Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 9 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

Comment completer mes "classiques"

Message » 10 Juil 2002 0:11

J'ai un embryon de CDthèque classique (genre pas grand connaisseur...juste pour un 'tit plaisir de temps en temps)

Dans les titres que vous évoquez souvent j'ai relevé:

- Le Sacre du printemps
- Les Tableaux d'une exposition

Mais je n'ai jamais écouté ces oeuvres.

Si je dois n'en choisir qu'une, quelle serait la plus "accessible" pour un débutant (j'accroche pas du tout sur Mozart par exemple) ?

Pour l'instant j'ai (et j'aime) 5/6 disques vraiment "classiques pour les nuls" :lol: dont:

- 9 symphonies de HVB par Zinman
- 9eme de Mahler par Ancerl
- 9eme de Dvorak par Ancerl (en attente de livraison)
- 4 saisons par Marriner (j'ai pas trouvé les 9 saisons !! :lol: )
....

Non non...j'suis pas influencé par Haskil dans mes choix...non, non !! :lol:

D'avance merci
ThP
 
Messages: 3335
Inscription Forum: 09 Oct 2001 2:00
Localisation: 78
  • offline

Annonce

Message par Google » 10 Juil 2002 0:11

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 10 Juil 2002 0:53

Qu'écoutes-tu par ailleurs comme styles musicaux?

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10939
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Message » 10 Juil 2002 1:40

Pas dur ta question. Pour commencer, évite les intégrales de symphonies, c'est indigeste.

La 9eme de Dvorak est parfaite en symphonie pour commencer. Elle est mélodique, expressive et accessible.

Sinon, en petite formation, les 4 saisons sont superbes. A en prendre un seul, je prendrais celui là, mais pas chez Marriner, mais Il Giardino Armonico. Il est en promo en ce moment en plus.

A mon avis, c'est la version la plus... comment dire, c'est tellement bien que... les mots me manquent.

A minima, écoute les 2 versions et fais ton choix.

Enfin, je préfère Beethoven chez Harnoncourt, son intégrale est fantastique. La aussi écoute : TOUT LE MONDE PEUT ENTENDRE LES DIFFERENCES ENTRE LES VERSIONS.
KHOI
 
Messages: 914
Inscription Forum: 12 Avr 2002 2:00
  • offline

Message » 10 Juil 2002 13:51

Non non j'ai déjà tout ca (HVB, Dvorak, Mahler, Vivaldi...) et j'aime (c'était pour situer mes gouts !)

J'ai juste repéré:
- le sacre du printemps
- les tableaux d'une exposition

Comme vous en parlez souvent, j'imagine que ca doit pas être mal !!

Mais comme je ne les connais pas....je cherche à savoir si c'est "grand public" et mélodieux (genre Pastorale) ou si c'est plus "bizarre" et technique (comme Bach l'ai pour moi).

:lol:
ThP
 
Messages: 3335
Inscription Forum: 09 Oct 2001 2:00
Localisation: 78
  • offline

Message » 10 Juil 2002 14:40

Donc tu recherches plutôt de la musique d'écriture mélodique et grand public?

Il va donc falloir laisser tomber la musique trop avancée. Même pas de Schoenberg ou de Chostakovitch « sérieux » alors... si je comprend bien le sous-entendu du terme « grand public ».

Dans ce genre, les Tableaux d'un exposition sont un petit bijoux (surtout ne pas se tromper et prendre l'orchestration Maurice Ravel, puisque je suppute que l'original pour piano ne t'intéresse pas encore.)

Le Sacre du printemps c'est ... comment dire ... une expérience très déstabilisante. Ce n'est pas pour rien que cette oeuvre a fait scandale et qu'elle demeure encore aujourd'hui le modèle de la révolution musicale. Pourtant, elle est géniale. Mais si tu aimes plutôt les oeuvres mélodieuse et romantique, laissons-la de côté pour le moment, de même que le Prokoviev jeune, Mossolov et autres « révolutionnaires » russes.

A l'est, Dvorak (Variations symphnoniques) et aussi Bedrich Smetana (Ma Patrie, Ma Vlast en VO, Ancerl étant excellent mais attend que ça parraisse en Gold chez Suprapon), reste un bon plan. De même Rakhmaninov (Symphonie n°2 et surtout les Cloches et les Danses symphnoniques. Pour ses deux dernières, avec Kirill Kondrachine et l'orchestre de Moscou (BMG Melodiya), tu ne peux pas te tromper. Haskil recommande aussi Svetlanov.) Toujours chez les Russes (un très bon plan pour commencer avec la musique romantique), il y a les incontournables:

-Rimski-Korsakov (Shéhérazzad, Capriccio espagnol)

-Tchaïkovski: Tout ou presque! Mais particulièrement: Symphnoie 4, 5 et 6 (C'est pratique: la référence des références, c'est Mravinski/Leningrad, 1960/61) chez DG rassemblées dans un coffret). Tant qu'à faire aussi les 3 premières symphonies sur un double-CD sympa Mercury (ou Philips) avec Antal Dorati dirigeant Le London Symphony et le Philharmonique de Hongrie: ses interpétations sont assez géniales à mon avis, avec une prise de son stupéfiante. Il faut rajouter les inévitables suites de ballet de la Belle au bois dormant, du Lac des cygnes et surtout de Casse-Noisettes, le concerto pour violon en ré, l'Ouverture solennelle 1812 (pour orchestre, fanfare, choeurs, cloches et batterie de canons), Roméo et Juliette, la Marche slave, le Capriccio italien, Francesca da Rimini, la Sérénade pour cordes, la Manfred Symphonie.

Après cette overdose de romantiques slaves, on peut se tourner vers les germains genre Beethoven et ultérieurs:

-Schubert, les symphonies et plus particulièrement 5, 8, et 9 (ma préférée!)

-Brahms: les symphonies aussi (y'en a 4, toutes excellentes) et les deux concerti pour piano. Le concerto pour violon réclame un peu plus de concentration...

-Schumann, symphonie 2 et 4 particulièrement.

-Mendelssohn: concerto pour violon n°2 (en si mineur), symphonies 3, 4 et 5.

-Bruch: concerto pour violon 1 et fantaisie écossaise.

Un émule français:

-Saint-Saëns, symphonie n°3 avec orgue.

Voilà dans le genre mélodieux et grand public, ainsi que dans le genre « germanique ».

Après, il sera toujours possible de te diversifier.

Scytales.

PS: d'accord avec KHOI: la diversification, ça passe aussi par la découverte de plusieurs interpétations d'une oeuvre.

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10939
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Message » 10 Juil 2002 21:07

Génial, exactement l'approche que j'attendais !! :lol:

Et effectivement, j'ai également prévu de prendre les 4 saisons par Il Giardino Armonico (trop de passion pour chaque version entre KHOI et Haskil dans un thread mémorable !), car comme c'est une oeuvre qui m'est déjà familière, j'aurais une référence pour apprecier les différences d'interprétations. En plus j'ai écouté des extraits en streaming et les différences ont l'air flagrantes tant pour l'interpretation que pour la sonorité (les cordes ont l'air plus proches..plus "boisées"...mais c'était du streaming !)...à découvrir donc !

Donc je pense que mes prochains achats vont être
- 4 saisons par Giardino Armonico
- Ma patrie
- Tableaux d'une exposition (car celui là je n'en avais JAMAIS entendu parler avant...mais dans "tous" les threads de classique....il y en a toujours un parmis vous pour l'évoquer...c'est doit donc être une oeuvre marquante ! :wink: )

:lol:
ThP
 
Messages: 3335
Inscription Forum: 09 Oct 2001 2:00
Localisation: 78
  • offline

Message » 10 Juil 2002 22:12

Et comment donc! Attends un peu de passer par le « Grande Porte de Kiev »...

Scytales.

PS: désolé pour les fautes d'orthographe. C'est l'exaltation, et j'ai la flemme d'éditer ce coup-ci.

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10939
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Message » 11 Juil 2002 11:53

Je te conseille notamment Vengerov pour le concerto de Bruch.

Une merveille en tous points.
KHOI
 
Messages: 914
Inscription Forum: 12 Avr 2002 2:00
  • offline

Message » 11 Juil 2002 20:09

KHOI a écrit:Je te conseille notamment Vengerov pour le concerto de Bruch.


Chez Teldec, avec le Gewandhause de Leipzig dirigé par Kurt Masur :wink:

Très bonne version, effectivement, même si j'ai une petit penchant pour Arthur Grumiaux (Philips).

Le disque Teldec offre en outre, par les mêmes, une très bonne version du concerto de Mendelssohn-Bartholdy (pour lui donner son patronyme complet). Même si la encore, j'ai une tendresse particulière pour Viktoria Mullova (Philips également).

Tien, j'ai pu assister au dernier concert de Vengerov à Strasbourg, où il jouait précisément ce concerto. Il a changé un peu son approche. Il est plus virtuose mais aussi plus souverain, même si il n'avait pas la même légèreté et le même pathos qu'au disque. Enfin, une seconde gravure de sa part serait le bienvenue.

=>KHOI, puisque tu sembles connaître le premier concerto de Bruch (un compositeur qui demeure méconnu du grand public), aurais-tu par hasard écouté la version Oïstrakh/Cluytens(?) De chez EMI? Je me tate pour savoir si je vais ou non l'acheter...

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10939
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Message » 20 Sep 2002 22:19

Vous allez dire que je suis long à la détente....

Je viens ENFIN de commander:

- 4 saisons par Giardino Armonico
- Ma patrie (Ancerl Gold)
- Tableaux d'une exposition (Ancerl Gold)

J'suis content pour deux raisons:
- Je vais ENFIN avoir deux versions d'une même oeuvre (j'ai déjà les 4 saisons par Marriner) ...je vais enfin pouvoir essayer de comprendre vos passions opposées pour l'une ou l'autre et me faire ma propre idée.
- Je vais découvrir des oeuvres que je n'ai JAMAIS écoutées (Ma Patrie / Tableaux) :oops:

Moralité...merci !!
ThP
 
Messages: 3335
Inscription Forum: 09 Oct 2001 2:00
Localisation: 78
  • offline

Message » 23 Sep 2002 8:52

Etonnant d'avoir attaqué par la 9e de mahler. Les 8,9,10 sont en effet les plus difficiles d'accès pour le néophyte.
Je te conseilles de d'écouter les 4,5,6,7 dans des versions de références (ca n'en manque pas), débattues sur d'autres topics.
Puis finir par les 1,2,3, assez indigestes au début (surtout la 2e).
Pour la 2e je possédais jusque là une version de Scherchen (1958), considérée comme excellente mais qui laissait de glace. J'ai récupéré le mois dernier Klemperer (1965) et surtout Kubelik avec l'Orchestre de la radio bavaroise, quelle claque ! 1h20 d'une beauté indescriptible. :o

Vengerov à Strasbourg, où il jouait précisément ce concerto. Il a changé un peu son approche. Il est plus virtuose mais aussi plus souverain, même si il n'avait pas la même légèreté et le même pathos qu'au disque.

Je trouve en général son jeu "virtuose" c'est le mot, il est certes doué techniquement (et il le montre souvent en faisant le malin), mais sur scene completement froid et désincarné. Il ne laisse pas parler la musique. Son concerto de Brahms avec Baremboim n'est vraiment pas terrible, dire que j'avais commencé par cette version ! Mutter avec Masur à l'air déjà meilleure, mais ce n'est toujours pas ca. :cry:

N'oublions pas Bruckner, indispensable, là aussi les bonnes versions sont légion: Haitink, Jochum, Wand, Célibidache (quoique ce dernier, je le trouve également moyen au disque, j'aurais bien aimé pouvoir l'entendre en concert pour comprendre le pourquoi)
Ne rate pas la 4e, épique ! (mais un cauchemard pour les voisins) :D
YETI
 
Messages: 1883
Inscription Forum: 21 Fév 2001 2:00
Localisation: Londres
  • offline

Message » 23 Sep 2002 11:57

YETI a écrit:Etonnant d'avoir attaqué par la 9e de mahler. Les 8,9,10 sont en effet les plus difficiles d'accès pour le néophyte.
Je te conseilles de d'écouter les 4,5,6,7 dans des versions de références (ca n'en manque pas), débattues sur d'autres topics.
Puis finir par les 1,2,3, assez indigestes au début (surtout la 2e).


Etonnant de qualifier les symphonies 2 et surtout 1 d'indigestes, et de conseiller les n°5 et surtout 7 pour débuter. S'il y avais bien une symphonie de Mahler par laquelle je suggérerais à un néophyte de commencer, c'est bien la n°1 ( :lol: ).

Cette symphonie, c'est "Zorro est arrivé!" :lol: :lol: :lol:

Sinon, il est étonnant effectivement, d'avoir appris à aimer Mahler avec la symphonies n°9. Mais n'est-ce point une preuve de maturité et de sensibilité que d'apprécier cette oeuvre sublime?

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10939
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Message » 23 Sep 2002 15:17

La premiere m'a toujours laissé froid (ou est le theme de zorro ? :lol:)
Pour le neophyte, la 2e n'est qu'un maelstrom sonore qu'on a envie de couper au bout de 20min, alors que la 5 est claire comme de l'eau de roche (dès la 3e écoute on va dire ;))

La 7 n'est pas bien méchante, ah si, elle m'a tué une platine (mécanique qui casse en plein milieu, ca fait sursauter) :cry:

Certes une preuve de maturité d'apprécier la 9e, qui est proche de l'accomplissement de sa pensée musicale, mais il serait dommage de prendre un tel raccourcis d'une part, et c'est un peu s'attaquer à l'everest avant le mont blanc ;)

Enfin, si tout le monde suivait le meme programme pour explorer le vaste répertoire, comme un cycle scolaire, (1ere année, 2e année, etc) ce serait triste... :roll:
YETI
 
Messages: 1883
Inscription Forum: 21 Fév 2001 2:00
Localisation: Londres
  • offline

Message » 23 Sep 2002 16:18

YETI a écrit:(ou est le theme de zorro ? :lol:)


En fait, c'est à cause du brusque passage, dans les codas des 1er et 4e mouvements, du mode mineur, qui menace de submerger l'oeuvre de sa noirceur, à un mode majeur éclatant, sur-puissant (Mahler y avais rajouté des cuivres dans le Final lorsqu'il a révisé cette partition), ébouriffant.

A mon avis, c'est exactement le genre d'effets propres à exalter ceux qui ne sont pas familiés de la dite Grande Musique, et qui s'en tiennent à des stéréotypes du genre: "Le classique, c'est emmerdant!". En outre, cette oeuvre sur-orchestrée fait beaucoup de bruit ( :lol: ), ce qui ne peut manquer de plaire à nos jeunes d'aujourd'hui, nourris au sein de la musique de variété compressée, de la techno (D'avance: je ne porte aucun regard condescendant sur ces styles musicaux!). Pas pour rien qu'ils préfèrent souvent Stravinski et Varèse à Mozart ou même à Berlioz! Quand je pense que l'on carricaturait parfois le pauvre Berlioz en chef d'artillerie face à un orchestre exténué armé jusqu'aux dents!! Le chemin qu'a emprunté la musique a de quoi faire sourire! Il semble qu'il faille y appliquer la maxime de Pierre de Coubertin: altius, cistius et surtout, fortius!

On a souvent écrit sur l'évolution de la sophistication de l'orchestration, de la complexité de l'écriture, de l'harmonie et du développement. Rarement sur la dimension dynamique de la musique. Pourtant, plus j'y pense, plus je trouve cet aspect fondamental. Le plus souvent, c'est parce que la dimension dynamique de la mélodie n'est pas bien appréhendée par les chef de bas étage (ou excède les possiblité techniques des instrumentistes) que tant d'interpétation nous parraissent terne et sans éclat de génie. Savoir exposer la juste gradation dynamique des notes d'une mélodie de Bruckner est un art difficile. La réussite à cet exercice est ce qui sépare l'horlogiste du chef d'orchestre et qui entraîne la musique du grand autrichien vers l'Olympe. C'est parce que cette dimension dynamique de la mélodie était n'était pas parfaitement exposée, voir pas du tout, tout le long de l'interprétation de la 8e par Celibidache que je l'ai rejetée en partie comme criarde et frustre (Cf mon post: Symphonie 8 de Bruckner). Autre exemple: je ne peut pas concevoir les parties en pizzicati du 3e mouveent de la quatrième de Tchaïkovski sans d'amples courbes dynamiques, qui déploie le thème dans une autre dimension que le temps. Là encore, il faut quand même de sacrés possiblités techniques pour que le chef puisse extorquer à ses musiciens une plage dynamique non seulement suffisante mais aussi cohérente. Je crois n'avoir jamais encore entendu ce mouvement tel que je le rêve. Même sous la baguette de Mravinski, c'est dire!

Pour en revenir à la 1er de Mahler, le 3e mouvement -le plus difficile- est quand même d'une construction aussi audacieuse qu'intéressante, où on retrouve plus qu'ailleurs le Mahler de la 5e. C'est aussi une véritable préfiguration de la musique filmique, ce qui ne peut non plus déplaire aux amateurs!

La configuration dans mon profil


Ce n'est pas se donner que de donner ce qu'on voudrait être (Patrick Drevet).
Sage nicht immer, was du weisst, aber wisse immer was du sagst (Matthias Claudius).
Avatar de l’utilisateur
Scytales
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 10939
Inscription Forum: 31 Mar 2002 2:00
  • offline

Message » 23 Sep 2002 18:12

Scytales a écrit:
YETI a écrit:(ou est le theme de zorro ? :lol:)

Pour en revenir à la 1er de Mahler, le 3e mouvement -le plus difficile- est quand même d'une construction aussi audacieuse qu'intéressante, où on retrouve plus qu'ailleurs le Mahler de la 5e. C'est aussi une véritable préfiguration de la musique filmique, ce qui ne peut non plus déplaire aux amateurs!


Tu as mis dans le mille !
C'est exactement l'impression que j'ai eu lors de mes premieres ecoutes de ces 2 grandes oeuvres, parmi les plus belles qui soient, deference gardee envers mon vieil ami Ludvig van B :wink:
Gradubide
 
Messages: 235
Inscription Forum: 28 Fév 2001 2:00
Localisation: Grenoble
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD