Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 14 invités

Films (débats, critiques), personnalités (acteurs, réalisateurs), prochaines sorties, les salles, la presse spécialisée...

Je l'ai vu et j'aime...

un peu.
11
28%
beaucoup.
17
43%
à la folie !
10
25%
pas du tout !
2
5%
 
Nombre total de votes : 40

(Les) Huit Salopards (Quentin Tarantino)

Message » 13 Jan 2016 12:46

rann a écrit:
gloinfred a écrit:Vu ce WE et j'ai adoré!
- Un huit clos bien construit
- Beaucoup de second degré
- Pas mal de référence au théâtre dans la mise en scène
- Une très bonne narration, qui pousse à se demander si, à la place du héros, on n'aurait pas buté tout le monde rien que pour avoir la paix.
- Ca a un coté "loup garou" assez sympa (loup garou: jeu de soirée dans lequel on accuse ses potes)
- J'adore les films qui finissent mal


Ceci dit, on l'a vu en VO. Je me demande si ça rendrait aussi bien en VF et je me demande aussi si ça ne serait pas la principale cause de déception de ceux qui n'ont pas aimé. Il est possible que ça change tout.

Spoiler : cliquer pour lire

c'était du Feydeau ,avec le mec planqué dans le placard qui sort à la fin :ane:



Franchement, j'ai trouvé çà très con ...

après tu as l'interprétation ....oui peut être


Je pensais plus à la scène de présentation des membres de la diligences précédente. La mise en scène fait très "théâtre". Je suis convaincu que c'ets volontaire, mais pour le comprendre, ça suppose d'avoir un minimum de second degré et d'avoir un peu fréquenté des théâtres, ce qui n’est pas le cas de la majorité du public...
gloinfred
 
Messages: 5153
Inscription Forum: 20 Mar 2008 16:15
Localisation: Provence
  • offline

Annonce

Message par Google » 13 Jan 2016 12:46

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 13 Jan 2016 13:19

gloinfred a écrit:
rann a écrit:
Spoiler : cliquer pour lire

c'était du Feydeau ,avec le mec planqué dans le placard qui sort à la fin :ane:



Franchement, j'ai trouvé çà très con ...

après tu as l'interprétation ....oui peut être


Je pensais plus à la scène de présentation des membres de la diligences précédente. La mise en scène fait très "théâtre". Je suis convaincu que c'ets volontaire, mais pour le comprendre, ça suppose d'avoir un minimum de second degré et d'avoir un peu fréquenté des théâtres, ce qui n’est pas le cas de la majorité du public...

Oui moi perso j'ai plutôt vu le western et j'ai trouvé ça maigre
mais si l'on se place du côté réalisation , peut être que oui ,des choses m'ont échappé :wink:
rann
 
Messages: 6847
Inscription Forum: 10 Juil 2009 16:58
  • offline

Message » 13 Jan 2016 13:20

Ou plutôt gonflé :ane:
rann
 
Messages: 6847
Inscription Forum: 10 Juil 2009 16:58
  • offline

Message » 13 Jan 2016 15:48

rann a écrit:
gloinfred a écrit:
Je pensais plus à la scène de présentation des membres de la diligences précédente. La mise en scène fait très "théâtre". Je suis convaincu que c’est volontaire, mais pour le comprendre, ça suppose d'avoir un minimum de second degré et d'avoir un peu fréquenté des théâtres, ce qui n’est pas le cas de la majorité du public...


Oui moi perso j'ai plutôt vu le western et j'ai trouvé ça maigre
mais si l'on se place du côté réalisation , peut être que oui ,des choses m'ont échappé :wink:


C'est sûr que si on le regarde comme on regarderais un western (donc très premier degré) , il y a bien moyen de se faire chier. Le scénario est extrêmement simple. Pour moi, c'est la mise en scène et le travail sur les personnages (dont la façon de les présenter) qui font le film. :thks:

Edit: pour le gonflé, oui probablement. C'est couillu de faire un film avec un scénario qui peut être résumé en 5 lignes. Ceci dit, la grandeur du film est justement là.

Edit 2: Pour preciser, je ne suis pas un fan inconditionnel de Tarantino. Je n'ai aimé ni les "Kill Bill", ni "Inglorious basterds". J'avais d’ailleurs un peu peur en allant voit celui là car j'avais lu les critiques...
gloinfred
 
Messages: 5153
Inscription Forum: 20 Mar 2008 16:15
Localisation: Provence
  • offline

Message » 13 Jan 2016 21:22

mouai... de la touchette nombrilistique "ye soui oun artist, ye fe de l'art tou peu pas comprendre"

les effets de manches, hommages, clin d'oeil toussa...meme avec une realisation pechu, quand le scenar repose sur 5lignes avec une reflexion neantissime, ben le film il passera vite aux oubliettes :hehe:

sans doute un des pires films de Tarantino (mais cela reste quand meme au dessus de pas mal des films du moment)
oldboyzz
 
Messages: 1003
Inscription Forum: 27 Fév 2008 13:30
  • offline

Message » 13 Jan 2016 21:36

moi je lui prédis au contraire une très belle seconde carrière en video ! j'attend déjà avec impatience un beau steelbook ! :love:

La configuration dans mon profil


HC :TV LG oled C9,sony x800, marantz ud 7007,denon X4500H,dali ikon mk2,HIFI :magnepan MG1.7,xindak PA1-CA1,yamaha S2000,denon 3520 EX, Hifiman edition X v2, schiit magni 3
laurent martiarena
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2439
Inscription Forum: 12 Aoû 2013 13:07
Localisation: vernegues, bouches du rhône
  • offline

Message » 14 Jan 2016 15:15

oldboyzz a écrit:mouai... de la touchette nombrilistique "ye soui oun artist, ye fe de l'art tou peu pas comprendre"

les effets de manches, hommages, clin d'oeil toussa...meme avec une realisation pechu, quand le scenar repose sur 5lignes avec une reflexion neantissime, ben le film il passera vite aux oubliettes :hehe:


Un "apocalypse now" a aussi un scénario que l'on peut résumer en 5 lignes (et il avait été mal reçu par les critiques à l'époque). Pourtant, c’est un film qui a fait date.


Le coté artistique, c'est quand même ce qui fait que certains films sont restés dans l'histoire.
gloinfred
 
Messages: 5153
Inscription Forum: 20 Mar 2008 16:15
Localisation: Provence
  • offline

Message » 15 Jan 2016 23:47

5 lignes de scénario dans "Les 8 Salopards ? Elles n'y sont même pas. :mdr:

Par contre dans Apocalypse Now, il y avait quand même un propos... et des scènes cultissimes.

Là, à part la diligence dans la neige qui passe à côté du crucifix en 1er plan au début du film, rien ou presque.
Snatcher
 
Messages: 583
Inscription Forum: 26 Fév 2006 3:11
Localisation: Twilight zone
  • offline

Message » 15 Jan 2016 23:54

gloinfred a écrit:
oldboyzz a écrit:mouai... de la touchette nombrilistique "ye soui oun artist, ye fe de l'art tou peu pas comprendre"

les effets de manches, hommages, clin d'oeil toussa...meme avec une realisation pechu, quand le scenar repose sur 5lignes avec une reflexion neantissime, ben le film il passera vite aux oubliettes :hehe:


Un "apocalypse now" a aussi un scénario que l'on peut résumer en 5 lignes (et il avait été mal reçu par les critiques à l'époque). Pourtant, c’est un film qui a fait date.


Le coté artistique, c'est quand même ce qui fait que certains films sont restés dans l'histoire.

scénario en 5 lignes pour apocalypse tu y vas un peu fort :wtf:
rann
 
Messages: 6847
Inscription Forum: 10 Juil 2009 16:58
  • offline

Message » 16 Jan 2016 11:06

coppola c'est très librement inspiré "d'au coeur des ténèbres" de joseph conrad. l'intrigue n'est pas très complexe, c'est plutôt une sorte de quête initiatique. effectivement dans la version longue (notamment avec le long passage dans la plantation française) c'est plus développé mais globalement le fil conducteur est simple : un officier des forces spéciales est chargé d'une mission, en pleine guerre du vietnam, supprimer un officier supérieur qui à pété un câble et est devenue incontrôlable.

en fait l'intrigue, le scénario dans apocalyspe now n'à pas une grande importance, c'est surtout une réflexion sur la notion du bien et du mal.une oeuvre d'une noirceur absolue.

les huit salopards est un très bon film de tarentino, j'aime beaucoup, mais pas de comparaison avec le chef d'oeuvre de coppola, rien à voir.les deux bonhommes ne font pas du tout le même cinéma.

La configuration dans mon profil


HC :TV LG oled C9,sony x800, marantz ud 7007,denon X4500H,dali ikon mk2,HIFI :magnepan MG1.7,xindak PA1-CA1,yamaha S2000,denon 3520 EX, Hifiman edition X v2, schiit magni 3
laurent martiarena
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2439
Inscription Forum: 12 Aoû 2013 13:07
Localisation: vernegues, bouches du rhône
  • offline

Message » 17 Jan 2016 14:29

rann a écrit:
gloinfred a écrit:
Un "apocalypse now" a aussi un scénario que l'on peut résumer en 5 lignes (et il avait été mal reçu par les critiques à l'époque). Pourtant, c’est un film qui a fait date.


Le coté artistique, c'est quand même ce qui fait que certains films sont restés dans l'histoire.

scénario en 5 lignes pour apocalypse tu y vas un peu fort :wtf:


Le héros est appelé pour arrêter un militaire qui a des pratiques pas nettes.
Il remonte la rivière et découvre au cours du voyage que sa cible n'est pas telle qu'on lui a décrit.
Il retrouve sa cible, hésite et fini par la tuer avant que le camp où elle était retranchée ne soit bombardé.

En fait, on peut même le faire en 3 phrases courtes :wink:

C'est la mise en scène du voyage initiatique qui fait le film. Pas le scénario. ..
Dernière édition par gloinfred le 19 Jan 2016 12:49, édité 1 fois.
gloinfred
 
Messages: 5153
Inscription Forum: 20 Mar 2008 16:15
Localisation: Provence
  • offline

Message » 19 Jan 2016 12:45

Scénario

l’argument : c'est l'idée principale du film, résumée en une ou deux phrases. On parle aussi souvent de « concept ».
le pitch : terme anglais désignant le résumé de l'histoire du film, sur dix à quinze lignes, selon le format (court ou long) du métrage. Il sert à être présenté au producteur afin de convaincre celui-ci d'engager des fonds nécessaires au développement du scénario du film.
le synopsis : c'est un résumé de l'histoire du film raconté en cinq à vingt pages, selon le format (court ou long) du métrage. Il sert à structurer le récit et valider les différents mouvements narratifs du film avant d'agencer les séquences et de placer les dialogues.
le traitement : pour un film long, il peut contenir une quarantaine de pages (on l'appelle aussi : synopsis développé). Il s'agit de l'étape intermédiaire entre le synopsis et la continuité dialoguée. Le film y est présenté de manière détaillée. En revanche, les dialogues n'y figurent pas, mises à part les répliques d'importance notable.
la continuité dialoguée (ou découpage séquentiel - ou encore, le plus souvent : séquencier) : description visuelle et auditive chronologique de l'histoire. Elle décrit les séquences dans l'ordre prévu pour la version définitive du film, numérotées, accompagnées de quelques mentions techniques nécessaires comme la diégèse (« intérieur/nuit », par exemple), et des didascalies. Une norme de mise en page (plus ou moins respectée) permet le chronométrage de l'œuvre avec comme principe qu'une page équivaut à une minute de film après montage. Cette forme de document est la plus connue parce qu'elle est communément exigée par les producteurs. À partir de ce document, ces derniers peuvent estimer le projet, en quantifier les besoins et le budget. L'existence d'autres formes est généralement ignorée, et le mot « scénario » est réduit à celle-là.
la note d'intention : en une à trois pages (voire plus), elle permet à l'auteur de préciser ses idées concernant le ton du film, la psychologie qu'il envisage pour les différents personnages, la façon dont il visualise les ambiances lumineuses et/ou sonores ; il peut aussi préciser le type de technique qu'il souhaite pour tel ou tel effet particulier. C'est aussi dans la note d'intention que doit être détaillé et expliqué le thème de l'histoire, et ce qui motive l'auteur à en faire un scénario. En somme, cette note permet de préciser tout ce qu'on ne peut mettre, ni dans la continuité dialoguée, ni dans le synopsis, lesquels étant purement descriptifs. Dans le cas d'un projet de film documentaire, la note d'intention est plus longue, devenant l'élément décisif pour un producteur.
les annexes : facultatives, elles peuvent contenir des indications de repérage, des contacts déjà pris pour tourner sur des lieux spécifiques (par exemple à l'étranger), des documents préparatoires (éventuellement des extraits de découpage technique ou de story-board) ou des précisions sur les acteurs déjà contactés pour tel ou tel rôle. Certains noms peuvent en effet avoir un gros impact sur les décisions des producteurs.
le découpage technique : il consiste en une fragmentation en plans de la continuité dialoguée. Il contient toutes les indications techniques nécessaires au tournage, à savoir : division et numérotation en plans, précisions plus ou moins strictes sur les cadrages, indication des mouvements de caméra, des effets de lumière, description éventuelle des effets spéciaux, énumération des éléments de la bande-son (dialogues mais aussi musiques et effets sonores), prévision du jeu des comédiens (didascalies, auxquelles s'ajoute l'estimation en durée de chaque plan. Ce document est produit par le réalisateur, en général avec le premier assistant réalisateur, éventuellement avec le chef opérateur et le scénariste. Certains réalisateurs, comme Luis Buñuel, préféraient s'en dispenser complètement et s'en remettre à l'inspiration du moment.
le scénarimage (ou storyboard, en anglais) : cette forme consiste à dessiner plan par plan le récit, en indiquant les mouvements des personnages et de la caméra. Le scénarimage est très utilisé dans les films employant de nombreux effets spéciaux, dans les clips et les films d'animation. Bien que ne recoupant pas exactement la même chose, ce terme désigne aussi un croquis général des planches d'une (future) bande dessinée.
la « bible » : elle est le document contenant toutes les références pour l'élaboration collégiale de scénarios de séries TV. Elle contient la description des personnages et des intrigues, leurs progressions, et aussi un cahier des charges pour l'identité de la série. Par exemple, dans chaque épisode de Starsky et Hutch, il y a une poursuite en voiture, une fusillade et au moins une réplique humoristique.
le master : bible pour une série en feuilleton, il s'agit d'un gigantesque synopsis de toute l'histoire, découpé en épisodes s'enchaînant selon une continuité narrative.

Une fois acceptés et mis en production, le scénario et ses dérivés deviennent souvent des références quasi immuables. Pour certains cinéastes (Nouvelle Vague, par exemple), le scénario est un cadre ou un matériau que le tournage peut, voire doit, transformer.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Sc%C3%A9nario
Unjeff
 
Messages: 1975
Inscription Forum: 28 Nov 2006 12:45
Localisation: Ailleurs
  • offline

Message » 19 Jan 2016 14:38

mais encore ?

La configuration dans mon profil


HC :TV LG oled C9,sony x800, marantz ud 7007,denon X4500H,dali ikon mk2,HIFI :magnepan MG1.7,xindak PA1-CA1,yamaha S2000,denon 3520 EX, Hifiman edition X v2, schiit magni 3
laurent martiarena
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2439
Inscription Forum: 12 Aoû 2013 13:07
Localisation: vernegues, bouches du rhône
  • offline

Message » 19 Jan 2016 16:21

A toutes fins utiles !
Unjeff
 
Messages: 1975
Inscription Forum: 28 Nov 2006 12:45
Localisation: Ailleurs
  • offline

Message » 19 Jan 2016 16:50

Unjeff a écrit:A toutes fins utiles !


Sans blaguer, j'ai imprimé ton post pour le garder sous le coude :thks:
gloinfred
 
Messages: 5153
Inscription Forum: 20 Mar 2008 16:15
Localisation: Provence
  • offline


Retourner vers 7ème Art

 
  • Articles en relation
    Dernier message