Modérateurs: Staff Bla Bla, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: brugam, captain, ChaG, FredP, karimdauphins, papinova, poilau et 17 invités

Espace de discussion général et aussi sur le home-cinéma (avec respect de la netiquette, de la politesse et hors sujets sensibles). Les threads uniquement destiner à "faire du post" de type "Fil rouge" ne sont plus autorisés.

nouveau slogan au CIO, Participe, on verra après.

Message » 25 Juil 2016 23:07

Pas con... :hehe: Ils ne leur manquerait qu'une plume dans le cul aux couleurs de leur pays pour attirer encore plus de spectateurs... :ane:
papinova
 
Messages: 1260
Inscription: 08 Aoû 2006 17:46
Localisation: toulouse
  • online

Annonce

Message par Google » 25 Juil 2016 23:07

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 26 Juil 2016 8:09

Pourquoi seulement UNE plume ? :D :D
SEM
 
Messages: 174
Inscription: 06 Jan 2005 23:47
Localisation: STRASBOURG
  • offline

Renouveau slogan au CIO, Participe, on verra après.

Message » 27 Juil 2016 13:29

didius_63 a écrit:Hello,

J'ai regardé le TDF avec plaisir, après ce qu'ils ont osés faire au mec qui a toujours été diapo, je me dis que les autres se tiennent à carreaux et "tout va bien",
mais alors pour les jeux, j'irai au cinéma, là où les stéroïdes sont parfois obligatoires et souvent extra terrestres.

le CIO, une grande famille moderne, pas baffes aux enfants. :wtf:


CIO & FIFA même combat ! :grad:

La configuration dans mon profil


JVC X7900 + Panasonic DMP-UB9000.
Le Hobbit...................La trilogie..................Vive le home cinéma !
13/11/2015 fluctuat nec mergitur /// charliehebdo.fr/
Avatar de l’utilisateur
opbilbo
Administrateur Forum Œuvres & Multimédia
Administrateur Forum Œuvres & Multimédia
 
Messages: 45437
Inscription: 12 Juil 2006 11:56
Localisation: Cul-de-sac
  • offline

Message » 27 Juil 2016 17:39

SEM a écrit:Les JO ne m'intéressent pas plus que ça, ou disons plutot j'ai pas le temps de m'y intéresser vraiment c'est à dire passer des heures devant la TV en général en pleine journée.

Je le regrette, surtout quand je vois les jolies athlètes dans leur tenues toutes mimi-riquiqui, les cuisses fuselées, les culs en béton touça touça...peut être un jour seront elles complètement à loilpé ? gasp !!

Mais sinon, sérieusement, pourquoi on ne dépénalise pas le dopage ? tout le monde le fait visiblement, non ?
Après tout ce ne sont que des médicaments, et tout le monde en bouffe à la pelle pour le moindre bobo...celà ferait peut être même progresser la sciences ? avec des applications pour monsieur tout le monde ? un peu comme la F1 qui sert de laboratoire pour des évolutions futures de la bagnole du caisseux lambda ?
Ca aurait du chien de se requinquer avec le même produit que le champion du monde du 150 mètres par exemple !

En outre les labos pharmaceutiques pourraient sponsoriser ce barnum, et ça aurait le mérite de la transparence: untel court pour tel labo et est chargé avec telle molécule (il y aurait une indication sur le maillot), et tel autre avec un truc tout neuf-qui-vient-de-sortir-et-qui-promet-déjà, et que le meilleur gagne, quoi !


Le 150 mètre :o
Effectivement cela ne t'intéresse pas.
TELLOUCK
 
Messages: 5210
Inscription: 05 Nov 2005 15:00
  • offline

Message » 27 Juil 2016 22:04

Ce n'est pas que ça ne m'intéresse pas dans l'absolu, et pour les raisons évoquées plus haut (la beauté des filles, par ex !)

Mais tout simplement pas le temps de regarder la TV.
Je passe 10-12H par jour hors du domicile familial pour des raisons professionelles, quand je rentre j'ai envie de passer du temps avec ma petite famille: on prépare le repas, on mange ensemble, on discute un peu.
Et puis j'ai mon jardin: binage ou arrosage tout les jours en été....et puis j'ai un verger....je fais des ceuillettes: myrtilles, mûres, framboises, etc...j'aime bien également faire du vélo. Je suis dans un club de tir et fait de la compet.
Sans compter la lecture: je suis abonné à plusieurs revues et journaux, et la maison est remplie de livre que je n'ai pas tous lu. Et puis la radio: france musique et france culture dont je suis un auditeur fidèle.
Et puis la musique: ma chaine hifi, mes vinyls, mes CD.....

Ou trouver du temps à passer devant la TV ?
SEM
 
Messages: 174
Inscription: 06 Jan 2005 23:47
Localisation: STRASBOURG
  • offline

Message » 27 Juil 2016 23:17

opbilbo a écrit:
didius_63 a écrit:Hello,

J'ai regardé le TDF avec plaisir, après ce qu'ils ont osés faire au mec qui a toujours été diapo, je me dis que les autres se tiennent à carreaux et "tout va bien",
mais alors pour les jeux, j'irai au cinéma, là où les stéroïdes sont parfois obligatoires et souvent extra terrestres.

le CIO, une grande famille moderne, pas baffes aux enfants. :wtf:


CIO & FIFA même combat ! :grad:


disons que: ce qu'il faut espérer avec le dopage organisé comme chez "peu t’être" quelqu'un, c'est que tous ces athlètes vivrons jusqu'à 45 ans, et ne s’écrouleront pas sur le gazon à 20 ans comme dans le foot.

Bale Gareth, photo à son arrivée à Milan, photo après 3 mois de travail. Les bancs de musculation sont efficaces en Espagne. :mdr:

Moi je serais assez pour une catégorie "Libre". Genre les groupes B de l'époque en Rally. :P
didius_63
 
Messages: 558
Inscription: 28 Nov 2009 23:55
Localisation: dans la pièce du fond
  • offline

Les inter genres posent problème

Message » 02 Aoû 2016 17:03

La question des tests de « féminité » agite régulièrement les grandes manifestations sportives. Mais comment définit-on le sexe biologique ? Et combien y a-t-il de sexes ? À l’occasion des Jeux olympiques de Rio, «CNRS Le journal» se penche sur ce sujet aussi sensible que complexe.

Qu’ils ou elles nagent, courent, lancent, rament, sautent… 10 500 athlètes de 206 pays vont enflammer la planète Sport du 5 au 21 août, Jeux olympiques de Rio oblige. Revers de la médaille, cette olympiade pourrait être ternie par des litiges sur le sexe de compétitrices aux épaules jugées trop larges ou aux hanches considérées comme trop étroites… Au fil des Jeux, la liste est longue, en effet, des sportives dont l’apparence physique bouscule les canons traditionnels de la féminité. Mais qu’est-ce qu’une « vraie » femme, biologiquement parlant ? Cela ne se résume certainement pas à la forme génétique XX et à ses deux chromosomes X…

Confrontées de longue date à cette question épineuse, les instances dirigeantes sportives, estimant qu’aucun des tests de féminité (examen gynécologique, recherche de certains gènes, etc.) mis en place depuis les années 1960 ne donnait satisfaction, ont ni plus ni moins supprimé ce type de contrôle en 2000. Une suppression qui n’en est toutefois pas une puisque le Comité international olympique (CIO) se réserve le droit d’exiger un test hormonal en cas de « doutes visuels ». Et, si ce test révèle une sécrétion jugée excessive d’androgènes (hormones mâles), en particulier de testostérone (ce qui provoque l’apparition de caractères masculins), l’athlète doit y remédier, par exemple en suivant une hormonothérapie, pour pouvoir concourir avec les femmes.

Ce règlement s’appliquera-t-il à Rio ? Pas sûr depuis que la sprinteuse indienne Dutee Chand, après avoir été diagnostiquée « hyperandrogène » à la suite d’un tel test et empêchée de participer aux Jeux du Commonwealth en 2014, a porté son dossier devant le Tribunal arbitral du sport (TAS). « À la demande de cette instance, la Fédération internationale d’athlétisme (IAAF) a décidé de suspendre la règlementation sur les tests hormonaux pendant deux ans. Or le CIO s’aligne systématiquement sur les positions de l’IAAF, observe Anaïs Bohuon, maître de conférences à l’UFR Staps de l’université Paris-Sud. De l’avis de nombreux observateurs, se servir du taux de testostérone pour fixer la frontière entre sexe masculin et sexe féminin et imposer aux athlètes qui présentent de l’hyperandrogénie de “normaliser” leurs taux hormonaux est contestable 1. Dutee Chand, qui se sent femme et n’aspire nullement à concourir chez les hommes, produit des taux de testostérone inhabituellement élevés de manière endogène, sans se doper. Dès lors, pourquoi ériger en preuve de non-féminité un avantage naturel comme le sont de grands pieds pour nager ou une haute taille pour sauter ? »

Les personnes intersexes comme l’athlète indienne donnent du fil à retordre aux autorités sportives et du grain à moudre aux biologistes. Décrite chez de nombreux mammifères2, l’intersexuation semble concerner de 1 à 2 % des naissances dans l’espèce humaine. C’est que l’hyper-complexité des mécanismes impliqués dans la détermination du sexe biologique provoque infailliblement des couacs.

L’intersexuation semble concerner de 1 à 2 % des naissances dans l’espèce humaine.
Ce qui explique que des millions d’individus ne correspondent pas aux deux formes types illustrées par l’immense majorité de l’humanité. À savoir, la forme femelle type (deux chromosomes X, des ovaires, une anatomie favorisant la grossesse et le développement fœtal, une poitrine…) et la norme mâle (un chromosome X et un Y, un pénis et des testicules, des canaux internes chargés d’assurer le transport de l’urine et du sperme…).
La diversité du développement sexué et des formules atypiques est frappante, que celles-ci soient d’origine chromosomique, hormonale ou environnementale (dues à des produits chimiques perturbateurs endocriniens, à des médicaments pris pendant la grossesse, etc.). « Les manifestations les plus “extrêmes” de désordre du développement sexuel sont ce que l’on appelle “les inversions de sexe” : femmes XY dont les testicules ne se sont pas développés, avec un vagin et un clitoris, et hommes XX avec des testicules et un pénis, explique Francis Poulat, de l’Institut de génétique humaine du CNRS, à Montpellier. Ces personnes, dans tous les cas observés jusqu’ici, sont stériles. Et leurs gonades (ovaires et testicules) ont de forts risques de développer une tumeur (gonadoblastome). Outre ces exemples, il existe nombre d’autres phénotypes intermédiaires où certains des caractères sexuels masculins et féminins cohabitent chez le même sujet. Ainsi, les bébés XX porteurs d’une hyperplasie congénitale des surrénales (une hyperproduction d’androgènes) viennent au monde avec des organes reproducteurs féminins aux structures génitales externes virilisées (clitoris hypertrophié ressemblant à un petit pénis, fusion des grandes lèvres cachant l’entrée du vagin). »

Un nombre quasi illimité de sexes biologiques ?
Autant d’« anomalies », toutes causes confondues, qui montrent que l’intersexuation recouvre un vaste ensemble de réalités biomédicales plus ou moins fréquentes et plus ou moins graves, et amènent à s’interroger sur le nombre précis de sexes biologiques dans l’espèce humaine. De l’avis unanime, la réponse à cette question n’a rien d’une évidence. Si l’on s’en tient à la seule production des cellules reproductrices, deux sexes, et uniquement deux, existent : un sexe femelle, capable de produire de gros gamètes (les ovules), et un sexe mâle, à même d’en fabriquer de petits (les spermatozoïdes).
Mais ce critère gonadique (lié aux glandes reproductives) n’est pas le seul élément servant à définir le sexe biologique. Entrent aussi en ligne de compte le sexe génétique (liés aux chromosomes X et Y), le sexe anatomique (liée à l’aspect des organes génitaux), le sexe hormonal (lié aux hormones prédominantes)… De plus, « chacun de ces paramètres sexuels peut avoir des variants, explique Éric Vilain, du Laboratoire Épigénétique, données, politique3. Par exemple, les individus dits ″mosaïques XX/XY″ présentent des gonades constituées à la fois d’ovaires et de testicules. Dès lors, on pourrait en conclure qu’il existe une combinaison infinie de sexes biologiques... Et, par là même, bien plus que les cinq sexes proposés par Anne Fausto-Sterling dans les années 1990, car la biologiste américaine se référait à une définition essentiellement gonadique du sexe. »
Alors, existe-t-il réellement un nombre quasi illimité de sexes biologiques ?
Pas pour Éric Vilain, en tout cas : « Les états intermédiaires des différents sexes biologiques sont extrêmement rares et souvent associés à une infertilité, ce qui, d’un point de vue évolutif, les condamne à une impasse, argumente le chercheur. Mettre sur le même plan les deux sexes biologiques largement majoritaires, et les sexes intermédiaires très faibles numériquement, n’est pas raisonnable. »
Pour le philosophe des sciences Thierry Hoquet, professeur à l’université Jean-Moulin Lyon 3, impossible, bien sûr, de nier « la réalité des “deux sexes” dont témoigne le binarisme des gamètes ». Toutefois, vouloir ranger l’ensemble des humains « dans deux boîtes bien hermétiques (les hommes et les femmes) » apparaît pour le moins réducteur et peu respectueux de ce qu’il en est biologiquement.
Les différents niveaux du sexe biologique ne sont pas tous réalisés à la même période.
Surtout, « la grande leçon philosophique que nous donne l’intersexuation est que le sexe biologique est acquis au cours d’une histoire développementale, poursuit le même penseur. Autrement dit, les différents niveaux du sexe biologique ne sont pas tous réalisés à la même période de la vie. Ils se déploient autour de quatre temps forts que sont la fécondation (où se détermine le sexe chromosomique), la vie intra-utérine (où se met en place le sexe gonophorique), la naissance (où est examiné le sexe périnéal qui va décider du sexe d’état civil) et la puberté (où s’épanouit le sexe hormonal), autant d’étapes au cours desquelles peuvent survenir des processus conduisant à une “condition intersexe” ».
Mais comment expliquer que la biologie ait mis un temps fou à concevoir comme normale l’existence d’une pluralité de types sexués ? C’est que l’étude des mécanismes de détermination du sexe a longtemps été influencée par « l’idéologie patriarcale qui imprègne la plupart des sociétés, répond Joëlle Wiels, biologiste, directrice de recherche au CNRS4. De la fin des années 1950 au début des années 1990, la biologie, qui n’est pas, et ne sera jamais, un savoir neutre, s’est focalisée sur les gènes impliqués dans la formation des testicules et a totalement ignoré ceux susceptibles d’intervenir dans le développement des ovaires. L’idée a prévalu, jusque récemment, que l’on naît fille à défaut de posséder certains gènes de masculinité, et que le chromosome Y joue un rôle dominant dans la sexuation ».
Une pluralité qui demeure mal tolérée
Certes, les processus génétiques à l’œuvre dans le développement femelle font l’objet d’un nombre croissant de travaux et la biologie, moins androcentrée, admet de multiples gradations entre la forme femelle typique et la forme mâle typique. Beaucoup, en revanche, continuent de voir dans l’intersexuation une erreur de la nature, voire une monstruosité pathologique.
L’idée a prévalu, jusque récemment, que l’on naît fille à défaut de posséder certains gènes de masculinité.
Malgré la mobilisation de mouvements sociaux (féminisme, mouvement LGBT5…), « cette étrangeté demeure mal tolérée par l’opinion tant la bicatégorisation des sexes (la division de l’humanité en deux sexes bien définis et exclusifs l’un de l’autre) structure l’ordre social depuis des siècles, explique Pascale Molinier, professeure de psychologie sociale à l’université Paris 13, Sorbonne Paris Cité, et directrice de l’Unité transversale de recherche psychogenèse et psychopathologie. Vouloir à tout prix répartir l’humanité en deux sexes explique que de lourds traitements hormonaux et chirurgicaux soient toujours utilisés, dès la petite enfance, pour “corriger” les “ni ceci ni cela” ou les “et ceci et cela”, même si les intersexes adultes et certains médecins critiquent cette politique du bistouri synonyme de changements irréversibles et de souffrances physiques et psychiques ».
Nécessaire quand une malformation des gonades, par exemple, risque de dégénérer en tumeur cancéreuse, « la chirurgie de réassignation sexuelle, dans les cas où la survie du sujet n’est pas en jeu, mutile des corps au nom d’une binarité biologiquement contestable, conclut Pascale Molinier. L’enfer, comme toujours, est pavé de bonnes intentions ».

Notes
• 1. Selon Anaïs Bohuon, la différence de taux de testostérone est parfois plus importante entre deux hommes qu’entre un homme et une femme, et se servir de ce taux est aussi peu pertinent que les autres tests. Mais d’autres observateurs, comme Éric Vilain, expert consultant auprès du CIO, défendent la pertinence de tests liés au taux de testostérone.
• 2. Par exemple chez les chats, chiens, chèvres, chevaux, cochons, vaches, etc.
• 3. Unité CNRS/University of California Los Angeles.
• 4. Au Laboratoire Signalisation, noyaux et innovations en cancérologie (CNRS/Institut Gustave-Roussy/Univ. Paris-Sud).
• 5. Acronyme signifiant « lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres » auquel on rajoute maintenant souvent le « I » de intersexes.

La configuration dans mon profil


Robert
...la raison est une frêle chandelle... pour nous éclairer dans le monde actuel où les charlatans sont légion qui nous susurrent sans cesse à l'oreille: "Souffle cette chandelle, tu y verras bien mieux"
(H. Broch)
Avatar de l’utilisateur
Robert64
Membre HCFR Contributeur
Membre HCFR Contributeur
 
Messages: 4593
Inscription: 12 Sep 2006 15:40
Localisation: Sud Ouest
  • offline

Message » 09 Aoû 2016 10:04

tous chargés non heureusement
beaucoup oui mais pas avec les même produits à cause des différences de moyens (bon produits = gros budget et médecin compétent a disposition) et des contrôles nationaux disparates

Depuis 4 à 5 ans c'est l'Aicar qui a remplacé l'EPO mais chute faut pas le dire trop fort sinon les journaleux du tdf vont avoir du mal a s'extasier sur les perfs de froom froom and co ...

J’oubliais le nombre énorme d'athlète soignés sur ordonnance par Vantoline ...
FGO
 
Messages: 29724
Inscription: 29 Nov 2001 2:00
  • offline

Message » 09 Aoû 2016 10:19

FGO a écrit:tous chargés non heureusement
beaucoup oui mais pas avec les même produits à cause des différences de moyens (bon produits = gros budget et médecin compétent a disposition) et des contrôles nationaux disparates

Depuis 4 à 5 ans c'est l'Aicar qui a remplacé l'EPO mais chute faut pas le dire trop fort sinon les journaleux du tdf vont avoir du mal a s'extasier sur les perfs de froom froom and co ...

J’oubliais le nombre énorme d'athlète soignés sur ordonnance par Vantoline ...


tous des asthmatiques, c'est bien connu, ils sont plus performants :mdr: sauf moi, je cours 50m et il faut me ranimer :( ,pourtant je suis asthmatique également, cherchez l'erreur :hehe:

La configuration dans mon profil


lovely Gotlib & Franquin

Une petite faim ? Une grosse fringale ?... Qu'importe, le menu est sur Allez hop,....on cuisine !
Avatar de l’utilisateur
brugam
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 2384
Inscription: 27 Fév 2011 13:10
Localisation: Bruxelles
  • online

Message » 09 Aoû 2016 10:32

Asthme d'effort est bien différent de l'asthme chronique. Mais il est clair que très peu d'athlètes souffrent d'asthme d'effort.

A+
Velvet
Velvet
 
Messages: 1429
Inscription: 19 Fév 2003 1:14
Localisation: Le bonheur est dans le pré...
  • offline

Message » 12 Aoû 2016 14:39

Armstrong qui troll cancellara :ohmg: :ohmg:

http://www.lemonde.fr/jeux-olympiques-r ... 10444.html

"@TrekSegafredo Luigi!!"
"Ce prénom est une double référence, explique L’Equipe. La première à Luigi Cecchini, un ancien préparateur italien, proche du docteur Fuentes, adepte de l’EPO. La seconde à des poches de sang, dans l’affaire des transfusions liée à ce même docteur Fuentes. Si l’enquête de la justice espagnole n’avait pas révélé qui était le coureur associé, le nom de Cancellara était revenu avec insistance. Armstrong ne court plus, mais il trolle.
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/jeux-olympiques-r ... CDidz1M.99"
FGO
 
Messages: 29724
Inscription: 29 Nov 2001 2:00
  • offline

Message » 22 Aoû 2016 10:59

:ohmg: :ohmg:

Un spécialiste de l’antidopage a confié au Telegraph : « Ce sont de loin les pires Jeux que j’ai vus. »
En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/jeux-olympiques-r ... quPU3u0.99
FGO
 
Messages: 29724
Inscription: 29 Nov 2001 2:00
  • offline

Message » 22 Aoû 2016 19:14

Ou comment sortir une phrase qui ne veut absolument rien dire :roll:
TELLOUCK
 
Messages: 5210
Inscription: 05 Nov 2005 15:00
  • offline

Message » 23 Aoû 2016 9:05

L'exemple britannique prouve bien qu'aujourd'hui même dans les sports prétendument amateurs, les médailles sont avant tout une question de moyens et de puissance publique.

http://www.francetvinfo.fr/sports/jo/mi ... 96293.html

Même si cet article n'aborde pas le dopage, nous ne sommes pas très loin en matière d'organisation de ce qui se faisait en RDA. Avec des athlètes officiellement amateurs mais chouchous du Régime.
poilau
 
Messages: 3956
Inscription: 06 Avr 2003 22:20
Localisation: 92200
  • online


Retourner vers Bla bla et Home-Cinema

 
  • Articles en relation
    Dernier message