Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Le canadien et 30 invités

Détails sur les éditions disponibles, critiques techniques, packagings, prévisions et commandes...

Remasterisation (Artistique & Technique) : Discussions

Message » 14 Mai 2020 9:07

:cry: :evil:
cvanquick
 
Messages: 752
Inscription Forum: 29 Avr 2005 14:32
Localisation: Paris
  • offline

Annonce

Message par Google » 14 Mai 2020 9:07

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 14 Mai 2020 9:12

:o
C'est pas le meilleur d'Alfred, mais méritait-il ça :wtf:
Je peux rester avec mon édition 2012 alors, c'est au moins ça d'économisé. Le seul avantage que je vois là, c'est que les coups de soleil de Cary sont moins criants qu'avant.
Gurthang
 
Messages: 397
Inscription Forum: 18 Sep 2018 12:13
  • offline

Message » 14 Mai 2020 15:09

Pour le fun, voici les infos obtenues par Robert A Harris auprès de Paramount sur cette restauration :

* New Restoration from a 6k 16bit scan of the Original VistaVision Negative
o This is the first time the Original Negative has been seen as the source for a home media release.
o The 2012 bluray release was sourced from an IP (interpositive) that was printed 2006.

* The Original Negative contained sections of dupe negative film (made in 1999) that were added in to replace damaged sections. For this Restoration, those 45 year old dupe sections were replaced with original YCM material, to use the most original material available

* The blue in the Original Negative was slightly faded, so the 35mm yellow separation master was scanned and recombined with the negative to restore the color to what it looked like when it was originally created.

* An original IB print was used to verify that the color and optical fades matched the look of the original theatrical release. IB prints are known for their more stable, permanent dyes, making them a valuable resource for Restorations.

* For the opening titles, the Original Negative textless background material was scanned, and the titles were rebuilt and overlayed on to the original negative. Doing this removed all of the noise and dirt that could be seen in the older technology of title creation.

* New 5.1 audio mix, sourced from the 2007 mix, was cleaned up and delivered as part of this restoration

* UHD HDR-10 files were created for future HDR release


Personnellement, je garde bien entendu mon édition US de 2012.
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 5696
Inscription Forum: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54
  • offline

Message » 14 Mai 2020 15:35

Non, moi je jette la mienne pour prendre la nouvelle... que je jetterai quand ils auront fait leur 4K / HDR :mdr:
Sérieux, ils sont vraiment repartis d'un truc mieux (et scanné en 6K :o ) pour arriver là ??? Même en regardant vite fait, on a du flou même au premier plan alors que la "vieille" édition est bien nette et précise.
Gurthang
 
Messages: 397
Inscription Forum: 18 Sep 2018 12:13
  • offline

Message » 14 Mai 2020 17:46

Rien de surprenant de la part des gus qui ont pondu le récent remaster de Grease, lui aussi bien salopé comme il faut.
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 5696
Inscription Forum: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54
  • offline

Message » 17 Mai 2020 17:56

Je me souviens souvent de cet argument récurrent sur comment un vieux film doit forcément avoir une image moins belle car c'est plus vieux, comme si une pellicule 35mm plus récente donnait forcément de meilleurs résultats qu'une pellicule 35mm plus ancienne.

En vrai, le résultat, c'est celui-ci :
Image Image Image Image Image Image Image Image Image
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 5696
Inscription Forum: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54
  • offline

Message » 18 Mai 2020 11:57

Magnifiques ces captures tenia54 ! C'est quel film ? La Roue ?
Spongebob75
 
Messages: 659
Inscription Forum: 30 Sep 2008 17:19
Localisation: Paris
  • offline

Message » 18 Mai 2020 14:39

C'est La roue, effectivement.
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 5696
Inscription Forum: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54
  • offline

Message » 29 Mai 2020 10:22

(NB : d'avance, je dois préciser qu'il ne s'agit pas de faire de la propagande pro-argentique ou je ne sais quoi. Il s'agit évidemment d'un angle d'approche que j'applique pour moi-même lorsque j'évalue un titre, mais j'essaie de rester surtout démonstratif et illustratif, afin d'expliquer où est le potentiel problème - ou pas - de certaines tendances et comment le détecter. J'imagine sans mal que certaines conclusions pourront aller à l'encontre de la vision de certains, mais a minima, les explications, elles, devraient rester purement techniques et donc plus théoriques. Cela sera par contre un peu moins le cas sur les étalonnages, le sujet étant beaucoup plus complexe et amenant à plus d'analyses "en négatif" (càd moins en analysant ce qui est bon que ce qui n'est probablement pas : on peut difficilement connaître la fidélité d'un étalonnage, mais on peut facilement détecter une dérive étrange, un problème de contraste ou de plage RGB, ou encore une signature colorimétrique repérable sur l'ensemble des restaurations sortant d'un même labo)

Donc : le DNR en une comparaison. :mdr:

Plus simplement, le DNR, ou Dynamic Noise Reduction, est un filtre visant à filtrer les hautes fréquences, c'est-à-dire les éléments les plus petits de l'image. En théorie, cela sert à éliminer les poussières et le bruit qui pourrait être issu d'une captation âgée. En pratique, appliqué de façon inadéquate (il existe 2 types de DNR : un spatial, qui va gérer le grain image par image, et un temporel qui va prendre en compte plusieurs images pour détecter la texture du grain en mouvement - le 2e étant mieux) et/ou trop intense, il va absorber le grain argentique et le faire disparaitre en lissant l'image. L'effet est alors destructif, et apporte plus de problèmes qu'il n'en résout, puisque l'image peut ne plus avoir grand chose à voir avec un film argentique. Pire, cela peut donner une image cireuse, quasi floue, et une perte de détails fins.

Quelques Blu-rays ont exploités le même master, une fois filtré et une fois non-filtré. Par exemple Patton.
Un des exemples les plus extrêmes est Predator. A ce niveau, il faut aimer les musées de cire !

Un des marqueurs permettant le plus facilement de percevoir l'utilisation du DNR sont les aplats unis, par exemple un ciel dégagé ou un vêtement uni. Regardez par exemple l'arrière-plan sur Zardoz.
Couplez le DNR à une compression foireuse et vous obtiendrez... des dégradés foireux aussi (la fameuse postérisation, ou banding, ici sur Les vieilles légendes tchèques, paru chez Artus) !
On peut, a contrario, comparer cela aux arrière-plans typiquement granuleux de restaurations 4K non lissées, comme Moscow on the Hudson, Spring Night Summer Night, La chasse à l'homme, The Long Gray Line, Scandal, etc.

On peut aussi, plus rarement, percevoir l'utilisation du DNR quand il n'est pas appliqué sur 100% des images et que quelques unes ont survécu à son application. C'est par exemple le cas de Rabbi Jacob, dont la nouvelle restauration 4K est copieusement filtrée (n'en déplaise au testeur de blu-ray.com passé complètement à côté du problème), et cela est d'autant plus facile à voir que certaines images successives sont intacte puis dégrainée.
Le même problème avait été visible sur le Blu-ray de GoldenEye : l'image avait largement dégrainée... sauf certains fondus (comme celui juste après que Brosnan se fasse choper par les gardes lors du décollage du Tigre) laissant entrevoir l'espace de quelques images l'image non filtrée... Certains avaient théorisé que le résultat était historiquement du au développement rocambolesque d'une partie de la pellicule utilisée. Clairement, c'était beaucoup plus simple que ça, et tient simplement d'une restauration ayant abusé des filtres numériques. Ce qui est intéressant, c'est que ceux ayant restauré le film sont Lowry Digital... les champions du dégrainage "évolué" et qui sont depuis devenus... Reliance, le labo ayant restauré Terminator 2. :mdr:
C'est d'autant plus intéressant que la plupart des autres James Bond paraissent aujourd'hui assez clairement dégrainés, mais sans forcément que cela soit aussi artificiel que ça.


A l'opposé, on a l'accentuation artificielle des détails, qui au contraire renforcer les contours en jouant notamment sur le contraste local. C'est le fameux Edge Enhancement, sur-utilisé en DVD pour compenser le dégrainage effectué afin de contourner les limites de compression et de résolution. Sauf qu'en BR, quand on reprend un master HD prévu pour DVD, ça se voit alors un peu plus...
Poussé trop loin, l'EE génère en effet des sur-contours (lié au fait que mathématiquement, il fonctionne comme de la diffraction et génère une alternance de contours et de sur-contours). Le Wiki anglais quelques exemples et détails plutôt complets.
Ceux qui ont Photoshop peuvent s'amuser avec le filtre Renforcement : mettez le à 200%, rayon de 5 et niveau 1, et voyez le désastre.
Ce qui est intéressant, c'est qu'évidemment, cela ne va aucunement créé de nouveaux détails : ce qui est sur l'image (ou le disque) est tout ce qu'il y a à voir. Par contre, cela va jouer sur la PERCEPTION des détails, en renforçant l'impression de netteté. C'est pour cela que de nombreuses comparaisons entre des BRs anciens et accentués vs des BRs plus récents et naturels semblent en faveur des anciens disques. Or, justement, c'est quand on regarde soit le grain (qui a un piqué et une impression de 3D étranges) et surtout quand on compare les détails qu'on se rend compte qu'il y a un truc... puisque cela parait plus détaillé alors que ça ne l'est pas.
Ce qui explique pourquoi certains trouvent anormalement que l'édition US de The Thing est meilleure que celle d'Arrow (pensant à tort que c'est Arrow qui a lissé l'image) quand il est démontrable que l'image de l'édition US est accentuée, et donc filtrée (et donc moins bonne puisque bidouillé). D'un autre côté, ses suggestions sur le pourquoi du comment ne contiennent absolument pas "L'édition US est accentuée"... Sacré Josh Zyber. Les sur-contours artificiels sont pourtant trouvables...


Cela nous amène à Terminator 2 : on a un filtre qui enlève un grain, perçu par certains comme un souci, et un autre qui accentue l'impression de netteté : pourquoi ne pas combiner les 2 ?!
Ah bah oui tiens : comme ça, on a un visage cireux mais qui semble super net ! Ce qui est intéressant, c'est que l'image de la nouvelle restauration résulte d'au moins 4 éléments : un nouveau scan 4K (plus récent et à plus haute résolution que le précédent), un nouvel étalonnage (plus contrasté, et l'oeil humain répond à un plus fort contraste par une impression de meilleure netteté), un DNR (regardez l'arrière plan totalement lisse ou ces visages bien cireux), et une accentuation artificielle (ce qui explique les craquements de peau qui ressortent autant).
A première vue, on se dit : chouette, c'est top !
En pratique, Terminator 2 est un film tourné en 35mm, pas en photographie numérique. Au-delà des questions sur la fidélité du nouvel étalonnage (et les faux raccords colorimétriques qui pullulent dans la nouvelle restauration), la patine générale de la nouvelle restauration n'a plus grand chose à voir avec un film argentique... On peut trouver ça top (et il y a, effectivement, un réel gain en précision), mais c'est du révisionnisme technique.

Si on se débrouille mal, cela donne une nouvelle restauration 4K moins bonne qu'une restauration 2K...

Et si on va encore plus loin, cela donne ces fantastiques effets d'aquarelle.
On retrouve les mêmes sur Madame de, chez Criterion, une restauration tellement foirée qu'à la sortie du Criterion, Gaumont a mangé un retour tellement négatif qu'ils ont repoussé la sortie de leur propre édition, prévue un peu plus tard, pour refaire complètement la restauration.
Qui est toujours un peu filtrée, le BFI a ensuite sorti une version encore meilleure, alors qu'elle est toujours basée sur du matériel fourni par Gaumont...


Une précision importante : les filtrages sont plus fréquemment effectués en amont, lors des restaurations (en particulier de nos jours), que spécifiquement par un éditeur pour son édition. Ca ne veut pas dire que ça n'est pas le cas (cf Zardoz), mais c'est de plus en plus rare et généralement, quand un BR ou un UHD est dégrainé, c'est la restauration qui est en cause. Par ex, dans le cas de Plein soleil, le DCP était identiquement problématique. Et pour avoir vu Drôle de drame en BR et en DCP, c'est la restauration qui est effectivement en cause (comme cela avait pu être le cas pour le M de Losey).
Dernière édition par tenia54 le 30 Mai 2020 20:28, édité 6 fois.
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 5696
Inscription Forum: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54
  • offline

Message » 29 Mai 2020 11:30

Merci tenia54 pour ce bel exposé mais je suis certain qu'il y en aura encore pour préférer les captures toutes trafiquées. Ce qui est dommage car une belle restauration 4K respectueuse cela peut-être absolument divin à regarder. J'ai parlé plus haut de Tigre et Dragon mais il y en a d'autre qui m'ont ébloui : Alien, Dark Crystal, Le Magicien d'Oz, Prince des ténèbres, New York 1997, Christine, la trilogie Matrix, Predator, Shining... Et dans le genre absolument immonde je retiens l'édition 4K du King Kong de Peter Jackson, l'exemple parfait de ce qu'il ne faut pas faire.
Spongebob75
 
Messages: 659
Inscription Forum: 30 Sep 2008 17:19
Localisation: Paris
  • offline

Message » 29 Mai 2020 12:01

Tu peux aussi lister 2001 dans les belles réussites.
Mais tu as aussi de magnifiques master 4K en BR comme The Age of Innoncence chez Arrow ou The Appartment.

Quand le travail est bien fait, c'est un bonheur peu importe le support.
cvanquick
 
Messages: 752
Inscription Forum: 29 Avr 2005 14:32
Localisation: Paris
  • offline

Message » 29 Mai 2020 13:27

Et encore, les Carpenter chez Canal sont très mal encodés (je ferai probablement un post ultérieur sur ce sujet, probablement aussi sur le passage de l'industrie des scanners en mouvement aux scanners image par image). Mais il y a bien sûr des dizaines de restaurations 4k récentes splendides qui sortent chaque année.

Attention par contre, The Age of Innocence est chez Criterion. ;)
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 5696
Inscription Forum: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54
  • offline

Message » 29 Mai 2020 13:29

Effectivement, j'ai confondu parce que c'est un CRITERION UK que je possède
cvanquick
 
Messages: 752
Inscription Forum: 29 Avr 2005 14:32
Localisation: Paris
  • offline

Message » 29 Mai 2020 13:31

En fait, assez étonnement, mon passage à la 4K m'a poussé à rechercher plutôtles belles remasterisation 4K que les BR-UHD d'office.
cvanquick
 
Messages: 752
Inscription Forum: 29 Avr 2005 14:32
Localisation: Paris
  • offline

Message » 29 Mai 2020 14:40

cvanquick a écrit:En fait, assez étonnement, mon passage à la 4K m'a poussé à rechercher plutôtles belles remasterisation 4K que les BR-UHD d'office.

Ce que je comprends tout à fait, notamment parce que quand c'est bien restauré et bien encodé, pour un peu que le lecteur et/ou le diffuseur fasse une conversion SDR-HDR décente, cela doit probablement déjà offrir un rendu très confortable.

Bon, l'encodage des Criterion dès qu'on a une source 4K issue d'un scan récent du négatif, par contre, ce n'est pas ça du tout... J'en ai touché un mot l'année passé au PDG et sa responsable technique, je n'ai pas été le seul, mais je ne crois pas que cela va changer car le problème vient de leur sous-traitant pour l'authoring (Pixelogic, ex-Radius60), qui sait visiblement très bien encodé en UHD (ils ont fait l'édition US d'Apocalypse Now), mais bien moins en BR (ils... ont fait l'édition US d'Apocalyse Now :mdr: ).
tenia54
Contributeur HCFR 2015
 
Messages: 5696
Inscription Forum: 22 Nov 2010 22:40
Localisation: 54
  • offline


Retourner vers 4K Ultra HD, Blu-ray & VOD