Les p’tits tests 4K Ultra HD du loup céleste – Numéro 4, Janvier 2019

Les p’tits tests 4K Ultra HD du loup céleste – Numéro 4, Janvier 2019

 

(L’) Espion qui m’a larguée

Provenance : États-Unis
Éditeur : Lionsgate Films
Format vidéo : 3840×2160 / 24p – Dolby Vision / BT.2020 – YCbCr 4:2:0 / 12 bit – Encodage HEVC – Format 2.40 – 2K DI
Luminance HDR : Adaptée aux caractéristiques techniques spécifiques du dispositif d’affichage utilisé
Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français (VFQ) Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Anglais pour malentendants

Qualité vidéo : Image
Des détails plus précis, des textures plus délicates, des couleurs plus chaudes et saturées (cf. le passage du Cirque) même si parfois volontairement plus désaturées (l’ouverture et la scène de torture), des sources lumineuses plus éclatantes (la brillance des robes de soirée, la lumière du jour, les projecteurs et autres éclairages artificiels lors de la soirée finale), et des noirs plus riches et nuancées (la lisibilité accrue dans le gymnase abandonné sans que la pénombre s’en trouve dénaturée). C’est magnifique même si deux-trois plans souffrent d’une légère remontée de bruit vidéo.
Qualité audio : Image
Méchamment agressives et constamment immersives, voici deux pistes sonores à la spatialisation attrayante, aux voix claires, à l’activité surround incessante (c’est même de la folie lors des scènes d’action) et aux basses surpuissantes. Mais pour profiter de l’effet « bulle », c’est vers la VO Atmos qu’il faut se diriger car plusieurs séquences profitent à bloc de la scène aérienne (notamment lorsqu’un motard se retrouve sur le toit de la voiture des héroïnes).

————————————————–

 

 

 

Partager :