Modérateurs: Staff Haute-Fidélité, Staff Univers Casques, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 24 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

CHOIX MUSIQUES TESTS comparatifs enceintes

Message » 26 Aoû 2019 13:24

haskil a écrit:
Igor Kirkwood a écrit:
Le piano enregistré de près est très "stéréophonique" .
Quelle position dans la salle de concert pour cette impression ?

Hypothèse pour les CD de Petrucchiani:
Celui ci assis près du piano entend un aigu fort et impose son choix à l'équipe d'un aigu fort , d'ou les aigus acides ....pour l'auditeur :ko:

PS: j'enregistre toujours le piano avec son couvercle, mais ce n'est pas la cas pour tous les enregistrements. :(

Petrucciani jouait un Bösendorfer harmonisé de façon affreusement métallique... il était enregistré de très près, au ras des cordes, selon la mauvaise habitude des producteur de jazz qui profitent du fait que ce jeu de piano ne repose en général, très souvent même, pas sur une dynamique colossale ni sur une recherche orchestrale du jeu de piano, ce qui fait que le piano jazz est souvent quasi du close up et enregistré à un niveau moyen très élevé...

Et par dessus ça, Petrucciani avait un jeu très dur fondé sur des attaques rapides et une tendance à jouer fort... sans faire d'analyse sauvage : il avait développé dans ses bras et ses mains la force qu'il n'avait pas ailleurs.

(Je l'ai écouté à 1 m du piano, debout, pendant qu'il me montrait des choses... avant qu'il ne devienne la star qu'il est devenu après la sortie du premier film sur lui...)

Voilà pourquoi les disques de petrucciani, enfin ceux, pas nombreux, que j'ai écoutés sonnent si dur, si direct...

Merci pour cet avis, je comprends mieux pourquoi je ne suis pas moi même fan des quelques disques que j'ai de lui.

La configuration dans mon profil


Intoxiqué au Beryllium :D
Avatar de l’utilisateur
Powerdoc
Staff Home-Cinéma
Staff Home-Cinéma
 
Messages: 7421
Inscription Forum: 30 Sep 2006 19:05
Localisation: Allier
  • offline

Annonce

Message par Google » 26 Aoû 2019 13:24

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 26 Aoû 2019 13:30

haskil a écrit:
Et tu as toutes les prises de son de piano effroyables : Decca depuis les années 1970 jusqu'à 2010...


Tu parles du modèle Phase 4 de DECCA? Je n'ai pas bien compris quelles techniques étaient employées. Je pense (mais peux me tromper) que de nombreux micros étaient employés et mixés sur une grande table .

Ce disque a marqué mon enfance (aussi parce que la musique est entrainante) (image https://www.cdandlp.com/en/los-machucam ... 074905359/)
Image

et surtout celui-ci (1958) toujours chez DECCA, intitulé ffss "Full Frequency Stereophonic Sound" (image https://themusicparlour.blogspot.com/) Je l'ai racheté en CD en Malaysie dans un magasin où il y avait plein de Mac INTOSH :oldy:
Image

qui a dit que je n'étais pas jeune ? :ane: SI, j'étais jeune :ane:
sax.tenor
 
Messages: 956
Inscription Forum: 16 Mar 2019 12:15
  • offline

Message » 26 Aoû 2019 14:09

Powerdoc a écrit:
haskil a écrit:Petrucciani jouait un Bösendorfer harmonisé de façon affreusement métallique... il était enregistré de très près, au ras des cordes, selon la mauvaise habitude des producteur de jazz qui profitent du fait que ce jeu de piano ne repose en général, très souvent même, pas sur une dynamique colossale ni sur une recherche orchestrale du jeu de piano, ce qui fait que le piano jazz est souvent quasi du close up et enregistré à un niveau moyen très élevé...

Et par dessus ça, Petrucciani avait un jeu très dur fondé sur des attaques rapides et une tendance à jouer fort... sans faire d'analyse sauvage : il avait développé dans ses bras et ses mains la force qu'il n'avait pas ailleurs.

(Je l'ai écouté à 1 m du piano, debout, pendant qu'il me montrait des choses... avant qu'il ne devienne la star qu'il est devenu après la sortie du premier film sur lui...)

Voilà pourquoi les disques de petrucciani, enfin ceux, pas nombreux, que j'ai écoutés sonnent si dur, si direct...

Merci pour cet avis, je comprends mieux pourquoi je ne suis pas moi même fan des quelques disques que j'ai de lui.


Petrucciani jouais certainement sur un Bösendorfer les premier temps , mais en suite c’était un Steinway . d’ailleurs , dans le film nous le nous le voillons a new york chez Steinway & Sons choisir son piano ... pour le reste complétement d'accord avec haskil il jouais vraiment " fortissimo " et les prises de son sont trop souvent très rapprochées des marteaux ...
après la période sous le label Dreyfus Jazz ( la plus connue ) est bien trop commerciale pour apprécier l artiste a mon avis ..
fredoamigo
 
Messages: 4030
Inscription Forum: 04 Déc 2010 10:21
Localisation: aix en provence
  • offline

Message » 26 Aoû 2019 18:57

fredoamigo a écrit:Petrucciani jouais certainement sur un Bösendorfer les premier temps , mais en suite c’était un Steinway . d’ailleurs , dans le film nous le nous le voillons a new york chez Steinway & Sons choisir son piano ... pour le reste complétement d'accord avec haskil il jouais vraiment " fortissimo " et les prises de son sont trop souvent très rapprochées des marteaux ...
après la période sous le label Dreyfus Jazz ( la plus connue ) est bien trop commerciale pour apprécier l artiste a mon avis ..


Je ne trouve plus le lien qu'on m'avait envoyé du classement des Albums en fonction de leur dynamique. Des Albums de Petrucciani étaient plutôt bien placés.
wuwei
 
Messages: 3593
Inscription Forum: 05 Jan 2006 10:58
  • offline

Message » 26 Aoû 2019 18:58

wuwei a écrit:Que dire d'un titre comme celui là à première vue ?


Rien :lol:
wuwei
 
Messages: 3593
Inscription Forum: 05 Jan 2006 10:58
  • offline

Message » 26 Aoû 2019 19:21

wuwei a écrit:
fredoamigo a écrit:Petrucciani jouais certainement sur un Bösendorfer les premier temps , mais en suite c’était un Steinway . d’ailleurs , dans le film nous le nous le voillons a new york chez Steinway & Sons choisir son piano ... pour le reste complétement d'accord avec haskil il jouais vraiment " fortissimo " et les prises de son sont trop souvent très rapprochées des marteaux ...
après la période sous le label Dreyfus Jazz ( la plus connue ) est bien trop commerciale pour apprécier l artiste a mon avis ..


Je ne trouve plus le lien qu'on m'avait envoyé du classement des Albums en fonction de leur dynamique. Des Albums de Petrucciani étaient plutôt bien placés.



je pense que c'est celui là ( l album ) https://www.allmusic.com/album/trio-in-tokyo-expanded-edition-mw0000672563 il y a plusieurs versions . celle là , expended version 24bit est la meilleure ,,, me souvient plus bien , mais le DR est au dessus de 19 sur certain morceaux .. il y a ici mais ils ne mentionnent pas toute les versions du trio tokyo http://dr.loudness-war.info/album/list?artist=Michel%20Petrucciani
Dernière édition par fredoamigo le 26 Aoû 2019 20:00, édité 3 fois.
fredoamigo
 
Messages: 4030
Inscription Forum: 04 Déc 2010 10:21
Localisation: aix en provence
  • offline

Message » 26 Aoû 2019 19:41

sax.tenor a écrit:
haskil a écrit:
Et tu as toutes les prises de son de piano effroyables : Decca depuis les années 1970 jusqu'à 2010...


Tu parles du modèle Phase 4 de DECCA? Je n'ai pas bien compris quelles techniques étaient employées. Je pense (mais peux me tromper) que de nombreux micros étaient employés et mixés sur une grande table .


Non, des prises de son faites par Decca pour le catalogue standard : celles des disques de Katchen, puis pire d'Ashkenazy, Lupu, Larrocha : pas beaucoup de micro mais compression dynamique plus coloration métallique venant semble-t-il de l'utilisation de plusieurs micros dont des disposés près du plan de cordes... c'est immonde... et ces pianistes ont été trahis d'une façon étonnante...

Je connais un disque de piano Phase 4 : chopin par Ilana Vered, c'est bien mieux...


Les disques d'orchestre de Decca Phase 4 - qui n'ont jamais rien eu à voir avec la quadriphonie -, j'ai vraiment beaucoup de mal car tout est panoramisé en largeur, avec de fonds d'orchestre plus fort que les cordes : un malheureux piccolo sonne plus fort que tout l'orchestre... c'est pas possible...
haskil
 
Messages: 57119
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 26 Aoû 2019 20:41

fredoamigo a écrit:
Powerdoc a écrit:Merci pour cet avis, je comprends mieux pourquoi je ne suis pas moi même fan des quelques disques que j'ai de lui.



Petrucciani jouais certainement sur un Bösendorfer les premier temps , mais en suite c’était un Steinway . d’ailleurs , dans le film nous le nous le voillons a new york chez Steinway & Sons choisir son piano ... pour le reste complétement d'accord avec haskil il jouais vraiment " fortissimo " et les prises de son sont trop souvent très rapprochées des marteaux ...
après la période sous le label Dreyfus Jazz ( la plus connue ) est bien trop commerciale pour apprécier l artiste a mon avis ..



Même ensuite, il est revenu à Bösendorfer : il me semble même qu'il en a eu un.

A New-York, il ne pouvait que jouer sur un Steinway : c'est LA ville de ce facteur de piano américain, qui y est installé depuis les années 1850.

Du vivant de Petrucciani, M. Mohr qui régnait sur les techniciens préparateurs de la maison mère privilégiait les harmonisations très brillantes... il était LE préparateur de Horowitz... mais sur le plan pianistique, Petrucciani n'était pas un sorcier comme Vladimir... Son jeu, hélas !, allait dans le sens de cette harmonisation gueularde...
haskil
 
Messages: 57119
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 26 Aoû 2019 21:54

fredoamigo a écrit:
wuwei a écrit:
Je ne trouve plus le lien qu'on m'avait envoyé du classement des Albums en fonction de leur dynamique. Des Albums de Petrucciani étaient plutôt bien placés.



je pense que c'est celui là ( l album ) https://www.allmusic.com/album/trio-in-tokyo-expanded-edition-mw0000672563 il y a plusieurs versions . celle là , expended version 24bit est la meilleure ,,, me souvient plus bien , mais le DR est au dessus de 19 sur certain morceaux .. il y a ici mais ils ne mentionnent pas toute les versions du trio tokyo http://dr.loudness-war.info/album/list?artist=Michel%20Petrucciani



Merci ! :wink: Bonne dynamique.
Sinon un enregistrement jam qui n'en manque pas aussi et me semble naturel ! À écouter à niveau sonore proche de celui des instruments dans ce genre d'endroit. L'immersion se fait sans trop de difficulté le temps d'un concert.

Image
wuwei
 
Messages: 3593
Inscription Forum: 05 Jan 2006 10:58
  • offline

Message » 27 Aoû 2019 7:54

On compare et évalue avec ce que l'on sait du son, à l'aide de sa mémoire musicale.
Peu de savoir = comparaison-évaluation peu fiable.
Meilleur des outils de comparaison et d'évaluation : le cerveau et ce qu'il y a dedans.

En privilégiant des enregistrements de piano lors d'une écoute "hifi" je réduis forcément ma marge d'erreur car je sais de quoi il s'agit : je joue de cet instrument chaque jour ou presque — droit, numérique, à queue. Et j'assiste quasiment toute l'année à des concerts — enssentiellement de musique dite classique sans privilégier aucun genre instrumental, esthétique ou période historique.

Secondaire : la qualité de la source (l'enregistrement) et les conditions d'écoute. Pour autant j'écarte les enregistrements artificiels, truqués, "immersifs" (!), etc.
padcost
 
Messages: 2239
Inscription Forum: 08 Sep 2014 9:19
  • offline

Message » 27 Aoû 2019 10:06

haskil a écrit:
fredoamigo a écrit:

Petrucciani jouais certainement sur un Bösendorfer les premier temps , mais en suite c’était un Steinway . d’ailleurs , dans le film nous le nous le voillons a new york chez Steinway & Sons choisir son piano ... pour le reste complétement d'accord avec haskil il jouais vraiment " fortissimo " et les prises de son sont trop souvent très rapprochées des marteaux ...
après la période sous le label Dreyfus Jazz ( la plus connue ) est bien trop commerciale pour apprécier l artiste a mon avis ..



Même ensuite, il est revenu à Bösendorfer : il me semble même qu'il en a eu un.

A New-York, il ne pouvait que jouer sur un Steinway : c'est LA ville de ce facteur de piano américain, qui y est installé depuis les années 1850.

Du vivant de Petrucciani, M. Mohr qui régnait sur les techniciens préparateurs de la maison mère privilégiait les harmonisations très brillantes... il était LE préparateur de Horowitz... mais sur le plan pianistique, Petrucciani n'était pas un sorcier comme Vladimir... Son jeu, hélas !, allait dans le sens de cette harmonisation gueularde...

une longue pratique des petits clubs de jazz amène les pianistes vers un toucher plus percussif : il faut chercher les harmoniques aigues pour passer au dessus de cymbales envahissantes dans les ambiances hard bop enflammées
rha61
 
Messages: 2062
Inscription Forum: 11 Mar 2003 0:34
Localisation: Paris
  • offline

Message » 27 Aoû 2019 12:02

rha61 a écrit:
haskil a écrit:

Même ensuite, il est revenu à Bösendorfer : il me semble même qu'il en a eu un.

A New-York, il ne pouvait que jouer sur un Steinway : c'est LA ville de ce facteur de piano américain, qui y est installé depuis les années 1850.

Du vivant de Petrucciani, M. Mohr qui régnait sur les techniciens préparateurs de la maison mère privilégiait les harmonisations très brillantes... il était LE préparateur de Horowitz... mais sur le plan pianistique, Petrucciani n'était pas un sorcier comme Vladimir... Son jeu, hélas !, allait dans le sens de cette harmonisation gueularde...

une longue pratique des petits clubs de jazz amène les pianistes vers un toucher plus percussif : il faut chercher les harmoniques aigues pour passer au dessus de cymbales envahissantes dans les ambiances hard bop enflammées


Je ne suis pas spécialiste, mais je me suis fait cette réflexion déjà : le trio jazz, piano, contrebasse et batterie est un peu contre nature en live. Ces instruments ne sont pas prévus à l'origine pour jouer ensemble et leurs puissance sonore n'est pas en adéquation. La batterie prend le dessus et la contrebasse doit être amplifiée là où les autres instruments ne le sont pas. En club tout du moins.
syber
 
Messages: 11977
Inscription Forum: 30 Juil 2005 15:07
  • offline

Message » 27 Aoû 2019 13:10

Ca dépend fortement du batteur, en fait...
Avatar de l’utilisateur
roland_de_lassus
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 12163
Inscription Forum: 17 Juin 2004 15:08
Localisation: LLN
  • offline

Message » 27 Aoû 2019 14:31

roland_de_lassus a écrit:Ca dépend fortement du batteur, en fait...


Et de la batterie aussi.
C'est d'ailleurs en pensant à cette problématique des petits clubs/locaux/pièces de répèt', ainsi qu'au type de musique jouée, plus intimiste, que des fabricants de batterie ont sorti des kits équipés de grosse caisse de 18'', de plus petit diamètre que les batteries orientées rock, metal ou pour la scène..
Ces GC sont également moins profondes (ca peut commencer à 16'', voire même 14'') ce qui fait qu'elles auront un son moins grave et moins "projeté". En même temps, le jeu à la grosse caisse sera plus incisif et précis (après, ca peut également dépendre de la pédale et de la technique employée).
Grestch par exemple, fait de sympathiques petites "jazzettes" avec GC de 18'' qui sonnent très bien (j'ai joué une fois sur une petite Gretsch de ce genre lors d'un "boeuf" dans un bar d'hôtel, et le son n'était pas du tout envahissant....à condition de ne pas non plus vouloir "bourriner" :mdr:
Le choix des peaux est également prépondérant, ainsi que leur réglage de tension.
Scudabear
Staffs Œuvres & Multimédia
Staffs Œuvres & Multimédia
 
Messages: 4096
Inscription Forum: 10 Mar 2009 21:11
  • offline

Message » 27 Aoû 2019 14:44

roland_de_lassus a écrit:Ca dépend fortement du batteur, en fait...



exactement. Le batteur donne la rythmique et donne son solo le moment venu. Les exemples ne manquent pas (Chick COREA, Keith JARRETT, Oscar PETERSON, Kenny BARRON, PETRUCCIANI etc etc).

Ici, deux pianistes en alternance avec basse et percussion. Ca compte comme un trio ?

The Chick Corea Trio with Christian McBride and Brian Blade. Special Guest Beka Gochiashvili

On trouve aussi des trios portés par le batteur, qui ne prend pas toute la place. Les exemples de trio sans piano mais avec sax.tenor (John COLTRANE) ou trompette (Mile DAVIS) sont aussi nombreux.
sax.tenor
 
Messages: 956
Inscription Forum: 16 Mar 2019 12:15
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message