Modérateurs: Staff Univers Casques, Staff Haute-Fidélité, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité

Tout sujet traitant d'acoustique et ne relevant pas strictement du traitement de la pièce d'écoute ou de la correction du signal.

Qu'est-ce que vous pensez de la house curve ?

Message » 28 Oct 2010 23:39

Bonjour à tous,

Alors voilà dernièrement j'ai trouvé ce site qui parle d'une courbe cible qui prendrait en compte la perception de l'oreille humaine :lol:
http://dialou.fr/htpc/Utilisation/homecinema/calibration/calibaudio/calibaudio_housecurve.html

J'aimerais savoir ce que vous en pensez. Faut-il prendre en compte la perception de l'oreille humaine pour faire ses réglages ou tenter plutôt d'avoir une courbe de réponse en fréquence la plus linéaire possible sur tout le spectre audio ?

Moi perso, j'ai testé à peu près. Au début j'ai trouvé ça bien, surtout tout ce qui est bruit de moteur, etc. Mais finalement je trouve ça assez assourdissant.

Et votre avis :mdr: ?

Merci de me répondre :wink:
SuperLumberjack
 
Messages: 3220
Inscription Forum: 26 Aoû 2005 21:45
Localisation: Alsace (67)
  • offline

Annonce

Message par Google » 28 Oct 2010 23:39

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 29 Oct 2010 11:47

Ali halo :lol: ? Tout le monde s'en fout :mdr: ?
SuperLumberjack
 
Messages: 3220
Inscription Forum: 26 Aoû 2005 21:45
Localisation: Alsace (67)
  • offline

Message » 29 Oct 2010 22:10

Tant pich :mdr: !
SuperLumberjack
 
Messages: 3220
Inscription Forum: 26 Aoû 2005 21:45
Localisation: Alsace (67)
  • offline

Message » 29 Oct 2010 23:19

SuperLumberjack a écrit:J'aimerais savoir ce que vous en pensez.

Que pour moi, c’est une absurdité.
SuperLumberjack a écrit:Faut-il prendre en compte la perception de l'oreille humaine pour faire ses réglages ?

Mais comment ça ? Qui « prend en compte la perception de l'oreille humaine » et « fait les réglages » quand nous écoutons tous sons « dans la nature » ?..
SuperLumberjack a écrit:ou tenter plutôt d'avoir une courbe de réponse en fréquence la plus linéaire possible sur tout le spectre audio ?

Pour moi, par exemple, c’est la base de l’organisation, dans la mesure du raisonnablement possible, bien sûr !, du spectre résultant de l’ensemble "HP - local d’écoute" de mon système.
Portkula
 
Messages: 351
Inscription Forum: 01 Fév 2010 23:33
  • offline

Message » 02 Nov 2010 17:54

Le proprio du site indiqué est complètement à côté de la plaque...

Avant de corriger en fonction des courbes d'isosonies, il serait déjà bon que la chaine de production et de reproduction soit calibrée:
- en niveau vs fréquences
- en niveau absolu

Un peu comme ça se fait dans le cinéma (en principe...). Ensuite, si l'on écoute moins fort, tenir compte de la courbe d'isosonie a un sens....mais pas avant!

mes 0,02 €

jacques

PS: la courbe (en fait LES courbes) ISO X sont spécifique au salles de cinéma, et lié au moultes paramètres imbriqués... :idee:
TMS
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 4789
Inscription Forum: 31 Mar 2004 2:22
Localisation: Ile de France / 77
  • offline

Message » 03 Nov 2010 11:48

TMS a écrit:Avant de corriger en fonction des courbes d'isosonies...

La correction en fonction des courbes isosoniques n'a rien à voir avec les caractéristiques de fréquence (« curves ») d'un système audio, ni avec celles du local d'écoute (à la « house » (« maison ») de l’en-tête de la file). Elle n'est fonction (dans les cas où l'utilisateur du système le veut, naturellement) que de la différence entre les niveaux de la pression acoustique «naturelle» pour une source de son naturel concrète, et de la pression acoustique de cette source de son écoutée électro-acoustiquement.

Et elle ne peut, naturellement, avoir son effet que dans les limites de la gamme des basses fréquences linéairement reproduites par les haut-parleurs du système.
Ce que vous confirmez vous-même ci-dessous :
TMS a écrit:...si l'on écoute moins fort, tenir compte de la courbe d'isosonie...

mais cette «correction physiologique» est également valable si l’on écoute «plus fort» que «naturel», en atténuant alors les graves progressivement en fonction de l’excédent croissant du niveau sonore écouté, pour éviter un son « tonnant » ou « grondant » de voix douces ou d’instruments sonnant doux dans la « nature », mais écoutés à des niveaux électro-acoustiques exagérés.
TMS a écrit:il serait déjà bon que la chaîne de production et de reproduction soit calibrée:
- en niveau vs fréquences
- en niveau absolu

Qu'est-ce que vous entendez par cela ?
Portkula
 
Messages: 351
Inscription Forum: 01 Fév 2010 23:33
  • offline

Message » 03 Nov 2010 12:43

Disont qu'avant de travailler une "courbe cible" pour un système de reproduction, il est d'abord nécessaire de faire entre la courbe de réponse dans des gabarits standards (ISO ou ITU) ET de calibrer le rapport entre le niveau d'enregistrement (en dBFS) et le niveau généré par les enceintes (dB SPL) pour que la reproduction soit faite au même niveau sonore que pour le mixage, et donc assurer le même équilibre tonal (détruit si on n'écoute pas au même niveau, cf courbes d'isosonies).

Une courbe de réponse qui tient dans + / - 8 à 15 dB (assez courant) n'est pas un base saine pour une reproduction qui se veut fidèle.... :cry:
TMS
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 4789
Inscription Forum: 31 Mar 2004 2:22
Localisation: Ile de France / 77
  • offline

Message » 03 Nov 2010 20:24

TMS a écrit:Disons qu'avant de travailler une "courbe cible" pour un système de reproduction...

Bon, à titre d’échange de points de vue toujours :

Comme j’ai dit, des « courbes cibles » etc. pour moi, je les laisse hors de discussion... Ce qui me sert depuis des années, c’est la courbe de réponse en fréquence résultante de « HP – local d’écoute » linéarisée dans la mesure du possible dans la gamme entre 30 et 20000 Hz.
TMS a écrit:...il est d'abord nécessaire de faire entrer la courbe de réponse dans des gabarits standards (ISO ou ITU)...

En tout cas, la linéariser dans la mesure du possible dans la gamme entre 30 et 20000 Hz.
TMS a écrit:...calibrer le rapport entre le niveau d'enregistrement (en dBFS) et le niveau généré par les enceintes (dB SPL) pour que la reproduction soit faite au même niveau sonore que pour le mixage...

Oh, comment ÇA est-ce possible ?!..

Comment un utilisateur du système « final » de reproduction sonore, peut-il calibrer quelque rapport que ce soit, entre « le niveau d’enregistrement » d’un programme qui arrive aux entrées de son système et le niveau acoustique généré par les enceintes, si, même avec un niveau d’amplification strictement constant dans son système, le signal électrique d’un grand orchestre symphonique avec un chœur et des solistes avec leur niveau crête de 120 dB, peut arriver aux entrées de son système, par exemple sur un disque CD ou par un tuner FM, pratiquement au même niveau électrique qu’une douce chanson accompagnée d’une flûte avec leur niveau crête de 65 dB!
TMS a écrit:Une courbe de réponse qui tient dans + / - 8 à 15 dB (assez courant) n'est pas un base saine pour une reproduction qui se veut fidèle...

C’est vrai.
Portkula
 
Messages: 351
Inscription Forum: 01 Fév 2010 23:33
  • offline

Message » 03 Nov 2010 21:23

Dans tous les systèmes professionnel type cinéma et broadcast, les systèmes de monitoring sont calibrés à un niveau donné pour un niveau donné dans le fichier : ça permet de conserver la cohérence de l'équilibre tonal et de la scène sonore...

Chez moi, ma référence en mode cinéma est la même que dans l'audi de mixage et les (bonnes) salles....

mais pour entrer là, le système doit pouvoir suivre en effet (pour les 120 dB crêtes d'un orchestre, je ne connais aucun système de mixage qui permette de traiter ces niveaux en cabine de mixage...), en cinéma, le niveau max (permanent) est de 105 dB par canal...ce qui est pas mal déjà. Et c'est là que la compression intervient...
TMS
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 4789
Inscription Forum: 31 Mar 2004 2:22
Localisation: Ile de France / 77
  • offline

Message » 10 Nov 2010 0:03

TMS a écrit:Dans tous les systèmes professionnel type cinéma et broadcast, les systèmes de monitoring sont calibrés à un niveau donné pour un niveau donné dans le fichier : ça permet de conserver la cohérence de l'équilibre tonal et de la scène sonore...

Oui, du côté enregistrement studio et post-production professionnel, un tel calibrage est non seulement possible, mais est très à saluer, là où l’ingénieur du son veut corriger, dans la mesure du possible, sa perception de la balance spectrale des programmes contrôlés à des niveaux de pression acoustique autres que « naturels » pour la source de son « naturelle » concrète qu’il enregistre. Pour ne pas vouloir exagérer les graves dans le programmes là où il écoute « plus bas » que naturel (à cause d’une perception « appauvrie » des basses à des niveaux « plus bas » que naturels), et ne pas vouloir atténuer les graves dans le programmes là où il écoute « plus haut » que naturel (à cause d’une perception exagérée des basses à des niveaux « plus hauts » que naturels).

Et moi, j’ai parlé de l’
Portkula a écrit:utilisateur du système « final » de reproduction sonore

qui est dans l’impossibilité absolue de
Portkula a écrit:calibrer quelque rapport que ce soit, entre « le niveau d’enregistrement » d’un programme qui arrive aux entrées de son système et le niveau acoustique généré par les enceintes, si, même avec un niveau d’amplification strictement constant dans son système, le signal électrique d’un grand orchestre symphonique avec un chœur et des solistes avec leur niveau crête de 120 dB, peut arriver aux entrées de son système, par exemple sur un disque CD ou par un tuner FM, pratiquement au même niveau électrique qu’une douce chanson accompagnée d’une flûte avec leur niveau crête de 65 dB!

TMS a écrit:mais pour entrer là, le système doit pouvoir suivre en effet (pour les 120 dB crêtes d'un orchestre, je ne connais aucun système de mixage qui permette de traiter ces niveaux en cabine de mixage...)

Cela PEUT être organisé, avec un équipement des niveaux de puissance et de rendement acoustique suffisants. Mais ce n’est pas pratiqué, pour des raisons d’incommodité pour le personnel et de protection professionnel, c’est autre chose...

Et moi, j’ai vu nombre d’ingénieurs du son à la radio (habitués à de hauts niveaux d’écoute de contrôle), contrôlant l’enregistrement même des voix de speakers à des niveaux « tonnants ». Sans, heureusement, intervenir dans la balance spectrale de l’enregistrement...
TMS a écrit:Et c'est là que la compression intervient...

Naturellement. Pour moi, il se présente anormal, bien que faisable, d’organiser l’écoute électroacoustique de programmes ayant des gammes dynamiques effectives de 90 dB, à des niveaux de pression acoustique de plus de 120 dB !
Portkula
 
Messages: 351
Inscription Forum: 01 Fév 2010 23:33
  • offline

Message » 10 Nov 2010 3:40

120 dB crête avec 90 dB de dynamique (si c'est de la dynamique utile, encodage sous 24 bit, le 16 bit du CD étant trop "court") ET un niveau de bruit de 20 dB SPL dans le lieu d'écoute ( 120 - 90 - 10 pour le rapport S/B des niveaux faibles) : pas beaucoup de particuliers peuvent pouvoir prétendre à ça...

Et sortir 120 dB crête pour une écoute à 4m va quand même demander, avec un système 2 canaux avec une sensibilité de 100 dB/1W/1m, des crêtes de près de 1 000 W.... pas courant non plus.....

pour ce qui est de la calibration en niveau relatif, c'est en standard dans le cinéma, mais complètement ignoré (bien à tord) dans la musique (heureusement, dans le broadcast TV ça arrive en ce moement, merci les normalisation EBU et les recommandations CST)
TMS
Pro-Divers
Pro-Divers
 
Messages: 4789
Inscription Forum: 31 Mar 2004 2:22
Localisation: Ile de France / 77
  • offline

Message » 10 Nov 2010 19:25

Whaou ! Je ne pensais pas qu'il y aurait autant de réaction :o Bon en tout cas, moi je suis revenu au réglages classiques de toute façon, c'est beaucoup plus agréable :lol:
SuperLumberjack
 
Messages: 3220
Inscription Forum: 26 Aoû 2005 21:45
Localisation: Alsace (67)
  • offline

Message » 11 Nov 2010 16:31

TMS a écrit:120 dB crête avec 90 dB de dynamique (si c'est de la dynamique utile, encodage sous 24 bit, le 16 bit du CD étant trop "court") ET un niveau de bruit de 20 dB SPL dans le lieu d'écoute ( 120 - 90 - 10 pour le rapport S/B des niveaux faibles) : pas beaucoup de particuliers peuvent pouvoir prétendre à ça...

Y a-t-il quelqu’un qui dit que c’est normal d’y prétendre, pour un particulier ? Quant à moi, j’ai écrit
Portkula a écrit:Pour moi, il se présente anormal, bien que faisable, d’organiser l’écoute électroacoustique de programmes ayant des gammes dynamiques effectives de 90 dB, à des niveaux de pression acoustique de plus de 120 dB !


Et c’est même pratiquement (avec des gammes dynamiques effectives de 90 dB) impossible dans des milieux publiques...
TMS a écrit:Et sortir 120 dB crête pour une écoute à 4 m va quand même demander, avec un système 2 canaux avec une sensibilité de 100 dB/1W/1m, des crêtes de près de 1 000 W... pas courant non plus...

Non, non.
1. Vous vous êtes trompé de un « 0 » : pour un HP de 100 dB/1 W/1 m mesuré à 1 m dans une chambre anéchoïque ou dans des conditions de « champ libre », la pression acoustique 120 dB c’est (1 W + 20 dB), c’est à dire 100 W, et non pas 1000 W.
2. Puis, dans des locaux d’écoute fermés, le wattage nécessaire pour atteindre la pression acoustique donnée est considérablement réduit par rapport à celui nécessaire dans une chambre anéchoïque ou dans des conditions de « champ libre », grâce aux réflexions multiples de l’énergie.
TMS a écrit:pour ce qui est de la calibration en niveau relatif, c'est en standard dans le cinéma

Dans une certaine mesure, oui.
TMS a écrit:pour ce qui est de la calibration en niveau relatif, c'est... complètement ignoré (bien à tord) dans la musique (heureusement, dans le broadcast TV ça arrive en ce moment, merci les normalisation EBU et les recommandations CST)

Mais comment est-ce possible même du côté « tête » de distribution de programmes audio : dans le « pressing » de disques, à la radio ou à la TV ? Est-ce qu’après l’émission d’un concert d’un grand orchestre symphonique avec solistes, avec leurs niveaux crêtes « naturels » de 110 dB présentés à « 0 » dB dans le canal radio ou TV, ou « pressé » sur des disques à « 0 dBFS », un concert de « douce » chanson accompagnée d’une guitare acoustique, avec leurs niveaux crêtes « naturels » de 65 dB, sera émis présenté à « -45 dB » crêtes dans le canal radio ou TV ou « pressé » sur des disques à « -45 dBFS » crêtes ?

Sans parler de « l’utilisateur final » !
Portkula
 
Messages: 351
Inscription Forum: 01 Fév 2010 23:33
  • offline


Retourner vers Divers