Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: bradest, Le daim et 16 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

Restauration appauvrissante ?

Message » 04 Fév 2009 10:49

Les techniques modernes de restauration et de nettoyage des vieux enregistrements — « remastering numérique »— sont de plus en plus employées, afin en principe de les rendre plus audibles sur des chînes hifi... "modernes"...

Mais si ces techniques remplissent leur cahier des charges en matière de "nettoyage", c'est à mon avis au prix d'un appauvrissement des timbres et des harmoniques des instruments et de l'impression d'une remontée d'une partie du bruit de fond, moins étale...

Ce que l'on peut constater à l'écoute des bandes « restaurées » — en réalité appauvries — de la compilation des enregistrements EMI de l'immense pianiste française Marcelle Meyer, puis en les comparant aux enregistrements originaux déjà parus dans la collection « Introuvables » chez le même éditeur...

Surprenant : beaucoup de professionnels de la profession, "immenses" critiques compris, trouvant cela meilleur à l'écoute, se félicitent et cautionnent ce genre de tartouillage...

Alors, est-ce moi qui possède des oreilles de bourrin (de bourri) ?...
ghozze
 
Messages: 1090
Inscription Forum: 03 Jan 2008 12:12
  • offline

Annonce

Message par Google » 04 Fév 2009 10:49

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 04 Fév 2009 16:42

Non, rassures-toi,

Je partage ton avis, et je ne suis pas le seul. Au fil des versions "remasterisées" (j'adoooore cette belle désignation pour un tel sabotage) il y a de moins en moins de dynamique (pour rester correct), de plus en plus de compression dynamique (là encore c'est un euphémisme, le signal est écrêté), tout ça dans cet esprit loudness war qui veut un son toujours plus puissant, toujours plus fort que celui du voisin. :roll:

Les gens sont content de lire "digitally remastered", c'est forcément mieux... Le son y est boosté, pratique pour l'autoradio ou la mini-chaîne. Et j'ai bien peur que ça ne s'arrange pas avec le temps, entre autres avec les copies compressées qui circulent et s'échangent. Ça formate les oreilles ainsi, beaucoup de gens trouvent cela normal comme tu le soulignais.
Horn
 
Messages: 187
Inscription Forum: 28 Oct 2008 9:15
  • offline

Message » 04 Fév 2009 16:48

Etant donné que les techniques en question n'ont quasi pas été utilisées pour cette réédition Marcelle Meyer comme pour le Yves Nat d'ailleurs... car le studio Art et son qui s'en est chargé répugne au nettoyage dont certains abusent effectivement (j'ai des Dutton Laboratory dont à peine à deviner que l'originel est 78 tours tant c'est nettoyé!), il faut donc juste croire que vous vous étiez habitué au mauvais son de la réédition des Introuvables... et au mauvais diapason de certaines plages...

Les 78 tours originaux ont été repris et lus en choisissant pour chaque face les pressages naturellement les moins bruyants et le diamant le plus adapté de façon justement à ne pas ramasser énormément de bruit de fond. Les bandes masters originelles ont également été reprises et ont été lues en recherchant les réglages originels faits par André Charlin sur ses magnétophones - et non des copies faites il y a des années sur des magnétophones pas toujours adaptés...

Bref, pour Marcelle Meyer comme pour Yves Nat : ce que l'on entend... c'est précisément le contraire de ce que l'on entend effectivement dans certaines rééditions trop nettoyées par des moyens de filtrages numériques ou autres.

Du reste, on entend aussi hélas ! un peu plus la distorsion sur les fortissimos et les drop out des bandes en certains passages... c'est la rançon de l'absence de tripatouillage et de bidouillage...

Haskil

La configuration dans mon profil


"Le coq qui chante le plus fort n'est pas celui qui vit le plus longtemps", proverbe que j'ai inventé le 12 juillet 2019. Libre de droits : ha ha ha !
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56520
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 04 Fév 2009 16:55

haskil a écrit:Etant donné que les techniques en question n'ont quasi pas été utilisées pour cette réédition Marcelle Meyer comme pour le Yves Nat d'ailleurs... car le studio Art et son qui s'en est chargé répugne au nettoyage dont certains abusent effectivement, il faut donc juste croire que vous vous étiez habitué au mauvais son de la réédition des Introuvables...

Les 78 tours originaux ont été repris et lus en choisissant pour chaque face les pressages naturellement les moins bruyants et le diamant le plus adapté de façon justement à ne pas ramasser énormément de bruit de fond. Les bandes masters originelles ont également été reprises et ont été lues en recherchant les réglages originels faits par André Charlin sur ses magnétophones.

Bref, pour Meyer comme pour Nat : ce que l'on entend... c'est précisément le contraire de ce que l'on entend effectivement dans certaines rééditions trop nettoyées par des moyens de filtrages numériques ou autres.

Haskil


« Quasi pas été utilisées » veut dire qu'elle l'ont été, si les mots ont un sens...

Je n'ai pas encore eu le temps de tout écouter, mais les sonates de Scarlatti, par ex., sont à mon avis moins riches en harmoniques dans la version nouvelle, avec donc des timbres plus maigrichons qui sonnent moins « piano »...
ghozze
 
Messages: 1090
Inscription Forum: 03 Jan 2008 12:12
  • offline

Message » 04 Fév 2009 17:12

ghozze a écrit:

« Quasi pas été utilisées » veut dire qu'elle l'ont été, si les mots ont un sens...

Je n'ai pas encore eu le temps de tout écouter, mais les sonates de Scarlatti, par ex., sont à mon avis moins riches en harmoniques dans la version nouvelle, avec donc des timbres plus maigrichons qui sonnent moins « piano »...


En l'occurence, cela voulait dire : avec la main très légère sur le filtrage : spécialité reconnue de ce studio qui justement refuse les tripatouillages et bidouillages dont d'autres abusent : y compris en mettant de la réverbération artificielle sur les reports de 78 tours...

Art et son est connu précisément pour ne pas se livrer à ces petits jeux. Ils ont aussi fait les rééditions Horowitz chez Andante : idem, quasi pas de filtrage, mais des faces soigneusements choisies, des diamants soigneusement choisis aussi... pour justement ne pas avoir à filtrer ou que le minimum... Du reste, il reste du bruit de fond, évidemment, sur les Meyer 78 tours aussi, mais ce bruit de fond est sur un autre plan que la musique : preuve qu'il n'y a aucun bidouillage justement, aucun DSP ou "amélioreur" de son utilisé qui invariablement créent des problèmes de phase et font que le bruit de fond se mélange à la musique.


Scarlatti : Quelles prises de quelles années ? La qualité du son change tellement d'une séance à l'autre.

La configuration dans mon profil


"Le coq qui chante le plus fort n'est pas celui qui vit le plus longtemps", proverbe que j'ai inventé le 12 juillet 2019. Libre de droits : ha ha ha !
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56520
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 04 Fév 2009 17:16

Disque INA d'un enregistrement de Clara Haskil récital de Besançon 1956 : restauration numérique de Jean-François Pontefract (premier transfert numérique officiel)...

Disque Tahra 483 (Harmonia Mundi) : restauration numérique par Sofreson (Charles Eddi). Enregistrement d'un concert de Clara Haskil à Munich les 21-05-1952, 25/26-10-1952.

Je trouve le disque Tahra nettement meilleur, bien que plus "coloré", beaucoup plus proche de la réalité du concert... Le disque INA est comme aseptisé, avec des timbres plus pauvres...
ghozze
 
Messages: 1090
Inscription Forum: 03 Jan 2008 12:12
  • offline

Message » 04 Fév 2009 17:31

Difficile de comparer deux récitals différents enregistrés de façon différente, dans des lieux différents, sur des pianos différents ! Celui de Besançon enregistré sur un Gaveau au timbre particulier, piano détesté par la pianiste qui en parle dans une lettre, le micro au ras des cordes. Celui de Munich plus agréable, à n'en pas douter.

Par exemple, il faudrait comparer pour le récital de Besançon :

- la bande originelle non corrigée

- le CD INA "Mémoire vive"

- la première édition faite en microsillon par la Fnac en coédition avec la fnac (coffret de 2 CD toilés) : bande fournie donc par l'INA.

- l'édition faite en partant de la copie de ce microsillon par Music and arts et crédité récital à Zurich :o (publié chez Denon au Japon et aux Etats Unis sous Music and arts)

- l'édition partielle de ce récital par Tahra... crédité aussi Zurich et présentée comme inédite : la source étant, selon le producteur du CD que j'avais contacté pour lui dire l'erreur d'attribution, une bande fournie par un collectionneur italien.

- l'édition partielle de ce récital par un label brésilien qui crédite la sonate de Beethoven à une pianiste brésilienne :lol: :roll: :roll:

La configuration dans mon profil


"Le coq qui chante le plus fort n'est pas celui qui vit le plus longtemps", proverbe que j'ai inventé le 12 juillet 2019. Libre de droits : ha ha ha !
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56520
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 04 Fév 2009 17:58

Horn a écrit:Non, rassures-toi,

Je partage ton avis, et je ne suis pas le seul. Au fil des versions "remasterisées" (j'adoooore cette belle désignation pour un tel sabotage) il y a de moins en moins de dynamique (pour rester correct), de plus en plus de compression dynamique (là encore c'est un euphémisme, le signal est écrêté), tout ça dans cet esprit loudness war qui veut un son toujours plus puissant, toujours plus fort que celui du voisin. :roll:

Les gens sont content de lire "digitally remastered", c'est forcément mieux... Le son y est boosté, pratique pour l'autoradio ou la mini-chaîne. Et j'ai bien peur que ça ne s'arrange pas avec le temps, entre autres avec les copies compressées qui circulent et s'échangent. Ça formate les oreilles ainsi, beaucoup de gens trouvent cela normal comme tu le soulignais.
jago
 
Messages: 656
Inscription Forum: 01 Aoû 2008 18:02
  • offline

Message » 04 Fév 2009 17:59

Horn a écrit:Non, rassures-toi,

Je partage ton avis, et je ne suis pas le seul. Au fil des versions "remasterisées" (j'adoooore cette belle désignation pour un tel sabotage) il y a de moins en moins de dynamique (pour rester correct), de plus en plus de compression dynamique (là encore c'est un euphémisme, le signal est écrêté), tout ça dans cet esprit loudness war qui veut un son toujours plus puissant, toujours plus fort que celui du voisin. :roll:

Les gens sont content de lire "digitally remastered", c'est forcément mieux... Le son y est boosté, pratique pour l'autoradio ou la mini-chaîne. Et j'ai bien peur que ça ne s'arrange pas avec le temps, entre autres avec les copies compressées qui circulent et s'échangent. Ça formate les oreilles ainsi, beaucoup de gens trouvent cela normal comme tu le soulignais.

Tu as tout à fait raison mais il ne faut pas desésperer! Des maisons d'édition sortent de plus en plus souvent des versions remasterisées avec un grand respect de l'original. C'est aussi valable pour de la musique plus" populaire". Il suffit d'écouter certaines versions japonaises qui apportent cette touche qu'on a envie d'appeller "analogique". La dynamique y est particulièrement bien soignée et les timbres beaucoup plus naturels. Mais c'est quand meme fou qu'il faille aller au Japon pour trouver une bonne réédition... :evil:
jago
 
Messages: 656
Inscription Forum: 01 Aoû 2008 18:02
  • offline

Message » 04 Fév 2009 18:14

Je laisse de coté le classique, ghozze et haskil connaissent très bien et savent de quoi ils parlent.

jago a écrit: ...il ne faut pas desésperer! Des maisons d'édition sortent de plus en plus souvent des versions remasterisées avec un grand respect de l'original. C'est aussi valable pour de la musique plus" populaire". Il suffit d'écouter certaines versions japonaises qui apportent cette touche qu'on a envie d'appeller "analogique". La dynamique y est particulièrement bien soignée et les timbres beaucoup plus naturels. Mais c'est quand meme fou qu'il faille aller au Japon pour trouver une bonne réédition... :evil:

Ces derniers temps soit je n'ai vraiment pas eu de chance, soit il y a bien matière à désespérer. J'ai eu 3 SHM-CD en main de Supertramp, 2 sont écrêtés (Breakfast in America et Famous Last Words). C'est pas très bon signe... Ayant les vinyles et les premiers transferts CD à la maison, je suis sauvé, mais même sur ces éditions japonaises à priori propres la dynamique en a pris un coup.

Maintenant je me demande s'il faut encore commander des imports ou alors courrir les marchés de l'occase en priant ?
invité
 
  • offline

Message » 04 Fév 2009 18:28

+1. Sans atteidre le nirvana à ce niveau, j'obtiens des résultats plus correctes depuis que je suis équipé en SACD. Ce que j'avance est peut-etre érronné mais j'ai l'impréssion que la qualité (sur base des critères que nous évoquons) est meilleure. Illusion? Meilleur mastering? Différence de support? Qu'en pensez-vous?
jago
 
Messages: 656
Inscription Forum: 01 Aoû 2008 18:02
  • offline

Message » 04 Fév 2009 18:59

Je ne sais pas, je n'ai pas encore fait l'expérience du SACD. En revanche je dois louer MFSL (Mobile Fidelity Sound Lab) qui ne cherche absolument pas à maximiser le volume. La dynamique y est formidable, mais il faut pouvoir pousser derrière et ne pas avoir de voisin quand ça part. Un peu décharnu par rapport au vinyle, mais tellement plus propre que la version remasterisée (là je parle toujours de Supertramp, Crime Of The Century).
Je vais m'intéresser de plus près au SACD, et si quelqu'un a des adresses de bons disquaires en occasions sur Paris ça m'intéresse (c'est toujours moins loin que le Japon :wink: )
invité
 
  • offline

Message » 04 Fév 2009 20:36

Peu importe le support CD ou SACD... c'est que l'on met dessus en l'occurence qui compte.

Dans le domaine de l'enregistrement historique classique, les progrès qualitatifs ont été importants dans ce domaine : du temps du microsillon, les 78 tours étaient filtrés à mort pour enlever le bruit de fond. ça donne, par exemple, les gravures Illustres chez Pathé Marconi ou la série Great Instrumentalist chez EMI : le son est mort : les aigus sont coupés, les basses aussi...

Et pour les rééditions de bandes on a récemment reconstruit les magnétos d'époque pour lire les bandes dans les mêmes conditions que celles de leur enregistrement... avec les même réglages de postitionnement des têtes magnétiques et du courant de polarisation : ça donne Mercury ou RCA ou les vieux Decca : et là on peut comparer avec les premières éditions CD : progrès décisif... Et justement, il y a le moins possible de corrections apportées aux bandes pour justement ne pas altérer le son originel !


Choses que l'on ferait plus : la stéréophonisation de 78 tours :lol: J'ai ainsi un disque de Cortot jouant César Franck, pochette bleue, en gravure universelle stéréophonisée pour des prises des années 1920 et 1930 :mdr: ou la stéréophonisation des bandes monos : ça ne se fait plus alors que dans les années 60 et 70 c'était la règle chez de nombreux éditeurs. On bidouille beaucoup moins les bandes ou les 78 tours de nos jours qu'autrefois. Beaucoup moins... Et les éditions se sont multipliées : par exemple Naxos, ça gratte et parfois beaucoup, mais sauf accident, le son est vivant...

La configuration dans mon profil


"Le coq qui chante le plus fort n'est pas celui qui vit le plus longtemps", proverbe que j'ai inventé le 12 juillet 2019. Libre de droits : ha ha ha !
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56520
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 05 Fév 2009 0:34

Je peux comprendre la frustration de Ghozze mais à mon sens il a tort de s'en prendre particulièrement au coffret Marcelle Meyer et de laisser entendre que la réputation de ses producteurs serait surfaite et/ou relayée complaisamment par certains journalistes.
On en a déjà parlé ailleurs (topic Lipatti), l'équipe de Philippe Morin fait des miracles, c'est incontestable, il suffit d'écouter les rééditions Andante. (Le Pelléas de Désormière, par exemple, c'est incroyable de naturel et de présence ! :o )
Les véritables saccageurs d'enregistrements historiques sont ailleurs, et ils sont bien connus (EMI anglaise surtout.)

Maintenant, il faut quand même reconnaître que certains enregistrements sont objectivement très ingrats dans le coffret Meyer.
Alain dit:
Du reste, on entend aussi hélas ! un peu plus la distorsion sur les fortissimos et les drop out des bandes en certains passages... c'est la rançon de l'absence de tripatouillage et de bidouillage...

Je suis d'accord, et ça nous amène d'ailleurs à la question de savoir s'il faut privilégier les anciens reports du temps du microsillon ou bien des transferts CD récents à partir de bandes masters qui se sont potentiellement très détériorées avec les années...
Dans le cas de Meyer, je ne connais pas la collection des Introuvables mais je peux très bien imaginer qu'il soit plus agréable pour certains d'écouter des repiquages qui grattent un peu et pas forcément fidèles plutôt que des transferts chirurgicaux et neutres depuis une source dégradée.

Moi qui adore Furtwängler et collectionne un peu les différentes éditions de ces enregistrements, je dois dire que pour les concerts de guerre (enregistrés sur bandes) je préfère largement les repiquages japonais d'Opus Kura effectués à partir de LPs Melodiya des années 50 (donc pressés du temps où les bandes étaient encore "fraîches") aux rééditions Deutsche Grammophon ou Melodiya réalisées ces dernières années avec des bandes masters qui ont apparemment mal vieilli. Les restaurateurs allemands et russes ont peut-être usé de la meilleure technologie possible pour faire revivre ces bandes mais le son reste désespéramment petit et métallique. Alors que chez Opus Kura, on a toute la chaleur et l'impact du microsillon ! (La solution intermédiaire, c'est Tahra, ils cherchent les bandes de la meilleure qualité possible, parfois des copies qui dorment dans des archives, et parviennet à donner ainsi un peu d'"harmonique" à leurs transferts.)

Pour revenir à Marcelle Meyer, il faut tout de même rappeler que les "transferts ingrats" représentent heureusement seulement une petite partie du coffret.
:wink:
adriaticoboy
 
Messages: 478
Inscription Forum: 26 Sep 2003 13:52
Localisation: Nantes
  • offline

Message » 05 Fév 2009 0:59

haskil a écrit:Choses que l'on ferait plus : la stéréophonisation de 78 tours :lol: J'ai ainsi un disque de Cortot jouant César Franck, pochette bleue, en gravure universelle stéréophonisée pour des prises des années 1920 et 1930 :mdr: ou la stéréophonisation des bandes monos : ça ne se fait plus alors que dans les années 60 et 70 c'était la règle chez de nombreux éditeurs.

Apparemment ça pourrait revenir sous une forme plus évoluée et subtile, du moins chez certains...
Un procédé récent appelé "Ambient Stereo" est déjà utilisé par Pristine Classical, label d'Andrew Rose (ingénieur britannique installé dans notre campagne française, et fameux pour avoir contribué à dévoiler l'affaire Joyce Hatto.)
http://www.pristineclassical.com/More/a ... tereo.html
A priori, ce genre de bidouille peut sembler douteux, mais à lire l'explication fournie, le procédé paraît techniquement assez raisonnable et sérieux, et à l'écoute le résultat est plutôt convaincant et naturel. J'hésite même à commander quelques CDs pour me faire une idée plus précise.
adriaticoboy
 
Messages: 478
Inscription Forum: 26 Sep 2003 13:52
Localisation: Nantes
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD