Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: le schtroumph grunge et 14 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

La 6e Symphonie de Tchaïkovski : comment l'entendons-nous ?

Message » 16 Nov 2004 10:44

Voilà… dès vendredi 19 novembre ce thread recevra les notes de vos écoutes de cette formidable symphonie.

N'oubliez pas les relevés du temps d'après votre lecteur, pour les passages dont vous vous voudriez que nous parlions, cela facilitera les échanges et nous serons tous sûrs de nous entretenir du même passage. Et cela vous évitera des descriptifs alambiqués pour situer le moment… entrez directement dans votre propos ou votre questtion !



Pour ceux qui découvrent ce sujet, voici le lien avec les motivations de ce thread :

www.homecinema-fr.com/forum/viewtopic.p ... #168369189


Les télécommandes des lecteurs CD et les claviers d'ordinateurs vont être "pitonnés" furioso vendredi…

Dans l'attente de nous lire tous…

Gilles
Dernière édition par Gilles R le 20 Déc 2004 18:49, édité 1 fois.
Gilles R
 
Messages: 1485
Inscription Forum: 09 Juin 2004 15:34
Localisation: Ile-de-France
  • offline

Annonce

Message par Google » 16 Nov 2004 10:44

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 19 Nov 2004 20:51

C'est l'heure… C'est parti !

Aller… c'est comme au bord de mer… mouillez vous une bonne fois et vous verrez l'eau est bonne…
Vous n'êtes pas obligé de tout dire en une fois… Il suffit d'amorcer la conversation.
Parler de l'enchaînement des mouvements par exemple…

Avec impatience…

Cordialement avec vous

Gilles
Gilles R
 
Messages: 1485
Inscription Forum: 09 Juin 2004 15:34
Localisation: Ile-de-France
  • offline

Message » 19 Nov 2004 22:15

Alors il faut bien que quelqu'un fasse trempette avec le bout de son doigt de pied en premier : je m'y colle et j'ouvre le bal des valses viennoises à 5 temps :wink:

Il y aura plein de choses à dire, alors pour faire court et rebondir sur la suggestion de Gilles, je ne proposerais qu'une remarque générale au sujet du 3° mouvement.
Les scherzos m'ont toujours paru un simple passage obligé, un peu du remplissage en somme. A chaque écoute de cette symphonie, je me fais également cette même réflexion... mais au bout d'un certain moment, lorsque le mouvement avance, Tchaikovsky arrive à m'emmener plus loin et ça devient passionnant : c'est empli d'une vraie vie toute foisonnante.

Note : je découvre cette musique. Ce n'est pas ce que j'écoute habituellement...

@+
blue dream
 
Messages: 1346
Inscription Forum: 26 Jan 2004 10:24
  • offline

Message » 19 Nov 2004 22:35

Hello,

comme je te l'ai dit, je veux encore l'écouter 2-3 fois. Cela dit, en rentrant ce soir, je l'ai écouté et j'ai pris quelques notes. Alors, tant pis pour toi, je te livre quelques impressions.

Mais avant tout, je demande l'indulgence du jury :mdr: , bon et puis, il parait que le ridicule ne tue pas :mdr: .

Tout d'abord, l'impression générale : une oeuvre grandiose, dans laquelle j'ai le sentiment que Tchaikovski n'a pas composé que des "associations" de notes, des "harmoniques", bref une musique. Non, on sent qu'il EST dans sa symphonie, elle transpire de sentiments humains profonds, violents, tourmentés ...

Tout au long de cette symphonie, j'ai des images, un film, qui viennent se superposer à la musique. Je ne ressens que des émotions (souvent fortes, violentes). Je ne parlerais donc pas de technique (j'en suis incapable, de toute façon :D ) ou de rythmes, de tempo, de césures ... Non, chez moi, cela réveille des émotions, c'est donc uniquement de cela que je parlerai

Premier mouvement :

Assez surprenant. Alternance de passages joyeux, gais, insoucients, légers (exemple vers 1'20 ou 2'02 ou 2'36), avec des passages mélancoliques (1'15 - 4'12 - 7'40).

Cela dit, dès le début, on sent qu'il va se passer des choses terribles, comme si le "mal" était là, sournois, rampant comme un serpent en attendant le moment favorable pour agir ...

Tout ce premier mouvement est une partie de ping-pong, une lutte entre le "bien" et le "mal", la joie et la tristesse, la gaité et la mélancolie.

Vers 9'29, on se dit, ça y est le mal se montre, attaque, vers 10'42, il redouble d'intensité comme une déferlante, rebelotte vers 11'23 jusqu'au "combat final" (la lutte intérieure des émotions ?) vers 12'12 où l'on sent déjà qui sera le vainqueur :(

13'29 ça y est, c'est fini, le mal a vaincu ...

Et bien non, nouveau rebondissement à 13'54, mais empreint quand même de mélancolie sur un rythme de valse (14'30)

Mais de 16'28 à 17'39, on sent qu'il s'agit là d'un dernier sursaut, d'une agonie. Le crépuscule arrive, la nuit tombe.

Fin du premier mouvement

Bilan : un peu déconcertant quand même cette succession/alternance de noirceur, tourment, désespoir et de légèreté, insouscience, le tout quand même sur fond de mélancolie.

Est-ce le reflet de la vie qui n'est elle même qu'alternance de moments gais et de chagrins ?

Voilà, j'arrête là pour l'instant 8) (il reste quand même 3 mouvements !!!).

Est-ce ce que tu attendais ou suis je complètement hors sujet, limite ridicule :-? :mdr: .

Suis je trop loin d'une "analyse musicale" (musicologique, si le terme existe :-? ) ?

Doit-on plus parler du rythme, du timing, des instruments ... ?

Bref, dis moi, et je réviserais alors mon écoute/analyse en fonction de te conseils, tes attentes :D

Carbo :wink: (un peu mort de trouille et de honte :oops: :mdr: )
carbo
 
Messages: 1864
Inscription Forum: 16 Juin 2003 13:04
  • offline

Message » 19 Nov 2004 23:12

carbo a écrit:[...]Cela dit, dès le début, on sent qu'il va se passer des choses terribles, comme si le "mal" était là, sournois, rampant comme un serpent en attendant le moment favorable pour agir ...

Tout ça est très bien dit et c'est exactement ce que je ressens aussi!
carbo a écrit:Et bien non, nouveau rebondissement à 13'54, mais empreint quand même de mélancolie sur un rythme de valse (14'30) (...)

C'est un p'tit détail mais je compte plutôt 4 temps sur ce mouvement de 13:49 à 17:40 du track #3.

A demain!
cdlt,
GBo
GBo
 
Messages: 3377
Inscription Forum: 03 Avr 2002 2:00
Localisation: RP 78
  • offline

Message » 19 Nov 2004 23:27

GBo a écrit:
carbo a écrit:Et bien non, nouveau rebondissement à 13'54, mais empreint quand même de mélancolie sur un rythme de valse (14'30) (...)

C'est un p'tit détail mais je compte plutôt 4 temps sur ce mouvement de 13:49 à 17:40 du track #3.

A demain!
cdlt,
GBo


Tu as probablement raison, je n'y connais rien en technique, rythme :oops: :-? :D . Disons que je voulais dire "sur un rythme qui me fait penser à une valse, une danse ... quelque chose de "tourbillonnant" (désolé pour les termes employés, mais je vous avais prévenu :mdr: )

Carbo :wink:
carbo
 
Messages: 1864
Inscription Forum: 16 Juin 2003 13:04
  • offline

Message » 19 Nov 2004 23:35

Encore une fois c'est pô grave, et je me retrouve bien dans ton texte! Je m'y colle ce week-end.
GBo
 
Messages: 3377
Inscription Forum: 03 Avr 2002 2:00
Localisation: RP 78
  • offline

Message » 19 Nov 2004 23:35

@ Carbo : je trouve tes remarques très pertinentes, ne t'excuse de rien...

@ GBo : "en général" une valse est à 3 temps, c'est vrai. Mais on a ici un 2° mouvement complet qui est une "valse" à 5 temps !!! (d'où mon jeu de mot dans mon premier message). C'est d'ailleurs assez génial, cette impression de décalage, de glissement permanent. On patine encore plus sur la piste de danse qu'avec une "vraie" valse. Voilà qui va rassurer Carbo :wink:
blue dream
 
Messages: 1346
Inscription Forum: 26 Jan 2004 10:24
  • offline

Message » 19 Nov 2004 23:41

Non, Carbo parlait de la fin de la piste #3 (il a un nom au fait ce mouvement de 4 minutes qui ne m'a pas l'air "Allegro non troppo"?), il n'a pas encore commenté la vraie-fausse valse en 5/4 de la piste #4 (Allegro con grazia), je comptais rien dire là dessus mais puisque tu en parles, je me suis fait justement un tour de rein sur le temps en moins en esquissant quelques pas avec ma dulcinée :-? .
GBo
 
Messages: 3377
Inscription Forum: 03 Avr 2002 2:00
Localisation: RP 78
  • offline

Message » 19 Nov 2004 23:54

:mdr:

Alors puisqu'on est sur le thème du "qui me fais penser à ", cette symphonie me laisse assez perplexe. Elle est à la fois extrêmement personnelle (les tourments et les sautes d'humeur décrits par Carbo), et tout aussi nourrie d'influences très diverses.
On entend les steppes d'asie centrale. Mais on a également les étendues finlandaises et les marines tourmentées de Sibelius, le romantisme tardif des poèmes symphoniques de Richard Strauss... et puis des clins d'oeil très brefs à Mozart et à Offenbach. L'interprétation très vivante met en relief les interventions des vents, et des cuivres en particulier, avec ce quelque chose de légèrement faux (non tempéré) qui souligne les accents folkloriques (non péjoratif) à certains moments (C'est magnifique... avec en prime ces violons et ces altos qui arrachent les larmes !!). (Mais attention, j'ai l'impression que ces références disparaissent au fur et à mesure des écoutes. La symphonie gagne peu à peu son propre terrain). Est-ce voulu par Tchaikovsky ? Ou c'est moi qui suis influencé ?
blue dream
 
Messages: 1346
Inscription Forum: 26 Jan 2004 10:24
  • offline

Message » 20 Nov 2004 0:20

Moi j'y entends des références à Malher plutôt, mais ça doit être ... une erreur :lol:
J'ai remarqué aussi que les cuivres étaient un peu "faux" (un peu en dessous?). Ce n'est pas génant, au contraire, ces cuivres, car ce qu'ils jouent et comment ils le jouent, ça me met la tête complètement à l'envers! KO dès la première écoute! on y reviendra car j'ai des questions pour Gilles sur certains passages qui me semblent musicalement incroyablement modernes (à mon oreille de jazzeux!).
Le plus remarquable de ces cuivres de Leningrad, c'est quand même le timbre. Qu'est -ce que c'est que ce son????? :o jamais entendu ça sur disque en classique, jamais. C'est du brut de brut, saturé à mort. Ils ont l'air mixé très en avant en plus, ce qui fait que les lignes jouées sont très lisibles, plus que les bois, par moment c'est trop (est-ce mixé où cela sonnait t'il naturellement comme ça ? en tout cas c'est quasiment idem sur la version de Mravinsky des années 80 sur Erato avec l'orchestre du même nom (version souvent moins brillante il faut l'avouer, on pourra y revenir).
C'est ça le son russe? j'aime.
Surtout quand on juxtapose cette sauvagerie avec le velouté à se damner des violons du dernier mouvement (#6), miam miam!!! :D (alors que là, les cordes de la version d'Erato sont vraiment plus filiformes, sans saveur ni odeur en comparaison).

cdlt,
GBo
Dernière édition par GBo le 20 Nov 2004 0:42, édité 1 fois.
GBo
 
Messages: 3377
Inscription Forum: 03 Avr 2002 2:00
Localisation: RP 78
  • offline

Message » 20 Nov 2004 0:39

Mahler, c'est justement ces cuivres aux accents de fanfare, mais ici, il n'y a pas ce côté "j'ai passé mon enfance à côté d'une caserne militaire" comme chez Mahler.
blue dream
 
Messages: 1346
Inscription Forum: 26 Jan 2004 10:24
  • offline

Message » 20 Nov 2004 1:01

carbo a écrit:Est-ce ce que tu attendais ou suis je complètement hors sujet, limite ridicule

Suis je trop loin d'une "analyse musicale" (musicologique, si le terme existe ) ?

Doit-on plus parler du rythme, du timing, des instruments ... ?

Bref, dis moi, et je réviserais alors mon écoute/analyse en fonction de te conseils, tes attentes



Mon cher carbo,

je ne m'attends à rien de précis… mais avec blue dream tu as le courage de te lancer.
Ton écoute s'est orientée vers une première opposition, celle des émotions : le gai, l'insoucience… contre la tristesse, la mélancolie. C'est très souvent au début ce que l'on en dit.
Cette dualité d'états est ce que tu ressens. La musique n'est que des sons ou que des bruits.
Que ce passe t-il pour qu'un mode d'expression simplement sonore puisse communiquer tout un éventail d'émotions.

C'est par une forme d'analyse formelle que nous pouvons essayer d'éclaircir ce mystère.
Dès ce soir, je vous donne quelques clefs pour commencer une analyse musicale sans qu'il y ait besoin de connaissances particulières de sa théorie. Ce qui n'empêchera pas qu'un peu plus loin nous rentrions dans l'analyse plus conventionnelle.

Il y a plusieurs approches d'analyses :

1) l'analyse par "l'écoute réduite"
Pour cette écoute prenez un seul passage d'une trentaine de secondes à une minute, qui vous à le plus ému (par exemple). Et là vous devez repérer les éléments du discours, ou "objet musicaux".
Entendre dans quel registre les éléments individuellement se situent : "grave" médium" ou "aigu".
Les éléments sont ils joués individuellement faiblement ? moyennement fort ? fortement ? très fortement ?
Leur timbre global est il doux ? rugueux ? brillant ? acide ? éclatant ?
Leur texture est elle lisse en tenue ? rythmée ? mélismatique ? tremblée ?
Leur profil est-il ascendant ? stable ? descendant ?
leur course est elle rapide ? moyenne ? lente ?
La profondeur du profil est-il court ? moyen ? long ?
La course particulière des éléments (s'il se répètent) monte t-elle ? descend-elle ? reste t-elle stable ?
La course grossit elle d'intensité ? diminue t-elle ?
La course créé t-elle une tension ou créé t-elle une détente ?

Observez les différence d'évolution des courses des éléments.

Aidez-vous d'un croquis pour repérer le sens ascendant ou descendant des éléments et des courses de leurs évolutions.

2) L'analyse des contrastes ou des oppositions entre les mouvements ou dans l'articulation d'un passage.
Comme dans l'analyse précédente, en écoute réduite, trouvez entre les mouvements les oppositions que l'on perçoit par les contrastes de leurs éléments principaux.
Les contrastes peuvent-être du genre :
grave / aigu
faible / fort
doux / rugueux, mat / brillant
lisse / rythmée, tenue / ponctuel
ascendant /descendant
rapide / lent
court / long
tremblé / fixe
complexe / simple
tendu / détente
etc...

Vous pouvez faire la même analyse sur un passage d'une trentaine de secondes où se situe une articulation, c'est à dire un changement brusque de l'écriture (commencez l'analyse pour que l'articulation se trouve au milieu).

Pour toi, personnellement carbo, prends un des passages dont tu as relevé le temps et essais s'il te plait l'analyse par l'écoute réduite.
Tu vois il n' y a pas de terme de technique musicale.

Est-ce plus clair ?

Je vous prie d'excuser ces conseils qui viennent déjà rapidement… mais mon but n'est pas de faire passer un test ici, mais il est plutôt d'orienter vers une écoute un peu plus fine.
Inutile de faire mijoter nos amis dans un jus qu'ils pourraient ressentir comme mauvais et pris dans une perspective floue.

Mais vous pouvez réagir… sans ignorer que je n'exclus absolument pas l'analyse plus traditionnelle… mais inadaptée ici. Un peu plus loin nous y reviendrons s'il le faut.

J'attends vos réactions et vos essais d'analyses selon ces modes d'écoutes. Mais vous pouvez avoir bien sûr une autre démarche.

Bien cordialement à tous.

Courage :wink:

Gilles
Gilles R
 
Messages: 1485
Inscription Forum: 09 Juin 2004 15:34
Localisation: Ile-de-France
  • offline

Message » 20 Nov 2004 1:08

Bonsoir Gbo,

Le temps que je me colle à ce petit guide d'écoute… vous avez déjà établi des échanges.

Il est déjà un peu tard pour que j'y réponde ce soir… mais vous aurez déjà l'occasion de lire ma proposition et vous pourrez très vite me dire ce que vous en pensez (après un petit essai à blanc, si possible).

Aller…

À bientôt.

Gilles
Gilles R
 
Messages: 1485
Inscription Forum: 09 Juin 2004 15:34
Localisation: Ile-de-France
  • offline

Message » 20 Nov 2004 9:48

La musique n'est que des sons ou que des bruits.
Que ce passe t-il pour qu'un mode d'expression simplement sonore puisse communiquer tout un éventail d'émotions.

LA grande question !!!
Partis comme on l'était hier soir, on n'avait aucune chance d'arriver à éclaircir un tant soit peu ce mystère :mdr:
Mais il faut être guidé pour ça. Et tu es bien l'homme de la situation :wink:
blue dream
 
Messages: 1346
Inscription Forum: 26 Jan 2004 10:24
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD

 
  • Articles en relation
    Dernier message