Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

Les termes musicaux que vous voudriez connaitre

Message » 19 Oct 2004 13:43

Tout d'abord, tu aurais pu me remercier de t'avoir remercié de m'avoir remercié de te dire merci 8)

Ensuite, cela me fait plaisir de t'avoir fait plaisir :wink:

N'oublions pas d'en reparler :)

A +

Eric
Le Blaireau
 
Messages: 940
Inscription Forum: 21 Juin 2003 7:21
Localisation: Limoges
  • offline

Annonce

Message par Google » 19 Oct 2004 13:43

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 19 Oct 2004 14:24

PascalBé a écrit:Des chanteurs comme Alfred Deller ou Andreas Scholl sont donc des Haute-contre ?

Si j'ai bien compris :oops:


Oui Pascal tu as bien compris. Ces deux chanteurs sont des Haute-contre.
Si tu fais attention, haute contre veut dire "contre-haut" soit en italien "contralto"…
Il n'y a plus qu'à conclure que…

Pour revenir à Alfred Deller, tu dois connaitre, mais je te recommande pourtant un CD avec ce haute-contre qui est un "tube", il s'agit de "music for a while" de Henry Purcell. C'est un recueil de musiques de scènes et de chansons, très bien enregistré. Les interprètes sont… je donne quelques noms : Wieland Kuijken, William Christie… une leçon de musique (CD Harmonia mundi).

Gilles
Gilles R
 
Messages: 1485
Inscription Forum: 09 Juin 2004 15:34
Localisation: Ile-de-France
  • offline

Message » 19 Oct 2004 15:27

après les voix, pourrais-tu nous définir les principales formes musicales instrumentales classiques et leur structure :

prelude, fugue, sonate, suite, variations, concerto, symphonie et j'en oublie surement 8)

merci

Blounote :wink:
blounote
 
Messages: 4817
Inscription Forum: 11 Juin 2002 18:08
Localisation: 40 - DAX
  • offline

Message » 19 Oct 2004 16:02

Gilles R a écrit:
PascalBé a écrit:Des chanteurs comme Alfred Deller ou Andreas Scholl sont donc des Haute-contre ?

Si j'ai bien compris :oops:


Oui Pascal tu as bien compris. Ces deux chanteurs sont des Haute-contre.
Si tu fais attention, haute contre veut dire "contre-haut" soit en italien "contralto"…
Il n'y a plus qu'à conclure que…

Merci :wink:

Pour revenir à Alfred Deller, tu dois connaitre, mais je te recommande pourtant un CD avec ce haute-contre qui est un "tube", il s'agit de "music for a while" de Henry Purcell. C'est un recueil de musiques de scènes et de chansons, très bien enregistré. Les interprètes sont… je donne quelques noms : Wieland Kuijken, William Christie… une leçon de musique (CD Harmonia mundi).

C'est un des 2 seuls que je possède de lui avec celui des cantates BWV54 et 170 + Agnus deï dirigé par Leonhardt chez Vanguard !
Une voix magnifique même si je pense à la longue préférer celle d'Andreas Scholl :wink:
PascalBé
 
Messages: 172
Inscription Forum: 09 Déc 2003 16:55
  • offline

Message » 19 Oct 2004 20:56

cow2 a écrit:J'ai volontairement mélangé les termes, car j'ai deux autres questions :
- a-t-on idée de la tessiture des castras ? Sait -on s'il y avait des castras type 'colorature' ou type 'mezzo'


Je ne suis pas expert en "castrat"… mais je crois que la tessiture des castrats était celle du soprano féminin. Maintenant à savoir si il y avait des soprano "coloratur", probablement dans la virtuosité, mais dans la tessiture, la morphologie différente en ce qui concerne les résonnateurs, devait toutefois ne pas permettre la même aisance que les sopranos femmes pour les notes les plus hautes. Mais il y avait probablement des cas exceptionnels comme Farinelli, virtuose qui eut des succès dans toute l'Europe (XVIIIe siècle).
Le timbre du castrat était différent du timbre du soprano féminin, justement parce qu'il y a cette différence de résonnateurs. Le timbre devait être plus doux, plus rond, moins tendu… cela ne doit pas être une légende… les voix étaient sûrement magnifiques.

- à quel niveau se recoupe les tessitures hommes et femmes ?
I y a-t-il un chanteur qui chante réguilèrement en voix de tête avec la tessiture d'une soprano ?


La tessiture aigue du contralto coincide sur plus d'une octave avec le registre grave du 1er ténor, c'est à dire du sol2 (2 lignes en dessous de la portée en clef de sol) au la 3 (le la au milieu de la clef de sol).

L'alto homme et le haute-contre chantent avec la voix de tête.

Salut cow2

À bientôt :wink:


Gilles
Dernière édition par Gilles R le 20 Oct 2004 13:29, édité 1 fois.
Gilles R
 
Messages: 1485
Inscription Forum: 09 Juin 2004 15:34
Localisation: Ile-de-France
  • offline

Message » 19 Oct 2004 21:04

Eldudo a écrit:Si vous lisez un tant soit peu mes interventions en musiques, vous avez du constater que j'coute beaucoup de musique dite industrielle ou atmosphérique, musique fille de Stockahausen, Krafwerk et les différents performers des années 60/70 comme Charlemagne Palestine ou Brian Eno. Beaucou de compositeurs contemporains partent dans cette voie là, expérimentale et sombre.

Je me suis mis petit à petit à la musique classique, et comme je venais de la tendance Dead Can Dance et autre, j'ai bien sur démarré par la musque sacrée et plutôt sombre.
Ma première découverte a été le Stabat Mater de Vivaldi (CD à L'oiseau Lyre) et Henrick Goresky (dont j'ai vu la symphonie des lamentations à la basilique de St Denie - quel souvenir !).

Bref, tout ça pour dire, que le fait de lire tous ces détails a aide à se faire une idée de ce qu'est une musique qu'on connait peu et permet d'"oser" plus l'aborder.

ed - je suis à votre disposition pour expliquer - de même - les différences entre indistrielle, harsh, climatique, atmosphérique, rituelle ....


D'accord Eldudo, on compte sur toi pour nous informer sur ces musiques… dont j'ignore tout.

Donc, à bientôt. :wink:

Gilles
Gilles R
 
Messages: 1485
Inscription Forum: 09 Juin 2004 15:34
Localisation: Ile-de-France
  • offline

Message » 19 Oct 2004 21:38

EB87 a écrit:Il n'empéche que le fait de connaître quelques bases, notamment grace au livre "La musique classique pour les nuls" 8) , m'a permis également de mieux comprendre ce que j'écoutais. Le pom-pom-pom-poom de Beethoven touche tout le monde (enfin je pense), appréhender la symphonie dans son ensemble, distinguer l'opposition entre les 2 thèmes principaux améne une profondeur d'écoute supplémentaire sans vouloir non plus se transformer en musicologue.
Par exemple, j'ai écouté hier soir pour la 1ere fois la 6eme symphonie "Pathétique" de Tchaikovsky. Quel choc, quelle violence maitrisée, ce second mouvement qui m'évoque une valse désespérée, ces cris angoissants des cuivres...tout cela m'a parlé. Maintenant, j'éprouve le besoin d'en savoir plus sur l'oeuvre et l'auteur pour pouvoir comprendre ce que cette oeuvre a voulu me dire. Et c'est en cela que je cherche de l'aide, et je pense et espére ne pas être le seul.


Ce que je te propose EB87 c'est que nous choisissions une œuvre et que nous nous donnions disons une semaine pour l'écouter. Et ce qui serait intéressant c'est que des forumeurs qui fréquentent ce forum "œuvres-musique" participent et écoutent l'œuvre également pour que nous puissions faire une forme d'analyse en parlant de ce qui se passe dans l'écriture dans certains passages et aussi dans la forme globale des mouvements. Des échanges ou des questions directement liées à l'écoute nous permettraient autre chose qu'une simple analyse personnelle de la forme.

Tu parles de l'émotion récente ressentie durant l'écoute de la 6ème Symphonie de Tchaikovski.
Cette œuvre te conviendrait-elle ?

À toi de décider !

Tout le forum attend. :P

Bien cordialement

Gilles
Gilles R
 
Messages: 1485
Inscription Forum: 09 Juin 2004 15:34
Localisation: Ile-de-France
  • offline

Message » 19 Oct 2004 21:55

blounote a écrit:après les voix, pourrais-tu nous définir les principales formes musicales instrumentales classiques et leur structure :
prelude, fugue, sonate, suite, variations, concerto, symphonie et j'en oublie surement 8)


Salut blounote,

Oui, il y a un certain nombre de formes musicales… Je ne peux pas te les définir toutes en deux mots… sinon la visite d'un dictionnaire suffit.

Si tu le veux bien, de temps à autre, je veux bien faire un petit historique d'une de ces formes (d'ailleurs de fonctions très différentes) et expliquer leurs principes et donner des exemples. Tout dire d'un coup, reviendrait à écrire un livre…

Prenons notre temps… Et puis ta demande recoupe d'une certaine façon celle d'autres "curieux".

Ce soir mon temps de "forum" sera court…
Donc, à un peu plus tard.


Bien cordialement à toi,

Gilles
Gilles R
 
Messages: 1485
Inscription Forum: 09 Juin 2004 15:34
Localisation: Ile-de-France
  • offline

Message » 20 Oct 2004 8:11

Gilles R a écrit:
EB87 a écrit:Il n'empéche que le fait de connaître quelques bases, notamment grace au livre "La musique classique pour les nuls" 8) , m'a permis également de mieux comprendre ce que j'écoutais. Le pom-pom-pom-poom de Beethoven touche tout le monde (enfin je pense), appréhender la symphonie dans son ensemble, distinguer l'opposition entre les 2 thèmes principaux améne une profondeur d'écoute supplémentaire sans vouloir non plus se transformer en musicologue.
Par exemple, j'ai écouté hier soir pour la 1ere fois la 6eme symphonie "Pathétique" de Tchaikovsky. Quel choc, quelle violence maitrisée, ce second mouvement qui m'évoque une valse désespérée, ces cris angoissants des cuivres...tout cela m'a parlé. Maintenant, j'éprouve le besoin d'en savoir plus sur l'oeuvre et l'auteur pour pouvoir comprendre ce que cette oeuvre a voulu me dire. Et c'est en cela que je cherche de l'aide, et je pense et espére ne pas être le seul.


Ce que je te propose EB87 c'est que nous choisissions une œuvre et que nous nous donnions disons une semaine pour l'écouter. Et ce qui serait intéressant c'est que des forumeurs qui fréquentent ce forum "œuvres-musique" participent et écoutent l'œuvre également pour que nous puissions faire une forme d'analyse en parlant de ce qui se passe dans l'écriture dans certains passages et aussi dans la forme globale des mouvements. Des échanges ou des questions directement liées à l'écoute nous permettraient autre chose qu'une simple analyse personnelle de la forme.

Tu parles de l'émotion récente ressentie durant l'écoute de la 6ème Symphonie de Tchaikovski.
Cette œuvre te conviendrait-elle ?

À toi de décider !

Tout le forum attend. :P

Bien cordialement

Gilles


I had a dream. It became reality :D

Tu parles si ça me convient. C'est génial!
J'aimerai bien que d'autrs forumers viennent se joindre à nous, j'imagine que cela doit intéresser un paquet de monde.
Par contre, le délai d'une semaine est peut-être un peu cours si on n'a pas le CD à la maison.
A voir.

Encore merci :wink:

Eric
Le Blaireau
 
Messages: 940
Inscription Forum: 21 Juin 2003 7:21
Localisation: Limoges
  • offline

Message » 20 Oct 2004 9:25

EB87 a écrit:I had a dream. It became reality :D

Tu parles si ça me convient. C'est génial!
J'aimerai bien que d'autrs forumers viennent se joindre à nous, j'imagine que cela doit intéresser un paquet de monde.
Par contre, le délai d'une semaine est peut-être un peu cours si on n'a pas le CD à la maison.
A voir.

Encore merci :wink:

Eric

Je suis aussi intéressé même si ma "spécialité" est plutôt la musique baroque et effectivement le délai d'une semaine est peut-être un peu court :wink:
PascalBé
 
Messages: 172
Inscription Forum: 09 Déc 2003 16:55
  • offline

Message » 20 Oct 2004 9:51

blounote a écrit: pourrais-tu nous définir les principales formes musicales instrumentales classiques et leur structure :

prelude


Salut blounote,

Bon… allons pour le prélude.


Le Prélude

Le terme "prélude" désigne très souvent un mouvement musical autonome et qui sert à introduire une partie principale de l'œuvre, ou un ensemble de pièces sans rapport direct avec lui. La tradition du prélude remonte à la musique de luth du XVIe siècle. Sa structure est considérablement développée par Jean-Sébastien Bach. Ses "Suites anglaises" se différencient des "Suites françaises" par la présence d'un prélude avant les danses proprement dites.
Par extension, le prélude est une forme musicale introduisant une fugue, une cantate, un opéra, ce qui donne au "prélude" une fonction plus ou moins équivalente à l'introduction ou à l'ouverture.
Le prélude connaît un regain d'intérêt au XIXe siècle par un compositeur très grand pianiste est admirateur de Jean-Sébastien Bach, Frédéric Chopin.

Frédéric Chopin écrivit ses "Préludes" pour piano comme des courtes pièces n'introduisant rien sinon le silence qui les suit (ou le prélude suivant). Chopin par l'écriture de ses préludes perpétuait l'habitude qu'avaient les pianistes d'improviser brièvement avant de jouer, mais lui les préparait ses improvisations, les travaillait et les notait en leur donnant une ampleur bien supérieur aux simples tests des claviers.
L'un des plus grand interprètes de Chopin, Alfred Cortot fut le premier à envisager les "Préludes" comme un tout organique, dont chaque pièce ne serait qu'un moment privilégié.
Les enregistrements d'Alfred Cortot sont disponibles chez EMI. Pour des versions plus récentes, j'avoue être dépassé par toutes les versions sans pouvoir en recommander sérieusement. (si Haskil passe par là…)

Le grand successeur de Chopin pour les préludes pour piano est Claude Debussy.
Debussy ne respecte pas, comme Bach et Chopin, l'architecture sur les 12 ton chromatiques. Il donne un titre entre parenthèses à la dernière mesure comme pour ne pas influencer l'interprètes par l'évocation trop définie du titre.
L'un des plus grands (sinon le plus grand) interprètes de Debussy pour le piano (et pour les préludes) est Walter Gieseking (CD EMI).

Claude Debussy composa une œuvre importante sous le nom de prélude, qui lors de sa création fut un bouleversement de la sensibilité musicale par sa substance et la liberté formelle. Ce prélude singulier, premier chef-d'œuvre de Debussy, le "Prélude à l'après-midi d'un faune" n'introduit rien d'autre que l'émotion musicale particulière qu'elle provoque par sa douce tension harmonique et ses couleurs orchestrales nimbées. Le titre complet fut, pour un moment, au tout début "Prélude, Interlude et Paraphrase pour l'après-midi d'un faune", titre un peu lourd qui prévoyait une œuvre d'orchestre en trois parties.
Une des idées inspiratrices de ce prélude est dans l'invitation sous-entendue à la lecture du poème "L'après-midi d'un Faune" de Stéphane Mallarmé.

Beaucoup de belles interprètations… celles de Charles Münch et de Pierre Monteux sont des références.


Peut-être reparlerons nous de ce prélude orchestral de Debussy…


Pour le matin, le prélude, cela réveille…

Maintenant au travail…


À bientôt

Gilles
Dernière édition par Gilles R le 20 Oct 2004 18:17, édité 1 fois.
Gilles R
 
Messages: 1485
Inscription Forum: 09 Juin 2004 15:34
Localisation: Ile-de-France
  • offline

Message » 20 Oct 2004 10:07

PascalBé a écrit:
EB87 a écrit:Par contre, le délai d'une semaine est peut-être un peu cours si on n'a pas le CD à la maison.
:wink:

Eric

Je suis aussi intéressé même si ma "spécialité" est plutôt la musique baroque et effectivement le délai d'une semaine est peut-être un peu court :wink:


Oui effectivement, c'est ce que je me suis dit également…
Une bonne quinzaine de jours ou même un mois serait plus raisonnable.
Il faut l'écouter plusieurs fois… du moins certains mouvements. Et il faut trouver les moments de solitude (ou bien partagés) dans nos périodes de repos… et peut-être acheter le CD pour certains.


Alors… bonnes écoutes de la 6e Symphonie (dite "Pathétique") de Tchaikovski
Trouvez si possible la version de Mravinski… ou une version que Haskil pourrait nous recommander.

Et dans environ un mois on en reparle !

Pascal la musique baroque… nous sommes également preneur…

À suivre…

Bonne journée à tous.

Gilles
Gilles R
 
Messages: 1485
Inscription Forum: 09 Juin 2004 15:34
Localisation: Ile-de-France
  • offline

Message » 20 Oct 2004 10:58

merci Gilles de relever le défi :wink:

la tâche est lourde, mais bien utile pour éclairer ces notions dont on n'a trop souvent qu'une connaissance partielle, voire pire parfois une idée un peu fausse 8)
blounote
 
Messages: 4817
Inscription Forum: 11 Juin 2002 18:08
Localisation: 40 - DAX
  • offline

Message » 20 Oct 2004 11:05

Gilles R a écrit:
Alors… bonnes écoutes de la 6e Symphonie (dite "Pathétique") de Tchaikovski
Trouvez si possible la version de Mravinski… ou une version que Haskil pourrait nous recommander.

Et dans environ un mois on en reparle !

Gilles


sublime version en effet que ce fameux coffret vert chez Deutsche Grammophon :wink:
blounote
 
Messages: 4817
Inscription Forum: 11 Juin 2002 18:08
Localisation: 40 - DAX
  • offline

Message » 20 Oct 2004 11:15

Gilles R a écrit:Pascal la musique baroque… nous sommes également preneur…

Sur un mois pourquoi pas plusieurs oeuvres ?

Ca ferait trop pour vous, vous préférez vous imprègner de l'oeuvre à étudier ?
PascalBé
 
Messages: 172
Inscription Forum: 09 Déc 2003 16:55
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD