Modérateurs: Staff Haute-Fidélité, Staff Univers Casques, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Fraktur, tcli et 35 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Mes ProAC Studio 125 me lâchent - Ou ai-je merdé ?

Message » 27 Mai 2021 18:02

cholley a écrit:Bonjour
J'ai aussi perdu certaines fréquences (lié à l'âge). J'ai opté pour des appareils auditifs et le résultat et génial, aucun besoin d'equalizer mon système (sauf pour l'écoute au casque parce que dans ce cas je vire les prothèses auditives)


:oldy: J'ai pas encore l'âge ! (psychologiquement au moins...)
alaindelon
 
Messages: 55
Inscription Forum: 01 Avr 2005 19:02
Localisation: Meudon
  • offline

Annonce

Message par Google » 27 Mai 2021 18:02

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 27 Mai 2021 18:48

cholley a écrit:Bonjour
J'ai aussi perdu certaines fréquences (lié à l'âge). J'ai opté pour des appareils auditifs et le résultat et génial, aucun besoin d'equalizer mon système (sauf pour l'écoute au casque parce que dans ce cas je vire les prothèses auditives)


intéressant :oldy:
quel modèle et quelle chaine de magasin ?
merci
jean GROS
 
Messages: 2671
Inscription Forum: 16 Aoû 2002 11:23
Localisation: PARIS
  • offline

Message » 27 Mai 2021 19:12

alaindelon a écrit:
STRA a écrit:A la vue de tes eq il faut chercher des enceintes à meilleur rendement et a la reponse en frequence typée loudness.


Merci ! ET je n'ai que 50 ans, ce sera quoi à 70...


Es-tu certains que la correction, très importante, que tu appliques à ta chaîne soit liée à une perte d'acuité auditive ?

C'est peut-être une déformation du goût et du jugement que tu portes sur les sons musicaux qui te pousse à de telles corrections, qui paraissent effectivement excessives (environ + 9 dB à 32 Hz correspond à peu près à 10 fois plus de puissance par rapport au niveau à 500 Hz).

Quels sont les genres musicaux que tu écoutes ?

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10987
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Message » 27 Mai 2021 19:17

1er test a faire en cas de doute un audiogramme et c'est gratuit (je uis passé par là)
cholley
 
Messages: 294
Inscription Forum: 19 Jan 2009 18:58
Localisation: Clermont Ferrand
  • offline

Message » 27 Mai 2021 19:37

Je le savais, on passe du fait que je pensais que mon installation avait un défaut, au fait que c'est moi ai ai un défaut. :hein:
L'audiogramme est fait depuis longtemps. Déjà à l'époque l'oreille gauche n'entendait que très peu les sons correspondant à la voix humaine
Je sais aussi que je perçois mal les aigus. Et bien sûr ça n'a pas dû s'arranger...
Après j'écoute beaucoup de classique et du pop / rock, et dans tous les cas j'aime écouter FORT et avec de bonnes basses
Ce qui explique les réglages de l'égaliseur. Mais comme je n'y connais rien en technique et que j'ai installé cet égaliseur récemment, je comprends surtout que j'y suis allé trop fort, à cause de mon audition défaillante ou de mes gouts musicaux...
alaindelon
 
Messages: 55
Inscription Forum: 01 Avr 2005 19:02
Localisation: Meudon
  • offline

Message » 27 Mai 2021 20:34

Personnellement, je n'affirme pas que tu as un défaut, mais je pense que ce n'est pas le cas de ton installation et des réglages que tu as adoptés.

Dieu me préserve de la surdité et de la malentendance et je ne prétends donc pas avoir ton expérience malheureuse du sujet, mais il y a quelque chose de très intéressant dans ce que tu viens d'écrire : tu écoutes beaucoup de musique classique.

Or, contrairement au rock ou à la pop, qui n'ont pas de niveau sonore de référence, ce n'est pas le cas de la musique classique. Un grand orchestre symphonique, on sait quel bruit cela peut produire : il suffit d'aller en écouter un en concert. Un piano solo, on sait quel bruit cela peut produire : il suffit d'aller écouter un récital. Un quatuor à cordes, idem. De grandes orgues, idem. Un chœur, idem. Etc...

L'affirmation d'aimer écouter "FORT" ce genre de musique, avec de "bonnes basses", montre qu'il y a un problème dans l'installation. La connaissance intime du bon niveau d'un orchestre, d'un instrument ou d'un groupe d'instruments, d'une voix humaine projetée par un chanteur qui sait se servir de son corps et de son souffle, connaissance procurée par la possibilité d'aller écouter ces musiques en vrai, incite en principe naturellement à écouter les enregistrements de telles musiques non pas plus fort que nature, ni moins fort que nature d'ailleurs, mais à un juste niveau : un niveau familier, vraisemblable, sur lequel il faut peut-être accepter de faire certains compromis si on écoute certaines choses (symphonies de Mahler, de Chostakovitch, ...) en voulant les écouter chez soi comme si on était au premier rang, mais pas forcément si on aborde la question de la reproduction de ces œuvres sous un angle plus subtile tenant compte de la distance apparente de la prise de son. Et ce juste niveau est en principe d'autant plus facile à trouver que l'équilibre entre les sons graves, médiums et aigus dépend du niveau de reproduction des enregistrements, car l'oreille (en bon état, certes) n'a pas la même sensibilité à toutes les fréquences selon leurs niveaux sonores respectifs et on ne peut donc trouver le bon équilibre, l'équilibre qui dépend des intentions du compositeur et des musiciens, que si on écoute au bon niveau (ou autour du bon niveau), ni moins fort, ni plus fort. À moins bien sûr que le preneur de son et le producteur aient complètement bâclé le travail de création du phonogramme.

Et cela est vrai quel que soit l'état de son audition : on va écouter un concert avec des musiciens en vrai avec les mêmes oreilles que celles avec lesquelles on écoute un enregistrement de ces musiciens ou d'autres musiciens qui jouent un répertoire identique dans des conditions comparables. La dialectique entre le vrai et le reproduit est donc toujours possible quel que soit l'état de ses oreilles.

Si on se croit obligé d'appliquer des corrections aussi importantes que celles que tu as fixées malgré un niveau d'écoute élevé, cela peut, certes, être un moyen de retrouver un son fantasmé, par nostalgie de ce qu'on pouvait entendre et qu'on n'est plus capable d'entendre en raison d'une détérioration de son audition. Mais cela peut aussi être le symptôme que quelque chose ne va pas du tout dans la chaîne et en premier lieu les enceintes.

Cela est absolument anormal d'appliquer, par rapport au médium/haut médium (500 Hz, c'est près du la3), 10 fois plus de puissance à 30 Hz et plus de 10 fois plus à 16 kHz, là où, en classique, il n'y a en principe plus grand chose à entendre.

Soit c'est un signe de panne, et les enceintes ont vraiment un gros problème et pas seulement leurs boomers, soit c'est la qualité intrinsèque des enceintes dans leur globalité qui n'est pas bonne du tout.

En classique, en musique naturelle, il n'y a en principe pratiquement pas d'énergie à 16 kHz. En revanche, en pop, en rock, je n'en suis pas si sûr et multiplier par 10 la puissance envoyée dans les tweeter à 16 kHz avec ce genre de musiques, surtout si on les écoute à fort niveau, n'est pas forcément une bonne idée pour préserver ces hauts-parleurs.

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10987
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Message » 28 Mai 2021 8:35

Scytales a écrit:Personnellement, je n'affirme pas que tu as un défaut, mais je pense que ce n'est pas le cas de ton installation et des réglages que tu as adoptés.

Dieu me préserve de la surdité et de la malentendance et je ne prétends donc pas avoir ton expérience malheureuse du sujet, mais il y a quelque chose de très intéressant dans ce que tu viens d'écrire : tu écoutes beaucoup de musique classique.

Or, contrairement au rock ou à la pop, qui n'ont pas de niveau sonore de référence, ce n'est pas le cas de la musique classique. Un grand orchestre symphonique, on sait quel bruit cela peut produire : il suffit d'aller en écouter un en concert. Un piano solo, on sait quel bruit cela peut produire : il suffit d'aller écouter un récital. Un quatuor à cordes, idem. De grandes orgues, idem. Un chœur, idem. Etc...

L'affirmation d'aimer écouter "FORT" ce genre de musique, avec de "bonnes basses", montre qu'il y a un problème dans l'installation. La connaissance intime du bon niveau d'un orchestre, d'un instrument ou d'un groupe d'instruments, d'une voix humaine projetée par un chanteur qui sait se servir de son corps et de son souffle, connaissance procurée par la possibilité d'aller écouter ces musiques en vrai, incite en principe naturellement à écouter les enregistrements de telles musiques non pas plus fort que nature, ni moins fort que nature d'ailleurs, mais à un juste niveau : un niveau familier, vraisemblable, sur lequel il faut peut-être accepter de faire certains compromis si on écoute certaines choses (symphonies de Mahler, de Chostakovitch, ...) en voulant les écouter chez soi comme si on était au premier rang, mais pas forcément si on aborde la question de la reproduction de ces œuvres sous un angle plus subtile tenant compte de la distance apparente de la prise de son. Et ce juste niveau est en principe d'autant plus facile à trouver que l'équilibre entre les sons graves, médiums et aigus dépend du niveau de reproduction des enregistrements, car l'oreille (en bon état, certes) n'a pas la même sensibilité à toutes les fréquences selon leurs niveaux sonores respectifs et on ne peut donc trouver le bon équilibre, l'équilibre qui dépend des intentions du compositeur et des musiciens, que si on écoute au bon niveau (ou autour du bon niveau), ni moins fort, ni plus fort. À moins bien sûr que le preneur de son et le producteur aient complètement bâclé le travail de création du phonogramme.

Et cela est vrai quel que soit l'état de son audition : on va écouter un concert avec des musiciens en vrai avec les mêmes oreilles que celles avec lesquelles on écoute un enregistrement de ces musiciens ou d'autres musiciens qui jouent un répertoire identique dans des conditions comparables. La dialectique entre le vrai et le reproduit est donc toujours possible quel que soit l'état de ses oreilles.

Si on se croit obligé d'appliquer des corrections aussi importantes que celles que tu as fixées malgré un niveau d'écoute élevé, cela peut, certes, être un moyen de retrouver un son fantasmé, par nostalgie de ce qu'on pouvait entendre et qu'on n'est plus capable d'entendre en raison d'une détérioration de son audition. Mais cela peut aussi être le symptôme que quelque chose ne va pas du tout dans la chaîne et en premier lieu les enceintes.

Cela est absolument anormal d'appliquer, par rapport au médium/haut médium (500 Hz, c'est près du la3), 10 fois plus de puissance à 30 Hz et plus de 10 fois plus à 16 kHz, là où, en classique, il n'y a en principe plus grand chose à entendre.

Soit c'est un signe de panne, et les enceintes ont vraiment un gros problème et pas seulement leurs boomers, soit c'est la qualité intrinsèque des enceintes dans leur globalité qui n'est pas bonne du tout.

En classique, en musique naturelle, il n'y a en principe pratiquement pas d'énergie à 16 kHz. En revanche, en pop, en rock, je n'en suis pas si sûr et multiplier par 10 la puissance envoyée dans les tweeter à 16 kHz avec ce genre de musiques, surtout si on les écoute à fort niveau, n'est pas forcément une bonne idée pour préserver ces hauts-parleurs.


Super argumentaire Scytales.
Merci pour cet avis... éclairé !
Je crois que plutot que de m'entêter, je vais aller faire un tour chez un professionnel, et me choisir une nouvelle paire d'enceintes.
Pas sur de pouvoir réinvestir dans Ampli + Enceintes ceci dit....
Question con mais enfin j'ai besoin de savoir : c'est sans doute dangereux de choisir des enceintes quand on n'a pas le même ampli au bout ?
alaindelon
 
Messages: 55
Inscription Forum: 01 Avr 2005 19:02
Localisation: Meudon
  • offline

Message » 28 Mai 2021 11:22

Dangereux ?

Je ne pense pas, sauf cas extrême où l'amplificateur qui sert au test présente des caractéristiques... bizarres (ça n'a pas manqué provenant de quelques marques un peu spéciales dirais-je, mais cela tend tout de même à devenir rarissime) ou bien si cet amplificateur affiche une puissance substantiellement différente de son propre amplificateur, soit beaucoup plus (pas forcément un mal, mais on peut être déçu en essayant les enceintes chez soi) soit beaucoup moins (on risque de ne pas retrouver chez soi le même comportement que lors du test ou, pire, on risque de passer à côté des qualités des enceintes qu'on essaie et qui se serait révélée avec une puissance d'amplification plus importante telle qu'on en a chez soi).

Tu as deux Rotel RB971. Tu peux parfaitement envisager de continuer à les utiliser en mode ponté en circonscrivant ta recherche à des enceintes d'impédance minimale 8 ohms. Tu peux aussi envisager de faire de la bi-amplification avec des enceintes qui le permettraient en utilisant un amplificateur par enceinte : un dont le canal alimente la voie de graves et l'autre la voie d’aiguës d'une enceinte, l'autre amplificateur dont les deux canaux alimentent respectivement la voie de graves et la voie d’aiguës de la seconde enceinte. Mais il ne faut pas faire de la bi-amplification un principe à mettre en œuvre coûte que coûte. L'essentiel est de trouver de meilleures enceintes, peu importe la technique qu'elles requièrent pour être exploitées. Tu peux aussi envisager d'utiliser un seul RB971 normalement en revendant le second ou le conservant comme réserve (mais en faisant alternativement fonctionner les deux amplificateurs, 6 mois l'un et 6 mois l'autre par exemple, car une électronique inutilisée, c'est comme une voiture inutilisée, même si cela est moins critique : ça se détériore par non-usage).

Pour du classique, dans le deuxième cas (bi-amplification sur la base de 70 W par canal sous 8 ohms), on peut envisager des enceintes de 8 ohms qui affichent une sensibilité d'au moins 91 dB/1 W ou 2,8 V/1 m et dans le premier cas (amplificateurs pontés pour obtenir jusqu'à 200 W pour 8 ohms), on a en pratique plus de latitude mais il ne faudrait pas prendre des enceintes ayant une sensibilité de moins de 86 dB /1 w ou 2,8 V /1 m. Dans le troisième cas (amplification par un seul RB971), on peut partir sur des enceintes de 91 dB au moins comme dans le premier, mais, pour des raisons qualitatives, j'aurais tendance à préférer des enceintes plus sensibles.

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10987
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Message » 28 Mai 2021 11:41

Peu importe les raisons d’une écoute loudness, l’important est de te faire plaisir!

Le changement d’enceinte est le meilleur choix amha.

Pour eviter de flinguer à nouveau des hp il faut te diriger vers une enceinte loudness a bon rendement....ou carrément du haut rendement que tu pourras égalisé a ton oreille/goût.

En bas/moyen rendement je connais la série 700 chez b&w mais si tu veux du 30hz il vaut adjoindre un subwoofer.

Le haut rendement que tu pourras corriger jusqu’à 30hz sous entend enceintes a compression/pavillon et woofer de 12 ou 15’
Avatar de l’utilisateur
STRA
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 7709
Inscription Forum: 28 Jan 2010 3:41
Localisation: Toulouse
  • offline

Message » 28 Mai 2021 11:49

Scytales a écrit:Dangereux ?

Je ne pense pas, sauf cas extrême où l'amplificateur qui sert au test présente des caractéristiques... bizarres (ça n'a pas manqué provenant de quelques marques un peu spéciales dirais-je, mais cela tend tout de même à devenir rarissime) ou bien si cet amplificateur affiche une puissance substantiellement différente de son propre amplificateur, soit beaucoup plus (pas forcément un mal, mais on peut être déçu en essayant les enceintes chez soi) soit beaucoup moins (on risque de ne pas retrouver chez soi le même comportement que lors du test ou, pire, on risque de passer à côté des qualités des enceintes qu'on essaie et qui se serait révélée avec une puissance d'amplification plus importante telle qu'on en a chez soi).

Tu as deux Rotel RB971. Tu peux parfaitement envisager de continuer à les utiliser en mode ponté en circonscrivant ta recherche à des enceintes d'impédance minimale 8 ohms. Tu peux aussi envisager de faire de la bi-amplification avec des enceintes qui le permettraient en utilisant un amplificateur par enceinte : un dont le canal alimente la voie de graves et l'autre la voie d’aiguës d'une enceinte, l'autre amplificateur dont les deux canaux alimentent respectivement la voie de graves et la voie d’aiguës de la seconde enceinte. Mais il ne faut pas faire de la bi-amplification un principe à mettre en œuvre coûte que coûte. L'essentiel est de trouver de meilleures enceintes, peu importe la technique qu'elles requièrent pour être exploitées. Tu peux aussi envisager d'utiliser un seul RB971 normalement en revendant le second ou le conservant comme réserve (mais en faisant alternativement fonctionner les deux amplificateurs, 6 mois l'un et 6 mois l'autre par exemple, car une électronique inutilisée, c'est comme une voiture inutilisée, même si cela est moins critique : ça se détériore par non-usage).

Pour du classique, dans le deuxième cas (bi-amplification sur la base de 70 W par canal sous 8 ohms), on peut envisager des enceintes de 8 ohms qui affichent une sensibilité d'au moins 91 dB/1 W ou 2,8 V/1 m et dans le premier cas (amplificateurs pontés pour obtenir jusqu'à 200 W pour 8 ohms), on a en pratique plus de latitude mais il ne faudrait pas prendre des enceintes ayant une sensibilité de moins de 86 dB /1 w ou 2,8 V /1 m. Dans le troisième cas (amplification par un seul RB971), on peut partir sur des enceintes de 91 dB au moins comme dans le premier, mais, pour des raisons qualitatives, j'aurais tendance à préférer des enceintes plus sensibles.


Merci encore Scytales pour le temps que tu passes à expliquer à un béotien comme moi
Je ne comprends pas ton exemple de bi-amplification car en config 2 amplis non -pontés, je ne vois pas comment un ampli (en mode stéréo donc puisque non ponté) pourrait alimenter par un canal (disons le gauche) les basses dune enceinte et par l'autre canal (le droit) les aigus de la même enceinte ?
J'ai raté encore quelque chose ? Je pensais que dans cette config un ampli allait alimenter les basses des enceintes droite et gauche par ses 2 canaux, et un autre ampli les aigus droite et gauche par ses 2 canaux... (ce qui est peut être donner de la confiture à un cochon vis à vis des tweeters qui vont se retrouver avec un ampli de 2x70w pour driver les aigus mais bon, je les ai les amplis, alors soyons fous)...
En tout cas, ce qui est nouveau pour moi, c'est cette notion de sensibilité. Je n'en avais jamais entendu parler auparavant.
alaindelon
 
Messages: 55
Inscription Forum: 01 Avr 2005 19:02
Localisation: Meudon
  • offline

Message » 28 Mai 2021 13:39

alaindelon a écrit:En tout cas, ce qui est nouveau pour moi, c'est cette notion de sensibilité. Je n'en avais jamais entendu parler auparavant.


La sensibilité oui mais avec la puissance maximale admissible. :wink:

Tu peux relire l’exemple des frères Prévost avec le raptor...ce HP d’extrême grave acceptant de forte puissance mais de faible sensibilité > 88dB/W/m pouvant remplacer un HP de haute sensibilité < 97dB/W/m

Dans les deux cas le niveau sonore souhaité au point d’écoute pourra être atteint :) la puissance électrique va être différente.

L’important est d’arrivée à un niveau souhaité sans risque pour le HP et pour tes tympans et cellules ciliées.
La prudence est de même pendant un concert, un jam à la maison, amplifié ou acoustique.
wuwei
 
Messages: 3562
Inscription Forum: 05 Jan 2006 10:58
  • offline

Message » 28 Mai 2021 13:43

alaindelon a écrit:
Je ne comprends pas ton exemple de bi-amplification car en config 2 amplis non -pontés, je ne vois pas comment un ampli (en mode stéréo donc puisque non ponté) pourrait alimenter par un canal (disons le gauche) les basses dune enceinte et par l'autre canal (le droit) les aigus de la même enceinte ?
J'ai raté encore quelque chose ? Je pensais que dans cette config un ampli allait alimenter les basses des enceintes droite et gauche par ses 2 canaux, et un autre ampli les aigus droite et gauche par ses 2 canaux... (ce qui est peut être donner de la confiture à un cochon vis à vis des tweeters qui vont se retrouver avec un ampli de 2x70w pour driver les aigus mais bon, je les ai les amplis, alors soyons fous)...


Pour utiliser un amplificateur stéréophonique en bi-amplification, il suffit soit d'avoir un filtre à deux sorties en amont, la sortie de la voie grave du filtre étant branchée (par exemple) à l'entrée du canal gauche de l'amplificateur et la sortie de la voie aiguë à l'entrée du canal de droite.

Mais il suffit aussi, si l'enceinte à un filtre passif à deux entrées (c'est fréquent), de faire entrer la même modulation sur les deux canaux d'un amplificateur (à partir d'une source ou d'un pré-ampli avec deux sorties par canal ou bien à l'aide d'un câble en Y branché sur une sortie). Par exemple brancher le canal de gauche de la source ou du préampli sur l'entrée gauche et l'entrée droite d'un amplificateur stéréophonique et brancher la sortie haut-parleur de gauche de l'amplificateur sur la voie grave de l'enceinte et la sortie haut-parleur de droite sur la voir aiguë de l’enceinte. Et faire la même chose avec le canal de droite de la source, le second amplificateur et la seconde enceinte. Cette configuration est appelée "biamplification passive". Pourquoi passive ? Parce que c'est le filtre passif de l'enceinte qui assure la séparation des fréquences du spectre musical dans une telle configuration.

Que ce soit dans la première ou la seconde configuration, pourquoi utiliser un ampli stéréo pour bi-amplifier une enceinte et non utiliser un ampli stéréo pour les voies graves des deux enceintes et un autre ampli stéréo pour les voies aiguës des deux enceintes ?

Un professionnel, M. Muller, qui a d'ailleurs été consultant pour B&W/Rotel, a très bien expliqué l'intérêt de cette configuration sur le forum : post166939155.html#p166939155

En tout cas, ce qui est nouveau pour moi, c'est cette notion de sensibilité. Je n'en avais jamais entendu parler auparavant.


C'est essentiel. Cette notion a très bien été explicitée dans ce document que Cabasse distribuait naguère dans les années 70 : https://www.forumcabasse.org/wiki/R%C3% ... coustiques
Dernière édition par Scytales le 28 Mai 2021 13:48, édité 2 fois.

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10987
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Message » 28 Mai 2021 13:44

wuwei a écrit:
alaindelon a écrit:En tout cas, ce qui est nouveau pour moi, c'est cette notion de sensibilité. Je n'en avais jamais entendu parler auparavant.


La sensibilité oui mais avec la puissance maximale admissible. :wink:

Tu peux relire l’exemple des frères Prévost avec le raptor...ce HP d’extrême grave acceptant de forte puissance mais de faible sensibilité > 88dB/W/m pouvant remplacer un HP de haute sensibilité < 97dB/W/m

Dans les deux cas le niveau sonore souhaité au point d’écoute pourra être atteint :) la puissance électrique va être différente.

L’important est d’arrivée à un niveau souhaité sans risque pour le HP et pour tes tympans et cellules ciliées.
La prudence est de même pendant un concert, un jam à la maison, amplifié ou acoustique.



Merci, je vais googler Prévost / Raptor :thks:
Je découvre je découvre, j'adore ce forum avec des gens qui élèvent les autres ! :oldy:
alaindelon
 
Messages: 55
Inscription Forum: 01 Avr 2005 19:02
Localisation: Meudon
  • offline

Message » 28 Mai 2021 13:54

Scytales a écrit:
alaindelon a écrit:
Je ne comprends pas ton exemple de bi-amplification car en config 2 amplis non -pontés, je ne vois pas comment un ampli (en mode stéréo donc puisque non ponté) pourrait alimenter par un canal (disons le gauche) les basses dune enceinte et par l'autre canal (le droit) les aigus de la même enceinte ?
J'ai raté encore quelque chose ? Je pensais que dans cette config un ampli allait alimenter les basses des enceintes droite et gauche par ses 2 canaux, et un autre ampli les aigus droite et gauche par ses 2 canaux... (ce qui est peut être donner de la confiture à un cochon vis à vis des tweeters qui vont se retrouver avec un ampli de 2x70w pour driver les aigus mais bon, je les ai les amplis, alors soyons fous)...


Pour utiliser un amplificateur stéréophonique en bi-amplification, il suffit soit d'avoir un filtre à deux sorties en amont, la sortie de la voie grave du filtre étant branchée (par exemple) à l'entrée du canal gauche de l'amplificateur et la sortie de la voie aiguë à l'entrée du canal de droite.

Mais il suffit aussi, si l'enceinte à un filtre passif à deux entrées (c'est fréquent), de faire entrer la même modulation sur les deux canaux d'un amplificateur (à partir d'une source ou d'un pré-ampli avec deux sorties par canal ou bien à l'aide d'un câble en Y branché sur une sortie). Par exemple brancher le canal de gauche de la source ou du préampli sur l'entrée gauche et l'entrée droite d'un amplificateur stéréophonique et brancher la sortie haut-parleur de gauche de l'amplificateur sur la voie grave de l'enceinte et la sortie haut-parleur de droite sur la voir aiguë de l’enceinte. Et faire la même chose avec le canal de droite de la source, le second amplificateur et la seconde enceinte. Cette configuration est appelée "biamplification passive". Pourquoi passive ? Parce que c'est le filtre passif de l'enceinte qui assure la séparation des fréquences du spectre musical dans une telle configuration.

Que ce soit dans la première ou la seconde configuration, pourquoi utiliser un ampli stéréo pour bi-amplifier une enceinte et non utiliser un ampli stéréo pour les voies graves des deux enceintes et un autre ampli stéréo pour les voies aiguës des deux enceintes ?

Un professionnel, M. Muller, qui a d'ailleurs été consultant pour B&W/Rotel, a très bien expliqué l'intérêt de cette configuration sur le forum : post166939155.html#p166939155

En tout cas, ce qui est nouveau pour moi, c'est cette notion de sensibilité. Je n'en avais jamais entendu parler auparavant.


C'est essentiel. Cette notion a très bien été explicitée dans ce document que Cabasse distribuait naguère dans les années 70 : https://www.forumcabasse.org/wiki/R%C3% ... coustiques


Non mais, trop bien !
Merci merci Scytales ! :thks:
J'adore !
Je vais dévorer toute cette lecture et je vais me coucher moins bête.
En tout cas j'ai compris ton exemple de bi-apmlification passive.
Mes enceintes sont bien équipées de double bornier avec un filtre de séparation à l'intérieur (j'ai eu tout le temps de le voir en démontant mes HPs)
Mon préampli (Rotel RC971) a aussi deux Output sous forme de RCA (Output 1 et Output 2), donc je suppose qu'avec cela je devrais m'en sortir ? pas besoin de cable en Y...

Encore merci de passer tout ce temps à me répondre et à m'expliquer, c'est très appréciable. :zen:
alaindelon
 
Messages: 55
Inscription Forum: 01 Avr 2005 19:02
Localisation: Meudon
  • offline

Message » 28 Mai 2021 17:28

Rebondissement dans l'affaire des HP qui ne répondent plus
Je me suis acheté un multimètre
Le temps que je comprenne comment l'engin fonctionne, j'ai fait les mesures que l'on m'avait demandées sur ce forum.

Rappelez vous, j'ai 4 HP que je pense flingués.
2 anciens d'origine, dont j'ai mesuré la résistance : 0
2 nouveaux qui se sont éteint d'un coup semaine dernière. Résistance mesurée à l'instant : environ 6 Ohms
Et on m'a aussi demandé de mesure le voltage (je crois) en arrivée de mes borniers HP.
Quand je ne diffuse rien : 0
Quand je diffuse (à mi puissance) : 37 V
Je me suis amusé aussi à mesurer la résistance quand je diffuse (à mi puissance) : 50 ohms

C'est grave docteur ?
Mes HP ont grillé, ou faut que je cherche une cause ailleurs ?
Sachant qu'en les remplaçant sur ma colonne, par des HP SEAS génériques tout neufs de 60W/8 ohms, ça fonctionne...
Moi ces chiffres ne me parlent pas du tout.... :ane:
alaindelon
 
Messages: 55
Inscription Forum: 01 Avr 2005 19:02
Localisation: Meudon
  • offline


Retourner vers Discussions Générales

 
  • Articles en relation
    Dernier message