Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

Appel à contribution : je veux pleurer !

Message » 21 Mai 2002 16:38

Merci merci à tous,

En trois jours, vous avez bien bossé, félicitations à tous !

Pour " l'ensemble Organum et le "célèbre" Marcel Pérès (chants corses d'après des manuscrits franciscains, superbe peut-être mon préféré)", c'est aussi mon disque Corse préféré ! Ah la lettre à mamma!

Bon, j'ai déjà tout les discographies suivantes : cohen, archive, cure, joy division, tout le lable 4AD (TMC, dead, cocteau, trisomie 21 and co, zut, sont chez PIAS ceux là), nick cave et les groupes dans sa mouvance (anita lane, crime and the city solution, einsturzeunde neubateun...) les arvo Part et plus généralement tout ce qui sort de chez ECM new series, les bo de nyman (je m'en suis pas mal lassé du reste) les amstrong, portishead, massive attack, Buckley (père et fils), Bashung, brel, les bo de badalamenti...

Je vais attaquer le classique et le jazz!

Encore merci à tous, et spécialement au nib: [mode déconne on] et la vaseline, tu l'achètes par tube de 5 litres ? [mode déconne off]

Betekaa
Avatar de l’utilisateur
Betekaa
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
 
Messages: 52151
Inscription Forum: 15 Jan 2002 2:00
Localisation: omnichiant
  • offline

Annonce

Message par Google » 21 Mai 2002 16:38

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 21 Mai 2002 17:11

salut tu peux rajouter "losing tracks" de minimal compact( groupe israelien vivant en europe:aujourd'hui dissout) ou " love is colder than death " de poesie noire(c'est belge)
pepelomas
 
Messages: 570
Inscription Forum: 04 Jan 2002 2:00
  • offline

Message » 21 Mai 2002 18:03

haskil a écrit:Serait que parce que la toute fin d'une oeuvre se résoud dans la paix intérieure qu'elle n'est pas émouvante à pleurer? Pardonne-moi, mais Dieu sait si j'admire la Sixième de Mahler, mais son caractère tragique affirmé, son finale qui commence de façon étale pour s'affirmer en marche funèbre (avec une jolie citation thématique à l'envers du thème du premier mouvement de la Troisième Sonate de Chopin) est évidemment magnifique, mais, outre le fait qu'il se fait un brin optimiste, sans réellement y parvenir, mais quand même, il est loin d'atteindre au vrai tragique qui n'obéissant plus à une logique romantique plonge dans l'abrupt, l'aphorisme, l'effiloché des thémes, l'absence d'ostentation, le renoncement, le silence qui suit la mort. Car il s'agit de cela, de la mort.

Pardonne moi, mais l'on ne peut pas comparer le finale de la Sixième, son insistance rhétorique, la superposition des thèmes, ses cloches de vaches, ses questions réponses, avec la Neuvième Symphonie sommet absolu de l'oeuvre de Gustav! Et j'aime la Sixième! Bien plus que la Cinquième dont le finale est assommant!


Même si préféré une musique ou une autre est avant tout une question de goût, la 6e est le pivot central de l'oeuvre de Mahler, et par ailleurs une page clef du passage de la musique du 19e vers la musique du 20e siècle...
Même si les oeuvres de la dernière partie de la vie de Mahler sont boulversantes, je les trouve moins originales que celle du Mahler "premier style". Non pas en ce qui concerne la forme, toujours plus parfaite et accomplie, mais sur ce que l'on pourrait appeller le "fond". En effet, il faut bien dire que Malher, même s'il a bien vite rennoncer à un programme explicite pour ces symphonies, à toujours voulu faire passer un message à travers ça musique. En "Héros romantique", il essaie de faire passer au travers de ses propres angoisses un message universel sur la condition de l'homme sur terre... C'est au travers de ses essais de "grand final symphonique" qu'il essaie tant bien que mal de (se) convaincre que finalement la vie vaut bien la peine d'être vécue, et finalement il faut bien dire qu'il s'époumone plus qu'autre chose (comme tu le dis avec le final de la 5e). C'est cette effort sans cesse renouvelé pour convaincre l'auditeur que "la vie est belle" qui me touche tout particulièrement, même si finalement, on sent bien que Mahler lui même ni croît pas trop (et l'auditeur non plus).
Après les voies religieuses (2e) ou mystiques (3e) comme justification de la vie sur terre, Malher essaie d'emprunter la voie de la logique: si on fait s'affronter un côté positif et négatif, et qu'on essaie d'être "musicalement" logique, le côté positif peut-il gagner ? la réponse est non...
Après cette défaite (de plus la vie ne lui sourit pas vraiment après la 6e...), Mahler cesse de faire de la musique "active", il n'utilise plus la musique pour faire passer ses propres idées, mais jette un regard distant, amer et mélancolique sur la vie qui s'en va (il sait qu'il a une maladie incurable...). Cette musique "du renoncement" est bien sur boulversante, mais je dois dire que j'ai une tendresse particulière pour la musique "révolutionnaire" du jeune Mahler...

haskil a écrit:La Neuvième donc a un finale, plus difficile d'accés comme toute la symphonie, la plus hermétique avec la Septième, certes dont les dernières mesures s'effilochent jusqu'au silence... après les ruptures de registres, les silences, les sanglots étouffés les plus éprouvants et je trouve cette émotion là plus étreignante que la démonstration du tragique encore présente dans la Sixième dans laquelle Mahler cherche ce qu'il va trouver dans la Neuvième. Si tu penses aux deux mouvements centraux, particulièrement le rondo burlesque, encore que ce burlesque vain qui tourne à vide comme une mécanique a quelque chose d'effrayant, je te suis, mais pas pour le finale et pour le premier mouvement qui n'est qu'association de lambeaux de thème, l'un des mouvements les plus déchirants et hagards de Mahler, peut-être le sommet de son oeuvre ce premier mouvement, pas vraiment.


Le premier mouvement de la 9e est effectivement fabuleux, si plein de mélancolie... mais finalement "l'affrontement" se limite à l'évocation du monde tumultueux dont se distancie le sujet qui sent sa mort approcher...
Tout est résumé dans le 3e mouvement, finalement le plus explicatif... au mileu du "Weltlauf" (la marche du monde d'Adorno) surgit un havre de paix, qui ne peut se maintenir est est définitivement piétiné sous un final tonitruant. L'adagio final étend à l'infini le thème (enfin, les quelques notes, à peine un grupetto...) entrevu dans le 3e mouvement, en signifiant clairement "je me distancie du monde qui m'a rejetté, et me réfugie dans mon monde intérieur, puis dans la mort". Cette vision est assez réconfortante, et traduit une grande paix intérieur.
Mais je trouve infiniment plus tragique le combatif Mahler de la 6e qui ne rend pas les armes jusqu'à ce qu'il "tombe" sous la logique implacable de son propre montage musical...

haskil a écrit:Les Kindertotenlier, chants pour les enfants morts, finissent certes dans la paix après les larmes, la douleur... le désespoir déchirant. Et Kathleen Ferrier a la voix la plus lacrymale qui soit!

Quant à l'Adieu, le dernier mouvement du Chant de la terre, qui porte bien son titre, c'est l'une des pages les plus boulersantes qui soient, la fin se termine dans la résignation, ce que l'on peut appeler la paix. Après combien de litres de larmes, de déchirement, de frayeur accepte-t-on?

Tu vois, je ne suis pas du tout d'accord avec ton choix de la Sixième. Je n'avais pas choisi les pages citées, tout a fait au hasard. Pages de chevet d'un dépressif optimiste...


Tout à fait d'accord, l'Adieu reste un must, boulversant. Il est clair que Mahler a atteint la le sommet de sa maîtrise technique. Mais moi j'ai toujours trouvé cette musique froide et distante... (c'est d'ailleurs voulu... c'est la musique du détachement par excellence !). Elle me fait nettement moins d'effet que la noirceur implacable de la 6e, parce qu'elle est plus "implicante", si je puis dire...

Bref, continuons à écouter du Mahler, source inépuisable de discussion !

Ph. T
Philippe Terrier
 
Messages: 385
Inscription Forum: 28 Fév 2001 2:00
Localisation: Lausanne, Suisse
  • offline

Message » 21 Mai 2002 18:13

Philipe, tu as une lecture particulière de la musique de Mahler et elle se tient. D'une certaine façon, c'est un problème de sémantique et de sensibilité personnelle à ce que veut dire le mot tragique et l'effet qu'il peut produire sur un auditeur.

Moi, les trompettes et la grande rhétorique démonstrative ne me font pas pleureur du tout!

En revanche quand tu écris que

la 6e est le pivot central de l'oeuvre de Mahler, et par ailleurs une page clef du passage de la musique du 19e vers la musique du 20e siècle...

Si tu veux dire qu'elle est au milieu, je te l'accorde! Mais certainement pas qu'elle est une page clef de la musique du 19e vers la musique du 20e siècle. ça c'est le genre de truc qui, pardon, peut se renverser facilement et l'on peut dire que c'est une sorte d'acmée d'une vision de la musique héritée du romantisme, qui met l'homme au coeur de son oeuvre et son moi en scène de façon disons explicite. Pour le coup, elle serait berliozienne de ce point de vue...

Les aphorismes de la Septième déjà sont un à Mahler ce que les valses nobles et sentimentales sont à Ravel, une rupture. Un petit retour en arrière avec le romantisme de la Huitième, romantisme mystique, et boum ont bascule dans le nouveau siècle, avec un peu de retard, sur d'autres oeuvres d'autres compositeurs, en avance sur d'autres aussi, avec la Neuvième qui n'en peut plus de suffoquer et de mourrir.

Bien à toi,
Alain :cry:
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 22 Mai 2002 13:01

Betekaa, tu as des goûts particuliers qui, pour une part, se rapprochent des miens.

Permets-moi de rallonger ta liste de quelques CD ou quelques plages d'un CD :

- James (pop anglaise ?) les morceaux "Where is the love ?" et "Ring the bell" en particulier

- La superbe musique du film "Au nom de tous les miens" par Maurice Jarre (le père de Jean-Michou) que j'ai en vinyle et désespère de trouver en CD ; il a aussi composé les Musiques de Lawrence D'Arabie et Docteur Jivago...

- Joan Baez bien sûr et notamment l'incontournable "Diamonds and rust"

- Le très regretté Israel Kamakawiwo'ole est l'auteur de la plus belle reprise des titres "Somewhere over the rainbow/What a wonderful world" avec pour seuls instruments la voix d'un ange associée à la guitare traditionnelle Hawaïenne. Tu peux entendre ce morceau pendant le générique de fin du film "Meet Joe Black". Israel est mort il y a 5 ans, je le pleure encore. Il avait 38 ans.

- "Ain't no sunshine when she's gone" par Bill Withers ; tu peux l'entendre dans "Coup de foudre à Nothing Hill"

- La musique du film "Le dernier des Mohicans" en partie composée par Trevor Jones qui n'a pas fait que des chefs d'oeuvre à part ça (Cliffhanger)

- Le dernier album de Ute Lemper "Punishing Kiss" ; Nick Cave a composé l'un des titres, Tom Waitts aussi

- L'oeuvre de Chostakovitch bien sûr, romantique incontournable

- Si je ne me trompe, Haydn "La surprise" qui a inspiré la musique des films "Jean de Florette" et "Manon des sources"

- L'album "Les oiseaux de passage" reprises de Georges Brassens (j'aime beaucoup les reprises :P ), notamment "Il n'y a pas d'amour heureux" par Tanger et Keren Ann dont le dernier album est magnifique

- J'oubliais Francis Cabrel et son dernier album Live "double tour" surtout le dernier CD : "Les Passantes", "Comme une madone oubliée"

- Les musiques d'Ennio Morricone qui est, à mon avis, le meilleur compositeur de musiques de films (il a aussi composé quelques symphonies) et aussi l'un des plus prolifiques !

- Tu as les BO de Nyman, mais as-tu celles de Hans Zimmer ? : "Rain Man", "True Romance", "Gladiator"

- En Jazz, il y a 2 morceaux composés par Aldo Romano qu'il te faut absolument écouter : "Soweto Sorrow" sur l'album Suite Africaine et j'ai oublié l'autre titre, mais l'album s'appelle Carnets de Route

- Toujours en Jazz, Gato Barbieri fait rugir son saxophone, il honore son pays sur l'album Bolivia et c'est magnifique. Tiens, je vais me l'écouter en rentrant ce soir, en plus il pleut à Toulouse, c'est parfait.

- Les compos de Petrucciani ne sont pas vraiment tristes mais sa reprise du standard Caravan dans son dernier Live est très poignante, vraiment intense

Bon, j'arrête ici mais j'en ai plein d'autres. Mais, là, tu as déjà de quoi inonder ton salon... :cry:

A plus.

P.S : si tu veux je peux t'envoyer des MP3 pour que tu te fasses une idée
RoroMinator
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3983
Inscription Forum: 26 Oct 2001 2:00
Localisation: toulousecon !
  • offline

Message » 22 Mai 2002 13:07

juste une petite correction :

il me semble que la musique de Jean de Florette et Manon des sources est inspirée de la Force du destin de Verdi.

merci de vos conseils à tous

Jérôme
claram
 
Messages: 3117
Inscription Forum: 01 Mar 2002 2:00
Localisation: du NEUF CINQ
  • offline

Message » 22 Mai 2002 13:25

salut betekaa,à mon tour de soliciter tes connaissances musicales:ajoutes quelques artistes a ma liste , tu as surements qq perles que je ne connais pas.apres 1 petit tour sur le mp3 pour voir si j'accroche.le mp3 c'est super pour decouvrir des news quand on pas la fnac de paris à cotes.merci a+
pepelomas
 
Messages: 570
Inscription Forum: 04 Jan 2002 2:00
  • offline

Message » 22 Mai 2002 16:25

claram a écrit:il me semble que la musique de Jean de Florette et Manon des sources est inspirée de la Force du destin de Verdi.



Exact, il me semblait bien que cela venait d'une oeuvre classique mais je ne savais plus laquelle. Pourquoi j'ai parlé de "La Surprise" d'Haydn ? :oops:
RoroMinator
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 3983
Inscription Forum: 26 Oct 2001 2:00
Localisation: toulousecon !
  • offline

Message » 23 Mai 2002 13:55

Si vous voulez un vrai commentaire sur les symphonies de malher, allez ici:
http://mapage.noos.fr/vincent/index.html

Je pense qu'il ne faut pas systématiquement lier sa musique à la mort, le renoncement, etc. Sa maladie "incurable" (curable aujourd'hui), n'apparait que dans les derniers mois de sa vie, elle n'a rien à voir avec la 6 ou la 7e symphonie.
C'est plutot une crise psychologique liée à des problèmes familiaux (mort de la fille, echec du mariage), qu'on retrouve dans la 9e et le chant de la terre.
YETI
 
Messages: 1883
Inscription Forum: 21 Fév 2001 2:00
Localisation: Londres
  • offline

Message » 23 Mai 2002 14:07

Tidal de Fiona Apple, un magnifique CD. Excellent enregistrement en plus.
KHOI
 
Messages: 913
Inscription Forum: 12 Avr 2002 2:00
  • offline

Message » 23 Mai 2002 19:13

il me semble que la musique de Jean de Florette et Manon des sources est inspirée de la Force du destin de Verdi.

Inspirée? Un vrai plagiat tu veux dire! Scandaleux!
Alain :D
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 23 Mai 2002 19:23

Yeti : d'accord avec toi, raison pour laquelle je n'ai pas évoqué la maladie de Mahler. Un créateur n'a pas besoin nécessairement de savoir ou ressentir lui-même un sentiment particulier pour le mettre dans sa musique... Comme un interprète du reste.
Si une chanteuse ressentait ce que ressent la Maréchale dans le Chevalier à la rose... elle pleurerait, son rimmel coulerait et elle chanterait faux...
La maladie de Mahler lui a interdit de terminer sa Dixième Symphonie : c'est certain!
Le reste est toujours plus difficile à affirmer. IL y a tant d'exemples contraire.

Alain
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 23 Mai 2002 19:32

Oui pour Jean de Florette c'est normal, la B.o est signé Jean Claude Petit et ce mec , en plus d'être antipathique au possible, est un véritable escroc!
alterman
 
Messages: 1712
Inscription Forum: 25 Jan 2002 2:00
  • offline

Message » 23 Mai 2002 19:48

Alterman : tu as tout dit...
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 23 Mai 2002 22:07

Pour la 10e c'est certain ;)
Tu conseille quoi comme versions ?
J'aurais souhaité trouver juste l'adagio mais apparemment beaucoup d'interprétations utilisent la version complétée par Cooke.
J'ai entendu Rattle avec les berliner tu le trouve comment ?
YETI
 
Messages: 1883
Inscription Forum: 21 Fév 2001 2:00
Localisation: Londres
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD

 
  • Articles en relation
    Dernier message