Modérateurs: Staff Multimédia, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 11 invités

Musique enregistrée : BLURAY, CD & DVD musicaux, interprètes...

Masterings de m...

Message » 17 Déc 2008 14:41

Betekaa a écrit:+1 :wink:
en gros les choix sont bien ceux des maisons/prod/artistes... il ne s'agit pas de "loupés", d'incompétence etc

et que les trucs sonnants "hifi" ne sont pas "vrais", loin de là 8)


Merci à tous pour les mercis! :wink:
De mon côté j'aimerais bien trouver plus d'ingés son audiophiles, car, contrairement à ce qu'ils croient, les deux ne sont pas incompatibles!

Par contre, je ne serais pas aussi affirmatif que toi pour autant sur le fait qu'il ne s'agisse pas de loupés ou d'incompétences.

Je pense que ce milieu est comme tout autre, hétérogène.
Vous y trouverez des férus de la dernière technologie à la mode, des aigris qui regrettent le bon vieux temps, des gens cons, des gens brillants, et bien sûr tous les intermédiaires! :mdr:

Dans le tas, la plupart des gens veulent faire au mieux au sein de leur chapelle, ne serait-ce que pour des raisons de survie...
Mais cela n'empêche pas pour autant de faire des conneries, pas plus que ça ne dégage du fait que nous sommes dépendants de notre environnement (matériel comme humain).

Et, plus encore, là aussi, petit à petit, on devient moins petit... :wink:
maikol
 
Messages: 180
Inscription Forum: 11 Avr 2006 1:18
Localisation: paris
  • offline

Annonce

Message par Google » 17 Déc 2008 14:41

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 17 Déc 2008 15:00

mon frère était un mélomane/audiophile/ingé son/passionné de technos, j'ai une excuse ? :lol:

sinon, tu as raison de souligner qu'il y a comme aprtout, des mauvais :wink:

La configuration dans mon profil


Attention, il se peut que ce post comporte des private joke navrantes, des poils de troll, voire des morceaux de boulets. Employé de l'année 2015. Aussi connu comme Admin dada. M'embêtez pas.
Avatar de l’utilisateur
Betekaa
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
 
Messages: 52147
Inscription Forum: 15 Jan 2002 2:00
Localisation: omnichiant
  • offline

Message » 17 Déc 2008 15:57

...et des bons!

sinon j'aime beaucoup ta localisation (omnichiant)!!! :lol: :mdr:
maikol
 
Messages: 180
Inscription Forum: 11 Avr 2006 1:18
Localisation: paris
  • offline

Message » 17 Déc 2008 16:29

Il y a un point qui mérite peut-etre notre refléxion: lorsqu'on se penche sur la qualité technique d'un enregistrement (en mettant de coté ses qualités artistiques) l'on s'appercoit que dans les tout bons disques il y a surtout des prises du son de musique classique et de jazz. Il y a bien des ovnis en musique dite "du monde" ou en musique éléctronique mais la majorité de ces enregistrements ne sort pas de ce standard, somme toute assez médiocre. Quelques exemples sur le topic "CD-les meilleurs enregistrements à vous de décider".
jago
 
Messages: 656
Inscription Forum: 01 Aoû 2008 18:02
  • offline

Message » 17 Déc 2008 17:22

jago a écrit:Il y a un point qui mérite peut-etre notre refléxion: lorsqu'on se penche sur la qualité technique d'un enregistrement (en mettant de coté ses qualités artistiques) l'on s'appercoit que dans les tout bons disques il y a surtout des prises du son de musique classique et de jazz. Il y a bien des ovnis en musique dite "du monde" ou en musique éléctronique mais la majorité de ces enregistrements ne sort pas de ce standard, somme toute assez médiocre. Quelques exemples sur le topic "CD-les meilleurs enregistrements à vous de décider".


Tout dépend de ce qu'on appelle qualité technique...

Il est évidemment plus facile de juger du "réalisme" d'un enregistrement de classique que d'un disque de pop ou d'électro.

Le métal est exemplaire à ce sujet. Jamais vous ne trouverez de batterie sonnant dans la vraie vie comme sur un disque de métal!
A part peut être si vous considérez Led Zep comme du métal...et encore!

Peut-on dès lors dire que la qualité technique des disques de métal est mauvaise?

C'est bien l'évolution des possibilités lors de la phase de production (arrivée du vrai multipistes, consoles de mixage à rallonge,...) qui a orienté le devenir du son métal. De même en pop, rock, chanson,...bref dans toutes les musiques dites "produites".

Malheureusement, ce sont aussi ces musiques "produites" qui sont le plus sujet aux guerres du niveau, et plus généralement aux effets de mode...
Voyez les années 80 et l'arrivée des synthés midi (aaah le DX7! :mdr: )!

Regardez en parallèle comment ont évolué les enregistrements de musique classique, contemporaine, baroque,... les grands principes de prise de son sont restés les mêmes, on profite simplement des progrès techniques du matériel.

MAIS, ils sont devenus fous furieux de l'édition! Il peut y avoir 500 points de montages sur un disque classique aujourd'hui! :o
Les disques classiques sont devenus si exempts de défaut, que les jeunes musiciens sortant du conservatoire...jouent pareil!!!
Le niveau technique des jeunes musiciens a augmenté en flèche ces dernières années, parce que leurs modèles, ce sont des disques...parfaits !!! :D
maikol
 
Messages: 180
Inscription Forum: 11 Avr 2006 1:18
Localisation: paris
  • offline

Message » 17 Déc 2008 18:22

Par la qualité technique j'entends non seulement le réalisme des timbres mais également la transparence (c'est souvent elle qui fait défaut), l'ouverture, la spacialisation, la présence d'un souffle (vous avez déjà entendu un concert sans souffle?) etc. et puis ce quelque chose de...magique? qui fait que certaines prises du son sont resté dans l'histoire et créent toujours cette émotion unique à l'écoute.
jago
 
Messages: 656
Inscription Forum: 01 Aoû 2008 18:02
  • offline

Message » 17 Déc 2008 18:30

+1 avec Maikol

Je ne suis qu'un amateur (mal) éclairé mais il me semble que la qualité technique n'est pas à confondre avec le réalisme ou perception de réalisme dès lors que l'on ne parle plus de musique acoustique.
Par contre il me semble que quelque soit ce que nous écoutions d'électrique ou d'électronique, nous aurons la perception d'une certaine qualité quand les règles établies sur base de musique acoustique sont respectées: volumes relatifs des registres, dynamique, etc. Je m'explique peut-être mal, mais ce que je veux dire c'est qu'un enregistrement peut sonner bon lorsque ( au conditionnel) en remplaçant les sons électriques/électroniques par des sons acoustiques ça sonne naturel (et j'entends parfaitement les explications de maikol sur le besoin d'exagération pour sonner naturel).

La guerre du niveau, comme dit Maikol, met à mal cet équilibre naturel (ou culturel) et heurte nos sens. Toutefois, une personne qui n'a jamais entendu de formation acoustique n'a aucune idée de cette référence... et ne saurais dons la percevoir comme une dégradation. Ces « ptits jeunes gavés au MP3 » n’ont d’autres références que les leurs. Ce n’est pas mal c’est différent.
Quand qualité est si liée à interprétation (car un mix ou un master est une interprétation), nous souffrons seulement d’avoir des références différentes.

D'autre part un ami, producteur de disques pop/rock dans les années 80, me disait qu'il n'y avait que quelques ingé son stars sur la planète et qu'on voulait absolument passer par celui-ci ou celui-là pour le mastering, ce qui en dit long sur l'influence de ces personnes sur le résultat final (qui au demeurant n'a pas grand chose à voir avec une quelconque forme de réalisme)

Pour finir, en tant qu'amateur, j'ai fait de nombreuses répétitions et concerts de blues-rock, et ne peux m'empêcher de sourire quand je lis des choses comme "chaque instrument est sa place" dans un enregistrement puisqu’il s'agit d'une pure virtualité crée par le mix et le mastering.
Fyper
 
Messages: 3428
Inscription Forum: 13 Juil 2005 18:05
  • offline

Message » 17 Déc 2008 18:40

Fyper a écrit:
La guerre du niveau, comme dit Maikol, met à mal cet équilibre naturel (ou culturel) et heurte nos sens. Toutefois, une personne qui n'a jamais entendu de formation acoustique n'a aucune idée de cette référence... et ne saurais dons la percevoir comme une dégradation. Ces « ptits jeunes gavés au MP3 » n’ont d’autres références que les leurs. Ce n’est pas mal c’est différent.
Quand qualité est si liée à interprétation (car un mix ou un master est une interprétation), nous souffrons seulement d’avoir des références différentes.


Je n'aurais pas su le dire aussi bien!
maikol
 
Messages: 180
Inscription Forum: 11 Avr 2006 1:18
Localisation: paris
  • offline

Message » 17 Déc 2008 23:28

Merci Maikol pour ce post explicatif ! :D
syber
 
Messages: 11868
Inscription Forum: 30 Juil 2005 15:07
  • offline

Message » 18 Déc 2008 3:15

:D

Pour en revenir au post de Fyper, je tempérerais tout de même sa remarque sur le fait que quelqu'un n'ayant pas de référence "réelle" ne sera pas dérangé par l'ultra écrabouillage des disques dont nous parlons.

Il semble qu'il y ait une sorte de limite physique du supportable dans le genre...j'ai souvent entendu dire par des non connaisseurs qu'ils avaient souvent du mal à écouter en totalité certains disques récents, les trouvant en quelque sorte fatiguants...oppressants... agressifs...bref, tous les critères des disques avec trop de niveau!

L'histoire des fans de Métallica est très intéressante à ce titre. Les fans ne sont pourtant généralement pas les plus objectifs, mais cette fois là, la limite a été franchie, et ils s'en sont rendu compte!

Ceci dit, la vache, elle est quand même super haute, leur limite!!! :o :cry:

Pour adoucir la chose, une version inverse: les Guns'n'Roses (eh non ils ne sont pas morts!) viennent de ressortir un disque.
En soit, certes, ce n'est pas forcément une très bonne nouvelle! :mdr:

Oui mais: ils ont confié le mastering à Bob Ludwig (LE plus grand!) en lui disant: "on sera pas là, fait comme tu le sens"

Bob à proposé trois versions.

-Une au niveau actuel,
-Une comme il aimerait qu'elle soit (soit 10 dB moins fort que les autres, et même limite moins fort que leur précédent disque!),
-Une entre les deux, en espérant secrètement qu'au moins ils prendraient celle là,

sachant très bien que les gus prendraient la version la plus forte!

Et alors?















Et alors?



















Beeen, Zorro est aaaarrrivéééééé, sans s'pressééééer!
:mdr:
(bon ok sors!)


Non, sérieusement.

Eh bien le groupe à choisi la version la moins forte!

Comme quoi, il y a toujours un espoir! :lol:
Dernière édition par maikol le 18 Déc 2008 22:25, édité 1 fois.
maikol
 
Messages: 180
Inscription Forum: 11 Avr 2006 1:18
Localisation: paris
  • offline

Message » 18 Déc 2008 10:20

maikol a écrit:...et des bons!

sinon j'aime beaucoup ta localisation (omnichiant)!!! :lol: :mdr:

enfin, je suis surtout localisé dans bla bla (et heureusement pour les autres forums :lol: )

La configuration dans mon profil


Attention, il se peut que ce post comporte des private joke navrantes, des poils de troll, voire des morceaux de boulets. Employé de l'année 2015. Aussi connu comme Admin dada. M'embêtez pas.
Avatar de l’utilisateur
Betekaa
Membre d'Honneur
Membre d'Honneur
 
Messages: 52147
Inscription Forum: 15 Jan 2002 2:00
Localisation: omnichiant
  • offline

Message » 19 Déc 2008 15:32

maikol a écrit: Regardez en parallèle comment ont évolué les enregistrements de musique classique, contemporaine, baroque,... les grands principes de prise de son sont restés les mêmes, on profite simplement des progrès techniques du matériel.


Plus ou moins juste...

Le multimicros/Multipliste qui étaient la règle dans les grandes maisons de disques du temps de l'analogique... a peu à peu laissé place à un retour à plus de naturel et aux grands principes de base en oeuvres avant la généralisation du multipliste dans les grandes maisons de disques (utilisé même pour le piano dans les années 1970 !)...

De nos jours, globalement, les prises de son classiques se sont améliorées pour la raison essentielle que les moyens de prise de son sont plus simples en raison du fait que l'essentiel de la production est assurée par des petites maisons de disques qui n'ont pas les moyens d'avoir du 16 pistes ou plus : les grandes ont sérieusement baissé casaque.

Et que ces moyens plus simples, permettent des prises de son plus naturelles. Mais aussi, hélas ! , parfois trop réverbérées... ou faites de trop près. Il y a hélas ! encore des preneurs de son qui ont des goûts douteux...


MAIS, ils sont devenus fous furieux de l'édition! Il peut y avoir 500 points de montages sur un disque classique aujourd'hui! :o


Pas aujourd'hui... ça fait un bail... Gould, par exemple mais il est loin d'être le seul, usait et abusait du montage dans les années 1950 et 1960... le rerecording existait aussi... et pas qu'un peu...

Des bandes constituées de collants montés aux ciseaux, j'en ai vu et pas qu'une... et bien avant le CD...

là encore, c'est un peu le contraire de ce que tu dis : avec le CD on a assisté à un retour à plus de simplicité dans la production et le montage, pratiqué bien sur toujours, n'est pas très bien vu... et surtout coûte assez cher pour les petites structures qui n'ont pas les bancs de montage intégrés. Et l'époque préfère les disques moins montés. Du temps des ciseaux : le montage se faisait sur un coin de table et ne coutait rien : un magnéto, un casque et un mur pour coller les bouts de bandes avec scotch pour choisir les bouts à intégrer :wink: Vieux souvenirs de montage...

Pour le numérique : il faut un banc de montage (sous Sadie, par exemple) et c'est plus compliqué à faire et plus long surtout ! Donc plus cher.


Les disques classiques sont devenus si exempts de défaut, que les jeunes musiciens sortant du conservatoire...jouent pareil!!!


Rigoureusement inexact. Les disques classiques sont plein de défauts : on corrige les fausses notes... pas les approximations, les choses floues, etc.


Le niveau technique des jeunes musiciens a augmenté en flèche ces dernières années, parce que leurs modèles, ce sont des disques...parfaits !!!:D


Outre le fait que les disques ne sont pas parfaits du tout, mais alors pas du tout, le niveau technique des jeunes musiciens n'a pas augmenté en flèche ces dernières années car les modèles seraient des disques.

On raconte cette sornette depuis avant la seconde guerre mondiale... donc depuis l'époque du 78 tours.

Les jeunes musiciens aujourd'hui jouent très très bien quand ils sont bons et nombreux le sont... et pas du tout les uns comme les autres contrairement ce qui se raconte...

J'ai participé à assez de jurys d'entrée et de sorties des conservatoires et de concours internationaux de musiques pour pouvoir témoigner du fait que ces histoires là qui se racontent (y compris par des musiciens qui ne réfléchissent pas beaucoup et se rétractent quand on leur en parle), sont inexactes.

les jeunes musiciens jouent de façon tout aussi diversifiée aujourd'hui qu'il y a 80 ans et leur maitrise instrumentale n'a pas fait de progrès en flèche. Ils sont en revanche plus nombreux à être formés et plus nombreux à très bien jouer...

Alain :wink:

La configuration dans mon profil


"Le coq qui chante le plus fort n'est pas celui qui vit le plus longtemps", proverbe que j'ai inventé le 12 juillet 2019. Libre de droits : ha ha ha !
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56774
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 19 Déc 2008 18:25

haskil a écrit:
maikol a écrit: Regardez en parallèle comment ont évolué les enregistrements de musique classique, contemporaine, baroque,... les grands principes de prise de son sont restés les mêmes, on profite simplement des progrès techniques du matériel.


Plus ou moins juste...

Le multimicros/Multipliste qui étaient la règle dans les grandes maisons de disques du temps de l'analogique... a peu à peu laissé place à un retour à plus de naturel et aux grands principes de base en oeuvres avant la généralisation du multipliste dans les grandes maisons de disques (utilisé même pour le piano dans les années 1970 !)...

En europe cela me semble ne concerner que les années 70 et début 80.


De nos jours, globalement, les prises de son classiques se sont améliorées pour la raison essentielle que les moyens de prise de son sont plus simples en raison du fait que l'essentiel de la production est assurée par des petites maisons de disques qui n'ont pas les moyens d'avoir du 16 pistes ou plus : les grandes ont sérieusement baissé casaque.

Et que ces moyens plus simples, permettent des prises de son plus naturelles. Mais aussi, hélas ! , parfois trop réverbérées... ou faites de trop près. Il y a hélas ! encore des preneurs de son qui ont des goûts douteux...


MAIS, ils sont devenus fous furieux de l'édition! Il peut y avoir 500 points de montages sur un disque classique aujourd'hui! :o


Pas aujourd'hui... ça fait un bail... Gould, par exemple mais il est loin d'être le seul, usait et abusait du montage dans les années 1950 et 1960... le rerecording existait aussi... et pas qu'un peu...

Des bandes constituées de collants montés aux ciseaux, j'en ai vu et pas qu'une... et bien avant le CD...


Je n'ai pas dit que le montage n'existait pas avant le CD! Mais dans une mesure très largement moindre!


là encore, c'est un peu le contraire de ce que tu dis : avec le CD on a assisté à un retour à plus de simplicité dans la production et le montage, pratiqué bien sur toujours, n'est pas très bien vu... et surtout coûte assez cher pour les petites structures qui n'ont pas les bancs de montage intégrés. Et l'époque préfère les disques moins montés. Du temps des ciseaux : le montage se faisait sur un coin de table et ne coutait rien : un magnéto, un casque et un mur pour coller les bouts de bandes avec scotch pour choisir les bouts à intégrer :wink: Vieux souvenirs de montage...

Pour le numérique : il faut un banc de montage (sous Sadie, par exemple) et c'est plus compliqué à faire et plus long surtout ! Donc plus cher.

Je commence à me demander si nous vivons bien dans le même monde (ou la même époque? :wink: ) ?
Tu connais beaucoup de disques classiques aujourd'hui qui ne sont pas fait avec un "banc de montage" (comme tu dis) numérique??? :o
Je ne parle pas de la phase de prise de son, mais de l'obligatoire phase de (justement) montage/mastering.
Le montage d'un disque se fait généralement en 2-3 jours, souvent par le preneur de son/monteur, le directeur artistique (le chef par exemple) ne venant alors que pour les finitions. Si tout le monde n'abuse pas du montage, la grande majorité des disques passent par la case montage, et toujours dans une station informatique !




Les disques classiques sont devenus si exempts de défaut, que les jeunes musiciens sortant du conservatoire...jouent pareil!!!


Rigoureusement inexact. Les disques classiques sont plein de défauts : on corrige les fausses notes... pas les approximations, les choses floues, etc.

Le niveau technique des jeunes musiciens a augmenté en flèche ces dernières années, parce que leurs modèles, ce sont des disques...parfaits !!!:D


Outre le fait que les disques ne sont pas parfaits du tout, mais alors pas du tout, le niveau technique des jeunes musiciens n'a pas augmenté en flèche ces dernières années car les modèles seraient des disques.



:roll: Dans la série je te prends au mot, qu'appelles tu "chose floue"? :)
Evidemment que les disques ne sont pas parfaits (encore heureux!), mais on ne peut plus se permettre de laisser traîner des pains qu'auparavant on aurait laissé! De la même manière que la guerre du niveau a pu avoir lieu parce qu'il n'est pas venu à l'idée des groupes/labels/ DA... que l'on pouvait se permettre de sortir un disque MOINS fort que les autres!

Réécoute de vieux enregistrements, y compris de maîtres, et vois le niveau d'exigence sur la justesse par exemple!
Les disques modernes sont généralement bien plus rigoureux sur la justesse, quitte à ce que, comme on l'entend parfois : "Y en a pas une à côté, mais qu'est ce qu'on s'emm....!!!" :mdr:




On raconte cette sornette depuis avant la seconde guerre mondiale... donc depuis l'époque du 78 tours.

Les jeunes musiciens aujourd'hui jouent très très bien quand ils sont bons et nombreux le sont... et pas du tout les uns comme les autres contrairement ce qui se raconte...

J'ai participé à assez de jurys d'entrée et de sorties des conservatoires et de concours internationaux de musiques pour pouvoir témoigner du fait que ces histoires là qui se racontent (y compris par des musiciens qui ne réfléchissent pas beaucoup et se rétractent quand on leur en parle), sont inexactes.

les jeunes musiciens jouent de façon tout aussi diversifiée aujourd'hui qu'il y a 80 ans et leur maitrise instrumentale n'a pas fait de progrès en flèche. Ils sont en revanche plus nombreux à être formés et plus nombreux à très bien jouer...

Alain :wink:
maikol
 
Messages: 180
Inscription Forum: 11 Avr 2006 1:18
Localisation: paris
  • offline

Message » 19 Déc 2008 19:16

maikol a écrit: Je n'ai pas dit que le montage n'existait pas avant le CD! Mais dans une mesure très largement moindre!


Non pas moindre du tout. J'ai vu de mes yeux vus des bandes bourrées de collants. Et pas qu'un peu.

Et il existe une interview du tout début des années 1960... ou Grumiaux dit que la technique tue la musique et il cite le cas d'un pianiste qui aurait enregistré des études de Chopin mains séparées et qu'on aurait ensuite recopiées les deux prises... et de violonistes qui trichent... début des années 1960 et il en existe des dizaines comme ça. Et même avant dans le temps. (l'histoire de l'interprétation est ma spécialité professionnelle...).

En europe cela me semble ne concerner que les années 70 et début 80.


Epoque du microsillon et de l'analogique. Decca était très en avance sur les Etats Unis pour ce qui est du multipiste appliqué à la musique classique. En 1958, déjà Decca enregistrait en multimicros... la musique classique... Etats-Unis qui ont été assez rétrograde finalement dans ce domaine avec la musique classique : ils pratiquaient une relative économie de moyens technique. Et se sont mis au multipiste à la façon européenne qu'assez tard. Les disques CBS des années 1960-1970 sonnent sont loin d'avoir été enregistrés avec la débauche de moyens de Decca, par exemple si fier de ses consoles 36 pistes faites maison et de ses disques enregistrés avec une forêt de micros ! Et même en rerecording...

Tu connais beaucoup de disques classiques aujourd'hui qui ne sont pas fait avec un "banc de montage" (comme tu dis) numérique??? :o


Ai-je dit le contraire ? Non ! Et pour cause... Ce que je dis, c'est que le montage numérique coute plus cher que le montage analogique. C'est tout. Alors les petites maisons de disques qui sont majoritaires dans la production de nos jours font un peu la tête quand il faut en faire beaucoup... car elles font souvent appel à des pool techniques externes qui coutent cher l'heure de montage...

Le montage d'un disque se fait généralement en 2-3 jours, souvent par le preneur de son/monteur, le directeur artistique (le chef par exemple) ne venant alors que pour les finitions.


Le preneur de son suit le plan de montage que lui donne le directeur artistique. Le directeur artistique fait seul le plan de montage ou avec le musicien. De toute façon ce dernier doit le valider au bout du compte. Certains délèguent tout. Pas tous. J'ai fait pas mal de plan de montages. Et je vais te dire, les musiciens préfèrent toujours des grandes plages et détestent le note à note : sauf les manchots qui sont contraints d'y recourir. Et s'il y en a, evidemment, ils ne sont pas la majorité. Loin de là... Ils sont très très minoritaires : les disques faits de collants sont mauvais pour la réputation des musiciens qui reccourent à cet artifice. On invente même parfois ce défaut pour nuire à certains...

Si tout le monde n'abuse pas du montage, la grande majorité des disques passent par la case montage, et toujours dans une station informatique !


Merci, je sais. Même les live new Look... Mais il est faux d'affirmer que c'est davantage le cas de nos jours : on ne monte pas plus aujourd'hui qu'il y a 40 ans. Et d'ailleurs quand tu affirmes que le montage est devenu exessif, tu te contredis avec l'affirmation suivante : quand tu affirmes que la maitrise technique des jeunes a grimpé en fléche... si elle a grimpé en flêche ils ont moins besoin d'être montés...

Les disques d'orchestre de nos jours sont faits "deux fois" plus vite qu'avant, avec moins de prises et moins de montages qu'il y a 30 ans ou 40 ans par exemple... aujourd'hui : on répète dans le studio et on enregistre dans la foulée... Walter Legge serait fou de rage...


[b] :roll: Dans la série je te prends au mot, qu'appelles tu "chose floue"? :)


Un jeu flou, c'est un jeu qui manque de maitrise technique, dans lequel les traits sont savonnés, par exemple. Tu peux retirer les fausses notes faites par un pianiste ou par un violoniste... s'il manque de maitrise... ce manque de maitrise s'entendra toujours... tu peux retirer mes fausses notes : je ne produirais pas un disque parfait pour autant...


Evidemment que les disques ne sont pas parfaits (encore heureux!), mais on ne peut plus se permettre de laisser traîner des pains qu'auparavant on aurait laissé!


Des fausses notes, des fautes de lectures, des passages pas nets du tout, des arrangements de texte, il y en a encore dans les disques et beaucoup même... comme on enregistre toujours des artistes à la maitrise très perfectible...


Réécoute de vieux enregistrements, y compris de maîtres, et vois le niveau d'exigence sur la justesse par exemple!


Jessye Norman a fait sa carrière, et quelle carrière !, en chantant trop bas... Personne n'a jamais entendu Henryk Szeryng ne pas jouer juste en revanche... et pas souvent entendu Milstein ou Heifetz jouer faux...

Les anciens enregistrements de vieux maitres sont comme ceux des vieux maitres jouant aujourd'hui : pas toujours bien parfaits du point de vue impeccabilité technique, mais à âge égal : un Lipatti, par exemple, un Horowitz jeune, un Cziffra, un Barère, une Novaes, un Friedeman ont dix fois plus de maitrise que bien des pianistes enregistrés au même âge qu'eux de nos jours... Et pourtant de nos jours, il y a aussi de magnifiques jeunes artistes pas du tout chiant, pas du tout froids, pas du tout obsédés par la propreté parfaite de leur jeu. Ils savent que c'est illusoire.

Les disques modernes sont généralement bien plus rigoureux sur la justesse, quitte à ce que, comme on l'entend parfois : "Y en a pas une à côté, mais qu'est ce qu'on s'emm....!!!" :mdr:


Ce n'est pas juste. C'est une vue de l'esprit. Il y aujourd'hui des artistes absolument passionnants. Et hier de nombreux disques emmerdants.

Mon plus ancien disque remonte à 1886... :wink:



Alain :wink:

La configuration dans mon profil


"Le coq qui chante le plus fort n'est pas celui qui vit le plus longtemps", proverbe que j'ai inventé le 12 juillet 2019. Libre de droits : ha ha ha !
Avatar de l’utilisateur
haskil
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 56774
Inscription Forum: 06 Déc 2001 2:00
Localisation: Haute Normandie et Brésil
  • offline

Message » 19 Déc 2008 20:52

Ai-je dit le contraire ? Non ! Et pour cause... Ce que je dis, c'est que le montage numérique coute plus cher que le montage analogique. C'est tout. Alors les petites maisons de disques qui sont majoritaires dans la production de nos jours font un peu la tête quand il faut en faire beaucoup... car elles font souvent appel à des pool techniques externes qui coutent cher l'heure de montage...



Si le montage numérique coûte peut être plus cher que l'analogique (et encore, si la station de travail utilisée au montage est la même qu'à l'enregistrement, ça n'est pas moins cher qu'un magnéto analogique équivalent en qualité!), je ne vois pas comment cela pourrait ne pas être largement compensé par le prix ridicule du disque dur (à comparer avec les x bobines de bande analogique de rushs!)


Le preneur de son suit le plan de montage que lui donne le directeur artistique. Le directeur artistique fait seul le plan de montage ou avec le musicien. De toute façon ce dernier doit le valider au bout du compte. Certains délèguent tout. Pas tous. J'ai fait pas mal de plan de montages. Et je vais te dire, les musiciens préfèrent toujours des grandes plages et détestent le note à note : sauf les manchots qui sont contraints d'y recourir. Et s'il y en a, evidemment, ils ne sont pas la majorité. Loin de là... Ils sont très très minoritaires : les disques faits de collants sont mauvais pour la réputation des musiciens qui reccourent à cet artifice. On invente même parfois ce défaut pour nuire à certains...


Te lire écrivant que les disques avec montages (je n'ai pas dit énormément de montages, pardon de "collants"! :mdr: ) sont très très minoritaire me fait encore une fois me demander si nous vivons sur la même planète! :D


Merci, je sais. Même les live new Look... Mais il est faux d'affirmer que c'est davantage le cas de nos jours : on ne monte pas plus aujourd'hui qu'il y a 40 ans. Et d'ailleurs quand tu affirmes que le montage est devenu exessif, tu te contredis avec l'affirmation suivante : quand tu affirmes que la maitrise technique des jeunes a grimpé en fléche... si elle a grimpé en flêche ils ont moins besoin d'être montés...


Tu me fais dire ce que je n'ai pas dit.
Je n'ai pas dit que le montage était devenu excessif, j'ai dit qu'il y en avait énormément.
Je n'ai pas dit que les jeunes n'avaient pas besoin d'être montés (quelle belle formule! :mdr: ), je constate que leur niveau d'exigence purement technique est de plus en plus haut. Par ailleurs, tu sais bien qu'on ne monte pas seulement pour enlever des pains!



Les disques modernes sont généralement bien plus rigoureux sur la justesse, quitte à ce que, comme on l'entend parfois : "Y en a pas une à côté, mais qu'est ce qu'on s'emm....!!!" :mdr:


Ce n'est pas juste. C'est une vue de l'esprit. Il y aujourd'hui des artistes absolument passionnants. Et hier de nombreux disques emmerdants.


C'est fou cette manière que tu as de transformer une remarque pondérée ("généralement", "parfois") en une affirmation bornée et péremptoire!
Ai-je écrit que TOUS les disques modernes étaient chiants?
Que TOUS les disques anciens étaient passionnants?

Mon plus ancien disque remonte à 1886... :wink:


Tu m'en vois ravi ! :mdr:
maikol
 
Messages: 180
Inscription Forum: 11 Avr 2006 1:18
Localisation: paris
  • offline


Retourner vers Musique enregistrée : BD, CD & DVD