HCFR reportage : nouveaux projecteurs JVC DLA-N5_4K natif & DLA-NX9_e-shift 8K – présentation et impressions

HCFR reportage : nouveaux projecteurs JVC DLA-N5_4K natif & DLA-NX9_e-shift 8K – présentation et impressions

Compte-rendu de Cyrille_roseaux

 

J’ai été honoré de la proposition qui m’a été faite par l’Association des Membres HCFR d’assister à la matinée de présentation des nouveaux projecteurs JVC N5 et NX9. Je remercie en outre JVC pour leur accueil et leur organisation.

I- A TITRE PERSONNEL :

Ancien possesseur d’un JVC HD990 puis des Sony Vw500/520 et 550 je suis d’autant plus intéressé par cette nouvelle série que depuis quelques mois je n’ai plus de vidéoprojecteur.
JVC a le mérite avec ces trois nouveaux produits, de dynamiser un marché de la vidéoprojection haut de gamme un peu moribond car, hormis le Z1 de chez JVC, Sony truste sans partage le marché de la 4K native depuis quelques temps.
La perspective de davantage de concurrence me semble donc être une bonne chose.
Il nous a été montré une slide Powerpoint où figuraient les modèles JVC et Sony suivant leur positionnement tarifaire (une slide de comparaisons à diffusion restreinte, Hugo). On comprend d’emblée que JVC se positionne dans la reconquête de ce marché de la 4K native par rapport et en fonction de Sony. Le passage du prix public de la nouvelle série Sony 570 à 8k€ au lieu des 10k€ pour le 550 en est à mon sens une conséquence directe. Le N7 s’annonçant lui aussi à 8k€.
Je trouve la tarification des JVC intelligente bien que subissant une certaine inflation (la gamme 9 habituellement à 10k€ passant à 18k€).
Enfin, si je pouvais considérer l’absence du N7 dommageable au départ, je dois bien reconnaître qu’après coup ce n’est plus le cas. En effet, le N5 et le NX9 permettent d’entrevoir le potentiel de cette nouvelle génération. Si l’un se destine à un marché élitiste, de passionnés fortunés (il n’y a aucun jugement de ma part là-dessus) disposant d’une installation de tout premier ordre ; le N5 est à mon sens un véritable « pavé dans la mare », même s’il n’est pas à la portée de toutes les bourses lui aussi.

 

II- PRESENTATION ET DISCOURS MARKETING, QUOI RETENIR ?

En substance cela se résume à : « Nous sommes à la pointe de la qualité, Sony c’est bien mais cette génération (série N) est mieux : plus contrastée, meilleur tarif, eschift 8k »…C’est de bonne guerre ceci dit.
Pour autant je reste assez peu sensible au discours marketing faisant l’éloge d’un produit (aux qualités à priori alléchantes voire indéniables). Les réponses assez vagues sur l’accroche HDMI, l’input lag, l’utilité d’un eschift 8k sont la preuve que tout ne sera pas mieux que la concurrence. Enfin, il faut tout de même reconnaître qu’annoncer l’eschift 8k est habile et assez percutant d’un point de vue marketing, et permet à JVC de distinguer son très haut de gamme de la concurrence.

 

III- N5-NX9 : TOUR DU PROPRIÉTAIRE :

Les projecteurs ont pris de l’embonpoint, près de 22kg pour le NX9 et 20kg pour les N5/7. Ce ne sera pas sans poser problème à certains pour leur installation (en pièce de vie notamment) ce qui est mon cas. Dans le même ordre d’idées, je regrette le positionnement de la connectique à l’arrière du projecteur et non sur le côté. Cela ajoute de la contrainte dans le placement je trouve.
Les photos et vidéos présentant cette série montraient des appareils plutôt massifs, pas forcément attrayant (à mon goût). Force est de constater qu’en réalité, ils apparaissent assez classieux et séduisant. On regrettera toutefois la finition blanche uniquement disponible pour le N5 et non le N7. Sur ce point Sony est plus polyvalent.
La salle de présentation était spacieuse, noire, avec un écran xtrem screen neutre de 4,5m de base.

 

IV- IMPRESSIONS : LA REVOLUTION TANT ATTENDUE ?

Forcément elles ont un caractère subjectif et ces articles à trois points de vue sont une addition de subjectivités. Cela doit néanmoins permettre de dégager je pense de grandes lignes. Je ne suis pas un spécialiste, ni de calibration, ni réglages en tous genres. On trouvera donc certainement à redire dans ce qui va suivre. Mais une chose est sûre, c’est que j’ai pris du plaisir à voir les images délivrées par ces deux vidéoprojecteurs et on imagine sans mal de passer de nombreuses heures à visionner de belles œuvres cinématographiques !

 

  • Le N5 :

Nous avons commencé par ce modèle. Ce qui frappe d’emblée c’est le silence de fonctionnement. Nous étions HugoS, 1000K et moi au milieu de la salle et assez proches des vidéoprojecteurs et le bruit de leurs ventilations ne m’a pas gêné le moins du monde.
Le N5 remplit très bien les 4,5m de base de l’écran, l’apport de définition de cette nouvelle matrice est perceptible. Pour avoir eu ces dernières années la série vw 5×0 de chez Sony, j’ai retrouvé là une image très cinéma, douce et définie à la fois que j’affectionnais tant avec mon hd990. L’image des Sony n’est pas moins bonne ; elle est juste différente. J’ai appris à l’apprécier avec le temps.
Autant le dire d’emblée, ce N5 a de quoi séduire et de sérieux arguments en sa faveur. Le NX9 creuse-t-il l’écart pour un prix trois fois supérieur ? C’est la question qui m’est venue à ce moment là de la présentation.
Autre constat : Une sérieuse concurrence s’annonce pour Sony dont on se demande si le constructeur va réussir à maintenir sa position hégémonique tant ce N5 est séduisant. L’optique en verre y est aussi pour quelque chose.

Au rang des interrogations quelques points méritent d’être mentionnés

– L’accroche HDMI m’a paru tout de même assez longue au point de le remarquer de façon récurrente car nous avons fait beaucoup de changements de réglages et de sources. Certains sont passés chez Sony à cause de cela. N’ayant pas eu de JVC issus des séries X, je ne saurais dire si c’est mieux ou similaire. Gageons toutefois que JVC ait amélioré ce point.
– Firmware v.0.23 autant dire que des améliorations/optimisations sont à venir d’ici la sortie définitive fin octobre 2018.
– Contraste Ansi : Le N5 m’a semblé moyen sur ce critère, au point de ressentir une légère frustration. J’aurais aimé plus de pêche dans l’image (HDR ou pas). J’ose toutefois relativiser ce point du fait de la très grande base d’écran à remplir. Rétrospectivement je regrette de ne pas avoir demandé quelques extraits sur une base plus modeste et proche de ce qui sera celle des clients cible du N5 soit 2,5m. Le N5 aurait sûrement été plus à son aise dans un tel contexte. Cette question du contraste Ansi sera je pense cruciale pour juger des évolutions de cette nouvelle génération JVC face notamment à Sony plus à l’aise sur ce critère.
– Quid de la qualité du traitement vidéo et donc de l’upscaling qu’il faudra tester. Nous sommes en effet nombreux à ne pas envisager de renouveler toute une vidéothèque de BR en BR-UHD.

Les satisfactions notables :

– Le très beau piqué et une bonne gestion du HDR. Je dois reconnaître que la fonction auto-tone mapping est très séduisante et efficace. J’ai cependant cru comprendre que celle-ci se faisait au détriment d’une légère réduction de l’espace colorimétrique. Son fonctionnement dépend toutefois de la présence sur la galette UHD des données minimales et maximales en nits. Le rendu obtenu via cette fonction est vraiment très convaincant et apporte un surcroît de réalisme à l’image.
– La compensation de mouvement s’est avérée très efficace. Pourtant je fais partie de ceux qui n’aiment d’ordinaire pas ces procédés. Mais sur Tomb Raider (UHD) la scène à Hongkong dans le port d’Aberdeen c’était très perceptible. L’image en l’absence de cette fonction devenait pénible à voir (saccades, flou). On notera (tout comme le fera enfin Sony cette année) que ce CMD est accessible en UHD.

 

  • Le NX9 :

Certains points mentionnés plus haut s’applique au NX9 et ne seront donc pas évoqué ici (traitement vidéo, accroche hdmi…). Ce devait être le clou du spectacle et ça l’a été.
Le NX9 fait mieux partout que le N5 et a fortiori le N7. Ce qui semble logique. C’est tout d’abord le cas de la luminosité. C’est indéniable, sur les 4,5m de base le N9 est à l’aise (HDR ou pas): c’est beau (ça l’était déjà) et pêchu à souhait. L’optique en verre issue du Z1 creuse l’écart et apporte son surplus de précision, de netteté, de différenciation des plans. Un plus grand espace colorimétrique est perceptible (à confirmer par des mesures au demeurant). Un projecteur difficile à prendre en défaut. Sur des images de paysages, de nature et d’animaux tournées en 8k cela fut un superbe moment, une véritable fenêtre ouverte sur le monde. Des images comme j’en ai peu vues en vidéoprojection.
Le HDR est étincelant. Des images d’un bazar en lumière tamisée, celles d’un cracheur de feu dans un entrepôt désaffecté (…) permettent de cerner l’apport du HDR. Sur Blade Runner 2049 les nuances sont très bien retranscrites, les noirs sont denses et non bouchés. Quelques séquences de Black Panther montrent de couleurs sont chatoyantes, vibrantes ressortant davantage que sur le N5. La luminosité procurait un plus grand confort d’image que lors de l’essai précédent.
Que dire de l’eschift 8k, est-ce une plus-value ?
Couper les cheveux en quatre alors qu’ils le sont déjà ne m’a pas convaincu plus que cela sur un film. On aura beau me dire que c’est mieux sur « la peau, le vêtement… » franchement ce n’est pas flagrant. Alors est-ce mieux que la précédente génération eschift (1080 vers UHD) ? Aucune idée. L’image est déjà superbe en soi. Peut-être que dans un contexte de projection d’images fixes (photos par exemple) cela apporterait quelque chose de plus visible.
Je n’ai pas vu tourner le concurrent direct de ce NX9 à savoir le 760 dont beaucoup semblent satisfaits. Il faut se rendre à l’évidence, ce NX9, bien qu’étant à lampe est superbe.

 

QUOI RETENIR DE CETTE MATINEE ?

L’impression laissée par le NX9 est magnifique. Certes. Mais comparativement le N5 avait à mon sens laissé une impression durable, qui ne s’était pas effacée devant le NX9. Je dirais même qu’elle s’était renforcée. La rédaction de ce CR à froid conforte chez moi ce ressenti.
Entendons par là que le NX9 sera intouchable pour beaucoup d’entre nous. Il comblera sans aucun doute ses heureux acquéreurs, capables de mettre en œuvre ses extraordinaires qualités dans un environnement adapté. Mais ramené au rapport coûts/ prestations (hormis les points en suspens) le N5 est pour moi la véritable vedette, au point de me demander si pour 2k€ de plus le N7 sera pertinent. C’est aussi cet « entrée de gamme » qui devrait se vendre le plus.

 

Cyrille_Roseaux
HCFR – Septembre 2018

 

– lien vers le sujet HCFR dédié aux nouveaux projecteurs 4K JVC DLA-N5 & DLA-N7 : http://www.homecinema-fr.com/forum/projecteurs-uhd-4k/jvc-dla-n5-et-dla-n7-projecteurs-4k-natifs-t30089794.html

 

– lien vers le sujet HCFR dédié au nouveau projecteurs JVC DLA-NX9 e-shift 8K : http://www.homecinema-fr.com/forum/projecteurs-uhd-4k/jvc-dla-nx9-projecteur-4k-natif-et-e-shift-8k-t30089795.html

 

 

 

Partager :