Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 8 invités

Films (débats, critiques), personnalités (acteurs, réalisateurs), prochaines sorties, les salles, la presse spécialisée...

Je l'ai vu et j'aime...

un peu.
1
13%
beaucoup.
3
38%
à la folie !
2
25%
pas du tout !
2
25%
 
Nombre total de votes : 8

La La Land

Message » 24 Jan 2017 18:13

Comédie musicale de Damien Chazelle avec Ryan Gosling et Emma Stone.

Vu samedi soir au cinéma associatif de Redon en avant première lors de la séance "le film inattendu".
Le concept de cette séance: on ne sait pas quel film on va voir tant que le film n'a pas commencé.
Ce sont souvent des redifs de films art et essai. Plus rarement des avant-premières.

Le pitch: à Hollywood,
En esperant un rôle qui lancera sa carrière, Mia coure les castings et gagne sa vie comme serveuse dans un café.
Sebastian passionné de jazz, pianiste émérite, en attendant de pouvoir monter son propre club de jazz, gagne sa vie en jouant des morceaux nuls dans des restaurants,.
Les deux destins se croisent, se télescopent.



Je ne vais pas dire que j'ai aimé, je n'aime pas les comédies musicales. Je me demande toujours pourquoi ils chantent et dansent à ce moment là.
Quand c'est un film sur les claquettes ok, c'est cohérent. Dans les autres films, même les disney c'est incongru.
Lalaland n'échappe pas à ça. Pourquoi ils dansent, pourquoi ils chantent là? :hein:


Toutefois, c'est un bon film de genre. Une love story, pas trop cucul, qui parle d'Hollywood, des studios, de musique, des choix de vie, de carrières, des rêves, des concessions....

Si madame aime les comédies musicales, vous ferez une heureuse.
Dernière édition par primare21 le 27 Jan 2017 18:15, édité 1 fois.
primare21
 
Messages: 1003
Inscription Forum: 27 Sep 2011 14:45
Localisation: Entre Nantes et Rennes
  • offline

Annonce

Message par Google » 24 Jan 2017 18:13

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 25 Jan 2017 1:12

J'ai hâte de le voir, et j'imagine comme ce doit être surprenant en film surprise. :mdr:

La BO est géniale, avec "Another Day of Sun" (qui tourne en boucle ces dernières semaines) je retrouve l'extase que certains thèmes de Legrand me procurent - genre l'arrivée des camionneurs, dans le même style. Et puis oui, avec madame c'est gagné d'avance. :mdr:

Cylon
 
Messages: 7589
Inscription Forum: 14 Mar 2008 6:23
  • offline

Message » 25 Jan 2017 1:32

Le film m'énerve déjà tellement tout le monde en parle comme si Hollywood avait réinventé la comédie musicale! :hein:

Ca va surement rapporter une flopée d'oscars, car les votants n'ont aucune imagination !

J’espère qu'au moins ils chantent juste a défaut de danser comme Ginger et Fred, pas comme dans ces "trucs musicaux Français" qu'on a vu ces dernières années (il y a en eu pas mal ou ça se met a chanter sans raison) , souvent encensé par une critique surement sourde , car a part un ou 2 peu d'acteurs français savent chanter .

Le "musical" est un genre qui ne tolère aucun amateurisme !
Dernière édition par jhudson le 25 Jan 2017 15:57, édité 2 fois.
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 13753
Inscription Forum: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Message » 25 Jan 2017 1:38

1,2,3, ...prêt , feu partez ... on va bouffer du retour de la comédie musicale pour plusieurs années ...
wookie
 
Messages: 7050
Inscription Forum: 26 Sep 2000 2:00
Localisation: Kashyyyk
  • offline

Message » 26 Jan 2017 3:30

Effectivement le buzz est relou. Les gens aiment bien en faire trop quand le film semble se démarquer de la masse gluante alors qu'il est pourtant parfaitement ancré dans son époque.
Mais le film ne démérite pas, il est même assez surprenant de mon point de vue. Ce n'est d'ailleurs pas pour moi "un feel good movie" mais un film assez angoissé comme l'était dans une certaine mesure Whiplash, même si lui arbore des contours bien plus joyeux notamment dans l'hommage vibrant à certains classiques. Angoissé parce que le film n'oublie jamais la cruauté de la vie, les problèmes à surmonter, les sacrifices et la tragédie. Chaque moment joyeux est presque systématiquement saboté (le baisé au ciné avec la pellicule qui brûle, le dîner romantique qui foire). Toute la scène finale est là pour rappeler le rôle du cinéma, celui de n'être au final qu'une parenthèse fantasmée d'une vie qui n'existera jamais. Ça renforce du coup l'émotion.
Le regard final est quasiment le même que celui de Whiplash dans son questionnement : est-ce que cette souffrance, ces combats pour arriver à ce "moment" en valaient-ils la peine ? C'est la tragédie des gens passionnés, on perd au final plus qu'on ne gagne.
Du coup ça m'échappe les gens qui disent que le film redonne autant le sourire, le film est globalement pas très "happy". Enfin moi je l'ai ressenti comme ça.
Bon après le film est bourré de moments savoureux quand le duo est en symbiose, il y a une vraie alchimie entre les deux. On sent que ce ne sont pas du tout des danseurs pro mais ça confère du coup aux séquences un aspect "humain" souvent touchant, et brise le côté performer parfois un peu lourd de la mise en scène (surtout au début quand Chazelle régurgite sa cinéphilie).
Un très beau film en tout cas, intéressant, souvent touchant et drôle qui confirme bien que ce réal est à suivre.
Nikolai
 
Messages: 2335
Inscription Forum: 29 Nov 2008 21:32
  • offline

Message » 26 Jan 2017 17:54

Quelques critiques que j'ai pu lire sur le film (que je ne verrai que ce week end) me donnent surtout l'impression d'une vision superficiellement passéiste et très réductrice d'un jazz forcément opposé à une certaine modernité.

Nikolai a écrit:Du coup ça m'échappe les gens qui disent que le film redonne autant le sourire, le film est globalement pas très "happy".


Je lis énormément de gens citer Demy comme s'ils oblitéraient totalement l'aspect ultra dépressif des Parapluies de Cherbourg (et complètement autre de Peau d'âne, bien gratiné lui aussi). :idee:

Et quand ça cite explicitement Les demoiselles de Rochefort, c'est pour oublier qu'il faudrait mieux remonter... à Chantons sous la pluie. :mdr:
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 5790
Inscription Forum: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54
  • offline

Message » 26 Jan 2017 20:22

Plutôt remonter au début du parlant avec les opérettes(genre venu d'europe) de Lubisth comme La veuve joyeuse 1934 et aussi Parade d'amour , Monte-Carlo, ect... , certains films ont eu une double version tournée en Français.

Et aussi celles hyper chorégraphiées de Busby Berkeley avant que le code Hays s'en mêle après 1935 !

Jacques Demis j'accroche que moyennement , faire un film ou tout est chanté montre vite ses limites !
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 13753
Inscription Forum: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Message » 27 Jan 2017 1:03

Ce n'est pas une vision passéiste, il ne critique pas le monde d'aujourd'hui en disant que "c'était mieux avant". Le film reste d'ailleurs parfaitement moderne. D'ailleurs et c'est assez malin l'aspect conservateur du héros justement est souvent critiqué.
Chazelle ne fait pas un cinéma nostalgique, mais un cinéma qui pose justement la question du : est-ce que ce cinéma disparu peut encore marcher à notre époque ?
Nikolai
 
Messages: 2335
Inscription Forum: 29 Nov 2008 21:32
  • offline

Message » 27 Jan 2017 1:09

Nikolai a écrit:Ce n'est pas une vision passéiste, il ne critique pas le monde d'aujourd'hui en disant que "c'était mieux avant". Le film reste d'ailleurs parfaitement moderne. D'ailleurs et c'est assez malin l'aspect conservateur du héros justement est souvent critiqué.
Chazelle ne fait pas un cinéma nostalgique, mais un cinéma qui pose justement la question du : est-ce que ce cinéma disparu peut encore marcher à notre époque ?


On nous refait The artist alors?

Quand on voit qu'une certaine jeunesse considère qu'un film qui a plus de 20 ans comme dépassé a leur yeux car ce n'est de pas leur génération.
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 13753
Inscription Forum: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Message » 29 Jan 2017 19:51

Dès la scène d'ouverture, on sourit. D'un embouteillage nait une joyeuse troupe dansante et chantante, la caméra voltige de l'un à l'autre, ça respire la bonne humeur, le positif.
Las, c'est la seule vraie bonne scène du film.

Hommage asthmatique au cinéma (déjà pénible) de Demy ou Tati, on navigue dans les tons pastels écoeurants, les dialogues creux ou le script indigent.
Emma Stone est très bien, Gosling, acteur le plus surévalué de sa génération, aussi expressif qu'à son habitude (c'est à dire pas du tout).

Aucune chanson vraiment notable, des acteurs qui ne savent ni chanter ni danser, aucun numéro de danse qui scotcherait la rétine.
Et ce n'est pas le pompage du final (lui extraordinaire) de Chantons sous la Pluie qui relèvera le niveau.

Vous aimez le cinéma ? La comédie musicale ? Fuyez ! La La Land est l'arnaque de 2017.
Arsenic
 
Messages: 4579
Inscription Forum: 12 Aoû 2006 20:44
  • offline

Message » 29 Jan 2017 21:37

J'ai trouvé le film un chouia surestimé (en dépit de très belles scènes) jusqu'à sa dernière bobine qui est extraordinaire. Quoi qu'il en soit, ça vaut largement d'être vu dans une (bonne) salle.
proj
 
Messages: 108
Inscription Forum: 28 Juil 2009 10:55
  • offline

Message » 29 Jan 2017 23:06

jhudson a écrit:On nous refait The artist alors?


Je ne suis pas sur que les connaisseurs du cinéma muet apprécient "l'hommage" de The artist. Je parlerais plutôt de vulgarisation galvaudée.
C'est ce que je ressens également à la lecture des critiques de La La Land. Une mauvaise utilisation des codes d'un genre qui mérite mieux que ça.
Dearbear
 
Messages: 124
Inscription Forum: 04 Nov 2010 20:05
  • offline

Message » 29 Jan 2017 23:32

Dearbear a écrit:
jhudson a écrit:On nous refait The artist alors?


Je ne suis pas sur que les connaisseurs du cinéma muet apprécient "l'hommage" de The artist. Je parlerais plutôt de vulgarisation galvaudée.
C'est ce que je ressens également à la lecture des critiques de La La Land. Une mauvaise utilisation des codes d'un genre qui mérite mieux que ça.


Le genre musical est mort au cinema il survit a Broadway, au début des années 60 le cinema n'a fait qu'adapter des "musicals" venant du théatre et c'est encore le cas, avec Into the woods et autres Misérables !

Bob Fosse a revu le genre dans les années 70 avec de la noirceur en plus !
jhudson
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 13753
Inscription Forum: 27 Mar 2006 15:52
  • offline

Message » 29 Jan 2017 23:56

Dearbear a écrit:
jhudson a écrit:On nous refait The artist alors?


Je ne suis pas sur que les connaisseurs du cinéma muet apprécient "l'hommage" de The artist. Je parlerais plutôt de vulgarisation galvaudée.
C'est ce que je ressens également à la lecture des critiques de La La Land. Une mauvaise utilisation des codes d'un genre qui mérite mieux que ça.


C'est exactement ça... des cinéastes qui croient avoir digéré les codes mais en fait pas du tout. The Artist, c'est comme La La Land, ça n'aucun intérêt pour qui connait les grands du genre.
Arsenic
 
Messages: 4579
Inscription Forum: 12 Aoû 2006 20:44
  • offline

Message » 30 Jan 2017 0:08

Je crois qu'il y a méprise sur le film. D'une sur l'effervescence qu'il y a autour avec un consensus démesuré qui va lui nuire énormément. De l'autre sur ses ambitions, ou sur ce qu'il propose réellement.
The Artist était un exercice de mimétisme, La La land un film qui utilise un genre, des codes pour justement être autre chose qu'une simple copie.
Ce n'est pas réellement une comédie musicale, ni réellement un hommage. Les éléments chantés sont rares en fin de compte. Comme chacun le dit les comédiens ne sont ni de très bons danseurs, ni des chanteurs d'exception. C'est volontaire, les personnages sont des ratés et souvent maladroits. Ce qui compte c'est leur histoire, le fait qu'ils soient gauche renforce cette complicité et l'histoire d'amour derrière.
La la land est un film qui nous renvoie sans cesse à la réalité, qui utilise l'innocence, la fantaisie des vieilles comédies musicales pour en montrer le caractère purement illusoire, qui regrette sans cesse que cette réalité fantasmée ne soit bien qu'un leurre. C'est là que La la land tire sa beauté et sa mélancolie. Si la final est si beau c'est parce qu'on sait que tout ceci n'est qu'une parenthèse fantasmée, c'est là toute la malice de Chazelle. Il n'essaye pas de faire du copier coller mais de sonder à travers un genre mort l'amertume que peut-être le fantasme d'une vie rêvée.
Nikolai
 
Messages: 2335
Inscription Forum: 29 Nov 2008 21:32
  • offline


Retourner vers 7ème Art

 
  • Articles en relation
    Dernier message