Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 10 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

Est il encore possible de découvrir un disque absolu ?

Message » 06 Mar 2010 0:06

Hey, le Christian Scott, très bonne surprise pour moi. J'attends ton point de vue.

Je note les 2 talk talk.

Bis bald, Autrichon

Ah, un truc, fais gaffe aux troubles musculo-squelettiques, tu écris beacoup trop à l'ordinateur... :mdr: :mdr:

La configuration dans mon profil


PC Windows 10 streaming et FLAC sur DD / SMSL M500 / SPL Control 2 /2x Nuprime STA9 / Davis Monitor 1 /Mogami 3103HP.
Alternativement un intégré FDA Nubert Nuconnect Xamp
"Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir". Sviatoslav Richter.
Avatar de l’utilisateur
autrichon gris
Staffs Œuvres & Multimédia
Staffs Œuvres & Multimédia
 
Messages: 7852
Inscription Forum: 21 Oct 2009 14:18
Localisation: Strasbourg
  • offline

Annonce

Message par Google » 06 Mar 2010 0:06

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 06 Mar 2010 0:09

corsario a écrit:.. Mais pour faire mieux que Nils Petter Molvaer (par exemple), il va falloir se donner du mal quand même...


Tu as bon gout! Toi, je vais suivre tes recommandations aveuglement :mdr:
jj77
 
Messages: 2550
Inscription Forum: 06 Fév 2007 17:13
Localisation: Au bord du Loir
  • offline

Message » 06 Mar 2010 0:28

Nils Petter Molvaer


Qui sera au Festival de Jazz de Paris à Vincennes le 12 juin (date réservée dans l'agenda de mon HTC).






:wink:
syber
 
Messages: 11846
Inscription Forum: 30 Juil 2005 15:07
  • offline

Message » 06 Mar 2010 11:12

Merci corsario pour partager tes albums "ultimes"
je viens de découvrir ernest Ranglin c'est pile dans mes gouts, il finira dans mon panier.

Les talk talk j'avoue ne jamais avoir jeté d'oreille dessus, les préjugés ont la vie dure, pour moi ce nom évoque la pop 80 que je ne supporte plus.
Quand à Mark Hollis jamais entendu parler. :oops: :oops:
Je vais donc réparer tout ça.

Je n'ai jamais approché ma cdtek en me disant y a t'il un album ultime ou universel dans ces tours ??
Encore que, à bien y réfléchir, c'est un peu ce que je fais lorsque je reçois du monde et que je veux mettre un peu de musique. Trouver un disque consensuel relève de la gageure.
J'ai aussi essayé au travail, le midi à l'heure de déjeuner de faire découvrir des artistes, des genres bref de la musique aussi diversifiée que possible.
J'avoue avoir échoué lamentablement. Le petit nouveau du service (qui à mon age) me dit que j'ecoute de la musique de vieux et que c'est étonnant pour mon âge !!!!
Et de faire rire tout le monde, confirmation de la pensée de tous ??
et les amis meme reflexion mais sans la fin uniquement "Enig il écoute de la musique de vieux" (arf arf arf) :mdr:

Je ne le prends pas mal :-? effectivement si tout ce qui n'est pas musique électronique est pour les vieux j'avoue etre bon pour la maison de retraite.
Monk, Petruciani, Evans, toumani m'accompagneront :mdr: :mdr:
Ma démarche à la base rejoint ce que tu disais les plus belles découvertes sont celles qui viennent à nous par hasard. (C'est pareil en hifi d'ailleurs)
C'est ce constat qui m'a conduit à la réflexion (et au débat que l'on a déjà eu), les gens écoutent de moins en moins de musique, ou en tout cas de moins en moins diversifiée.
Bien sur j'ai oublié de dire que le seul cd qui a fait l'unanimité n'est pas tout jeune.
Stan Getz & João Gilberto !!
Juan del ancina s'il n'a pas fait l'unanimité a plus à quelques personnes.


Exit Keb mo, Roberto fonseca (j'etais pourtant sur de mon coup), Omar sosa, rokia traore, Buika, Fink, hadouk, salif keita, Carlotte & the machine etc...Je ne parle meme pas du Jazz
Meme Charlie Winston que j'ai apporté bien avant qu'il ne passe sur les ondes n'a pas plus.

Je ne parle pas des épisodes à la maison entre amis, car l'ambiance n'est pas à l'écoute de musique mais plutot aux bla-bla.

voilà pour montrer la difficulté voire l'impossibilité de trouver des albums "universels". quand meme le Stan Getz & João Gilberto on me le redemande et je n'aurai pas misé forcément sur celui ci.
Image
enigmatik
 
Messages: 533
Inscription Forum: 26 Nov 2008 9:11
Localisation: 78
  • offline

Message » 06 Mar 2010 12:28

enigmatik a écrit:Merci corsario pour partager tes albums "ultimes"


de rien ;)

Et il y en a d'autres. Peut-être dans vos goûts aussi. Ou peut-être pas...

enigmatik a écrit:Les talk talk j'avoue ne jamais avoir jeté d'oreille dessus, les préjugés ont la vie dure, pour moi ce nom évoque la pop 80 que je ne supporte plus.
Quand à Mark Hollis jamais entendu parler. :oops: :oops:
Je vais donc réparer tout ça.


Mark Hollis c'est le leader de Talk Talk.

Voici le début d'un article de Best de 1991, que je retraduis de l'anglais (!). J'ai en effet uniquement trouvé sa traduction anglaise sur le web :
Probablement pour mériter son statut de penseur de Talk Talk, Mark Hollis a réussi la performance étonnante de changer un groupe faiseur de tubes pour night club en un groupe de musique expérimentale. Il explique cette reconversion unique à Hervé Picart. L'itinéraire de Talk Talk reste totalement unique dans l'histoire du rock. D'habitude un groupe commence à attirer l'attention avec un certain type de musique qui confirme leur originalité. Pendant un certain temps ils essayent la marginalité et l'expérimentation underground et cette différence bien définie attire le succès. Ensuite ils se rapprochent de plus en plus des goûts du public, baissent d'un ton leur originalité, abandonnent leur originalité et finissent par rentrer dans le rang comme de gentils petits soldats.

Talk Talk a tout fait dans l'ordre inverse. Ils ont commencé par être un gentil petit groupe de New Wave, peu différent d'Ultravox au début. Et ils ont fini


Suit l'interview de Mark Hollis par Hervé Picart

L'accroche est sympa, mais quand on y pense, d'autres groupes ont suivi un peu le même parcours quand même: Le groupe Japan (emmené par David Sylvian) qui évolue de la pop (photo !) vers plus d'expérimental, et David Sylvian qui termine en solo, fait des albums ambient avec Holger Czukay (le fondateur de Can).
Et des albums très personnels ensuite (Blemish), très réussis avec Steve Jansens (Snow Borne Sorrow) et son dernier album que je n'ai pas encore écouté.

Ah, un autre exemple d'évolution, encore plus radical : Spring Heel Jack : très bon groupe de drum&bass que j'aimais beaucoup, qui était joué dans les rave, qui tapait dur. Et qui aujourd'hui (enfin, depuis presque 10 ans maintenant) est sur le label Thirsty Ear de Matthew Shipp et qui joue des musiques imrovisées mâtinées de free, d'ambient d'électro et de jazz, avec Wadada Leo Smith, William Parker, etc !!! J'ai trouvé ça génial, car j'écoutais aussi Matthew Shipp, David S. Ware & co, et boum, voilà deux univers qui se rencontrent.

Pour rire comparez la plage 3 de Busy Curious Thirsty (leur album de 1997) avec leur dernier album (2008), Songs and themes, en passant par tous ce qu'ils ont fait entre (Masses, Amassed, The sweetness of water, le Live) : chacun de leur album sur Thirsty Ear est différent et étonnant. Ce qui est extraordinaire c'est que j'aime tout ce qu'ils ont fait, depuis la d&b jusqu'au free en passant par le live improvisé, etc...

Par contre ils sont tout sauf universels :mdr:

Les interviews de Spring Heel Jack sont très très intéressantes en plus.

Et voici une chronique en français du live.

Ce projet supporté et encouragé par le tout jeune label Thirsty Ear est le résultat de la tournée anglaise en janvier 2003 du Spring Jack Heel des deux DJ anglais Ashley Wales et John Coxon auxquels se sont joints Han Bennink le Hollandais fou-volant sur sa drôle de batterie, la paire américaine inséparable du bassiste William Parker et du pianiste Matthew Shipp (ici au Fender Rhodes) et encore deux Anglais (pour faire bonne mesure) le saxophoniste Evan Parker et le guitariste John Spaceman. Une équipe mixte qui tente avec succès de regrouper l'électronique, les musiques improvisées en Europe et le free jazz pratiqué actuellement aux Etats-Unis.


Sauf que comme le disent avec raison Wales et Coxon (le duo de Spring Heel Jack) dans leur interview ci-dessus :

The reason the records we have made work well and are interesting to listen to, is that we haven't set ourselves up as propagandists for the electronic idea. Like DJ Spooky's idea of "21st Century Jazz"; It is propaganda and is irrelevant. Twenty-first centuries jazz exists without him or with him. It doesn't make any difference. Evan Parker will be blowing saxophone, and that is 21st century jazz. And if he lived to the 22nd century, it would be 22nd century jazz. Propagandising something smacks of record companies trying to sell records, and that is what I hate about it. The notion of new electronic jazz has got to be resisted. The truth has got to be told. It has got to be said that it is not something new.


et plus loin, dissant que les étiquettes, les classements en genre étaient inutiles et dangereux :

AW: You should be allowed to play whatever you want, whenever you want...

AAJ: ...without becoming "a movement."

JC: Movements are really dangerous.

AW: They fuck everything up. Look at punk. Not only did it become mainstream, it became a joke - the mohicans, the leather jackets. It becomes a tag to sell it, to get it into the mainstream.



Finalement le parcours de Talk Talk n'est pas si original que ça :mdr:

Si ces groupes (Talk Talk puis Mark Hollis en solo, Japan puis David Sylvian en solo (ou avec Steve Jansen) et Spring Heel Jack sont passionnants et que leurs albums sont souvent (pour moi) passionants également (et parfois ratés), attention, il ne s'agit pas de recommandations :mdr:


Pour revenir à Talk Talk ce qui est quand même unique par rapport aux autres c'est qu'ils étaient très connus, c'était des superstars, signés sur EMI, qu'ils pouvaient continuer comme ça et gagner plein d'argent. Et en 1988 ils ont fait tout le contraire. L'histoire avec EMI est très amusante (enfin, chez EMI ils ont du faire crises de nerf sur crise de nerf). En fait Talk Talk avait obtenu carte blanche pour leur nouvel album (vu les succès précédents, EMI ne pouvait pas leur refuser). Et puis le temps passait (et l'argent filait). Chez EMI on s'inquiétait : "Alors ?". Talk Talk : "Oui, oui, ça avance. Ca sera vraiment ambitieux, on a encore besoin de temps". Plus tard : EMI : "Alors, vous en êtes où ? On aimerait bien un petit single, pour passer sur les radios histoire de maintenir la pression, vous pourriez nous donner un petit single en attendant l'album ?". Talk Talk : "Ah. Oui mais non, en fait il n'y aura pas de single, les morceaux sont tous trop longs. Non, non, là il n'y a pas de single sur cet album". EMI : "............ Quoi ?!".Talk Talk : "Ne vous inquiétez pas, on avance, on avance.".
Plus tard, EMI s'inquiète encore : "Au fait, on aimerait quelques dates de concert, pour préparer la tournée tout ça. Qu'est-ce que vous prévoyez ?". Talk Talk :"Ah. Oui mais non :mdr: En fait une tournée live là ça ne va pas être possible, il y a des orchestrations qui seront impossible à restituer en live. Non désolé, mais pas de live là".
:mdr: :lol: Les pauvres chez EMI, ils ne s'en sont pas remis. Evidemment à la sortie de l'album grand succès critique et retentissant échec commercial ! Talk Talk viré de chez EMI. Polydor veut bien les prendre, mais il ne sait pas trop dans quelle division les signer (pop ? classique ? jazz ?). Finalement ils vont atterrir dans le jazz.

Un quote sur la manière dont "Spirit of Eden" a été enregistré :
Mark Hollis va également exploiter l'espace et laisser improviser les musiciens pendant des heures en placant des micros plus ou moins loin. L'enregistrement sera quasi-mystique. Ensuite avec Tim Friese-Greene il va faire des montages, garder ce qui l'intéresse, il va garder le meilleur de ce que les musiciens ont donné, en leur laissant une totale liberté.


(il faudrait que je retrouve la belle page web où toute l'histoire avait été racontée, c'était bien fait. Mais c'était une page web de 1999, ça ne va pas être facile...)
corsario
 
Messages: 2227
Inscription Forum: 01 Fév 2005 18:39
Localisation: Paris
  • offline

Message » 06 Mar 2010 14:42

Je partage le coté disque universel du Getz/Gilberto !

La configuration dans mon profil


PC Windows 10 streaming et FLAC sur DD / SMSL M500 / SPL Control 2 /2x Nuprime STA9 / Davis Monitor 1 /Mogami 3103HP.
Alternativement un intégré FDA Nubert Nuconnect Xamp
"Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir". Sviatoslav Richter.
Avatar de l’utilisateur
autrichon gris
Staffs Œuvres & Multimédia
Staffs Œuvres & Multimédia
 
Messages: 7852
Inscription Forum: 21 Oct 2009 14:18
Localisation: Strasbourg
  • offline

Message » 06 Mar 2010 16:40

je reprends dans l'esprit des disques inclassables, j'ai pensé à ce disque de Terry Callier: "What color is love"

Image

Il est certes beaucoup plus "classable" que les disques de Talk Talk, puisqu'il s'agit d'une musique qu'on pourrait caser dans la catégorie soul. Mais ce disque est assez unique par ses orchestrations à corde, par ses envolées très intenses et par ses moments de retombée dans une grande délicatesse où s'exprime complètement la fantastique voix de cet artiste.
Les chansons apparaissent après coup comme des classiques, même si on ne les connaissait pas juste avant.
écoutez les 1eres secondes du 3e titre "you goin' miss your candyman", ça vous rappellera peut-être quelque chose...

http://www.musicme.com/Terry-Callier/albums/What-Color-Is-Love-0602517829749.html


et si ça peut faire découvrir cet artiste incroyable qui a fait un paquet d'autres excellents albums (j'avais fait un sujet sur lui ici http://www.homecinema-fr.com/forum/viewtopic.php?f=7&t=29933510&start=0&hilit=terry+callier)
kora
 
Messages: 340
Inscription Forum: 18 Jan 2010 1:50
  • offline

Message » 06 Mar 2010 17:28

Bonjour Messieurs,

Je suis avec beaucoup d'intérêt votre discussion. Et j'écoute, et j'ai acheté:
- Fanamby
- Mark Hollis
- Tchamantché de Rokia Traoré

Merci en tout cas de m'avoir fait découvrir ces disques ou interprètes

A mon tour de citer mes disques "absolus"

- Sarah Vaughan - "After hours" c'est un disque que j'écoute sans lassitude depuis des années.

Assez curieusement un autre disque que j'écoute plus souvent qu'à son tour s'appelle également "after hours" cette fois ci par Jeanne Lee + Mal Waldron, à emporter sur une île déserte...

Ces 2 disques "afters hours" sont effectivement hors du temps, quand je les écoute il me semble que les minutes s'écoulent d'une autre façon....



-
SEM
 
Messages: 191
Inscription Forum: 06 Jan 2005 23:47
Localisation: STRASBOURG
  • offline

Message » 06 Mar 2010 22:09

enigmatik a écrit:Je n'ai jamais approché ma cdtek en me disant y a t'il un album ultime ou universel dans ces tours ??
Encore que, à bien y réfléchir, c'est un peu ce que je fais lorsque je reçois du monde et que je veux mettre un peu de musique. Trouver un disque consensuel relève de la gageure.
J'ai aussi essayé au travail, le midi à l'heure de déjeuner de faire découvrir des artistes, des genres bref de la musique aussi diversifiée que possible.
J'avoue avoir échoué lamentablement. Le petit nouveau du service (qui à mon age) me dit que j'ecoute de la musique de vieux et que c'est étonnant pour mon âge !!!!
Et de faire rire tout le monde, confirmation de la pensée de tous ??
et les amis meme reflexion mais sans la fin uniquement "Enig il écoute de la musique de vieux" (arf arf arf) :mdr:

Je ne le prends pas mal :-? effectivement si tout ce qui n'est pas musique électronique est pour les vieux j'avoue etre bon pour la maison de retraite.
Monk, Petruciani, Evans, toumani m'accompagneront :mdr: :mdr:
Ma démarche à la base rejoint ce que tu disais les plus belles découvertes sont celles qui viennent à nous par hasard. (C'est pareil en hifi d'ailleurs)


un seul conseil : change d'amis :lol: :mdr:
(et change de travail :P )

Sérieusement, dis-toi que ça arrive à tout le monde : quand j'étais jeune, et que j'écoutais, entre autre, de la techno dans les années 90, crois-moi, je passais pour un taré (ou un drogué au choix). Mes amis n'ont jamais compris ce que je trouvais à cette musique boum-boum ou musique de pédé, au choix, mais c'est pas grave : J'avais du handbag à fond sur l'autoradio dans la voiture (vous ne savez pas ce que c'était ? Un exemple de CD, ce qui devrais suffire à ce que jj77 retire à tout jamais ce qu'il a dit sur mon bon goût :mdr:) , j'écoutais radio FG, je sortais danser et tout allais bien. Et à cette époque heureuse, on pouvait écouter à la fois de la happy house, du hardcore, du d&b, de l'acid core, de l'underground techno, de l'IDM et personne (ou presque ou pas encore) dans les clubs ou les rave ne te disais que tu n'écoutais pas la bonne musique. Mais dans le même temps j'écoutais du free jazz (Cecil Taylor, David S. Ware) et bien sûr les personnes que je fréquentais sur les dance floor c'était probablement du bruit.
Et bien sûr j'allais voir João Gilberto et Caetano Veloso en concert et c'était le bon temps (il y avait certes toujours des gens pour dire que la bossa nova c'est de la musique d'ascenceur :mdr: )

Quand après je me suis mis à écouter des tonnes de salsa puis de zouk et de musique africaine puis brésilienne et cap-verdienne, forcément je n'étais pas à ma place non plus. Ayant été hétéro sur les dancefloor gay, puis blanc sur les dancefloor noir et créoles, tu vois finalement, ce qui t'arrives à toi avec tes amis qui te disent que tu écoutes de la musique de vieux, c'est plutôt léger :mdr:


enigmatik a écrit:C'est ce constat qui m'a conduit à la réflexion (et au débat que l'on a déjà eu), les gens écoutent de moins en moins de musique, ou en tout cas de moins en moins diversifiée.


personnellement je fais le constat inverse : grâce à internet il y a de plus en plus de personnes (et des personnes jeunes) qui écoutent toutes sortes de musiques, y compris la musique classique. C'est bien pour ça d'ailleurs que la musique est plus riche aujourd'hui qu'elle ne l'a jamais été (je ne parle pas en quantité bien sûr, mais de la qualité et de la variété de ce qui est bon). Dans les années 60, je pense que l'on pouvait être parfois en manque de bon disques. Aujourd'hui c'est l'inverse : c'est l'overdose. Si on considère tous les styles et tous les très bons albums à écouter, on est obligé de faire des choix.

Bon, on va pas se plaindre ! :mdr:

enigmatik a écrit:Bien sur j'ai oublié de dire que le seul cd qui a fait l'unanimité n'est pas tout jeune.
Stan Getz & João Gilberto !!


C'est sûr que si tu cherches le disque consensuel, tu vas trouver le meilleur disque possible avec le plus petit dénominateur commun.

Quelques disques parmis les absolus en bossa :


- João Gilberto : Tu as déjà cité le Getz/Gilberto par lequel on a tous commencé la bossa, mais au bout d'un moment la voix d'Astrud tu peux plus l'encadrer et le sax de Getz tu sens bien qu'il est finalement un peu hors sujet, alors tu cherches la bossa originale. Une sélection chez João himself : le live a Montreux est très bon, mais s'il faut un disque plus consensuel qui passe les années, je choisirai : Brasil (avec João Gilberto, Caetano Veloso, Gilberto Gil, Maria Bethania). Oups... Il est épuisé, même la réédition de 2007. Dommage. Bon, ben il reste les originaux historiques (Legendary - flûte, plus dispo non plus. Si sur amazon.com, mais à quel prix... Un commentaire : "This is my top #1 desert island disc" , j'approuve !) et le live de Montreux (Ah ben c'est pas vrai, il a disparu aussi celui-là ! Ah non, c'est juste amazon qui ne sait pas référencer ses disques : [url=http://www.amazon.fr/Live-Montreuxamosoro-João-Gilberto/dp/B000002H56]Montreuxamoroso[/url], c'est quoi ça ? Peut-être les deux albums pour le prix d'un ? Amoroso on peut s'en passer, mais le live, si on aime la bossa voix+guitare, c-à-d João Gilberto solo, c'est un must.).
- Marcio Faraco : l'essence de la bossa nova aujourd'hui. L'album le plus accessible : Ciranda, le plus beau : Interior, le plus dépouillé et le plus proche de la bossa nova : Invento. Une compilation de ces trois-là, ou simplement le premier, Ciranda, et c'est un disque absolu.


Ah, et pour tes amis. Essaye "Tribalistas" si tu n'as pas encore essayé. C'est quasi universel et c'est un album qui a déjà 8 ans et qui passera au moins les 10 ou 15 prochaines années. Et ils ne pourront pas dire que c'est de la musique de vieux :mdr:

Mon conseil pour terminer, issus d'années d'expérience en terrain musical hostile : quand je sens que l'auditoire ne sera pas raccord sur certains de mes goûts, je n'essaye même pas de les convaincre : je parle d'autre chose. Tant pis pour eux. Moi je prends mon pied. S'il y a des gens que la musique (ou certaines musiques) n'intéressent pas, on va pas se prendre la tête à essayer de leur faire aimer un truc auquel ils n'accrochent pas. Soit ils y viendront tout seul un jour, soit la musique c'est pas leur truc, c'est tout.

Je te jure, être passionné de techno au début des années 90, ça te blinde. Tu te fais une armure et tu laisses couler.

Ah, et j'oubliais, en plus d'être universel Tribalistas c'est parfait pour emballer :wink:
corsario
 
Messages: 2227
Inscription Forum: 01 Fév 2005 18:39
Localisation: Paris
  • offline

Message » 06 Mar 2010 22:42

AMHA la musique est un hobby très personnel, on ne peut pas parler pendant qu'on écoute de la musique.

Du coup ça ne me gène pas d'écouter de la musique de vieux... Toutes façons la musique de "pas vieux" c'est la bande FM : viewtopic.php?f=7&t=29933689
Loug
 
Messages: 3355
Inscription Forum: 22 Nov 2006 22:07
Localisation: Chez Ri
  • offline

Message » 07 Mar 2010 2:28

Vaut mieux ecouter de la musique de vieux que de la musique de m*rde :wink: :mdr:..

Des qu'on est un peu curieux et qu'on ecoute suffisemment de musique, les nombreux chefs d'oeuvres du passe s'imposent rapidement comme des indispensables.
Par exemple, depuis qques mois je decouvre la musique baroque et pradoxalement c'est un nouveau genre musical qui s'ouvre a moi avec son lot de surprises, d'etonnement admiratif et d'emotions en tous genres. Je vis l'exhaltation decrite par Corsario et pourtant la fin de la periode baroque, c'est 1750!
jj77
 
Messages: 2550
Inscription Forum: 06 Fév 2007 17:13
Localisation: Au bord du Loir
  • offline

Message » 07 Mar 2010 5:01

corsario a écrit:Si un disque nous fait dresser les poils c'est qu'il est nouveau pour nous (mais pas trop) et qu'on est transporté.
[...]
Si c'est un disque que l'on réécoute souvent, alors il ne fait plus dresser les poils comme la première fois, c'est impossible. Il est toujours aussi bon, on l'aime toujours autant, mais c'est autre chose.


Tiens, pour illustrer ta remarque, voici un graphique de mes frissons musicaux :

Image

corsario a écrit:Personnellement j'ai eu la chance d'apprécier la techno et les rave et d'être jeune dans les années 90 : c'était super excitant.


Pareil... je garde précieusement un enregistrement d'une rave de 1993 où les DJ avaient été invités à mixer toute la nuit sur une radio avant de faire la rave le lendemain. Plein de trucs du label EyeQ. Je ne m'en suis jamais lassé. Souvenirs pas universels pour un sou, parce qu'ils sont associés à des souvenirs Image

corsario a écrit:D'ailleurs pour quelqu'un qui a 20 ans aujourd'hui, en occident, je ne sais pas s'il y a un nouveau style, vraiment nouveau je veux dire, qui est en train de se créer. Ce n'est pas si fréquent.


J'ai pris le train en route, après Enya et Loreena McKennit, mais il y a eu le style "celtique". Cela donne encore aujourd'hui des trucs surprenants, comme Dizzi Dulcimer ou Cécile Corbel.

corsario a écrit:Et il y a sûrement des gens qui ne sont pas touchés par Mozart (pas assez riche rythmiquement) ou par Bob Marley (pas assez riche harmoniquement voire mélodiquement). En tout cas Les Beatles et les Stones, pour moi si ça n'avait pas existé ça aurait été pareil. Donc vraiment dur le concept d"universel !


Ben les quatre que tu cites, moi ça me laisse de glace. Mais bon, il paraît que j'ai toujours eu des goûts bizarres.

Mais à force de citer les grands, je m'aperçois qu'on a oublié un disque universel. Extraits de Wikipedia : "Surnommée l'« Astre d'Orient », elle est considérée, plus de trente ans après sa mort, comme la plus grande chanteuse du monde arabe." "...considérée comme l'une des plus belles chansons [de son] répertoire" : Oum Kalsoum - Al Atlal.
Paroles.

corsario a écrit:quoi ? L'irruption du quart de ton dans la musique populaire occidentale ? Ce n'est pas très punk ça; j'aimerais bien, mais je n'y crois pas...


Moi aussi j'aimerais bien. Mais ce serait plutôt de la musique "savante" occidentale, parce que la maîtrise de ces intervalles n'est pas à la portée du premier joueur de pipeau venu. D'ailleurs, le fait qu'on appelle ça des "quarts de tons" montre bien notre inculture. En fait, le quart de ton n'existe pas. Les intervalles sont arbitraires et appris à l'oral exclusivement, en écoutant et répétant les notes jouées par le maître. Le quart de ton est une notation de solfège utilisée en musique arabe pour mettre sur le papier une approximation de mélodie. Les Turcs utilisent le neuvième de ton, ou comma.

D'ailleurs, as-tu remarqué les intervalles dans la vidéo d'Oum Kalksoum ? Je n'avais jamais remarqué qu'ils n'étaient pas normaux avant de le savoir. C'est flagrant sur certains maqams, mais là, c'est subtil.

corsario a écrit:Ah j'avais oublié. Une chanson universelle : "Angelina" de Sweet Talks. C'est du high-life ghanéen des années 70. Ce rythme tellement souple, ce solo de guitare, si vous voulez retrouver un sourire intérieur, passez-vous cette chanson, c'est que du bonheur (écouter).

Pour moi en tout cas. Depuis 15 ans ça marche :D

Et sur vous ????....

Pas évident...


Ben... je suis hérmétique à ce style. Cela ne m'est ni indifférent ni rébarbatif... Artistiquement étranger, en quelque sorte.

Sinon, j'aime bien ta distinction universel <> ultime. Un morceau sûrement pas universel, mais carrément ultime est sans aucun doute X Japan - Art of Life. Complètement intellectuel, avec plusieurs niveaux de lecture.
Au premier degré, c'est un morceau-fleuve avec un duo de piano de taré, bien dans l'esprit rock contestataire.
Au second degré, on apprécie la complexité de la partie de batterie, la synchro entre les deux guitaristes, la complexité des mélodies, le piano caché sous la scène...
Au troisième degré, on analyse l'utilisation de la polyrythmie, on identifie les parties de la 8e de Schubert qui ont été reprises dans cette partition et comment elles ont été réorchestrées...
Au quatrième degré, on analyse les rapports entre le texte de la chanson et le duo de piano, particulièrement dans le live de 1993. Comment le second piano représente le personnage de la chanson (colère, folie, douleur) face au monde extérieur, représenté par le premier piano (ordre, répétition, ennui conduisant à l'aliénation et au lavage de cerveau)...
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 7907
Inscription Forum: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • offline

Message » 07 Mar 2010 10:56

intéressante la tournure du débat ultime vs universel !

Je ne connais pas X Japan, et je vais essayer de trouver ça. Pour moi le morceau typique ultime de musique occidentale c'est le koln concert de Jarrett, intellectuel, avec juste ce qu'il faut de tutoiement des étoiles (les 20 premières minutes) et d'émotion pour flirter avec l'universel (enfin presque).

Oui, Oum Kalsoum, comme Edith Piaf, sont universelles. Pourquoi ? Des thèmes simples et universels (amour, trahison, joie, tristesse, ...) de l'émotion en barrique (mélodies faciles, voix en or, phénomène d'adulation...).

La configuration dans mon profil


PC Windows 10 streaming et FLAC sur DD / SMSL M500 / SPL Control 2 /2x Nuprime STA9 / Davis Monitor 1 /Mogami 3103HP.
Alternativement un intégré FDA Nubert Nuconnect Xamp
"Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir". Sviatoslav Richter.
Avatar de l’utilisateur
autrichon gris
Staffs Œuvres & Multimédia
Staffs Œuvres & Multimédia
 
Messages: 7852
Inscription Forum: 21 Oct 2009 14:18
Localisation: Strasbourg
  • offline

Message » 07 Mar 2010 11:13

Quarts de ton et musique occidentale ça me fait penser à Ibrahim Maalouf
Image
Sur ma wishlist depuis longtemps, pas encore acheté.

Concernant les chanteurs orientaux, la première fois que j'ai entendu A Vava Inouva j'ai eu la chair de poule, j'aime toujours autant cette chanson que je trouve sublime.
http://www.youtube.com/watch?v=JCpc7ch4nd4


L'universel c'est celui qui touche le plus de monde, non?
En France le recordman des ventes c'est Tino Rossi : 300 millions (pour le monde entier bien sûr)
En Russie Alla Pugacheva aurrait vendu entre 75 et 250 millions d'album.
Garth Brooks a vendu 128 millions d'album aux seuls Etats Unis.

Je n'ai aucun des album dans la liste ci dessous :oops: :mdr:
Les 10 Albums les plus vendus de tous les temps dans le monde
1. Thriller – Michael Jackson – 108 millions d’exemplaires
2. Back in Black- AC/DC – 42 millions d’exemplaires
3. The Bodyguard soundtrack – Whitney Houston/Various artists – 42 millions d’exemplaires
4. Their Greatest Hits – the Eagles
5. Saturday Night Fever – the Bee Gees/Various Artists – 40 millions d’exemplaires
6. Dark Side of the Moon – Pink Floyd – 40 millions d’exemplaires
7. Bat Out of Hell – Meat Loaf – 37 millions d’exemplaires
8. Come on Over – Shania Twain – 36 millions d’exemplaires
9. Sgt. Pepper’s Lonely Hearts Club Band – the Beatles – 32 millions d’exemplaires
10. Falling Into You – Celine Dion – 32 millions d’exemplaires
Loug
 
Messages: 3355
Inscription Forum: 22 Nov 2006 22:07
Localisation: Chez Ri
  • offline

Message » 07 Mar 2010 11:33

j'ai thriller, back in black (enfin mon fils en fait), dark side, sgt pepper's et je ne connais pas shania twain :o !

C'est clair que MJ période thriller est probablement universel. J'ai vu des boutiques à sa gloire de Pékin à Dubaï ! Je retiens une chanson de MJ, Don't stop still you get enough, une tuerie disco/funk/rock imparable, avec des arrangements Jonesiens inégalés.

Je fais d'ailleurs une parenthèse sur ce que Libération a appelé le phénomène "baby rock". La toute dernière génération (10 - 15 ans, mes enfants, quoi) qui découvrent le rock grâce à you tube (et à papa), et qui mélange dans un joyeux fourre tout historico pagaille, Jimi Hendrix et ses guitares enflammées, Les Beatles, Ac/DC, Pink Floyd, Chuck Berry et j'en passe, mettant tout ce petit monde sur une même ligne de départ !

Moi j'en suis encore avec la larme à l'oeil d'avoir vu jeune ado préboutonneux, Chuck Berry au festival de jazz de Nice à Cimiez, déjà vieillissant, en 1978 (plus ou moins un an), juste après Fats Domino, et avant Lionel Hampton !! Je garde de ces séances à Cimiez un souvenir ému et une découverte du jazz qui me poursuit encore aujourd'hui

J'ai écouté des extraits du ibrahim maalouf, m'a fait l'effet d'écouter quelque chose de déjà entendu, je me suis donc abstenu à l'achat.

La configuration dans mon profil


PC Windows 10 streaming et FLAC sur DD / SMSL M500 / SPL Control 2 /2x Nuprime STA9 / Davis Monitor 1 /Mogami 3103HP.
Alternativement un intégré FDA Nubert Nuconnect Xamp
"Je déteste deux choses: l'analyse et le pouvoir". Sviatoslav Richter.
Avatar de l’utilisateur
autrichon gris
Staffs Œuvres & Multimédia
Staffs Œuvres & Multimédia
 
Messages: 7852
Inscription Forum: 21 Oct 2009 14:18
Localisation: Strasbourg
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD

 
  • Articles en relation
    Dernier message