Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 17 invités

Films (débats, critiques), personnalités (acteurs, réalisateurs), prochaines sorties, les salles, la presse spécialisée...

Amour (Haneke)

Message » 28 Oct 2012 12:52

AMOUR


Image


Synopsis : Georges et Anne sont octogénaires, ce sont des gens cultivés, professeurs de musique à la retraite. Leur fille, également musicienne, vit à l'étranger avec sa famille. Un jour, Anne est victime d'un accident. L'amour qui unit ce couple va être mis à rude épreuve.

Mon avis : Il est toujours agréable après une accumulation de films un peu sans goût qui déferlent dans nos salles chaque semaine de tomber sur une pépite qui réveille en nous ceux pourquoi nous allons au cinéma. Ceux pourquoi l'Art existe et nous pousse à continuer d'aller voir des films. Amour c'est ce que j'appelle du Cinéma noble, pas facile forcément car ici ceux qui prennent le cinéma pour un simple divertissement ne comprendront pas le but d'une telle entreprise. Mais personnellement c'est ce que j'ai vu pour le moment de plus beau cette année, de plus dur, de plus intelligent et de plus marquant. Un traitement aussi digne sur un sujet aussi peu facile, je crois qu'il n'y avait que Haneke pour le faire. Un grand cinéaste comme lui avec son regard d'une justesse inouïe ne pouvait que rendre cette descente aux enfers à la fois complexe, noire, douloureuse mais aussi profondément lumineuse, onirique, douce même parfois drôle et belle (merci à la photo divine de Khondji qui éclaire constamment le couple parfaitement) qui ne cherche jamais les effets faciles à la fois pour émouvoir ou pour mettre mal à l'aise.
Un regard aussi respectueux, aussi subtil que pudique c'est ce qu'il fallait. Ce maître du hors champ et du plan fixe se livre corps et âme à son sujet, on sent que son film vient profondément du coeur. Le film a beau garder cette emprunte clinique qui le caractérise, il n'a jamais été aussi doux, aussi empathique avec ses personnages.
Pas de sentimentalisme ou de pathos néanmoins mais un choix des cadres judicieux, de la direction d'acteurs qui ne cherche jamais à tirer des larmes, mais à questionner notre regard et à donner même dans la mort et la décomposition un sentiment de vie et d'amour comme peux ont su montrer. Leçon pure de mise en scène, la palme d'or n'a pas démérité, c'est un film plein qui touche toujours juste, qui utilise les ellipses comme hors champ douloureux, montre ou ne montre pas leur souffrance quand il le faut, et donne à voir les plus beaux gestes d'amour qui soient notamment le geste final d'une grande force émotionnelle qui fait passer le film à chef d'oeuvre absolu.
Bien sur Trintignant et Riva sont incroyables, mais c'est le regard d'Haneke qu'il l'est encore plus. Un grand film d'une très grande sagesse qui après avoir filmé et analysé la violence sous toutes ses formes, questionner l'origine du mal dans Le ruban blanc, Haneke semble avoir franchi un cap. Elle est toujours présente souvent là où on ne l'attend cette violence, mais elle est balayée par cette force de vie, par l'Amour justement. On a jamais filmé le départ comme cela, un film à hauteur d'hommes tout simplement. Respect.
18/20
Nikolai
 
Messages: 2335
Inscription Forum: 29 Nov 2008 21:32
  • offline

Annonce

Message par Google » 28 Oct 2012 12:52

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 28 Oct 2012 13:16

il me brancherait bien ce film, pendant les vacances peut-être.
Avatar de l’utilisateur
Robson5
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2106
Inscription Forum: 05 Mar 2008 20:43
Localisation: Le Havre Seine Maritime
  • online

Message » 28 Oct 2012 14:03

Est-ce que ce topic aura 175 pages comme Prometheus ? Je le sens.
Nikolai
 
Messages: 2335
Inscription Forum: 29 Nov 2008 21:32
  • offline

Message » 28 Oct 2012 15:16

oui mais là pas de suite, ils sont trop vieux :oldy: pas de trilogie donc, ni d'effets spéciaux. j'ai arrêté le post Prometheus ,ça me gavait. je me suis mis à la tisane. :wink:
Avatar de l’utilisateur
Robson5
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2106
Inscription Forum: 05 Mar 2008 20:43
Localisation: Le Havre Seine Maritime
  • online

Message » 28 Oct 2012 15:28

Robson5 a écrit:... ni d'effets spéciaux. j'ai arrêté le post Prometheus ,ça me gavait. je me suis mis à la tisane. :wink:


Pas d'effets spéciaux, pas d'effets spéciaux ... c'est vite dit !

A l'inverse du masque de Guy Pearce dans Prometheus, je trouve vraiment réussit le maquillage d'Isabelle Huppert sur l'affiche du film. On ne voit pas le raccord. Vraiment très naturel !




:idee: à moins que je confonde ... :oops: :lol:
syber
 
Messages: 11846
Inscription Forum: 30 Juil 2005 15:07
  • offline

Message » 28 Oct 2012 15:32

:wink: Isabelle Huppert même grimée reste belle mais froide, enfin sa réputation la précède.
Avatar de l’utilisateur
Robson5
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2106
Inscription Forum: 05 Mar 2008 20:43
Localisation: Le Havre Seine Maritime
  • online

Message » 28 Oct 2012 16:18

A noter que le film a été tourné quasiment exclusivement qu'en studio et on en a jamais l'impression. Surtout grâce à la photo sublime qui est naturelle et très douce.
Nikolai
 
Messages: 2335
Inscription Forum: 29 Nov 2008 21:32
  • offline

Message » 02 Nov 2012 10:31

Film magnifique que j'ai vu en juin au festival de La Rochelle, suite à sa palme à Cannes.
Néanmoins, il conforte mon opinion : vieillir n'a vraiment rien d’enthousiasmant :roll: , surtout quand la vie active a été bien rempli...........
G C :wink:
G C
 
Messages: 751
Inscription Forum: 25 Sep 2008 14:06
Localisation: La Rochelle
  • offline

Message » 05 Oct 2017 8:08

Il est passé hier sur Arte et je suis tombé dessus en cours de route.

Pas spécialement réussi à être ému, tant le mari m'a semblé à côté de la plaque
(et d'ailleurs la fin n'est en rien étonnante)
. Je n'imaginais pas qu'un tel film puisse recevoir autant de récompenses :o .

En tout cas j'aurais dû me mettre à la musique, ça gagne bien faut croire :friend: .
poilau
 
Messages: 4000
Inscription Forum: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • online

Message » 05 Oct 2017 14:02

Amour est un film absolument crucifiant sur l'amour absolu, le refus du départ de l'autre, de sa diminution et de l'impact de cela sur la relation amoureuse à tous les niveaux. C'est clinique à fond, certes, parce que Haneke reste Haneke, mais c'est aussi résolument implacable de A à Z, jusqu'à la vision improbable d'un signe imprévu de vie au milieu d'un appartement devenu mortuaire, signe de vie pourtant traditionnellement associé à la mort (un oiseau) mais aussi à l'amour et la tendresse (le pigeon).

Amour, c'est l'histoire d'un mec qui ne peut se résoudre à regarder sa femme partir comme ça, loin de ce qu'il a toujours connu d'elle. La scène de la gifle est d'ailleurs très explicite à ce sujet et dit : Non, je te laisserai pas te laisser crever. Trintignant qui se prend, en écoutant un CD, à se souvenir de sa femme qui jouait du piano, mais doit couper rapidement cela car c'est insupportable.

Mais la froideur du film est à la fois sa force et sa principale limite : difficile de se sentir absorbé quand le film est si froid, si mécanique dans la lente agonie du couple et de la femme. Dommage aussi que Trintignant et Riva ait cette diction un peu théâtrale, comme s'ils lisaient constamment leurs textes.

C'est assez amusant pourtant car le film est visuellement bien moins gratuit que Le ruban blanc ou Funny Games. Trintignant dit vers la fin du film "Rien de tout cela ne mérite d'être montré". Beaucoup de détracteurs du film ont joué de l'ironie en retournant cela à Haneke. Or, le film est pourtant bien avare, jusque là, en séquences réellement choc, et on aura tout juste eu quelques plans de dictions ou de repas difficiles.

On pourra aussi reprocher ces ellipses où semblent se perdre les vrais moments d'émotion, ainsi que des passages qui paraissent complètement anecdotiques et du coup caricaturaux. Les aides soignantes sont notamment complètement sous-exploitées, notamment celle avec ce qui sonne comme un accent Est-Européen, et renvoyée comme une malpropre sans plus d'explication après un passage éclair, et on peut se demander s'il n'aurait pas mieux valu soit aménager autrement le montage pour leur faire une place un chouia plus importante histoire de ne pas avoir l'impression qu'elles ne servent presqu'à rien, soit les éliminer complètement (mais risquer de rendre le film moins réaliste vu que dans ces situations-là, on se passe rarement d'aides à domicile, surtout quand on en a les moyens).
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 5790
Inscription Forum: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54
  • offline

Message » 05 Oct 2017 23:28

Le film est très réussi sur le plan purement technique, on ne peut pas le remettre en cause. On sent clairement que le réalisateur dispose d'une réelle marque de fabrique, et c'est sans doute ce qui a grandement contribué à gagner ces récompenses.

Reste que je n'ai pas été particulièrement ému ni oppressé. Peut-être parce que je connais déjà personnellement ces situations, peut-être parce que l'histoire se déroule (encore) dans le microcosme des artistes parisiens (bon sang le monde est vaste, et le bouleversement de la vie qu'impose la dépendance concerne des millions de personnes, pourquoi se limiter une nouvelle fois à ce cadre tellement nombriliste). Peut-être surtout parce que le mari, dans la seconde partie de l'histoire en tout cas, est totalement à l'ouest, au point de sembler vouloir nous montrer exactement tout ce qu'il ne faut pas faire. Que ce soit lorsqu'il refuse de placer sa femme (alors qu'elle en a plus que besoin), lorsqu'il s'obstine à vouloir tout gérer seul (suicidaire quand on sait que 30% des aidants meurent avant la personne aidée), ou encore lorsqu'il passe ses nerfs sur la soignante (qui lui balance un magistral "va te faire foutre vieux con" qui le laisse sans réaction, tant il sait au fond de lui que c'est ce qu'il est devenu). Ne parlons même pas de la fille, la cinquantaine bien entamée, et qui lors de ses éphémères apparitions paraît aussi mature qu'une ado en pleine phase de rébellion.

En fait ce qui m'a le plus ému c'est effectivement le cadre du tournage, parfaite illustration de la situation du logement à Paris. Quel contraste, et quel gâchis, de voir un si bel appartement devenir à ce point morbide, et servir de mausolée à ce vieux couple. Je n'ai pas pu m'empêcher de me dire "purée avec 50 ans de moins on s'éclaterait là-dedans".
poilau
 
Messages: 4000
Inscription Forum: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • online

Message » 13 Oct 2017 11:47

poilau a écrit:
En fait ce qui m'a le plus ému c'est effectivement le cadre du tournage, parfaite illustration de la situation du logement à Paris. Quel contraste, et quel gâchis, de voir un si bel appartement devenir à ce point morbide, et servir de mausolée à ce vieux couple. Je n'ai pas pu m'empêcher de me dire "purée avec 50 ans de moins on s'éclaterait là-dedans".


En effet, si tu as pensé ça pendant le film, soit il t'a emmené très loin, soit il t'a endormi... :hehe:

La configuration dans mon profil


PC Windows 10 streaming et FLAC sur DD / SMSL M500 / SPL Control 2 /2x Nuprime STA9 / Davis Monitor 1 /Mogami 3103HP.
Alternativement un intégré FDA Nubert Nuconnect Xamp
"Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir". Sviatoslav Richter.
Avatar de l’utilisateur
autrichon gris
Staffs Œuvres & Multimédia
Staffs Œuvres & Multimédia
 
Messages: 7852
Inscription Forum: 21 Oct 2009 14:18
Localisation: Strasbourg
  • offline

Message » 14 Oct 2017 13:10

:lol: C'est peut-être mon côté trop terre à terre, mais le film dépeint parfaitement une triste réalité à Paris. D'un côté les plus jeunes générations qui arrivent à peine à habiter des cages à lapin, de l'autre des vieux qui s'emmerdent dans de grands appartements devenus sans âme.

Je suis sûr qu'y aurait un business à monter d'ailleurs :friend: .
poilau
 
Messages: 4000
Inscription Forum: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • online

Message » 18 Oct 2017 16:56

J'ai l'impréssion que film après film que Haneke se sens tellement mal dans la vie qu'il veux que le public se sente pareil que lui , film après film il essaye de démontrer que la nature humaine est pourrie jusqu'a la moelle, souvent on cherche en vain un peu d'humanité car la plupart de ces personnages en semble dépourvu .

Et c'est surtout les jeunes qui semblent perverti dans ses films (Benny's Vidéo , le ruban Blanc) , ça pourrait démontrer une peur inconscience (ou non) de la jeunesse !

Dans 71 Fragments d'une chronologie du hasard , le tueur a 19 ans !

Funny Games le démontre aussi (les méchants sont 2 jeunes propre sur eux)

Quand on compare son film a un film d'horreur il le prend très mal, car il ne veux pas être comparé a ce genre que visiblement il méprise (Haneke méprise pas mal de choses, de gens et le cinema US en particulier ), mais ça reste un film d'horreur cynique avec la volonté de mettre a mal le plus possible son audience et il pousse cela très loin !
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 13753
Inscription Forum: 27 Mar 2006 15:52
  • offline


Retourner vers 7ème Art

 
  • Articles en relation
    Dernier message