Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°11

Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°11

Creed II

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Warner Bros. // Date de sortie : 15 mai 2019

Résolution : 3840×2160 // Cadence : 24p // Format : 2.40 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 12 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : Dolby Vision // Luminance : Adaptée au diffuseur

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Anglais DTS-HD MA 5.1, Français Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

Malgré un scénario cousu de fil blanc aux allures de déjà vu et des personnages (attachants et emblématiques) archétypaux au possible, ce mélodrame sportif s’impose par KO de par sa richesse dramaturgique, sa justesse émotionnelle (des émotions puissantes), ses belles valeurs (humaines et familiales) et ses combats de boxe (qui tiennent en haleine).

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l’image Dolby Vision lumineux)

Si les différences restent subtiles vis-à-vis du Blu-ray, elles existent quand-même. Il faut dire aussi que la photographie discrète (à la lumière diffuse) de Kramer Morgenthau ne se prête pas à un feu d’artifice de couleurs (désaturées), de luminosité (jamais outrancière) et de détails (c’est doux). Très propres et plus fermes (les textures) qu’en HD, les images de ce 4K Ultra HD ne sont donc pas foncièrement beaucoup plus spectaculaires mais profitent cependant d’une palette colorimétrique renforcée (les rouges et les bleus), de contrastes plus raffinés (cf. la gestion des noirs) et de sources lumineuses plus percutantes (les reflets sur les objets métalliques, les projecteurs dans les arènes).

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d’écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

Nettement plus immersive et dynamique que la VF (malheureusement non lossless), la VO Dolby Atmos ne fait pas dans le démonstratif gratuit (hormis lors des scènes sur le ring) et n’use finalement que rarement des effets de hauteur (le score, la pressions sous-marine, les réverbérations dans l’arène, l’annonceur, les flammes lors de l’entrée de Drago). Donnant la priorité aux dialogues et à de petites ambiances de la vie quotidienne, c’est surtout lors des combats de boxe que les enceintes s’animent. L’enveloppement sonore devient alors nettement plus prononcé (les réactions de la foule) et les basses accompagnent lourdement les coups portés.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

Partager :