Modérateurs: Staff Installations, Staff DIY, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 7 invités

Conseils, Guides et Tutos pour le stockage et réseau
Règles du forum
Avant de poster, merci de prendre connaissance des règles du forum : à lire avant de poster

mise en oeuvre des DVD-A

Message » 20 Nov 2006 12:24

Bonjour à tous,

Je démarre ici un post sur la mise en oeuvre sur PC des DVD-A en général et également des DVD-A enregistrés en configuration DSR (studio Passavant). Ce type de prise de son particulière utilise généralement des micro omnis disposés sur un arc de cercle avec un angle de 60° entre chaque micro. La restitution nécessite alors de disposer les enceintes de la même manière (voir discussion à venir).

Pour jouer un DVD-A sur un PC, qu'il soit DSR ou pas, on a plusieurs choix possibles :

1. utiliser windvd ou powerdvd.
2. ripper le DVD-A sur le DD et utiliser par exemple foobar pour une lecture optimale qui se fera comme pour un CD rippé, mais en multicanal.

Mes essais de l'approche 1 avec windvd 7 ont vite tournés court (CS lynx2B, driver L2WDM013) :

- je perds 6 dB sur le son (en directsoud, waveout ne marche pas)
- le son devient généralement haché au bout de quelques minutes
- le renderer n'est pas bit error free

J'ai essayé des versions plus récentes du driver de la lynx. Ca marchait encore moins bien malgré tous mes efforts de configuration du driver (plantage de windvd). Je n'ai pas essayé PowerDVD.

Reste alors la voie 2 qui est de loin la plus dans l'esprit du PCHifi (ie stockage de toutes les galettes sur le DD).

Comme on est "border line", je précise que les DVD-A édités par Passavant ne sont pas protégés contre la copie. Copier des DVD protégés est interdit. Copier des DVD non protégés dont vous n'êtes pas le propriétaire l'est aussi.

Pour faciliter cette copie, voici une petite macro qui automatise le transcodage MLP vers les formats wav, flac ou wavpack.

Cette macro nécessite :

- que vous ayez préalablement copié tous les fichiers MLP du DVD-A dans un dossier donné. Il y a généralement 1 fichier MLP par track. Pour réaliser cette opération Vous pouvez utiliser par exemple l'utilitaire "DVD-Audio Explorer" (DVDAExplorer). Pour que la copie soit rapide, n'oubliez pas de configurer votre lecteur DVD en vitesse max.

- que vous ayez installé préalablement l'application (payante) Surcode MLP dans son dossier par défaut :
C:\Program Files\Minnetonka Audio Software\SurCode MLP

Ensuite, dézippez "mlp2all.zip" dans le dossier :
C:\Program Files\mlp2all

Ne pas utiliser un autre dossier, la macro ne fonctionnerait pas. Cette macro utilise les fichiers flac.exe et wavpack.exe présent ds son dossier. Ca permet d'utiliser une version différente de celle installée par défaut ds le système. La version de flac fournie ds le zip est la dernière 1.1.3b2 qui gère mieux le multicanal.

Le code source de la macro est situé dans MLP2all.au3 (vous pouvez l'ouvrir avec notepad)
C'est un script de commandes dans le langage AutoIt v3 :

http://www.autoitscript.com/autoit3/

L'exe compilé à partir du source est : MLP2all.exe
Fichiers joints
MLP2all.zip
(520.94 Kio) Téléchargé 208 fois
Dernière édition par Emmanuel Piat le 20 Nov 2006 13:00, édité 1 fois.
Emmanuel Piat
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 10085
Inscription Forum: 10 Oct 2000 2:00
Localisation: Besançon, FRANCE
  • offline

Annonce

Message par Google » 20 Nov 2006 12:24

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 20 Nov 2006 12:26

Qd vous lancez MP2all.exe, vous obtenez une fenêtre dans laquelle :

- "Dossier source" permet de sélectionner le dossier ou sont stockés les MLP à convertir

- "Multicanal uniquement" fait que la macro ne récupère que le contenu 5.1 stocké dans le MLP (et pas le downmix stéréo)
- "Downmix stéréo uniquement" fait que la macro ne récupère que le downmix stéréo (utile si vous n'avez qu'une config stéréo). Chez passavant, ce downmix est généralement en 24/96.
- "Multicanal plus downmix stéréo" récupère tout (utile pour comparer ultérieurement les versions multicanal et stéréo en switchant instantanément entre les deux grâce à foobar, voir discussion à venir pour la mise en oeuvre de cette procédure)

Dans la partie encodage :

- "Mono" fait que tous les fichiers obtenus seront mono. Un track donnera donc soit uniqt 2 fichiers mono si on n'a sélectionné que le downmix, soit 6 fichiers mono si on a sélectionné multicanal, soit 8 fichiers mono si on sélectionné multicanal + downmix

- "Stéréo" : idem mais avec des fichiers stéréo (les voies sont regroupées par paires : LF+LR, C+LFE etc.)

- "Multicanal" : cette fois-ci tous les canaux sont contenus dans un unique fichier "interleavé". Le downmix s'il a été demandé en plus sera dans un autre fichier stéréo. C'est cette option qui permet d'obtenir du multicanal avec foobar

- "Multicanal sans surround" : idem mais les voies surround ne sont pas présentes. Ceci va permettre des faire des comparaisons avec et sans les voies surround sous foobar en switchant instantanément entre les deux. J'ai rajouté cette option car le rendu des voies surround en DSR nécessite absolument que les enceintes surround soient situées en AVANT de la zone d'écoute et pas en arrière. Si vous ne pouvez pas vous ramener à cette situation, il faut absolument shinter les surrounds, d'où cette option qui permet d'obtenir des fichiers plus légers. Une question intéressante est alors : que perd t'on en DSR en schintant les surrounds ? Comme on va pouvoir faire des comparaisons instantanées grâce à foobar, voir discussion à venir...

- wav, Wavpack et flac permettent de choisir le type de fichier lossless obtenu après transcodage. Wavpack est très rapide à l'encodage mais un peu plus volumineux que flac.

En faisant mumuse avec ces options vous verrez que certaines config sont interdites (les options deviennent grisées) : je vous laisse découvrir tout cela...

Comme cette macro simule énormément de clics de souris, de touches pressées etc., il est fortement conseillé de ne rien faire sur le PC pendant que la macro tourne (il faut compter entre 1/4 et 1/2 heure pour transcoder un DVD-A en entier, deux ou trois minutes pour un unique fichier MLP). Ne pas s'inquiéter si certaines fenêtres de log de Surcode reste affichées pendant des dizaines de sec (il y a des transferts de plusieurs centaines de Mo en arrière plan). Le décodage MLP par surcode est aussi assez long (affichage de Verifying dans la zone status...)

qq mots sur la procédure suivie par la macro :

Comme Surcode MLP est un logiciel d'encodage MLP et pas de décodage, il faut ruser pour obtenir le décodage. La procédure (décrite sur le net) consiste à lancer un encodage bidon (un wav avec 1 sec. contenant du silence) en demandant à Surcode de vérifier si l'encodage s'est bien déroulé. Dans ce cas, surcode encode le fichier MLP, le décode puis compare avec l'original. Juste après l'encodage, Surcode affiche une fenêtre de log et attend qu'on clique sur cancel pour lancer la vérification (décodage). On en profite alors pour copier à la place du fichier MLP encodé (bidon) le fichier qu'on souhaite décoder. Surcode n'y voit que du feu et décode le fichier :wink: . On récupère alors des wav stéréo (FL+FR, C+LFE, etc.) qu'il faut ensuite traiter en fonction des options cliqués dans la macro. Pour cela, j'ai pas mal utilisé la bibliothèque de manipulation de wav dispo ici :

http://people.bath.ac.uk/masrwd/mctools.html

POur finir, si vous êtes intéressés par les DVD-A Passavant, voir ici pour la procédure de commande :

http://www.passavantmusic.com/Clients/P ... enDocument

PS : Même si j'apprécie évidemment la démarche de Philippe Muller, je tiens à préciser que je ne touche pas de comm ds cette affaire :wink:

Enjoy :)
Emmanuel Piat
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 10085
Inscription Forum: 10 Oct 2000 2:00
Localisation: Besançon, FRANCE
  • offline

Message » 20 Nov 2006 12:30

Pour la mise en oeuvre d'enregistrement DSR, je ne pourrais pas faire que CR avant (je l'espère) la fin de la semaine. J'attends des pièces pour la fixation des enceintes SR et SL et la poste a égaré le colis...
Emmanuel Piat
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 10085
Inscription Forum: 10 Oct 2000 2:00
Localisation: Besançon, FRANCE
  • offline

Message » 21 Nov 2006 12:16

Je joue de malchance. J'ai enfin reçu ma commande mais le magasin s'est trompé : les pièces envoyées ne sont pas les bonnes (embase pour tube de 36mm au lieu de 35mm commandé). Retour à l'expéditeur et bis repetita...
Emmanuel Piat
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 10085
Inscription Forum: 10 Oct 2000 2:00
Localisation: Besançon, FRANCE
  • offline

Message » 18 Déc 2006 11:12

Emmanuel, j'ai essayé ta macro sur un de mes DVD Audio.
Tout semble bien se passer lors du décodage MLP -> WAV, mais à un moment j'ai 2 fenètres DOS qui s'affichent très rapidement (sans pouvoir voir ce qui est lancé), et mon sous répertoire flac reste vide (alors que la barre de progression continue d'augmenter).
Tu as une idée ? (a priori j'ai bien tout mis dans les bons répertoires, j'ai juste essayé le flac, multicanal, garder les mlp).

Merci beaucoup en tout cas pour cette macro.
FauxFrodon
 
Messages: 303
Inscription Forum: 18 Fév 2003 21:03
Localisation: Nice (enfin pas loin)
  • offline

Message » 18 Déc 2006 11:23

fenêtre dos => c'est forcément celle de l'encodeur lossless (flac ou wavepack) ou des programmes qui trancodent les wav pour les transformer en wav multicanaux.

Nota : toutes les copies / transfert de fichiers se font via des commandes internes de autoit et n'engendrent pas de fenêtre dos.

Donc pour moi, il y a un pb d'encodage en .flac, ce qui pourrait être lié à l'absence des .wav (ie déconnade au niv. de surcode MLP).

D'où 3 questions :

1) Tu as bien tout dézippé "mlp2all.zip" dans le dossier :
C:\Program Files\mlp2all

2) Est-ce que les fichiers .wav se créent correctement lors du décodage MLP ? (il suffit de regarder dans le dossier ou il y a les .MLP pdt que la macro tourne).

3) si tu coches wav multicanal comme format de sortie (ie pas d'encodage lossless), ça marche ?

@+
Emmanuel Piat
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 10085
Inscription Forum: 10 Oct 2000 2:00
Localisation: Besançon, FRANCE
  • offline

Message » 18 Déc 2006 11:59

Emmanuel Piat a écrit:D'où 3 questions :

1) Tu as bien tout dézippé "mlp2all.zip" dans le dossier :
C:\Program Files\mlp2all


Oui, j'ai bien vérifié. J'ai essayé aussi MLP2all (avec les majuscule) puisqu'a priori c'est ce qu'il y a dans la macro (mais comme windows ne respecte pas la casse ça change rien).

Emmanuel Piat a écrit:2) Est-ce que les fichiers .wav se créent correctement lors du décodage MLP ? (il suffit de regarder dans le dossier ou il y a les .MLP pdt que la macro tourne).


Oui je vois 3 wav qui se créent (de taille respectable, 100 Mo chaque) du genre SrSl.wav, CLfe.wav et FlFr.wav, puis qui disparaissent.

Emmanuel Piat a écrit:3) si tu coches wav multicanal comme format de sortie (ie pas d'encodage lossless), ça marche ?


J'ai pas essayé. Je te dirai dès que je le pourrai (c'était pas sur mon PC, j'ai pas de Windows chez moi).

En tout cas merci pour ta réponse, c'est dommage que ça ne marche pas parce que c'est quand même très pratique comme macro, le faire à la main c'est assez fastidieux :)
Pour info, le windows est un Windows XP (je sais pas si ça joue), a part ces 2 fenètres suspectes, le reste à l'air de se dérouler correctement (on croit parfois que c'est bloqué que ça a planté, mais non faut juste attendre).
FauxFrodon
 
Messages: 303
Inscription Forum: 18 Fév 2003 21:03
Localisation: Nice (enfin pas loin)
  • offline

Message » 18 Déc 2006 12:48

Je suis sur XP pro mais ça serait étonnant que cela joue.

Il faut tester le mode "wav" avant de pousser plus loin le diagnostic.

Tester aussi le downmix stéréo uniqt.

En mettant un seul MLP ds le dossier ça va assez vite.

Oui je vois 3 wav qui se créent (de taille respectable, 100 Mo chaque) du genre SrSl.wav, CLfe.wav et FlFr.wav, puis qui disparaissent.


Ca c'est ok. Si je me rappelle bien de ce que j'ai mis ds la macro (ça date déjà un peu...), ils doivent ensuite être "fusionnés" en un wav multicanal puis transcodés en .flac ou .wv ou rien. C'est peut être la "fusion" qui déconne.

(on croit parfois que c'est bloqué que ça a planté, mais non faut juste attendre).


Effectivement, le décodage MLP prend du temps...
Emmanuel Piat
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 10085
Inscription Forum: 10 Oct 2000 2:00
Localisation: Besançon, FRANCE
  • offline

Message » 18 Déc 2006 12:50

Pour info, je n'ai testé la macro que sur les 3 dvda de passavant (je n'ai pas d'autres dvda pour le moment).
Emmanuel Piat
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 10085
Inscription Forum: 10 Oct 2000 2:00
Localisation: Besançon, FRANCE
  • offline

Message » 21 Déc 2006 17:37

Emmanuel Piat a écrit:Pour info, je n'ai testé la macro que sur les 3 dvda de passavant (je n'ai pas d'autres dvda pour le moment).


Bon j'ai pu procéder à des tests supplémentaires...
En faisant la procédure à la main, pour mon premier MLP ça marche (j'obtiens 3 fichiers wav conséquents, que je peux lire correctement).
Pour les autres ça ne marche plus. En effet apparement les fichiers suivants n'ont pas l'air "complets", a savoir j'ai l'impression qu'ils leur manque leur entete (DVD Audio explorer m'affiche beaucoup moins d'infos sur les suivants que pour le premier - group1 group2 sont manquant par exemple). J'ai donc tenter la bidouille de creer un MLP par concaténation du premier et du deuxième, et en l'envoyant à Surcode ça marche, j'obtiens 3 gros wav et en les écoutant j'ai les deux morceaux.
Malheureusement en utilisant la macro ça ne marche plus. Je vois qu'il me copie en fichier "bidon.MLP" dans le répertoire où sont stoqués les vrais MLP (C:\MLP), il ne devrait pas mettre ce fichier à la racine ? Et au final ce que je pensais être les vrais wav ne sont en fait apparement que les wav de bidon.mlp (le vrai celui là), de 563 ko chacun.
Bon je sais pas trop ce qui déconne, je peux récuperer mes wav en le faisant à la main, mais il faut être SACREMENT motivé :)
FauxFrodon
 
Messages: 303
Inscription Forum: 18 Fév 2003 21:03
Localisation: Nice (enfin pas loin)
  • offline

Message » 22 Déc 2006 13:42

>il ne devrait pas mettre ce fichier à la racine ?

Non, il le met ds le dossier ou sont les MLP.

Je vais faire un essais pdt les vacances en mettant les fichiers MLP ds C:\MLP comme toi.

>Pour les autres ça ne marche plus. En effet apparement les fichiers suivants n'ont pas l'air "complets", a savoir j'ai l'impression qu'ils leur manque leur entete (DVD Audio explorer m'affiche beaucoup moins d'infos sur les suivants que pour le premier - group1 group2 sont manquant par exemple). J'ai donc tenter la bidouille de creer un MLP par concaténation du premier et du deuxième, et en l'envoyant à Surcode ça marche, j'obtiens 3 gros wav et en les écoutant j'ai les deux morceaux.

Donc là si j'ai bien compris, le pb est au niv. de DVD Audio explorer...

>Malheureusement en utilisant la macro ça ne marche plus. Je vois qu'il me copie en fichier "bidon.MLP" dans le répertoire où sont stoqués les vrais MLP (C:\MLP), il ne devrait pas mettre ce fichier à la racine ? Et au final ce que je pensais être les vrais wav ne sont en fait apparement que les wav de bidon.mlp (le vrai celui là), de 563 ko chacun.
Bon je sais pas trop ce qui déconne, je peux récuperer mes wav en le faisant à la main, mais il faut être SACREMENT motivé

L'étape suivante de la macro après décodage du fichier MLP en un ens. de 3 wav STEREO consiste à créer un wav UNIQUE mais multicanal.

Une piste possible à explorer : les dvda passavant ont une répartition particulière au niveau des groupes (de mémoire FL FR C ds le groupe 1 - SL SR dans le groupe 2 - pas de LFE). Cette répartition peut être différente ds les autres dvda. Dans ce cas, peut être que SURCODE génère des fichiers wav STEREO avec un suffixe XXXX différent dans les fichiers surcodeXXXX.wav), ce qui fait planter la suite de la macro...

Pourrais tu me donner le nom *exact* des fichiers wav "surcodeXXXX.wav" qui sont générés par surcode ? (XXXX = _FLFR etc...).

Normalement, ce devrait être :

surcode_lfrf.wav
surcode_clfe.wav
surcode_lsrs.wav

et (éventuellement, ça dépend des options choisies) : surcode_down.wav

@+
Emmanuel
Emmanuel Piat
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 10085
Inscription Forum: 10 Oct 2000 2:00
Localisation: Besançon, FRANCE
  • offline

Message » 22 Déc 2006 13:49

J'ai édité mon post ci-dessus concernant le nom des fichiers wav générés par surcode lors du décodage MLP.
Emmanuel Piat
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 10085
Inscription Forum: 10 Oct 2000 2:00
Localisation: Besançon, FRANCE
  • offline

Message » 11 Juin 2007 10:15

Outre la récupération des DVDA (non protégés) de Passavant, je propose qu'on discute plus avant ds ce post du DSR, de ses avantages et de ses limitations.

Je reposte ici mon intervention dans ce topic :
http://www.homecinema-fr.com/forum/view ... #170858639
pour amorcer la pompe.

================

>La technique DSR de Passavant ne me convainc que très peu...

Pour avoir écouté des heures et des heures d'enregistrement DSR, je peux te dire que tu as *grandement* tord. Mais là encore rien ne vaut un essai. Les DVD-A DSR ne sont pas chers sur Passavant et il faut juste (pour un test) avoir le courage de remettre les enceintes arrières sur la zone avant. Bref, sans se ruiner, on peut se construire une opinion basée sur du vécu.

Le DSR est né d'une approche pragmatique et expérimentale. Il n'a aucun support théorique. Il a fallu des années d'essais et de validation pour le mettre en place. Mettre des enceintes sur la zone avant d'un arc de cercle, ca n'a rien d'extraordinaire. Le plus dur et de très très loin, c'est de définir le protocole de prise de son qui permettra ensuite d'obtenir un rendu spatial convaincant avec cette dispo d'enceintes. Et Définir ce protocole est d'autant plus difficile, qu'on enregistre pas un soliste classique comme un trio de jazz etc. Par exemple le DVDA de Maxime Saury n'a pas la même disposition ni la même orientation des micro omni que le DVDA de Fabrice Eurly. Dans un cas, on a un Duo de Jazz clarinette/piano avec la clarinette qui mène la danse avec une image qui ouvre peu car le piano est derrière la clarinette, dans l'autre cas, on a un soliste de piano avec une image spatiale sur 180° car le piano est proche (cette image spatiale est nécessaire car sur la derrière piste, Eurly fait du tam tam en tournant tout autour du piano, et quand on sait que le piano fait 3m de long, ça fait une sacrée image sonore ...).

Bref, dans tous les cas, il faut absolument maitriser différentes configurations de prises de son qui marcheront pour chaque style de musique et chaque configuration d'orchestre. Ca a été très difficile (il a fallu *plusieurs années* à PM pour y parvenir, les 1ers essais étant catastrophiques...). A chaque fois le protocole a été le même : on enregistre et on compare immédiatement à l'original (tout comme l'avait déjà fait Cabasse bien avant). Petit à petit, toute une connaissance empirique sur la prise de son adapté au DSR a été accumulée. Cette connaissance accumulée est la force de PM. C'est sa marque de fabrique qui a été parfaitement validée expérimentalement.

Outre la qualité de la reconstruction spatiale de la scène avant, les trois avantages du DSR sont à mon sens :

- la suppression du crosstalk stéréo du fait de la prise de son en AB large
- une zone d'écoute large (au moins 3 personnes de front) de qualité similaire
- une zone d'écoute profonde (au moins deux rangées de siège) de qualité similaire
- un rendu spatial cohérent avec la scène sur toute la zone d'écoute
- une intégration plutôt correcte avec la salle d'écoute

Mine de rien, c'est pas mal. Et à l'arrivée c'est beaucoup de plaisir (et aussi l'impression très nette d'écouter une vraie scène sonore).

Maintenant le DSR a aussi des défauts. J'en ai relevé certains propres à certains protocoles de prises de son. Je ne pense pas qu'ils soit du à ma pièce et personnellement j'aimerais beaucoup en discuter mais ces discussions ne seront intéressantes que si nous sommes plusieurs à écouter les mêmes disques pour confronter nos points de vue et mettre la main sur les pb. Bref, avis aux amateurs de décryptage de scènes sonores sur 180° :wink:
Emmanuel Piat
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 10085
Inscription Forum: 10 Oct 2000 2:00
Localisation: Besançon, FRANCE
  • offline

Message » 13 Juin 2007 15:30

Quel succès ! :mdr:
Emmanuel Piat
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 10085
Inscription Forum: 10 Oct 2000 2:00
Localisation: Besançon, FRANCE
  • offline

Message » 18 Juin 2007 9:44

Bonjour,

je continue tranquillement ma traversée du désert :wink:
Comme Fabrice Eurly revient à Passavant faire un concert le 22 juin, et que le dernier auquel j'ai pu assister fut un très grand moment, je vais donc commencer par décrire les sensations d'écoute que me procure le DVDA DSR de Fabrice Eulry.

Réglage actuel du système (et donc uniquement à titre d'information) :

J'ai aligné au même niveau SPL (sonomètre orienté vers le plafond) toutes les enceintes sur l'arc de cercle puis :

C : 1.5 dB SPL en dessous de FL et FR
SR et SL : 2 dB SPL en dessous de FL et FR

le réglage de C permet de plus ou moins resserer la scène sur le centre. Le réglage actuel me sert aussi bien pour les films que pour le DSR, donc il est surement spécifique à mon acoustique. Le réglage de "SR" et "SL" en DSR (+- 60°) permet de plus ou moins étendre la scène sur les côtés.

Volume d'écoute : réaliste (écoute similaire à celle du concert).


piste 1

voir à la fin...

piste 2

Un morceau qui prend peu à peu une tendance "jazzy" avec un Fabrice Eulry qui entre dans un monde à lui en se mettant à chantonner... Magique ! Immédiatement avec le DSR, ce qui impressionne, c'est la largeur *naturelle* de la scène sonore, il n'y a plus cette disparition progressive de la scène au delà de +-30° comme en stéréo. Du coup, qd on a gouté à ce sentiment d'espace, il est vraiment difficile de revenir à la stéréo qui semble bien "étriquée".

Ce morceau se traduit essentiellement par une ligne discrête de bas medium/haut grave tout le long qui se double par un très beau jeux sur le medium puis à la fin sur les aigus. Il permet ainsi de très bien se mettre en condition d'écoute et de percevoir toute la structure de la caisse de résonnance du Steinway D, chaque fréquence émergeant d'un endroit donné (le piano fait en gros 3m de long). La dynamique est généreuse mais loin de ce quelle sera par la suite. Qd au jeu sur les aigus à la fin, il est tout simplement magnifique. Je craque complètement... Et le public aussi.

piste 3

2 heure du mat dans un piano bar. Une lumière tamisée et des tables avec quelques créatures de rêve quelques peu ensommeillées. Une atmosphère feutrée... Une interprétation sensuelle avec toujours ce haut médium-aigu qui me transporte. L'assise dans le grave est profonde et tranquille. On aimerai que ça ne s'arrête jamais. Hélas le morceau est court.

piste 4

Ca pulse. Des attaques incroyables. De la dynamique. Et une partition d'enfer. On a envie de se lever et de danser. C'est là qu'on se rend compte qu'un Steinway D, ça envoie drôlement... Ce morceau est magique. Et puis encore et toujours ces aigus qui viennent soudain habiter la partition avec une dynamique infernale, ce qui engendrent un plaisir d'écoute absolu. J'adore ce morceau. J'adore les aigus du Steinway.

piste 5
Un peu moins mon truc. Le morceau est néanmoins très amusant, plein de joie. Quelques pics de dynamique saisissant qd Eulry fait ses bruitages avec la bouche.

piste 6
Le lendemain de ma nuit dans le piano bar. Je me promène dans un immense parc avec une des créatures de rêve apparue je ne sais trop comment. Il fait un temps magnifique. Tout est beau. Je veux l'épouser. Vous l'avez compris, ce morceau invite à l'optimisme :wink: . Le jeux d'Eulry est cristallin et on a l'impression que même le piano est heureux de jouer.

piste 7
Voilà une bien belle dynamique avec un toucher très très appuyé. Ca envoie un maximum. J'accroche un peu moins au style. Néanmoins de bien belles attaques sur les graves ... Il ne doit pas en rester grand chose sur un petit système.

piste 8
Un Style très cabaret au début, beaucoup plus original et très enlevé sur la fin. Grosse dynamique dans la 2e partie avec une belle exploration du registre grave du Steinway.

piste 9
Ca y est je suis marié avec ma créature de rêve. Que demander de plus ? Et toujours ces écarts de dynamique absolument *énormes* mais un jeu qui ne se désuni jamais. Avoir un Steinway D à la maison, devant soi, c'est vraiment le pied !

piste 10
Morceau avec un rythme très appuyé et le public l'a bien compris. On est satellisé ! Le registre grave du steinway balance comme pas permis avec une fin d' *antologie* dans ce registre. Les contrastes avec le jeux des aigus est toujours aussi beau. Ce Steinway est décidemment incroyable...

piste 11
Morceau virevoltant mais qui me parle moins. La maitrise technique d'Eurly est néanmoins impressionnante avec un gros travail sur l'enveloppe des sonorités et de sacrés attaques ou "coupures" de note. Bonjour les régimes impulsionnels ...

piste 12
De nouveau un rythme appuyé avec une grosse assise dans le bas medium et le grave. Une monté progressive en niveau sachant qu'on part déjà de bien haut !!! Eulry et le public sont déchainés et ça pulse comme seul un piano de cette catégorie peut le faire... Un grand moment.

piste 13
Ouf un peu de calme :wink: . Rafraichissant.

piste 14
Là Eulry disjoncte carrément :wink: . Grosse montée en rythme avec le public et *énorme* montée en volume. Puis soudain un truc incroyable : un son qui n'est pas un son de piano ! Eurly plonge les mains à l'intérieur de la caisse et tranforme le Steinway en contrebasse géante de 5 m2 de surface !!! Et comme si ça ne suffisait pas, il se met ensuite à faire du tam tam sur toute la structure du piano en tournant peu à peu autour, ce qui permet d'explorer tout le registre fréquentiel du piano en terme de résonnace (ahhh ces graves !!!...) . Cette folie artistique permet de bien mettre en avant toute la capacité du DSR en terme de retranscription d'un son tridimentionnel parfaitement étagé en profondeur. car quand Eurly passe devant vous, on a l'impression qu'il suffit de tendre les bras pour le toucher. Il va ensuite faire du tam tamp par terre très loin sur la gauche et là encore on est surpris par cette faculté du DSR à restituer un jeux sonore quasiment à 90° sans qu'il n'y ait de perte de cohérence spatiale. C'est là qu'on se rend compte qu'une scène ouvrant quasiment sur 180° c'est autre chose que les 60° de la reproduction stéréo en terme de naturel. Et ce naturel, c'est bien se qu'on appelle tous de nos voeux en reproduction de musique acoustique. Bref, ce final est aussi surprenant que réussi.


Vous l'avez compris, j'adore ce DVDA DSR :wink: . Néanmoins, un Steinway D conduit par un fou, ce n'est pas rien. Et pour le mettre chez soi, il faut que le système soit à la mesure de la dynamique sans concession de cet instrument. Ce DVDA s'exprimera donc d'autant plus que le système est capable de restituer sans compression les crêtes d'un enregistrement naturel. L'écoute pourra donc aller de très moyenne à ... nirvanesque selon les capacités du système. Si vous trouvez ce disque moyen, s'il ne vous transporte pas, c'est sans doute que votre système est à la peine et ne peut retranscrire une dynamique suffisante. Si c'est nirvanesque, vous pourrez alors vous dire que ce que vous venez de vivre est une réplique franchement fidèle du concert auquel j'ai eu la chance de pouvoir assister. Dans ce cas, cet enregistrement DSR met le Steinway D à 15 € au lieu de 750 000 francs. Belle économie :wink:

Reste la piste 1 :

amha, cet enregistrement a été fait en dehors du concert en public car l'acoustique n'est pas identique à celle des conditions du concert (absence de public ?). Les applaudissements à la fin s'intègrent également "mals". Par ailleurs, je me demande si la disposition des micros est tout à fait la même que pour le concert car il me semble que les registres fréquentiels du Steinway ne sont pas situés tout à fait aux mêmes endroits... Si j'ai donc une suggestion à faire, c'est de commencer la lecture de ce disque par la plage 2 qui offre une découverte "progressive" des possibilités du Steinway dans les différents registres grave, medium et aigu, le tout avec une dynamique encore assez contenue. La piste 1 n'en est pas moins très belle avec un rendu qui me semble plus proche de ce qu'on pourrait obtenir dans un studio conventionnel.

Je termine personnellement par un grand merci à Philippe pour mettre de tels enregistrements à la disposition de tous. Un tel réalisme sonore est rare, très rare. Je suis un grand fan de piano, et il faut être honnête, aucun des enregistrements de piano que je possède, même les bons, ne sonnent comme celui-là. Je ne parle pas ici du style, uniquement du son du piano. Le piano est un instrument très exigeant à rendre car les cordes frappées peuvent atteindre des dynamiques incroyables... Ici rien ne limite artificiellement *à la source* cette dynamique, pas plus que la sensation d'espace que procure un piano de concert grâce au DSR. Donc disposer d'une telle source, c'est disposer d'un moyen d'évaluation particulièrement rigoureux d'un système. Et qd ça marche, miam ! ... :mdr:

@+
Emmanuel
Dernière édition par Emmanuel Piat le 19 Juin 2007 13:07, édité 8 fois.
Emmanuel Piat
Contributeur HCFR 2016
 
Messages: 10085
Inscription Forum: 10 Oct 2000 2:00
Localisation: Besançon, FRANCE
  • offline


Retourner vers Stockage et Réseau