Les p’tits tests 4K Ultra HD du loup céleste – Numéro 4, Janvier 2019

Les p’tits tests 4K Ultra HD du loup céleste – Numéro 4, Janvier 2019

 

Hotel Artemis

Provenance : États-Unis
Éditeur : Global Road Entertainment
Format vidéo : 3840×2160 / 24p – SDR / BT.709 – YCbCr 4:2:0 / 8 bit – Encodage HEVC – Format 2.35 – 2K DI
Bande-son : Anglais DTS-HD MA 5.1, Espagnol DTS-HD MA 5.1
Sous-titres : Anglais pour malentendants

Qualité vidéo : Image
Une présentation solide qui ne prend cependant pas en charge le format HDR Wide Color Gamut. Cela n’empêche pourtant pas ce transfert UHD de dépasser son homologue HD même si c’est surtout du côté de la compression qu’on y gagne le plus. Car là où il y a de nombreux artefacts de chrominance sur le Blu-ray, il n’en est rien en 4K Ultra HD. Au demeurant, même si la netteté n’est pas le point fort de cette photographie sale et granuleuse plongée dans une pénombre peu contrastée, les détails sont plus fins (cf. les environnements). Et même si cet Ultra HD Blu-ray n’est présenté qu’en SDR Rec.709, les couleurs aux primaires qui se détachent fortement (surtout les rouges) sont un peu plus vibrantes, les noirs sont un peu plus épais et les sources lumineuses (les néons, les écrans des équipements médicaux, les flammes) profitent d’une petite intensité supplémentaire bienvenue. Alors bien évidemment, les différences restent minimes vis-à-vis du Blu-ray, mais elles méritent d’exister. Pour info, l’édition allemande contient les technos HDR et WCG, mais il semblerait que les noirs y soient trop débouchés. À vous donc de choisir le disque en fonction de vos attentes personnelles.
Qualité audio : Image
Homogène, cohérente et toujours claire, la VO DTS-HD MA 5.1 accompagne les images en maintenant une présence constante sur l’ensemble des canaux (les émeutes à l’extérieur de l’établissement). Et même si la dynamique est globalement assez faible et que les basses, pourtant remarquables lorsqu’elles entrent en scène (les explosions), se font trop rares, ce mixage n’a de cesse de nous héberger dans cet hôtel pas comme les autres. Au passage, une mention spéciale à la musique où quelques hits des 60’s sonnent avec une présence étonnante.

————————————————–

 

 

 

Partager :