Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°13

Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°13

Cloverfield

Image

Note artistique : 9
Qualité vidéo : 8.5
Qualité audio : 9.5

Spécifications techniques (4K Ultra HD – France – Paramount Pictures – 20 février 2018)
– Format vidéo : 3840×2160 / 24p – Dolby Vision / BT.2020 – YCbCr 4:2:0 / 12 bit – Encodage HEVC – Format 1.78 – Master intermédiaire 2K
– Pistes sonores : Anglais Dolby TrueHD 5.1, Français Dolby Digital 5.1, Anglais Audiodescription
– Sous-titres : Anglais, Français, Anglais pour malentendants

Film : D’un réalisme saisissant avec ses mouvements de panique, sa violence extrême et ses visions d’horreur à hauteur d’hommes, ce film fantastique nous plonge dans les méandres d’une catastrophe angoissante (le traumatisme que ressent les victimes évoque la tragédie du 11 septembre) et revitalise avec brio le monster movie. Définitivement captivant et ne laissant aucune minute de répit aux spectateurs (cardiaques, abstenez-vous !), Cloverfield est l’œuvre définitive du genre found footage.

Image : Captées en caméra DV 1080p et en vision subjective, les images de ce transfert UHD Dolby Vision vont (étonnamment) beaucoup plus loin que celles de son homologue HD. Malgré des dégradations volontaires dues au style amateur recherché (instabilité du cadre, mises au point incertaines, grain variable, etc.), la compression plus solide (les fourmillements ont disparu), le piqué plus ciselé (cf. les innombrables débris) et les couleurs plus éclatantes (c’est notable du côté des rouges) donnent une matière nouvelle au cadre. Se déroulant qui plus est quasi-intégralement de nuit, le film trouve avec la technologie HDR un allié de poids. De fait, la gestion sensiblement améliorée des contrastes (les tunnels du métro sont plus lisibles) et le coup de boost apporté aux sources lumineuses (l’éclairage urbain, les explosions) font des merveilles.

Son : Des effets spatialisés avec rage, des basses cataclysmiques et un dynamisme monstrueux pour un déchaînement sonore à l’enveloppement maximal. Malgré l’absence regrettable d’un mixage Atmos, on s’y croirait ! Moins puissante et élargie, la VF reste tout de même épuisante (dans le bon sens).

Matériel et condition de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 (Modes de l’image Dolby Vision lumineux et Expert HDR)
Sources : Oppo UDP-203 Audiocom Reference (YCbCr 4:2:0 / 12 bit), Zappiti Pro 4K HDR authentic cinema (YCbCr 4:4:4 / 10 bit)
Amplification : Pioneer SC-LX901 (Post-traitement Dolby Surround), Emotiva XPA-3 Gen3
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA

Partager :