Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités

Films (débats, critiques), personnalités (acteurs, réalisateurs), prochaines sorties, les salles, la presse spécialisée...

Harry Potter (restauration ratée ?)

Message » 25 Sep 2018 0:06

A l'occasion de la re-sortie des films en cette année 2018, je suis allé revoir le premier épisode. On m'a dit qu'il avait été restauré, mais je ne vois guère d'information à ce sujet sur le net...

Quoiqu'il en soit, j'ai été plutôt déçu par la qualité, avec des couleurs froides ou ternes, un aspect un peu VHS, granuleux et manquant de piqué et/ou de contraste voir même quasiment flou lors de la chute sous la trappe pour échapper au chien à trois têtes "Touffu". En pourtant je suis tout à fait conquis par ce que je vois généralement en cinéma numérique.

Il n'y a guère que quelques périodes qui m'ont semblé se rapprocher de la qualité d'origine (du moins telle que je me la rappelle), par exemple à partir du passage des escaliers mobiles, jusqu'au début du match de Quidditch, Plus quelques scènes par ci par là.

D'une manière générale, ça ne m'a pas semblé du tout à la hauteur de ce qu'on était en droit d'attendre pour un film de ce niveau de popularité, assez peu professionnel je dirais. Maintenant peut être que les négatifs originaux étaient dans un tel état que c'est déjà miraculeux d'avoir ce niveau, Mais ce serait tout de même étonnant pour des films qui n'ont que 17 ans (bon peut être 18 avec le tournage préalable à la sortie) Ce serait tout de même un signe de grave négligence de la part de l'industrie cinématographique américaine.

Peut être la salle dans laquelle j'ai été le voir était-elle en défaut (ICE CGR). Mais le fait qu'il y ait des variations importantes d'une scène à l'autre me pousse à incriminer la copie.

Franchement on me dirait que ça a été repiqué d'un blu-ray et gonflé en 4K, je serais prêt à le croire, d'autant que les critiques des premiers épisodes sur ce support n'était pas favorable.

Bref, plutôt décevant pour moi , avez vous pu en juger par vous-même ?
gammaburst
 
Messages: 573
Inscription Forum: 08 Avr 2003 13:20
  • offline

Annonce

Message par Google » 25 Sep 2018 0:06

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 26 Sep 2018 18:06

Le film a été remasterisé en 4K à l'occasion de la sortie de l'UHD. A ma connaissance, la restauration n'est pas ratée du tout et n'a aucune raison de ressembler à ce que tu décris. Le résultat en UHD laisse aussi penser que le matériel est dans un état tout à fait normal.

Après, va savoir ce qui a été projeté à ta séance et dans quelles conditions.
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 5790
Inscription Forum: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54
  • offline

Message » 26 Sep 2018 23:23

Bon j'ai l'impression qu'il va falloir que je refasse l'essai en un autre temps et en un autre lieu.
gammaburst
 
Messages: 573
Inscription Forum: 08 Avr 2003 13:20
  • offline

Message » 26 Sep 2018 23:43

A savoir si le travail a été fait à partir des masters originaux, ou à partir de copies. Du temps des bobines, il pouvait arriver de remonter une bonne copie a partir de différentes copies en plus ou moins bon état. Le résultat que tu décris semble aller dans cette direction. Il est plus facile de faire cela que de faire sortir les masters originaux des archives des studios.

Tant que toute la chaine de production ne sera pas en intégralement en 4 k, on sera loin des qualités offertes par les films avec de copies correctes. Car toute la chaine de production numérique travaille avec des masters 2k, même pour les tournages 4 k ou plus, les masters de travail sont en 2k. Et vu les investissements nécessaires pour tout faire en 4k, pour l'instant la communication d'Hollywood est que l'upscale fonctionne très bien. Il nous ont balancé des films flous (en 2k) sans aucun problème pendant 10 15 ans. Maintenant avec l'upscale en 4 k il y a une définition équivalent aux films de bonne qualité, pas exceptionnelle, juste de bonne qualité pour pas trop cher pas sur que le travaille en 4k sur toute la chaine soit pour demain.
Avec le numérique l'industrie du cinéma à fait un bond gigantesque dans la prod et la post prod, mais à fait un important bond en arrière quand à la qualité d'image par rapport aux pellicules.

Le film remasterisé en 4k pour sa sortie en uhd, est remasterisé à partir de quel support? Si c'est à partir d'un support numérique, c'est du 2k upscalé. Même si il fut remasterisé en 4k à partir de bobines, si il est ensuite passé en post prod pour une raison ou une autre, alors c'est du 2k upscalé. :wink:
primare21
 
Messages: 1003
Inscription Forum: 27 Sep 2011 14:45
Localisation: Entre Nantes et Rennes
  • offline

Message » 27 Sep 2018 10:15

primare21 a écrit:Le film remasterisé en 4k pour sa sortie en uhd, est remasterisé à partir de quel support? Si c'est à partir d'un support numérique, c'est du 2k upscalé. Même si il fut remasterisé en 4k à partir de bobines, si il est ensuite passé en post prod pour une raison ou une autre, alors c'est du 2k upscalé. :wink:

Dans le cas de Harry Potter 1, le film avait été post-produit sur film. De ce que j'ai lu, les premiers films ont été remasterisés en 4K à partir du négatif original, comme l'extrême majorité des restaurations le sont actuellement. Evidemment cependant, la gestion des trucages vient faire perdre une génération.

Pour le reste, pas mal d'approximations dans ton post, je vais essayer de corriger :

primare21 a écrit: Du temps des bobines, il pouvait arriver de remonter une bonne copie a partir de différentes copies en plus ou moins bon état. Il est plus facile de faire cela que de faire sortir les masters originaux des archives des studios.


Quasiment plus aucune restauration se fait sur copie de projection. C'est généralement le dernier des dernier recours quand aucun autre élément n'est trouvable ni utilisable.
Quand ce n'est pas le négatif original, ce sont des éléments de conservation ou des bases de tirage qui sont utilisés : interpositif, internégatif, marron, etc. C'est d'autant plus le cas chez les studios, justement, qui n'ont pas à faire sortir leurs négatifs d'où que ce soit. Harry Potter est chez Warner, qui ont leurs labos de numérisation et de restaurations (MPI), je suppose que le travail a donc pu facilement être fait en interne.

primare21 a écrit:Tant que toute la chaine de production ne sera pas en intégralement en 4 k, on sera loin des qualités offertes par les films avec de copies correctes.

Oui… et non.
Déjà parce que les UHD offrent d’autres améliorations que la seule résolution, ce qui fait que si si, on peut avoir des upscales mais tout de même avoir des copies correctes. Je pense qu’il ne faut pas tout mélanger : ce n’est pas parce qu’on n’exploite pas en plein la technologie que c’est tout de suite médiocre.
Ensuite parce que dans le cas des restaurations de catalogue, la chaîne de travail est bel et bien du 4K. A la gestion des trucages près, à nouveau.


primare21 a écrit:Car toute la chaine de production numérique travaille avec des masters 2k, même pour les tournages 4 k ou plus, les masters de travail sont en 2k. Et vu les investissements nécessaires pour tout faire en 4k, pour l'instant la communication d'Hollywood est que l'upscale fonctionne très bien.

Le problème n’est pas celui des DIs, mais des VFX. Aujourd’hui, des films massivement post-produits en 2K bénéficient de DIs 4K, ce qui trompe facilement son monde parce que les gens restent à la surface des choses, même de très nombreux pros. C’est d’autant plus surprenant ici qu’avant même le lancement de l’UHD, la polémique avait été soulevée avec The Martian. Pourtant, 2 ans plus tard, on reste encore à la surface avec la seule notion de DI, plutôt que de regarder un cran plus loin ce que ces DIs contiennent.
Enfin, ce n’est pas forcément une question d’investissement qu’une question de faisabilité technique. Aujourd’hui, quand tu vois les besoins de puissance et de temps de rendement de certains VFX en 2K, du 4K, c’est juste réalisatiquement impossible.
Il y a aussi un énorme problème d’offre et de demande, ce qui fait qu’actuellement, quand bien même on pourrait payer pour ça, les boîtes de VFX ne pourraient plus suivre, et il faudrait que toute l’industrie opère un sacré retour en arrière ou mettre un gros frein aux besoins en VFX afin de gérer les temps de rendement supplémentaires.

primare21 a écrit:Il nous ont balancé des films flous (en 2k) sans aucun problème pendant 10 15 ans.

Faut p’tet pas exagérer non plus. :mdr:
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 5790
Inscription Forum: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54
  • offline

Message » 02 Oct 2018 0:03

Je le répète ici encore : depuis une décennie, on regarde au cinéma des films projetés en numérique depuis un DCP ou un projecteur qui sont majoritairement encore en 2K, et ça n'a pas spécialement choqué qui que ce soit. Les distributeurs et les exploitants n'ont d'ailleurs pas particulièrement envie de bien indiquer quel film peut être vu dans un DCP 4K et dans quelles salles. Le passage au numérique a de toute façon apporté d'autres gains que cette définition (stabilité de l'image, latitude pour le HDR, formats audio, etc.).

La question du "vrai 4K" d'un bout à l'autre de la chaîne agite surtout les home-cinéphiles, qui voudraient que leur équipement soit exploité à 100 %, plutôt que de comprendre que ce qui compte c'est avant tout de voir simplement un film dans les meilleures conditions possibles. Et, d'un point de vue pratique, le cordon ombilical des productions récentes avec le 2K est loin de pouvoir être coupé.
Sledge Hammer
 
Messages: 3565
Inscription Forum: 06 Oct 2005 23:39
  • offline

Message » 04 Oct 2018 13:37

Merci Ténia des précisions, relis mon post. ;-)
"Il pouvait arriver que" n'est pas une généralité.

Et je dis aussi que l'uscale 4k offre une qualité aussi bonne que les bons films bobines, pas moindre ;-), et ce pour moins cher que de tout faire en 4k.
Techniquement parlant il est possible de tout faire en 4k. Mais l'upgrade matériel et le temps étant de l'argent, le travail en 2k puis upscale est la voie royale puisque le résultat est bon.

Et pour l'effet flou avec le passage en numérique 2k par rapport aux bobines ce n'est pas une exagération. Une bobine de qualité à peine moyenne offrait une pixelisation deux fois supérieure au 2k. Il y a bien une belle différence entre une projection 4k (équivalente à une bobine moyenne en terme de pixelisation) et une 2k.
Les bobines exceptionnelles offraient une qualité d'image que seul le 8k pourra dépasser.

Je vais au cinéma depuis 35 40 ans, j'ai été bénévole dans un cinéma associatif et parfois j'ai vu jusqu'à 80 films / an, croyez moi, le 2k a induit une baisse de la qualité d'image incroyable. L'arrivé du 4k permet à nouveau de voir de belles images bien définies. Et cela fait du bien aux yeux.

Je suis bien conscient des extraordinaires avantages du numérique dans la prod et la post prod à tout point de vue (tournage, étalonnages des images, couleurs, son, sfx....)
Même au niveau de la distribution, une copie bobine: 1500 euros, une copie numérique: 400 euros. On pourrait aussi parler des couts de transports très différents entre une grosse k7 et un ensemble de 4 à 8 bobines.
La copie numérique est de qualité constante à travers le temps. Les bobines se dégradaient de projection en projection. Mais aussi à force d'être démontées, remontées de cinéma en cinéma pour le transport. Parfois des scènes entières disparaissaient suite à un incident de projection. Ce qui faisait qu'après quelques mois d'exploitation, il n'était pas rare que les copies en circulation soient différentes les unes des autres.
Le travail des projectionnistes est beaucoup plus simple puisqu'il n'ont plus à monter les 4 à 8 petites bobines en une grande à réception, pas de rembobinage après la projection, pas de démontage en 4 à 8 bobines à à la fin de la programmation . J'ai vu parfois des erreurs géniales ou la bobine 4 était montée à la place de la 2; le film prenait une tournure surréaliste. Ou, on me l'a raconté, le projectionniste qui oublie de vérifier que la bobine de réenroulement tourne, lance le film va en salle le voir, et lorsqu'il retourne en cabine à la fin de la projection, elle est remplie de centaines de mêtres du film lovés en tas sur le sol.

Les premières années du numérique, j'ai assisté à des projections déplorables avec des pixelisations, parfois systématiques sur les travellings latéraux par exemple. Ce n'est plus arrivé depuis longtemps.

Ce n'est que depuis l'arrivé du 4 k (masters de travail 2k upscalé 4k) que je retrouve les sensations que j'avais avec les films. Et j'avoue j'aimerais que tous soit fait en 4k car je suis persuadé que le résultat serait supérieur au 2k upscalé 4k en vigueur aujourd'hui.

Je ne parle pas en temps que home cinéphile puisque je ne suis pas équipé en HC, mais juste d'un pc portable avec un écran de 15 pouces. Je parle comme un cinéphile de longue date ravis de voir de nouveau de belles images au cinéma, et qui a pendant 10 ans vu des films flous. Je ne suis pas le seul à avoir fait ce constat. Mais que pouvaient faire les exploitants de salle sinon s'équiper en numérique puisque la fin de la bobine étaient annoncée et datée. Django Unchained est la dernière bobine qui a circulé en France,et cela faisait plus d'un an que le projecteur analogique n'avait pas été allumé. J'ai eu la chance d'être dans un cinéma qui a attendu le plus possible avant de s'équiper en numérique. Ce qui fait que le projecteur était de bien meilleur qualité que ceux des première générations de salles numériques.

Le numérique a fait faire un immense bon en avant au cinéma, c'est indéniable, mais on ne peut pas nier que le format 2k est flou par rapport aux bobines. Que cela gène ou pas c'est une autre histoire.
primare21
 
Messages: 1003
Inscription Forum: 27 Sep 2011 14:45
Localisation: Entre Nantes et Rennes
  • offline


Retourner vers 7ème Art

 
  • Articles en relation
    Dernier message