Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: napa et 13 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

Gabriel Fauré: la musique de chambre

Message » 24 Avr 2003 10:22

Bonjour! :)

J'aimerais ouvrir une filière sur la musique de chambre de Gabriel Fauré. J'espère que les connaisseurs de cette musique sauront nous renseigner sur les meilleures interprétations.

Pour ma part, je viens d'écouter un disque que je trouve merveilleux. C'est celui que Paul Tortelier a enregistré avec Jean Hubeau (Erato 2292-45660-2).

Les deux morceaux de bravoure sont la première sonate pour violoncelle et piano de Fauré et celle de Debussy. J'ajouterais aussi l'Elégie de Fauré, à peine moins inspirée et inspirante.

La sonate de Debussy est enthousiasmante. Une musique enivrante, ponctuée de clins d'œil cocasses et qui ne se prend pas trop au sérieux.

Mais le morceau qui m'a touché, c'est la première sonate de Fauré, tout empreinte d'une belle nostalgie. Un morceau qui doit aussi son charme à ce que son pathos communicatif soit rehaussé d'une inventivité certaine. Le passage médian de l'allegro final, avec ses coups d'archet scandés piano est particulièrement jubilatoire.

Tortelier joue comme un prince. Il fait montre d'une maîtrise souveraine, s'approprie la musique avec comme si elle affectait la force d'une évidence. Et quel vibrato! Il développe une sonorité riche de sentimentalité, mais exposée avec une retenue qui ne fait le fait jamais franchir la limite de l'extraversion. C'est superbe.

Le regret que je formulerais, c'est que Tortelier tire la couverture à soi et que le pauvre Hubeau passe un peu par perte et profit face à la splendeur du violoncelle. Pourtant, il joue avec doigté! Il suffit de l'écouter dans Debussy, où il se libère un peu. Mais, peut-être son plus grand mérite est d'avoir su s'effacer derrière la grandeur de son partenaire, sans jamais lui manquer de soutien.

Ah, Oui! Encore une chose! La prise de son est remarquable en dépit de son âge (1962). Ça souffle un peu, mais quel relief, quelle aération!

Que pensez-vous de ce disque? Avez-vous des recommandations à faire sur les sonates pour violoncelle et piano de Fauré et plus généralement sur sa musique de chambre?

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10914
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Annonce

Message par Google » 24 Avr 2003 10:22

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 24 Avr 2003 17:23

Scytales a écrit:Bonjour! :)

J'aimerais ouvrir une filière sur la musique de chambre de Gabriel Fauré. J'espère que les connaisseurs de cette musique sauront nous renseigner sur les meilleures interprétations.

Pour ma part, je viens d'écouter un disque que je trouve merveilleux. C'est celui que Paul Tortelier a enregistré avec Jean Hubeau (Erato 2292-45660-2).

Les deux morceaux de bravoure sont la première sonate pour violoncelle et piano de Fauré et celle de Debussy. J'ajouterais aussi l'Elégie de Fauré, à peine moins inspirée et inspirante.

La sonate de Debussy est enthousiasmante. Une musique enivrante, ponctuée de clins d'œil cocasses et qui ne se prend pas trop au sérieux.

Mais le morceau qui m'a touché, c'est la première sonate de Fauré, tout empreinte d'une belle nostalgie. Un morceau qui doit aussi son charme à ce que son pathos communicatif soit rehaussé d'une inventivité certaine. Le passage médian de l'allegro final, avec ses coups d'archet scandés piano est particulièrement jubilatoire.

Tortelier joue comme un prince. Il fait montre d'une maîtrise souveraine, s'approprie la musique avec comme si elle affectait la force d'une évidence. Et quel vibrato! Il développe une sonorité riche de sentimentalité, mais exposée avec une retenue qui ne fait le fait jamais franchir la limite de l'extraversion. C'est superbe.

Le regret que je formulerais, c'est que Tortelier tire la couverture à soi et que le pauvre Hubeau passe un peu par perte et profit face à la splendeur du violoncelle. Pourtant, il joue avec doigté! Il suffit de l'écouter dans Debussy, où il se libère un peu. Mais, peut-être son plus grand mérite est d'avoir su s'effacer derrière la grandeur de son partenaire, sans jamais lui manquer de soutien.

Ah, Oui! Encore une chose! La prise de son est remarquable en dépit de son âge (1962). Ça souffle un peu, mais quel relief, quelle aération!

Que pensez-vous de ce disque? Avez-vous des recommandations à faire sur les sonates pour violoncelle et piano de Fauré et plus généralement sur sa musique de chambre?


Un beau disque, oui. Hubeau était plus un compositeur-pianiste qu'un vrai pianiste. Professeur de musique de chambre au conservatoire, il a formé quantité de musiciens à cette discipline qu'il maitrisait parfaitement. Mais bon, c'était un pianiste un peu quelconque (comme compositeur :( ).

Sinon, il faut connaître les deux quatuors avec piano. Le premier très schumanien, romantique a connu plusieurs enregistrements remarquables dont l'un mené par Gilels, avec Rostropovitch au violoncelle, Kogan au violon et Barchai (plus sur pour lui) à l'alto est absolument génial : un grand classique.

Le second, de la dernière période de Fauré, est plus abscons, difficile à appréhender, mais le mouvement lent enferme l'une des plus belles phrases d'alto qui soit. La version? Là je me gratte la tête. Je vais chercher et éditerait.

Les deux sonates pour violon accusent la même dissemblance. La première très romantique, la seconde tortueuse, compliquée...
Gérard Poulet chez Arion : splendide. le finale de la première sonate est d'une virtuosité, d'une vivacité scotchantes.

Les deux quintettes : encore la même chose : chez EMI excellente version... je vois la pochette mais j'ai oublié les interprètes...


A noter que le mouvement lent d'une des deux sonates pour violoncelle, celui de la première je crois, a été orchestré pour un orchestre d'harmonie et a servi de musique pour le transfert des cendres de Napoléon au panthéon.

La dernière oeuvre de Fauré est son quatuor à cordes. Une pièce étrange, splendide, éteinte, automnale dont le premier mouvement est indescriptible de beauté sereine. Plein de versions : je ne l'ai jamais entendu mal joué... Une vieille version historique par le Quatuor Pro Arte, je crois, est indescriptible de beauté (EMI, introuvable).

Alain :wink:
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 30 Avr 2003 12:49

Merci pour ces suggestions, haskil. :)

En fait, j'ai découvert les sonates pour violon et piano avec le disque de Grumiaux et de Crossley, chez Philips. Mais je n'ai accroché ni aux œuvres, ni à l'interprétation, sans pouvoir affirmer que ma gêne à l'égard de celles-là est due à celle-ci. Je pense que ces sonates sont d'une moindre inspiration que celles pour violoncelle et piano. Mais peut-être des interprètes plus engagés, prenant plus de risques au niveau des contrastes de dynamique, de caractère, mettant un peu plus d'agogie dans leur jeu me changeront mon regard. :P

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10914
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Message » 30 Avr 2003 13:42

moi j'avoue avoir été subjugué, quand j'étais gamin, par une apparition de Rubinstein au Grand Échiquier de Chancel. Il a joué le scherzo du 1er quatuor, mais je ne me souviens plus avec quels autres instrumentistes....

j'ai essayé à l'époque d'entrouver une version en 33T. Et la seule que j'ai pu trouver c'était celle de Marguerite Long et je pense que c'était notamment avec Thibaud et je ne sais plus quel violoncelliste.... Je n'ai jamais retrouvé cette version en CD.

par contre, vient d'être rééditée la version Rubinstein-Guarneri que j'aime énormément. Celle chez Erato avec Hubeau me semble moins nerveuse, plus sage, mais l'avantage de ce coffret c'est qu'il contient une bonne partie de la musique de chambre de Fauré.....

le 1er quatuor avec Guillels, Rostro et Kogan, ça doit péter....
Invité
 
Messages: 1455
Inscription Forum: 23 Mar 2000 2:00
  • offline

Message » 30 Avr 2003 18:26

BrunoLev a écrit:moi j'avoue avoir été subjugué, quand j'étais gamin, par une apparition de Rubinstein au Grand Échiquier de Chancel. Il a joué le scherzo du 1er quatuor, mais je ne me souviens plus avec quels autres instrumentistes....

j'ai essayé à l'époque d'entrouver une version en 33T. Et la seule que j'ai pu trouver c'était celle de Marguerite Long et je pense que c'était notamment avec Thibaud et je ne sais plus quel violoncelliste.... Je n'ai jamais retrouvé cette version en CD.

par contre, vient d'être rééditée la version Rubinstein-Guarneri que j'aime énormément. Celle chez Erato avec Hubeau me semble moins nerveuse, plus sage, mais l'avantage de ce coffret c'est qu'il contient une bonne partie de la musique de chambre de Fauré.....

le 1er quatuor avec Guillels, Rostro et Kogan, ça doit péter....



Oui le Rubinstein est splendide! vraiment splendide meilleur qu'Hubeau! Et les russkofs ça pulse...

Alain :wink:
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD

 
  • Articles en relation
    Dernier message