Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Google Adsense [Bot] et 16 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

Keith Jarrett The Koln Concert

Message » 19 Déc 2002 15:59

odev a écrit:Bonjour,
Suite aux critiques véhémentes à propos des solos de Keith Jarrett, j'ai ressorti de l'ombre les concerts de Koln et la Scala. Au bout de quelques minutes du Koln, je me suis mis à penser à un enfant essayant d'attirer l'attention "He m'sieur regarde comme le joue du piano". C'est parfois miévre et naïf. Mais cela sait être beau. Musique trés accessible, voire facile. Si je ne me suis pas vraiment ennuyé, j'ai tout de même été déçu par rapport au souvenir que j'en avais.
Ensuite, promenade en compagnie de Bud Powell, Bill Evans, puis Monk (Monk Alone : formidable). Et c'est vrai qu'à coté de ce trio divin Jarrett fait plutôt penser à Cleyderman! Chocking!!
Alors pour me rassurer, écoute de Jarrett en trio : Standard live, Whisper not. Là c'est excellent. Ouf l'honneur est sauf. Stop Jarrett ? non je continue.
odev


Nous sommes fondamentalement d'accord! En trio, Jarrett ne peut pas ne pas écouter les autres, leur répondre et ils se donnent mutuellement beaucoup de talent les trois... En fait, le vrai Jarrett, qui n'est pas un minus, est là en trio... bien que ce ne soit pas son versant qui l'a rendu le plus célèbre.

Mais Monk est pour moi quasi inécoutable tant il est émouvant dans son soliloque avec un clavier qui lui échappe tant qu'il y arrache des lambeaux d'âme à force de s'oublier lui-même pour mieux parler à tous les hommes.

La différence entre le génie, celui de Monk, et un grand talent, celui de Jarrett, est là : dans le refus de la représentation de soi.

M'enfin, ce que j'en dis...

Alain :wink:
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Annonce

Message par Google » 19 Déc 2002 15:59

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 19 Déc 2002 19:24

haskil a écrit:Mais Monk est pour moi quasi inécoutable tant il est émouvant dans son soliloque avec un clavier qui lui échappe tant qu'il y arrache des lambeaux d'âme à force de s'oublier lui-même pour mieux parler à tous les hommes.

La différence entre le génie, celui de Monk, et un grand talent, celui de Jarrett, est là : dans le refus de la représentation de soi.

M'enfin, ce que j'en dis...

Alain :wink:


Que ça me fait plaisir de lire ça, surtout venant d'un éminent spécialiste du piano dit classique :P . Pourquoi ? parceque Monk est un génie qui m'a toujours fasciné et c'est par lui qu'a commencé mon amour pour le jazz.
Et que MONK est une énigme, une anomalie pour beaucoup de gens et je me suis fait ma petite théorie à son sujet.
Ce qui cloche, c'est le piano...Monk joue effectivement avec un piano, mais l'erreur serait de le considérer comme un pianiste car il n'en est pas un,du moins au sens habituel, le piano n'est pas pour lui un instrument de musique mais l'instrument (au 1er sens du terme) de sa pensée musicale.
Le juger en tant que pianiste, n'a pour moi pas de sens.
La musique qu'il exprime est tellement personnelle que tout s'imbrique. sa technique instrumentale est ausi personnelle que ses compositions. Bref, il s'est inventé la technique instrumentale, totalement et uniquement adaptée à traduire sa pensée musicale. Ceci se vérifie en deux temps, il suffit d'écouter du monk joué par par un autre pianiste, plus virtuose au sens classique et pourtant ça ne marche jamais vraiment. Par contre écoutez Monk jouer un standard..ça devient du Monk :o .
Par contre quelle personnalité et quelle expressivité, avec cet art et incomparable de vous ploger dans son univers idetifiable dès la première note frappée sur son clavier.
Misterioso :wink:
blounote
 
Messages: 4817
Inscription Forum: 11 Juin 2002 18:08
Localisation: 40 - DAX
  • offline

Message » 19 Déc 2002 20:59

haskil a écrit:Mais Monk est pour moi quasi inécoutable tant il est émouvant dans son soliloque avec un clavier qui lui échappe tant qu'il y arrache des lambeaux d'âme à force de s'oublier lui-même pour mieux parler à tous les hommes.

La différence entre le génie, celui de Monk, et un grand talent, celui de Jarrett, est là : dans le refus de la représentation de soi.

M'enfin, ce que j'en dis...

Alain :wink:


Ouh lààààà, c'est très bien dit....

Mais bon, ça commence à aller loin dans le délire là....

Ahhhh les dissertations des critiques musicales. Où vont ils chercher tout ça....

blounote a écrit:Que ça me fait plaisir de lire ça, surtout venant d'un éminent spécialiste du piano dit classique :P . Pourquoi ? parceque Monk est un génie qui m'a toujours fasciné et c'est par lui qu'a commencé mon amour pour le jazz.
Et que MONK est une énigme, une anomalie pour beaucoup de gens et je me suis fait ma petite théorie à son sujet.
Ce qui cloche, c'est le piano...Monk joue effectivement avec un piano, mais l'erreur serait de le considérer comme un pianiste car il n'en est pas un,du moins au sens habituel, le piano n'est pas pour lui un instrument de musique mais l'instrument (au 1er sens du terme) de sa pensée musicale.
Le juger en tant que pianiste, n'a pour moi pas de sens.
La musique qu'il exprime est tellement personnelle que tout s'imbrique. sa technique instrumentale est ausi personnelle que ses compositions. Bref, il s'est inventé la technique instrumentale, totalement et uniquement adaptée à traduire sa pensée musicale. Ceci se vérifie en deux temps, il suffit d'écouter du monk joué par par un autre pianiste, plus virtuose au sens classique et pourtant ça ne marche jamais vraiment. Par contre écoutez Monk jouer un standard..ça devient du Monk :o .
Par contre quelle personnalité et quelle expressivité, avec cet art et incomparable de vous ploger dans son univers idetifiable dès la première note frappée sur son clavier.
Misterioso :wink:


Bon, je n'ai pas le verbe aussi facile que vous, et exprime plus difficilement mes impressions .... :cry:

J'ai la sensation que l'on confond ici joyeusement plusieurs aspects, liés les uns aux autres et pourtants distincts:

(interprêtation perso)

Le style de jeu : L'empreinte sonore personnelle de l'artiste, identifiable instantanément. Se façonne, se forge.

La maitrise technique de l'instrument : qui bien sûr n'est pas innée. S'apprend et se travaille tous les jours. A force de travail acharné tout le monde peut devenir bon technicien. Peu peuvent prétendre à devenir excellents...

L'inspiration : L'âme de l'artiste. Capacité à la traduire en notes. Ne s'apprend pas, mais évolue au cours de la carrière de l'artiste, au contact du monde extérieur, d'autres musiciens, de l'air du temps.

L'improvisation : Moyen d'expression de l'inspiration. Se cultive :wink: . Mais sans prédisposition (don), un improvisateur médiocre ne deviendra jamais brillant. C'est en ce sens que cette technique ne s'apprend pas.

Il est clair que les artistes cités plus haut excellent dans tous ces domaines.

Au delà de tous ces aspects, je répète que seules comptent les notes:
Tout Monk n'est pas excellent, comme tout Jarrett n'est pas excellent non plus. Leur style est différent, et incomparable chacun dans leur domaine.

J'ai d'ailleurs tendance à penser d'une manière générale qu'établir un quelconque classement de valeur entre des artistes de cette trempe est vain....
Rogntudju
 
Messages: 387
Inscription Forum: 21 Sep 2002 19:28
Localisation: Neuilly sur Seine
  • offline

Message » 19 Déc 2002 23:16

ce post est décidément de plus en plus intéressant et tes relances n'y sont pas étrangères :wink:

J'ai d'ailleurs tendance à penser d'une manière générale qu'établir un quelconque classement de valeur entre des artistes de cette trempe est vain....


Il y a quand même une différence fondamentale entre ces deux là : Monk restera à la postérité comme un compositeur très original et avant-gardiste, jerrett restera un instrumentiste

Aussi, relis bien les interventions précédentes et tu verras que ce qui nous "gène" a Haskil comme à moi, c'est l'aspect pompeux et le manièrisme démonstratif de Jarett en solo. Depuis le début, on conseille de préférer ses enregistrements en trio, et de très loin.
La comparaison avec Monk est intéressante, car très révélatrice et extrêmement paradoxale, et ce qui suit va peut-être t'étonner.

Monk a appris le piano, il a commencé jeune a suivi des cours à la julliard scholl et jouait du piano et de l'orgue dans les églises. c'était un perfectionniste. Ses ruptures rythmiques, dissonnaces étaient étudiées au millimètre et d'ailleurs sa carrière en témoigne, presque tous ses thèmes ont été produits dans la première partie de sa carrière et ensuite il n'a pas cessé de les retravailler de les peaufiner tout en restant fidèle à la mélodie des thèmes. Ce qui caractérise monk c'est sa dicrétion, il était comme un autiste, tout à sa musique et n'a jamais dévié (musicalement), et même lorsqu'il a été sideman c'est les solistes qui rentraient dans son univers et pas l'inverse, qu'il s'agisse de coltrane de rollins ou de mulligan...excusez du peu. Miles davis, qui avait un égo puissant et un style radicalement opposé s'était opposé à monk a qui il demandait de ne pas jouer pendant ses chorus, justement à cause de cette forte empreinte qu'imprime le jeu de monk sur le rendu rendu du morceau (la fameuse séance prestige). La plupart des thèmes de Monk sont aujourd'hui des standards.

Jarret a eu une formation de multi instrumentiste, une de ses originalités reconnues est justement d'avoir transposé au piano des techniques issues de la guitare, le picking. il a fait un peu de tout avant de devenir un iconditionnel du piano acoustique. Passons l'histoire, et ses errance du côté de chez Bach, pour en arriver au grand trio avec peacok et de johnette qui a atteint une cohésion exceptionnelle, là c'est du bon, n'y revenons pas.
Le problème, pour moi (là c'est une opinion) la technique pianistique de Keith lui est un peu montée à la tête à la suite du Köln concert, qui a eu un grand succès commercial gràce à son caratère planant qui avait trouvé le public idéal en pleine période baba cool. cet album est d'ailleurs peu prisé des spécialistes du jazz qui lui préfèrent de loin, Facing You. Moyennat quoi, je perçois une certaine mégalomanie dans ses oeuvres solo. Il en fait une grande théorie expliquant qu'il se promène sur son clavier un son en appelant un autre....etc. Bon :-? au bout, j'ai l'impression qu'on veut m'en mettre plein la vue, mais le nombrilisme rend tout ça très ennuyeux et indigeste...burp :wink: La formule du trio, lui convient mieux car elle le pousse à la concision et à l'expressivité et non plus à la démonstration.

Pour moi donc le message véhiculé par ces deux hommes est de nature très différente :
Monk dit : j'ai une musique à vous faire entendre..écoutez la.

Jarrett dit : je suis un grand pianiste écoutez moi.

PS je rappelle que j'aime beaucoup le trio de jarrett et facing you. je n'aurais jamais cru que je balancerai tout ça sur jarret un jour, meis il faut bien forcer un peu le trait pour faire passer le message. :D
blounote
 
Messages: 4817
Inscription Forum: 11 Juin 2002 18:08
Localisation: 40 - DAX
  • offline

Message » 20 Déc 2002 10:50

blounote a écrit:ce post est décidément de plus en plus intéressant et tes relances n'y sont pas étrangères :wink:

J'ai d'ailleurs tendance à penser d'une manière générale qu'établir un quelconque classement de valeur entre des artistes de cette trempe est vain....


Il y a quand même une différence fondamentale entre ces deux là : Monk restera à la postérité comme un compositeur très original et avant-gardiste, jerrett restera un instrumentiste

Aussi, relis bien les interventions précédentes et tu verras que ce qui nous "gène" a Haskil comme à moi, c'est l'aspect pompeux et le manièrisme démonstratif de Jarett en solo. Depuis le début, on conseille de préférer ses enregistrements en trio, et de très loin.
La comparaison avec Monk est intéressante, car très révélatrice et extrêmement paradoxale, et ce qui suit va peut-être t'étonner.

Monk a appris le piano, il a commencé jeune a suivi des cours à la julliard scholl et jouait du piano et de l'orgue dans les églises. c'était un perfectionniste. Ses ruptures rythmiques, dissonnaces étaient étudiées au millimètre et d'ailleurs sa carrière en témoigne, presque tous ses thèmes ont été produits dans la première partie de sa carrière et ensuite il n'a pas cessé de les retravailler de les peaufiner tout en restant fidèle à la mélodie des thèmes. Ce qui caractérise monk c'est sa dicrétion, il était comme un autiste, tout à sa musique et n'a jamais dévié (musicalement), et même lorsqu'il a été sideman c'est les solistes qui rentraient dans son univers et pas l'inverse, qu'il s'agisse de coltrane de rollins ou de mulligan...excusez du peu. Miles davis, qui avait un égo puissant et un style radicalement opposé s'était opposé à monk a qui il demandait de ne pas jouer pendant ses chorus, justement à cause de cette forte empreinte qu'imprime le jeu de monk sur le rendu rendu du morceau (la fameuse séance prestige). La plupart des thèmes de Monk sont aujourd'hui des standards.

Jarret a eu une formation de multi instrumentiste, une de ses originalités reconnues est justement d'avoir transposé au piano des techniques issues de la guitare, le picking. il a fait un peu de tout avant de devenir un iconditionnel du piano acoustique. Passons l'histoire, et ses errance du côté de chez Bach, pour en arriver au grand trio avec peacok et de johnette qui a atteint une cohésion exceptionnelle, là c'est du bon, n'y revenons pas.
Le problème, pour moi (là c'est une opinion) la technique pianistique de Keith lui est un peu montée à la tête à la suite du Köln concert, qui a eu un grand succès commercial gràce à son caratère planant qui avait trouvé le public idéal en pleine période baba cool. cet album est d'ailleurs peu prisé des spécialistes du jazz qui lui préfèrent de loin, Facing You. Moyennat quoi, je perçois une certaine mégalomanie dans ses oeuvres solo. Il en fait une grande théorie expliquant qu'il se promène sur son clavier un son en appelant un autre....etc. Bon :-? au bout, j'ai l'impression qu'on veut m'en mettre plein la vue, mais le nombrilisme rend tout ça très ennuyeux et indigeste...burp :wink: La formule du trio, lui convient mieux car elle le pousse à la concision et à l'expressivité et non plus à la démonstration.

Pour moi donc le message véhiculé par ces deux hommes est de nature très différente :
Monk dit : j'ai une musique à vous faire entendre..écoutez la.

Jarrett dit : je suis un grand pianiste écoutez moi.

PS je rappelle que j'aime beaucoup le trio de jarrett et facing you. je n'aurais jamais cru que je balancerai tout ça sur jarret un jour, meis il faut bien forcer un peu le trait pour faire passer le message. :D


Dans mes bras mon frère!
Et bravo pour ta synthèse en tout point remarquable!

Alain :wink:
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 20 Déc 2002 10:50

blounote a écrit:Monk dit : j'ai une musique à vous faire entendre..écoutez la.

Jarrett dit : je suis un grand pianiste écoutez moi.


Il est clair que je suis désarmé pour débattre sur ce terrain... :(

Ma culture musicale n'étant de toute évidence pas aussi développée que les votres, j'accepte cette position et la comprend, à la lecture de ta démonstration. :wink:

Cependant, je me place plutôt dans la peau du gars qui place un CD dans la platine, et écoute. Tout simplement.

Au risque de me répéter (promis c'est la dernière fois...) seul le résultat sonore compte, seule l'émotion ressentie à ce moment est importante.
Le reste n'est que secondaire... même si ce débat reste fort intéressant.

Se pose t on toutes ces questions en écoutant le CD? Pas moi en tout cas.

Se demande t on si l'artiste en question a engendré une descendance artistique? Alors là je m'en fout royalement.

Perso, j'ai accroché tout de suite à ce concert. Il y a certes du très bon comme du moins bon, mais globalement j'apprécie beaucoup.
Ce n'est d'ailleurs que des semaines après l'avoir acheté que j'ai découvert qu'il s'agit d'une impro. Et là j'étais quand même scié :o :o

Cela reste un disque très recommendable, un classique dans la discographie solo de Jarrett avec effectivement Facing you.

Les puristes trouveront à redire (il y a toujours à redire), mais qu'importe: moi j'aime. :wink:
Rogntudju
 
Messages: 387
Inscription Forum: 21 Sep 2002 19:28
Localisation: Neuilly sur Seine
  • offline

Message » 20 Déc 2002 10:56

Rogntudju écrit :

Les puristes trouveront à redire (il y a toujours à redire), mais qu'importe: moi j'aime.

Et tu as mille fois raison! Même si le mot puriste ne me convient pas : je suis fondamentalement un impur en musique. Et dans certaines autres choses aussi! Je hais la notion de pureté. Elle est émétique.

Alain :wink:
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 20 Déc 2002 14:59

Dans mes bras mon frère!


Merci Haskil, très honoré d'être adoubé de la sorte :oops:

Cependant, je me place plutôt dans la peau du gars qui place un CD dans la platine, et écoute. Tout simplement.


Dans le mille émile :wink: , ça je ne sais pas faire effectivement. Je serais beaucou plus riche dans ce cas :(
C'est plus fort que moi, Je ne conçois pas un cd comme un objet musical unique, mais comme le fragment de l'oeuvre globale d'un artiste. Je suis un curieux assoiffé de connaissance. J'ai d'ailleurs la même attitude pour les BD et la littérature. Quand je tombe sur un truc qui me plait, je veux toujours en savoir plus, qui est ce musicien pourquoi il fait ça d'ou il vient ou il va? ...etc. Je ne pense pas avoir un disque isolé dans ma discothèque ça dévie vite sur une quasi intégrale, quel que soit le genre de la pop au classique en passant par le baroque le jazz ou la bonne chanson.
En BD là pas de demi-mesure c'est l'intégrale ou rien, même pour les Gaston :wink:

Les puristes trouveront à redire (il y a toujours à redire), mais qu'importe: moi j'aime.


Je suis bien d'accord avec ça quand même, :wink:
toutefois je te rassure je suis très loin d'être un puriste. Pour la culture, le mot est bien grand, c'est simplement le résultat de longues années de passion, à écouter beaucoup de musiques,autrement dit l'expérience, un privilège de l'age quoi. :roll:
blounote
 
Messages: 4817
Inscription Forum: 11 Juin 2002 18:08
Localisation: 40 - DAX
  • offline

Message » 02 Nov 2003 19:31

Ah, que ça fait plaisir de lire des échanges comme ceux-ci !

Je découvre que je ne suis pas le seul que le Köln Concert emm... (je me demande si j'ai pu l'écouter une seule fois en entier).
Et je découvre aussi la culture jazzistique étendue d'haskil et de blounote (c'est sûr, le pseudo n'est pas dû au hasard ;)) au passage.
Ninja40
 
Messages: 1526
Inscription Forum: 22 Aoû 2002 16:37
  • offline

Message » 02 Nov 2003 22:13

Ninja40 a écrit:Ah, que ça fait plaisir de lire des échanges comme ceux-ci !

Je découvre que je ne suis pas le seul que le Köln Concert emm... (je me demande si j'ai pu l'écouter une seule fois en entier).
Et je découvre aussi la culture jazzistique étendue d'haskil et de blounote (c'est sûr, le pseudo n'est pas dû au hasard ;)) au passage.


Nicolas, de Blounotte c'est certain : c'est une encyclopédie sensible du jazz !

Moi, pas du tout : je ne me fie en écoutant qu'à mon instinct, à mes oreilles et à mon bagage musical. Mais je ne connais quasi rien au jazz. Du reste, je n'arrive pas à trouver en quoi, par exemple, tant de CD solos de Jarrett sont tenus pour du jazz. Faudra qu'on m'explique un jour.

Alain :wink:

La configuration dans mon profil


"Le coq qui chante le plus fort n'est pas celui qui vit le plus longtemps", proverbe que j'ai inventé le 12 juillet 2019. Libre de droits : ha ha ha !
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56532
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 02 Nov 2003 22:25

Alors tu approches le jazz comme moi, sauf que visiblement, tu en connais un rayon bcp plus long que moi (çan'est pas très difficile, tu vas me dire).
Ninja40
 
Messages: 1526
Inscription Forum: 22 Aoû 2002 16:37
  • offline

Message » 07 Nov 2003 20:15

Merci !!! :D

Eh oui, je n'ai que ça à dire.
Je n'ai qu'un faible culture musicale, je débute à peine à écouter du jazz... donc je ne participe généralement pas au post, mais je les lis.

Et celui-là entre autres est génial : des avis francs et sincères, des gens pas toujours d'accord, mais ça reste courtois et ça fait à la fois avancer le schmilblick et progresser les nuls (comme moi) et peut-être même les autres.

En clair tout ce que j'attends d'un forum.
Et surtout à l'opposé de certains messages assez tristes du forum matériel (qui ont d'ailleurs fait que je ne le lis plus).

En tout ca, re-merci, et continuez à m'aider :wink:

Mat
mat35
 
Messages: 144
Inscription Forum: 26 Avr 2003 14:42
Localisation: Vitré (35)
  • offline

Message » 16 Avr 2004 1:28

Bonsoir,

Je n'ai pas la prétention de juger des artistes qui eux ont pris la peine de se mettre a nu devant nous.

A titre personnel, je n'ai jamais résisté à plus de 3 minutes des élucubrations germaniques de l'un quand les enregistrements de l'autre peuventt encore me faire passer des nuits blanches.

Merci néanmoins à eux deux d'avoir dépassé leur crainte de ce que le public pourrait dire.

Je crains malheureusement que la différence entre un Jarrett et un Monk soit la suivante :

Du premier, seuls ses contemporains se souviendront peut etre, tandis que l'autre aura marqué de son empreinte inoubliable l'histoire du piano dans le jazz.




Udayan
Dernière édition par Udayan le 16 Avr 2004 21:07, édité 1 fois.
Udayan
 
Messages: 653
Inscription Forum: 25 Sep 2003 15:14
Localisation: Centre - Loir et Cher
  • offline

Message » 31 Aoû 2005 1:25

Quels sont donc les disques de Monk pour découvrir son immense talent d'improvisateur, svp ?
Pyjam
 
Messages: 3709
Inscription Forum: 30 Mai 2004 14:27
Localisation: À l’Ouest
  • offline

Message » 31 Aoû 2005 7:31

Salut pyjam,
Monk est tellement spécial que je ne sais pas si l'on peut parler de talent d'improvisateur: qui sait s'il n'avait pas tout préparé dans sa tête au moment d'improviser (impros fascinantes mais souvent concises du reste)? alors que Jarrett, et je le crois, affirme qu'il (Jarrett) peut vraiment commencer un concert solo sans savoir ce qui va se passer (il a quelques schémas préconçus sans doute), et les idées se développent au fur et à mesure, avec transitions progressives.

Là ou Monk a du génie, et le mot génie semble avoir été inventé pour lui, c'est dans la composition. Ou dans la monkisation complète des compositions d'autrui lorsqu'il s'empare de ... Tea for Two ou de n'importe quoi d'autre en fait, et ceci dès l'exposition du thème :idee:

Mais attention, si tu ne connais pas et que tu commences à écouter du Monk, et s'il s'immisce entre tes oreilles, tu te prépares à un voyage irréversible, il faut le savoir, car c'est une drogue qui peut être dure. Certaines de ses mélodies peuvent te hanter plusieurs jours d'affilée :o .

Tiens, une lecture indispensable, très bien écrite par un musicien qui pense: le "Monk" de Laurent de Wilde, répondra à toutes tes questions, en exposant entre autre en détail le contexte de ses enregistrements majeurs, pour moins de 6 Euros :D :
http://www.amazon.fr/exec/obidos/ASIN/2 ... 38-2494547

Sinon j'ai un faible pour ces disques par exemple, mais tout est bon chez Monk, du début à la fin (même si les enregistrements de Londres me touchent un peu moins):

Straight, No Chaser:
http://www.amazon.com/exec/obidos/tg/de ... ce&s=music
Attention ce disque Columbia a le même nom que le disque de compils de la B.O. du film du même nom donc :mdr:
=> Ecoute la première minute du morceau "Straight, No Chaser" justement, et réecoute la ensuite en prétant attention à ce qu'il fait à la main gauche, notamment à partir de la 45 ième seconde lorsqu'il doit accompagner le sax: c'est tout simple, techniquement n'importe quel pianiste peut le faire, harmoniquement simplissime, mais personne n'a pensé ou osé faire ça pour accompagner un sax, ni en fait ne PEUT le faire exactement comme ça, du Monk craché quoi, et on en redemande! :lol:

Brilliant Corners:
http://www.amazon.com/exec/obidos/tg/de ... ce&s=music
Ecoute Pannonica (il a voulu à tout prix jouer sur un celesta qui trainait au fond dans le studio) pour rentrer dans son monde magique.
Pour moi ce morceau a été la clé (joué par un autre pianiste d'ailleurs, la puissance des compos dépassant les interprétations).

cdlt,
GBo
Dernière édition par GBo le 01 Sep 2005 21:15, édité 4 fois.
GBo
 
Messages: 3377
Inscription Forum: 03 Avr 2002 2:00
Localisation: RP 78
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD

 
  • Articles en relation
    Dernier message