Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 13 invités

Détails sur les éditions disponibles, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

Alex, le destin d'un roi

Message » 09 Mai 2019 9:06


Alex, le destin d'un roi

Provenance : États-Unis // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : 20th Century Fox // Date de sortie : 16 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.38 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : HDR10+ // Luminance : De 0.005 à 1000 nits

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français (VFQ) DTS 5.1, Anglais Audiodescription
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Malgré des CGI forcément plus visibles (les incrustations sautent aux yeux) et des noirs pas toujours suffisamment profonds (notamment lors de la première confrontation contre Morgana), cette présentation UHD est une belle mise à niveau par rapport au transfert HD. Les images profitent d'un peu plus de clarté, bénéficient de détails texturaux plus fins (les décorations dans la maison des Elliot), exploitent des couleurs plus vives (la parkas rouge d'Alex, la doudoune bleue de Lance, l'herbe verte de la campagne anglaise) et usent de sources lumineuses plus punchy (les levers du soleil, les épées de feu des cavaliers démons, les reflets sur les armures).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement DTS Neural:X pour la VF)

Bien équilibrée et pourvue d'effets atmosphériques très immersifs (la circulation à Londres, le vent qui fouette les plaines de Tintagel), cette piste sonore Dolby Atmos est un appel à l'aventure. Les dialogues sont clairs, la dynamique surprenante, la spatialisation soignée, la scène arrière active, les éléments de hauteur réfléchis (la pluie, le tonnerre, la chute d'une falaise de quelques Mille Morts, les tourbillons causés par les ailes du semi-dragon, etc.), le score entraînant et les basses étonnamment écrasantes (surtout lorsque les arbres ensorcelés frappent le sol). Moins pêchue et vraiment resserrée, la VF n'est pas aussi prédisposée au voyage.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

Annonce

Message par Google » 09 Mai 2019 9:06

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Prometheus

Message » 10 Mai 2019 17:29


Prometheus

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : 20th Century Fox // Date de sortie : 13 septembre 2017

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.40 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.005 à 1000 nits

Bande-son : Anglais DTS-HD MA 7.1, Français DTS 5.1, Anglais Audiodescription
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

En HD, l'image captée en numérique à l'aide de la Red Epic (5K) était majestueuse. Elle délivrait une définition magnifique, un piqué précis, une palette colorimétrique somptueuse, des contrastes redoutables et des noirs parfaitement nuancés. Nous étions donc en présence d'une pure claque visuelle. En UHD HDR10, malgré quelques plans en deçà qui laissent traîner un léger fourmillement (plus précisément dans l'immense dôme artificiel), ses attributs sont améliorés avec un gain en résolution évident (les vues panoramiques), des détails supplémentaires (les combinaisons spatiales, les paysages rocheux, la sueur sur les visages), des couleurs étendues (elles gagnent en chaleur), des contrastes encore plus frappants, des noirs un peu plus profonds (tout en conservant la lisibilité des arrière-plans chargés d'ombres) et des sources lumineuses nettement plus impressionnantes (les étoiles, l'éclairage intérieur du vaisseau spatial, les néons dans les casques, la console des ingénieurs, la carte des planètes).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 avec post-traitement DTS Neural:X pour la VO et la VF)

Aussi puissante (les décollages/atterrissages des vaisseaux font vrombir le caisson) que subtile (la clarté des dialogues et la richesse des ambiances atmosphériques), cette VO proposée en DTS-HD MA 7.1 est maîtrisée (même s'il est vrai que ce mixage aurait mérité une piste sonore 3D) et ne cesse de garantir le spectacle grâce à une spatialisation tourbillonnante, des canaux surround enveloppants et des basses frappantes. Malgré une scène acoustique plus étroite et une plage dynamique moins étendue, la VF est également digne d'éloges. Une bande-son fantastique.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

Captain America: First Avenger

Message » 13 Mai 2019 11:53


Captain America: First Avenger

Provenance : Royaume-Uni // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Disney // Date de sortie : 22 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.35 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.002 à 1000 nits

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français Dolby Digital Plus 7.1, Anglais Audiodescription
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Limitée par la douceur volontaire du piqué et le ton sépia de la photographie, cette présentation UHD offre néanmoins une nette amélioration par rapport au transfert HD. Les plans jouissent d'une plus grande netteté, la définition est plus stable, les détails sont plus raffinés (les visages, les vêtements), la profondeur de champ s'étend davantage, la majestueuse palette colorimétrique enracinée dans les années 40 est plus riche (notamment les rouges et les bleus), les contrastes sont renforcés (les laboratoires peu éclairés en profitent beaucoup) et les sources lumineuses gagnent en intensité (cf. la séquence où Steve Rogers devient Captain America). Notez aussi que la luminosité globale est plus tempérée (elle était excessive avant) pour un rendu beaucoup plus nuancé et réaliste, de ce fait, les images qui sont maintenant plus naturelles, s’apparentent à une carte postale d'époque plus à-propos (cette patine particulière semblait auparavant ajoutée au forceps). En continuant le jeu des comparaisons avec le Blu-ray, il faut aussi signaler que les scènes sombres anciennement bruitées ne le sont plus et que le grain cinématographique se fait plus discret (du DNR a donc été appliqué). Et si la compression est ici forcément plus discrète, les premières images laissent apparaître un peu de colour banding (le halos lumineux des lampes torches).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

Pour donner plus de vie à ce mix Disney, il faudra comme toujours élever le niveau d'écoute. Une fois cette intervention accomplie, ces pistes sonores « libérées » pourront pleinement jouer leurs partitions. Bien spatialisées et ne manquant pas d'ampleur (la dynamique est plus engageante qu'à l'accoutumée), elles sont pourvues de nombreux effets pyrotechniques (les scènes d'action sont explosives) et ambiances environnementales parfaitement localisés sur l'ensemble des enceintes, de basses palpables même si peu agressives (elles ne l'ont jamais été de toute façon), d'un score très enveloppant et de dialogues toujours audibles. Ouvrant le paysage acoustique avec parcimonie, la VO Atmos use d'une composante aérienne régulière (le vent, la puissance cosmique du Tesseract, toutes les explosions et j'en passe).

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

Captain America: Le soldat de l'hiver

Message » 14 Mai 2019 19:01


Captain America: Le soldat de l'hiver

Provenance : Royaume-Uni // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Disney // Date de sortie : 22 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.40 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.002 à 1000 nits

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français Dolby Digital Plus 7.1, Anglais Audiodescription
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Plus lumineux et pourvu de scènes sombres moins opaques, ce transfert UHD HDR10 représente une belle amélioration par rapport au Blu-ray. Alors oui, la définition n'est pas beaucoup plus affûtée malgré une clarté accrue et le piqué, même si plus net (les visages, les costumes et les éléments du décor), n'est pas pour autant saisissant. Mais voilà, les technos WCG et HDR ajoutent énormément de vitalité et de peps aux images, et ça, ce n'est pas rien ! Les couleurs joliment saturées apparaissent comme plus profondes et vibrantes (le bouclier et l'uniforme de Captain America), les contrastes sont à présent plus marqués (cf. l'éclat des blancs et la richesse des noirs) et c'est surtout les différents éclairages qui se montrent intensément plus lumineux (les hologrammes des membres du comité du SHIELD, l'affichage tête haute dans le véhicule de Nick Fury, les explosions, la lumière parfois aveuglante du jour, les lampes et autres plafonniers intérieurs, les reflets sur le bras métallique du soldat de l'hiver). Au passage, sachez que les gros plans des visages de Cap et Natasha qui étaient déjà très doux en HD (nous appellerons ça du DNR de courtoisie), le sont malheureusement toujours. Pire encore, l'augmentation de la résolution les fait dénoter d'autant plus. Comme quoi, le renforcement des détails n'est pas toujours bénéfique.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

Une fois le volume ajustée pour en tirer le meilleur, vous entendrez immerger de ces pistes sonores énergiques et enveloppantes une spatialisation précise, une dynamique survitaminée, des effets pyrotechniques intenses (ça tire et explose de partout), des surrounds larges (qui auraient pu se lâcher encore plus), un score (le meilleur du MCU que l'on doit à Henry Jackman) sous tension ventilé avec équilibre, des basses puissantes et des voix particulièrement claires (une fois n'est pas coutume, celles de la VF sont un peu en retraits). Plus mémorable avec un espace acoustique agrandi et un canal LFE nettement plus physique, la VO Atmos peut aussi compter sur une scène aérienne loin d'être timide (le souffle des explosions et les chutes de débris qui en découlent, une grille endommagée dans un ascenseur, la présence de Bucky sur le toit d'une voiture, l'annonce de Rogers dans les locaux du SHIELD, divers engins volants, etc.) pour nous plonger plus brutalement au cœur de l'action. Mais qu'est-ce que ça fait du bien quand Disney décide d'ôter la bride à ses bandes-son !

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

Captain America: Civil War

Message » 15 Mai 2019 15:48


Captain America: Civil War

Provenance : Royaume-Uni // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Disney // Date de sortie : 22 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.39 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.002 à 1000 nits

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français Dolby Digital Plus 7.1, Anglais Audiodescription
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Bénéficiant d'une plus grande netteté et d'une photographie largement moins fade, cette présentation 4K Ultra HD affermit les images numériques propres et brillantes du 3e volet des aventures de Captain America. La définition ne faiblit guère, le piqué gagne en raffinement (les détails faciaux, les textures vestimentaires, la « peau » de Vision), les couleurs auparavant peu vibrantes tirent profit d'une amélioration de la saturation (les tons chairs, les chevelures rousses) et de nuances nouvelles (les costumes), les contrastes sont renforcés par des blancs plus vifs (les nuages, la tenue du jeune Tony Stark) et des noirs plus profonds (la course-poursuite dans le tunnel, la base abandonnée) qui n'écrasent pas les ombres, et les sources lumineuses brillent vachement plus (la lumière du jour, les éclairages intérieurs, la source d'énergie de l'armure d'Iron Man, les pouvoirs de Wanda, les gyrophares).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

Après avoir poussé le volume, cette bande-son pourra donner le meilleur d'elle-même. Loin de la dynamique en retrait et du manque d'ampleur ressenti sur les pistes sonores du Blu-ray, elle est ici livrée avec autant de force que de précision. Équilibrée et harmonieuse, elle sait profiter d'une spatialisation vaste et d'effets pyrotechniques chaotiques pour interpeller le spectateur. Bien évidemment, elle n'oublie pas de distribuer des ambiances enveloppantes, d'user d'une activité surround rarement en veille, d'aérer le score qui ne fait pas dans la figuration, de réveiller les basses au besoin (le poids des détonations, un rattrapé de moto par Bucky) et de diffuser avec clarté les dialogues. Présentée avec une ouverture plus franche, la VO Dolby Atmos profite d'une scène aérienne pas forcément ultra-présente mais qui renforce réellement le sentiment d'immersion (certains déplacements du drone Aile Rouge, les explosions, la présence « arachnide » de Spider-Man et « géante » d'Ant-Man, les pales d'un hélicoptère, la pluie, etc.).

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

Spider-Man: New Generation

Message » 16 Mai 2019 11:35


Spider-Man: New Generation

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Sony Pictures // Date de sortie : 06 mai 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.39 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.005 à 4000 nits

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français DTS-HD MA 5.1
Sous-titres : Anglais, Français

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Unique dans son esthétique qui évoque sans cesse les comics imprimés (imagerie pop art, cadence réduite, présence de cartouches, contours crayonnés, imperfections de certains traits, erreur d'impression et sur-textures papiers), l'image renversante de ce film d'animation est juste magnifique. Beaucoup plus net qu'en HD avec des lignes plus fines (la constitution physique des personnages) et donc des détails plus raffinés (les objets d'arrière-plan), ce transfert UHD HDR10 à la définition plus solide profite aussi d'une gamme de couleurs élargie (les dégradés de rouges sur les costumes) moins tape à l’œil que sur le Blu-ray, de contrastes plus harmonieux (meilleure gradation des blancs et gestion des noirs) qui dévoilent dans les hautes luminances des éléments imperceptibles en SDR, et des éclairages de toutes sortes (la lumière du jour, les illuminations citadines, les phares et autres gyrophares, l'énergie violette du Rôdeur, les LED du robot de Peni Parker, les interférences entres univers) qui soulignent avec plus de brillance la richesse graphique de l’œuvre.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement DTS Neural:X pour la VF)

Un mixage incroyable à la liberté créatrice folle. Pourvu d'une dynamique démente et rythmé par un score qui pulse grave, il distribue sans discontinuer effets délirants et ambiances ultra-immersives aux quatre coins de la pièce d'écoute tout en usant de basses coups-de-poing (cf. le climax inter-dimensionnel). Avec une scène aérienne aussi impressionnante que le reste (la « respiration » de la ville, le bruissement des feuilles, des voix, divers objets et moyens de transport motorisés, certaines sonorités de la musique, etc.), la VO est forcément plus enveloppante que la très bonne VF (au doublage un peu sous-mixé).

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

Hellboy II: Les Légions d'or maudites

Message » 17 Mai 2019 9:38


Hellboy II: Les Légions d'or maudites

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Universal Pictures // Date de sortie : 15 mai 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 1.85 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.005 à 1000 nits

Bande-son : Anglais DTS:X (core DTS-HD MA 7.1), Français DTS 5.1
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

S'il nous fait profiter d'une petite portion d'images supplémentaires (un léger zoom arrière), ce transfert UHD HDR10 ne semble être qu'un simple upscal de l'excellent Blu-ray paru en 2008. La définition reste donc un peu molle (elle chute d'ailleurs dès qu'il y a des CGI dans le cadre) et le piqué trop doux (hormis les gros plans qui sont d'une belle précision). De plus, le rendu argentique est comme « muselé » sur certains plans, preuve s'il en est que du DNR est passé par là. Mais rassurez-vous, de nombreux détails apparaissent dans les arrière-plans grâce à une meilleure gestion des hautes lumières. Trop éclairées en SDR, les images sont ici plus sombres et naturelles (les contrastes sont en fait plus nuancés) tout en exploitant des sources lumineuses plus rayonnantes (les flammes de Liz Sherman, l'énergie rougeoyante des soldats d'or, les éclairages dans les locaux du BPRD). Quant aux couleurs, autrefois si éclatantes et sursaturées, elles s'affichent aujourd'hui avec plus de retenue (la peau rouge de Hellboy et les dorures de la couronne d'or sont par exemple beaucoup plus fermes) en accentuant au passage la teinte ocre de la photographie. Même si décevante, cette mise à niveau mineure permet de profiter au mieux des aventures de Red et sa bande.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute DTS:X pour la VO et avec post-traitement DTS Neural:X pour la VF)

Expressive et très généreuse en effets de hauteur (la scène aérienne se fait entendre près de 80% du temps), la VO DTS:X est une bande-son à grand spectacle qui ne manque vraiment pas de vie. Les voix ont du corps, la dynamique est agressive, la spatialisation est bien mouvementée, les effets surround répondent toujours présents et le score inspiré de Danny Elfman est parfaitement aéré dans l'espace acoustique. Cependant, et même s'il reste massif, le canal LFE était plus physique (notamment dans la restitution les basses fréquences) sur le mixage DTS-HD MA 7.1 du Blu-ray. Peinant à se hisser à sa hauteur, la VF est plus réservée.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

(La) Chute du faucon noir

Message » 23 Mai 2019 9:26


(La) Chute du faucon noir

Provenance : États-Unis // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Sony Pictures // Date de sortie : 07 mai 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.38 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.005 à 4000 nits

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Anglais DTS-HD MA 5.1, Français (VFF) Dolby Digital 5.1 (version cinéma), Français (VFQ) Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Anglais, Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Captées en Super35 et tirées d'un nouveau transfert 4K, les images délivrées par ce disque sont tout simplement fantastiques et « détruisent » spectaculairement celles du vieillissant Blu-ray encodé en MPEG-2. La définition est impressionnante, l'amélioration des détails est absolument remarquable (la pilosité faciale, le tissus des uniformes, la texture du sable, l'état des briques, les éléments d'arrière-plans), le grain argentique rugueux est beaucoup plus fin et respire mieux (les fourmillements parasites n'ont pas été réincorporés), la sublime photographique aux teintes jaunes et vertes gagne en richesse et en naturelle (ce sont d'ailleurs les tons chair qui en profitent le plus) pour canaliser avec grâce la sur-saturation des couleurs (elle ne bavent plus), les contrastes volontairement très appuyés (un ratio assez extrême) profitent de noirs plus profonds et de blancs plus éclatants tout en délivrant moult informations invisibles jusqu'à maintenant, et les sources lumineuses sensiblement plus réalistes (cf. les flammes et les éclairages intérieurs de la base militaire américaine) permettent à la chaleur de la Somalie d'être plus écrasante encore (la lumière du jour et les suintements de la transpiration). Jamais la guerre ne s'est affiché avec autant de « beauté ».

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

Grâce à de nombreux effets pyrotechniques parfaitement localisés et à la sollicitation permanente de toutes les enceintes, ces pistes sonores dynamiques et d'une belle clarté (les dialogues sont toujours audibles malgré le « brouhaha » ambiant) nous plongent dans l'horreur de la guerre avec autant de violence que de subtilité (la spatialisation est remarquable). Remixée en Dolby Atmos pour l'occasion, la VO est plus ouverte et robuste en plus de s'appuyer sur une scène aérienne ultra-active (le passage des hélicoptères, la détonation des coups de feu, le souffle du vent, la présence des « squelettes » sur les toits, les retombées de débris, etc.). Dans les deux cas, la musique particulièrement marquante du compositeur Hans Zimmer est diffusée avec une belle ampleur. Et si le canal LFE s'est clairement entraîné pour résister au massacre, les basses semblent plus contenues que dans les productions récentes. Soyez prévenus au passage que la version longue (proposée en seamless branching) présente quelques coupures de son (une petite poignée) lors du début des opérations.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

(The) Witch

Message » 23 Mai 2019 11:07


(The) Witch

Provenance : États-Unis // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Lionsgate Films // Date de sortie : 23 avril 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 1.66 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 12 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : Dolby Vision // Luminance : Adaptée au diffuseur

Bande-son : Anglais DTS-HD MA 5.1
Sous-titres : Anglais, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Dolby Vision lumineux)

La sublime photographie de Jarin Blaschke (couleurs terreuses peu saturées, éclairages très diffus et contrastes peu prononcés) est encore mieux restituée par ce transfert UHD Dolby Vision. La définition globale qui est légèrement rehaussée semble plus solide, les détails sont plus précis (les fibres des vêtements, les meubles en bois, les feuilles dans les arbres), la palette colorimétrique se veut beaucoup plus désaturée (les visages sont plus pâles) tout en apportant un soupçon de chaleur à l'ensemble et en solidifiant les primaires (la végétation verte et le sang cramoisi), les contrastes ont été améliorés grâce à des blancs plus clairs et des noirs plus ténébreux (les coins les plus sombres sont maintenant plus visibles), et les sources lumineuses se manifestent avec plus de naturel (la lumière du jour, la brillance des nuages, la lueur des bougies et des lampes). Malgré la présence furtive d'un crénelage très léger et l'assombrissement soudain (et non volontaire) d'un plan, ces images d'une sinistre beauté restituent particulièrement bien l'atmosphère des lieux.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 avec post-traitement DTS Neural:X)

Un mixage intimiste mais non moins dynamique lorsque l'inquiétante musique de Mark Korven s'énerve. À côté de cela, il y a des ambiances naturelles (le vent, le bruissement des arbres) mais surtout des voix bien mises en avant. Quand aux canaux surround, même si le plus souvent discrets, ils aident à détailler l'apparente possession des lieux.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

Hannibal (2001)

Message » 23 Mai 2019 12:11


Hannibal (2001)

Provenance : États-Unis // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Kino Lorber // Date de sortie : 07 mai 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 1.85 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 12 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : Dolby Vision // Luminance : Adaptée au diffuseur

Bande-son : Anglais DTS-HD MA 5.1, Anglais DTS-HD MA 2.0
Sous-titres : Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Dolby Vision lumineux)

Supervisée directement par le chef op John Mathieson, cette toute nouvelle restauration 4K dépasse, et de loin, le rendu du transfert HD. Le grain de l’œuvre est conservé sans être envahissant (si ce n'est dans le ciel vers la fin), la définition a fait un bond en avant considérable (les arrière-plans sont enfin nets), les détails ont été notablement améliorés (jamais le visage de Mason Verger n'a été si dégoûtant), les couleurs élégantes et gothiques se voient renforcées (surtout les primaires) avec des tons chair assainis, les contrastes profitent de noirs plus pénétrants et les sources lumineuses sont clairement débridées (la lumière du jour, les éclairages artificiels, les bougies, les gyrophares). De quoi en avoir l'eau à la bouche !

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 avec post-traitement DTS Neural:X)

Retravaillé depuis la sortie du Blu-ray (cf. la spatialisation), le mixage 5.1 mise sur la finesse, la nuance et la précision pour tenter de nous séduire. Énergique au besoin et usant d'effets directionnels bien sentis (la fusillade du début), son ADN se trouve surtout dans la restitution sans faille de ses dialogues. Néanmoins, la puissance de l'ancienne VF DTS mi-débit (absente ici) vient à manquer.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

(La) Rose écorchée

Message » 24 Mai 2019 9:20


(La) Rose écorchée

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Le Chat qui Fume // Date de sortie : 17 mai 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 1.66 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.709 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 8 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : Non // Luminance : SDR

Bande-son : Français DTS-HD MA 2.0 stéréo, Anglais DTS-HD MA 2.0 stéréo
Sous-titres : Anglais

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert)

Réalisée à partir du négatif d'origine, cette restauration 4K inattendue et inespérée est remarquable en quasi tous points. Mais pour des questions budgétaires, le HDR n'a pas été convié au château. Ce n'est au final pas bien grave car cette bobine bis qui détone se dévoile comme jamais auparavant dans son histoire. Il y a certes des plans en deçà, la faute à des prises de vue à la mise au point ratée (lors du tournage donc), à quelques variations de couleurs au sein de la même scène (notamment lors d'un fondu) et à quelques rares fourmillements, mais le travail accompli ici sort de l'ordinaire. La copie présentée est propre et limpide, la définition est solide, les détails sont particulièrement nets, la palette colorimétrique est flamboyante, les contrastes sont globalement fermes et les noirs s'accaparent sans mal l'obscurité de ce conte macabre qui évoque les films gothiques italiens des années 60. Quant aux différences avec le Blu-ray, proposé à l'intérieur d'un même packaging que je qualifierais de magnifique, elles se jouent du côté de la résolution accrue (et c'est bien visible) et de la compression. Cette dernière consolidant le tout (les couleurs gagnent un poil en fermeté) dont le léger grain d'époque qui s'affiche avec plus de finesse. Je tiens donc à remercier l'éditeur français Le Chat qui Fume, spécialisé dans la sortie de films d'exploitation, pour son initiative et à le féliciter pour le résultat final. En espérant qu'elle soit suivie de beaucoup d'autres.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 avec post-traitement DTS Neural:X)

Correcte même si limitée (ce mixage stéréo étant de base très resserré et assez fauché), la VF n'en reste pas moins claire et minutieusement nettoyée malgré deux ou trois petits couacs (comme la présence de scratchs). Les dialogues sont parfaitement intelligibles, les ambiances sont bien présentes et à mon grand étonnement les graves hantent les lieux comme il se doit. Beaucoup moins forte à niveau égal, la VO pâtit qui plus est d'un souffle ambiant qui masque certains sons. Mais évitons de nous plaindre (peut-être pour l'absence de sous-titres français), cette dernière étant considérée jusqu'à lors comme perdue.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

Exodus: Gods and Kings

Message » 25 Mai 2019 9:14


Exodus: Gods and Kings

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : 20th Century Fox // Date de sortie : 29 mars 2016

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.40 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0 à 1100 nits

Bande-son : Anglais DTS-HD MA 7.1, Français DTS 5.1, Anglais Audiodescription
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Aussi divine que le transfert HD, cette présentation 4K Ultra HD peut se targuer de délivrer une définition encore plus irréelle (cf. la richesse des arrière-plans), des détails à la précision un peu plus redoutable (les pores de la peau, les ornements décoratifs), des couleurs travaillées aux nuances plus prononcées (notamment les teintes bleues et ambres), des contrastes marqués clairement renforcés avec des noirs non seulement techniquement au top mais aussi mieux dosés (les scènes sombres gagnent donc en justesse et en visibilité), et des sources lumineuses largement plus éclatantes (la lumière du jour, les flammes, les bougies, les reflets sur les lames et armures). Néanmoins, l'amélioration des contours appliquée de-ci de-là sur le Blu-ray est toujours présente ici (et plus perceptible en UHD), preuve s'il en est qu'il s'agit du même master.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 avec post-traitement DTS Neural:X pour la VO et la VF)

Un mixage de haute volée qui sollicite avec maîtrise des voies arrières bien actives (mais un peu molles sur la VF), un score délicatement étendu et des basses énergiques. Que ce soit lors des passages intimistes ou lors des grandes scènes d'action, l'expérience auditive se veut ample et enveloppante avec de nombreux effets environnementaux et une plage dynamique d'une extrême largeur. Et pour couronner le tout, les dialogues sont toujours restitués avec ce qu'il faut de présence et de clarté.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

Godzilla (1998)

Message » 31 Mai 2019 10:41


Godzilla (1998)

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Sony Pictures // Date de sortie : 29 mai 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.40 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.005 à 4000 nits

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Anglais DTS-HD MA 5.1, Français DTS-HD MA 5.1
Sous-titres : Anglais, Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Détruisant sans pitié son homologue HD, ce transfert UHD HDR10 (tiré d'une restauration 4K) affiche une définition et une netteté remarquables (la douceur de certains plans est due à l'intégration des CGI qui ont aujourd'hui très mal vieilli), des détails beaucoup plus révélateurs (les visages, les vêtements, les décors), un grain argentique plus stable et palpable (format Super 35 mm oblige), des couleurs largement moins ternes et donc plus vibrantes (cf. la saturation des primaires), des contrastes considérablement renforcés (blancs plus éclatants et noirs plus riches), et des sources lumineuses indéniablement plus intenses (les éclairages intérieurs, les enseignes de magasins et les projecteurs). Cependant, lorsque Jean Reno et son équipe apparaissent à l'écran et qu'ils parlent en français (une dizaine de plans), l'image devient très mauvaise pour s'apparenter à un (très bon) DVD ! En y réfléchissant, des sous-titres devaient être incrustés sur le master lors de ces passages.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement DTS Neural:X pour la VF)

En VO comme en VF, cette bande-son loin d'être modérée (et qui peut manquer au passage d'un poil de clarté) est monstrueusement spectaculaire. La dynamique est titanesque, la scène sonore est vraiment large, la spatialisation est ultra-enveloppante, les enceintes n'ont pas une minute de répit, les effets/ambiances sont destructeurs, le score est particulièrement ample, les basses sont bien autoritaires et les dialogues toujours intelligibles. Sollicitée en permanence (la pluie omniprésente), la scène aérienne du mixage Dolby Atmos se donne sans compter (alarme, voix, explosions, rugissements de Godzilla, éboulements, vols d'hélicoptères, etc.).

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

Marie Stuart, Reine d’Écosse

Message » 01 Juin 2019 11:51


Marie Stuart, Reine d’Écosse

Provenance : États-Unis // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Universal Pictures // Date de sortie : 26 février 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.39 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 12 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : Dolby Vision // Luminance : Adaptée au diffuseur

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français Dolby Digital Plus 7.1
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Dolby Vision lumineux)

Sublime malgré des noirs un peu brumeux (un choix délibéré) à l'intérieur des demeures royales, l'image de ce 4K Ultra HD bénéficie d'une belle augmentation de la clarté (c'est parfait pour admirer les magnifiques paysages écossais), d'une nette amélioration des détails (la précision accrue des textures), d'un remarquable rééquilibrage des couleurs (la profondeur inédite des teintes bleues -les robes-, rousses -les cheveux- et vertes -la végétation-), d'une maîtrise fortifiée des contrastes (les blancs sont plus éclatants) et d'une luminosité démultipliée (la lumière du jour et la chaleur des diverses flammes).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

D'un réalisme confondant et d'une énergie inattendue, la bande-son de cette épopée historique ne cesse de surprendre. Le mixage est d'une grande clarté, les voix sont tranchantes, la dynamique s'envole avec facilité, les ambiances de fond sont très immersives (les vagues, les animaux), les effets claquent bien (les coups d'épées et la détonation des armes à feu lors de la bataille), l'étonnante partition de Max Richter triomphe dans la pièce d'écoute, et les basses impressionnent vraiment (une explosion et la propagation d'un incendie). Amplifiant la sensation d'espace dans les salles des châteaux (cf. la réverbération), la VO Atmos use d'une scène aérienne étonnamment généreuse (vent, mouettes, déflagration).

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace

Backdraft

Message » 02 Juin 2019 11:03


Backdraft

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Universal Pictures // Date de sortie : 15 mai 2019

Résolution : 3840x2160 // Cadence : 24p // Format : 2.35 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 10 bit
Master intermédiaire : 4K // HDR : HDR10 // Luminance : De 0.005 à 1000 nits

Bande-son : Anglais DTS:X (core DTS-HD MA 7.1), Français DTS 5.1
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l'image Expert HDR)

Avec cette remasterisation 4K flambant neuve, les images datées du Blu-ray ne sont plus qu'un lointain souvenir. Le master a été totalement nettoyé, le grain 35mm s'affiche plus délicatement, la définition est grandement supérieure malgré des plans encore un peu doux (notamment dans le bar au début du film), les détails sont considérablement plus nets (les uniformes, les décors, les véhicules), le nouvel étalonnage des couleurs solidifie toutes les teintes (surtout les rouges) et ajoute énormément de chaleur aux plans (c'est quand-même nettement plus réaliste), les contrastes sont plus engageants (blancs plus clairs et noirs moins lumineux) pour un gain en profondeur évident, les sources lumineuses sont beaucoup plus intenses (bien évidemment les flammes qui semblent d'autant plus surgir du cadre, mais aussi les reflets sur les barres de sécurité, les gyrophares, les éclairages artificiels, le soleil), et les intérieurs enfumés sont libérés des contraintes compressives du passé.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d'écoute DTS:X pour la VO et avec post-traitement DTS Neural:X pour la VF)

Un remixage DTS:X d'anthologie qui n'aura de cesse de chercher les limites de votre système audio. Il faut dire qu'à l'époque (en 1991), Gary Rydstrom avait déjà créé une bande-son mémorable. L'intensité de la dynamique est incroyable, la richesse de la scène acoustique est manifeste, l'activité sur tous les canaux est ultra-engagée, l'ampleur de la superbe partition de Hans Zimmer est évidente, la clarté des dialogues ne faiblit guère malgré le chaos ambiant, et la profondeur des basses est absolument terrifiante (cf. les explosions et le rugissement des flammes). Et grâce à la scène de hauteur (des oiseaux, des réverbérations, des alarmes, de l'eau, des craquements, des éboulements et surtout le feu), les incendies se propagent dans la pièce d'écoute comme jamais auparavant. Identique au précédent Blu-ray, la VF ne peut lutter à armes égales face à la frénésie (mais quelle énergie !) et à la pression physique (votre canal LFE a intérêt à savoir encaisser) envoyées par la VO.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

La configuration dans mon profil


Passionné de ciné et de HC, j'aime partager et échanger dans ce domaine.
Ex-rédacteur pour Le cinéma du loup et Halluciner.fr. ★ Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste
Avatar de l’utilisateur
le loup celeste
Administrateur Délégué
Administrateur Délégué
 
Messages: 6632
Inscription: 17 Mai 2009 18:35
Localisation: Alsace


Retourner vers UHD Blu-ray, Blu-ray, DVD & VOD

 
  • Articles en relation
    Dernier message