Modérateurs: Staff Haute-Fidélité, Staff Univers Casques, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: indien29, renan, roland_de_lassus, tovarich007 et 26 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

ACOUSTIQUE EN HIFI, THEORIE ET PRATIQUE

Message » 01 Jan 2018 14:02

Igor Kirkwood a écrit:
La méthode de mesure du RT 60 semble compter pour ajuster celui ci
JIM toi qui a mesuré également le RT 60 via la mesure MMM de Jean-Luc Ohl, d'après toi quelle serait l'incidence de la méthode MMM sur le résultat.

Nota (avec la méthode MMM dans le Studio de Briare):
-sur les frontales on arrive à 0,17/0,2
-sur les surrounds 0,2

Quelle serait la meilleure façon de mesurer ce RT60 ?
Quel périmètre de mesure donner si utilisation de la méthode MMM, afin que les résultats soient comparables ?


Bonjour Igor et bonne année à tous.

En fait, il ne faut pas confondre l'outil d'ohl et la méthode MMM qui ne permet pas de conserver l'aspect temporel, et donc, de mesurer le rt.
Je ne sais pas si ohl réalise une moyenne du rt à partir des x points de mesures en sinus glissant, il pourra préciser.
Avec REW et un paramétrage proche (t20, affichage par octave), je retrouve le même résultat mais on peut demander plus de précision (1/3 d'octave) et calculer le t30, l'edt, voir ce qui se passe à -60dB quand le système le permet, etc ...

Le waterfall permet de mieux visualiser ce qui se passe et de faire la distinction entre modes (résonances) et réverbération.

Pour ma part, je regarde aussi le délai de groupe et je regarde ce qui se passe avec des fenêtres différentes.

Ce qu'il faut obtenir, c'est déjà une décroissante (rt) sans accident majeur et assez linéaire.
Une pièce non traitée, c'est en général une réponse en cloche avec une pointe vers 1s ou plus dans le médium, l'écoute devient vite très agressive dés que l'on monte un peu le volume.
Après, avoir une bonne diffusion, une bonne sensation d'enveloppement, etc ... c'est plus compliqué.

Toujours concernant le rt, la méthode est décrite dans la norme ISO 3382 mais je suis d'accord avec ohl, ce n'est pas ce que l'on entend lorsque l'on écoute.
Par contre, au niveau des recommandations, qu'en est-il ?

Je n'ai pas encore lu quelque chose de clair sur le sujet, si un pro a la réponse, je suis preneur.
http://www.cinetips.com/viewtopic.php?f ... &start=140
JIM
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6243
Inscription Forum: 19 Nov 2001 2:00
Localisation: Toulouse
  • offline

Annonce

Message par Google » 01 Jan 2018 14:02

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

AMELIORER SENSIBLEMENT SON SALON

Message » 11 Jan 2018 19:59

Bonjour,

Mise à jour du topic à l'instant sur la rubrique "ACOUSTIQUE EN HIFI, AMELIORER SENSIBLEMENT SON SALON" en page 1 de ce post.

Le topic est preneur de toutes les bonnes volontés qui ont des compétences pour aider sur le sujet AMELIORER SENSIBLEMENT SON SALON

Ce n'est pas simple dans un salon car il s'agit de trouver un moyen pour traiter partiellement et faire en sorte que ce soit intégrable et esthétique.

Les ondes des sons graves, très longues, sont heureusement omnidirectionnelles, elles se diffusent partout, loin et dans tout les angles d'attaques par rapport aux cloisons et aux amortissants.

Le traitement doit pouvoir descendre le plus bas possible en fréquence, faut donc de l'épaisseur, 30 à 40 cm, on affinera avec les laines mixtes en densités et leurs capacités à agir avec un effet de membrane pour stopper le moins partiellement les ondes les plus longue du grave.

Le principe de base d'un traitement suffisamment épais, c'est de s'attaquer aux ondes longues, en considérant qu'on ne peut pas stopper 100% d'une longueur d'onde longue, mais que lorsque une fréquence X a un ANGLE D'ATTAQUE éloignée d'un 90° Vertical et Horizontal, les fréquences les plus longues trouvent dans le biais, des longueurs d'amortissants X fois plus importantes que le X de l'angle d'incidence de l'onde sur l'amortissant.

On réduit ainsi seulement un pourcentage proportionnellement faible au fur et à mesure que l'onde est longue et on espère ainsi réduire encore un certain pourcentage sous les 150Hz.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • online

AMELIORER SENSIBLEMENT SON SALON

Message » 11 Jan 2018 20:28

Alors, il y a plein d'autres méthodes, comme les résonnateurs,

Je me permet la recopie d'un texte de JPL du 9.01.2018 issu de cette page : http://www.homecinema-fr.com/forum/acoustique-correction-passive/etude-traitement-acoustique-liste-des-pros-t30052064-90.html

Tout le monde ne dispose pas d'une pièce libre pour la dédier à un loisir spécifique.
Un cinéma de salon trouve sa place... dans un salon. Or, un salon est d'abord une pièce à vivre et doit le rester.
Il va de soi que des compromis doivent être trouvés. Dès lors, il est tout à fait compréhensible que l'accent puisse être mis sur l'ergonomie, la décoration, la convivialité du lieu. La partie cinéma devenant un accessoire dont on essaiera de tirer le meilleur parti sans en être esclave et sans se ruiner.

Dans une pièce de taille modeste (<50m²), la majeure partie des problèmes acoustiques se situe en dessous de 300 Hz. Contrairement aux grands volumes, la pièce fonctionne en régime modal, les réflexions sont essentiellement spéculaires. La réverbération diffuse est quasi inexistante.

Les dispositifs et matériaux de faible épaisseur destinés à la correction acoustique des home cinéma cinéma sont des leurres.
Ils sont d'abord conçus pour occuper peu de place et ne pas trop défigurer la pièce. Leur faible épaisseur limite l'efficacité pour les fréquences supérieures à 300Hz. Ils ont très peu d'impact sur les résonances modales et un impact modéré sur certaines réflexions spéculaires. En outre, ils neutralisent le peu de réverbération utile qui aurait pu être sauvée.

Alors que faire ?
Vous n'avez pas besoin d'acheter des absorbeurs minces qui s'adressent aux fréquences supérieures. Les tapis, moquettes, rideaux, fauteuils, coussins et vêtements font cela très bien.
Par contre, je conseille vivement de diffuser. Comment? En achetant des diffuseurs ? Non, pas besoin. Les meubles et les bibelots décoratifs savent aussi faire cela s'ils sont nombreux, correctement choisis et disposés.

Il reste les basses, le plus important. Les absorbeurs poreux sont trop volumineux pour entrer dans la pièce.
Ne comptez pas sur la correction électronique. Même si le manuel de votre ampli prétend le contraire, elle est inefficace face à ces situations.
Les résonateurs perforés de type Helmholtz sont rares sur le marché et très peu efficaces à cause de l'étroitesse de leur plage d'action.
Il ne reste que les dispositifs à diaphragme.
Le plus discret est de doubler les murs avec une paroi simple dont la raideur, la masse et la profondeur détermineront l'atténuation des résonances nuisibles. Ce doublage doit être construit en amont (gros travaux) et ne convient pas pour une pièce déjà aménagée. De plus, il n'isole pas des pièces voisines. Les maisons américaines en bois sont mieux loties face à ce problème que nos constructions en maçonnerie.
On peut aussi faire réaliser des résonateurs à membrane. Toutefois, la conception autant que la construction sont délicates et le coût élevé."
Dernière édition par indien29 le 11 Jan 2018 20:34, édité 1 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • online

Message » 11 Jan 2018 20:33

Le problème principal des résonateurs, ce n'est pas simple à mettre en oeuvre, comparativement à un mur absorbant de 30 à 40cm avec laine mixte.

Il est maintenant certain que le principe du mur absorbant occupe une certaine emprise au sol, mais il n'y a pas le choix, 30 cm pour un tel résultat, ce n'est pas grand chose pour celui qui est dans la passion et qui souhaite un réel gain dans l'amélioration de l'acoustique de sa pièce.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • online

Message » 11 Jan 2018 22:23

Un commentaire en relation avec l'ajout en p.1. pour apporter une petite contribution à la construction de ce topic.

Je dirais qu'entre les 2 posts, l'ajout d'aujourd'hui et le précédent post, pour que tout soit bien clair et que cela n'embraye pas trop rapidement sur la correction, il faudrait ajouter un long développement sur le champ diffus, donc sur la propagation des ondes acoustiques.

C'est important qu'on comprenne bien les relations entre fréquences, surfaces/matériaux que les ondes vont rencontrer, éventuellement l'énergie et les angles d'incidence, pour qu'on arrive à se faire une idée a priori de la façon dont la pièce va réagir. Nos logements diffèrent largement les uns des autres, pas seulement par les proportions, mais aussi les matériaux des murs et cloisons, sols et plafonds, ouvertures, mobilier...

Par exemple, ma cloison intérieure va-t-elle réagir comme mon mur de façade? Les graves vont-ils être réfléchis ou passer chez le voisin? Pourquoi considérer une bibliothèque comme diffusante plutôt qu'amortissante (ou alors à quelles fréquences)? Est-ce que ma table basse en verre ou mon miroir peut aider à diffuser les aigus?

J'aimerais aussi bien comprendre comment cela se passe à l'arrière de l'enceinte, en champ direct, et en ce qui concerne la correction, si les dispositifs recommandés s'attaquent en premier lieu, quand il s'agit d'amortissement, au champ direct ou au champ diffus (par exemple et justement à l'arrière de l'enceinte, mais aussi sur le mur derrière la zone d'écoute).
Canic
 
Messages: 438
Inscription Forum: 01 Juin 2011 10:18
  • offline

Message » 11 Jan 2018 22:26

Tu as raison, le topic va évoluer en fonction de la contribution de chacun, c'est le début seulement et c'est une base de réflexion !

Merci à toi

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • online

Message » 12 Jan 2018 0:09

indien29 a écrit:lorsque une fréquence X a un ANGLE D'ATTAQUE éloignée d'un 90° Vertical et Horizontal, les fréquences les plus longues trouvent dans le biais, des longueurs d'amortissants X fois plus importantes que le X de l'angle d'incidence de l'onde sur l'amortissant.


Il faut préciser que les résonances dans les basses fréquences sont des ondes stationnaires, c'est-à-dire que leur angle d'incidence est fixé une fois pour toutes, pour une configuration d'écoute (enceintes et point d'écoute) donnée.
Cela veut dire que l'effet de l'angle d'attaque ne va pas toujours agir. D'autant que les résonances les plus fortes, donc les plus gênantes, sont celles entre parois opposées et parallèles. Ce qui est le cas le plus défavorable pour que l'amortissant puisse agir.

Ne pas oublier non plus la résonance sol-plafond, d'autant plus forte que le plafond est rigide et massif (70 Hz pour une hauteur de plafond de 2.5 mètres), sur laquelle on ne peut guère agir... sauf en déplaçant la source du grave loin du sol.
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 8034
Inscription Forum: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 12 Jan 2018 0:14

Pio2001 a écrit:Ne pas oublier non plus la résonance sol-plafond, d'autant plus forte que le plafond est rigide et massif (70 Hz pour une hauteur de plafond de 2.5 mètres), sur laquelle on ne peut guère agir... sauf en déplaçant la source du grave loin du sol.

+1
raison pour laquelle il ne faut pas (si possible) oublier un traitement passif au plafond
phile
 
Messages: 1605
Inscription Forum: 12 Nov 2015 12:32
  • offline

Message » 12 Jan 2018 0:14

Pio2001 a écrit:leur angle d'incidence est fixé une fois pour toutes, pour une configuration d'écoute (enceintes et point d'écoute) donnée.


Hum... je me demande même s'il n'est pas fixé pour un local donné, quel que soit l'emplacement des enceintes et de l'auditeur.
Changer la configuration changera le niveau du grave et de chaque pic de résonance, mais pas leur angle d'attaque, ni leur fréquence.
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 8034
Inscription Forum: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 12 Jan 2018 0:21

phile a écrit:
raison pour laquelle il ne faut pas (si possible) oublier un traitement passif au plafond


Le plénum au plafond, c'est l'étape 2 de la partie amortissement noté sur le tuto, de plus, au plafond, pas d'emprise au sol ! :D :D

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • online

Message » 12 Jan 2018 0:43

Pio2001 a écrit:
Il faut préciser que les résonances dans les basses fréquences sont des ondes stationnaires, c'est-à-dire que leur angle d'incidence est fixé une fois pour toutes, pour une configuration d'écoute (enceintes et point d'écoute) donnée.
Cela veut dire que l'effet de l'angle d'attaque ne va pas toujours agir.


30 à 40 cm, ça traite toute les fréquences jusque environ 400Hz, ensuite ça décrois.
Les champs réverbérant « early decay » sont aussi très importants, l'explication de l'angle d'attaque des ondes les concernent principalement.
L'angle d'attaque explique le pourcentage de traitement encore valable sur les basses fréquences.

Les résonnances locales, très fotes dans les angles, sont aussi partiellement traité par cette épaisseur.

L'ajout d'un traitement des angles dans toute la pièce, serait l'option numéro 3, mais là, on est dans l'objectif "AMELIORER SENSIBLEMENT SON SALON" avec l'idée d'un mur acoustique, simple à monter (3 heures pour le montage chez moi) et qui ne défigure pas le salon, ça reste dans un esprit WAF et cette option simple est réalisable par tous, sans expérience, sans calcul, à condition d'accepter de perdre 30 à 40 cm de profondeur sur un mur...
Sinon, le mieux c'est de ne rien faire, ou de diffuser au moins pire avec des bibliothèques sur les premières réflexions aux murs... et de se contenter d'une écoute moins favorisée... :x

Si la bibliothèque n'a que pour seul ambition d'être esthétique et de participer à l'acoustique de la pièce, son rendement emprise au sol / efficacité est bon bon que 40 cm de laine contre le mur arrière des enceintes. :D


Pio2001 a écrit:
D'autant que les résonances les plus fortes, donc les plus gênantes, sont celles entre parois opposées et parallèles. Ce qui est le cas le plus défavorable pour que l'amortissant puisse agir.

Les angles de la pièce sont les zones ou la pression est la plus forte, c'est en partie le lieu de naissances des modes, traiter 4 coins est moins efficace qu'un mur entier dans une pièce, le mur entier fait descendre le RT, filtre toute les fréquences et calme beaucoups la pièce.

Un traitement plus complet demande une étude car il t a ensuite le risque de trop absorber et d'avoir un problème dans le médium et l'aigu.
Le choix du mur en arrière des enceintes est le meilleur, la proximité des enceintes fait que c'est l'endroit ou la pression est la plus forte.

Le choix du mur arrière serait aussi une option, surtout si le point d'écoute est proche du mur, j'ai testé l'inversion du point d'écoute, je trouve que ça marche nettement moins bien que le coté enceinte.

Si le point d'écoute est proche, diffuser est une option, juste sur 1 metre derrière les oreilles, amortir ne doit pas etre mauvais non plus, je n'ai pas testé.
Dernière édition par indien29 le 13 Jan 2018 2:24, édité 1 fois.

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • online

Message » 12 Jan 2018 12:20

Bonjour Indien29
Bravo pour ton initiative. Plus on parle d'acoustique sur ce forum, plus de gens y seront sensibilisés et c'est tant mieux.
Je suis d'accord avec la grande majorité de ce que tu as écris, il y a parfois des imprécisions - pas bien grave, mais j'ai relevé au moins un passage qui me parait être à revoir:

Quand, via EQ tu réduits le niveau sur la fréquence du mode qui pousse très au dessus du reste de la courbe de réponse du champ diffus, tu réduits en effet mode dominant qui te gène, MAIS tu réduits aussi toutes les fréquences autour du modes dominant qui lui ne se trouve que sur une seule fréquence.

L'EQ, active ou passive ne pourras pas atteindre un mode propre de façon précise car celui ci est calé sur une fréquence unique.

Le trou créé autour de la fréquence du mode dans le champ direct, ayant pour effet de réduire ce mode dans le champ diffus... sera désastreux à entendre.
L'équilibre direct / diffus sera brisé et le cerveau percevra ce qu'un micro qui ne lit que les fréquences cumulés n'entendra pas.

Donc, premiere chose avant l'EQ software, trouver le mode dominant, le traiter via absorption.


Comme Ohl l'a écrit un peu plus haut, un mode propre est équivalent à un filtre: avec une fréquence centrale et un facteur de qualité (Q) qui définit une largeur de bande.
Contrairement à ce que tu écris, un mode propre ne concerne donc pas "une fréquence unique" mais une fréquence centrale et celles qui sont autour; Il peut être compensé parfaitement par un filtre paramétrique calé précisément en fréquence, Q et gain.

On ne peut pas non plus parler de "champ direct" ou 'diffus" concernant un mode propre car celui-ci est par définition situé bien en dessous de la fréquence de Schroeder. Ce n'est pas qu'une vue de l'esprit: Aux basses fréquences la distinction champ direct / champ diffus est inopérante aussi bien pour un micro que pour une oreille. Tout simplement parce que les réflexions se sont ajoutées au signal direct bien avant qu'une période soit écoulée.

Pour ces raisons un mode propre correctement corrigé par égalisation n'est pas "désastreux à entendre" bien au contraire il est tout simplement neutralisé !

En revanche "traiter via absorption" un mode propre, n'est pas vraiment possible; en pratique on ne traite pas (ou très difficilement) "UN" mode particulier mais on peut dans certaines conditions améliorer sensiblement l'amortissement d'une pièce sur l'ensemble des fréquences y compris les plus basses - et donc réduire les effets des modes.
Il faudrait en effet revenir également sur ce que tu as écris concernant l'épaisseur des absorbants laines / leur efficacité pratique aux basses fréquences - Ohl pourra expliquer pourquoi ils peuvent rester efficaces bien plus bas que ce que prévoit la théorie, ce que l'on constate en pratique) , ainsi que sur ce qu'écrit JPL concernant les panneaux fléchissants (quasi impossible à mettre en pratique pour un particulier).
Denis31
Pro-Fabricant
Pro-Fabricant
 
Messages: 4527
Inscription Forum: 16 Sep 2005 9:50
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 12 Jan 2018 13:33

Denis31 a écrit:Pour ces raisons un mode propre correctement corrigé par égalisation n'est pas "désastreux à entendre" bien au contraire il est tout simplement neutralisé !


Je confirme, pour l'avoir fait sur mon système. Je peux fournir mesures et éventuellement enregistrements au point d'écoute ou autre, quoique limités par la qualité du micro de mesure, qui n'est pas du tout fait pour la prise de son.

Par contre, niveau, fréquence et largeur (Q) ne suffisent pas à traiter une résonance en particulier, car dans le monde réel, les pics de résonance ne ressemblent guère à des courbes gaussiennes. Il faut combiner plusieurs filtres paramétriques pour bien coller à la courbe, et pour cela, l'algorithme de calcul de filtres de REW est beaucoup plus efficace que ce qu'on peut faire en tâtonnant à la main avec les réglages.
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 8034
Inscription Forum: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 13 Jan 2018 0:54

JIM a écrit:En fait, il ne faut pas confondre l'outil d'ohl et la méthode MMM qui ne permet pas de conserver l'aspect temporel, et donc, de mesurer le rt.
Je ne sais pas si ohl réalise une moyenne du rt à partir des x points de mesures en sinus glissant, il pourra préciser.
Toujours concernant le rt, la méthode est décrite dans la norme ISO 3382 mais je suis d'accord avec ohl, ce n'est pas ce que l'on entend lorsque l'on écoute. Par contre, au niveau des recommandations, qu'en est-il ?
Effectivement, le RT mesuré par mon logiciel est calculé par rapport à plusieurs mesures en sine sweep et non pas au moment de la mesure MMM sur bruit rose.

A propos de temps de réverbération, j'ai récemment installé un système 16.1 pour des recherches en psychoacoustique dans un local d'environ 30m2 aménagé comme un salon domestique. Des mesures ont été faite avant l'aménagement complet (local encore un peu vide) et la mesure normalisée (avec enceinte normalisée omni, etc) du RT60 est à peine supérieure (0.80s) à la mesure faite directement avec les 16 enceintes du système (entre 0.62 et 0.70s selon la position de l'enceinte).
ohl
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 1834
Inscription Forum: 13 Aoû 2004 16:17
  • offline

Message » 13 Jan 2018 1:28

Denis31 a écrit: Bonjour Indien29
Bravo pour ton initiative. Plus on parle d'acoustique sur ce forum, plus de gens y seront sensibilisés et c'est tant mieux.

Bonjour Denis, merci à toi également pour ton intervention !

Denis31 a écrit:Je suis d'accord avec la grande majorité de ce que tu as écris, il y a parfois des imprécisions - pas bien grave, mais j'ai relevé au moins un passage qui me parait être à revoir:
Comme Ohl l'a écrit un peu plus haut, un mode propre est équivalent à un filtre: avec une fréquence centrale et un facteur de qualité (Q) qui définit une largeur de bande.
Contrairement à ce que tu écris, un mode propre ne concerne donc pas "une fréquence unique" mais une fréquence centrale et celles qui sont autour; Il peut être compensé parfaitement par un filtre paramétrique calé précisément en fréquence, Q et gain.

J'écris fréquence unique, tu écris fréquence centrale, mais on dit la même chose je pense, c'est moi qui interprete mal.
Mon erreur que tu corriges, c'est de ne pas avoir intégré Q qui est j'imagine proportionnel en largeur au gain.
Y a t'il une règle proportionnelle à Q par rapport au gain ?
Une question à ce sujet, Q varie t'il en fonction des fréquences ?


Denis31 a écrit:On ne peut pas non plus parler de "champ direct" ou 'diffus" concernant un mode propre car celui-ci est par définition situé bien en dessous de la fréquence de Schroeder. Ce n'est pas qu'une vue de l'esprit: Aux basses fréquences la distinction champ direct / champ diffus est inopérante aussi bien pour un micro que pour une oreille.

Je suis d'accord, je vais corriger, j'ai eu tors de ne pas mieux détailler, en voulant simplifier on passe à côté de choses importantes, merci à toi, je m'en occupe.


Denis31 a écrit:Pour ces raisons un mode propre correctement corrigé par égalisation n'est pas "désastreux à entendre" bien au contraire il est tout simplement neutralisé !

Corriges moi si je me trompe, je pensais qu'à ce niveau, il y avait 2 sujets :

1- Le sujet des fréquences Q autour de la fréquence du mode, là dessus, j'ai compris, l'EQ paramétrique s'emboite bien dans la correction du mode à traiter. C'est clair.

2- Le fait de perdre la présence du champ direct à la fréquence du mode corrigé, à cette fréquence, on n'entends + la pièce que les enceintes et je trouve ça très audible et perturbant, c'est ce point que je reproche. Qu'en penses tu ?

Denis31 a écrit:En revanche "traiter via absorption" un mode propre, n'est pas vraiment possible; en pratique on ne traite pas (ou très difficilement) "UN" mode particulier mais on peut dans certaines conditions améliorer sensiblement l'amortissement d'une pièce sur l'ensemble des fréquences y compris les plus basses - et donc réduire les effets des modes.

Erreur de ma part, à corriger évidement, le traitement des modes est la résultante du traitement acoustique global, un mode ne peut se traiter individuellement, je corrige, merci !

Denis31 a écrit:Il faudrait en effet revenir également sur ce que tu as écris concernant l'épaisseur des absorbants laines / leur efficacité pratique aux basses fréquences -


Oui, j'abordais le sujet en page 2 en réponse à pio sur le traitement du grave, mais c'est trop profond dans le post et il faut le recentrer :

En effet, un ammortissement faible à peu d'effet sur les bases fréquences car plus la fréquence est basses, plus l'onde est longue et plus épais / perfomant doit etre l'amortissant.

Voici ma théorie (qui n'est pas celle d'un expert à corriger donc en fonction)
Les ondes basses fréquences sont très longues, les ondes hautes fréquences très courtes.
On calcul la longueur d'une onde en DIVISANT SA CELERITE PAR SA FREQUENCE.
La vitesse du son est d'environ 340m/s.
340 m/s / 100 Hz = 3,4 mètres.

Le calcul de l'épaisseur du traitement dépends du coefficient d'absorption de l'amortissement, exprimé par exemple en sabine et de la longueur d'onde à traiter.
Avec ce calcul simple, on comprends que l'amortissement sera très épais, même avec les matériaux dont le coefficient d'absorption sera excellent.

Maintenant, si un traitement est suffisamment épais pour stopper 100% de la longueur d'onde d'une fréquence X lorsque son ANGLE D'ATTAQUE est de 90°Horizontal et Vertical, on comprends aussi que les angles d'attaques des ondes H et V, varient énormément et trouvent dans le biais, des longueurs d'amortissants X fois plus importantes que le X de l'angle d'incidence de l'onde sur l'amortissant.

Les ondes des sons graves, très longues, sont heureusement omnidirectionnelles, elles se diffusent partout, loin et dans tout les angles d'attaques par rapport aux cloisons et aux amortissants.

Si, par exemple, la laine de roche qui offre en sabine, un bon coefficient d'absorption par rapport à son prix est choisie (il en existe d'autres plus bien plus performant dans l'industrie acoustiques), toutes les fréquences seront traitées mais dans des pourcentages différents en fonction de l'épaisseur, de la fréquence et de la directivité de l'onde sonore.

Les angles d'attaques les plus éloignées de 90° H et V, trouverons dans le biais d'un amortissement de 30 ou 40 cm d'épaisseur, une longueur qui atténueras une partie proportionele du niveau des graves à leurs fréquences basses.

Denis31 a écrit: Ohl pourra expliquer pourquoi ils peuvent rester efficaces bien plus bas que ce que prévoit la théorie, ce que l'on constate en pratique)

Oui, je posais ici la question :
Je ne connais pas les épaisseurs "types" sur de la laine de roche, il serait très intéressant d'en effectuer les mesures ou d'avoir un retour d'expérience de ceux qui les ont déjà effectuées, et de pouvoir faire un tableau avec les épaisseurs de laine de roches et les fréquences approximativement absorbées en %, le calcul me semblant trop complexe à cause de la variation des angles qui varient en fonction des fréquences.
Ce type de tableau permettrait de dire approximativement qu'avec 40 cm de laine de roche, 30% du 40Hz serait absorbé, 50% du 80Hz et 100% du 200Hz.



Denis31 a écrit: ce qu'écrit JPL concernant les panneaux fléchissants (quasi impossible à mettre en pratique pour un particulier).

Oui, au sujet des panneaux fléchissants, que penser de l'utilisation d'une laine bi densité, par exemple une 60 / 120 kilos en 100mm.

J'ai entendu dire que ces laines pouvaient offrir un résultat probant, amortissant sur un champ fréquentielle assez large, grâce à la partie 120 kilos qui, placée en extérieur, joue un peu à la façon d'un panneaux fléchissant, avec pour résultat d'absorber convenablement des fréquences variables dont une partie très basses ... jusque 60Hz...
Connais-tu, toi ou OHL, les effets de cette application ?

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8697
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • online


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message