Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 23 invités

Détails sur les éditions disponibles, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

[BD Thèque] Kubrick : 2001, Shining...

Message » 27 Mai 2011 12:24

Sledge Hammer a écrit:Si si... il a tort. Il sort tout un baratin sur le fait que l'Europe était passée au 1.75:1 quand les Américains avaient favorisé le 1.85:1 (quand il mentionne les "colonies", c'est l'Amérique, rapport au XVIIIème siècle tout ça)

Aurais-tu un exemple de film européen fait dans les années 60 en 1.75:1 ? J'ai été surpris quand j'ai revu un bout d'"Un crime dans la tête" l'autre jour à cause des bandes noires à gauche et à droite. Et il s'avère que c'est effectivement un film tourné en 1.75:1. Mais un film américain de 1962.

En fait, les Américains sont passés très vite à deux formats principaux, le 1.85:1 hérité de Panavision et le Scope, durant les années 60. Beaucoup de projecteurs n'étaient équipés que pour passer ces formats là convenablement (plus le 1.37:1, qui restait de mise pour les pubs ou les séances dans les drive-in). Quand les premiers James Bond sont sortis aux USA, ils ont effectivement été recadrés. Les exploitants n'ont jamais été trop regardants sur les intentions d'origine et de toute façon peu de réalisateurs avaient vraiment des cadrages au cordeau. D'ailleurs, les films étaient souvent photographiés pour tenir le coup dans différents ratio.

En Europe, il y avait plus de latitude. On pouvait trouver du 1.37:1 (Rohmer y tenait, par exemple), du 1.60:1, du 1.66:1, du 1.85, du 2.0:1, du Scope, etc. Et les consignes de format étaient un peu mieux respectées à la projection.
Kubrick est un photographe de formation, qui a passé des années à prendre des photos en 3:2. Il avait l'habitude des formats carrés et la photo de Lolita, Dr Folamour et d'Orange mécanique indique que le 1.66:1 lui convenait. Et même si les salles de cinéma n'avaient pas toujours les caches, ça restait un format relativement répandu dans les projections européennes.
Je pense que pour Barry Lyndon, ses exigences ont été négligées aux États-Unis parce que le format était effectivement en voie d'abandon là-bas et ce qui était possible à l'époque d'Orange mécanique ne l'était plus trois ou quatre ans après. Et de toute façon, le film y a été un flop.
En dehors de la parole de Leon Vitali, tout indique qu'on aurait pu transférer le film en 1.66:1. Ça n'est pas parce que la réalité des conditions de projection aux USA ont fait que Barry Lyndon a été recadré que le Blu-ray devait l'être.

J'ai jamais mentionné le 1.75:1. Harris dit dans son article qu'en Europe les projections se faisaient encore en 1.66:1; alors qu'aux USA le format était abandonné au profit du 1.85:1.
1.66:1 was an aspect ratio that ended here in the Colonies c. 1953, with films like Rear Window. By 1954, Paramount's VistaVision had set 1.85:1 as a perfunctory standard. Columbia and other studios followed suit. By 1975 few theaters were able to run at 1.66, as standards were 1.85 and 2.35. Not long after, the standard for some theaters unfortunately became 2:1. That made things easy. Crop both spherical films as well as scope productions to the same imagery.
maxbond
 
Messages: 12469
Inscription Forum: 06 Déc 2007 21:19
  • offline

Annonce

Message par Google » 27 Mai 2011 12:24

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 27 Mai 2011 12:30

http://www.hometheaterforum.com/forum/t ... in-blu-ray

A note about aspect ratios. There has been discussion that Barry Lyndon was composed for projection at 1.66:1, and this is an interesting thought. The problem, even in 1975, would have been that few cinemas were equipped to project that aspect ratio unless specially set up. In a very general sense, much of the world was running spherical at 1.75:1, while here in the colonies we were running at 1.85:1. 1.66:1 was a specific setup for revival theatres equipped with the necessary aperture plates, optics and maskings.
Sledge Hammer
 
Messages: 3565
Inscription Forum: 06 Oct 2005 23:39
  • offline

Message » 27 Mai 2011 12:40

Sledge Hammer a écrit:http://www.hometheaterforum.com/forum/thread/311684/a-few-words-about-barry-lyndon-in-blu-ray

A note about aspect ratios. There has been discussion that Barry Lyndon was composed for projection at 1.66:1, and this is an interesting thought. The problem, even in 1975, would have been that few cinemas were equipped to project that aspect ratio unless specially set up. In a very general sense, much of the world was running spherical at 1.75:1, while here in the colonies we were running at 1.85:1. 1.66:1 was a specific setup for revival theatres equipped with the necessary aperture plates, optics and maskings.

Oui ça j'ai lu, et l'article que j'ai quoté c'est un autre rajout de complément d'infos aussi. Tu parlais de films tournés en 1.75:1, lui il parle de projection de films c'est pas pareil.
maxbond
 
Messages: 12469
Inscription Forum: 06 Déc 2007 21:19
  • offline

Message » 27 Mai 2011 13:36

Je vais traduire les deux passages, celui d'H'wood Elsewehere et celui de HTF

Je n'ai pas examiné le négatif original mais on dit que le film a été tourné en environ 1.6:1 sans cache, au moyen de l'obturateur de la caméra. Ce qui serait logique (NdT: certains plans ont été en fait tournés avec des objectifs et des caméras spéciaux, le reste de façon plus classique)

Le cadre a dû être protégé pour une projection descendant jusqu'au 1.66 mais sauf projections sous surveillance, le film n'aurait pas été projeté de cette façon. (Ce qui est exact aux USA, mais pas en Europe et dans d'autres coins du monde. Et si quelqu'un surveillait les projections, c'était bien Kubrick...)

Le 1.66:1 est un format qui s'est arrêté ici aux USA vers 1953, avec des films comme Fenêtre sur cour (Inexact : le 1.66:1 est apparu en 1953, un dérivé du Paravision des films 3D de Paramount). En 1954, le VistaVision de Paramount avait fait du 1.85:1 le standard par défaut. En 1975, peu de salles pouvaient projeter un film en 1.66:1, vu que les formats standard étaient le 1.85 et le 2.35. Peu de temps après, le standard dans certaines salles est hélas devenu le 2:1 pour des raisons de facilité. Il suffisait de rogner les films tournés en sphérique comme ceux produits en scope pour obtenir un format unique.


Ce passage suppose que Kubrick était très au fait des conditions de projection aux USA et qu'il n'aurait jamais tourné Barry Lyndon pour du 1.66:1 parce qu'il n'aurait jamais pu le faire projeter à ce format. C'est :
1) négliger que l'Europe était un marché important pour ses films
2) que Kubrick avait parfois des lacunes et qu'il n'était pas le prodige omniscient que l'on décrit parfois
3) qu'il avait déjà réussi à batailler pour imposer le 1.66 sur Orange mécanique en 1971 et qu'il pouvait se faire des illusions

Une note sur les formats. Dans des discussions, certains pensent que Barry Lyndon a été composé pour une projection en 1.66:1 et c'est une réflexion intéressante. Le problème est que, même en 1975, il n'y aurait eu que peu de cinémas qui étaient équipés pour projeter dans ce format sauf installation spéciale (mouais... le cache à quelques dizaines de francs que mentionne Senior). Pour simplifier, le reste du monde projetait les films tournés en sphérique en 1.75:1 (c'est effectivement beaucoup simplifier, vu le nombre de films européens tournés pour du 1.66 et encore récemment transférés en 1.66:1 pour la vidéo souvent par le directeur photo d'origine...) alors qu'aux USA, on en était au 1.85:1. Le 1.66:1 nécessitait une installation particulière destinée aux salles consacrée aux reprises, comportant les obturateurs, optiques et caches nécessaires.


Harris sous-estime énormément l'exploitation des films européens en Europe. Certains étaient déjà tournés avec un cache de 1.66:1 sur l'objectif (le hard matte), là où on préférait plus de souplesse aux USA et en rester au tournage au full frame pour laisser le choix au projectionniste.
Barry Lyndon est aussi sorti à un moment charnière où l'exploitation des films évoluait. Là où auparavant on avait une exploitation dans un nombre assez réduit de grandes salles, qui passaient le même film durant des semaines (un peu comme une pièce de théâtre reste à l'affiche), avec les copies qui circulaient ensuite dans des coins plus reculés et des salles de quartier, on en est arrivé aux complexes cinématographiques avec la grande salle démembrée et remplacée par deux ou trois plus petites (on en voit encore les traces dans plein de cinémas en France).
Kubrick n'a plus remis les pieds aux USA après 1968. Il est en train de tourner Barry Lyndon en Allemagne, en Irlande (jusqu'à ce qu'il y ait des menaces de mort de l'IRA et que l'équipe décampe) et en Grande-Bretagne. Peut-on être catégorique sur le fait que Kubrick savait tout parfaitement et a agi en conséquence ?
Sledge Hammer
 
Messages: 3565
Inscription Forum: 06 Oct 2005 23:39
  • offline

Message » 27 Mai 2011 13:41

On perd un peu d'infos sur le haut et le bas, par contre l'image est un peu plus ouverte sur les cotés.
De toute façon, Kubrick n'est plus là pour confirmer ou infirmer. D'ailleurs même de son vivant les sorties ou les diffusions de ces films à la télé étaient bordélique et controversés aussi alors....
maxbond
 
Messages: 12469
Inscription Forum: 06 Déc 2007 21:19
  • offline

Message » 27 Mai 2011 14:32

Comparaison entre la version DVD et Blu ray.
Bizarre sur l'image 10 c'est le Blu ray qui a plus d'information en haut que le DVD. :roll:
http://www.caps-a-holic.com/hd_vergleic ... lossless=1
maxbond
 
Messages: 12469
Inscription Forum: 06 Déc 2007 21:19
  • offline

Message » 27 Mai 2011 15:05

maxbond a écrit:Comparaison entre la version DVD et Blu ray.
Bizarre sur l'image 10 c'est le Blu ray qui a plus d'information en haut que le DVD. :roll:
http://www.caps-a-holic.com/hd_vergleic ... lossless=1

Idem, cela m'a aussi sauté aux yeux...Peut-être ont-ils mal fait pause sur la scène, au mauvais moment (dans mes souvenirs, c'est un long zoom avant)...
Le gain en termes de couleurs et de piqué est quand même super appréciable !
sebcaz
 
Messages: 77
Inscription Forum: 06 Sep 2010 0:06
  • offline

Message » 28 Mai 2011 19:31

http://www.forgottensilver.net/?p=6519
Tres interesant au sujet des formats DVD et BD pour Barry Lindon :wink:
leatherface
 
Messages: 330
Inscription Forum: 30 Mai 2007 19:40
  • offline

Message » 28 Mai 2011 19:43

N'ayant pas de CB Y-aurait-il une ame charitable pour me commander le double BD edition francaise d'orange mecanique sur amazon.fr celui-ci n'existant pas en magasin :roll:
contactez moi en message perso d'avance merci :D
leatherface
 
Messages: 330
Inscription Forum: 30 Mai 2007 19:40
  • offline

Message » 29 Mai 2011 13:04

Un membre d'AVSforum a posté un comparatif entre les images du film et les extraits du film qui se trouve sur le disque Bonus de "Orange mécanique".
Le film est toujours encodé en Vc-1, et les extraits sur le disque Bonus en AVC. Il semblerait que la qualité (scanné à partir du négatif original) des extraits en AVC bat à plate couture le film en VC-1.
Le résultat est édifiant : http://www.avsforum.com/avs-vb/showthre ... 469&page=3
maxbond
 
Messages: 12469
Inscription Forum: 06 Déc 2007 21:19
  • offline

Message » 29 Mai 2011 15:16

À noter que les images sont recadrées sur le documentaire en 1.78:1.

Sinon, c'est quoi cette odeur que je sens ? Snif... Sniff... Est-ce que ça serait par hasard "Campagnes de ré-ré-ré-ré-édition 2012-2017 ?"
Sledge Hammer
 
Messages: 3565
Inscription Forum: 06 Oct 2005 23:39
  • offline

Message » 29 Mai 2011 15:40

Sledge Hammer a écrit:À noter que les images sont recadrées sur le documentaire en 1.78:1.

Sinon, c'est quoi cette odeur que je sens ? Snif... Sniff... Est-ce que ça serait par hasard "Campagnes de ré-ré-ré-ré-édition 2012-2017 ?"

Oui le doc est recadré, mais en 1.85:1.
Une autre comparaison direct cette fois :
http://www.imieibluray.com/Capture_Blur ... ison_9.png
Le front du vieux, et l'accoudoir de la chaise est assez révélateur de la différence de qualité des deux images.
maxbond
 
Messages: 12469
Inscription Forum: 06 Déc 2007 21:19
  • offline

Message » 29 Mai 2011 19:44

Personne ne parle des coffrets Kubrick dispo à la FNAC ?

L'intégrale en DVD et les 9 derniers en Blu-ray :
http://video.fnac.com/a3421021/Coffret- ... DVD-Zone-2
http://video.fnac.com/a3476645/Coffret- ... ac-Blu-Ray

Fort probable que les disques soit les mêmes que ceux dispo individuellement dans le commerce...

Concernant les histoires de formats, la solution serait de faire un télécinéma full frame et d'utiliser l'interactivité du blu-ray pour ajouter les bandes noires à la lecture... Chaque cinéphile pourrait alors regarder le film dans ce qu'il pense être le bon cadrage.
RedFox
 
Messages: 101
Inscription Forum: 18 Fév 2010 12:33
  • offline

Message » 29 Mai 2011 20:21

RedFox a écrit:Personne ne parle des coffrets Kubrick dispo à la FNAC ?
Concernant les histoires de formats, la solution serait de faire un télécinéma full frame et d'utiliser l'interactivité du blu-ray pour ajouter les bandes noires à la lecture... Chaque cinéphile pourrait alors regarder le film dans ce qu'il pense être le bon cadrage.

Je me disais EXACTEMENT la même chose récemment ! :D
Proposer par exemple lors du lancement, le choix du "Cadre voulu par le réalisateur - 2.35", le "Open-matted - 1.78", etc.
Il faudrait proposer le fichier full frame dans une résolution supérieure à celle du Full-HD pour ne pas pénaliser ceux voulant par exemple remplir leur écran (ex : format original 1.37 recadré en 1.78, ou en 2.35 pour les adaptes des vidéoprojections sur toile télécinéma).
C'est beau de rêver :mdr:
sebcaz
 
Messages: 77
Inscription Forum: 06 Sep 2010 0:06
  • offline

Message » 29 Mai 2011 21:05

C'est marrant tu proposes une solution pour permettre de regarder les films dans leur format voulu par les réalisateurs(ici Kubrick) et en même temps tu proposes qu'on puisses dénaturer l'oeuvre d'un réalisateur avec le choix entre format 2.35:1 ou pas qui mangerait les images sur les côtés.

Sinon, pas besoin du Blu ray et la technologie. Je rappelles qu'avec le DVD, aux USA, les éditeurs proposaient des versions Widescreen et Fullscreen des films. C'était un mauvais choix pour ma part, car ça fausse "l'éducation" des consommateurs.
Et puis un film ça reste quand même l'oeuvre d'un artiste, qui a une vision particulière, ce serait de les respecter qu'on aime ou pas. Ce n'est pas une émission de télé réalité ou on tape 1 ou 2 pour choisir ce qu'on veut. Et puis la télévision se charge depuis longtemps de massacrer les oeuvres et elle continue, donc pas besoin que ce massacre se répand sur les Blu rays.
maxbond
 
Messages: 12469
Inscription Forum: 06 Déc 2007 21:19
  • offline


Retourner vers 4K Ultra HD, Blu-ray & VOD

 
  • Articles en relation
    Dernier message