Modérateurs: Staff Installations, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: FredP et 5 invités

Les installations HiFi des forumeurs de HCFR.

Mon installation évolue

Message » 14 Déc 2019 11:48

Bonjour Le daim,

Je suis électronicien, tu fais erreur sur ton calcul. Après, tu as peut être un filtre passe haut dans le DCX ou autre qui compense cette égalisation demandée de +30dB.
Un DCX d'origine sort +22dBu, soit 9.76V.

Après, tu as raison, en tension, +30dB correspond à un rapport de 31.62.
20x Log 31.62 = +30dB

La puissance à partir d'une tension, c'est tension ² / résistance. P= U² / R
Pour 1w, on prend en général 2.83V qui corresond à 1W sous 8 Ohms.
1w = 2.83V²/8 Ohms
Avec le rapport de 31.62
P= (2.83*31.62)²/8 = 1000w

Ça fonctionne quelque soit l'impédance de l'enceinte car c'est un rapport de puissance.
Si tu veux savoir s'il n'y a pas de biais dans le DCX, tu peux mesurer en sortie de DCX (attention à couper l'alimentation +48v du micro si t'en as une) comme tu mesurerais tes enceintes. Tu verras s'il y a bien +30dB d'appliqué à 35Hz.

cdlt

ps : https://www.jblpro.com/pub/manuals/pssdm_1.pdf
Voir ce doc qui condense tout un tas de formules et explication dans le domaine audio. Pour les dB, puissance, pression, etc ... voir page 16 et 17
JIM
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 6074
Inscription Forum: 19 Nov 2001 2:00
Localisation: Toulouse
  • offline

Annonce

Message par Google » 14 Déc 2019 11:48

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 15 Déc 2019 10:50

Merci Jim pour ces explications très claires et convaincantes. J'avais en effet négligé dans mes calculs le facteur ² qui affecte la tension dans un calcul de puissance. Il n'empêche que, si extraordinaire que cela puisse paraître, l'énorme correction fonctionne dans la plupart des fichiers de musique classique et de jazz avec des transitoires rapides mais moins bien lorsque les notes très basses sont tenues comme dans la musique d'orgue par exemple. Je dois dire que je ne suis pas très friand de l'orgue à cause de mes oreilles qui ne sont plus ce qu'elles étaient. Cordialement Olivier

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 412
Inscription Forum: 11 Aoû 2012 7:59
  • offline

Message » 15 Déc 2019 13:40

STRA a écrit:+1 avec jim

Un simple changement de place des caissons pourrait resoudre le problème, combler un ventre acoustique avec +30db c’est des centaines de watts a la poubelle sans parler de la casse.

Il a raison, on double la puissance tout les 3db
Une enceinte est un complexe resistif, ton ampli amplifie une tension en intensité et puissance, quel est ton modèle de hp RCF et le calcul d’accord de l’event? Si ton accord est a 35hz tu boost sur un pic d’impédance donc gros amplification en tension effectivement mais c’est pas l’ideal pour l’ampli.
Si en temps normal ton système grimpait a 5w a 35hz tu es 10w pour +3db...5000w pour +30db
Pour 0,5w crete en temps normal pour avoir un niveau d’écoute satisfaisant cela donne 500w crete.
https://www.rapidtables.com/electric/dBW.html


Oui bien sûr, ton calcul est exact comme je viens de le reconnaître en m'adressant à Jim. Comme cela marche quand même, il faut croire que les tensions nécessaires pour faire fonctionner les trois branches de mon installation (basse, médium et aigu) sont extrêmement faibles à cause du très haut-rendement de mes haut-parleurs.

D'autres solutions sont évidemment possibles. Je me vois mal cependant déplacer mes baffles de graves qui ne sont pas des caissons; elles reproduisent en principe une bande fréquentielle de 20 à 200 c/s et doivent donc demeurer dans l'alignement des deux autres branches.

Un caisson destiné au seul extrême-grave serait envisageable placé soit au centre dans l'alignement des autres baffles soit placé derrière l'auditeur avec une correction acoustique donnée par un de mes BEHRINGER. Mais cela implique de faire le bon choix du caisson et une dépense qui n'est peut-être pas en rapport avec l'avantage audible que je pourrais en retirer en raison du genre de musique que j'écoute habituellement

Cordialement Olivier

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 412
Inscription Forum: 11 Aoû 2012 7:59
  • offline

Message » 16 Déc 2019 13:09

Igor Kirkwood a écrit:JIM et STRA ont raison.

Mais vais essayer de me faire l'avocat :wink: d'Olivier le Daim

Olivier écoute généralement de la Musique Classique, donc à niveau faible. Il risquera donc peu de saturer ses 2 subs de 46 cm.

Toutefois la distorsion (avec + 30 dB :o ) sera tout de même plus forte, et certaines musiques seront inaccessibles, dont la grosse caisse à 40 Hz de la plage 2 de "Musique pour cordes percussions et célestat" de Bartok, label Calliope

Je verrais bien un sub au centre, éventuellement derrière l'auditeur.


Mon cher Igor. Etre l’avocat de quelqu’un n’est pas sans péril ni grandeur, j’en sais quelque chose.

Il est heureux que tu aies cité comme ancrage de ton point de vue une œuvre musicale, la Musique pour Cordes, Célesta et Percusions de Bartok sous la direction de Leducq-Banum (publié par CALIOPTE et malheureusement introuvable aujourd’hui), magnifique enregistrement dont tu es la cheville ouvrière. Un de ces enregistrements idéaux pour confronter nos pauvres installations avec l’ouverture stéréophonique et les abysses sonores. L’enregistrement tout entier est un exemple d’une reproduction très fidèle de tous les éléments de l’orchestre et notamment avec des graves et contre-graves profonds et bien détourés. Grace à une technique maîtrisée, tu nous fais entendre des timbales, une grosse caisse et un tam-tam (de grands coups de mailloche qui ébranlent l’air) reproduits sans compression dans la perspective d’une certaine réalité.

Une écoute attentive permet de bien percevoir que Bartok a scindé les cordes de son orchestre en deux parties qui se répondent. Dans l’enregistrement, les cordes occupent les deux côtés du champ stéréophonique. Derrière, on entend les percussions et, plus en avant occupant l’avant de la scène sonore, le piano au centre, la harpe et le célesta à droite, le xylophone à gauche.

Les percussions, qui occupent le fond de l’espace, sont nombreuses. J’ai perçu les timbales, l’une au centre et l’autre plus vers la droite (à moins que ce ne soit l’étalement des fûts des timbales autour d’un seul timbalier), la cymbale également au centre, la grosse caisse à gauche de la timbale et le tam-tam (une grande surface résonante) à droite des timbales, le tambour devant les timbales. Il arrive que ces percussions se répondent et cela s’entend précisément.

Enfin, j’ai cru pouvoir mettre à leur place tous ces instruments. Igor, n’aurais-tu pas dans tes archives une photo de l’orchestre de St Petersburg prise lors de l’enregistrement ? Cela serait très utile pour confronter le placement des musiciens avec ce que nos installations nous renvoient.


Voici ce qu’écrivait Etienne Bertoli, l’auteur du livret d’accompagnement du disque CALIOPTE : La disposition de l’orchestre spécifiée dans la partition est particulièrement instructive. Les instruments à cordes sont divisés en deux groupes qui encerclent l’orchestre, les contrebasses étant dans le fond, le son montant du plus grave vers le plus aigu au fur et à mesure que l’on se rapproche du chef d’orchestre. Au centre du dispositif, on observe le groupe des percussions (deux tambours militaires avec et sans timbre, des cymbales, un tam-tam, une grosse caisse, des timbales) puis les claviers (célesta et xylophone) et enfin, sur le devant de la scène, le piano et la harpe.

Quant à la reproduction des 40 c/s par la grosse caisse et surtout par le tam-tam, je pensais pouvoir te contredire, Igor. Les fréquences les plus graves de ces instruments s’entendent parfaitement sans geindre ni déborder et cela va probablement en-dessous des 40 cycles. L’onde sonore engendrée par le tam-tam se répand dans mon grenier comme une vague dans toute sa violence d’abord puis en s’atténuant progressivement. Il en va de même pour la grosse caisse mais avec un impact plus bref et pour les timbales puissantes et sèches.

Je n’ai pas débusqué de la distorsion sur le Bartok. Elle existe pourtant et elle risque de s’immiscer dans la restitution de l’ensemble du fichier par intermodulation et de devenir même très gênante quand il s’agit de sons tenus comme ceux de la pédale d’orgue par exemple. Je vais donc devoir modérer la sur-modulation à 35 c/s et peut-être faire appel à un caisson (mais lequel ?)maintenant que j’ai pu entendre l’apport du sous-grave à l’ensemble de la restitution du message musical.

Cordialement Olivier

PS Si l'un ou l'autre des forumeurs désire entendre l'enregistrement d'Igor mais ne le possède pas, il peut me contacter par MP en me précisant son adresse mail, je lui enverrai le fichier.

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 412
Inscription Forum: 11 Aoû 2012 7:59
  • offline

Message » 18 Déc 2019 12:45

Merci pour ta réponse Cher Olivier :thks:

Désolé d'avoir posté des courbes de réponses du local de Briare avec 4 subs ; mais l'opportunité me paraissait être saisissante, en effet dans nos 2 locaux d'écoute on retrouve le même défaut, à savoir un "trou" vers 40 Hz en stéréo.

Le remède avec 1 seul sub a été radical.... le fameux "trou" visible et audible en stéréo tant avec mes enceintes qu'avec celles de l'indien disparaît :D

Si la reproduction de Musique pour cordes percussions et célesta reste bonne chez toi vers 40 Hz, il peut s'agir d'un artéfac de mesure inconnu :wtf:

Un seul timbalier et son pupitre lors de l'enregistrement à Saint Petersbourg du chef d'oeuvre de Bartok. Une certaine suavité de l'acoustique de cette extraordinaire salle des colonnes expliquerait la largeur apparente des timbales.

Mais tu as raison de souligner que l'intérêt de cet enregistrement c'est que la grosse caisse enregistrée à environ 10 mètres, l'est sans aucun micro d'appoint, sans aucune compression, sans aucun DSP. Et si cette grosse caisse sonne de façon moins spectaculaire que dans le SACD du Sacre du Printemps de Stavinsky dirigé par Salonen chez DGG elle semble plus vivante, mieux intégrée à l'acoustique du lieu.

Les mystères d'une excellente acoustique comme celle de ton magnifique local traité de quelques 350 m3 feraient presque mentir l''assertion du grand acousticien Américain Floyd Toole pour qui 4 subs sont indispensables pour maitriser les modes graves d'un local

"Pour contrôler les modes de largeur, il faut des sous-marins positionnés sur toute la largeur de la pièce. De même avec les modes de longueur. Donc, tout sur un mur ne peut manipuler que des modes dans ce plan. Les retards sont en effet des "distances"."

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3. RT=0,2 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9351
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 31 Déc 2019 13:00

:o Tout est impressionnant : la réalisation de la config et la longue série de ... très longs CR !

Bravo à tous ! :ohmg:
yijing
 
Messages: 14252
Inscription Forum: 08 Mai 2005 23:56
Localisation: Versailles
  • offline

Message » 31 Déc 2019 16:13

Bonjour Olivier,

Je passe souvent pas loin de chez toi (au moins 3 fois par mois)

Jim et Stra ont raisons, on en a déjà parlé et meme fait des essais en déplaçant les caissons, mais le notch au point d'écoute est assez monstrueux.

J'avais ouvert un post sur ce sujet ici : https://www.homecinema-fr.com/forum/general-haute-fidelite/le-grave-a-un-probleme-grave-t30096351.html

Si l'écoute te convient comme cela (l'échange à déjà eu lieu il y a qqs pages) et que le grave manquant convient, ne change rien.
Par contre en effet, +30dB de gain dans le grave, la disto à du flamber et risuqe de devenir audible sur certains morceaux un peu appuyés.

On avait déjà évoqué la possibilité de l'ajout d'un simple caisson plus petit, ou 2, cela se trouve d'occasion, des caissons amplifiés avec un ampli costaux.

Les 2 gros sont gros demandent un ampli monstrueux, ou alors faire l'acquisition de cet ampli (exemple un tAmp proline 3000, mais les ventilos soufflent et sont un peu bruyant, ça coute 600 euros et pour ce meme montant, d'occasion on trouve 2 caissons amplifiés d'occasion type Focal Yamaha etc...

On pourrait trouver à 2 les placements, à la RTA MMM au point d'écoute.

On trouverait ainsi le lieu d'excitation correspondant au notch et tout rentrerait dans l'ordre, je me déplacerait chez toi si tu le souhaites avec le plaisir de te revoir également !

La configuration dans mon profil


La chance est le faux ami de l'idiot
Avatar de l’utilisateur
indien29
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 8248
Inscription Forum: 05 Nov 2017 17:38
Localisation: Paris
  • online

Message » 02 Jan 2020 14:05

Salut à toi Igor, salut à toi L'indien, salut à Jim, à tous ceux qui me lisent et à tous les membres du forum; une bonne et heureuse année à chacun, une bonne santé, de belles réussites audiophiles et ..... une petite femme au bout de l'année (c'est ce qui se souhaitait autrefois).

Je serai évidemment très heureux de te revoir, L'indien, et de te faire écouter mon installation quand d'aventure tu croiseras à quelques encablures. Mon installation a subi de profondes modifications depuis ta visite, il y aura bientôt deux an, et je serais heureux de recevoir ton avis.

J’ai joué la prudence et j’ai réduit la compensation à 35 c/s à +15 db mais en ouvrant de filtre de 10 à 3.5 degrés de qualité. La distorsion à cette fréquence demeure importante mais elle est assez bien tolérée par l’oreille (du moins les miennes). J’ai relevé avec REW une courbe des distorsions harmoniques que voici :

Image

Je trouve ce résultat assez exceptionnel (moins de 1% sur la plus grande partie du spectre sonore) en tenant compte du fait que la mesure englobe toute l’installation depuis la source numérique jusqu’aux haut-parleurs, qu’il s’agit d’une multi amplification à trois canaux sur chaque branche stéréophonique et que le microphone se trouvait au point d’écoute.

L’adjonction d’un caisson serait évidemment le bienvenu. Mais pas n’importe lequel. Je crains en effet de fabriquer un sous-grave sans doute plus linéaire à la mesure mais embourbé dans du traînage. J’avais pensé à un caisson SVS (ceux d’Igor ont fait leur preuve chez lui) mais en baffle clôt, le SB 2000 dont les dimensions assez réduites et la forme cubique pourraient me permettre de le placer sous la tablette centrale. Le haut-parleur de 12’’ est alimenté par un ampli de 500 W en régime permanent, ce qui paraît plus que suffisant. Mais il coûte 900€ et est introuvable en occasion.

Cordialement Olivier

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 412
Inscription Forum: 11 Aoû 2012 7:59
  • offline

Message » 29 Fév 2020 13:40

Mon installation évolue encore et toujours.

J’y ai ajouté, il y a quelques mois déjà, un lecteur de DVD-BLU RAY et une télévision pour la reproduction d’opéras.
Le lecteur est un PANASONIC DMP UP900 choisi pour sa sortie-son numérique SPDIF qui permet une liaison avec l’entrée numérique de mes BEHRINGER. Je désirais éviter à tout prix (c’est le cas de le dire) une conversion A/N supplémentaire, très dommageable avec des BEHRINGER DCX 24/96 dont l’entrée analogique est de bien moindre qualité.

Pour l’image, j’ai acquis une télévision, également de la marque PANASONIC. Il s’agit d’un modèle OLED HD de 144 cm d’envergure référencié TX65 FZ800E que j’ai pu acheter dans de bonnes conditions. Je ne suis pas grand connaisseur en télévision mais, à l’instar du son, son image me parait de grande qualité.

La possibilité de voir, d’entendre et de lire les sous-titres m’ont apporté une compréhension de l’opéra que je n’avais jamais eue auparavant. La musique prend toute sa signification quand on peut suivre, à la respiration près, le sens des mots que les chanteurs expriment. Cela a été pour moi une véritable découverte et je m’étonne qu’aucun sujet ne soit consacré aux enregistrements d’opéra dans la rubrique MUSIQUE du chapitre MULTIMEDIA.


Mais ma quête d’innovation ne s’est pas arrêtée en si bon chemin. Enfin, il ne s’agit pas vraiment d’une innovation mais plutôt d’un retour en arrière, un retour vers ce qui fut pendant des décennies ma source de musique : le CD. Emporté par l’élan général vers les nouveautés, par une croyance un peu aveugle dans le progrès et aussi par la facilité d’usage, j’avais abandonné complètement le bon vieux CD pour le tout numérique (après avoir abandonné le 78 tours pour le 33 et le 33 tours pour le CD). J’avais numérisé toute ma discothèque et je m’étais tourné vers QOBUZ pour mes achats, de préférence en haute définition. Est-ce le besoin de changement ou une certaine lassitude? Je ne puis nier que le besoin de changer pour l’audiophile que je suis ne réside pas uniquement dans la quête de mieux entendre la musique mais aussi dans le plaisir inavoué de changer, de modifier, de posséder de nouveaux appareils. Je me console en me disant que cela fait partie de l’ADN de tout audiophile qui s’épanche sur les forums.

J’ai eu dernièrement l’occasion d’acheter d’occasion un lecteur CD dernier cri, un DENON 1600 NE, probablement le lecteur comportant l’ultime technologie de lecture, une technologie qui n’évoluera plus à cause de la propagation irréfrénée des sources numériques. En plus de l’attrait d’un nouvel appareil, j’ai éprouvé un réel plaisir à écouter quelques-uns de mes vieux CD, non plus avec la tentation de ne sélectionner que quelques plages, trop souvent et facilement choisies, dans la mémoire numérique, mais en m’imposant d’écouter l’œuvre ou même le disque en entier, voire une ou plusieurs œuvres programmées comme un tout sur le même support.

J’ai également été heureusement surpris par la qualité de la restitution de mes CD lus par ce DENON. Pour certains disques, j’avais à ma disposition la version CD et la version numérique téléchargée, même téléchargée en haute-définition sur QOBUZ, A leur confrontation, je n’ai perçu aucune différence appréciable de qualité à l’écoute de l’une et de l’autre, peut-être même un léger avantage pour le CD, surtout sur le critère combien important de la restitution de l’espace sonore. Par contre, la lecture par le DENON m’a paru assez sensiblement meilleure à celle de la conversion en numérique d’un même CD par mon ordinateur. Evidemment il s’agit de premières impressions qui devront être confirmées.

Le DENON permet également la lecture des SACD. La technologie SACD est probablement la meilleure technologie de reproduction de la musique jamais inventée. Hélas, pour le SACD, l'appareil ne fournit uniquement qu'un signal analogique et c'est donc un signal analogique qui est transmis au BEHRINGER, avec les inconvénients qui sont liés à une double conversion de qualité imparfaite.


Cordialement Olivier

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 412
Inscription Forum: 11 Aoû 2012 7:59
  • offline

Message » 02 Mar 2020 17:00

Salut Olivier :D

Je répondrais sur 2 points essentiels à mon avis

1/ Ecoute de l'Opéra en Haute Fidélité

2/Intérêt des SACDs

1/ Ecoute de l'Opéra en Haute Fidélité

Tu as raison l'apport de l'image est essentiel pour l'écoute de l'Opéra, et pas seulement pour les sous titres. Certaines mises en scènes sont époustouflantes .Exemple: Aida de Verdi à New York avec la paricipation du plus grand danseur actuel Roberto Bolle.
Bien entendu on peut écouter l'Opéra sans image, mais c'est réducteur.

A propos, ma conviction à ce sujet c'est que je me refuse de "cataloguer" les installations en "Haute Fidélité" "Homme Cinéma" ou "Multicanal".
Une bonne installation devrait pouvoir faire tout cela, avec un minimum de compromis.

Donc un gros + 1 pour ton écran télé.


2/Intérêt des SACDs

Pour le SACD il peut apporter un effet d'enveloppement surprenant .
Je ne pense pas que la sortie analogique de ton lecteur Denon soit un problème.
Toutefois tu peux choisir un lecteur UHD avec une fonction de lecture du SACD via l'HDMI, mais celà t'oblige à acquérir un préampli Multicanal.

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3. RT=0,2 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9351
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline

Message » 03 Mar 2020 14:15

Le daim a écrit:
...
J’ai également été heureusement surpris par la qualité de la restitution de mes CD lus par ce DENON. Pour certains disques, j’avais à ma disposition la version CD et la version numérique téléchargée, même téléchargée en haute-définition sur QOBUZ, A leur confrontation, je n’ai perçu aucune différence appréciable de qualité à l’écoute de l’une et de l’autre, peut-être même un léger avantage pour le CD, surtout sur le critère combien important de la restitution de l’espace sonore. Par contre, la lecture par le DENON m’a paru assez sensiblement meilleure à celle de la conversion en numérique d’un même CD par mon ordinateur. Evidemment il s’agit de premières impressions qui devront être confirmées.
...

Cordialement Olivier


C'est normal que tu perçoive une différence de son entre chaque lecteur, car chaque source dispose d'un niveau de sortie différent, et les convertisseurs ne sont pas les mêmes d'un appareil à l'autre. Cela signifie que tu as une bonne oreille. Il faut penser à régler l'ampli en conséquence (gain ou level). Mon lecteur de CD me permet par exemple de régler le gain directement pour l'adapter à mon ampli. Un bon enregistrement peut paraître moins bon sur le mauvais lecteur.
Bgood
 
Messages: 245
Inscription Forum: 02 Fév 2020 14:37
  • offline

Message » 04 Mar 2020 13:23

Igor Kirkwood a écrit:Salut Olivier :D

Je répondrais sur 2 points essentiels à mon avis

1/ Ecoute de l'Opéra en Haute Fidélité

2/Intérêt des SACDs

1/ Ecoute de l'Opéra en Haute Fidélité

Tu as raison l'apport de l'image est essentiel pour l'écoute de l'Opéra, et pas seulement pour les sous titres. Certaines mises en scènes sont époustouflantes .Exemple: Aida de Verdi à New York avec la paricipation du plus grand danseur actuel Roberto Bolle.
Bien entendu on peut écouter l'Opéra sans image, mais c'est réducteur.

A propos, ma conviction à ce sujet c'est que je me refuse de "cataloguer" les installations en "Haute Fidélité" "Homme Cinéma" ou "Multicanal".
Une bonne installation devrait pouvoir faire tout cela, avec un minimum de compromis.

Donc un gros + 1 pour ton écran télé.


2/Intérêt des SACDs

Pour le SACD il peut apporter un effet d'enveloppement surprenant .
Je ne pense pas que la sortie analogique de ton lecteur Denon soit un problème.
Toutefois tu peux choisir un lecteur UHD avec une fonction de lecture du SACD via l'HDMI, mais celà t'oblige à acquérir un préampli Multicanal.



Mon cher Igor,

Ce qui m’a surtout frappé dans la reproduction d’opéras en DVD ou BLU RAY, c’est les sous-titres qui permettent suivre la transposition en langage musical du texte chanté. Chez Mozart, les volutes de la musique suivent le texte dans toutes ses intonations, presque mot-à-mot, tandis que chez Wagner, c’est l’orchestre qui donne au texte son plein de sensations émotives. Mais le texte est toujours le support de l’invention musicale et c’est pourquoi les sous-titres me paraissent primordiales. Car, sans eux, même pour l’opéra français, ce qu’expriment les chanteurs demeure le plus souvent incompréhensible à mes mauvaises oreilles.


Par contre la mise en scène est un élément qui me perturbe. Elle fige la représentation dans une incarnation de l’œuvre qui peut certes être très appréciée lors d’une première vision mais qui, à l’opposé de la musique, supporte mal d’être revue, toujours la même, quand on remet l’œuvre plusieurs fois sur le plateau du lecteur.


Je pense comme toi qu’une bonne installation doit être capable de reproduire toutes les sortes de musiques et pourquoi pas la musique de film. Mais aussi les voix parlées sans qu’elles soient emmitouflées dans un halo redondant dans le bas-médium comme dans la plus part des projections cinématographiques. Au cinéma, il n’est pas nécessaire que les voix soient bien circonscrites et disposées à leur endroit dans l’espace puisqu'elles sont localisées par la vision des personnages qui les émettent. La construction de l’espace sonore n’est pas une exigence première pour une installation home-cinéma alors que la localisation des sources musicales en largeur et profondeur est à mon sens une qualité importante d’une installation haute-fidélité. Il y aurait donc quand même là une différence entre les deux sortes d’installations.


Ce n’est pas la sortie analogique de mon lecteur DENON qui me pose problème. La sortie d’un lecteur SACD est toujours analogique quel que soit le type de branchement. Je me suis laissé dire que c’était SONY qui, en tant que propriétaire du brevet, avait interdit aux fabricants de lecteur SACD de prévoir une sortie autre qu’analogique. Pour ce format, je suis donc obligé d’utiliser l’entrée analogique de mes BEHRINGER avec la conversion A/N qui suit mais qui est de moindre qualité que l’entrée numérique où il n’y pas de conversion.

Cordialement Olivier

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 412
Inscription Forum: 11 Aoû 2012 7:59
  • offline

Message » 04 Mar 2020 13:37

Mon lecteur de SACD Sony a une sortie SACD en numérique (via prise HDMI). Propriétaire, bien évidemment...
Avatar de l’utilisateur
roland_de_lassus
Staff Haute-Fidélité
Staff Haute-Fidélité
 
Messages: 11758
Inscription Forum: 17 Juin 2004 15:08
Localisation: LLN
  • offline

Message » 05 Mar 2020 13:30

Oui, mais alors il faut un appareil SONY qui fasse la conversion en analogique ou en PCM, possibilité que ne possède évidemment pas mes BEHRINGER. A bientôt j'espère.Olivier

La configuration dans mon profil


La haute-fidélité est une servante de la musique et non une fin en soi.
Le daim
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 412
Inscription Forum: 11 Aoû 2012 7:59
  • offline

Message » 07 Mar 2020 11:18

Mon Cher Olivier

Pensez que la sortie analogique de ton lecteur SACD Denon ne serait "pas assez résolvante" :wink: c'est une position audiophiliste qui devrait être confrontée à un test aveugle afin d'acquérir plus de crédibilité.... Sans doute pas facile dans ta configuration

Rassure toi à priori il y a peu de chance....que le résultat auditif soit différent, de facto ,comme disent les juristes :zen:

Pour l'irruption de l'image en Haute Fidélité ce n'est pas une incongruité objectiviste, mais un complément à mon avis indispensable, nous avons évoqué l'Opéra, mais même le jeu des musiciens et la vision de la salle de concert aboutit à améliorer la perception de la Musique et.... le plaisir d'écoute

La configuration dans mon profil


Ingénieur du Son
5.3 Local d'écoute traité 130 m3. RT=0,2 . Filtrage & corrections FIR, processeur QSC by Ohl + 4 YAMAYA NS-1000x avec 4 médiums Be + 2 tweeters FOCAL Be + 4 SVS + 3 KEF coaxiaux Q 100 + écran LG 88' 8k
Avatar de l’utilisateur
Igor Kirkwood
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 9351
Inscription Forum: 30 Nov 2007 11:17
Localisation: Briare
  • offline


Retourner vers Installations Haute-Fidélité

 
  • Articles en relation
    Dernier message