Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°8

Les tests Blu-ray & 4K Ultra HD du loup celeste, n°8

Bumblebee

Provenance : France // Support : 4K Ultra HD // Éditeur : Paramount Pictures // Date de sortie : 30 avril 2019

Résolution : 3840×2160 // Cadence : 24p // Format : 1.78 // Encodage : HEVC
Gamut : BT.2020 // Chrominance : YCbCr 4:2:0 // Profondeur de couleurs : 12 bit
Master intermédiaire : 2K // HDR : Dolby Vision // Luminance : Adaptée au diffuseur

Bande-son : Anglais Dolby Atmos (core Dolby TrueHD 7.1), Français Dolby Digital 5.1
Sous-titres : Anglais, Français, Anglais pour malentendants

Image

Image

(Condition de test : Écran OLED 2160p en mode de l’image Dolby Vision lumineux)

Proposées au format 1.78 open matte comme lors de l’exploitation du film dans les salles IMAX, les images de ce transfert UHD Dolby Vision exploitent à la quasi-perfection (2-3 plans laissent poindre un grain numérique) les capacités du format 4K Ultra HD. Captées en numérique (Arri Alexa Mini, SXT Plus et XT Plus) sous le soleil de Californie et magnifiées par un look vintage savoureusement 80’s, elles affichent une définition en béton armé, un niveau de détails qui enchante (une mention spéciale à la qualité des CGI), une palette colorimétrique étendue (une véritable orgie lors du passage à la fête foraine) qui fait exploser les primaires (surtout les rouges et les bleues) et donne plus de corps à la carrosserie jaune de Bumblebee, des contrastes encore plus pointus (cf. le réalisme des noirs) pour une sensation de relief accrue lors des scènes sombres (le final en profite), et des sources lumineuses à la brillance peu commune (la lumière du jour, les éclairages nocturnes, les reflets métalliques, les écrans de contrôle, la visée en mode « combattant » de B-127). Un régal de tous les instants.

Image

Image

(Condition de test : Ampli HC 11.2 en mode d’écoute Dolby Atmos pour la VO et avec post-traitement Dolby Surround pour la VF)

Profitant d’une grosse dynamique et d’une excellente spatialisation, ce mixage Atmos rythmé par une fabuleuse bande-son rétro (Lets’ go de The Cars, Dance Hall Days de Wang Chung, I can’t drive 55 de Sammy Hagar, Save a payer for me de Duran Duran, Runaway de Bon Jovi, The payback de James Brown, Bigmouth Strikes Again du groupe The smiths, etc.) amplement répartie dans l’espace acoustique, ne lésine ni sur les effets pyrotechniques (ça fuse de partout) ni sur les explosions (des basses monstrueuses) lors des scènes d’action. Le reste du temps, il délivre des dialogues clairs et des ambiances des plus immersives. Quant à la composante aérienne, elle n’oublie jamais de s’activer lorsque le besoin s’en fait sentir (la bataille d’intro, les transformations, les véhicules volants et j’en passe). Bien répartie même si moins précise, la petite VF n’en reste pas moins costaude et convaincante.

—————————————————————————————————————
Matériel de test (Config. HP : 7.2.4)
Diffuseur vidéo : Sony KD-55AF9 Source : Oppo UDP-203 Audiocom Reference Amplification : Pioneer SC-LX901
Enceintes : Focal Electra CC1008 BE2, Electra 1028 BE2, Chorus B8V W, Chorus 706V, Sub 300P; Klipsch RP-140SA
—————————————————————————————————————

Partager :