Modérateurs: Staff Haute-Fidélité, Staff Univers Casques, Staff Juridique • Utilisateurs parcourant ce forum: Alesien, AudioPhilo Dodo, Birdy1062, boddhidarma, daimos66, Hoian, ici_lolo, indien29, julien goutret, Labiss, Minorswing, PBN94, Pio2001, Rayfils, shawnforever, Taisetsu458, Tangui et 67 invités

Discussions sur le matériel Haute-Fidélité

Reproduire un orchestre symphonique chez soi

Message » 13 Nov 2021 19:25

GCFBJPV a écrit:J'ai la chance d'habiter dans un lieu possédant un salon de 330m3 environ avec une acoustique agréable sur un sol sans vide sanitaire. J'ai la chance de pouvoir choisir ma place en fonction de ce que je veux entendre mais ça n'est pas venu tout seul, je voulais ça parce que la musique vivante a pris une place énorme dans notre vie de couple. Dans une salle de concert il n'y a pas qu'une seule bonne place et, fort heureusement, plusieurs spectateurs peuvent profiter de ce qu'il s'y passe.
Je n'aimerais pas que le standard de référence devienne celui des petits salons de pavillons modernes qui ne pourront jamais bien sonner. C'est simplement impossible! C'est comme faire des plongeons dans une bassine. Je sais bien que tout le monde ne peut pas habiter un château mais quand l'acoustique dit non, c'est souvent un non définitif.

Veuillez m'excuser si je suis un peu trop long mais depuis que je suis les forums sans intervenir, j'avais des choses sur le coeur.

Pas mieux...
Je n'ai pas la chance d'habiter dans un logement ayant une telle superficie mais je partage néanmoins largement ton avis sur le standard de référence qui se limite trop souvent à une pièce de moins de 50m2..
BaaM
 
Messages: 709
Inscription Forum: 17 Nov 2016 1:58
  • offline

Annonce

Message par Google » 13 Nov 2021 19:25

 
 
Publicite

 
Encart supprimé pour les membres HCFR

Message » 13 Nov 2021 19:40

GCFBJPV a écrit:J'ai la chance d'habiter dans un lieu possédant un salon de 330m3 environ avec une acoustique agréable sur un sol sans vide sanitaire. J'ai la chance de pouvoir choisir ma place en fonction de ce que je veux entendre mais ça n'est pas venu tout seul, je voulais ça parce que la musique vivante a pris une place énorme dans notre vie de couple. Dans une salle de concert il n'y a pas qu'une seule bonne place et, fort heureusement, plusieurs spectateurs peuvent profiter de ce qu'il s'y passe.
Je n'aimerais pas que le standard de référence devienne celui des petits salons de pavillons modernes qui ne pourront jamais bien sonner. C'est simplement impossible! C'est comme faire des plongeons dans une bassine. Je sais bien que tout le monde ne peut pas habiter un château mais quand l'acoustique dit non, c'est souvent un non définitif.

Veuillez m'excuser si je suis un peu trop long mais depuis que je suis les forums sans intervenir, j'avais des choses sur le coeur.


Bonsoir je ne veux bien sûr pas polluer ce topic très interessant mais la remarque ( acoustique agréable sur un sol sans vide sanitaire) m’interpelle en ayant un chez moi ( grande pièce de 80m2 ) , c’est vraiment perturbateur pour le son et en quoi svp.
corail 86
 
Messages: 1010
Inscription Forum: 18 Nov 2013 20:15
Localisation: Chatellerault 86
  • offline

Message » 13 Nov 2021 19:57

Pas qu’un peu ! la musique ne se contente pas que d’une clef de sol sinon elle serait vide et ce ne serait pas sain. :D
wuwei
 
Messages: 3976
Inscription Forum: 05 Jan 2006 10:58
  • offline

Message » 13 Nov 2021 20:15

wuwei a écrit:Pas qu’un peu ! la musique ne se contente pas que d’une clef de sol sinon elle serait vide et ce ne serait pas sain. :D

Joli :bravo: :mdr:

La configuration dans mon profil


Nouveau projet en réflexion : Enceintes avec pavillon et multi-caissons by Aykoz Audio ;-)
L'aventure c'est l'aventure : post180952336.html#p180952336
Avatar de l’utilisateur
Fabien.56
Membre HCFR
Membre HCFR
 
Messages: 1338
Inscription Forum: 12 Juil 2019 11:58
Localisation: Lorient
  • online

Message » 13 Nov 2021 20:48

BaaM a écrit:
GCFBJPV a écrit:J'ai la chance d'habiter dans un lieu possédant un salon de 330m3 environ avec une acoustique agréable sur un sol sans vide sanitaire. J'ai la chance de pouvoir choisir ma place en fonction de ce que je veux entendre mais ça n'est pas venu tout seul, je voulais ça parce que la musique vivante a pris une place énorme dans notre vie de couple. Dans une salle de concert il n'y a pas qu'une seule bonne place et, fort heureusement, plusieurs spectateurs peuvent profiter de ce qu'il s'y passe.
Je n'aimerais pas que le standard de référence devienne celui des petits salons de pavillons modernes qui ne pourront jamais bien sonner. C'est simplement impossible! C'est comme faire des plongeons dans une bassine. Je sais bien que tout le monde ne peut pas habiter un château mais quand l'acoustique dit non, c'est souvent un non définitif.

Veuillez m'excuser si je suis un peu trop long mais depuis que je suis les forums sans intervenir, j'avais des choses sur le coeur.

Pas mieux...
Je n'ai pas la chance d'habiter dans un logement ayant une telle superficie mais je partage néanmoins largement ton avis sur le standard de référence qui se limite trop souvent à une pièce de moins de 50m2..


C'est juste que les habitats modernes ne sont pas pensés pour y jouer de la musique (et ce n'est pas leur rôle d'ailleurs).
Ceux qui ont la chance d'avoir une pièce dédiée et traitée de plus de 50m² sont quand même une exception, ce sont les happy fiew.
Toutefois je pose la question, y a-t-il une surface minimale et si oui alors quelle est-elle ?
jybliste
 
Messages: 429
Inscription Forum: 30 Aoû 2011 22:48
  • offline

Message » 13 Nov 2021 23:26

Igor Kirkwood a écrit:
oso a écrit:Coincidence: une 6eme symphonie de Mahler également, alors que j'étais situé au premier rang de l'auditorium Regnier III (Monaco), juste derrière le chef, Marek Janovsky.

Dans ce cas précis, la perspective très large et quelque peu écrasée que l'on a de l'orchestre ne peut être rendue avec 2 enceintes.
Avec une prise de son à 2 canaux il est certainement nécessaire au preneur de son de "cadrer" de plus loin pour rester fidèle à l'image perçue à une petite dizaine de mètres (plus globalisante).[/i]

Le placement de 2 micros, pour enregistrer un Orchestre Symphonique, dans une excellents acoustique, c'est moins de 5 mètres derrière le chef.
Pour une prise de son, réalisée ave 2 micros Neumann TLM 50, fort prisée par Olivier Le daim :wink: et Chrétien feu directeur de FOCAL, dans la salle des Colonnes de Saint Pétersbourg, label Calliope la Musique pour Cordes Piano et Célesta de Bartok; Orchestre Philarmonique de Saint Pétersbourg, le couple de micros était à environ 4 mètres derrière le chef.


Attention: il ne faudrait pas assimiler la position des micros à celle de l'auditeur. Les micros sont équivallents aux enceintes, pas aux oreilles.

Ainsi, dans l'exemple que j'ai donné (Co pour violon de Brahms), l'enregistrement que j'ai utilisé a été réalisé selon les critères définis par G. Cabasse et Bernard Neveu: les micros sont écartés de 3,20m. Si l'on positionne les enceintes de la même manière, ceci implique une position d'écoute à 4,7 m de l'axe des enceintes. Avec des micros situés à un peu moins de 5m du chef, l'auditeur dans son salon d'écoute se trouve à une distance d'un peu moins de 10 m du chef dans l'image virtuellement reconstruite.

On se trouve alors dans une situation très proche de celle vécue au concert qui m'a servi de référence lorsque j'ai relevé les niveaux (dans la loge, j'étais à environ 8 m du chef).

L'intéret de la "loge", c'est que le preneur de son peut la placer virtuellement au meilleur endroit, selon le cadrage choisi.

Pour en revenir au déroulement de la discussion, entierement d'accord avec les interventions de GCBFJVP et BaaM (entre autres).
oso
 
Messages: 1352
Inscription Forum: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 14 Nov 2021 0:00

La remarque de Wuwei concernant le caractère fermé du salon par rapport à la loge est très juste. Il faut évaluer le rôle du mur contre lequel sont posées les enceintes. Il se trouve que ce mur est une grande baie vitrée dans mon cas. La surface lisse pose un problèmedans le medium aigu qui est facilement résorbé avec des rideaux moyennement épais (avec une amélioration notable de l'image à la clé); j'ai doublé ces rideaux ce qui me permet de jouer sur l'épaisseur absorbante derriere les enceintes; j'ai bien sur fait ds tests en ouvrant la baie: il n'y a pas de gain décisif sur l'écoute, par rapport à la situation dans laquelle la baie est fermmée, et les 2 couches de rideaux tirées. On y gagne sur un point cependant : un mode parfois audible dans l'extrême grave est atténué (il existe toujours une possibilité de progrès).

J'en conclu que dans mon cas, le caractère fermé de la loge ne constitue pas une limite. La baie vitrée résonne très bas: derrière les enceintes, elle peut contribuer à absorber l'énergie de l'onde arrière émise par l'enceinte dans les graves (hypothèse).

Dans le studio de B. Neveu, le mur arrière est en dur, non traité, mais l'image est à la fois extrêmement précise et profonde, même avec 2 enceintes seulement. Je garde un souvenir ému de l'écoute du Dies Irae du Requiem de Verdi, enregistré par ses soins avec 2 micros de mesure omni très espacés: l'ampleur de l'image, sa précision et sa profondeur donnaient l'impression qu'il n'y avait plus de murs. Avec en prime un grosse caisse grandeur nature, reproduite sans ressentir de limite par rapport à ce que l'on entend en concert.
oso
 
Messages: 1352
Inscription Forum: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 14 Nov 2021 3:22

fredoamigo a écrit:Cela va l'encontre de la "DOXA"de certain intervenants de ce forum qui a tendance a vouloir éliminer le champs réverbéré au profil du direct


On est d'accord pour dire que le son réverbéré original doit être présent dans l'enregistrément (ou au pire simulé).
Il suffit de remonter au premier message de la discussion, première vidéo, vers 29:45, pour voir à quoi peut ressembler un orchestre sans sa réverbération. Beurk !

GCFBJPV a écrit:La scène est déjà contenue dans l'enregistrement, pas la peine d'en ajouter une seconde si la prise de son est naturelle.


Ca, par contre, je n'en suis pas sûr. Une écoute en chambre sourde est unanimement considérée comme mauvaise.
Il faut toujours rajouter une reverbération en plus à la restitution, car dans l'enregistrement, la réverbération originale est présente, mais faible par rapport à la réverbération réelle.

Voici par exemple un enregistrement "normal" (ce n'est pas du symphonique, juste un ensemble vocal dans une abbaye) :
Extrait du CD Messe de Saint Marcel, chants de l'église de Rome, ensemble Organum, Marcel Pérès.
(c) 1992 Harmonia Mundi. Extrait de 48 secondes à des fins d'illustration.

https://drive.google.com/file/d/1mnvk-7F06XTgoEt_EskT7p_43P6dh7As/view?usp=sharing

Et la même pièce par le même ensemble, dans une cathédrale, mais avec un enregistrement très atypique, avec les interprètes loin des micros. C'est un enregistrement où l'acoustique originale est beaucoup plus présente.
Remarque : les timbres ne sont probablement pas fidèles car c'est une copie de cassette audio.
(c) 1989 Radio France, ensemble Organum. Extrait de 39 secondes à des fins d'illustration.
https://drive.google.com/file/d/1B_VRRD ... sp=sharing

On voit que ce n'est pas ce qu'on a l'habitude de faire.
On a donc en règle générale un peu de réverbération dans l'enregistrement, et un peu à la restitution.
La quantité d'acoustique originale dans l'enregistrement dépend de la distance entre les micros et les interprètes.

Dans le cas d'un orchestre symphonique, je pense que la présence de la réverbération originale est indispensable afin de restituer correctement la taille de l'ensemble et sa distance, alors qu'on pourrait s'en passer pour un duo ou même un trio de musiciens.

En enregistrant de très près, sans capter la réverbération originale, on fait "entrer les musiciens dans la pièce" : nos haut-parleurs remplacent les instruments. Y a de la place pour deux ou trois, mais pas pour 50.

Alors qu'en conservant la réverbération originale, les enceintes ne remplacent pas les instruments, mais le "front d'onde". Autrement dit, les instruments ne sont pas restitués au niveau des enceintes, mais derrière les enceintes. Et si l'acoustique originale est celle d'une très grande salle, on peut même reproduire les instruments comme s'ils étaient très loin derrière le mur de notre pièce d'écoute.
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 8393
Inscription Forum: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • online

Message » 14 Nov 2021 8:07

Pio2001 a écrit:
En enregistrant de très près, sans capter la réverbération originale, on fait "entrer les musiciens dans la pièce" : nos haut-parleurs remplacent les instruments. Y a de la place pour deux ou trois, mais pas pour 50.


Je pense qu’il ne faut pas associer instruments et enceintes. Pour les prises des sons cabines.., les micros sont à proximité de chaque instruments acoustiques ou carrément sur l’instrument acoustique.. L’ensemble sera mixé pour recréer une scène. Les musiciens sont donc artificiellement placés à droite ou à gauche..au centre, devant derrière..etc.. c’est plutôt dans ce cas "un front d’onde que l’on construit" Sur de petites formations les musiciens sont alors à la maison

Pio2001 a écrit:
Alors qu'en conservant la réverbération originale, les enceintes ne remplacent pas les instruments, mais le "front d'onde". Autrement dit, les instruments ne sont pas restitués au niveau des enceintes, mais derrière les enceintes. Et si l'acoustique originale est celle d'une très grande salle, on peut même reproduire les instruments comme s'ils étaient très loin derrière le mur de notre pièce d'écoute.


Comme déjà expliqué les enceintes sont le miroir des micros. Avec cette façon de faire de nombreux avantages haute fidélité mais aussi la difficulté de trouver le bon emplacement des micros.. afin de bien capter tous les instruments acoustiques et trouver le bon équilibre.. probablement pour que tout le monde soit sur le front d’onde.
wuwei
 
Messages: 3976
Inscription Forum: 05 Jan 2006 10:58
  • offline

Message » 14 Nov 2021 8:24

oso a écrit:L'intéret de la "loge", c'est que le preneur de son peut la placer virtuellement au meilleur endroit, selon le cadrage choisi.

mais cela n'a rien à voir avec une pièce d'écoute "fermée" à la maison..
corintin
 
Messages: 2983
Inscription Forum: 24 Mai 2009 22:25
  • offline

Message » 14 Nov 2021 10:42

jybliste a écrit:
BaaM a écrit:Pas mieux...
Je n'ai pas la chance d'habiter dans un logement ayant une telle superficie mais je partage néanmoins largement ton avis sur le standard de référence qui se limite trop souvent à une pièce de moins de 50m2..


C'est juste que les habitats modernes ne sont pas pensés pour y jouer de la musique (et ce n'est pas leur rôle d'ailleurs).
Ceux qui ont la chance d'avoir une pièce dédiée et traitée de plus de 50m² sont quand même une exception, ce sont les happy fiew.
Toutefois je pose la question, y a-t-il une surface minimale et si oui alors quelle est-elle ?


Si le son est enregistré ou reproduit dans des espaces trop petits les problèmes arrivent en cascades
Il est dit que les volumes de pièces inférieures à environ 1 500 pieds cubes (42.M3 ) sont tellement sujettes à la coloration sonore qu'ils ne sont pas idéale pour la haute fidélité
Les pièces plus petites que cela produisent des fréquences modales éparses avec de grands espaces entre les modes et qui sont la source de distorsions audibles.

. Toutes choses étant égales par ailleurs, il est généralement vrai que plus la pièce est grande en M3 meilleur est le son.
fredoamigo
 
Messages: 4322
Inscription Forum: 04 Déc 2010 10:21
Localisation: Aix en Provence
  • offline

Message » 14 Nov 2021 12:30

Pio2001 a écrit:
fredoamigo a écrit:Cela va l'encontre de la "DOXA"de certain intervenants de ce forum qui a tendance a vouloir éliminer le champs réverbéré au profil du direct


On est d'accord pour dire que le son réverbéré original doit être présent dans l'enregistrément (ou au pire simulé).
Il suffit de remonter au premier message de la discussion, première vidéo, vers 29:45, pour voir à quoi peut ressembler un orchestre sans sa réverbération. Beurk !

GCFBJPV a écrit:La scène est déjà contenue dans l'enregistrement, pas la peine d'en ajouter une seconde si la prise de son est naturelle.


Ca, par contre, je n'en suis pas sûr. Une écoute en chambre sourde est unanimement considérée comme mauvaise.
Il faut toujours rajouter une reverbération en plus à la restitution, car dans l'enregistrement, la réverbération originale est présente, mais faible par rapport à la réverbération réelle.

Voici par exemple un enregistrement "normal" (ce n'est pas du symphonique, juste un ensemble vocal dans une abbaye) :
Extrait du CD Messe de Saint Marcel, chants de l'église de Rome, ensemble Organum, Marcel Pérès.
(c) 1992 Harmonia Mundi. Extrait de 48 secondes à des fins d'illustration.

https://drive.google.com/file/d/1mnvk-7F06XTgoEt_EskT7p_43P6dh7As/view?usp=sharing

Et la même pièce par le même ensemble, dans une cathédrale, mais avec un enregistrement très atypique, avec les interprètes loin des micros. C'est un enregistrement où l'acoustique originale est beaucoup plus présente.
Remarque : les timbres ne sont probablement pas fidèles car c'est une copie de cassette audio.
(c) 1989 Radio France, ensemble Organum. Extrait de 39 secondes à des fins d'illustration.
https://drive.google.com/file/d/1B_VRRD ... sp=sharing

On voit que ce n'est pas ce qu'on a l'habitude de faire.
On a donc en règle générale un peu de réverbération dans l'enregistrement, et un peu à la restitution.
La quantité d'acoustique originale dans l'enregistrement dépend de la distance entre les micros et les interprètes.

Dans le cas d'un orchestre symphonique, je pense que la présence de la réverbération originale est indispensable afin de restituer correctement la taille de l'ensemble et sa distance, alors qu'on pourrait s'en passer pour un duo ou même un trio de musiciens.

En enregistrant de très près, sans capter la réverbération originale, on fait "entrer les musiciens dans la pièce" : nos haut-parleurs remplacent les instruments. Y a de la place pour deux ou trois, mais pas pour 50.

Alors qu'en conservant la réverbération originale, les enceintes ne remplacent pas les instruments, mais le "front d'onde". Autrement dit, les instruments ne sont pas restitués au niveau des enceintes, mais derrière les enceintes. Et si l'acoustique originale est celle d'une très grande salle, on peut même reproduire les instruments comme s'ils étaient très loin derrière le mur de notre pièce d'écoute.



Je me suis mal exprimé et j'ai écrit réverbération a la place de réflexion et de leurs influences sur l’écoute . Si non oui et si l'enregistrement est effectué dans une salle de concert, la réverbération de la salle fait partie intégrante du son de l'orchestre.

Donc si le temps de réverbération de la salle est de 2 secondes, une queue de 2 secondes est évidente sur chaque son impulsif et arrêt soudain de la musique et cela affecte la plénitude de toute la musique en jouant cet enregistrement dans une salle d'écoute domestique et c'est là un des problèmes avec la reproduction d'un symphonique dans nos pièces d'écoutes .

Car dans le cas d’un enregistrement de musique moderne ou populaire cette musique a probablement été enregistrée dans
un studio relativement mort acoustiquement avec des doublages bien séparées acoustiquement et enregistrées sur des pistes séparées et sur les sessions suivantes les autres instruments et les voix sont enregistrés sur d'autres pistes et tous serons " combinés "au niveaux appropriés
dans un mixage stéréo ou multicanal lors du mixage (mastering ) et de nombreux effets, dont la réverbération artificielle y serons ajoutés .

Non pas pour la reproduction mais dans le cadre d'une étude sur la simulations acoustiques de salles , il a été réalisé il n y pas très longtemps , l'enregistrement en salle anéchoïque de la Symphonie n° 8 de Beethoven par un orchestre ..https://www.aes.org/tmpFiles/elib/20211114/21011.pdf le process d'enregistrement est intéressant notamment en fonction de la directivités des instruments et du placement des micros .
fredoamigo
 
Messages: 4322
Inscription Forum: 04 Déc 2010 10:21
Localisation: Aix en Provence
  • offline

Message » 14 Nov 2021 16:18

corintin a écrit:
oso a écrit:L'intéret de la "loge", c'est que le preneur de son peut la placer virtuellement au meilleur endroit, selon le cadrage choisi.

mais cela n'a rien à voir avec une pièce d'écoute "fermée" à la maison..



Je trouve au contraire qu'il existe énormément de points communs. La théorie demande à se pencher sur le rôle du mur situé derrière les enceintes, et c'est normal. Je ne vais pas répéter ce que j'ai écrit plus haut, mais l'expérience tend à montrer que ce n'est pas un obstacle insurmontable.

On évoque la nécessité d'un temps de réverberation comparable entre la salle d'orchestre et le salon d'écoute. Dans une loge d'orchestre, cette condition n'est jamais respectée, et pourtant l'audition d'un concert se fait dans des conditions qui peuvent être excellentes. il n'y pas de raisons pour que cela soit différent pour un salon d'écoute (ce qui ne veut pas dire que n'importe quel type d'acoustique convient).

Quant à l'ajout de réverberation artificiel, les amateurs de concerts classiques confirmeront peut-être mon sentiment: celle qui est ajoutée systématiquement dans la plupart des disques classiques défigure de façon irrémédiable les oeuvres enregistrées. Les disques qui ne font pas appel à ce subterfuge sont bien plus naturels. Il suffit de réentendre les enregistrements de Karajan avec Berlin dans les années 70: c'était considéré comme une sophistication à l'époque, et l'on donnerait cher aujourd'hui pour s'en débarrasser. Il ne faudrait pas recommencer avec des technologies moderne encore plus super... mais toujours aussi artificielles. Il faut réécouter les rééditions SACD des vieux enregistrements d'orchestre de Mercury dans les années 50-60, avec 2 micros seulement, pour se rendre contre qu'on savait déjà à l'époque faire des choses très réalistes, au souffle près.
oso
 
Messages: 1352
Inscription Forum: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 14 Nov 2021 16:32

Pio2001 a écrit:
fredoamigo a écrit:Cela va l'encontre de la "DOXA"de certain intervenants de ce forum qui a tendance a vouloir éliminer le champs réverbéré au profil du direct


On est d'accord pour dire que le son réverbéré original doit être présent dans l'enregistrément (ou au pire simulé).
Il suffit de remonter au premier message de la discussion, première vidéo, vers 29:45, pour voir à quoi peut ressembler un orchestre sans sa réverbération. Beurk !

GCFBJPV a écrit:La scène est déjà contenue dans l'enregistrement, pas la peine d'en ajouter une seconde si la prise de son est naturelle.


Ca, par contre, je n'en suis pas sûr. Une écoute en chambre sourde est unanimement considérée comme mauvaise.
Il faut toujours rajouter une reverbération en plus à la restitution, car dans l'enregistrement, la réverbération originale est présente, mais faible par rapport à la réverbération réelle.


Le problème vient plutôt de deux faiblesses congénitales avec la stéréo en 2 canaux:

1) 2 points, c'est trop peu pour échantillonner parfaitement le front d'onde
2) Le champ réverbéré contenu dans le disque est diffusé par deux points seulement, alors que champ réverbéré vient de partout: ça gène le cerveau. (expérience facile: enregistrer avec un bon micro une conversation lors d'un repas de famille, et restituer le tout au casque ou sur une enceinte...)

Une pièce d'écoute bien encombrée permet de reconstituer ce qui manque (à la manière comme le filtrage analogique final dans la conversion D/A pour reconstruire le signal): les images fantômes aident à recréer les points manquants, et les meubles et objets divers diffusent le son, de manière à restituer de façon plus naturelle le champ réverbéré capté par les 2 micros.

Tous ceux qui fréquentent les grandes salles de concert pourront se rendre compte que le son est incomparablement plus réaliste lorsque la chaine est placée dans une encombrée et irrégulière.

La multiplication des points d'enregistrement (et donc d'enceintes) apporte une solution très robuste à ces problèmes (ce qui n'enlève pas la nécessité d'écouter dans une bonne salle, et pas dans une salle de bain).

Au risque de me répéter: en tant qu'amateur de concerts symphoniques en direct, je suis à 300% contre l'ajout de réverbération artificielle dans les disques. Cela tue littéralement la musique ! (c'est vrai aussi pour la musique de chambre, bien sûr).

Enfin, les captations diffusées par youtubes ne peuvent pas, de mon point de vue, servir de référence. Il faut autant que possible se référer à l'expérience du concert vécu en direct. C'est à cela que nous devons confronter les théories et les résultats.
oso
 
Messages: 1352
Inscription Forum: 17 Juin 2003 16:23
Localisation: Nice
  • offline

Message » 14 Nov 2021 16:40

fredoamigo a écrit:Donc si le temps de réverbération de la salle est de 2 secondes, une queue de 2 secondes est évidente sur chaque son impulsif et arrêt soudain de la musique et cela affecte la plénitude de toute la musique en jouant cet enregistrement dans une salle d'écoute domestique et c'est là un des problèmes avec la reproduction d'un symphonique dans nos pièces d'écoutes .


Que veux-tu dire ?
Si l'enregistrement comporte une décroissance de 2 seconde, elle sera jouée pendant 2 secondes dans nos petites pièces par les haut-parleurs.
L'inverse n'est pas possible. Si notre pièce a une décroissance de 0.5 secondes, il est impossible d'y reproduire une décroissance de 0.2 secondes.

On peut reproduire d'acoustique d'une grande salle dans une petite, mais il est impossible de reproduire l'acoustique d'une petite salle dans une grande.

fredoamigo a écrit:Car dans le cas d’un enregistrement de musique moderne ou populaire cette musique a probablement été enregistrée dans
un studio relativement mort acoustiquement avec des doublages bien séparées acoustiquement et enregistrées sur des pistes séparées et sur les sessions suivantes les autres instruments et les voix sont enregistrés sur d'autres pistes et tous serons " combinés "au niveaux appropriés
dans un mixage stéréo ou multicanal lors du mixage (mastering ) et de nombreux effets, dont la réverbération artificielle y serons ajoutés .


Oui, souvent, mais généralement avec un temps de décroissance plus court que celui d'un orchestre symphonique dans son auditorium.

De plus, je ne suis pas spécialiste, mais il me semble qu'on cherche, en multimicro à enregistrer la réverbération naturelle du lieu d'enregistrement en plus des instruments. C'est ce qu'on appelle un "micro d'ambiance" je crois. Ensuite, on ne mixe pas les pistes des instruments avec une réverbération artificielle, mais on remixe la réverbération naturelle, enregistrée à part, avec les autres pistes.
Pour enregistrer une batterie rock, en tout cas, c'est l'usage.

Ce qui nous amène à la question : les enregistrements d'orchestre symphonique avec deux micros sont-ils les seuls à pouvoir être crédibles ?

Que penser de ceci, de toute évidence enregistré avec des dizaines de micros (200 musiciens, 600 choristes) ?


Joe Hisaishi in Budokan.

Personnellement, je trouve les timbres réussis, ainsi que l'équilibre global. Beaucoup plus que dans la bande originale du film Willow, par exemple où les timbres naturels des instruments ne sont pas respectés.
Dans les musiques de films, les orchestres sont souvent remixés pour obtenir un résultat très éloigné de l'original. Ce n'est pas le cas ici. Des efforts ont été faits pour que cela sonne bien.

fredoamigo a écrit:Non pas pour la reproduction mais dans le cadre d'une étude sur la simulations acoustiques de salles , il a été réalisé il n y pas très longtemps , l'enregistrement en salle anéchoïque de la Symphonie n° 8 de Beethoven par un orchestre ..https://www.aes.org/tmpFiles/elib/20211114/21011.pdf le process d'enregistrement est intéressant notamment en fonction de la directivités des instruments et du placement des micros .


Intéressant, en effet.
Par contre, le mix final n'est pas du tout réussi, je trouve (téléchargement ici : https://depositonce.tu-berlin.de//handle/11303/7509 )
Beaucoup moins que le concert de Hisaishi ci-dessus.

Les timbres des instruments sont mauvais. Cela montre qu'une réverbération naturelle est nécessaire à l'enregistrement.
La question que je me pose est de savoir si elle doit être intégrée dans un enregistrement à deux micros, ou si on peut l'enregistrer à part et la remixer ensuite, et quand même avoir un bon résultat.
Peut-on avoir un exemple d'orchestre symphonique enregistré avec deux micros à écouter ?
Pio2001
Contributeur HCFR 2019
 
Messages: 8393
Inscription Forum: 07 Oct 2003 12:50
Localisation: Neuville-sur-Saône
  • online


Retourner vers Discussions Générales