.

Cordialement Olivier

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 340
Inscription: 11 Aoû 2012 7:59
  • online

Message » 19 Jan 2020 18:07

Évidement, ces dernières années, j’ai appris à relativiser des écoutes réalisées dans des conditions non comparables mais il n’en reste pas moins des moments magiques.

Plusieurs modèles Cabasse, d’abord écoutés sur les démos Cabasse Au salon, puis généralement chez mes deux revendeurs préférés.

La Gallion Vi, que j’ai fait acquérir par mon beau-père, puis reprise quelques années plus tard. L’équilibre et la précision que j’aimais. Parfaite dans mon troisième appartement sous les toits, pièce sous les toits façon cathédrale de 35 m2.

La caravelle à la même époque, qui m’accompagne encore, mais qui a perdu son compensateur dans un déménagement. Remarquable dans une petite pièce de 24 m2 également a plafond en cathédrale (duplex)

J’aurais aimé avoir la colonne 135 qui m’a semblé être la meilleure Cabasse encore accessible.

Une enceinte de Marcel Vaissaire, esthétique improbable, concepteur inconnu de moi a l’époque, précise et sans coloration. Une seule écoute mais quelle incroyable surprise.

La jbl Jobal citée par Haskil, une écoute à la Fnac Montparnasse (ben ouais), impressionnante à tous point de vue. J’y suis au moins retourné trois fois avec les disques, juste pour réentendre avec la complicité d’un vendeur bienveillant. Trop chère et trop grosse pour moi à l’époque et puis j’avais des a priori sur JBL, presqu’une écoute en cachette.

Un immense panneau STAX, sur ampli et préampli double mono (avec contrôle de volume façon horlogerie) également STAX, terriblement directif et au grave un peu flottant mais qui, dans cette grande salle de je ne sais plus quel salon dans les années 80, avait donné une sensation de non coloration et d’ampleur rare, à une époque où je courrais les concerts classiques. Je ne l’ai jamais revu nulle part. Même sur le net !

Une inconnue ou presque, la Ditton 442, au médium un peu coloré mais précise et douce à la fois, dynamique presque comme une Cabasse. Tenait mieux que bien la comparaison avec les vedettes du même revendeur versaillais, deux ou trois fois plus chères. Je comprends maintenant qu’elle était particulièrement mise en valeur et profitait d’une acoustique favorable. Elle était moins bien chez moi dans une pièce trop petite. Je l’ai donnée à mon père.

Les panneaux quad pour leurs qualités de finesse et aération, en oubliant leurs défauts ...

La mise en œuvre chez Igor. Tout a été dit. Mais ce qu’il peut écouter fort ! :wink:

La chaîne Arcade, comme d’autres, dont le concepteur m’a ensuite bien déçu.

La grande Allison, sorte d’alternative à Bose, bien plus précise, et de très belle écoutes dans mon souvenir.

Comme Haskil encore, la Philips asservie, bien moins chère aussi que les Cabasse asservies de l’epoque. Ce qui me fait penser à la BO de mon grand-père, bloc ampli-tuner au dessin monolithique acier sublime, enceintes avec HP Philips (non asservis), et l’écoute était belle.
wald
 
Messages: 1950
Inscription: 07 Avr 2008 9:40
  • offline


Retourner vers Discussions Générales