Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: remid1 et 34 invités

Films (débats, critiques), personnalités (acteurs, réalisateurs), prochaines sorties, les salles, la presse spécialisée...

A aui vous fiez vous en règle générale ?

Aux critiques de presse
7
12%
Aux critiques des spectateurs
10
17%
Je me fais ma propre opinion
31
53%
A mon entourage et mes amis
10
17%
 
Nombre total de votes : 58

Que pensez vous des critiques de cinéma (presse) ?

Message » 09 Nov 2006 21:19

Claude **** a écrit:
haskil a écrit:Un peu de respect s'il vous plait. :o

Je n'ai nulle part vu dans les posts de Polonsky qu'il faisait autre chose qu'exprimer son point de vue, solidement étayé qui plus est.

Que vous ne soyez pas d'accord avec lui est une chose, mais

les attaques personnelles doivent rester au placard.


Alain :wink:


A qui vous adressez vous ?
En dehors d'une pique (postuler à libération) je ne vois nulle part où un intervenant manque de respect à Polonski.
Pour ma part la question est tout à fait sincère, j'ai beaucoup de mal à comprendre ce qu'écrit Polonski. Je demande donc confirmation avant de répondre.


je réagissais à ceci qui n'est pas de vous :

Désolé Polonsky mais en vous lisant j'ai comme l'impression d'être Sisyphe s'épuisant avec son petit rocher ad vitam nauseam...

Je crois bien que la critique était sous le feu des projecteurs parce qu'elle avait un ton péremptoire qui ne souffrait pas la discussion et faisait la part belle à la subjectivité pour mieux régler ses querelles de clocher.

[...]

Si vous avez réellment envie de discuter de la mise en scène d'Eastwood et de sa filmographie incroyable, no problemo. Si vous voulez seulement aligner des mots méprisants, postulez à Libé, il cherche peut-être un nouveau Bayon.



Et peut-être aussi à ceci qui était de vous :

Sur Eastwood vous avez donné votre point de vue. Aucun bon connaisseur du cinéma américain n'a relevé une telle concordance. Peut être que des gens comme Michel Ciment ou Betrand Tavernier se trompent. Après tout cela peut arriver. Je crois que le débat s'arrête ici. En tout cas pour moi.


Qui est, certes moins désagréable dans les mots employés, mais qui disqualifie tout autant votre interlocuteur en l'envoyant jouer aux billes.


Alain :wink:
haskil
 
Messages: 57120
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Annonce

Message par Google » 09 Nov 2006 21:19

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 09 Nov 2006 22:00

Pour répondre à Haskil il n'y a rien de méprisant dans les posts que j'ai écrit, ni d'irrespectueux.

La référence à Bayon est clair je crois pour ceux qui ont lu ses articles.
Que Polonsky argumente, soit n'importe qui peut argumenter fallacieusement, utilisant une tradition ou un courant artistique, puis fondant toute son argumentation sur un exemple fondateur qui servira de modèle pour mieux dénoncer ou stigmatiser.

Alors désolé mais pour l'académisme, je ne suis pas convaincu.

Le cinéma d'Eastwood a beau s'inscrire dans un courant issu du classicisme développé par des réalisateurs comme Ford, Mann, Hawks ou Dieterle (qui eux constituent des références bien plus que Mc Laglen qui n'a jamais développé une oeuvre) il a suivi sa propre voie et montré combien il pouvait être éloigné de ce que l'on appelle l'académisme.

La structure éclatée de Bird, le surréalisme de L'homme des hautes plaines, la chorégraphie et la rigueur de Pale rider pour ne citer qu'eux, montrent un réalisateur sous influence, c'est vrai et il l'a toujours reconnu. Cependant, je crois qu'il ne faut pas confondre l'humilité et la simplicité de l'homme avec de l'académisme, un cinéma déliquescent qui ne ferait que reprendre sans ajouter: un cinéma mort.

Pour moi, rien que sa volonté de ne pas éclairer les films comme tant d'autres films hollywoodiens, romp avec une tradition. Ce qu'il a commencé avec Bruce Surtees et poursuivi avec d'autres chef-opérateur est moderne dans le sens où le jeu avec l'ombre et la lumière a cassé une certaine esthétique studio et a permis à ses films de devenir crépusculaire.

Je pourrais continuer longtemps encore mais je crois que déjà cela devient ennuyeux. Je tiens cependant à dire à Polonsky que je n'ai voulu en aucun cas lui manquer de respect. En revanche j'ai trouvé sa prose irrespectueuse... D'ailleurs rien que le choix du pseudo me plaît tellement ce cinéaste a traversé une période critique de l'histoire américaine.

Bon, vous l'avez compris j'aime le cinéma d'Eastwood (et celui de Michael Mann aussi, d'ailleurs et pour moi son oeuvre n'a rien d'impersonnel) et je le défend.

@+ Laurent
lau1967
 
Messages: 1548
Inscription Forum: 08 Jan 2006 10:50
Localisation: auvergne (43)
  • offline

Message » 09 Nov 2006 22:42

lau1967 a écrit:Le cinéma d'Eastwood a beau s'inscrire dans un courant issu du classicisme développé par des réalisateurs comme Ford, Mann, Hawks ou Dieterle (qui eux constituent des références bien plus que Mc Laglen qui n'a jamais développé une oeuvre) il a suivi sa propre voie et montré combien il pouvait être éloigné de ce que l'on appelle l'académisme.


McLaglen a développé une oeuvre dont la singularité n'a rien à envier à celle de Clint Eastwood, sinon que le succès critique n'a jamais été vraiment au rendez-vous. Et je ne peux te suivre dans ton argumentation concernant Clint Eastwood dont le cinéma ne tient en rien de Ford, Mann ou Hawks dont les films sont la démonstration d'une morale. En ce sens, les seuls fils spirituels du cinéma que tu cites sont à chercher plutôt chez Michael Cimino et Terrence Malick.

lau1967 a écrit:La structure éclatée de Bird, le surréalisme de L'homme des hautes plaines, la chorégraphie et la rigueur de Pale rider pour ne citer qu'eux, montrent un réalisateur sous influence, c'est vrai et il l'a toujours reconnu. Cependant, je crois qu'il ne faut pas confondre l'humilité et la simplicité de l'homme avec de l'académisme, un cinéma déliquescent qui ne ferait que reprendre sans ajouter: un cinéma mort.


Sauf que tu te trompes d'époque. Tout ce que tu écris sur les films de Clint Eastwood serait juste si le cinéma d'Eastwood était situé dans les années 50 (et encore là déjà, on avait Fuller, Aldrich et compagnie).

lau1967 a écrit:Pour moi, rien que sa volonté de ne pas éclairer les films comme tant d'autres films hollywoodiens, romp avec une tradition. Ce qu'il a commencé avec Bruce Surtees et poursuivi avec d'autres chef-opérateur est moderne dans le sens où le jeu avec l'ombre et la lumière a cassé une certaine esthétique studio et a permis à ses films de devenir crépusculaire.


Oui il est moderne dans le sens où il a fait comme tout le monde en même temps que tout le monde (les années 60 où tout le monde est sorti des studios) et la nouvelle vague des cinéastes américains (Spielberg, Kaufman, Schatzberg, Altman). De Boorman à Schatzberg, on trouve nombre de cinéastes de cette période qui font un travail plus "moderne" sur la lumière que celui à l'oeuvre dans les films de Eastwood.

Et pour ne pas paraître trop irrespectueux, je ne dirai rien du fait que tous les enjeux esthétiques des premiers films d'Eastwood sont contenus dans les films de Don Siegel. Le travail d'Eastwood avec Bruce Surtees ? C'est la copie de celui réalisé par le même chef-opérateur avec Siegel...

lau1967 a écrit:Je pourrais continuer longtemps encore mais je crois que déjà cela devient ennuyeux. Je tiens cependant à dire à Polonsky que je n'ai voulu en aucun cas lui manquer de respect. En revanche j'ai trouvé sa prose irrespectueuse... D'ailleurs rien que le choix du pseudo me plaît tellement ce cinéaste a traversé une période critique de l'histoire américaine.


Pas de problème. Même si nous restons en désaccord sur Eastwood, parce que je ne vois pas de raison objective de le valoriser plus que pas mal d'autres cinéastes de la même période tels que Milius ou encore Harold Becker par exemple, cinéaste qui a réalisé quelques films remarquables comme "Mélodie pour un meurtre" ou "Taps". Ou bien encore je m'étonne que l'on accorde plus d'intérêt à des films aussi oubliables que les polars d'Eastwood quand le cinéma américain a produit sur la même période des joyaux comme "The Big Easy" (Jim McBride) ou "Cutter's Way" (Ivan Passer).

Et comme je crains que nous ne soyons encore plus en désaccord si jamais on venait à parler des films de Michael Mann, mieux vaut que je te dise en conclusion que je n'ai pas d'animosité à l'encontre des films d'Eastwood et que j'en apprécie certains. Ce n'est pas un mauvais cinéaste.

Cordialement,
Polonsky
 
Messages: 222
Inscription Forum: 15 Juin 2004 19:57
  • offline

Message » 10 Nov 2006 1:14

Vous m'aurez fait réfléchir: j'ai cherché le pourquoi du rapprochement "Mc Laglen/Eastwood".
Et je n'ai pas trouvé.
Me rangeant donc résolument parmi les "Eastwoodiens", je tiens à écrire combien j'ai apprécié cet échange (rien de répréhensible à mon sens) qui, ici, n'est pas monnaie courante. :wink:
TODD-AO
 
Messages: 4637
Inscription Forum: 07 Déc 2003 13:07
Localisation: PARIS LES PINS
  • offline


Retourner vers 7ème Art

 
  • Articles en relation
    Dernier message